07/11/2007

La semaine des quatre jeudis

Carte blanche à Olivier Schopfer:

 
«On utilise cette expression pour dire que quelque chose n’arrivera jamais. On peut aussi dire, au choix
: «Quand les poules auront des dents», «À Pâques ou la Trinité», «À la Saint-Glinglin» ou «Aux calendes grecques».
Le mot « jeudi » vient du latin «Jovis dies», qui désigne le jour de Jupiter.
En astrologie, Jupiter est la planète qui gouverne les sagittaires et les poissons. Il s’agit de la plus grosse planète du système solaire: son diamètre est de 143'000 kilomètres, soit onze fois celui de la Terre !
Dans la mythologie, Jupiter est le dieu romain du ciel, de la foudre et du tonnerre (Zeus chez les Grecs).
On pourrait penser que «la semaine des quatre jeudis» vient du temps où le jeudi était le jour de repos des écoliers. Mais l’origine de l’expression est bien plus ancienne que ça.
Au 15ème siècle, on disait : «la semaine des deux jeudis». En ce temps-là, le jeudi était un jour gras, comme le dimanche. C’est-à-dire un jour faste où l’on pouvait manger à volonté en prévision du lendemain, le vendredi, qui lui était un jour maigre pendant lequel il fallait jeûner.
Au 15ème siècle, les gens préféraient bien sûr les jours de fête aux jours de privation. Et une semaine avec deux jeudis aurait été très appréciée!
Au 16ème siècle, par esprit d’exagération et pour souligner que la chose est totalement impossible, «la semaine des deux jeudis» devient «la semaine des trois jeudis».
Pour l’anecdote, le jeudi a effectivement été multiplié par trois le 1er janvier 1801. Ce jour-là était un jeudi, qui a donc été à la fois le premier jour du mois, le premier jour de l’an et le premier jour du siècle commençant.
C’est au 19ème siècle que «la semaine des trois jeudis» devient la semaine «des quatre jeudis», telle qu’on la connaît aujourd’hui.
Et au 20ème siècle, ce sont les enfants qui s’approprient cette expression lorsque le jeudi devient leur jour de repos scolaire pour parler d’une semaine idéale, mais imaginaire.
Telle qu’en rêvent tous les cancres...
OLIVIER SCHOPFER
                         ***
LE CANCRE
Il dit non avec la tête
mais il dit oui avec le cœur
il dit oui à ce qu’il aime
il dit non au professeur
il est debout
on le questionne
et tous les problèmes sont posés
soudain le fou rire le prend
et il efface tout
les chiffres et les mots
les dates et les noms
les phrases et les pièges
et malgré les menaces du maître
sous les huées des enfants prodiges
avec des craies de toutes les couleurs
sur le tableau noir du malheur
il dessine le visage du bonheur
(Jacques Prévert, « Paroles », Éditions Gallimard, 1949).

Commentaires

Les condamnés à mort auxquels on laisse le choix du jour de leur exécution peuvent choisir la Saint Glin-Glin. Mais on risque de leur couper la tête à la Toussaint, puisque c'est la fête de tous les saints.

Écrit par : Xenius | 07/11/2007

Avec Olivier Schopfer on se réjouit toujours du retour du Je(u)di...

Écrit par : pierre-françois | 08/11/2007

Selon moi, c'est Victor Hugo qui serait à l'origine de l'expression "la semaine des quatre jeudis" : il était reçu à dîner le jeudi chez son ami et gastronome Charles Monselet, et regrettait de ne pas plus souvent manger chez lui...

Écrit par : STEPH | 12/02/2009

Les commentaires sont fermés.