28/04/2010

Rêves d'envol

HOMMVOLE.jpg

Maurice Pittet (1937-1999), un ami peintre de la vallée de Joux, qui était de tempérament férocement (presque joyeusement…) atrabilaire, m’expliquait qu’il parvenait à s’extirper de ses ruminations ténébreuses et du marasme où le plongeaient les soucis les plus quotidiens, les plus prosaïques, en se criant à lui-même: «Fous-toi de ça, vois grand!»

Cette thérapie par l’autosuggestion philosophique était opérante, car il éprouvait aussitôt la sensation voluptueuse d’être propulsé au plus haut du ciel, pour s’y désénerver. Elle était euphorisante, l’air trop pur ayant comme on sait un effet narcotique (même en imagination). L’illusion s’évanouissant, l’artiste combier se retrouvait «le front collé au plancher des vaches.»

Or ce rêve icarien peut heureusement se réaliser: l’alpinisme est pour de nombreux Vaudois non seulement un sport, un loisir atavique, mais un besoin presque physique; qui s’agrémente d’une connaissance - plus avancée que dans d’autres pays- du vol des oiseaux. On grimpe avec ses pieds au plus haut des monts afin d’y voir s’élever encore davantage, et planer, des créatures auxquelles on s’identifie, comme dans les contes orientaux, et qui nous font voler par procuration.

Avant qu’ils ne se mettent eux-mêmes enfin à voyager, les Vaudois allaient traditionnellement, en famille les dimanches, se promener dans les ports lacustres – ou dans les gares, sur des terrasses d’aéroport – pour se distraire, voire se régénérer l’âme, en contemplant le départ des autres. Cela leur rappelait certaine récréation du temps des colonies de vacances, où les enfants rassemblés sur un talus participaient au lancement d’une myriade de baudruches multicolores, à la tige desquelles chacun avait suspendu un message personnel adressé à un destinataire inconnu d’outre-montagnes et d’outremer. Voyager dans sa tête, était aussi une façon – belle et poétique - de prier.

 

Commentaires

La prière, je ne connais pas.
Par contre, je pratique la méditation et il m'est arrivé de rêver que je volais. Ces deux dernières choses n'ont aucun rapport entre elles. Méditer permet une réintégration de Soi et une canalisation de la pensée. Découvrir le sentiment d'être capable de voler par ses propres moyens, s'élever dans l'air et se déplacer où l'on veut par l'effet de sa volonté est tout simplement.... indescriptible.
Allez-vous dire que la prière procure les mêmes effets ? c'est bien possible.

Écrit par : Rabbit | 29/04/2010

Oui, comme Rabbit, j'essaie aussi de prendre de la hauteur, de prendre mon envol en méditant et "méditer permet une réintégration de Soi". C'est alors la plénitude du moment présent je crois. Il y a des façons de prier, ne serait-ce que dans une rencontre imprévue et bienfaisante!

Écrit par : cmj | 29/04/2010

Les commentaires sont fermés.