09/01/2013

Une sage-femme au pays des prénoms

 

La première âme éclose cette année en terre vaudoise est celle d’une joufflue Valaisanne qui a reçu le prénom de Zuzanna. Celui d’une martyre chrétienne des premiers siècles, qui a failli devenir impératrice de Rome. Celui aussi d’une égérie célèbre du chanteur canadien Leonard Cohen: Suzanne takes you down to her place near the river… Mais pourquoi l’avoir préfixé d’une fricative dentale – le Z de Zorro, de Zanzibar, de zizanie, de zigzag? Des confrères experts en 7e art évoquent le prestige éventuel d’une jeune actrice américaine «qui monte». D’origine polonaise, Zuzanna Szadkowksi, n’a pas voulu trahir ses racines en hollywoodisant son patronyme. Encore moins la singularité graphique de son prénom. Du coup, sa témérité rallie des suffrages affectifs jusque dans les foyers de Suisse romande. Et nos joueurs de scrabble s’en frottent déjà les mains.

Dans la vogue récente des prénoms bizarroïdes, on recense de plus en plus de Zoé, de Zénobie chez les filles. Chez les garçons des Zacharie, des Zoran, des Zidane, voire des Zadig voltairiens.

Encore plus biscornu est celui de Zébulon, que la blogueuse et sage-femme Lila Sonderman commente dans l’ultime chapitre de son nouveau livre de souvenirs professionnels*. Dans la tradition chrétienne, il a une résonance satanique, mais ne désignant qu’un gentil diablotin, un amuseur à queue fourchue. Pourquoi, Seigneur Dieu, une de ses clientes a-t-elle voulu en affubler son nouveau-né?

-         C’est le nom d’une des douze tribus d’Israël,

répondit la radieuse maman, «une jeune musicienne enjouée au teint ambré et mariée à un violoniste».

Dame Lila a toujours aimé les 26 lettres de l’alphabet. Elle les scanda à tue-tête en classe enfantine et, à la table familiale, elle les aligna en nouilles oblongues autour de la soupe au cerfeuil et aux lettres. Plus tard, devenue accoucheuse de haut vol, elle s’accordera encore du temps pour les broder en point de croix sur des tissus bariolés. De petits tissages calligraphiques, destinés à ses parturientes. Ou plutôt à leurs bébés, auxquels elle a grandement contribué à donner la vie.

Si la maman enfante, l’accoucheuse la fait enfanter.

 

Petit abécédaire cocasse des prénoms originaux, Ed. Favre, 144 pp

Commentaires

Allons-nous devenir "zinzin" avec ces nouveaux prénoms?
Espérons que les bambins ne zozotent pas avec ces prénoms; ce serait la fin des zharicots (0_°)!

Meilleurs voeux aussi à Gilbert Salem.

Écrit par : Ambre | 10/01/2013

Zilbert Zalem ? Meilleurs voeux auzzi, bien zûr...

Écrit par : Géo | 10/01/2013

A vous aussi, très cher Zéo - au demeurant grand zéologue. De la pensée pensée politique aussi.

Z.

Écrit par : Zilbert | 10/01/2013

La prochaine fois, nous parlerons des zéolites...
(PS. Fondera, pas fondra)

Écrit par : Géo | 13/01/2013

Les commentaires sont fermés.