04/05/2008

Des lilas pour Audrey Hepburn et Olivier Messiaen

980955525.jpg 1495301327.jpg

 

Les floraisons de mai semblent partout exceptionnelles: dans le jardinet urbain de ma chère voisine Françoise Hoffer (la «petite main verte de notre patrimoine»), les giroflées distillent dans l’air comme une saveur de miel. Dans les sentiers sauvages du pied du Jura, on peut saluer déjà la saxifrage et l’ancolie, les muscaris et la monnaie-du-pape. Les collines de Montreux sont émaillées de narcisses, qu’on appelle les neiges de mai. Les fermes cossues de La Côte sont festonnées de clématites, de lilas mauves (ou lilas lilas) et de lilas blancs. Leurs inflorescences embaument jusqu’au muret du modeste cimetière de Tolochenaz où, depuis ce matin, des pèlerins du monde entier doivent affluer pour se recueillir sur la tombe de la plus célèbre citoyenne du village: Audrey Hepburn, qui s’y est éteinte en 1993, était née comme aujourd’hui un 4 mai (1929) à Bruxelles d’un père banquier anglais et d’une baronne hollandaise. Par son immense talent de comédienne – affirmé dès 1953 dans Vacances romaines – par sa grâce et son élégance liliale, elle sut imposer un nouveau canon de beauté. Et qui demeure inégalé, quand bien même de plus en plus de top models s’y réfèrent.

Après sa prestation dans Guerre et Paix en 1960, et My Fair Lady en 1964, Billy Wilder déclara: «Elle est capable à elle seule de faire de la poitrine une valeur du passé!» Allusion à Martine Carol, Lana Turner, ou Kim Novak, qui étaient des contemporaines d’Audrey Hepburn…

Elle vécut en Suisse une trentaine d’années. D’abord avec son premier époux Mel Ferrer dans la région de Lucerne. C’est en 1969 qu’elle s’installa, avec un psychiatre italien, dans sa villa La Paisible, de Tolochenaz. Elle aimait les habitants du village pour leur gentillesse («Bonjour Madame Ferrer, qu’on lui disait poliment à la pharmacie) et leur très discrète protection («Je ne veux pas vous déranger, Madame Ferrer, mais il y a des journalistes japonais qui rôdent autour de votre villa…»)

Les journalistes, elle les fuyait plus par timidité que par arrogance. Les rares élus qui l’ont approchée dans sa soixantaine, n’ont jamais oublié son magnifique regard d’enfant.

LA CITATION DE LA SEMAINE

«On ne transige pas lorsqu’il s’agit de défendre la paix intérieure de la nation, l’unité, l’intégrité de la République. Les départements d’Algérie constituent une partie de la République française. Ils sont français depuis longtemps et d’une manière irrévocable.»

 

Pierre Mendès France, discours à l’Assemblée nationale, 20 août 1955.

LE MUSICIEN DES AURORES

2094269054.jpgEn pleine Seconde Guerre mondiale, il rêvait d’une civilisation nouvelle, plus humaine et plus belle, qui se serait rafraîchie à cette fontaine de jouvence que restait pour lui le Moyen Age, avec ses cathédrales, ses ferveurs franciscaines et ses maîtres verriers.

Ce n’est pas par hasard qu’Olivier Messiaen insista pour qu’Et Exspecto resurrectionem mortuorum fût joué pour la première fois à la Sainte-Chapelle, "au milieu des plus beaux vitraux de Paris, dans un lieu où la lumière s'irradie dans des bleus, des rouges, des ors, des violets extraordinaires". Son amour de la couleur sonore était minéral, géologique même. Il en fut saisi plus tard par des éblouissements extra-muros, presque aux antipodes de son Europe médiévale, en visitant les gorges rouges de l’Utah. Il y fut inspiré pour son chef-d’œuvre chromatique dans la double acception du terme (les demi-tons de l’échelle musicale à douze notes, et la myriade des nuances du spectre solaire): Des canyons aux étoiles.

Cette année, soit le 10 décembre 2008, Olivier Messiaen aurait eu 100 ans. Mais bien avant cette date hivernale, il sera plusieurs fois commémoré avec chaleur et respect. Car ses compositions sont à la fois très modernes et classiques. «Ecoutables» par des gens qui ont horreur – croient-ils – de la musique dite contemporaine. Si, en écoutant son opéra sur Saint François d'Assise, auquel Messiaen travailla pendant huit, des athées ont recouvré leur foi chrétienne, beaucoup d’autres surent résister. Comprenant que Messiaen était incapable de tout prosélytisme, que sa seule ambition était artistique: celle de transmettre une émotion fulgurante à travers une notation musicale particulière. A la fois révolutionnaire et parfumée d’évangiles, comme chez Bach. Il fut aussi un grand pédagogue: parmi ses disciples, un Pierre Boulez, un Xenakis, un Stockhausen. Mais ses œuvres sont plus accessibles que les leurs. Le samedi 10 mai qui vient, nous aurons le bonheur sensoriel d’écouter déjà ses Visions de l’Amen, dans le cadre du Festival Mozartmessiaen de Vevey*. Etre associé à Mozart, quel immense honneur, pour cet enfant d’Avignon qui composait pour rendre l’humanité meilleure, sans qu’il se prît pour autant pour un génie.

Sachez encore que Messiaen se réveillait très tôt pour écouter – et transcrire – le chant des oiseaux. Il le faisait avec méthode, et application, tel un clerc du Moyen-Age. En fait, il ne faisait qu’obéir Rimbaud: pour arriver à fixer des vertiges, il en faut de l’application!

www.mozartmessiaen.ch

LE CHAPEAU DE CHARLES LE TEMERAIRE

A l’instigation de ma coblogueuse Inma Abbet, je me suis rendu samedi à Berne pour visiter les trésors et oripeaux somptueux du grand vaincu de Morat. Mais des collections rassemblées au Musée historique, l’objet qui m’a le plus frappé – moins par sa joliesse que par son destin – est le couvre-chef en or du duc Charles de Bourgogne. Après que les Suisses se furent beaucoup chamaillés au partage du butin, cette singulière «couronne molle» revint aux Bâlois qui la vendirent au puissant banquier d’Augsbourg, Jacob Fugger. Le neveu de ce dernier la revendit à son tour, mais pièce par pièce: rubis, émeraudes, perles, plaquettes et fils d’or que l’histoire des héritages et des ventes aux enchères ont éparpillés à travers le monde.

C’est grâce à un parchemin retrouvé récemment que le chapeau du Téméraire a été reconstitué.

www.bhm.ch jusqu’au 24 août.

Commentaires

Le Mozartmessiaen s'ouvre le 9 mai avec le Requiem de Mozart (pour quatuor à cordes) et se termine le 18 avec le Quatuor pour la fin du Temps de Messiaen.

Écrit par : Raymond | 04/05/2008

Il m'a aussi frappé, le couvre-chef en or. Tout comme ce harnais de cheval de 1477 qui a appartenu à l'empereur Frédéric. Mais ce dernier devait être bizarrement constitué... Ou alors c'est peut-être vrai que les mutants, c'est nous. Je me souviens de l'armure de Charles Quint exposée à la tour de Bélèm:

celle d'un enfant très haut sur pattes...

Écrit par : Xénius | 04/05/2008

Non, je crois que c'était pas dans une pharmacie de Tolochenaz mais à la pharmacie Polla de Saint-Prex...

Écrit par : Jaunin | 04/05/2008

Je ne connais pas vore expo sur le Téméraire, mais j'avais lu le billet enthousiaste d'Inma. Charles de Bourgogne n'était pas un saint certes, mais on doit avoir un peu l'impression de contempler des reliques, non? Comme le crâne couronné de saint jean le baptiste à Amiens (alors qu'il y en a un autre, tout aussi authentique à Rome).

Écrit par : Cyberprince | 04/05/2008

Les dernières années de sa vie dans le Pays de Vaud, Madame Hepburn, les avait entièrement consacrées à son rôle d'ambassadricede l'UNICEF. Elle avait accompli des dizaines de voyages au Soudan, à l'époque où le Darfour n'était pas encore un point de mire.

Écrit par : Georgina | 04/05/2008

Quand j'étais enfant, un oncle m'avait expliqué l'évolution du mot "chic". Après avoir été synonyme d'élégant, il signifia longtemps "sympa", "chouette".Avec l'irruption de Audrey Hepburn sur écrans, il reprit toute la force de sa première acception.

Écrit par : Xénius | 04/05/2008

Hélas pour la belle Audrey, c'est en Afrique justement qu'elle a contracté le virus à l'origine de son cancer du côlon qui la fit mouriren 2003. A propos de l'UNICEF, une statue a été élevée à sa mémoire il y a six ans devant le bâtiment. Elle ne lui ressemble pas du tout.....

Écrit par : Cyberprince | 04/05/2008

Votre explication m'est apparue tellement abracadabrante, Cyberprince (bien qu'habitué aux élucubrations de nos amis les lettreux), que ke suis allé voir sous Wikipedia : "À la fin de 1992, Audrey commence à avoir des douleurs à l’estomac. Elle pense tout d’abord qu’il s’agit d’un virus contracté en Afrique, mais c’est en fait un cancer du côlon"
Bonne soirée, cher lettreux.

Écrit par : Géo | 04/05/2008

C'est evidemment une fin que je soushaite pas à Carla Sarkozy, mais elle est la première à se comparer physiquement, et par la grâce, le charme, à Audrey Hepburn. Elle l'a dit dans une interview espagnole. Il en faut quand même du toupet je trouve.

Écrit par : Nath | 06/05/2008

En fait, c'est la presse anglaise qui s'est permis cette comparaison. Le Daily Mail si je ne m'abuse au moment de la visite à la reine. Les >Britsih lui avaient trouvé des points communs avec Hepburn, Jackie Kennedy et même Lady Di

Écrit par : Samson | 06/05/2008

Avant Carla Sarkozy, ce fut déjé Cécilia Sarkozy quia avit été comparée à Jackie Kennedy-Onassis. Tant qu'on a besoin de modèles antérieurs (donc supérieurs) pour s'affirmer...

Écrit par : Xénius | 06/05/2008

Voilà que pour prouver l'infériorité du nain Sarkozy, l'intelligentsia de gauche du blog Salem a besoin de salir Carla Bruni...
Quelle élégance, et surtout quelle mauvaise foi ! Vous vous vautrez dans la jalousie de bas de gamme, Nath, Samson et Xenius.
Dommage que l'on ait quitté le temps des rendez-vous à 6 heures du matin aux Carmes-Déchaux, avec vos témoins, sanction que mériterait vos perfidies.

Écrit par : Géo | 06/05/2008

Et le choix des armes est aussi révolu!

Écrit par : Inma Abbet | 06/05/2008

Du tout, du tout. Il ne reste que logiquement l'épée sous une forme ou une autre. On ne peut évidemment pas se battre au RPG, au lance-flammes ou à la Kalachnikof...
l'évolution des armes a fait la sélection. Pour une fois que le darwinisme s'applique sans trop de difficultés...

Écrit par : Géo | 06/05/2008

Vous savez à qoui je pense? Même si c'est une pure digression, je me demande pourquoi les blogueuses sont si rares...

Écrit par : Inma Abbet | 06/05/2008

Sur ce billet, il y a tout de même trois signatures féminines, avec la vôtre...
Vous pourriez aussi nous faire remarquer qu'il y a peu de gens de couleur sur ce blog...

Écrit par : Géo | 06/05/2008

C'était juste un constat, et il y a d'autres qui se sont posé la même question avant moi.

Écrit par : Inma Abbet | 06/05/2008

Elles préfèrent la couture ? les Fuckerware Party ? Nous sommes trop agressifs ? Les blogs de fille sont effectivement assez différents...

Écrit par : Géo | 06/05/2008

Je ne connais pas de blogs "de fille", et pour l'agressivité, enfin les femmes sont aussi agressives que les hommes. Cette question peut d'ailleurs être résolue en évitant certains blogs ou certaines personnes, les censeurs notamment, mais je ne peux pas extrapoler à partir de mes propres expériences. Je sais seulement que discuter avec des gens qui ne comprennent pas ce que je dis est une perte de temps. C'est féminin? C'est juste pragmatique? Je n'ai pas de réponse.

Écrit par : Inma Abbet | 06/05/2008

vous qui aimez la langue française vous devriez aimer Valéry?
Parce que je m'aperçois que celui qui joue "Narcisse" de Valéry joue aussi le "Gobe-mouche Narcisse" de Messiaen et qu'en plus il est synesthète il voit "le son IN bleu-vert-cendre"!!!!!!!!!!!!
Enfin bref vous parlez bien de Messiaen et je vous colle tous les liens que j'ai trouvés
Narcisse
http://www.youtube.com/watch?v=aTohVjXSV5c&feature=mfu_in_order&list=UL

Messiaen
http://www.dailymotion.com/video/xkww2q_olivier-messiaen-oiseaux-du-japon-yyyy-2_music

Poésie musique et peinture
http://theatreartproject.com/soncouleur.html

Écrit par : kiko | 19/09/2011

Les commentaires sont fermés.