15/08/2007

Un scoop raté: la naissance de Napoléon

 

Alexandre Vialatte, qui taquinait volontiers ses amis journalistes autant qu’il aimait se montrer irrévérencieux envers les grands hommes, avait reproché à notre profession de n’avoir pas signalé en son temps la naissance de Napoléon Bonaparte, en 1769, à Ajaccio…

.

Le futur empereur et dictateur y vit le jour un 15 août, comme aujourd’hui, dans une maison qui se dresse encore à l’angle des rues Saint-Charles et Letitzia, ainsi rebaptisée en l’honneur de sa mère.

.

Née Ramolino, celle-ci épousa en 1764 Charles-Marie Bonaparte, qui avait reçu ces murs du XVIIe par héritage. Sept de leurs enfants y naîtront: Napoléon, Lucien, Louis, Jérôme, Elisa, Pauline et Caroline. Seul l’aîné Joseph, futur roi d’Espagne, naquit à Corte.

.

Devenue veuve en 1785, Letizia continua d'y élever cette nombreuse progéniture. Suite à un exil sur le continent de 1793 à 1796 dû au ralliement de la famille à la République, elle rentra à Ajaccio fin 1796 et procéda à des travaux d'agrandissement et de remeublement de la maison qui avait été pillée par les troupes paolistes. Letizia quitta pour toujours sa demeure d'Ajaccio en juillet 1799.

.

Le général Bonaparte y passa quelques semaines à son retour d'Egypte en 1799. Il ne devait plus revenir dans son pays natal. Mais, comme si son destin était lié aux îles, il mourut comme on sait dans celle de Sainte-Hélène (image), en 1821.

.
Dans son Voyage en Corse, Gustave Flaubert écrivit en 1840:
.

 

«Il y a à Ajaccio une maison que les hommes qui naîtront viendront voir en pèlerinage; on sera heureux d’en toucher les pierres, on en gravira dans dix siècles les marches en ruine, et on cueillera dans des cassolettes le bois pourri des tilleuls qui fleurissent encore devant la porte, et, émus de sa grande ombre, comme si nous voyons la maison d’Alexandre, on se dira: c’est pourtant là que l’Empereur est né!»

 

Commentaires

Le tout jeune "Napoleone Buonaparte" fut ,en 1785, refusé,faute de place, à bord de l'Astrolabe et de la Boussole. Il aurait sinon disparu en 1788 du côté de Vanikoro avec l'expédition de La Pérouse!
L'histoire de l'Europe -et de l'Amérique- en aurait été changée.

Écrit par : Gilles Poulou | 15/08/2007

Merci, Monsieur Gilbert, de préciser que ce Monsieur fut aussi un dictateur; en l'occurrence un esclavagiste - ce fut lui qui réintroduisit l'esclavage en France (et, en cachette la torture), alors que le pauvre et bon petit Louis XVI s'était efforcé de supprimer ces sauvageries, suivi d'ailleurs par les révolutionnaires...

Écrit par : Cyberprince | 15/08/2007

Peut-être, mais sans lui il est probable que la Suisse n'existerait pas. Ni le droit actuel. Si l'on fait le bilan civilisationnel, il est plus que probablement favorable.

Écrit par : Géo | 15/08/2007

Dans "Animal Farm" de George Orwell, le cochon dictateur s'appelle Napoleon. Dans l'édition française que j'étudiais à l'école il y a... longtemps, ce nom était traduit par César... Du politiquement correct avant l'heure.

Écrit par : Vanille-Mocca | 16/08/2007

Oui, la pensée unique n'a pas d'âge, même si l'expression "politiquement correct" est récente. On sait depuis toujours que pour d'être d'accord avec tout le monde, la meilleure attitude est de ne jamais ouvrir un livre.

Écrit par : inma | 16/08/2007

Monsieur Géo,
Il est possible de faire des bilans positifs de tous et n'importe qui!
Il suffit de choisir la pondération adéquate pour les éléments du bilan pris en compte. Avec cette méthode même Hitler et Pinochet pourraient devenir "positifs"! J'aurais pu en citer d'autres et dans de tout autres registres. Par exemple - et là j'insiste sur la différence de registre - notre Conseiller Fédéral Moritz Leuenberger que, sur ce blog, quelqu'un a qualifié d'ectoplasme. Si le spiritisme fait partie de son bilan et que la pondération de ce point là est importante, Monsieur Leuenberger aura toute les chances d'obtenir un bilan positif!

Écrit par : L'anar de droite | 21/08/2007

Les commentaires sont fermés.