07/11/2011

Les nouveaux téléphones vieillissent sans beauté

En voulant seulement remplacer la batterie défaillante de mon cellulaire, j’ai déchaîné l’hilarité dans le magasin qui me l’avait fourni au cap de l’an 2000. Un aréopage de jeunes vendeuses l’avisèrent comme une invraisemblance anachronique, une antiquité remontant à Louis XIII. Ce compagnon de poche anthracite, surmonté encore d’une petite antenne latérale, évoquait à la fois la cartographie de la Corse et la silhouette d’un brave chien dont une oreille rebique. Je l’appelais «Grigri», à cause de sa couleur et parce qu’il me porta quelquefois bonheur. Après avoir bien ri, ces inconditionnelles de l’ipad, du smartphone, ou de je ne sais quel blackberry, décrétèrent que mon modèle avait disparu de la civilisation, avec toute sa gamme d’accessoires, accus compris. Je me résignai à en acquérir un neuf «plus performant, à écrans coulissants, à ergonomie écocompatible», avec lequel on peut photographier, filmer, consulter internet, jouer au poker. Et accessoirement téléphoner.

Pour ses funérailles, j’ai apporté moi-même mon regretté «Grigri» au centre de récupération d’appareils électroniques usagés. C’est un consternant cimetière, bordélique et poussiéreux, de carcasses en ABS, soit en «acrylonitrile butadiène styrène». Une matière thermoplastique, dont est faite la coque de tous les portables, car il résiste aux chocs et aux rayures. Son seul défaut est d’être imputrescible: il n’embellit pas avec l’âge…

 

Dans le quartier lausannois des Mousquines, j’avais connu une anguleuse Mlle Silette à chignon blanc et yeux verts, qui possédait un téléphone mural datant des années vingt. Mosaïqué d’acajou et de bois de santal pour la coque; d’ivoire véritable pour la touche d’appel, il était en forme de violon! Il embaumait l’époque où, rue Chaucrau, sa famille avait un magasin de produits coloniaux. Cet appareil antédiluvien restait utilisable, tout en se laissant moirer d’une patine qui l’enjolivait de plus en plus. Il était muni d’un cornet acoustique en métal, appelé diaphone, où les réfringences de l’automne faisaient rutiler les érables du parc Mon Repos. Moins «performant» que les smartphones (qui finissent en vrac dans des bennes) je gage qu’il leur a survécu. Sa beauté l’a rendu «irrécupérable». Un peu immortel.

 

 

 

 

Commentaires

Si quelque chose m'étonne, c'est que grigri ait tenu jusqu'à maintenant... J'ai eu un téléphone portable fin 2001, que j'ai dû changer pour un autre modèle en 2005 (il n'existait apparemment plus de batteries pour ce modèle), ensuite, le processus s'est en quelque sorte accéléré (obsolescence programmée?); en 2007, nouveau changement, puis en 2009 et en 2010, mais cela a été, cette fois, afin de recevoir des e-mails. A chaque fois, la seule chose que je regrettais c'était la mosaïque d'autocollants japonais que j'avais mis au fil du temps et qui lui donnait une touche personnelle. Quant au téléphone vintage, j'ai vu un des années 20 ou 30 aussi, mais chez une amie en Angleterre, et il fonctionnait toujours.

Écrit par : Inma Abbet | 08/11/2011

Les Anglais ne sont pas passés aux centraux numériques ? Je suis sûr que dans la circonscription de l'inspecteur Barnaby, il y a des téléphones en bois à manivelle et une dame à la Poste qui établit les connexions manuellement. Vous ai-je dit qu'en Chine....

Écrit par : Rabbit | 08/11/2011

Je me suis laissé dire, par un jeune archéologue en herbe de près de 10 ans, que mon portable avait certainement appartenu aux "Pierre-à-Feu" avant de me tomber entre les mains.
Sa fascination pour cet objet venant du fond des âges était plus grande que si je lui avait présenté un dinosaure vivant... Ce que j'aurais pu faire en lui demandant de porter son regard sur le propriétaire de l'objet au lieu de l'admirer tel la pièce d'un musée du paléolithique.

Écrit par : Baptiste Kapp | 09/11/2011

Vous êtes vraiment un grand enfant optimiste, GS. Vous avez jeté un coup d'oeil sur les maisons qui vous entourent ? Dites-nous ce que vous pensez des barres d'immeuble, des zones villa et de l'urbanisme des villes et villages de ce canton...

Écrit par : Géo | 09/11/2011

GS est un idéaliste objectif et ce canton, une sorte de parc d'attraction conçu par un Disney névrotique.

Écrit par : Rabbit | 11/11/2011

Vivement la prochaine glaciation. 800 m de glace sur ce gâchis va aider à résoudre les problèmes nerveux de nos concepteurs urbanistes...

Écrit par : Géo | 11/11/2011

Vivement la prochaine glaciation. 800 m de glace vont beaucoup aider à résoudre les problèmes névrotiques de nos urbanistes...

Écrit par : Géo | 11/11/2011

Oups. Il se passe des trucs bizarres. Encore un coup du raide baron et ses foutues mites railleuses pourries...

Écrit par : Géo | 11/11/2011

A n'en pas douter, comme bout commissaire, il est parfait.
D'ailleurs il a écrit dans un blog: "Un fantôme parcourt l'Europe"; on ne sait pas dans quel but.
Mais vaut mieux prévenir les intentions malhonnêtes, que guérir les actions morales.
800 mètres, fichtre ! Et en Chine ?

Écrit par : Rabbit | 11/11/2011

Moi qui suis allergique au téléphone, j'ai reçu, de mon plein gré, un nifone tout neuf pour mon anniversaire. Je n'appelle presque jamais personne, personne ne connait mon numéro à part quelques intimes, mais le jouet est magnifique pour regarder les montagnes et les constellations, faire des photos panoramiques, des films en accéléré,... sans parler de consulter les blogs de 24h en tout lieu et tout temps!

Écrit par : l'Acratopège | 11/11/2011

"800 mètres, fichtre ! Et en Chine ?"
Aucune idée. J'extrapole à partir des dernières, faites de même pour la Chine.

Écrit par : Géo | 11/11/2011

Rabbit@ Vous lirez sûrement ceci avec intérêt :
http://planet-terre.ens-lyon.fr/planetterre/XML/db/planetterre/metadata/LOM-milankovitch-2005-09-27.xml

Écrit par : Géo | 11/11/2011

Bigre ! J'ai aussi lu quelque chose à propos de l'inversion des pôles, qui fait frissonner. En ce qui concerne la Chine, et pour répondre in petto à l'un des Géothymiques, sachez que les monts Tian Shan et Kunlun conservent des traces géomorphologiques de la glaciation de Würm. C'est déjà quelque chose.

Écrit par : Rabbit | 14/11/2011

"des traces géomorphologiques de la glaciation de Würm."
A quelle altitude par rapport à la plaine ? Vous aurez votre réponse...
"à l'un des Géothymiques"
Cessez d'espérer faire croire à un autre Géo...

Écrit par : Géo | 14/11/2011

Peut-on croire à une autre Géo, ou faut-il seulement en espérer un autre ? Question de foi, assurément.

Écrit par : Rabbit | 15/11/2011

Les commentaires sont fermés.