01/05/2008

Histoires dramatiques d'oiseaux miauleurs

 291017818.jpg

 

 

 

Dimanche passé, dans mon éphéméride, j’évoquai jovialement l’accent piémontais du perroquet néoguinéen de ma tante Gladys, et ses curieuses tournures ultramontaines. C’est avec consternation que j’appris le surlendemain, par mon collègue Julien Magnollay, qu’un oiseau vocaliste lausannois de plus haute envergure était mort, dans la volière publique de Mon Repos!

Antonio n’avait pas l’accent italien. Et il ne se contentait pas d’imiter le Vaudois ordinaire qui dit bonjour, au revoir, coucou et t’as dit quoi? Ce mainate à plumes noires, au bec orangé et à caroncules jaune vif en arrière des yeux (voir l’image), était capable de miauler comme un matou, pour la grande joie des enfants. Il fut emporté il y a un mois par une intoxication alimentaire.

Le mainate est un sturnidé, donc un peu cousin de l’étourneau. Originaire de Malaisie, il est généralement élevé en captivité - donc quelquefois dans le voisinage plus ou moins harmonieux d’un animal à pelage. Il se nourrit de fruits, si possible de figues très fraîches… Il «adore les bains de soleil et craint les courants d’air».

R.I.P. Messer Antonio.

 

Comme beaucoup de Lausannois, j’ai connu un autre mainate qui émerveillait les enfants par des miaulements. Il faisait miaou dans l’échoppe d’un fleuriste distingué de Saint-François. J’avais dix ans au mitan des années soixante quand, au sortir du Cinéac (soit d’un film de Disney précédé par des «actualités»), ma maman faisait une halte chez Schlagetter-Fleurs pour commander un bouquet de saison, avant de m’offrir une glace à la châtaigne à l’étage de la Brasserie du Grand-Chêne. Entre un philodendron géant et des jasmins en berceau, le mainate se pavanait sur un juchoir et apostrophait les chalands d’un timbre caverneux; d’abord par une question:

- Comment il fait le chat?

Ses interlocuteurs restant sans voix, l’oiseau se répondait à lui-même:

- Le chat, il fait Miaou.

Au départ du fleuriste Schlagetter, dans les années quatre-vingt, l’oiseau miauleur fut offert contre bons soins à Madame Catherine Bourquin, propriétaire du très romantique cinéma Richemont, à 300 mètres en aval du Grand-Chêne. Celle-ci possédant déjà une perroquette au plumage vert, et de caractère jaloux latino-américain, l’accueil de l’adopté faillit tourner au désastre. Alors on eut la maladresse de l’installer provisoirement dans la buanderie de la maison familiale adjacente: quelques jours suffirent pour que le mainate enchanté de mon enfance troquât ses chants félins contre le bruit d’une essoreuse de machine à laver.

Commentaires

Certains de ces mainates peuvent vivre jusqu'à 30 ans. ce doit être je pense un peu le cas de votre oiseau de fleuristes. Mais leur entretien est un véritable calvaire: il faut les baigner tous les jours car ils sont particulièrement sales. Il fait leurs tailler les ongles régulièrement...

Écrit par : Chantal | 01/05/2008

On l'appelle aussi "mainate religieux", du latin "gracula religiosa". Pourquoi? Parce que les premiers spécimens ont été trouvés dans des temples religieux hindous, où ces oiseaux étaient vénérés...

Écrit par : Milliquet | 01/05/2008

Mainate cousin de l'étourneau sansonnet. Certains étourneaux bien dressés arrivent aussi à causer je crois

Écrit par : Fred | 01/05/2008

J'ai connu près d'Aix-les-Bains un vieux ferblantier retraité qui avait adopté une pie. L'oiseau resté perché sur son épaule, picorait sur sa table de bistrot. Et parvenait à crier quelque chose comme "salut"!

Écrit par : Suren | 01/05/2008

"L'étourneau est un oiseau spontanément bruyant, et bon imitateur, comme beaucoup dans sa famille. En captivité, il apprend vite à imiter toutes sortes de sons et de paroles, à tel point qu'il a été surnommé le « mainate du pauvre »." (trouvé dans Wikipedia...)

Écrit par : Gilbert | 01/05/2008

Les oiseaux ne possèdent pas des cordes vocales, mais comme les humains, ils font appel à leur systme respiratoire pour produire et émettre des sons. Si le mainate imite avec brio la voix humaine, il imite aussi des bruits divers (comme votre essoreuse...), quelquefois même (s'il est élevé très tôt) des mélodies plus ou moins longues...

Écrit par : Cathy | 02/05/2008

Coco, le perroquet de la dame du Richemont. Celui qui mord la queue de Milou dans Tintin au Congo s'appelle comme ça. Le perroquet de Chrchill s'appelait Charlie. Et puis il y a le perroquet mangé par le chat du Rabbin de Sfar...

Écrit par : Xénius | 02/05/2008

Holà, tout doux Xénius!Je croyez qu'il était devenu politiquement incorrect d'évoquer Tintin au Congo dans ce blog qui proscrit (à juste titre) le racisme... Mais dans votre liste de perroquets célèbres, vous oubliez celui de Flaubert (je pense au livre de Julian Barnes)...

Écrit par : Cyberprince | 02/05/2008

Il y a aussi cet infect breuvage à base de pastis et de sirop de menthe!...

Écrit par : Xénius | 02/05/2008

Il est évident que certains étourneaux sont capables de parler !

Il s'agit de la variété "Politicus Udécéus", sous-variété "Blocheribus" qui, malheureusement, ne fait que répèter, sans les comprendre, certaines phrases toutes faites telles que: "C'est la faute aux étrangers" ou "Les étrangers dehors !" et autres billevesées.

Écrit par : Père Siffleur | 05/05/2008

Les commentaires sont fermés.