17/08/2008

Chauves-souris pas chauves et sagesse polaire

 

chauve-souris.jpg

 

On ne le répétera jamais assez : les chauves-souris ne sont pas affligées d’alopécie, bien au contraire. Pour s’en convaincre, il suffit de vérifier du doigt la soie floche et grège qui bouloche entre les tragus triangulaires de l’oreillard brun ou de la noctule de Leisler (32 cm d’envergure). J’insiste d’autre part qu’elles ne sont pas des souris, qu’elles sont allergiques au fromage ainsi qu’à l’odeur de formol qui règne dans les laboratoires suréclairés des animaleries.

Ces capricieuses extravagantes préfèrent les insectes et la nuit: la nuit des grottes jurassiques, celle des anfractuosités rocheuses alpines, du clocher des églises médiévales. Ou plus modestement l’obscurité tiède et tranquille d’un capot de camionnette.

Le nom de la chauve-souris est une altération latine de cawa sorix, «souris-chouette». Ce qui ne voudrait pas insinuer qu’elle est exagérément sympathique. Et cela  ne l’apparente pas non pluds à l’ordre des hiboux, grands-ducs et d’autres strigiformes. Ce n’est pas parce qu’elle vole qu’elle est un oiseau!

Bref, cette créature indescriptible semble éprouver un diabolique plaisir à défier les classifications zoologiques. En 1939, elle se fit androïde pour inspirer au dessinateur Bob Kane la silhouette fantasmagorique de Batman, puis hanter de ses ailes en trapèze compliqué le grand écran. Or son grand retour au cinéma, avec Le Chevalier noir de Christopher Nolan, actuellement dans les salles, coïncide avec la XIIe Nuit de la chauve-souris, qui se déroulera à la fin août dans toute la Suisse romande : des Pâquis de Genève jusqu’à la Dent de Jaman sur Montreux, en passant par Saint-Ursanne, Boudry, Sauvabelin*.

On y apprendra mille nouvelles curiosités sur la pipistrelle de Nathusius, la barbastelle commune ou sur le murin de Daubenton, dont la frimousse de gargouille me rappelle celle d’une maîtresse d’école de Chailly, quand elle était en colère.

Je vous recommande pour vous y préparer le dossier hors-série, admirablement exhaustif,  de l’hebdomadaire Terre & Nature, paru jeudi. On y apprend qu’il existe 28 espèces de chauves-souris en Suisse, et plus de mille dans le monde.

www.ville-ge.ch/mhng/cco

Une dictée de rentrée

Les chauves-souris sont ses chiroptères. Dans leur immense variété on recense aussi des rhinolophes, des minioptères, des vespertilions. Ces noms ont une graphie hirsute et griffue comme elles. Une semaine avant la nuit qui leur sera consacrée, je vous suggère de répondre à l’invitation de mes amis de la Couronne d’Or, à Lausanne. Ils organisent le dimanche 24 août une Dictée de la rentrée, qui sera induite par une demoiselle Rochat  au regard joliment sévère et au minois très mentonnier. Un entraînement salutaire.

Premier prix : un lot de saucisses aux choux. (Dès 20 heures, entrée libre). 

La Couronne d'Or,

Rue des Deux-Marchés 13

1005 Lausanne

www.couronnedor.ch

La féerie sédunoise à Rausis est sur le web

J’ai annoncé, il y a déjà quelques semaines, le grand spectacle sons et lumières que Daniel Rausis a organisé sur la colline de Valère à Sion, sur un beau texte de Noëlle Revaz et une musique signée Lee Maddeford. On a volé l’épée de la Régalie, qui met aussi en gerbe des timbres exceptionnels, dont les voix de Marthe Keller, d’Yvette Théraulaz, de Christine Vouilloz, de Roland Vouilloz. Du Rausis itou, soit dit en passant – et qui est du plus beau cuivre, ses fans d’Espace 2 ou de la Première en conviendront.

Or voilà qu’il vient de fabriquer sur internet un site  (avec chansons téléchargeables) pour aider à la promotion de sa féerie versaillaise à la mode valaisanne :

http://mx3.ch/artist/regalie

 
malaurie1.jpg
Malaurie, Merlin du Grand-Nord

A la fin de 2007, j’ai eu le plaisir et l’honneur de converser durant trois ou quatre fois cinq minutes avec ce grand conquérant des pôles. Il passait en coup de vent à Genève avec sa crinière blanche et sa volubilité charmeuse. L’entretien fut éphémère, mais j’en sortis comblé d’idées et de sensations nouvelles. Toutes belles et troublantes.

Voilà exactement 60 ans cette année, que Jean Malaurie explore la nature et les peuples nordiques. Il s’y est acclimaté en chaman. Les Inuit du Canada et du Groenland, les Lapons de Scandinavie et de Sibérie, sont désormais pour lui des amis vrais qui lui font confiance, et lui révèlent sans crainte des secrets de vie, et des symboles ancestraux d’autant plus instructifs (pour le reste de l’humanité) qu’ils sont en péril.

Parallèlement, son expérience scientifique est respectée  par toutes les nations riveraines de l’océan Arctique. (Il est par exemple président à vie de l’Académie polaire d’Etat de Saint-Pétersbourg). Cela l’autorise plus que d’autres à sonner la cloche d’alarme de la pollution qui menace cette banquise qui nous semble trop éloignée. Mais dont la disparition serait une catastrophe planétaire.

Depuis le samedi 9 août, quatre films de Jean Malaurie sur la Saga des Inuit sont diffusés sur France 5. Les téléspectateurs qui ont manqué hier celui intitulé Vers le meilleur des mondes, pourront le voir mercredi prochain, 20 août, à minuit 30.

Ils en apprécieront le suivant, le samedi 23 août, à 13h 20 : Le futur a déjà commencé.

Toutes les informations sur le site de france5 

Le site officiel de Jean Malaurie

www.jean-malaurie.fr

 

Commentaires

Je crois que le sieur Malaurie n'aime pas beaucoup Mike Horn. Je l'ai vu sur Arte qui se fichait de sa g..., quand il exhibait ses gelures: "Un Christ moderne avec ses stigmates..." C'était très drôle.

Écrit par : Hella | 18/08/2008

Les chauves-souris font parfois bêtement peur aux humains, mais aux fouines, aux hiboux ou aux chats. Et ça en fait des ravages

Écrit par : Osvaldo | 18/08/2008

N'oubliez pas les éoliennes. Ces chers amis Verts préconisent ces grands moulins pour leur beauté et pour leur nécessité écolo, mais écologiquement ils sont nuls: chque éolienne tue chaque année entre 5 et 11 chauves-souris...

Écrit par : Bibi | 18/08/2008

Le dossier Terre & Nature est certes bien fait... Mais que-ce que Chessex vient y faire? (Page 13)

Écrit par : KIM | 18/08/2008

Monsieur malaurie est peut-être simplement un peu jaloux de la relève.

Écrit par : Suren | 18/08/2008

mais écologiquement ils sont nuls: chque éolienne tue chaque année entre 5 et 11 chauves-souris...
Ich kann nur lachen...
Cela s'appelle de la sélection naturelle, Bibi. Vraiment dommage que cela n'existe plus pour les humains.

Écrit par : Géo | 18/08/2008

Les commentaires sont fermés.