12/09/2007

Etre dans le coaltar

Aujourd’hui, notre philologue Olivier Schopfer nous explique les origines d’une expression qui fut longtemps en usage chez les amateurs de la dive bouteille. Elle persiste dans le langage argotique des médecins et des anesthésistes.

On dit qu'on est "dans le coaltar" quand on est mal réveillé. Cela arrive quand on a bu trop d'alcool, par exemple, et qu'on a la gueule de bois. L'expression est notamment très répandue dans le milieu médical, après une anesthésie.
Le mot "coaltar" est apparu dans la langue française à la fin du XIXe siècle. C'est une traduction littérale de l'anglais. "Coaltar" résulte de la combinaison de deux mots anglais bien distincts: "coal" (le charbon) et "tar" (le goudron).
On le trouve souvent orthographié "coaltard" ou même "coltard", sans doute à cause du "costard" dont la prononciation est proche, mais cela n'est pas correct.
Le coaltar est un goudron dérivé de la houille par distillation. Il s'agit d'une substance de couleur noire que l'on étale à chaud sur les coques en bois des bateaux pour les préserver du pourrissement et les rendre étanches.
L'expression vient de l'époque où les ouvriers utilisaient ce produit dans des hangars qui n'étaient pas assez aérés. À force d'en respirer les émanations toxiques, les ouvriers devenaient à demi inconscients, et on disait d'eux qu'ils étaient "dans le coaltar".
À propos d'ivresse, il existait dans les années vingt un vin rouge du Bordelais qui était tellement capiteux que les vignerons l'avaient appelé "le coaltar".
OLIVIER SCHOPFER

Commentaires

Oui, le jargon des toubibs (entre eux) peut être ahurissant de cynisme. Chez les infirmières des Maternités aussi. Quand ma femme a pedu son gosse, j'en ai entendu une qui gloussait parmi ses copines: et hop, j'ai refait un ange! Elle ne m'avait pas vu bien sûr.

Écrit par : Serpent à Plumes | 12/09/2007

Coaltar vient de l'allemand et non pas de l'anglais!
L'expression "être dans le coaltar" veut dire "mis de côté", "sans importance" et par extention "à côté de la plaque" puis "dans le cirage"
Altar voulant dire autel, le Coaltar est un autel latéral.
Lorsque les messes d'enterrements était dites sur un autel latéral, cela indique que le défunt n'était pas très important, ni du point de vue social ni de la fortune. Dès lors il était très "naturel" que le terme aie très vite voulu dire "sans importance" et "mis de côté".

Écrit par : Bla-Blo-gueur | 12/09/2007

D'humeur collatérale, cher Bla-Blo-gueur ?

Écrit par : Olivier Schopfer | 13/09/2007

Non pas collatérale, mon humeur...
Mais collégiale! ... Je voulais vous aider! Serais-je parti dans la mauvaise direction?

J'ai encore un "filon" possible pour "coaltar" qui viendrait aussi de l'anglais, de: "Coal bed":
Bed = lit / aller "tard" au lit c'est souvent après avoir bu trop d'alccol / la contraction devient évidente: Coal bed tard, puis Coal tard, et enfin Coal tar! CQFD!

Écrit par : Bla-Blo-gueur | 14/09/2007

Collégiale et créative, votre humeur, Bla-Blo-gueur...
Merci pour vos commentaires hautement inspirés !

Écrit par : Olivier Schopfer | 14/09/2007

Le coaltar a été utilisé pour des besoins hygiéniques et dermatologiques a l'époque préhistorique de nos parents. Ainsi, ceux qui ont encore un point d'ancrage en GB savent que l'on y trouve encore le famous soap au coaltar Wright, tout en n'étant pas dupes de la présence d'atomes de
coaltar dedans, mais qu'il est artificiellement parfumé à cette substance si typiquement GB.

Écrit par : Petrus Niger | 20/11/2007

Les commentaires sont fermés.