11/02/2012

Loisirs de patriciens en 1770

A Pépinet, sous l’enceinte effritée du Grand-Saint-Jean, le menu fretin lausannois ne connaît pas encore le jass, un cousin de la belote qui fait fureur outre-Sarine. Alors il se déprave en lançant des dés, souvent pipés. L’un mise sur la vertu de sa sœur, un autre met en péril son héritage fermier à Romanel. En amont de ce cloaque, en l’atmosphère salubre et cossue de la rue de Bourg, la «bonne société lausannoise» joue aussi. Aux échecs, aux dames, au trictrac, mais surtout aux cartes. Dans les boudoirs du Lion d’Or - escale favorite de margraves dévorés par la passion de l’incognito -, comme dans l’excentrique maison de Loys où siège depuis 1761 un cercle très mondain, l’ambiance est ouatée. Nous voici un peu à Potsdam et Ludwigsbourg, en Allemagne, qui serviront un jour de décors au cinéaste Stanley Kubrick pour des scènes memorable de Barry Lyndon (1975): sur un fond de clavecin, des gentilhommes en brocart ourlés de boutons diamantés font chatoyer leurs catogans sous des lustres géants. Un échanson en livrée leur verse du porto, du ratafia des îles. «Rien ne va plus!» nasille un croupier au regard torve, alors qu’une belle main de femme vient d’avancer sur le velours des tables une tabatière sertie d’améthystes. Est-ce Mme de Charrière, qui chérit particulièrement le jeu du piquet? Elle méprise, dit-on, celui du Nain jaune, mais pas le whist (ancêtre du bridge) qui se joue à quatre. A la londonienne: s’y distinguent l’historien Gibbon, ainsi que notre fameux Dr Tissot, un des médecins de George III. D’ailleurs les enjeux se règlent en guinées d’Angleterre plus souvent qu’en louis d’or de France. Versailles n’est pas en reste: les parties de pharaon, où c’est le hasard qui prédomine jusqu’à donner le vertige à un nombre illimité de participants, engouffrent des millions. Le grand chic est de s’y ruiner en souriant aux chandelles.

 

16:13 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (8)

Commentaires

Dé-li-cieux. Vous seriez un merveilleux conteur.

Vous faites ressurgir dans ma mémoire de doux souvenirs lorsque, très jeune, je jouais aux petits chevaux puis un peu plus tard, aux dames, au jacquet... avec mon père. J'entends encore le son des dés (pas pipés:)) que nous faisions tinter dans le gobelet. Un monde révolu...

Écrit par : Ambre | 12/02/2012

Votations fédérales du 11 mars 2012 : «OUI aux jeux d’argent en faveur du bien commun !»

Écrit par : Rabbit | 12/02/2012

« Point d'argent, point de Suisse. »:))
Jean Racine
Extrait Les plaideurs
(0_0)

Écrit par : Ambre | 13/02/2012

Parfaitement, et il faut veiller à ne pas confondre les Loys et les Loës.

Écrit par : Rabbit | 14/02/2012

... ni avec le Lloyd's building!

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Lloyds.building.london.arp.jpg

On est loin du château de Gruchy là (0_0)

Écrit par : Ambre | 15/02/2012

Bad taste ! Ce machin corrompt le panorama de la City: un oeuf de Fabergé revu et corrigé par la NASA. Et ça n'a même pas le côté phallique de la Coit Tower de San Francisco.

Écrit par : Rabbit | 16/02/2012

La Coit Tower "a été construite avec les fonds attribués par Lillie Hitchcock Coit, veuve d'un banquier.." (0_0)

On se console comme on peut:)). Imposant le sextoy (0_°)!

Écrit par : Ambre | 16/02/2012

San Francisco Nights. Look at this: http://www.youtube.com/watch?v=dmIy7Ch4M84

Écrit par : Rabbit | 16/02/2012

Les commentaires sont fermés.