07/09/2007

A propos de meringues...

 

Hier, mon confrère Alain Pichard nous a conduits sur un alpage entre Grindelwald et les contreforts de la Jungfrau. Demain, je me rendrai dans cette même contrée mais sur un autre versant des monts chez des amis anglais qui louent un chalet à Meiringen, à 595m d’altitude, dans le district d’Oberhasli.

Mes amis sont des admirateurs de Sir Conan Doyle, et s’ils sont en villégiature au bord des gorges de l’Aar, ils sont surtout en pèlerinage dans un site romanesque célèbre : c’est dans les fameuses chutes proches de Reichenbach  que leur héros Sherlock Holmes se fait pousser par le professeur Moriarty, en mai 1891. Un monument, situé dans un square de la bourgade, rappelle ce fait fictif.

.

Autre particularité de Meiringen: son nom serait à l’origine de la meringue, cette préparation sucrée à base d’œufs blancs battus en neige. L’inventeur de la recette aurait été le confiseur italien Gasparini. L’ayant composée sur place, il se serait inspiré des neiges alentour pour lui trouver un nom évocateur, légèrement modifié.

Or ce mot existe dans le français de France depuis la fin du XVIIe siècle. Un manuscrit de cette époque mentionne la meringue comme «une pastille de blancs d’œufs battus, de sucre, de fleurs d’oranger, et de musc et d’ambre. Mais certains les lexicographes affirment que le mot procède du polonais marzynka – là encore une gourmandise.
Qui croire?

Commentaires

Les lecteurs de Conan Doyle avaient, à l'époque, protesté contre la mort de leur héros .D'où la "Résurection de Sherlock Holmes".
Mais tu le sais certainement, Gilbert...

Écrit par : Poulou Gilles | 07/09/2007

Les commentaires sont fermés.