01/03/2014

Un drame à l’Elysée, côté jardins

On n’a guère l’ambition - encore moins l’envie - de jouer les paparazzis de Closer en embuscade devant des grilles présidentielles parisiennes. L’Elysée qui fait l’objet de la présente chronique se situe à Lausanne, au 18 de l’avenue du même nom. Il abrite un des plus beaux musées de Suisse, fondé, il y a trente ans par Charles-Henri Favrod qui en a fait un havre mondial pour la photographie et les photographes. Sous l’égide de son timonier actuel, Sam Stourdzé, il conservera, on n’en doute pas, toute sa luminosité et son dynamisme après le grand déménagement de 2020. C’est la date envisagée de la création contestée du fameux «pôle muséal», place de la Gare, où ses collections seront installées contigûment* à celles du Mudac et du Musée des beaux-arts.

La comète favrodienne y perdra-t-elle son suffixe élyséen? Ce serait dommage: il l’a si élégamment empanachée lors d’expos itinérantes en Europe, en Amérique et jusqu’en Chine. Lausanne et son savoir-faire muséologique en furent associés à quelque féerie de l’antiquité, où l’Elysée symbolisait en même temps un enfer vaporeux et un paradis païen.

On sait combien cette mythologie évanescente inspira l’architecture des Lumières. Chez nous, elle se concrétisa notamment dans une zone viticole en amont de l’actuel quai d’Ouchy dont les parchets, en 1780, s’alignaient jusqu’au Denantou, lorsqu’un certain colonel de Montagny y fit édifier la maison de maître au style dépouillé qu’on peut admirer encore aujourd’hui. De préférence au crépuscule, quand les feux les plus vifs caressent les marbres et molasses ondulées en biseau de sa façade méridionale.

Ce joyau architectural taillé en diamant fut racheté en 1807 par l’orageuse Madame de Staël, reine des lettres et de l’intrigue. Elle fit jouer Andromaque de Racine dans une parcelle du parc réaménagée en amphithéâtre, sous des esplanades reliées par des rampes et des escaliers: un décor végétal à la française pour une dramaturgie en alexandrins. Après les avoir clamés au soleil du Léman, les acteurs pouvaient se rincer le gosier avec des sorbets à la rose ou au jasmin conservés dans une glacière. Elle était entretenue dans une cavité souterraine, au nord-ouest des jardins de l’Elysée.

 

Commentaires

Pour ce qui concerne une forme adverbiale voisine, mais non contiguë, il s'est passé la chose suivante au cours des siècles: en1694, l'Académie proposait "continuement", bien que "continûment" puisse encore passer la porte. Mais une réforme inutile de 1990 shootait, à la fois, l'accent adverbial et le "e" muet, pour imposer unilatéralement "continument". Mais, bien sûr, on fait comme on veut et Gilbert le premier.

Écrit par : Rabbit | 01/03/2014

"contigûment*". J'espérais que l’astérisque menait vers quelque explication hormis celle de notre lapin grammairien.

Le musée de l'Elysée de Lausanne est très beau en effet.

Cette appellation "pôle muséal" me fait frémir d'horreur. Nous avons nous aussi un magnifique bâtiment : le Théâtre Max Jacob et qui en train de se transformer en "pôle Max Jacob". Rrrraaahhh, ça me donne envie de me "rincer le gosier" avec quelque chose qui me ferait l'oublier (0_0).

http://www.quimper.fr/1197-du-theatre-au-pole-max-jacob-histoire-et-avenir-d-un-lieu-culturel..htm

Bon, essayons d'attendre la réalisation définitive des projets avant de crier haro sur le baudet; ça sera peut-être sensass (comme disait ma mère).

Écrit par : Ambre | 03/03/2014

"Contimachin": ô Ambre, l'astérisque est péril ! Horny soit qui malice pense.

Projets, certes, mais qui va payer le popol nauséal ? Il n'y a plus de sous à Lausanne (ce qui n'est en rien lié à mon départ, vous le savez bien).

Écrit par : Rabbit | 04/03/2014

"Un drame à l’Elysée, côté jardins" J'en connais qui ont du ressortir un certain vide sous leurs pieds à Lausanne. Un ange chargé de fonds détournés passe en se faisant le plus discret possible...

Écrit par : Géo | 04/03/2014

Hi Geo !
Quelle est le dernier rating de Lausanne auprès d'agences comme Moody’s, Standard
& Poor’s ou encore Fitch ? Ils ne doivent pas être loin de la vérité, non ?

Écrit par : Rabbit | 04/03/2014

Pas sûr qu'on pense à la même chose, Nanabozo de l'Empire du Milieu. Mais dites-le nous, le dernier rating de Lôzane ? Ambre et moi-même sommes assez incultes sur ce genre de détails phynanciers...
Ambre@ Vous avez bien vécu les hautes marées, les vagues invasives et les colères de l'Odet ? Venez au bord du Léman, le dernier tsunami date de 531...

Écrit par : Géo | 04/03/2014

@ Ô Rabbit : Ô (Ambre)
Ô : [Suivi d'un syntagme nom. désignant une pers. ou une chose; marque que le locuteur apostrophe, interpelle ou invoque emphatiquement ce qui est désigné par le syntagme qui suit]
1. [Ô + syntagme nom. précède l'énoncé] Ô Versailles, par cette après-midi fanée, Pourquoi ton souvenir m'obsède-t-il ainsi? (Samain, Chariot, 1900, p.6).
Ô ma noble et fidèle amie, savez-vous, savez-vous bien tout ce que j'ai perdu? (Camus, Possédés, 1959, 1repart., 1ertabl., p.929).

@ Géo : Andréa, Christine m'ont anéantie, d'où mes apparitions par vagues - si j'ose dire - intermittentes! Depuis dix jours je suis malade et de quel mal? Une espèce de mal de mer qui donne des vertiges et la nausée (bon, berk, vous me demandez de mes nouvelles... alors... donc : j'ai vomi tout mon quatre heure (0_0)).
Dès que mes deux pieds auront retrouvé leur équilibre, j'accepte votre invitation au bord du Léman:)) Pardon? Vous ne m'avez pas invitée? Ah! Vous n'avez plus envie de m'inviter. Snif!

Mais le Léman a eu aussi des heures de vagues scélérates en remontant moins loin que votre tsunami de 563 :

"Un millénaire et demi après la catastrophe, on ignore encore exactement ce qui s'est passé et comment, en ne tombant pas directement dans le lac, le pan de montagne a bien pu y provoquer une vague destructrice. Dans un article publié ce dimanche 28 octobre par Nature Geoscience (hi hi!), une équipe suisse de l'université de Genève est parvenue à reconstituer le fil des événements..."

Et donc : "Le 7 août 1970, renversée par un coup de joran d'une violence exceptionnelle mais prévisible - le feu clignotant de Nyon l'annonçait depuis un quart d'heure - la "SAINTE-ODILE" chavire devant Yvoire, avec vingt-six passagers. Bilan : sept morts." Mais aussi, pour les vagues scélérates :

http://www.sisl.ch/archives/2008/Naufrage_rhone/naufrage_rhone.htm

Hé hé : j'ai tout ça dans mes archives.

Écrit par : Ambre | 04/03/2014

Le ratinge est un toxique aussi vicieux que le gaz moutarde: dès que l'on s'en préoccupe, il est déjà trop tard.
Tout aussi traître que le bidule tapis dans votre traitement de texte, qui vous édite "ressortir" quand vous aviez l'intention de taper "ressentir".
563, comment pourrais-je l'oublier ? il s'agit de l'année de naissance de l'impératrice Wang (王皇后).

Écrit par : Rabbit | 04/03/2014

Ambre@ J'étais au bord des marais d'Olonne et je n'avais jamais vu l'Auzance aussi haute. Je me suis demandé si les responsables du barrage n'avaient pas un peu abusé du Lambec mais il paraît que c'est automatique. Il paraît que lors de Cinthia, la mer a détourné ce barrage...
Les autochtones n'avaient pas l'air de s'en faire, ce qui m'a rassuré, moi qui suis d'un naturel peureux...
(les naturels m'ont rassuré, moi qui suis un autochtone peureux : non, cela ne colle pas...).
Expression locale : "à boire, aubergiste, sinon je tue le chien !"

Écrit par : Géo | 04/03/2014

@ Géo : Auriez-vous abusé du LambIc ;-)?

Les marais d'Olonne? Ainsi vous voyagez en France... et en période agitée sur l'Atlantique! Et vous seriez d'un "naturel peureux"! Je n'en crois rien! Je vous imagine la fleur aux dents et le fusil à la main [Rires]

Écrit par : Ambre | 04/03/2014

Géo pourrait vous écrire "Le Guide du Routard" bien mieux que Nadine de Rothschild.

Écrit par : Rabbit | 05/03/2014

Le Guide des maisons de mes copines, ouais. La prochaine fois, je vous parlerai de la réincarnation de l'une d'elles en fouine. Qui m'a engueulé à deux heures du mat dans sa maison hantée. En Navarre, s'il vous plaît.

Écrit par : Géo | 05/03/2014

J'en connais qui ont du ressortir un certain vide sous leurs pieds à Lausanne.

Écrit par : Parisfoot | 06/03/2014

En fouine, c'est normal après l'ingestion d'opiacés. En Chine, on n'en trouve que dans l'ouest du pays, particulièrement dans la province autonome du Xizang, dont la plus néfaste d'entre-elles a les faveurs du locataire de la Maison-Blanche.

Quant à la province autonome de Navarre et à ses habitants, la prudence est de mise: souvenez-vous de ce qui est arrivé en 778 à un certain neveu de Charlemagne: ces mecs ne sont pas Francs.

Écrit par : Rabbit | 06/03/2014

Et la Fouinette et le Fouinar vous connaissez? (0_0)

"La Fouinette est un mélange de écureuil volant, de raton laveur et de lapin."!!!

(Bouh! Je vais me cacher)

Écrit par : Ambre | 06/03/2014

"En fouine, c'est normal après l'ingestion d'opiacés." Elle ne m'a pas dit ce qu'elle avait fumé ou ingéré, mais elle m'a appris la langue fouine en instantané. Elle m'a dit textuellement : "espèce de sale con, qu'est-ce que tu fous dans ma maison ? Tire-toi tout de suite sinon je vais te pourrir la vie comme tu ne peux t'imaginer !!!"
Je suis parti dès que possible. Vous feriez le voyage un de ces jours avec moi ou on attend les San Fermines ?
PS. Mon prénom là-bas est Roldan. C'est inscrit sur le monument situé au col Ibaneta (1057m)(Ronces Valles est plus bas...) que j'ai envoyé en photo à Gilbert Salem pour vous le transmettre. Ne sais pas s'il transmettra...

Écrit par : Géo | 06/03/2014

Il va le faire: Gilbert et moi nous rattachons à Charlemagne par Hildegrade, Louis le Pieux et Henri l'Oiseleur. Et donc Roldan, par conséquent.

Mais ce n'est pas une raison pour faire le voyage de Navarre. J'ai assez de préoccupations avec les fouines chinoises, et particulièrent celle chez qui je squatte une centaine de mètres carrés lorsque je suis en Suisse, et qui m'a récemment déclaré ceci, dans un français approximatif: "espèce de sale con, qu'est-ce que tu fous dans ma maison, etc, etc."

Ce faisant, je n'ai d'autre ressource que d'aller squatter mon espace vital chez la mère de mon fils, aux Pays-Bas, en priant saint Antoine qu'elle n'en vienne pas à prononcer un jour des paroles aussi fatales que: "espèce de sale con, qu'est-ce que tu fous dans ma maison, etc., etc.".

Quoi qu'il en soit, je serai bientôt sous le Tropique du Capricorne et chacun sait que les femmes africaines sont les plus douces et les plus faciles à vivre de toute la planète. Pas vrai, Géo ?

Écrit par : Rabbit | 07/03/2014

C'est fou, ces fouines, non ? Pourtant, je continue à beaucoup les aimer. Malgré leurs petites dents très, très pointues...
"chacun sait que les femmes africaines sont les plus douces et les plus faciles à vivre de toute la planète" Peut-être, mais j'ai rencontré pas mal de naïfs blancs qui en avaient épousées : ils continuaient de vivre et travailler en Afrique, mais leurs charmantes et beaucoup plus jeunes épouses vivaient, elles, en Europe. On n'épouse pas un Blanc pour rester en Afrique, ou bien ?

Écrit par : Géo | 07/03/2014

Je me souviens d'un Tropique du Capricorne très salé (le mot est faible):)) A lire séance tenante, c'est vertigineux. Un autre genre de Confessions que celles de Saint-Augustin...:)). Allez-vous faire un remake Rabbit avec une Mona (June) africaine:))?

Les fouines sont craquantes... si elles n'ouvrent pas la bouche. Hi!

Écrit par : Ambre | 07/03/2014

Rabbit@ Gilbert Salem me fait savoir qu'il n'a plus votre adresse depuis qu'il ne gère plus les blogs. Je suppose que vous avez la sienne et que vous lui enverrez un petit mot ?

Écrit par : Géo | 07/03/2014

Oui, je vais voir avec Edward Snowden pour l'adresse de Gilbert.

En évoquant le premier, nul n'aura attendu son déballage des secrets de la NSA pour être au courant de mes tribulations en Afrique, à une époque où les incitations des démons de la chair l'emportaient sur les préceptes des Pères de l'Eglise.

J'étais accidentellement en train de repasser dans la cuisine, en écoutant la radio, lorsque France Musiques a soudain lâché des noms comme Clara Schumann, Alma Mahler ou Yvonne Messiaen: j'en ai déduit qu'il y avait jupon sous roche et que l'avenir s'annonçait sous un jour moins favorable. Quant à Ambre, vous verrez qu'elle attend la Journée de la Femme pour nous réserver un chien de sa chienne.

Chienne de vie !

Écrit par : Rabbit | 07/03/2014

@ Rabbit : Tsss! Le repassage aujourd'hui c'est très bien et demain vous faites la cuisine et le ménage, sans oublier de passer chez le fleuriste pour votre douce aimée. Non mais!
Et que ça saute... le riz dans le wok (^_^)

Écrit par : Ambre | 07/03/2014

Rabbit@ A mon avis, GS continue de travailler chez 24heures.ch et il y a toujours un point entre le prénom et le nom...
"Chienne de vie !"
Plus je connais les femmes, moins j'aime ma chienne...
Desproges ne devait pas connaître les mustélidés...

Écrit par : Géo | 07/03/2014

prénom.nom@compagnie.com: en effet, c'est la méthode pour accéder au mail des CEO et CFO les plus intouchables. Les mêmes qui ont leur date de naissance comme password ? Oui, regrettons de ne pas être Edward Snowden.

Ambre : le riz gluant dans le wok ? Cornegidouille ! Pour 300 Yuans, vous avez un appareil électrique qui vous fait ça en toute confiance pendant que vous jouez avec le feu. En Chine, chustement, il est 1 heure du mat et Google souhaite déjà un "Happy International Women's Day" aux internautes matinaux. Courage, fuyons !

Écrit par : Rabbit | 07/03/2014

"Plus je connais les femmes, moins j'aime ma chienne..." WOUARF WOUARF! Ca ne rigole plus là.

Rabbit : Me suis trompée. Rectification : Et que ça saute... les légumes au poulet sauce saté dans le wok! (J'ai faim là).
Je sirotais tout à l'heure dans une brasserie un délicieux café et au moment où je croquais le carré de chocolat qui l'accompagnait, je tombe sur cet article (=_=) :

CHOCOLAT LA GRANDE PENURIE
" Va-t-on manquer de chocolat? La rumeur s’est répandue comme une traînée de poudre suite à un article publié dans le très sérieux Wall Street Journal. D’après les prévisions de l’Organisation internationale du cacao, la demande va dépasser la production au cours des cinq prochaines années. Du jamais-vu!
En cause : les Chinois, qui découvrent le chocolat. Et le drame, c’est qu’ils y prennent vite goût. Pour l’heure, leur consommation reste faible : à peine 70 grammes par an et par habitant. À comparer avec 6 kilos pour les Français et plus de 10 kilos pour les Suisses ou les Allemands. Il est évident que si les 1,4 milliard de Chinois se mettent à manger du chocolat comme nous, on va avoir un gros problème à Pâques pour trouver des oeufs en chocolat!"

Écrit par : Ambre | 07/03/2014

Nous sommes déjà branchés sur le sujet grâce à Baidu, nous compatissons pour les pâtisseries confisquées.

Mais, si vous voulez du chocolat, il faudra désormais venir le déguster à Shanghai. Il y a des terrasses très sympa sur Nanjing Xi Lu, vous ne regretterez pas d'être venue. En plus, les galeries d'art contemporain et les boutiques de luxe poussent comme des oreilles de singe(sorte de chamignon). De quoi rester ad aeternam, non ?

Vous saviez que la Journée de la Femme était une invention bolchévique ?

Écrit par : Rabbit | 07/03/2014

"Plus je connais les femmes, moins j'aime ma chienne..." WOUARF WOUARF! Ca ne rigole plus là."
Ah bon ? Moi ça m'avait fait bien rire...
Vous préférez l'original " Plus je connais les hommes, plus j'aime mon chien"
qu'on voit en auto-collant sur les 4x4 des fachos de base ?

Écrit par : Géo | 07/03/2014

Quels fachos ? c'est une espèce en voie de disparition ! Dommage pour la diversité de l'aphone, l'alternance Yin-Yang et la justice associale. Vous avez toujours votre 4x4 ?

Écrit par : Rabbit | 07/03/2014

@ Géo : Rires. Vous êtes drôle finalement... quand on branche le son (0_°).
Je n'aime pas les généralités : LES hommes, LES femmes. Chaque être est unique.

@ Rabbit : "Vous avez toujours votre 4x4 ?" Vous êtes impayable! Et vous, avez-vous un tandem? Je vous verrais bien tous les deux pédaler de concert (ou de conserve - je ne sais jamais lequel convient - dans la choucroute) (0_0).

Écrit par : Ambre | 07/03/2014

Ambre @ "Je n'aime pas les généralités : LES hommes, LES femmes"
Desproges est mort il y a déjà quelques années et donc...

Rabbit @ "Vous saviez que la Journée de la Femme était une invention bolchévique ?"
Non, j'en étais resté à (Wikipedia):
Légende française : En France, une légende veut que l’origine du 8 mars remonte à une manifestation d’ouvrières américaines du textile en 1857. Ce mythe est né en 1955 d'un article du quotidien communiste L'Humanité qui relatait une manifestation de couturières new-yorkaises, un siècle auparavant en 1857[14] puis cette information est relayée chaque année par la presse militante du PCF, de la CGT et des « groupes femmes » du Mouvement de libération des femmes. Mais cet événement n'a en réalité jamais eu lieu. Selon une hypothèse, l'initiative en revient à Madeleine Colin, féministe et secrétaire confédérale de la CGT : la commémoration étant depuis son origine encadrée par le PCF et ses organisations satellites, elle souhaite l'affranchir de cette tutelle communiste pour en faire la lutte des femmes travailleuses.

Vous savez, "du pain et des roses"...
Ce slogan passerait mal aujourd'hui, les roses étant au pouvoir avec le résultat que l'on sait et le pain mauvais pour la ligne...

PS. Je n'ai jamais eu de 4x4, sauf en Afrique...

Écrit par : Géo | 08/03/2014

PCF & CGT ... c'est bien ce que je disais ... "un fantôme parcourt l'Europe" ... à côté d'eux le 中国共产党中央委员会 ressemble à un conseil de paroisse ... vous avez décidé de me créer un ulcère en racontant des histoires pareilles, ou bien ? .. je vais aller me préparer une vraie salade niçoise, je n'en ai pas mangé depuis mon dernier passage en Europe.

Écrit par : Rabbit | 08/03/2014

Rabbit @ Ambre @ Le 8 mars tirant à sa fin et la nostalgie étant ce qu'elle est :
http://www.dailymotion.com/video/xrta8j_pauline-julien-l-ame-a-la-tendresse-flv-youtube_music
Purée, ce que j'étais amoureux de Pauline Julien...

Écrit par : Géo | 08/03/2014

1975, j'étais à Richard-Toll et la seule radio régulièrement audible sur mon Sony mondial était Radio-Canada. En 74, il y a eu une Super Francofête d'anthologie, comme on dit dans les radios hexagonale.

Écrit par : Rabbit | 08/03/2014

@ Géo : mais c'est un très bel hommage que vous rendez-là à une féministe (je l'apprends via Wikipédia, je ne la connaissais pas!).
Vous étiez amoureux d'elle (0_0)? Mais quel âge aviez-vous en 1975? (Elle avait cette-année là 47 ans). Vous deviez avoir dans les vingt ans... Mais c'est normal à vingt ans d'être amoureux d'une "vraie" femme plutôt que d'une jeune fille de son âge.

Quand j'avais vingt ans j'étais amoureuse de Steve MacQueen dans La canonnière du Yang-Tsé! J'étais Candice Bergen:-) (je lui ressemblais... euh... un peu. Hi!).

Écrit par : Ambre | 08/03/2014

http://youtu.be/mUTEy-kj51o

Écrit par : Ambre | 08/03/2014

Et une photo de moi ramant sur le Yangtse (Changjiang), ça produirait le même effet ?

Écrit par : Rabbit | 08/03/2014

Ambre@ Vous ne connaissiez pas Pauline Julien ? Je n'en reviens pas...
Les chanteurs canadiens étaient très aimés en Suisse à cette époque. Félix Leclerc, Gilles Vigneault, Charlebois,etc...
http://www.youtube.com/watch?v=UZOM4koItSk
(purée ce qu'ils chantent mal...)

Écrit par : Géo | 08/03/2014

J'oubliais une de mes préférées de l'époque :
http://www.youtube.com/watch?v=3I5OiyI53AU

Écrit par : Géo | 08/03/2014

@ Rabbit : MDR! Mais je veux bien la photo;-)
Là, je viens de regarder un film japonais : Le repas de Naruse de 1951; vous veniez à peine de naître (=_=)

@ Géo : Ben non, je ne la connaissais pas. Les chanteurs canadiens, oui bien sûr, je les connais mais je préférais les Beatles... quand j'avais 20 ans!(*_*)
http://youtu.be/ajCYQL8ouqw

Good night!

Écrit par : Ambre | 08/03/2014

@Géo et Rabbit puisque vous aimez les étrangères (je crois), celle-ci, quand je l'entends, les baffles à fond (tant pis pour mes acouphènes) je la "kiffe grave";-). Au choix : avec Montand je danse, avec Ferré je pense, c'est donc selon mon humeur que je choisis l'interprète et ce matin j'ai dansé avec Montand.

http://youtu.be/LH5qSdkpEOE

http://youtu.be/ObBKKv13F2E

Et maintenant, passons au billet suivant.

Écrit par : Ambre | 09/03/2014

"mais je préférais les Beatles... quand j'avais 20 ans!(*_*)"
L'imaqe qui me vient, en pensant aux Beatles, c'est ces endroits des rivières où les ours attendent les saumons qui les remontent pour frayer. Toutes ces jeunes filles enamourées et excitées, il faudra bien que quelqu'un s'en occupe, après le concert, se dit l'ours en se léchant les babines...

Écrit par : Géo | 09/03/2014

@ Géo : ces images sont rafraîchissantes et printanières comme le soleil de ce jour!

Écrit par : Ambre | 09/03/2014

Non, pas encore de fermeture... D'abord les fouines. Je n'en ai pas vu chez moi, et elles ne me parlent pas en langage fouine mais je sais qu'elles sont là, car je les entend courir dans le grenier. De temps en temps elles déplacent une tuile, mais elles ont leur espace vital et nous le nôtre. Les lapines n'ont jamais été perturbées par cette présence, et pourtant les fouines, qui appartiennent à la même famille que les loutres, pourraient leur faire peur.

Ensuite, les e-mails... nom, prénom, compagnie... Mais pourquoi ne pas adopter des déguisements fantaisistes pour les données sensibles? Cela pose les mêmes questions que l'anonymat sur les blogs & réseaux sociaux.

Pour tout le reste, je n'étais pas née ;-)mais j'apprécie.

Écrit par : Inma Abbet | 09/03/2014

Je me disais bien aussi que les fouines allaient vous faire sortir de votre grenier Inma (0_0)!

"Pas née, pas née..."! Ça nous donne un coup de vieux! Faut dire que quand Géo fait revivre une Pauline Julien je me demande si moi-même j'étais née. Mmm!

Écrit par : Ambre | 09/03/2014

"revivre une Pauline Julien je me demande si moi-même j'étais née. Mmm!"
Ben voyons.
Inma @ "mais elles ont leur espace vital et nous le nôtre" Il y avait tellement de bruit sur le toit, tellement de tuiles déplacées - c'était vraisemblablement ce que l'on appelle naïvement la période des amours, c'est-à-dire un combat féroce pour transmettre ses gènes...- que j'ai voulu voir et ouvert une porte-fenêtre donnant sur le vide avec un mur à angle droit. Le mâle qui avait vraisemblablement perdu son droit de transmission des dites gènes descendait très fâché, la tête la première. Il s'arrête en plein faisceau, se tourne bers moi et me passe cette fameuse engueulade citée in extenso ci-dessus. Je ne suis pas absolument certain de la traduction mais le ton y était...
Après cela, il a atterri dans la cour et comme un éclair a disparu sous la porte cochère...

Il faut dire que l'ambiance était assez particulière. J'étais seul dans la maison (de 1480 selon le curé de la paroisse dont la passion est l'histoire locale) de cette amie morte il y a maintenant trois ans, dans sa chambre, à côté d'un portrait d'elle-même à 17 ans. J'ai été réveillé au milieu de la nuit "glacé de terreur" par un bruit de chaînes dans la cour, qui se répercutait dans la chambre et par le ramdam des fouines sur le toit. Les chaînes, c'était un lourd timon métallique que j'avais attaché à un œillet d'une bâche pour la maintenir en place. Le vent ayant cassé quelques autres attaches, la bâche était plus libre et traînait le lourd fer dans la cour...

Écrit par : Géo | 10/03/2014

La Navarre n'est pas loin de l'Aragon, ce qui explique qu'il vous soit arrivé des choses aussi terribles que dans le "Manuscrit trouvé à Saragosse". Est-ce vraiment prudent de franchir les Pyrénées ? Le Jiangxi me paraît plus sûr, bien que...

Écrit par : Rabbit | 13/03/2014

Ne m'en parlez pas, il faudra bien que j'y retourne. vous êtes sûr de ne pas vouloir venir avec moi ? C'est très beau, la Navarre. Les vautours fauves, si majestueux...et si nombreux...
C'est le paradis du vélo : il n'y a personne, à part les fantômes...

Écrit par : Géo | 13/03/2014

D'ici quelque temps, quelques mois, j'irai du côté de Barcelone. J'irai peut-être vous rendre visite dans votre château en Espagne :-) Je viens de lire un roman qui se passe dans la vallée du Baztán... En effet, fantômes, fées, sorcières, hommes sauvages des bois, tout sauf de la faune urbaine. Cela doit vous plaire :-)

Écrit par : Inma Abbet | 13/03/2014

Et la gastronomie ? que savez-vous des vins ? du tabac peut-être ? toutes ces chose incorrectes pour les politiques de ce siècle, que Malraux nous prédisait "spirituel": Dieu merci, nous somme là...

Écrit par : Rabbit | 13/03/2014

"Cela doit vous plaire :-)" Il n'y a aucun doute là-dessus, je préfère les fouines même de très mauvaise humeur et les vautours fauves sont des planeurs splendides.
Le vin ? Il y a des bodegas partout, et c'est du bon. La Rioja se trouve juste un peu au sud-ouest, et c'est du même ordre. Autrefois, les gens de Navarre étaient des adeptes de l'auto-suffisance. Chacun avait son blé, ses oliviers et ses vignes. Le blé a pris de plus en plus de place, et cela donne des paysages très particuliers, les champs épousant les collines...
Les terres étaient héritées par l'aîné. Cela explique le grand nombre de curés d'origine navarraise en Amérique du sud...
A l'automne, vous voyez de grands troupeaux de moutons se répandre dans ces champs, avec berger et chiens. S'il y a eu des incursions de loups, c'est plus que probable. Mais le Navarrais est nettement plus farouche que le Valaisan. Ou disons : le Valaisan joue au dur, le Navarrais l'est...

Écrit par : Géo | 14/03/2014

Vous envisagez de faire le pèlerinage de Compostelle, je lis ça dans votre pensée.
Mais rien que que pour l'exploit sportif et sa dimension esthétique, bien sûr.

Écrit par : Rabbit | 14/03/2014

Bon, je l'ai fait jusqu'à ce bled en Navarre, on en a déjà parlé. Le curé spécialiste d'histoire locale, et qui par ailleurs a célébré la messe d'adieu de tout le village à mon amie, a accepté de mettre son stempel sur mon credencial, le 25/09/09.

Je ne pense pas que l'arrivée à Santiago me plaise beaucoup : trop de gens qui le font pour autre chose que "pour l'exploit sportif et sa dimension esthétique, bien sûr." Par contre, il ne m'a pas échappé que la partie qui restait était probablement la plus belle. J'ai fait une première étape depuis Estella (vous avez vraisemblablement compris que le bled en question n'est pas loin...) jusqu'à Peñacerrada/Urizaharra: tout simplement magnifique.

Si cela vous tente, faites-moi signe...

Écrit par : Géo | 14/03/2014

"la partie qui restait était probablement la plus belle" A condition de ne pas suivre le parcours traditionnel...

Écrit par : Géo | 14/03/2014

Mais, pour ceux de ma connaissance qui ont fait le périple à pieds ou à cheval, la portion espagnole est la plus pénible: "un vrai désert…" qu'ils ont dit. Estella, il me semble que nous en avons parlé il y a 2 ou 3 ans.

Écrit par : Rabbit | 14/03/2014

J'ai fait la Route Napoléon en moto (0_0) en 2003.

http://3.bp.blogspot.com/-C5GCsS-mmnA/UXk7F7-ioEI/AAAAAAAAG_I/_s23Vc6xEOg/s1600/DSCN0624+copie.jpg

(Photo au Mont Ventoux)

Écrit par : Ambre | 14/03/2014

Rabbit@ "la portion espagnole est la plus pénible: "un vrai désert…"
C'est pourquoi j'ai précisé "A condition de ne pas suivre le parcours traditionnel..."
Ambre@ Le fait d'avoir un moteur change beaucoup de choses...
Ceux qui le font à pied passent vraiment par des lieux très sauvages. A vélo, de petites routes sympas...souvent permises aux seuls vélos (le long des fleuves, par exemple). Et le fait d'arriver en haut d'un col, de n'avoir plus qu'à descendre...
Vraiment une autre ambiance. La difficulté, c'est le soir, si vous ne trouvez pas d'endroits pour dormir et que vous devez aller beaucoup plus loin alors que...

Écrit par : Géo | 15/03/2014

@ Géo : oui, mon périple n'avait pas la spiritualité d'un pèlerinage de Compostelle. La moto cependant est un moyen de voyager au plus près de la nature tout de même, mais il est vrai que lorsque nous croisions des cyclistes je ressentais presque une gêne d'être sur la moto (mais vite chassée, par le plaisir de la découverte des paysages sublimes). Ici, plus question de vitesse pour le pilote, on entendait à peine le bruit du moteur...

Écrit par : Ambre | 15/03/2014

Les commentaires sont fermés.