31/08/2008

Des colchiques sans venin pour Gilda

colchiques_photoshop.jpg

 

 

Bonjour septembre! C’est le neuvième mois de l’année, mais son préfixe sept- nous rappelle que l’année romaine débutait en mars. C’est encore l’été, mais avec Verlaine on salue déjà des couleurs matinales «aigrelettes et clairettes». Arrière-saison. Le trottoir ouest de l’avenue Georgette, à Lausanne, est semé de quelques feuilles d’érable brunes et racornies; la corneille semble avoir doublé de volume, elle est plus noire.

Dans les prés, fleurissent fleurissent les colchiques, comme dans la comptine.

http://dispourquoipapa.free.fr/comptine/ct0042.htm.

Ce sont des plantes monocotylédones bulbeuses, aux fleurs violacées allongées. Leur nom provient du moyen français colchicum, du grec kolkhikon, herbe de Colchide, le pays de la magicienne Médée, et qui correspond à la Géorgie actuelle… (Les coïncidences, ça ne s’invente pas. Proverbe abzakhe). Elles contiennent un poison violent, la colchicine. Elles ont inspiré à Guillaume Apollinaire ce poème, tiré d’Alcools (1913):

Le pré est vénéneux mais joli en automne
Les vaches y paissant
Lentement s'empoisonnent
Le colchique couleur de cerne et de lilas
Y fleurit tes yeux sont comme cette fleur-là
Violâtres comme leur cerne et comme cet automne
Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne.

Kleptomanie féline

chtaamoureux.jpgPour faire plaisir à Chantal, une lectrice qui m’est très chère, j’agrémenterai à nouveau mon éphéméride de petites observations cueillies dans le Dictionnaire amoureux des chats de Frédéric Vitoux (Ed. Plon/Fayard).

Le chat est-il voleur?

«C’est une infamie! s’indigne l’académicien. C’est attribuer au chat une volonté de transgresser des codes moraux dont il ignore miséricordieusement l’existence.»

Mais soit, il admet que le chat «ne se gêne jamais». Que «le monde est pour lui un vertigineux self-service». Et que sa conduite aurait quelque chose de stalinien: «Tout ce qui est à moi et à moi; tout ce qui est à toi est négociable.»

Le Voyage de Monsieur Perrichon

Ce célèbre vaudeville du grand Labiche inaugure dès demain 2 septembre, la saison montreusienne du TMR, dédiée à l’humour et à la comédie.

Une mise en scène signée Henri Lazarini.

Avec, entre autres, Corinne Le Poulain et Roger Pierre.

www.theatre-montreux-riviera

Les gants noirs de Rita Hayworth

gilda06.jpgCe soir, dimanche 31 août, à 21 heures, la Cinémathèque suisse projette à Montbenon Gilda, un film mythique de Charles Vidor, sorti en 1946, et dont la figure centrale a hypnotisé le monde par sa beauté sui generis, et une certaine manière de retirer ses gants: Rita Hayworth (1918-1987) est moulée dans un fourreau noir, et chante Put the Blame on Mame, puis Amado Mio, en s’éployant avec la grâce d’une branche d’orchidée.

Cela dans de superbes effets contrastés et la perfection des images en noir et blanc.

Durant des décennies, Rita («la plus belle femme d’Amérique», un pendant ténébreux roux flamboyant de la blonde Marilyn) fut adulée pour cette séquence chantée – en fait par la voix d’une certaine Anita Ellis…

La légende de Gilda la poursuivit malgré elle, alors qu’elle dut son meilleur rôle à Orson Welles, un temps son époux, dans la Dame de Shanghai, en 1948. Son écœurement fut extrême quand l’armée américaine colla son image au fuselage d’une bombe atomique, baptisée elle aussi «Gilda», et qui fut larguée sur l’atoll de Bikini le 1er juillet 1946.«Femme fatale», «déesse de l’amour», «fleur vénéneuse du film noir»… Cette incomparable séductrice avait peut-être du venin en elle. Mais elle en fut la première victime:

«J’ai toujours été utilisée et manipulée par les hommes, dira un jour Rita Hayworth, en se reconnaissant comme une star fabriquée. Le premier qui m’ait exploitée était mon père. Il savait que de m’exhiber à ses côtés ne pouvait que plaire au public. Il savait que cela lui rapporterait un peu plus d’argent. Et nous en avions besoin!»

Commentaires

En tout cas, le chat a une conduite moins respectueuse des règles énoncées par les hommes que le chien. Cela prouve qu'il a du caractère, ou que, consciemment ou non, il tient un peu plus du diable. D'ailleurs, le sorcier Gargamel possédait un chat, et non un chien.

Le Voyage de M. Perrichon, représenté en 1860, fut joué pour célébrer le rattachement du mont Blanc à la France. Le sentiment du bourgeois moyen de Paris, vis à vis de cet heureux événement, s'y trouve plaisamment peint. A cette époque, remarquons-le, il fallait encore passer par Genève pour atteindre Chamonix.

Écrit par : R.M. | 31/08/2008

J'ignorais ce détail concernant la pièce de Labiche, merci R.M!

Écrit par : Gilbert | 31/08/2008

Sur un 78 tours de mes grands-parents, y avait l'image de Rita chantant Amado Mio, alors que ce n'était pas elle... Du playback comme à Pékin avant la lettre?

Écrit par : Sohala | 31/08/2008

Non, au cinéma c'est un phénomène courant. Dans My faire lady, ce n'est pas non plus Audrey Hebpurn qui chante, mais Julie Andrews je crois.

Écrit par : KIM | 31/08/2008

Le Petit Chat voleur (The Robber Kitten) est un court métrage d'animation américain de la série des Silly Symphonies Réalisé par David Hand, pour United Artists, sorti le 13 avril 1935.



cf: http//fr.wikipedia.org/wiki/Le_Petit_Chat_voleur

Écrit par : Solal | 01/09/2008

My Fair Lady: au cinéma, le rôle d'Eliza aurait dû échoir à celle qui l'interpréta sur scène, Julie Andrews , mais Audrey Hepburn lui fut préférée par le directeur du studio, Jack Warner.Malgré de longs mois de travail, George Cukor et Jack Warner décidèrent pourtant de remplacer la voix d'Audrey sur les chansons par celle de Marnie Nixon (et non pas Julie Andrews) Ce fût une trahison humiliante pour Audrey, et sans doute une des raisons qui lui ont coûté la nomination aux Oscars pourtant largement méritée.

Écrit par : Xénius | 01/09/2008

Attention, il y a aussi des colchiques à floraison printamières: la campanette des Alpes notamment qui fleurit parmi les jeunes feuilles à la fonte des neiges et ressemble à un crocus.

Écrit par : Ellis | 02/09/2008

Les sorciers et les poètes (Baudelaire, Léautaud) ont des chats, les président américains ont tous obligatoirement un chien. Giscard et Mitterrand aussi...

Écrit par : Gérald | 02/09/2008

Je ne sais pas pourquoi, je suis sûre que Calmy-rey n'aime pas les chats. C'est électrique comme impression...

Écrit par : Adelita | 02/09/2008

Tiré de Caniforum, mars 2007:

Le labrador a la cote
Un chien fera-t-il son entrée à l'Élysée dans quelques jours ? Si les candidats n'ont guère évoqué leur intérêt pour les animaux domestiques, le palais présidentiel abrite déjà un toutou que Jacques Chirac « gâte terriblement », à en croire Bernadette. Il s'agit d'un bichon maltais bien nommé... Sumo ! Georges Pompidou fut sans doute le premier Président français à élever un labrador à l'Élysée, mais ce fut en toute discrétion. En revanche, son successeur, Valéry Giscard d'Estaing, profitait de son amour pour les chiens et pour la chasse afin d'attirer les médias sur son labrador noir et sur Jugurtha. Ce braque de Weimar « avait un défaut épouvantable, raconte le locataire de l'Élysée de 1974 à 1981 : il mordait par-derrière ! » Si bien que, lors des cérémonies importantes, il fallait l'enfermer ! Mais la grande passion de Giscard d'Estaing reste les labradors, dont un s'était enfui du palais. Le Président avait alors pris lui-même l'initiative de le retrouver dans les rues de Paris ! Il a permis au grand public de découvrir le labrador noir, alors qu'on ne connaissait que le chien de couleur sable. Aux États-Unis, en décembre 1997, Bill Clinton a présenté aux médias son cadeau de Noël : Buddy, un petit labrador chocolat. Le nombre de demandes de chiots de cette couleur a explosé au cours des semaines suivantes !


Baltique et Mitterrand inséparables
Baltique, dont les mémoires ont été publiés sous le titre Aboitim*, reste le toutou qui aura marqué le cœur des Français. Il faut dire que François Mitterrand avait fait de ses labradors noirs ses inséparables compagnons de route : il abandonna une visite officielle pour assister l'un de ces chiens mourant ; il proposa, le plus plaisamment du monde, de nommer Baltique au Conseil économique et social ; et il demanda à ce qu'elle assiste à ses obsèques. Baltique a même été érigée en statue, aux côtés de son maître, dans le centre-ville de Soustons, à quelques lieux de Latché. Renaud en a même fait une chanson, dans laquelle il rappelle que, le jour des obsèques de François Mitterrand, le labrador noir est resté sagement assis devant la porte de l'église de Jarnac durant toute la cérémonie.

Écrit par : Suren | 02/09/2008

Bonjour,
La photo "Colchiques" que vous utilisez sur votre site m'appartient et est protégée par un copyright.
Le détournement que vous en avez fait sans autorisation est puni par la loi et je l'ai fais constater par un huissier. Un tel détournement est généralement réparé par une amende d'un montant de 1 500 €.
Avant de me tourner vers un tribunal, je vous prie donc de vous mettre en contact avec moi pour définir à l'amiable la réparation de ce préjudice.
Cordialement,
françois laurens

Écrit par : Francois Laurens | 26/06/2011

Les commentaires sont fermés.