16/06/2010

Yves Simon, la burqa et le visage universel

yves-simon.jpg

 

 

"Un visage, une mappemonde de l'au-delà". C'est le titre d’une chronique de l’écrivain et chanteur français Yves Simon (photo), qui a écrit entre autres La Manufacture des rêves et chanté L’Autre côté du Monde.  Parue dans le quotidien «Le Monde» du 13 mai, elle m’a été indiquée par mon ami dessinateur Gilles Poulou, de Lausanne, avec lequel il correspond. En voici le texte - une réflexion inspirée sur le port de la burqa: 

 

 

 

Dissimulée derrière un voile noir d’où n’apparaît que le brillant de ses yeux, une Française convertie de trente-six ans, Nadia Bouazza vient de déclarer à la presse : « Si on devait interdire le port de la burqa ce serait une intolérable atteinte à la vie des gens». Elle a tort. Si les visages sont notre bien propre, chacun d’eux fait partie du patrimoine mondial, il est le représentant de l’humanité tout entière et en cela ne peut se soustraire à la chaîne des six milliards d’individus à laquelle il appartient. Le masquer est « une intolérable atteinte » à l’histoire des femmes et des hommes.


Les visages parlent sans avoir à bouger les lèvres, sans voix ils racontent une histoire qui vient de loin, l’histoire de la beauté et de la laideur, celle de la jeunesse et des rides, ils disent l’enthousiasme et l’émotion, le souci et la joie, l’embarras, la peur aussi. C’est l’offrande de soi faite au premier venu, à l’inconnu, qu’il soit puissant ou miséreux : je t’offre mon visage pour que tu saches un peu de moi, d’où je viens, si ma peau burinée raconte d’anciens soleils, si ma peau trop transparente indique des globules rouges déficients ou que je viens d’Irlande. Mon nez te parle, mes joues te parlent, comme mon front et mon menton, eux aussi racontent la témérité, la volonté, les soucis ou l’amour des sucreries… Ton visage me parle tout autant. Nos deux ovales de peau émettent pour chaque autre un avis sur soi. Je suis mon visage et tu es ton visage. Lorsque le hasard nous fait nous rencontrer, je t’offre et tu m’offres, dans le même temps, ton image car cette partie de nous se partage à égalité, en fraternel étonnement.


Ce sont eux, les visages, qui restent enfouis dans nos mémoires pour restituer la personnalité de nos morts. Alors on les enchâsse, on encadre leurs portraits, on leur parle et on les embrasse, on les étreint comme des personnes et on verse des larmes rien qu’à les retrouver le soir, de retour chez soi : on chérit ces icônes de nos vies qui nous restituent l’homme, la femme, l’enfant que nous aimions. Comme dans un hologramme où un seul des points de l’ensemble représente l’image dans son entièreté, chaque visage est l’émissaire d’une personnalité, d’un corps tout entier, il est l’ange-messager qui annonce, sans un mot, les bonnes et mauvaises nouvelles, l’ambassadeur de nos troubles et de nos humeurs : le visage est la personne, et il étonne.


Les visages sont des aimants, comment ne pas être tout simplement heureux de se délecter à une terrasse de café de les voir défiler comme au théâtre, sous nos yeux, deviner les gammes de sentiments et de tourments qui les envahissent, une naissance, une souciance, une jalousie, s’en repaître et se sentir en concordance avec eux – reliés -, en choisir un pour aussitôt l’oublier, ou alors y repenser, cette planète nous a touché, on aurait pu, on aurait dû, appeler, courir, les choses vont si vite, et Proust qui s’émeut : « ce regard avec lequel un jour de départ on voudrait emporter le paysage qu’on va quitter pour toujours ».


Figures de l’au-delà, sacrés sont les visages, ce sont eux qui nous relient à l’infini de nos pensées, de nos rêves éveillés, qui ouvrent nos regards vers l’ailleurs, ce lieu indéfini qui nous conduit au plus profond de nous et au plus secret de l’autre. Les visages se rident, ils sourient, ils ravissent ou effraient, ils racontent au monde leur monde, ils sont Hermès sculpté par Praxitèle, Périclès par Crésilas, la Mélancolie de Dürer et la Séphora de Botticelli, les effarés du Treis de Mayo de Goya et l’adolescent Rimbaud photographié par Carjat, ils nous percutent, ils nous hantent, ils nous émeuvent.. Par delà l’espace par delà le temps. Depuis la Grèce antique, en passant par la Renaissance, jusqu’à aujourd’hui, l’occident a sculpté, peint, photographié des millions de visages, il les a tous sacralisés et bénis, notre culture du portrait nous a porté à ne jamais en banaliser un seul, à ne surtout pas les dissimuler: ils sont nos références esthétiques, nos éblouissements comme les nœuds vivants de nos empathies.


Chaque visage est un morceau d’univers, un zeste de divinité, une parcelle de Dieu qui à Lui seul serait tous les visages. « Le visage est le lieu du sacré par excellence » dit l’anthropologue David Le Breton. Regarder un seul visage, c’est voir l’humanité tout entière, c’est entrevoir le ciel et les étoiles, se laisser happer par l’infini cosmos « dans un pur arrachement au quotidien, sans plus de référence au religieux ». Un visage, une mappemonde de l’au-delà.


Yves Simon

 

 

Commentaires

"Persona" vient du masque du théâtre grec puis latin. La bouche en porte-voix du masque explique per-sonare.
Quelqu'un qui cache son visage n'est plus une personne. C'est d'ailleurs bien le but de ceux qui veulent faire porter le voile intégral aux femmes. Vous avez remarqué comment certaines d'entre elles adorent se soumettre ?

Écrit par : Géo | 16/06/2010

PERSONA n'est qu'apparence et le risque, Jung dixit, est que mon MOI s'identifie avec l'image que les autres ont de moi-même: DANGER ! Mais en qualité de grand voyageur, vous n'êtes pas sans savoir que, quelle que soit sa couleur de peau ou, quelle soit entièrement nue ou recouverte d'un voile de la tête aux pieds, la femme reste parfaitement conforme à son "gender". Donc, sous n'importe quelle latitude ou déguisement, c'est toujours la même que l'on rencontre: ce qui est passionnant et rassurant.
A vous.

Écrit par : Rabbit | 17/06/2010

Ce texte est magnifique, Merci beaucoup! Et oui: chaque visage est une parcelle de Dieu qui à Lui seul serait tous les visages! Un visage, c'est l'humanité tout entière!
Je veux caresser tous les visages de mon regard aimant!

Écrit par : cmj | 17/06/2010

Ce texte est magnifique, Merci beaucoup! Et oui: chaque visage est une parcelle de Dieu qui à Lui seul serait tous les visages! Un visage, c'est l'humanité tout entière!
Je veux caresser tous les visages de mon regard aimant!

Écrit par : cmj | 17/06/2010

"C'est une illusion naïve de croire que notre image est une simple apparence, derrière laquelle se cacherait la vraie substance de notre moi, indépendante du regard du monde. Avec un cynisme radical, les imagologues prouvent que le contraire est vrai : notre moi est une simple apparence, insaisissable, indescriptible, confuse, tandis que la seule réalité, presque trop facile à saisir et à décrire, est notre image dans les yeux des autres. Et le pire : tu n'en es pas le maître. Tu essaies d'abord de la peindre toi-même, ensuite, au moins, de garder une influence sur elle, de la contrôler, mais en vain : il suffit d'une formule malveillante pour te transformer à jamais en lamentable caricature"
Paul, in "L'immortalité" de Milan Kundera, p.156 de l'édition nrf de Gallimard 1990.

C'est peut-être pour cela que cela m'escagasse que l'on me pique mon pseudo ou que l'on signe de mon véritable patronyme ?

Écrit par : Géo | 17/06/2010

"Mais en qualité de grand voyageur, vous n'êtes pas sans savoir que, quelle que soit sa couleur de peau ou, quelle soit entièrement nue ou recouverte d'un voile de la tête aux pieds, la femme reste parfaitement conforme à son "gender"."

Cela me fait penser qu'il faudrait corriger une grande injustice. On voit partout ces bâches parlantes, mais pas de femme entièrement nue. Si la nudité était acceptée dans les mêmes contextes que les visages couverts, à mon avis les femmes resteraient toujours les mêmes, mais les bâches disparaîtraient comme par enchantement. Et pour parfaire l'égalité, il faudrait qu'il y ait des hommes nus dans les rues, puis des hommes intégralement voilés, sinon, nous sommes dans une société totalitaire, inégalitaire que dis-je, dans une démocratie bananière.

Écrit par : Inma Abbet | 17/06/2010

1° "Escagasse" n'est pas un vocable de l'Est-Vaudois, donc ce n'est pas Géo .
En aparté, j'ai bien peur que le vrai ait été réaliser quelque gaminerie pyrotechnique en Libye. Après ce qu'il a dit sur elle, je doute que Mme C.R. aille le récupérer aux frais de la Confédération.

2° Qu'y a-t-il sous la burqa ? Peut-être le corps doré d'une gazelle du désert revêtu des seules effluves d'un parfum enivrant... "Démocratie bananière", ne fait partie du vocabulaire jardinicole d'Inma Abbet. Donc ce n'est pas elle, non plus.

3° Qui suis-je ?

Écrit par : Rabbit | 17/06/2010

"3° Qui suis-je ?"

Cette question me rappelle cette image:

http://2.bp.blogspot.com/_Qrt472T-jTQ/RrEREFQyzZI/AAAAAAAAALs/OtkISXwmcrw/s400/Principe%2Bdu%2Bplaisir,%2BLe.jpg

Écrit par : Inma Abbet | 17/06/2010

On dirait une photo récente de Dieu. Où a-t-elle été prise ?

Écrit par : Rabbit | 17/06/2010

Interdire ou pas ? That’s the question.

Écrit par : Calu Schwab | 17/06/2010

"Interdire ou pas ? That’s the question."
Autoriser, il n'en est pas question, pas à long terme en tous cas. Nous ne sommes pas en Arabie saoudite. Souvenez-vous, il n'est question que du visage. Qu'elles portent tous les sacs de patates qu'elles veulent, à part ça, si cela leur chante.

Écrit par : Géo | 17/06/2010

IL faut écouter Fadéla M'Rabet dans "A plus d'un titre" sur France Culture de ce mardi dernier.

Elle considère qu'une femme qui se voile ici est raciste et refuse de respecter nos valeurs occidentale, Fadéla M'Rabet est bien sûr musulmanne et surtout biologiste, son discours est sans ambiguité!


A méditer donc!

Écrit par : dominiquedegoumois | 18/06/2010

Il eut été préférable d'entendre l'émission "Les Racines du Ciel", à 21 heures ce même mardi, consacrée au Taoïsme. Même en reconnaissant que la personne chargée de tout révéler à un auditoire médusé a fait quelques raccourcis audacieux, l'animateur de l'émission a avoué être complètement largué après une heure d'antenne. Ca n'a probablement rien à voir avec ce qui précède, mais le WU WEI (无为), mal traduit par "le non agir" (*), était au centre du propos pour illuminer nombre de conflits inutiles et et de débats stériles.

Où je veux en venir? Que l'on fait encore beaucoup d'histoires pour un bout de chiffon, du même niveau que l'agitation à propos du bikini au milieu du siècle passé.

(*) La meilleur approximation du concept de WU WEI se trouve dans la version anglaise de WIKI: "an important concept of Taoism (Daoism), that involves knowing when to act and when not to act. Another perspective to this is that "Wu Wei" means natural action - as planets revolve around the sun, they "do" this revolving, but without "doing" it; or as trees grow, they "do", but without "doing". Thus knowing when (and how) to act is not knowledge in the sense that one would think "now" is the right time to do "this", but rather just doing it, doing the natural thing."

Vous reprendrez bien un peu de café ?

Écrit par : Rabbit | 18/06/2010

En n'agissant pas, la provocation tourne court et le papier et le temps d'antenne seront dédiés à des affaires plus importants. Je comprends bien. Cela dit, dans le chapitre "diviser pour régner", deux attitudes me viennent à l'esprit à propos de ces caprices textiles.

1-Autoriser tout et n'importe quoi. Une fois que les gens commencent à se donner des claques pour défendre leurs privilèges, prérogatives ou prés carrés, les interdictions commencent à pleuvoir.
2- Favoriser le plus fautif dans une querelle.

Je suis au thé vert en ce moment.

Écrit par : Inma Abbet | 18/06/2010

Et si j'ai envie de me promener nu dans mon jardin, qui cela peut-il déranger?

Écrit par : Géo | 18/06/2010

L'esthète qui sommeille en chacun de nous.

Écrit par : Rabbit | 18/06/2010

Je constate que la burqua ou toute ce qui concerne la femme musulmane en général, fait couler beaucoup d'encre masculine et très peu de féminine.

La question c'est Pourquoi?

Écrit par : zakia | 18/06/2010

Parce que le femmes sont soumises et n'ont pas leur mot à dire.

Écrit par : Géo | 18/06/2010

Dans certains bains thermaux, on se promène nu. à Rheinfelden, vous pouvez ainsi traverser le petit chemin entre les petites maisons où se trouvent les saunas. En plein hiver, c'est assez drôle de marcher nu au milieu de la neige, sans ressentir le froid. Cela me rappelait la Finlande.

Écrit par : Inma Abbet | 18/06/2010

Chère Inma, au plaisir de vous y croiser un prochain hiver...

Écrit par : Géo | 18/06/2010

Géo

Mauvaise réponse! J'attends mieux de quelqu'un d'autre que vous, si c'est possible!

Écrit par : zakia | 18/06/2010

Quo usque tandem abutere, Rabbit ? Ou n'importe quel autre connard qui recommence à signer indûment "Géo" au lieu de se trouver un autre pseudo ? Cela vous parait peut-être amusant de m'emmerder de cette manière. Mais le jour où on se trouvera face à face, je vous promets que je vous le ferai regretter très fort. Sans le moindre scrupule, sans hésitation et sans le moindre doute.

Écrit par : Géo | 18/06/2010

Un jour, je l'aurai...

Écrit par : Géo | 18/06/2010

Tuez-les tous, Géo reconnaîtra son Moi...

Écrit par : Rabbit | 18/06/2010

Bonjour à tous. Zakia, je ne suis pas habilité à répondre en me faisant passer pour une dame :) Mais je me demande pourquoi les hommes occidentaux adorent la Sainte Vierge et son voile tout en rejettant les femmes musulmanes et leurs voiles...? Si t'as la réponse, fais-moi savoir... Est-ce pour se laver de tous leurs péchés licencieux en cherchant en permanence à dénuder les demoiselles et les dames qui passent à la télévision, dans les médias, dans la rue, et sur la plage?

Écrit par : pachakmac | 18/06/2010

Je me doutais bien que l'acteur porno amateur avait des tendances cureton. Voilà qui est prouvé...

Écrit par : Géo | 18/06/2010

Une première réponse pertinente du candidat pachakmac, qui dit mieux?

Géo ou le troll du vrai troll Géo : cessez vos enfantillages et comportez-vous en adulte!

Je regrette de pas être très douée pour l'humour (que j'apprécie énormément, malgré mon côté "béniouioui comme aime à me qualifier corto)) sinon j'aurai fait un billet hyper drôle sur l'ambiance folle qui règne sur certains blogs de la TdG, avec ses trolls délirants et hyper excités!

Écrit par : zakia | 18/06/2010

Le cureton vous emmerde! Avec tout le respect d'un diplomate de rue, mon cher Géo. Zakia, ton humour sera un jour dévastateur. un peu de patience, ça viendra. tu verras. A force d'en ramasser plein la gueule, on trouve le chemin qui nous mène vers un humour hurlant...de rire et de larmes... bonne soirée à toi. L'Algérie progresse encore. J'espère qu'elle niquera les Américains. C'est de foot que je parle...

Écrit par : pachakmac | 19/06/2010

"L'Algérie progresse encore. J'espère qu'elle niquera les Américains. C'est de foot que je parle..."

La sélection "algérienne" réussit l'exploit d'être plus absurde que son équivalent "helvétique".

Dix-neuf de ses sélectionnés sont Français... C'était vraiment la peine de bousiller autant de gens, entre attentats et égorgements, pour obtenir l'indépendance...

Écrit par : Scipion | 19/06/2010

Les commentaires sont fermés.