04/12/2010

La papesse Jeanne

PAPPESS.jpg

Des lecteurs de ce blog me questionnent par courriels sur la légende d’une femme qui fut souveraine pontif (pontive?) au Moyen âge. Je me sens emprunté. N’étant point expert en la sainte matière comme le grand Daniel Rausis, d’Espace 2 et des Dicodeurs, en science pontifictionnologique*, je me référerai à des souvenirs personnels anciens.

 

A l’instar de beaucoup d’adolescents, j’eus ma période taroticienne: une passion pour les cartes de ce jeu si prisé dans le midi de la France (quelquefois en Romandie), dont les voyantes font aussi des instruments de divination. Mais autant les tournois sur tapis vert me laissaient indifférent, autant j’éprouvais du scepticisme envers toute forme d’oracle. Seule me séduisaient la beauté des 22 lames principales du Tarot et le mystère de leurs origines qu’on dit égyptiennes. Or elles auraient pu être gitanes, donc indiennes. La carte No 4, celle de l’Empereur, serait maçonnique. La sixième, où figure un amoureux tenté par deux femmes, serait grecque: le juvénile Pâris hésitant entre Minerve et Aphrodite (y manque juste une troisième déesse: Héra).

 

Or la plupart des 22 cartes maîtresses sont d’inspiration chrétienne et médiévale: la 20e est celle du Jugement dernier, la 16e une espèce de tour de Babel, la 5e représente le Pape, et la deuxième la Papesse…

 

C’est pour cette susnommée qu’allaient, et vont encore, toutes mes curiosités. Incarne-t-elle cette fameuse Jeanne du IXe siècle, native de Mayence en Allemagne; qui aurait dissimulé son identité sexuelle pour devenir moine et étudier la théologie en Angleterre? Elle s’y serait énamourée tout en même temps du Christ et d’un étudiant mortel, qu’elle accompagna à Athènes avant de se rendre à Rome sous le sobriquet de Jean l’Anglais. Obtenant un poste de lecteur des Ecritures saintes, la voici admirée pour son érudition, son charisme étrange et l’immense douceur de son visage… Du coup, elle entre dans l’impénétrable Curie, est élue cardinal puis (sous le nom de Jean VIII) finalement pape de 855 et 858. Soit entre les règnes de Léon IV et Benoît III.

Devenu vite très populaire, par sa bonté et sa piété, ce Jean VIII à voix adolescente n’en renie pas pour autant les plaisirs de chair. Séduite par un joli clerc de sa cour qu’elle fréquente en échappant à toute surveillance, Sa Sainteté meurt en accouchant en public, lors d’une procession en l’honneur de l’Ascension, sur le chemin de Saint-Jean de Latran. C’est alors que sa féminité est révélée.

Selon certains historiens- plutôt fabulistes – la papesse Jeanne fut aussitôt tirée par les cheveux, qu’elle avait courts, puis lapidée. Selon d’autres, plus sérieux, sa légende découle de quolibets de l’époque envers le vrai Jean VIII, un pontife masculin que ses sujets traitaient de femmelette à cause de sa pusillanimité face à l’Eglise de Constantinople. Elle procéderait sinon de la mentalité facétieuse des saturnales, du carnaval, de toute fête ancienne masque où c’est l’irrévérence la plus grotesque qui fait la loi.

A l’heure où un pape du XXIe siècle s’obstine à refuser l’ordination aux femmes, c’est ce véto pontifical qui nous paraît grotesque. Aussi, est-ce avec un bonheur piquant que je viens de découvrir en DVD le film de Jean Breschand sur la Papesse Jeanne, réalisé en 2009, avec pour actrice principale l’émouvante caryatide allemande Johanna Wokalek. En ce rôle si complexe, elle a su s’imposer, et imposer aux autres un regard d’homme, de mâle décideur. Cela dans une physionomie ovale indéfectiblement féminine.

Vivement une papesse! 

 

(*) www.biographie.tv/Daniel-Rausis.htm

Commentaires

Le roman de la Papesse Jeanne est aussi l'oeuvre d'Emmanuel Roidis, qui était, entre autres, le premier à traduire les récits d'Edgar Poe en grec. Et, en parlant de traductions, la version française de la Papesse Jeanne est due à Alfred Jarry et Jean Saltas.

Écrit par : Inma Abbet | 04/12/2010

Deouis le début de l'humanité, il y a 100'000 ans, les femmes ont joué le rôle des femmes et les hommes le rôle des hommes. Dans les derniers moments de l'existence de "la race humaine" comme disent les ignorants et les fats (les cons, en langage 1:1) qui constituent le "mainstream" de la pensotance actuelle, la femme veut jouer tous les rôles. Les résultats sont assez affligeants. Mais si c'est cela qui vous convient...

Écrit par : Géo | 05/12/2010

Alors que le véritable Jean VIII a joué un rôle salutaire dans une époque tragique. Au registre des personnages fantasmagoriques, il y a aussi le Prêtre Jean (une histoire de famille ?).

Écrit par : Rabbit | 06/12/2010

Oui, si vous faites allusion à cette figure mythique qui, au moyen-âge, régnait sur les Indes et votre lointaine Cathay. Même Marco Polo fut déçu de ne l'avoir pas rencontré.

Écrit par : Gilbert | 06/12/2010

Oui et ça m'inspire.
Au lieu de devenir empereur de Chine comme prévu, je préfère le rôle d'une figure mythique d'extrême-orient dont on parlera encore dans 700 ans.
Si Géo ne me tire pas comme un lapin avant.

Écrit par : Rabbit | 07/12/2010

Rabbit@ Je ne vous tirerai point. Je ne suis pas comme vous, je ne suis pas de ce bord-là...

Écrit par : Géo | 08/12/2010

Vivement le papet ! Je profite puisque vous êtes tous dans le coin de vous souhaiter bonnes fetes de fin d'année depuis Buenos Aires.

Écrit par : Calu Schwab | 10/12/2010

Bonnes fêtes à vous aussi, dans votre été austral :-)

Écrit par : Inma Abbet | 10/12/2010

Je mangerai ce soir un papet en trinquant à votre santé, cher Calu.

Tous mes voeux à vous!

Gilbert

Écrit par : Gilbert | 10/12/2010

Il me semblait bien que j'avais reconnu son accent ! C'est déjà les vacances, chez vous ? on s'y prend tôt, dites donc...

Ah, les barbecues dans la Pampa et les pic-nics de Noël à la plage ! Toute ma jeunesse ! Un petite virée en vue en Patagonie ou à Santiago ?

Mes voeux pour un monde meilleur dans lequel vous aurez la meilleure place.

Rabbit & Co.

Écrit par : Rabbit | 10/12/2010

Ce cher Rabbit voyage décidément trop, à nous rendre jaloux. Il ne se contente pas d'être Marco Polo. Il est Magellan.

Écrit par : Gilbert | 10/12/2010

Lao Tseu a dit: "Le XXIe siècle sera virtuel ou ne sera pas".

Écrit par : Rabbit | 10/12/2010

Il aurait même recommandé de trancher des cous dans le Lotus Bleu, pour trouver la vérité. Mais si votre Malraux chinois m'y conduit philosophiquement en me tenant la main, je retournerai volontiers aux bains thermaux de Charmey. Quitte à faire trois fois un tour du monde internautique.

Écrit par : Gilbert | 10/12/2010

Moi?...Jeanne aussi!. Pas de papet ici. Que du stoemp aux poireaux avec saucisse sans chou :(
Heureusement pas papesse à Bruxelles, d'où je t'envoie bons voeux.
Gisèle

Écrit par : Rosimus Gisèle | 10/12/2010

Merci Inma,Gilbert et Rabbit.Les vacances sont presque lá Rabbit, il fait deja assez chaud (26-27)! J'attends toujours votre visite et je reitère mon invitation également aux autres.
La porte de la maison est toujours ouverte aux amis :). Tout de bon !

Écrit par : Calu Schwab | 13/12/2010

Calu@ Je ne suis pas votre ami!

Écrit par : Géo | 15/12/2010

Personne ne songe à lui donner son médicament ? Il va être odieux toute la journée.

Merci Calu. Nous bouclons les valises et nous arrivons. Mais, le temps de trouver un établissement psychogériatrique où placer Géo.

Écrit par : Rabbit | 15/12/2010

Géo, vous êtes aussi sur la liste !

Écrit par : Calu Schwab | 16/12/2010

Calu@ Vous ne devriez pas ignorer que votre cher Rabbit / PAR et consorts englobe parfois mon pseudo dans ses diverses personnalités. Le commentaire ci-dessus n'est pas de moi, même si très crédible. Eh oui, Rabbit et consorts nous connaissent bien...

Écrit par : Géo | 16/12/2010

Janus gouvernant la communication

Écrit par : Calu Schwab | 16/12/2010

Les commentaires sont fermés.