05/05/2012

Les biotopes de Dorigny

A l’Université de Lausanne vivent en symbiose deux catégories de faunes. Il y a d’abord l’estudiantine, composée de grands échalas masculins à pull en maille et qu’une barbe négligée fait ressembler au chamois du chalet de la Dôle (oui, un chamois avec des oreillettes d’iPad…). Sinon de jolies «pépées» qui viennent de troquer leur jean élimé contre une jupette en néoprène tilleul pour cingler à bicyclette contre les brises de la rive de Saint-Sulpice. Un ordi portable sous un bras nu, elles font flotter derrière elles de longues écharpes couleur de jade. Ce camaïeu verdâtre, que la magie cinétique du vélo rend poreux, les apparente à une variété de libellules que les savants classent dans l’ordre des «odonates», mais que des esprits plus poétiques (Victor Hugo) ont appelé demoiselles. Depuis qu’une loi française récente interdit d’appliquer ce mot délicieux à une jeune fille, il ne désigne plus que des outils de gantier, ou de paveur de trottoirs… Ou, justement, notre libellule hugolienne, dont le vol stationnaire, presque hélicoptérien, peut s’observer ces jours par-dessus les étangs, ou les berges de quelques rivières. Parmi elles, la Sorge méandreuse qui arrose Dorigny.

L’évocation de cet insecte majestueux me permet d’ébaucher une nomenclature de la seconde faune citée plus haut, et qui est sensiblement plus naturelle que l’universitaire. Notre archiptère (c’est son autre nom scientifique) s’y distingue par le filigrane gracieux de ses ailes en vitraux de boudoir modern style. Moins coquets sont ses prédateurs le crapaud bufo bufo et la rainette ravélienne – dont les têtards auraient paraît-il une sexualité chromosomiquement compliquée. La tiédeur de ce biotope est aussi très prisée par les mouches drosophiles, les chauves-souris du crépuscule. Ou par la chouette hulotte aux mirettes noires, dont le chant nocturne fait tantôt des ouh-ouh prolongés, tantôt des kouitt-kouitt saccadés. Autant de vies secrètes qui vous seront expliquées sur place, par nos étudiantes et étudiants eux-mêmes; dans le contexte général de la Fête de la nature, qui se déroulera les samedi 12 et dimanche 13 mai prochains.

 

www.fetedelanature.ch

Les commentaires sont fermés.