01/04/2008

Daniel Rausis et le Poisson d’avril

618744709.jpg 

 

 

 

L’origine des canulars du 1er avril s’expliquerait par un chamboulement de calendrier. Jusqu’au milieu du XVIe siècle, ce jour était le premier de l’an, mais par un édit de 1564, le roi de France Charles IX déplaça celui-ci au 1er  janvier. Les réfractaires à ce changement étant pris pour des farfelus, on leur offrit de faux cadeaux: mottes de terre, bottes de paille, etc. Peu à peu, ces étrennes facétieuses d’avril se muèrent en blagues, en mystifications. Quant au symbole du poisson, il serait zodiacal, ou invoquerait le signe de reconnaissance des premiers chrétiens. Pour débrouiller ces hypothèses, nous avons consulté le plus érudit des farceurs de Romandie: Daniel Rausis, ancien étudiant en théologie, expert en calendriers, épistémologue incontesté de l’humour. C’est pourtant avec sérieux que le Dicodeur valaisan considère le rituel burlesque du Poisson d’avril. Il le rattache à la Messe des Anes du moyen âge, au renversement des valeurs qui étaient parfois tolérées aux pauvres. «Le 1er avril, c’est sacré, ça évoque la Bible, ça renverse les puissants et élève les humbles. Et le farceur est le dernier philosophe qui dit tout pourrait être différent, et qui ébranle les certitudes. C’est une fête pure: elle n’a pas été récupérée par le commerce, comme la Saint-Valentin, Halloween, ou Pâques avec ses lapins. Les confiseurs ne font jamais des poissons en chocolat. Moi je les exhorterais à fabriquer pour ce jour-là des éclairs au Cenovis…» La prunelle de Rausis s’ambre davantage lorsqu’il s’envole avec ses spéculations, et sa voix se cuivre au débit accéléré de ses arguments. Ses nombreux auditeurs radiophoniques, ses anciens camarades de Saint-Maurice, et toutes ses fratries compliquées du Valais lui connaissent ce phénomène d’exultation, où leur bel escogriffe dévide à grande vitesse trois réflexions à la fois. Au risque de se fourvoyer dans des incohérences? Non: après son feu d’artifice, le Rausis leur revient plus cohérent que jamais. Il retombe sur ses pattes, et dans cette réalité ordinaire, cette glèbe brute qu’il appelle pâte humaine. Il y joue de la flûte traversière, mais seul. «C’est un instrument de berger, et je n’ai trouvé personne pour faire le mouton.» Enfant, il rêvait d’être prêtre, mais ses études en théologie ont aiguisé sa curiosité intellectuelle au point de le distancier de l’institution. Il optera pour un engagement de «citoyen», qui le conduira en prison pour objection de conscience. Cela dit, l’institution catholique le passionne encore, mais à distance. Pour les plaisirs conjugués de l’érudition et de la galéjade: il est entre autres l’inventeur de la ponctifictionnologie, une science qui répertorie les papes fictifs. Daniel Rausis déchiffre comme personne une partition musicale, un incunable du XIVe siècle, ou un horaire de train. Il décrypte et dépiaute, il cherche la moelle des choses - la rabelaisienne, la substantifique. C’est un rongeur. Et un théoricien libre, qui aime ses théories. Celle qu’il a dégotée tout seul pour le changement de calendrier sous Charles IX, et à l’occasion du 1er avril, lui plaît particulièrement*: «Pourquoi passer du modèle ancien (avec septembre 7e mois, octobre 8e, novembre 9e, décembre 10e) à celui de janvier, qui fait perdre son sens propre au nom des mois? Ce fut pour mieux mémoriser l’alternance irrégulière entre les mois longs et les mois brefs. Aujourd’hui, on peut utiliser les trous et les bosses des articulations de la main: le doigt égrenant ceux et celles de la main opposée. On le met dans les seuls trous honnêtes du corps correspondant au cycle des mois. Quand l’année commençait en mars, on recourrait au trou du nez pour les mois courts, aux deux ailes et à la cloison pour les longs.» Tandis qu’il vous démontre cette théorie sensationnelle mais abracadabrante, Daniel Rausis dilate ses narines, hérisse sa moustache de fauve et fait danser ses doigts dans un rayon matinal qui l’illumine tout entier. Car le Bon Dieu aime ses railleurs qui ont un grand cœur. BIO

1959. Naît à Martigny. Son grand-père paternel, président d’Orsières, avait 14 enfants

1980. Etudes au Collège de Saint-Maurice, puis à la Faculté de théologie de Fribourg. Durant 14 ans, il enseigne la religion à Sierre.

1982. Objecteur de conscience, il est détenu pendant trois mois à la prison de Valère.

1987. Naissance de sa fille Lucie. Cyprien naîtra en 1988, Jean en 1991.

1988. Début à la Radio: sur Espace 2 (Midi dièse, les Matinales), sur La Première – il est Dicodeur depuis 1993. Emissions à la TSR. Il joue au théâtre, au cinéma. Il signe des chroniques dans les journaux, il écrit de nombreux livrets pour chorales.

La théorie complète de Daniel Rausis


"C’est donc Charles IX qui rime avec l’an neuf, qui par un édit qui prit effet en 1567 a fixé la date du Nouvel-An au 1er janvier (Style Circoncision) avant lui on commençait l’année selon les régions le 25 décembre (Style Nativité), le 1er mars (Style Vénitien), le samedi de Pâques (Style Crucifixion), le premier septembre (Style Grec) ou le 25 mars (Style Annonciation).


Le 25 mars était la date la plus répandue, et l’on s’offrait des étrennes le premier avril. Après la réforme du calendrier les premières fausses étrennes pour distraits sont apparues comme farces.

Les Pays-Bas espagnols s’alignèrent en 1576, l’Angleterre en 1752 et ainsi de suite.

On peut se demander quel est l’intérêt de passer du modèle mars premier mois de l’année (avec septembre septième, octobre huitième, novembre neuvième et décembre dixième) au modèle janvier premier mois de l’année qui fait perdre son sens propre au nom des mois.
Ma thèse est simple, c’est pour faciliter la mémoire des mois longs et des mois brefs qui alternent de manière irrégulière.
Avec le calendrier moderne, en vigueur depuis 1567, on peut utiliser les trous et les bosses des articulations métacarpophalangiennes de la main: le doigt égrène les trous et les bosses de la main opposée, le calendrier s’est incrusté dans la peau, et l’on peut mettre les doigts dans les seuls trous honnêtes du corps qui correspondent au cycle des mois. On en a tous fait l’expérience. La modernité qui débute avec un savoir certain de lui-même (Descartes est né en 1596) trouve ici sa plus belle expression.
A contrario: tant que l’année commence en mars, alors le calcul des mois avec ces trous honnêtes n’est pas possible. Il faut recourir à une autre séquence, un cycle de trois bosses et de deux trous. Il faut donc avoir recours au trou du nez pour les mois courts, aux deux ailes et à la cloison pour les mois longs. S’il est possible au Moyen Age de se mettre les doigts dans le nez en public, la modernité y répugne. Je formule donc la thèse que Charles IX, à la naissance de Descartes a modifié la date du Nouvel-An pour nous évitez de nous mettre les doigts dans des orifices tabous!!!

Aile, mars 31
Trou, avril 30
Cloison, mai 31
Trou, juin 30
Aile, juillet 31
Aile, août 31
Trou, septembre 30
Cloison, octobre 31
Trou, novembre 30
Aile, décembre 31
Aile, janvier 31
Trou, février 28
"

                                                    DANIEL RAUSIS

08:19 Publié dans Portraits | Lien permanent | Commentaires (17)

Commentaires

Et quand Charles IX a décidé les "événements" de la Saint-Barthélémy, où avait-il son doigt ?
Cela dit, on peut regretter qu'à part les Fêtes de Pâques qui en perpétuent le symbole sous une autre présentation, les cérémonies celtiques et nordiques de l'équinoxe de printemps n'aient plus de repère fixe dans le calendrier. Jusqu'en 1564, c'était justement le passage à une nouvelle année qui en conservait la trace.

Écrit par : Pierre-André Rosset | 01/04/2008

Pour nous rafraîchir la mémoire, Charles IX était encore un ado sous l'emprise de sa terrible mamma italienne, Catherine Médicis. Une Carla Bruni en moins gentille...

Écrit par : Xénius | 01/04/2008

A moi, M. Rausis, votre messe des ânes me rappelle un disque 33 tours de feu mon père. Je crois l'avoir égaré. C'était La Fête bouffonne des sous-diacres. ça vous dit quelque chose?

Écrit par : KIM | 01/04/2008

Lux optata claruit. Kyrie asini litanie. Curritur ad vocem...

Écrit par : Xénius | 01/04/2008

Si Xénius a une photo de Catherine la Cruelle dans le simple appareil d'une beauté qu'on va vendre chez Sotheby's, nous sommes amateurs de témoignages de ce temps-là.
Et hoc in hoc, asinus asinum fricat.

Écrit par : Pierre-André Rosset | 01/04/2008

en anglais on dit: April's fool. Comment dire: simplet, naif, je ne sais trop. Mais Mark Twain a eu cette pensée géniale:

"The first of April is the day we remember what we are the other 364 days of the year"
Donc "le 1er avril nous rapelle qui nous sommes durant les 364 jours de l'année".

Écrit par : cmj | 01/04/2008

Je ne comprends pas que l’on puisse faire des blagues le PREMIER AVRIL alors que la situation n’a jamais été aussi grave.

Je me permets de vous rappeler qu’il y a en France deux GROUPES TERRORISTES en liberté, l’un le groupe AZF qui a mis une bombe sous la ligne SNCF Paris Toulouse en mars 2004, et maintenant la FNAR qui fait exploser les radars automatiques…

D’ailleurs je viens de mettre une note sur mon blog intitulée « Le groupe AZF et la FNAR enfin identifiés !... » :

http://euroclippers.typepad.fr/

D’après ma dernière analyse du 1er avril le groupe AZF serait constitué d’un groupe d’EXTRATERRESTRES chargés de déstabiliser « Suzy », c'est-à-dire Nicolas Sarkozy.

Bonne lecture

Jean-Charles Duboc

Écrit par : Jean-Charles DUBOC | 02/04/2008

Il ne peut pas n'y avoir que deux groupes terroristes dans un pays qui compte 64 millions d'individualistes: êtes-vous sûr de vos sources ?

Écrit par : Pierre-André Rosset | 02/04/2008

OPERATION SUZY! Je ne sais pas si ça donnerait un bon Costa-Gavras

Écrit par : Xénius | 02/04/2008

Avec Ratatouille dans le rôle de Suzy

Écrit par : Cyberprince | 02/04/2008

Et qui dans celui de Voreilhon?

Écrit par : Xénius | 02/04/2008

Dans les anciens compagnonnages de France, et suivant les corps de métier, les apprentis étaient soumis à des charriage en guise de "poissons d'avril": on les chargeait de rapporter la passoire sans trou, la clé des champs, de l'huile de coude! Ou encore la corde à lier le vent...
Pour revenir au symbole du poisson: en avril, période de frai, la pêche est interdite en France...

Écrit par : Raymond Choyer | 02/04/2008

Et la pince à redresser les italiques.
Et les Dioscures qui font dans la caricature, sans aucune censure ni demi-mesure, avec des créatures de contre-culture exprimant leur désinvolture pour la magistrature.

Écrit par : Pierre-André Rosset | 02/04/2008

Question brûlante à cmj: Suite à son rappel de l'aphorisme de Mark Twain:

"The first of April is the day we remember what we are the other 364 days of the year"

Cette année étant "bisextile", comment serons-nous le 366ème jour de cette année particulière ? Sages ?

Merci à Raymond Choyer:
Je comprends enfin l'adage: " Avril, n'enlève pas un fil! "
...C'est une période de frai(s)

Remarque: Malheureusement, à la RSR "La Première", la période de (très petit) Frey***, n'est pas uniquement en avril, mais bien toute l'année!

*** Ancien politicien qui ramène sa "fraise" sur tous les sugets et dans toute une série d'émissions et qui, depuis qu'il s'est retiré de la politique active, est tombé dans la marmite de l'humour. Mais n'ayez crainte, il n'a pas pu tomber de très haut !
Accessoirement il est aussi membre de: Radio Suisse Internationale, Conseil du Public. (Ceci expliquant éventuellement cela)

Écrit par : Père Siffleur | 04/04/2008

Pardon!
La "faute" d'orthographe au sujet de "sugets" était voulue, mais l'explication de texte c'est malencontreusement évaporée:

Sous ****, vous auriez dû pouvoir lire:

Les "Sug-ets" c'est comme les "Sug-us: anciens "produits" neuchâtelois qui, comme "Frey", collent désagrablement au palais.


Je vous présente toutes mes excuses concernant le "suget" escamoter!

Écrit par : Père Siffleur | 04/04/2008

Attention avec les amphétamines, c'est génial sur le moment, mais ça laisse des traces irréversibles.

Écrit par : Pierre-André Rosset | 04/04/2008

Au sujet de la vache : pour moi, qui connais les vaches depuis ma tendre enfance, une vache sans corne n'est pas une vache ... c'est une estropiée!

Écrit par : laire Tromeur | 06/04/2008

Les commentaires sont fermés.