10/01/2008

Les manches

(Carte blanche à Olivier Schopfer, qui s’intéresse aujourd’hui à une terminologie vestimentaire.)

 

 

Autrefois, les manches n’étaient pas cousues aux habits de manière définitive. La coutume voulait que l’on change de manches en fonction de son activité ou de l’allure que l’on souhaitait avoir. Cela était très pratique parce que les gens pouvaient varier leur tenue à moindre frais. Il suffisait qu’ils accrochent de nouvelles manches à leur vêtement pour donner l’impression qu’ils étaient habillés différemment.
C’est de là que nous vient l’expression « C’est une autre paire de manches », qui date du 17ème siècle. On l’utilise lorsque l’on s’engage dans une tâche difficile où il faudra faire preuve de détermination pour réussir. On change littéralement de manches pour commencer une nouvelle activité.
Il existe une autre expression dont le sens est assez proche : « Se remonter/se retrousser les manches ».
C’est ce que l’on fait quand on se prépare à affronter un travail qui va être pénible. Cette expression moderne reflète l’évolution de la mode : comme aujourd’hui les chemises sont fabriquées d’une seule pièce, il n’est plus nécessaire de changer de manches pour se mettre à l’action !
.
                           ***
.
Un rituel amoureux du Moyen Age: les dames détachaient les manches de leur vêtement pour les remettre aux chevaliers qu’elles convoitaient. Et ceux-ci les fixaient à leurs lances lors des tournois en gage de fidélité.
Lorsque la lance d’un chevalier arborait une autre manche, cela signifait qu’il avait trouvé un nouvel amour. Insulte suprême : il y avait non seulement trahison sentimentale, mais celle-ci était exposée aux yeux de tous.
.
                           ***
.
Selon leur longueur, les manches ont des noms différents. Par ordre décroissant :
.
 
---Manche longue : manche qui descend jusqu’au poignet.
---Manche trois-quarts : manche qui s’arrête en dessous du coude.
---Manche courte : manche qui ne dépasse pas le coude.
---Mancheron : petite manche ne couvrant que le haut du bras, prisée par les adeptes de la musculation car elle dégage le biceps.
.
Quelques curiosités :
 
---Manche gigot : manche courte et bouffante près de l’épaule, généralement froncée. Elle symbolisait l’élégance féminine au 19ème siècle.
---Manche ballon : version moderne de la manche gigot.
Elle se fait actuellement beaucoup pour les robes de mariée.
---Manche chauve-souris : manche très large à l’emmanchure qui se rétrécit vers le bas sous forme de grandes ailes. Couramment portée par les chanteuses dans les années 70.
---Manche mousquetaire : manche portée par les hommes, qui se termine par un revers au poignet et qui s’attache avec un bouton de manchette. Les mousquetaires attachaient les manches de leur chemise pour éviter de se prendre la main dans les plis du tissu lorsqu’ils maniaient l’épée.
.
OLIVIER SCHOPFER

Commentaires

Je ne voudrais pas terminer la semaine sans ajouter que le bras de mer séparant la France et l'Angleterre a été nommé "La Manche" par analogie à cette pièce de vêtement. Wiki nous dit qu'en 1768, Bruzen de la Martinière (?) répertorie, dans son dictionnaire, 15 autres sites maritimes semblables appelés également "Manche". Puis l'usage de ce terme va ensuite se limiter à l'English Channel, les autres lieux devenant "détroit" ou "canal".
D'ailleurs, "Channel" et "canal" pourraient provenir de l'appelation hollandaise du lieu au XVIe siècle (Engelse Kanaal), alors qu'une carte italienne mentionne déjà "Canalites Angliae" au XVe siècle.
Par contre, le nom de la région d'Espagne connue comme "La Mancha" proviendrait de l'arabe "Al-Mansha" signifiant "terre sèche".

Écrit par : Rabbit | 11/01/2008

Merci pour cette info, Rabbit. Bon week-end et bon (di)manche !

Écrit par : Olivier Schopfer | 11/01/2008

Cher Olivier, vous oubliez l'expression (argotique?) :Il se débrouille "comme un manche"; à savoir :il n'est pas doué.
Savez-vous d'où elle provient?.

Écrit par : Gilles Poulou | 11/01/2008

Il est vrai qu'il s'agit là DU manche et non de LA manche.

Écrit par : Gilles Poulou | 11/01/2008

... Et "dimanche" vient du fait qu'à l'époque on en changeait 5 fois ce jour là ?

... Et "faire la manche" viendrait du fait que les pauvres n'en avait qu'une et cherchaient par la mendicité à en trouver une seconde ?
Par contre, les rugbymen sont friants de la troisième manche. Les deux premières étant déchirées lors des affrontements.

Et vous avez oublié les manches à air qui ne sont pas des manches ballons (à air chaud).

Écrit par : Bla-Blo-gueur | 11/01/2008

"Faire la manche": cette expression est apparue au 17ème siècle dans le langage argotique des saltimbanques. "Manche" dans le sens de "quête". Sans doute parce que les pauvres tendent le bras, et donc aussi la manche (l'explication reste valable même s'il n'y a pas de main au bout du bras, Bla-Blo-gueur...)
----------------------------------------------------------------------------------------Concernant LE manche, il y a aussi " le "manche à gigot": une pince réglable que l'on peut adapter à l'os et que l'on tient pour découper la viande. L'os lui-même est d'ailleurs aussi appelé "manche": une côtelette "à manche", dit mon dictionnaire.
Quant à l'expression "comme un manche", il s'agit vraisemblablement d'un jeu de mots avec "manchot".

Écrit par : Olivier Schopfer | 11/01/2008

J'aime le charme désuet du manchon, où l'on met les deux mains pour les tenir au chaud, et dans lequel les dames abritaient, dit-on, un petit chien du même nom.

Écrit par : Vanille-Mocca | 13/01/2008

Ou peut-être un bichon... Dans un manchon...
Mais les dames ne risquaient-elles pas d'écraser l'animal ou même de l'étouffer ?

Écrit par : Olivier Schopfer | 13/01/2008

Je ne savais pas que l'expression « C’est une autre paire de manches » venait de là. Merci pour cet instant de culture ;)

Tara

Écrit par : Chemise mousquetaire | 09/07/2012

C'est bien vrai ça, quel moment de culture !

Écrit par : ipad mini | 09/10/2012

Très intéressant. Merci beaucoup !

Écrit par : gopro hero 3 | 03/12/2012

Les commentaires sont fermés.