03/07/2009

Jean-Pierre Althaus, clown-titan en sa chrysalide

althos3+.JPG

 

.

Il est furieusement photogénique, et il le sait. Il connaît lexpressivité de ses mains, le charme de son zézaiement nuancé, tous ses muscles faciaux, et il en joue. Car le directeur de lOctogone, qui célébrera à la rentrée les trente ans de ce théâtre quil dirige depuis sa fondation, a dabord été un comédien. Et il lest resté. 

.

De stature titanesque mais élastique, Jean-Pierre Althaus a surtout gardé, à 60 ans, un beau rire convulsif de lycéen.  Quelquun lui avait dit jadis: «Tu fais penser à un Michel Simon jeune.» Ce mammouth du cinéma avait démarré sa carrière en faisant des pantomimes à Paris. Or les rôles de clown ont aussi tenté Althaus dès son adolescence. Aux cours dart dramatique de Carouge, son maître Philippe Mentha ly avait fortement encouragé. Puis un jour, Max van Embden, qui avait été le partenaire du grand Grock, lui expliqua que le métier était harassant: «Il faut une heure pour te grimer, et une demi-heure pour te démaquiller»  Il y viendra quand même, mais en 2004, dans une création avec Michel Grobéty, Paradis Lapin, alors quil est directeur de lOctogone depuis déjà 25 ans et celui des affaires culturelles de Pully depuis trois lustres.  «Apercevoir Mentha dans la salle fut une des plus fortes émotions de ma vie.»

.

 

Pour les festivités pulliéranes du trentenaire, Jean-Pierre Althaus jouera dès le 25 septembre sur sa propre scène un one-man-show de son cru quil a intitulé Le clou du spectacle est dans la boîte à outils. «Un hommage aux techniciens, mes si précieux collaborateurs, mais aussi à mon grand-père  paternel.» Etonnante personnalité, ce Marc Althaus, qui régna sur les coulisses du grand-Théâtre de Genève jusquà lincendie dévastateur de 1951, puis sur celles de la Comédie où il laissait folâtrer son petit-fils. «Personne dautre nosait entrer dans sa régie, pas même Robert Hossein quil terrorisait! Grand-papa travaillait en robe de chambre à langlaise. Il me fit côtoyer les plus grands acteurs du moment.»

.

 

Lenfance de Jean-Pierre Althaus se déroula dans le quartier populaire des Grottes, mais son père était carrossier à Carouge. «Gamin, je connus ainsi leuphorie de rouler en ces puissantes bagnoles américaines des années soixante devenues pièces de collection: des Pontiac, des Chevrolet, des Cadillac roses. Quand mon père en garait au pied de notre modeste immeuble, ça faisait un drôle deffet dans lenvironnement ouvrier.» A la mort de ce père bien aimé en 1998, il fut ému de redécouvrir lappartement de son enfance. Il ny était jamais retourné: «Ma chambre à coucher, à jouer, avait tellement rétréci. Je men souvenais comme dun palais!» Précision: le directeur de lOctogone mesure 1 m 91.

.

 

Se confronter aux premières années de sa vie nest pas quune épreuve quand on a une fibre nostalgique: souvenirs amusés dune grand-mère maternelle qui avait été pianiste aux armées et martelait du jazz avec des doigts costauds, tout comme les siens. «Elle, lartiste, me déconseilla de me lancer dans le théâtre au lieu de devenir carrossier comme mon père. Ou alors, il fallait que je fasse des études. Ce que je fis – par correspondance – parallèlement à ma formation et à ma carrière de comédien. Cette seule condition fut demandée aussi par mes parents. Je leur suis reconnaissant: mes diplômes universitaires mont permis daccéder à ladministration du théâtre principal de la commune de Pully et à celui de sa vie artistique. Un travail exigeant, à plein temps, et qui me captive autant que mes activités annexes de comédien et décrivain – que jai la possibilité dexercer aussi .» Tout est affaire dorganisation. Jean-Pierre Althaus  sait gérer non seulement le budget culturel dune ville importante, mais aussi sa solitude. «Jai été marié, je nai pas denfants. Pourtant jadore les enfants, ils maiment en retour. Mon côté clown naturel, peut-être. Une profession vers laquelle je machemine. La fascination que je lui porte est fellinienne, viscérale. Elle fait un peu peur. Ma retraite, cest dans deux ans.»

 

Le trac nest-il pas le dopage favori préféré des comédiens?

.

 

 

www.theatre-octogone.ch

 

Redécouvrez son blog:

http://althaus.blog.24heures.ch

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

BIO

 

1949

Naît à Genève. Père dorigine bernoise, mère Valaisanne. Partage sa jeunesse entre les Grottes et Carouge.

 

1971

Après des cours dart dramatique chez Mentha, il est engagé par François Simon (fils du Michel) comme acteur et assistant. Suivent neuf ans dactivités intenses: tournées théâtrales - aussi avec la Compagnie Renaud-Barrault, et Laurent Terzieff -  téléfilms, études universitaires par correspondance.

 

1979

Création de lOctogone. Il en devient le directeur. Neuf ans après, il est chef des affaires culturelles de Pully. Journalisme -  culturel et sportif.

 

2002

Tout en écrivant pour la scène, il publie un roman fantastique et théologique: Le mystère de Sétépen-Rê.

 

2005

Crée un spectacle de clowns avec Michel Grobéty.

 

 

 

 

11:55 Publié dans Portraits | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.