12/05/2011

La grâce des pivoines et la santé de Flaubert

APIVOINN.jpg

La pivoine est ma fleur préférée avec la clématite. De loin, d’aucuns la confondraient avec la rose, mais elle lui est – à mon sens – supérieure par son air de nonchalance feinte, sa rébellion à toute domesticité horticole, son passage éphémère dans l’année. Sous nos ciels, elle fleurit un peu plus tard qu’en Toscane ou en Ombrie, mais la voici déjà qui émaille par ses boules rose-thé, framboise ou auburn les étals de la Palud, ou du marché de Vevey.
Cultivée en Chine depuis le VIIe siècle, elle y est vénérée comme le symbole de la beauté féminine.
La pivoine officinale, appelée aussi Rose de Notre-Dame, a des vertus curatives. Elle aurait pu guérir Gustave Flaubert de sa maudite épilepsie. La volonté solaire du grand écrivain avait commencé à décliner alors qu’il s’efforçait d’achever son roman «philosophique» Bouvard et Pécuchet.
«Il est mort d’une attaque d’épilepsie congestive, rapporte Edmond de Goncourt. Oui, avec tous les symptômes, l’écume à la bouche… Tenez, sa nièce désirait qu’on moulât sa main, on ne l’a pas pu; elle avait gardé une si terrible contraction… Peut-être, si j’avais été là, en le faisant respirer une demi-heure, j’aurais pu le sauver…»
La pivoine, Flaubert la célèbre dans un de ses Trois Contes. Trouvez lequel chers blogueurs, en vous éclairant à partir de cet extrait:

«Des guirlandes vertes pendaient sur l’autel, orné d’un falbala, en point d’Angleterre. Il y avait au milieu un petit cadre enfermant des reliques, deux orangers dans les angles, et, tout le long, des flambeaux d’argent et des vases en porcelaine, d’où s’élançaient des tournesols, des lis, des pivoines, des digitales, des touffes d’hortensias. Ce monceau de couleurs éclatantes descendait obliquement, du premier étage jusqu’au tapis se continuant sur les pavés; et des choses rares tiraient les yeux. Un sucrier de vermeil avait une couronne de violettes, des pendeloques en pierres d’Alençon brillaient sur de la mousse, deux écrans chinois montraient leurs paysages. Loulou, caché sous des roses, ne laissait voir que son front bleu, pareil à une plaque de lapis.»

 

 

Commentaires

au marché ce matin il y avait des pivoines et j'ai tout de suite pensé à vous. Quelle générosité dans cette fleur!

Écrit par : cmj | 12/05/2011

Cela ne saurait être que "Un coeur simple", à cause de Loulou, bien sûr...

Écrit par : Inma Abbet | 12/05/2011

Ah, Loulou, l'oiseau divin, puisque lui seul peut parler!

Écrit par : Rémi | 13/05/2011

Rémi@ Vous ne parlez pas du parfum ?

Écrit par : Géo | 13/05/2011

Gilbert,pouvez-vous me mettre en contact avec "Rabbit" ? Lui passer mon email ? Navré d'utiliser votre blog pour une autre chose :) Ceci dit, je suis toujours vos écrits avec bonheur. Bien à vous.

Écrit par : Calu Schwab | 14/05/2011

Et a Géo également...

Écrit par : Calu Schwab | 14/05/2011

Avez-vous essayé ici?

http://lesongedekuniklos.blogspot.com

Écrit par : Inma Abbet | 14/05/2011

Merci Inma :)

Écrit par : Calu Schwab | 15/05/2011

Les commentaires sont fermés.