25/01/2014

Anglicismes tenaces et poncifs francophones

Les Vaudois ont beau se prendre eux-mêmes pour des ploucs, le grand Gilles (qui fut un des leurs, et des meilleurs) leur rappelle qu’ils ont le mérite d’avoir fait leurs «humanités». Aussi sont-ils foncièrement attachés à leur langue maternelle, autant qu’à leurs essarts et parchets. Il y a quatre décennies déjà, ils se sont ralliés par centaines au panache de fiers journalistes déterminés à sauvegarder la langue de Molière et Ramuz. A élever des digues contre l’afflux de tournures alémaniques qui détraquent sa syntaxe et, surtout, contre le tsunami incessant et triomphant d’américanismes qui contaminent son vocabulaire.

 

Dans son 20e bulletin, joliment animé et caustique, qui paraît 10 ans après sa création à Lausanne, une Association Défense du français, en égrène une série pas piquée des hannetons: un butin de perles et barbarismes qui ont été grappillés aux quatre coins de la Romandie.

 

A Fribourg par exemple, le mot harcèlement se dit «stalking» et un prochain forum universitaire sera à l’enseigne de Bluefactory. A Lausanne, capitale européenne des jardins, aura lieu en juin un Rolling Garden, et le futur parlement cantonal est déjà baptisé Rosebud. «Bouton de rose» sonnerait un peu trop joliment à l’oreille d’un député sérieux…

 

En cette même 20e «feuille de route», une lectrice lève un lièvre très pertinent:

Le français n’aurait-il que l’anglais comme seul ennemi? Que dire des thèmes qui deviennent des «thématiques», d’un accès qui devient une «accessibilité», d’un danger qui devient une «dangerosité?»

 

Dans la foulée, j’avise d’autres nouveaux poncifs ampoulés, d’un snobisme un peu tarte, qui prolifèrent un peu partout. En voici un échantillon épars: «montée en puissance», «traçabilité», «en même temps» pour pourtant, «méprisance» au lieu de mépris (Sarkozy), attitude «citoyenne», au lieu de civique. S’inviter - «et la pluie s’invita au match…» Ou le verbe cher à Jacques Derrida «déconstruire», quand «détruire» suffirait. Le philosophe parisien, mort en 2004, déconstruisait l’opposition entre présence et absence. A Grognens-sur-Orbe, Spencer Baudat, le fils à Firmin, a déconstruit le silo à fourrages familial pour y mettre un parking.

 

www. defensedufrancais. ch. Ou case postale 68, 1001 Lausanne

Commentaires

Vous avez remarqué que tout est "compliqué" de nos jours ? Le "point d'orgue" continue de sévir. Vous avez relevé en son temps l'utilisation de "juste" manifestement influencée par les voyages de tous les Kevin Bolomey et autres Wilburn Dupertuis en randonnée Harley Davidson sur la route 66 organisé par l'agence de Tyrone Bovey...
Firmin, par contre, je le vois pas trop. Trop français, ou alors valaisan ?
Et votre exemple issu de la presse sportive : "et la pluie s’invita au match…" omet le pire de ce qui se fait dans le genre. Les journalistes sportifs sont à la littérature ce que les tambours des jeunesses campagnardes le 1er janvier avec 3% d'alcool dans le sang sont à la musique...
"Stan Wawrinka, taille patron..."
Cela va être un festival demain...

Écrit par : Géo | 25/01/2014

Je ne saurais abonder dans votre sens, irréfragable Géo, mais avant d'affronter seul les 15 heures du Shanghai-Guangzhou, j'avais suivi un entraînement intensif et pendulaire dans le Lausanne-Genève. Un jour, lassé de la lecture de Laozi et de Zhuangzi dans le texte, je me suis plongé dans celle d'un exemplaire de "l'Equipe" trouvé sur la banquette. Un grand plaisir de découvrir que l'on pouvait encore, en ce siècle, rédiger des articles dans une langue que n'aurait pas reniée Boileau.

Écrit par : Rabbit | 25/01/2014

"Ou le verbe cher à Jacques Derrida «déconstruire», quand «détruire» suffirait." Cette novlangue universitaire qui, sur son premier support, était déjà incompréhensible, a longuement surnagé dans les cerveaux de rédacteurs et communicateurs, perdant avec le temps sa signification première -si elle en avait une, car rien n'est moins sûr- et devenant une marque involontaire d'inculture ou d'enfumage. Certains sites proposent même de composer des discours en assemblant ces propos abscons de manière aléatoire :

http://www.pipotron.free.fr/

D'autres actualisent le vocabulaire politique, qui semble singulièrement pauvre en synonymes : le verbe "faire" sert à tout... Des horreurs comme "faire France" ou "faire famille".

Dans ces circonstances, la lecture de l'Equipe me paraît une activité bien recommandable.

Écrit par : Inma Abbet | 25/01/2014

C'est vrai, après avoir envoyé mon commentaire, j'ai pensé à Antoine Blondin et j'aurais du le mentionner. Mais je n'ai jamais lu l’Équipe et les journalistes sportifs d'ici n'ont vraiment rien à voir avec Blondin...

"Des horreurs comme "faire France" ou "faire famille" ou "cela ne va pas le faire"...

Écrit par : Géo | 25/01/2014

Après les Stacy Pichonnaz (c'tait ici ou c'tait là?) et autres Bo Grognuz et Dwight Francillon, il est une habitude aussi récente que répandue et insupportable - précisément - des journaleux sportifs: l'utilisation débile et littérale du verbe "to support" qui veut évidemment dire encourager. Demain, toute la Suisse supportera Stan Wawrinka en Australie, après l'avoir supporté, ainsi que R. Federer, toute l'année. Et même les locaux (the locals - les gens du cru) lui sont, dit-on, favorables. Ah ben on les imagine bien aérés, spacieux et bien situés, ces locaux.

Écrit par : Romain | 25/01/2014

Quoique... Je possède un dictionnaire intitulé "The Origin of Words", et il est inutile de le parcourir intégralement pour se convaincre que la moitié des substantifs anglais sont d'origine française (grâce à Guillaume de Normandie). Mais, si dans le français contemporain on élimine tous les mots d'origine étrangère, il serait difficile d'alimenter une conversation sérieuse. Et si on allait jusqu'à gommer les traces de latin et de grec, nous serions condamnés au mutisme. Ou à apprendre le chinois, qui est beaucoup plus facile que l'anglais ou l'allemand selon Tony Blair, puisqu'il n'y a pas d'articles et que les verbes restent à l'infinitif.

Écrit par : Rabbit | 26/01/2014

On avait discuté à propos d'"implementer", verbe latin passé au français (sinon que ferait-il en anglais ? arrivé par une voie détournée ?) et donc à l'anglais et retour aujourd'hui vers le français. A toujours existé en portugais. Beaucoup de mots abandonnés en français se retrouvent en portugais et en anglais : trailer, atrelado, remorque...
Faisabilité semble définitivement adopté aussi...

Écrit par : Géo | 26/01/2014

En néerlandais aussi, mais là, tout le mérite en revient à Louis (Lodewijk) Bonaparte, avec quelques mots comme "maréchaussée" ou "cadeau", parfois compressé en "kado".
Par contre en 中国, aucune trace du français, mais de nombreux mots anglais dans des dialectes comme le shanghaïen ou le hongkongais.

Écrit par : Rabbit | 26/01/2014

...Sans oublier l'économie, très largement présente dans notre langue, par l'intermédiaire du verbe "gérer" employé pour tout et n'importe quoi.

Écrit par : Michel Sommer | 27/01/2014

Ni les formules magiques comme "droits de l'homme", dont personne ne sait exactement de quoi il retourne (historique et contenu) mais que ça devrait faire le même usage que l'ail contre les vampires.

Écrit par : Rabbit | 28/01/2014

Il y a également en allemand toute une série de mots français, principalement introduits au XVIIIe siècle, et adaptés par la suite. Notamment, on trouve des verbes en -ieren : chauffieren, reparieren...

Écrit par : Inma Abbet | 28/01/2014

Et réciproquement, durant le XXème, quelques mots allemands devenus très utilisés en français : gestapo, nazi, SS (CRS = SS !) stalag, gauleiter, et führer a fait fureur...

Écrit par : Géo | 28/01/2014

...mais aussi Weltanschauung, Gestalt, Schadenfreude...

Écrit par : Géo | 28/01/2014

Jawohl ! mais pour en revenir à notre hôte, il existait déjà au milieu des sixties un bulletin de défense de la langue de Dieudonné, en vogue chez les gens de lettres de l'Ouest helvétique et dans les imprimeries. "Acteur de terrain" en complément au Guide du Typographe romand, il était édité à Neuchâtel.

Écrit par : Rabbit | 29/01/2014

Et aussi les coups de gueule de Jean-Marie Vodoz, le Bec d'Or. Est-ce que cela a influencé la création du "Champignac d'or", dont le dernier a été attribué à la très charmante Stéphanie Pahud, féministe des brigades de choc de l'UNIL qui nous a sorti : "Aujourd'hui, le sexe est dans toutes les bouches..."

Écrit par : Géo | 29/01/2014

Voici ce que Unisciences a actuellement sous presse: "Pahud S., Une analyse linguistique critique des processus discursifs d'essentialisation des arbitraires sociaux : la vraie vie, le vrai bonheur, l'Homme, la Femme, le bon français et autres fictions catégorielles. NA, In Press."

Si la langue de bois de Madame P. vient à toucher le fond de l'arbitraire social, je ne sais franchement pas ce qui pourra désormais être qualifié de pornographique. La prose chomskyenne est reléguée au rayon de littérature enfantine.

Écrit par : Rabbit | 29/01/2014

Ces trentenaires n'ont vraiment pas fini de nous faire marrer. Mais cela finira très mal (oui, je sais, Philipullus...)...

Écrit par : Géo | 29/01/2014

Oui, amusez-vous bien.
Une fois votre prédiction accomplie, venez donc faire un tour en Chine: il y a encore du travail.

Écrit par : Rabbit | 30/01/2014

"venez donc faire un tour en Chine: il y a encore du travail."
Question stupide (mais j'adore les questions stupides...) : quel genre de travail ?

Écrit par : Géo | 31/01/2014

@ Géo : vous pourriez donner des cours... ici (0_~):
http://www.chinafrica.cn/french/F_Universities/txt/2012-12/11/content_506436.htm

je-dis-ça-je-dis-rien.

Écrit par : Ambre | 31/01/2014

Il vaudrait mieux en effet ne rien dire. Je suis très loin d'avoir la prétention
de faire le prof d'uni en géol en Chine. J'ai passé beaucoup de temps dans l'hydraulique rurale en Afrique. Pas vraiment le cursus d'un prof d'uni...

Écrit par : Géo | 31/01/2014

Alors Quimper est revenu à la civilisation ? Plus de panne électrique ? Plus d'inondation ?

Écrit par : Géo | 31/01/2014

"Il vaudrait mieux en effet ne rien dire"
Je m'étais dis que puisque vous aimiez les questions stupides, vous aimeriez les suggestions idiotes (0_0). Je pensais que le pseudo Géo avait à voir avec la géologie

Ah mais, l'actualité quimpéroise vous intéresse Géo, tout comme celle de la Suisse m'intéresse. Les médias dramatisent toujours. Même pas une heure de coupure et voilà que c'est la fin du monde. Pfff!
Pas d'inondation non plus mais la flotte ne manque pas!

Écrit par : Ambre | 31/01/2014

Je m'étais diT

Écrit par : Ambre | 31/01/2014

"Géo avait à voir avec la géologie" Ben oui, mais delà à être prof d'uni. En Chine...Combien de géologues en Chine, à propos ? D'où ma question à Rabbit. Qui doit travailler dans la phynance, secteur nettement plus intéressant pour les camarades.
Il paraît que les marées seront très hautes, ces jours. Gardez vos bottes...

Écrit par : Géo | 31/01/2014

Exact pour la marée, très fort coefficient et cette nuit ça va peut-être déborder. Et demain c'est la fête de la crêpe (0_0) dans mon quartier :
http://quimperenligne.fr/wp-content/uploads/2014/01/billig-fete-de-la-crepe-2014-quimper.jpg

Voilà. Vous savez tout! Je reste droite dans mes bottes. Et chez vous on gèle!

Rabbit doit être en train de fêter le Nouvel an. Il aurait dû changer de pseudo, c'est fini le Lapin. Vive le cheval.

Écrit par : Ambre | 31/01/2014

Cataclop, cataclop, cataclop: revoilà le 兔子 à bride abattue, dans l'explosion des pétards, la fumée de l'encens et les fragrance opiacées des fumeries de Lujiazui.
Rabbit nest plus dans la phynance, Junior a pris la succession. Rabbit a fait son retour à Mère-Nature, c'est plus sain. Au secteur primaire, plus précisément. Il casse des cailloux, réduit le granulat, touille le minerai; il sniffe de l'Ytterbium, bouffe de l'Urainite. La filière des commodities compte sur sa capacité à concasser la planète toute entière à des prix défiant l'univers.
Que va-t-il faire séant sur la Côte des Squelettes, hein ? Suite au prochain numéro.

Écrit par : Rabbit | 01/02/2014

兔子 (Tùzǐ) - Lapin.

N'étiez vous pas en retraite? Vous cumulez les mandats ou vous voulez vous tuer à la tâche!

Allez, une petite crêpe bretonne avec du thé de Chine pour fêter la chandeleur et le nouvel an! Mélangeons nos cultures (^_^)

Écrit par : Ambre | 01/02/2014

On sera sûrement tous curieux de vous lire sur les relations Chinois - Namibiens. Mais je me demande vraiment si c'est plus sûr que la phynance...

Écrit par : Géo | 01/02/2014

Pas de souci à se faire: les meerkats raffolent de l'émincé de boeuf aux pousses de bambous. Reste à leur apprendre le maniement des baguettes.
Pas de lézard non plus pour la Bretagne: ils disposent maintenant d'un Ambromètre. Dès qu'elle fait: "glouglou !", c'est que la vigilance rouge est dépassée de 20 centimètres.

Écrit par : Rabbit | 01/02/2014

Vous vous prenez encore pour Mowgli, Rabbit ? Parlez-nous plutôt de l'avenir des terres rares vu par les Chinois et cessez d'habituer les Rikki-tikki-tavi locaux à manger des barquettes de pizzas chinoises. Il y a encore des cobras en Namibie...

Écrit par : Géo | 02/02/2014

@Rabbit : Me conseillez-vous d'aller voir "Les tribulations d'un Français en Chine" cette après-midi (=_=)? (Attention : Pétards interdits::))[Rires]

http://quimperenligne.fr/2014/nouvel-an-chinois-a-quimper-2/

On en parle même dans la presse chinoise!

http://www.chine-informations.com/evenement/nouvel-an-chinois-a-quimper-cornouaille_491.html

J'apprends par la même occasion qu'il y a une Plage des Gueux à deux pas de chez moi (0_0).

Écrit par : Ambre | 02/02/2014

Ambre: allez-y, c'est un ordre !!!

Géo: j'habite dans le Jiangxi et autour de moi, la terre a toutes les couleurs du jaune au brun, en passant par l'ocre et l'orange. Avec la Mongolie Intérieure, c'est le pays des terres rares. Si j'avais un jardin, je creuserais jour et nuit.

Écrit par : Rabbit | 02/02/2014

@ Rabbit : d'ac! pour le théâtre.

Je m'en tiendrai là et vous ferai un rapport. Pour le reste, le final (Danse du dragon) Zone de l'Hippodrome, le lieu s'imposait pour l'année du cheval. Mmm!

A 15h30 : Pièce de Théâtre « Tribulations d’un français en Chine »
A 16h : danse chinoise traditionnelle
A 16h20 : arts martiaux chinois
A 16h40 : Danse chinoise moderne
A 17h : Danse du lion
A 20h : Danse du Dragon par le Dragon Brieg AFCQC au Royal Quimper (Zone de l’hippodrome)
Tout au long de la journée : (10h30 à 17h30)
- préparation du thé

"Si j'avais un jardin..."
"Si j'avais un marteau, je cognerais le jour, je cognerais la nuit, j'y mettrais tout mon coeur..."

Bon je vous laisse, la cérémonie du thé avant le théâtre, ça pourrait "l'faire" (aaaarrrgggrrr) n'est-ce pas Géo!
Ensuite une petite crêpe chez tante Ida? Flûte je mélange les chroniques de Gilbert.

Écrit par : Ambre | 02/02/2014

Tiens, c'est une idée, ça. On pourrait prospecter les terres rares en Suisse...
Quand j'avais 15 ans, j'avais passé une semaine avec l'OJ du CAS à la cabane du Baltschiederthal. Et on avait visité les mines de Molybdène, à mi-hauteur entre la cabane et Baltschieder. Ce métal était exploité pour durcir l'acier des canons pendant la 1ère guerre mondiale...

Il y a 10-15 ans, j'ai eu l'idée de génie que ces mines avaient été abandonnées parce que le transport de minerais à dos de mulet était trop coûteux. Et que donc, de nos jours, avec l'hélicoptère...
Renseignements pris, je suis tombé sur un de ces imbroglios de succession bien à la valaisanne, irrésolu depuis des générations; il semble que les droits appartiennent à la succession de la famille du conseiller fédéral Bonvin. Et que juste pour consulter le dossier, il fallait débourser 50'000 francs. Mes velléités d'homme d'affaires /géologue en Suisse se sont arrêtées là...
Tout d'un coup, un doute : je vous ai déjà raconté tout ça ?

Mais je pourrais creuser dans mon jardin. Dans le pire des cas, cela me servira pour composter mes déchets organiques. Dans ma commune, ils ont imposé les sacs taxés et du même coup, supprimé les containers pour ce type de déchets. Trop cool, non ?

Écrit par : Géo | 02/02/2014

Hey Geo, where you goin' with that gun in your hand ?

A propos des mines de molybdène, les Valaisans n'ont sans doute jamais entendu parler d'intelligence économique et de matières premières stratégiques. Vous devriez pouvoir acheter le tout pour quelques articles de verroterie. S'il y a résistance, faites appel à des mercenaires au chômage.

Lisez ceci si vous en avez marre de la RTS: Dambisa Moyo, "Winner Take All", Penguin Books (sous-titré: "China's Race For Resources and What It Means For Us"). Very exciting, de quelque côté que l'on se trouve.

En Chine, il n'y a pas de sacs et pas de taxes (l'une de ces affirmation est fausse).

Écrit par : Rabbit | 02/02/2014

Dambisa Moyo ! Ne m'en parlez pas, je n'ai même pas lu son livre "Dead aid" (Allen Lane 2009) et je m'en veux beaucoup. Depuis le temps que je dis ça...
Je vais m'y mettre de ce pas.
Je crois qu'il vaut mieux laisser les Valaisans gérer tout seuls leurs mines d'or ou de molybdène ou tout ce que vous voulez. Qu'ils commencent déjà par récupérer les dizaines de tonnes de mercure de la Lonza...

Écrit par : Géo | 02/02/2014

@ Rabbit : Rapport des Tribulations d'un français en Chine...
Rien à déclarer.
Je me suis retrouvée dans un auditorium de la fac parmi des spectateurs fait essentiellement d'enfants Chinois ou Japonais (le sumo c'est japonais non? (0_0)). Ils ont beaucoup ri avec ces Tribulations des étudiants qui avaient programmé un voyage en Chine en trois actes : A l'aéroport puis dans l'avion - Débarquement, un guide "africain" les attend (0_0) - Visites et restauration en Chine.
Je ne vais pas enfoncer le clou : du théâtre de patronage? On dira que mon regard sur la "troupe" n'est pas objectif. La faute à un certain "lapin"...
Bon, ainsi j'ai mis le nez dehors!

"En Chine, il n'y a pas de sacs". Et vous les mettez où les ordures (0_0)?

Écrit par : Ambre | 02/02/2014

Le patronage, c'est l'apanage des BCBG. L'auditorium de la fac, c'est l'incubateur des post-soixantehuitarderies. Les enfants chinois font partie des troupes d'occupation, selon une théorie du complot propre à l'extrême-droite française et aux néo-conservateurs américains. Vous n'avez rien à déclarer ? c'est bon signe…

Dans des sacs sans taxe et ce sont des privés qui trient et débarrassent le tout pour leur propre compte. Ils se font du blé sans en faire dépenser aux citoyens. Par contre, je ne sais pas où ils jettent ce qui n'est pas récupérable. Mais s'ils le jetaient n'importe où, cela se remarquerait pour une ville de 23 millions d'habitants (des montagnes là où il n'y en a pas.)

Écrit par : Rabbit | 02/02/2014

"(des montagnes là où il n'y en a pas.)" Le vent se charge s'emporter les plastiques vers la mer, et les courants les entraînent vers des continents sous-marins. Il y a probablement des gens qui travaillent sur le projet d'exploiter ce gisement d'hydrocarbures, s'il est aussi gros qu'on le dit.
Ou vers les plaines où ils s'accrochent aux arbres ou dans l'estomac des vaches, en tout cas en Afrique.

Écrit par : Géo | 03/02/2014

"un butin de perles et barbarismes qui ont été grappillés aux quatre coins de la Romandie."
Manchette du Matin ce matin (quel journal !) : "Festin organisé avec les testicules de 300 boeufs".
Eh bien, bon appétit, les gars. Emmenez vos sandwichs...

Écrit par : Géo | 03/02/2014

Fichtre ! des organes importés illégalement, à n'en pas douter.

A propos des déchets africains: j'avais observé dans les seventies que si une chose quelconque finissait à la décharge en Afrique, c'est qu'elle n'avait vraiment plus aucune utilité pour la collectivité. Mais il y a 2 ans, j'ai appris que des entrepreneurs chinois rachetaient ces mêmes déchets pour les recycler et que le marché était porteur (comme on dit chez moi).

En Chine, un yuan est un yuan et le gaspillage est encore inconnu (du moins comparé à ce qui se fait à notre échelle).

Écrit par : Rabbit | 03/02/2014

"une chose quelconque finissait à la décharge en Afrique, c'est qu'elle n'avait vraiment plus aucune utilité pour la collectivité."
C'était le bla-bla des babas cools cradingues qui descendaient leurs poubelles en Afrique. Dans la réalité, j'ai rencontré en 86 un Français qui bossait pour une ONG suisse bien connue et qui avait un garage à côté. Il avait repéré toutes ces magnifiques bagnoles 4x4 abandonnées un peu partout parce qu'il manquait une bricole, les achetait et les réparait. Puis il faisait venir ses copains pour leur faire traverser le désert direction Europe pour les revendre très cher.
Donc oui, il y a énormément de choses à récupérer en Afrique, la ferraille en premier lieu. Mais cela a commencé, heureusement.

Écrit par : Géo | 03/02/2014

"Fichtre ! des organes importés illégalement, à n'en pas douter."
Mais les couilles de boeuf, cela ne vous fait pas rire ? Ils auraient du mettre des couilles de vache ?

Écrit par : Géo | 03/02/2014

Elementary my dear Géo: ces gens nous ont accoutumés à une littérature à choix multiples. Nous devons pouvoir répondre à toutes les options, tout en sachant choisir la bonne. Dans l'approche top-down de votre problème matutinal, je me suis aussi arrêté à l'étage du "comment trouver 300 boeufs (ou la bête entière, pour rectifier le signifié) dans un pays où les vaches ont un monopole violant les principes de l'égalité citoyenne, et où la matière première vient de l'étranger ? ". Tigres et dragons, même combat.

Écrit par : Rabbit | 03/02/2014

Teufel! "Weltanschauung" escripten? DR-1 surveillance des mots dans la TdlNM&M ohne mein licht, rotenalarm macht! Kommunikationnnen difficile, auch "Gestalt, Schadenfreude"? Ein lichtjahre de distanz jetzt, aber lebe noch, immer, s...

Écrit par : redbaron 'r'moisi | 05/02/2014

Ambre ne fait même plus glou-glou et le redbaron 'r'moisi est en train de sortir de la galaxie avec ce qui reste de son triplan TdlNM&MFucker...
Remember, RB :
Notre vie est un voyage
Dans l'hiver et dsns la nuit
Nous cherchons notre passage
Sous un ciel où rien ne luit
(...)
Demain, la fin du voyage
Le repos après l'effort
la patrie et le village,
Le printemps, l'espoir, la mort !

Écrit par : Géo | 06/02/2014

Vlatypa que Géo m’interpelle maintenant en faisant "glouglou".
Glouglou = coucou?
Oui, il pleut toujours mais je suis une bonne nageuse, uniquement dans l'eau salée.

Ô mon Dieu, le Red Baron est venu nous dire bonchour. S'il sent le moisi qu'il vienne survoler avec son triplan nos côtes bretonnes. Che vous chure qu'il sentira l'algue marine vite fait.

Bon, je ne comprends toujours rien à son langache. Mais biz' quand même et bonne année. Il n'est jamais trop tard...

Écrit par : Ambre'iodée | 06/02/2014

"Pas de lézard non plus pour la Bretagne: ils disposent maintenant d'un Ambromètre. Dès qu'elle fait: "glouglou !", c'est que la vigilance rouge est dépassée de 20 centimètres.

Écrit par : Rabbit | 01/02/2014 "

Vous avez donc survécu aux vagues invasives ?
Le RB dit qu'il vit encore, toujours, s...

Écrit par : Géo | 06/02/2014

@ Géo : complément d'information d'Ambromètre, en temps réel, qui n'a pas encore le trouillomètre à zéro (0_0) :

http://www.quimper.fr/actualite/11183/411-gestion-et-prevention-des-inondations.htm

Écrit par : Ambre | 06/02/2014

Oui, et comme disait Ludwig Wittgenstein: "Wovon man nicht sprechen kann, darüber muss man schweigen". Ambre, accrochez-vous à tout ce qui flotte: Manfred vient vous sauver, il n'est plus qu'à une année-lumière. Ce n'est qu'une question de temps.

Écrit par : Rabbit | 07/02/2014

Ambre@ Si vous ne donnez pas de nouvelles chaque jour, on va craindre le pire. Vous vous souvenez de "Le Manitoba ne répond plus" ? Une de mes premières BD...

Écrit par : Géo | 08/02/2014

@ Géo : vous lisiez "Coeurs vaillants" ;-)?

Pour les inondations : mon quartier est épargné! C'est le centre ville et les quartiers à l'opposé du mien qui sont le plus exposés aux crues.
Mon quartier est "situé en bordure de l'Odet en aval du centre-ville, au fond de la ria ou aber du fleuve".

http://fr.wikipedia.org/wiki/Locmaria_%28Quimper%29

Il faut savoir que c'est au confluent du Steir et de l'Odet que la rivière déborde. Je vous laisse plancher là-dessus :

http://www.bagadoo.tm.fr/kemper/odet.html

Journal intime : mes nuits sont tout de même agitées car le vent souffle très fort et les pluies torrentielles.

Voilà!

Écrit par : Ambre | 08/02/2014

Ambre@ Merci de m'avoir fait découvrir les aber /ria...
Il m'arrive parfois d'avoir des doutes sur nos éminents étymologistes. Locus en latin signifie bien le lieu, mais loch signifie lac, un certain monstre nous le rappelle assez souvent...
Vu la confluence (Kemper, Quimper), ne se formait-il pas là un lac, un plan d'eau ?
Mais que cela ne nous empêche pas de dormir, le vent est déjà là pour ça. Chez moi aussi , mais nettement moins fort...

J'avais suivi une de ces émissions sur les beautés de la France , "Des racines et des ailes" probablement, sur le cours de la plus belle rivière de France.
J'aime beaucoup lire la tectonique à travers le comportement des rivières signalé dans le texte que vous avez signalé en second. C'était particulièrement frappant au N du Mozambique. Allez regarder sur google Earth le comportement du rio Lurio...

Écrit par : Géo | 08/02/2014

Je rigole en allant sur Google Earth : ils indiquent "calculez votre itinéraire".
De Quimper à Rio Lurio ça doit faire quelques heures de vol...

Du coup ma recherche m'a fait découvrir de très belles photos du Mozambique. En revanche celle-ci est très spéciale (0_°); j'espère qu'on ne les cuisine pas, dépecés, en brochette !
http://www.panoramio.com/photo/3992903
(A Shanghai, ce sont des cochons qu'on trouve dans le fleuve (^_^)!)

"Vu la confluence (Kemper, Quimper), ne se formait-il pas là un lac, un plan d'eau ?"
Exact, il y a un étang près de chez moi qui débouche sur la rivière de l'Odet.
http://www.peche-rivieres-quimper.com/index.php?option=com_content&view=article&id=29&Itemid=80
Bon, ce n'est pas le Léman.

Écrit par : Ambre | 08/02/2014

11'000 cochons morts dans la Huang Pu, oui, nous avons vécu ça en riverain. Mais dans certaines rivières de certains continents que je nommmerai pas, on voit passer des humains homicidés.

Écrit par : Rabbit | 08/02/2014

Les commentaires sont fermés.