16/10/2010

Les toiles de François Boetschi ont des fragrances musicales

Sous le lichen noir de ses sourcils en ogive, l’œil du cinéaste prospecte les murs de sa ville et y déniche de nouvelles histoires. Les anfractuosités de la molasse verdâtre de Lausanne sont bavardes, il suffit de les écouter avec un regard musical. François Boetschi, y puise désormais une inspiration qui est aussi picturale, sent l’huile, la térébenthine, et a le goût un brin caoutchouteux de l’acrylique. Voici conjuguées dans le cœur d’un homme de 37 ans les correspondances sensorielles de Baudelaire: sonorités, odeurs et saveurs. Auxquelles se joignent les pigments d’une palette.

 

Après avoir réalisé des documentaires culturels, une fiction musicale sur Francioli & Bourquin, des spots publicitaires, plus récemment Dhaka, une fiction de 12 mn sur le Bengladesh *, fondé une revue, François Boetschi  se révèler peintre. Ses peintures sont vives et sensuelles. Depuis vendredi le 15 octobre, il en expose une demi-douzaine à la Portobello Gallery, Cheneau-de-Bourg - un espace joliment rafraîchi et agrandi par Chango Zaza Favre*.

 

 

Elles ont des titres qui carillonnent tristement: Crépuscule de l’ordre, Survol d’une faille. Elles rendent itou hommage au jazz: Pre-war blues, Post-war blues. Elles imitent la craquelure progressive qui ronge les maçonneries de nos rues; les remparts lourdauds de nos mentalités décrépites. En même temps, leurs coloris sont ceux de la tomate savoureuse de Naples, de la moutarde qui pique les narines jusqu’à vrombir harmonieusement dans nos oreilles. Les voici musicales: quand l’arôme acidulé d’une épice vous fait éternuer, vous entendez le chant des étoiles. En croquant un pain qui vient de sortir de son four, vos oreilles s’emplissent de voluptueux croustillements.

Boetschi avait commencé à dessiner dès l’enfance pour conjurer, confesse-t-il, le traumatisme d'un accident qui l’avait cloué à l’hôpital.

Ses tableaux actuels sont tout aussi tragiques. 

Mais cette fois à s’en lécher les babines.

 

Escaliers de Billens 1.

www.portobellogallery.ch

Le film "Dhaka":

http://vimeo.com/11973165

 

Les commentaires sont fermés.