11/01/2012

L'origine d'un sobriquet

Après avoir longé le cours fétide du Flon – où se déversent les eaux usées de la Cité – les paysans du Jorat abandonnent leurs épouses, sœurs et fillettes sur la rive droite de la rivière qu’ils franchissent pour mettre le cap vers l’est. Depuis l’ancienne porte Saint-Martin, ils entament une lente ascension vers les beaux quartiers de la capitale. Parvenus, avec bovins et cochons, aux deux tiers du pavé très escarpé du Cheneau-de-Bourg, ils bifurquent à droite sur un lacis de venelles moins dénivelées, celles du Haut-Rôtillon. Elles sentent le crottin de mulet, la mauvaise auberge infestée de punaises, l’aromate à bon marché de ribaudes qui les aguichent. Les mendiants y sont nombreux: selon une enquête publique de l’an 1764, plus de 10% des 7000 habitants de Lausanne sont des pauvres.

Puis ouf! au débouché de cet infernal labyrinthe, le troupeau joratois a pu accéder sain et sauf au plateau de Saint-François pour bivouaquer devant l’entrée principale du temple. L’esplanade est grand ouverte aux lumières revivifiantes du Léman. On y roule carrosse, les passants ont des habits à brocart et des parfums de jasmin.

Pendant ce temps, les femmes de nos vachers n’ont pas traînassé au bord du Flon où elles furent laissées. Jugées inaptes au négoce du gros bétail, elles ne sont chargées que de volaille gloussante et caquetante. Elles n’en ont pas moins gravi, d’un pas agile de chevrette, les raidillons des Petites-Roches et des Grandes-Roches qui montent à la rue de la Mercerie et aux Escaliers du Marché. De là, elles voient défiler des chalandes qui ont l’étrange marotte d’insérer un index dans le fondement des poulardes. Afin d’y vérifier un prétendu symptôme de fécondité! Voilà pourquoi les gens de Lausanne hériteront un jour du sobriquet de Tâte-poules – en patois joratois Tâta-Dzeleleye.

 

09:22 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (13)

Commentaires

Vous dites que les chalandes ont l’étrange marotte d’insérer l’index dans le fondement des poulardes afin de vérifier un prétendu symptôme de fécondité. Or, il s’agit là d’une pratique courante quand on tient un poulailler. Ma grand-mère tâtait aussi le cul de ses poules avant de les tuer pour voir s’il n’y avait pas une chaîne d’œufs en attente à l’intérieur. On ne tue pas une poule qui donne encore des œufs. Nos fermières ne méritent donc pas d’être montrées du doigt et encore moins d’être mises à l’index !

Écrit par : Jacques Humbert | 11/01/2012

Cheu de mains, cheu de vilain, Chéo.

Écrit par : Rabbit | 12/01/2012

C'est toujours un plaisir de vous lire.
Rue de la Mercerie ou rue Mercerie?

Écrit par : Debleu | 15/01/2012

Rue de LA Mercerie. Merci du message!

Écrit par : Gilbert | 16/01/2012

C'est bien la même qui est appelée rue Mercerie de nos jours?

Écrit par : Debleu | 16/01/2012

Oui

Écrit par : Gilbert | 16/01/2012

Celle que nous faisions résonner du bruit de nos galoches en montant au Collège ?

Écrit par : Rabbit | 16/01/2012

"Nos fermières ne méritent donc pas d’être montrées du doigt et encore moins d’être mises à l’index !"
Fallait oser. Et vous l'avez fait, Jacques Humbert. Et personne n'a vraiment réagi, ce qui prouve ce que je dis, personne ne lit vraiment ces blogs...
Mais félicitations quand même, on doit être au moins deux sur la Suisse romande à en rire.

Écrit par : Géo | 16/01/2012

"Jacques Humbert" fait donc aussi partie de la panoplie des pseudos de Géo ?

Écrit par : Rabbit | 17/01/2012

Géo ne signe que Géo, contrairement à vous qui abusez de tous les artifices possible. Allez faire vos vilaines manières chez les Chinois, ce sont des spécialistes et ils vous apprécieront à votre juste valeur...

Écrit par : Géo | 17/01/2012

Je vais le leur dire, mais attendez-vous à des représailles. Retournez dans votre abri PC et n'en sortez que l'année du Rat.

Écrit par : Rabbit | 17/01/2012

52, ce serait plutôt Dragon, selon mes nombreuses amies qui s'intéressent je ne sais vraiment pas pourquoi à l'astrologie chinoise, qui est largement aussi con que l'astrologie made in Babylone...
J'aimerais bien avoir un abri PC, je me contente du PC sur lequel j'écris en ce moment et je vous fais signe que je serai mort bien avant que les Chinetoques aient vraiment les moyens de nous faire peur.
Bien le bonjour aux faces de citron, vieux lapin aigri. Tout ce que j'ai vu d'eux dans le monde me dégoûte, des abattages sauvages de grenadils au Mozambique avec pots-de-vin minables aux inspecteurs locaux aux rizières sur le Sénégal avec expulsion des droits locaux. Quand vos amis auront mis la main sur l'Afrique, ils s'occuperont de nous avec l'aide de collabos dans votre genre.
Avec ma complète inimitié.
RF/Géo

Écrit par : Géo | 17/01/2012

Hou ! les grands vilains méchants qui ont fait bobo au petit Géo, auquel les beautés de la patrie parlent à l'âme attendrie... Fallait rester en Afrique, mon grand, pas rester à pleurnicher loin des vains bruits de la plaine.

Écrit par : Rabbit | 17/01/2012

Les commentaires sont fermés.