26/05/2014

Jack, l’alligator blanc du Flon

Plus le Vaudois – disons le plus ou moins fortuné – progresse dans les mœurs modernes, moins il s’aime, et plus il s’attache à d’autres créatures du Bon Dieu. Or il s’est lassé du chien racé à truffe en biseau et du chat sacré de Birmanie à pattes gantées de blanc. Le toucan à bec en banane, le couple de perruches ondulées ou le hamster doré à ventre blanc ne lui suffisent plus. En son duplex huppé du Cheneau-de-Bourg rampent désormais des curiosités encore plus exotiques qui l’ont fasciné sur les chaînes Planète ou Animaux-TV. Ce ne sont que pythons étrangleurs, mambas verts qui en trois secondes vous réduisent un homme en cadavre de la même couleur, mygales géantes et velues, scorpions de l’Arizona à mauvais caractère.

Plus risquée, prétend une rumeur, fut son adoption de «Jack», un bébé alligator de Floride aux caprices alimentaires compliqués. Il a un temps essayé de le biberonner au lait de vache des Ormonts, sans précaution élémentaire ni franc succès.

Ses voisins du dessous crurent d’abord percevoir des vagissements d’un nouveau-né, vu que les crocodiliens, même adultes, vagissent à la manière de nos nourrissons. Jusqu’au jour où le Jack se profila sur la porcelaine blanche de leur cuvette de WC sous la forme d’une silhouette malingre et onduleuse, gélatineuse comme ces bonbons douteux dont les ados raffolent. Mais la chose verdâtre bougeait! Elle clignait même des yeux exorbités.

D’un vigoureux coup de siphon, le pauvre avorton des Everglades fut propulsé vers un contexte fluvial plus conforme à ses origines subtropicales: les égouts de Lausanne. Il s’agit d’un marigot qui s’étoile de la cascade souterraine de Pépinet - où le ruisselet de la Louve se jette dans le Flon, et jusqu’aux sources de cette rivière enterrée, un peu en amont de La Sallaz.

Voilà quelques années que Jack l’Alligator y prospère sans prédateur. En y croquant du rat à volonté, plus rarement d’autres reptiles domestiques évacués comme lui naguère par quelque chasse d’eau. Il serait libre, et bien nourri, mais l’absence de lumière l’aurait rendu albinos et aveugle.

Dans les entrailles obscures de sa ville d’adoption, on le rêvait flottant comme un spectre translucide. Quel dommage qu’il n’existe pas!

 

Commentaires

Le fait que nul ne l'ait encore vu ne prouve pas son inexistence (sinon la physique quantique ne serait pas). Pas plus que l'on puisse réfuter la possibilité d'une nombreuse descendance et sa mutation en une forme de vie insoupçonnée, maintes fois modifiée par la variété infinie des déchets toxiques déversés dans l'infâme cloaque hanté par le monstre. Lausannois(es), attendez-vous un jour à voir surgir de toutes les canalisations, dans vos rues et dans vos foyers, des créatures de cauchemar assoifées de vengeance au nom de leur ancêtre sacrifié à l'autel de la méchanceté humaine. En attendant que Monsieur Brélaz tente quelque chose, relisez H.P. Lovercraft et vous comprendez qu'il n'est pas impossible que je puisse avoir raison.

Écrit par : Rabbit | 27/05/2014

Oh là là! Cette prose et ce verbe de Maître Salem, "ah que je l'aime" (dixit Johnny)! Même dans les égouts je n'y lis que poésie.

(Je comprends pourquoi Rabbit a quitté Lausanne : il n'osait plus aller aux cabinets:-) A lire avec humour hein! (*_*). (Je prends mes précautions [Rires]).

Écrit par : Ambre | 27/05/2014

Vous avez frappé à la bonne porte, Ambronnette, mais ce n'est pas celle des W.C. Si Lausanne a les délires qu'elle mérite, la réalité peut souvent dépasser la fiction la plus fantastique à Shanghai. A-t-on jamais entendu parler de onze mille cochons dans la Louve ou le Flon ? Non, juste un alligator d'importation.

Écrit par : Rabbit | 27/05/2014

Je ne sais pas pour l'alligator, mais on a là une légende urbaine new-yorkaise qui a fait le voyage des égouts de New York à ceux de Lausanne (en traversant l'Atlantique ou en sens inverse?) Si ce n'est pas du fantastique, ça! :-)))

Sinon, je crois que la légende date des années 1930, où l'on aurait trouvé quelques-uns (des gens trouvant les bestioles un peu encombrantes s'en seraient débarrassés de cette façon), mais ils n'auraient pas pu survivre longtemps, en raison du manque de chaleur et de lumière, même si les rats ne manquaient pas.

Écrit par : Inma Abbet | 27/05/2014

Toute une série de gens se sont ligués afin de nier cette légende lausannoise. Mais, c’est certain, la ligue a tort !... L’alligator existe bel et bien !
Oui !... Moi, je l’ai vu, de mes propres yeux vu ! C’était un soir de pleine lune, il sortait des tréfonds du Flon. De but en blanc, je «Lacoste» en disant :
- Bonsoir, comment vas-tu ?
Il répond :
- Alig!... Et non Jack, ainsi que certains prétendent… Et toi, prends garde! Je vais te croquer tout cru !»

Mais Alig a tort ! Il était impossible de me manger tout cru… Ce soir-là, j’étais cuit !
C’est d’ailleurs mon état d’ébriété avancé qui m’a permis de le voir, de l’entendre et surtout de ne pas me faire bouloter tout cru.
Non, non ! Les marques de dents que vous voyez sur mon avant-bras, ce ne sont pas les siennes, ce sont les crocs qu’Odile a plantés parce que je n’avais pas cru qu’entre nous c’était cuit !... D’où la cuite !

Écrit par : Père Siffleur | 27/05/2014

Dans la décennie qui a suivi le début du XXIe siècle, Gilbert a bien voulu nous apprendre l'existence de cervidés et de vulpidés dans les canyons de la Vuachère. A l'aube d'une ère nouvelle annonçant la paix universelle, il jette une lumière crue sur les hôtes méconnus pataugeant dans la nuit perpétuelle du Flon.
Si Inma peut prétendre y avoir croisé des rats, dont elle ne nous dit rien de la taille, du volume encéphallique ou de leur langue vernaculaire, on est autorisés à comprendre qu'on n'y trouve pas de loutres. De mon côté, j'ai déjà abondamment commenté, ces dix-huit derniers mois, le fait que croiser des dragons et des phénix sur Nanjing Xi Lu ou Weihai Zhong Lu fait partie du quotidien des habitants de la Perle de l'Orient.
J'attends maintenant avec impatience qu'Ambre nous livre enfin la vérité sur les licornes qui, selon la légende, paissent dans les prairies des bords de l'Odet.

Écrit par : Rabbit | 27/05/2014

@ Rabbit : La peau d'un alligator vaut une fortune

http://fr.burberry.com/trench-coat-en-cuir-dalligator-metallise-p39048041?WT.mc_id=Affiliates_GoogleShoppingOrganic_week1409_FR&WT.tsrc=affiliate&wt.srch=1&kpid=39048041&gclid=COiy7NngzL4CFUXnwgodXA0AZQ

Je crains que les peaux réunies de onze mille cochons morts dans le Huangpu ne valent que des clopinettes. Et si, dans le cochon tout est bon, la peau ne vaut pas une peau de lapin.

@ Prsflr : une petite flasque à Single Malt en croco, à siffler dans une Bentley ça sublimerait la "cuite" en ébriété mondaine (0_0)!

(Je raconte n'importe quoi. Tsss! et je n'ai bu que de l'eau pétillante).

Écrit par : Ambre | 27/05/2014

Jamais vu de licornes dans les prairies qui bordent l'Odet, seulement des bi-cornes (c'est moins gracieux), voire des bigorneaux sur les rives... vaseuses.

Écrit par : Ambre | 27/05/2014

À Ambre,

Vous devez bien vous imaginer que les crocs qu'Odile m'a plantés dans le bras ne l'ont été que parce que je ne possédais ni flasque habillée de croco ni Bentley à intérieur tendu de même métal.

Attention ! Si cette femme n'est pas un faux-gavial, c'est une vraie croqueuse d'hommes. Un caïman à museau large qui ne se nourrit presqu’exclusivement que de mollusques. Avec, pour elle et malgré ses crocs, une préférence marquée pour l'huître... L'huître servie avec Champagne millésimé ou alors, l'huître perlière... Elle raffole des perles. Pour autant que leur disposition soit prévue sur trois rangs... Un minimum !

... Vous n'aurez donc jamais l'occasion de rencontrer l'Odile sur l'Odet... Puisqu'à ce que je me suis laissé dire, c'est vaseux par endroits et là les mollusques ne sont que des bigorneaux! À moins que les bi-cornes, soient également de jolis mollusques... à coquille vide... Des beaux vidés en quelque sorte ?

Écrit par : Père Siffleur | 28/05/2014

Le doux dingue d'Odile dit vague: a-t-il vu Jack du Flon ?

Écrit par : Rabbit | 28/05/2014

"La plus belle rivière de France", dixit l'Odet, à marée basse c'est plutôt dégoûtant.
Voyez ce qu'on y trouve, j'ai pris cette photo d'un pont :

http://2.bp.blogspot.com/-B-vbaqPZaVo/U3ohNj9FBKI/AAAAAAAAI3U/8K_IzGoKzYM/s1600/DSC09610.JPG

Vous avez vu cette vase? Aussi, me méfierais-je des bigorneaux ou de tout autre poiscaille (0_0)!

Écrit par : Ambre | 28/05/2014

Je ne prétends pas avoir vue des rats, j'en ai vu, et j'ai même photographié un ragondin bien nourri sur les bords de l'Arno, près du Ponte Vecchio :-)))

Écrit par : Inma Abbet | 28/05/2014

Pour Ambre,

La gadoue qui se trouve autours du chariot renversé s’est-elle vraiment écoulée du dit?
Si oui, seriez-vous en mesure de m'indiquer à partir de quelle grande surface le caddie a roulé jusque-là ?... Je n'y ferai plus mes courses !
Il est connu que dans ces cathédrales de la consommation, la marchandise n’est pas toujours de la meilleure qualité ni de la plus grande fraîcheur, mais à ce point-là… Je comprends que le client puisse l’avoir renversé et abandonner !

Écrit par : Père Siffleur | 28/05/2014

L'hypermarché en question, se trouve justement près du pont, au Carrefour si j'ose dire;-)

Mais celui-là, toujours photo prise du pont, pensez-vous que c'est le "client" qui a balancé son vélo et qui s'est peut-être lui aussi jeté du pont, d'écoeurement (0_0)?

http://2.bp.blogspot.com/--KrHAEyQUfg/U3ohCsB9DCI/AAAAAAAAI3E/QBs0h0wKus8/s1600/DSC09604.JPG

Écrit par : Ambre | 28/05/2014

En effet. Point de vue trash, ça vaut les 11'000 cochons. Mais ces images sont au top de ce qui ce montre dans les expos photo les plus tendance: d'un réalisme bouleversifiant... Vous devriez publier un album sur cet Odet de l'anti-monde.

Écrit par : Rabbit | 28/05/2014

@ Rabbit : c'est vous qui devriez publier un album de vos superbes photos en black & white sur Shanghai, que l'on pouvait voir sur un site que vous avez pulvérisé. Tsss!

Écrit par : Ambre | 29/05/2014

Les rats de chez Google l'ont affublé de publicité, j'ai dû le supprimer. Par contre, le site du National Geographic Magazine est plus sérieux dans ce secteur, je vais les leur confier. Mais ça prend du temps et je n'en ai plus depuis la retraite.

Écrit par : Rabbit | 29/05/2014

À Ambre,
Votre photo du vélo!... Un "Jackson Pollock" sur lequel vous auriez collé l'image d'une bicyclette?

J’ai la même peinture
Accrochée à un mur.
J'ai la même bicyclette
Qui me trotte dans la tête!...

Je ne vais pas tout dévoiler.
Pourtant en termes voilés
Mon médecin et mécanicien,
C’est son rayon, pas le mien,
A expliqué qu’la roue était voilée.
Que tout ça devait bringuebaler.

Qu’avec la tête dans l’guidon
Uniquement d’l’air dans l’ bidon
Je devais pédaler dans le coton
Donc, difficile de r'coller au p'loton.
Et de plus, d’une voix chafouine,
Zut ! De plus, ton p’tit vélo couine !


Et très bon week-end de l'Ascension!... Attention! Ces prochains jours, n'allez pas sur les routes encombrées avec votre bicyclette. La meute des voitures en folie roulent dangereusement! Vous risqueriez de finir dans le fossé, dans l'Odet ou même dans l'anti-monde... Un beau gâchis!

Écrit par : Père Siffleur | 29/05/2014

@ Prsflr : aujourd'hui je ne peux même pas sortir de chez moi! Mon quartier est cerné, impossible de circuler. Place aux cyclistes :

http://toutquimperavelo.e-monsite.com/pages/la-manifestation-presentation/edition-2013-1.html

Écrit par : Ambre | 29/05/2014

... et bon week-end aussi à vous et Rabbit et Inma et ceuss qui passent par ici!

Écrit par : Ambre | 29/05/2014

Alligator, crocodile, ou autre SDF ? La rue de la Madeleine passe de la Riponne à la Palud et sa fontaine de la Justice. C'est au pied de cette rue que l'adjudant Hartmann, bien visible dans "Connu de nos services" (dont voici un commentaire objectif*, avec une photo dudit Hartmann...) http://shangols.canalblog.com/archives/2010/02/21/16994504.html,
nous a dit à Jean-Luc et à moi, à peine 19 ans,"on va vous écraser, petites larves..." juste avant la première manif du CAC en 1971. Ah,la police savait parler aux gymnasiens, à cette belle époque...

Là où il y avait un magasin Pfister, au début de la rue côté Riponne, l'Uni de Lausanne utilisait quelques salles de cette magnifique demeure patricienne pour quelques séminaires de Sciences Po, où on apprend la supériorité de la pensée marxiste-léniniste aux enfants de la bonne bourgeoisie locale, ce que seuls les trotskystes contestaient à l'époque : ils étaient encore plus extrémistes...
Tout un chacun peut admirer le luxe des intérieurs et nul n'ignore que tout va être démoli. On connait le manque de goût et le sens du gaspillage de nos autorités en charge du patrimoine, on a des copains qui ont fait sciences po, il n'en faut pas plus pour certains de se trouver une âme de récupérateur et sauveur de belles choses face à l'administration vaudoise qui à l'époque avait déjà fait preuve de belle manière de sa stupidité et de son caractère borné. Et donc, expéditions dans les locaux abandonnés...
Et découverte des Jacks l'Alligator qui vivaient en ces locaux, avec vue sur la Madeleine, dans des locaux transformés en pire que les égoûts de Lausanne, qui ont le grand avantage de faire circuler les matières fécales, alors que de l'autre côté du décor bourgeois de la Madeleine, la merde stagne et s'accumule, les autorités ayant fait casser les toilettes des proto-squatteurs. Matelas pourris, immondices partout, puanteurs pas racontables, et de l'autre côté, à deux trois mètres, Mme Michu qui fait son marché...

* Ambre notera non sans intérêt que le commentateur a une opinion aussi médiocre que la mienne du réalisateur...

Écrit par : Géo | 04/06/2014

A part ça, la fille au centre de la première photo du lien indiqué ci-dessus, ce doit être Léa Pool. Je dis ça juste comme ça, bien sûr. J'ai vérifié, je ne suis pas sur la photo...
https://www.google.fr/images?hl=fr&q=l%C3%A9a+pool&gbv=2&sa=X&oi=image_result_group&ei=rY2PU_qZJe_07AbivoCoBg&ved=0CCgQsAQ

Écrit par : Géo | 04/06/2014

En ce qui concerne la seule pièce à conviction de la première partie de votre autocritique, nous obtenons ce résultat: "La page demandée n'existe pas ou n'est plus disponible !". Est-ce à dire que vous avez fait dé-google-iser le dossier à charge ? C'est votre droit, mais ça va donner à gloser dans les rangs vos détractrices bretonnes.

Mes souvenirs de la place de la Riponne s'avancent fort loin au coeur du XXe siècle, parce que je suis trèèèèèèès vieux. Mais je crois me souvenir qu'il y avait encore une sorte de brasserie avec terrasse entre le coin de la rue de vos ci-devants exploits et le Musée Arlaud actuel.

Entre les invectives de l'adjudant Hartmann à votre sujet et celles que vous destinez aux cloportes trotskistes, nous n'avons pas bien compris à quelle chapelle vous apparteniez à l'époque où je suivais ma première business school. Il faudrait compléter.

Écrit par : Rabbit | 05/06/2014

Merci Rabbit! J'attendais que quelqu'un prenne l'initiative de signaler "l'erreur de lien".
De plus, je n'ai compris que couic au commentaire de Géo.

Écrit par : Ambre | 05/06/2014

De rien, Ambrichette, je suis là pour ça: c'est un sacerdoce.

Mais, personne ne comprend le moindre couic aux couacs de Géo. Et cela depuis une vingtaine d'années au moins. Mais nous faisons en sorte de ne pas le brusquer, pour ne pas péjorer son humeur. Alors, faites comme si...

Écrit par : Rabbit | 06/06/2014

En effet, le lien ne fonctionne pas. Mais vous pouvez retrouver ce blog Shangols par google, précisément. A gauche, vous cliquez sur Bron Jean-Stéphane...
J'aimerais bien savoir ce que vous ne comprenez pas. La psycho-gériatrie est mon dada...

Écrit par : Géo | 06/06/2014

@ Rabbit : votre "Ambrichette" me chatouille délicatement les narines et me fait éternuer. Ce doit être un pinceau chinois. Peut-être le premier en partant du haut (0_0) (il semble plus ébouriffé que les autres mais tous beaux) :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pinceau_de_calligraphie#mediaviewer/Fichier:Pinceaux_chinois.jpg

@ Géo le psycho-gériatre : Atchoum!

Écrit par : Ambre | 06/06/2014

Et nous ne saurons jamais qui est Lea (swimming) Pool, qui n'est de loin pas aussi celebre qu'Emma Peel. Il faut vivre avec ca, Ambronelle. La therapie n'est pas over.

Écrit par : Rabbit | 06/06/2014

Vous n'avez jamais utilisé Google ? Elle est au moins aussi connue que Bron...mais au Canada. Un bien petit pays sans importance par rapport à Lôzane, bien sûr. Mais elle a débuté ici...

Écrit par : Géo | 06/06/2014

Si vous le voulez bien, revenons aux sources.
Donc, cette dame et vous faisiez le coup de main avec/contre (on ne le saura probablement jamais) un quarteron de trotskistes au marché de la Palud, lorsque vous fûtes apostrophé par un fonctionnaire de police courroucé. Si ce n'était pas la brigade des stups, il n'y a pas de honte à rétablir la vérité auprès de Marie-Ambroinette.
A vous.

Écrit par : Rabbit | 06/06/2014

Vous ne vous souvenez pas du CAC, le comité action cinéma...? C'était une plaisanterie de pseudo-agitateurs sub-gauchistes un peu idiots et une manif était prévue à la Palud. Mon copain et moi avions l'intention d'y participer, plus par esprit de défi et de fête qu'autre chose. D'où la légère surprise face à la véritable haine de l'adjudant Hartmann. Mais bon, pas de chance pour lui, Adolf Hitler était mort depuis longtemps et Chevallaz s'est montré juste le plus maladroit possible. Nous partîmes une centaine et grâce aux gaz lacrymogènes du syndic, nous étions deux mille en quelques minutes...
Léa Pool était institutrice dans une école lausannoise et a participé au journal "Zéro de conduite" dont le titre me semble suffisamment évocateur pour que je ne vous fasse pas un dessin (mais mes connaissances en psycho-gériatrie sont fortement teintées d'idéalisme...). Et à propos de dessin, ce torchon gauchiste a vu les débuts de Frédérik Pajak. Nom qui ne vous dit probablement rien non plus, je m'en doute...
Et d'Alexandre Mayenfisch, qui lui est devenu vidéaste quand ce mot n'existait pas encore...
Et vous, vous faisiez partie de Zofingue ou de Stella ? Vous vous faisiez des cicatrices au sabre entre collègues ?
C

Écrit par : Géo | 06/06/2014

Zéro de conduite, Pajak, mais oui, on a déjà évoqué cela il y a quelques billets, à propos de cette école lausannoise ... :-)

Écrit par : Inma Abbet | 06/06/2014

Oui mais Rabbit ne lit pas les commentaires, ou les oublie très vite...

Écrit par : Géo | 06/06/2014

Et si nous reprenions toute cette affaire à la genèse des événements, voulez-vous ?

Pour l'information des futurs ex-employés de la BNP, le CAC, qui n'a rien d'un parent pauvre du CAC 40, c'était uniquement un truc pour faire caquer Georges Vuille et son ciné si beau. Le succès aidant, l'ivresse monta à la tête de ceux qui avaient loupé Mai 68, divertissement en son temps interdit aux mineurs.

Mille neuf cent septante et un, une cuvée à oublier. Mon cours achevé, j'ai passé quelque temps à Gstaad, puis, faute de mieux ("every night it's going to be the same old thing, getting high, getting drunk, getting horny" chante Sixto Rodriguez), j'ai pris le train pour Londres le jour de mon anniversaire. J'ai logiquement dû rentrer au bercail avant les Fêtes. Ensuite on passe à mille neuf cent septante-deux et ça, c'est une autre histoire.

Quant aux personnalités citées par Géo dans son réquisitoire, tous des inconnus. Sont-ils aussi dangereux que les zombies du film "La nuit des morts-vivants " (version originale de 1968) ?

Écrit par : Rabbit | 07/06/2014

Si j'avais vécu à cette époque, j'aurais sans doute préféré la version Rabbit (Gstaad, puis Londres)aux platitudes révolutionnaires (même dans une ville où toutes les rues sont en pente). Mais en ce temps-là, il n'y avait pas internet, et la mode était tellement laide!

Écrit par : Inma Abbet | 07/06/2014

"et la mode était tellement laide!"
Pas du tout! Courrege avait lancé la mode des petites bottes courtes avec des mini robes, c'était ravissant (j'étais une adepte (*_*)). Il faut dire qu'aujourd'hui avec l'obésité qui augmente c'est une mode qui ne conviendrait qu'à de rares et jolies jeunes filles!

Écrit par : Ambre | 07/06/2014

Quelle relation avec internet ? Et s'agissait-il de platitudes révolutionnaires ? Il s'agissait de l'air du temps et c'est pour cela que je suis devenu pour le moins réactionnaire. En tout cas, si vous avez suivi ces blogs depuis 2006, c'est la réputation que je me suis faite. J'ai détesté l'objet de l'idéologie dominante dans l'air du temps. Mais elle était dominante au même titre que l'actuelle : la domination absolue des femmes socialistes sur tout ce qui nous touche : interdit de ceci, interdit de cela...
Même Blocher ne peut bouger sans l'accord des femmes socialistes.
Mais probablement cette vision ne fait pas l'unanimité aujourd'hui. Les féministes continuent de croire qu'on est au Moyen-Age en suisse...
Et donc, l'idéologie de Rabbit était tout autant dans l'air du temps que celle qui m'a fait modifier mon parcours. nous n'étions pas du même bord. Quoique.
Si vous vous souvenez du Red Baron, il prétendait que nous l'étions quand même et je pense qu'il avait raison. Les gens de mon bord sont devenus les dominants de cette société et l'idéal des gens tels que Rabbit était de dominer. Vasella était trotskiste, pas Rabbit. L'idéal de Rabbit étant d'être plus riche que tout le monde ("Gstaad, puis Londres", c'est vous-même qui l'avez écrit dans le commentaire ci-dessus...), je vous laisse tirer les conclusions. Tous mes amis sont devenus des grands patrons créatifs, internationalistes, friqueux et destructeurs de valeurs autres que multiculturelles. Et nous ne sommes plus très copains, parce que pour ma part, je vois très bien que cela nous mène droit dans les murs. Ironie du sort : je suis le seul sans enfant, et donc je pourrais m'en foutre. Confidence pour confidence, c'est bien ce que je commence à faire. Les Suisses veulent crever la gueule ouverte ? Grand bien leur fasse. Je n'ai pas de descendant...

Revenons sur les platitudes révolutionnaires. Il s'agissait en 68 de guerre du Vietnam d'une part, et de mise à plat du passé de leurs pères chez les jeunes Allemands de l'autre. Je vous rappelle que mai 68 a commencé à Berlin et non chez les stupides Parisiens prétentieux, qui veulent comme toujours tirer la couverture à eux...
Même Mac Namara, alors le responsable de tout au Vietnam, a déclaré que cette guerre était inutile et stupide. Et nous militions contre quand lui lâchait des milliers de tonnes du pire poison connu après le Plutonium, la dioxine, sur la gueule des Vietnamiens.
Alors entre jouer la groupie des people à Gstaad ou se poser des questions que l'on doit se poser à 20 ans, je suis content de mon choix.

PS. Inma, je reviens de Navarre. L'Espagne est le plus beau pays du monde, comment pouvez-vous vivre ici ?

Écrit par : Géo | 07/06/2014

"Il faut dire qu'aujourd'hui avec l'obésité qui augmente c'est une mode qui ne conviendrait qu'à de rares et jolies jeunes filles!"

Très bonne remarque, Ambre. Aujourd'hui, elles baladent leurs bourrelets dans leurs abominables leggings. Dieu que les filles sont moches aujourd'hui! Je n'ose imaginer que c'est pour complaire aux goûts des musulmans, qui fait que tous les garçons se rasent la tête pour ressembler à leurs idoles islamiques.

Droit dans le mur, je vous dis...

Écrit par : Géo | 07/06/2014

Géo est retourné à la khaima pour terminer son couscous. J'en profite pour glisser quelques mots en aparté et préciser aux moins de 50 ans le contexte historique du drame qui se joue.

1971: nous sommes à une époque charnière où circulent des gonds dangereux. Soit, entre la Révolution Culturelle et la séparation des Beatles. Nos révolutionnaires européens se sont mués en braqueurs de bureaux de poste et le Peace & Love n'est plus qu'une mode rétro pour boutiques de fringues.

Arrivé à un âge où la raison devrait l'emporter sur le copier-coller ethnosociologique, Rabbit abandonne Herbert Marcuse et Ivan Illich, convaincu que l'avenir du monde sera dans le business.
Pour une fois, il ne s'est pas gouré: un idéal se chiffre maintenant en dollars.

Je vous concède que Gstaad est un endroit toujours aussi ennuyeux qu'en 1971. Mais le voyage à Londres en train et bateau avait pour but de retrouver le goût et la couleur de celui que j'ai fait en 1953 avec mes parents.

Et j'habite en Chine, c'est tellement plus exotique. Non ?

Écrit par : Rabbit | 07/06/2014

MDR! Rabbit vous êtes impayable... et pourtant vous faites du business!
Votre "idéal" (= dollars) serait celui-là? Je suis sûre que vous exagérez. N'êtes-vous pas un homme qui n'attache plus aucune importance aux biens matériels? Un homme qui se détache - voire se dépouille - de tout, ce qui permet, le moment venu, de quitter ce monde sans aucuns regrets?

"Et j'habite en Chine, c'est tellement plus exotique. Non ?"
Pour le moment la tête est en Chine mais les pieds sont en Suisse. Non mais!

@ Géo : "c'est pour cela que je suis devenu pour le moins réactionnaire."
Alors vous êtes heureux?!? (Cf. Denis Tillinac "Du bonheur d'être réac".)

http://www.franceculture.fr/emission-repliques-qu%E2%80%99est-ce-qu%E2%80%99un-reac-2014-06-07

Bon, là je déconnecte : Le grand orchestre animal m'attend!
http://quimperenligne.fr/2014/conference-de-bernie-krause-a-la-mediatheque-a-quimper/

Écrit par : Ambre | 07/06/2014

@Géo, je ne fais que me pencher avec légèreté sur un passé que je n'ai pas connu, n'étant pas née à l'époque. Mais l'expérience de mes parents et de leurs proches m'a surtout appris qu'on trouvait surtout dans les manifs des enfants gâtés qui n'avaient pas mieux à faire de leur temps que de colporter des idéologies débiles, ils avaient tout leur temps et pas beaucoup de travail. La façon dont ils ont occupé par la suite tous les leviers du pouvoir est en soi une raison pour devenir réac. Ce livre, par exemple, rend compte de la superficialité et de l'inanité de leurs luttes, qui n'étaient souvent qu'une façon de tromper l'ennui. http://www.amazon.fr/Liquider-Mai-68-Denis-Tillinac/dp/2750903998

PS Je suis d'accord pour dire que les modes actuelles ne valent pas mieux, y compris les leggins :-))))

PS2 Peut-être dans quelques années, l'Espagne. Qui sait? Avez-vous revu votre catiche? Contactez-moi par mail.

@Rabbit, justement c'est cela qui me plaît, le voyage par train et bateau. C'est du réel, pour moi qui me suis toujours méfiée des idéalismes.

Écrit par : Inma Abbet | 07/06/2014

N'en jetons plus avec Tillinac, la coupe est pleine! Tillinac effectivement ça rime avec réac!
Inma, en 1968, je vivais dans un petit studio, j'avais un salaire de misère et je faisais tous les soirs et les week-end du baby sitting pour mettre du beurre dans mes pâtes et je peux vous dire que les enfants gâtés des hôtels particuliers ou des appartements somptueux dans le 7e, le 16e où je passais mes soirées, n'allaient prendre aucuns risques dans les manifs, du moins ceux qui étaient en âge de le faire.
Ce que j'appréciais chez ces gens fortunés c'était leur gentillesse et leur respect à mon égard. Ils rentraient souvent tard dans la nuit et ne me laissaient jamais me débrouiller pour rentrer par le métro ou pas et j'avais droit à un surplus très généreux pour prendre le taxi qu'ils appelaient pour moi.
je n'ai JAMAIS été jalouse des gens riches, bien au contraire mais je n'ai jamais eu envie dans ma vie d'autre chose que ce que j'ai eu.
Je peux aimer, avoir des amis qui ont beaucoup d'argent, s'ils ont la générosité du coeur (et blablabla ben oui).
Les amiEs que j'avais à cette époque étaient de gauche, oui, comme moi et la plupart plus fortunées que moi. Il y avait en elle cette flamme, cette chaleur que je n'ai jamais ressentie chez les jeunes filles de droite que je fréquentais aussi. Mais cela n'est pas si important, ce qui l'est c'est que, au fond de moi - même si aussi j'aimais le luxe - j'ai toujours eu envie de défendre les faibles et ça va bien au-delà de mai 68. C'est viscéral! Même encore aujourd'hui alors que je ne m'intéresse plus du tout à la politique, là je m'en tape complètement, il m'arrive de prendre parti pour quelqu'un sans défense dans la rue. Je n'ai jamais eu peur de prendre ce risque là.
Je mourrai con, c'est mieux que réac.
Et je joue au golf (et nombre de golfeurs sont imbuvables), j'aime les beaux vêtements.

Quand je vous lis Géo, Inma, c'est vrai que parfois je me sens bien loin de vos idéaux. Quant à Rabbitounet, je lis plus d'humour dans ses réactions.

Bon, à trois contre une : je déclare forfait! d'autant qu'aujourd'hui j'aspire au calme à défaut de volupté (*_*)

P.S.- La conférence de Bernie Krause était fort intéressante. Deux heures... hors du temps. Enfin! Tenez, on en parle même en Suisse;-) :

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/777c32f2-d82a-11e2-8265-5caabbca9b13|1

Écrit par : Ambre | 07/06/2014

Tout le monde aime le luxe, mais certains l'admettent, tandis que d'autres voudraient la pauvreté pour tous (sauf pour eux et leur coterie)sous couvert "d'égalité" (égalité imposée par les régimes autoritaires que les hystériques de cette époque-là -et certains de la nôtre- appelaient de leurs vœux). Toutes les utopies égalitaristes (par exemple, celles qui ont transformé l'école publique en un lieu où des milliers d'élèves sortent illettrés après 10 ans d'école) n'ont réussi à produire que du nivellement par le bas.

"Il y avait en elle cette flamme, cette chaleur que je n'ai jamais ressentie chez les jeunes filles de droite que je fréquentais aussi. " Pour moi, cela a été l'exact inverse. Je n'ai trouvé chez les "indignés" ou les "alter-machin-chose" ou ceux qui voulaient faire table rase du passé que de la bêtise, du dogmatisme ou de l'arrivisme, et parfois les trois en même temps. S'il faut supporter l'égoïsme et la bêtise, je préfère le faire avec le moins d'hypocrisie possible.

Écrit par : Inma Abbet | 07/06/2014

Les "indignés" me donnent de l'urticaire.
Sinon, pour le reste Inma, désolée mais nous ne nous entendrons jamais sur ces sujets. Après Géo, Inma... Au suivant!

Écrit par : Ambre | 07/06/2014

Bonne nuit, les petites.

Écrit par : Rabbit | 07/06/2014

Achteufel! "vous vous souvenez du redbaron? Mein dékodeur NSA-esk- alertenrot (sic)! So, che vois rien n'a changé sur la plate et la forme, nein! Wieso depuis la TdlNM&M che pèeux vous dire que ch'appris que Rabbit en PAR qu'il est est possibledément l'aauteur d'une oeuvre skryptée, ein oufrache kapital! "Détermination et maîtrise de l' interface clients chez un courtier en
assurances". Teufel! Wieso ist! "COURTAGEST SA Genève juil.99" sind le publisher unt la datum! A mettre dans alles bibliotheken, oder apotheken, ich weisst nicht vu l'état de la socialsociété aktruelle, qui construit des murs, mais pas des logements! Mit soviel gens à poils!
Wie sagt ein kebek Singer In eine chanson de cette si "méprisable épok" des ans 60-80, vor la kontre-insurrektion, wo "1984" rechoint "Le meilleur des mondes", ce chanteur chevelu d'épok donc singt:
C'est beau d'vous ouar gouverner çaaa
Bien installé sur vot' gros tas
(..)
Vot'tête est pleine de gros calcul
L'capitalisme qui vous encule
vous faites en sorte que
PLUS CA AVANCE PLUS CA R'CULLLLE"
... Das ist fur le rikolo... La petite spanish elle, n'y connaît riiien, l'histoire ne l'intéresse pas, unt ceux qui fabrique le luxe elle s'en tape z'ont qu'a crever! Ja che ubersetzung! Wieso, la klini spanish aurait liebe leben unten le réchime du Gnl Franco, SI elle était gebört à diese épok!
Aber fur sein mode de vie soviel leuten sind töt en s'opposant aux tyrans du libéralkapitalismus,rien que pour l'améliorer, aber das elle s'en tape z'avait qu'àpas, unt z^'ont qu'à crever!
Der Dritte, Ja, ja, che sais pourquoi il regrette, aber, dans les rangs il y avaient d'autres qui était là pour la freiheit, et qui avait compris que les "maîtres à penser", ben, 'est pas chénial fur le zukunft! EUX aussi ont perdus, EUX aussi sehen le monde qui sompre dans l'Inmarabitterie!
Il n'y aura pas de rescapés!
Pas mêmes les adeptes du luxe et de l'exploitation de TOUT par quelques uns, qui survifront peut-être ein tag de plusse, ja, ch'espères fur prendre la mesure de leur... Ja!

Fin du déshonneur de kommentaturer sur une plateforme qui usa de procédé de répression de l'expression gegen alles leuten qui exprimaient ein désaccord fondamental!

Écrit par : Redbaron'r dis-zonneur | 08/06/2014

Lieber Googlespionenmeister,

Inma von Otter et moi vous remercions infiniment pour ce joli Märchen pour psychotische Kinder. Je le ferai publier dans la Allgemeine Zeitung dès mon Ankunft à Swakopmund.

M.f.G.

Rabbit Freiherr von Ueberall.

Écrit par : Rabbit | 08/06/2014

Inma von Otter, j'adore ;-)

Sinon, je viens de sortir un recueil de Märchen, illustrés par mes petites mains, et j'espère que cela va marcher (en tout cas les librairies le prennent).

Écrit par : Inma Abbet | 08/06/2014

Il est intéressant d'apprendre que le pseudonommé Rabbit, a fait clandestinement sans doute -car ses parents ne voulaient peut-être pas en entendre parler- des études de psychiatrie, et donc sait diagnostiquer et trier les enfants psychotiques (d'extraction pauvre fatalement ajoutera sa copine)des sur-adaptés* aux réels de sa sorte, de sa classe sociale.
Et quand les sur-adaptés trient, la partie inadaptée disparaît mystérieusement. Pour s'en convaincre on peut lire ou relire "La banalité du mal" de cette chère Hannah!
C'est autre chose que "Détermination et maîtrise de l' interface clients chez un courtier en assurances" qui doit certainement être un best-seller, au vu des préoccupations actuelles, mais que j'avoue n'avoir pas lu, par désintérêt (sic)

*dit aussi "Le principe du petit pingouin"-ce qui fait très kindermärchen-dans la psychologie actuelle et voici aussi quelques synonimes qui parlent d'eux-mêmes: "surtaxation',surcapitalisation'

Écrit par : Sigismund Freudenstin | 09/06/2014

Inma, effectivement ça vous va très bien! Ormis votre petite publicité pour votre petit talent, qui doit atteindre celui de la prose comptable de votre complice. Plus grave! Vous qui êtes ou étiez enseignante, dans un commentaire au-dessus, vous faites le constat de la régression scolaire des écoles PUBLIQUES, en accusant "les utopies égalitaristes" (quel flou artistique)...
Vous mentez et vous vous mentez aussi facilement que n'importe quel cadre, comptable, chef d'entreprise, ou ministre! Car quels sont les gens qui prônent les coupes budgétaire dans le social, et dans tout, oui! Sauf le financement du capital en crise!
Qui détruit le service public, et donc ce qui concerne l'enseignement? OUI, ceux qui ont les mêmes idées que vous, libéraux et socialistes compris!
La preuve dans l'actualité par les enseignant brésiliens qui vont accueillir les joueurs de foot au cris de "vous valez plus que nous"... Comme il y a les caméras on ne les tabassent pas, mais il y aquelques mois...

Ps:Comme vous vous prétendez suffisamment artiste pour oser publier- mais vu qu'au nom de "Mai 68" TOUT est devenu publiable, pourquoi vous gêner-, imitez ce que vous et les gens de votre sorte imaginent de la vie d'artiste, allez donc jusqu'au bout: Devenez un de ces êtres éthérés, bizarres qui vivent "d'amour et d'eau fraîche", et "bouffe de la vache enragée". C'est là un autre régime.
Mais visiblement vous tenez des artistes de votre époque, qui ont la créativité fixée sur la courbe des ventes et usent les tapis d'orient du salon à baie vitrée les poing serrés le coudes repliés en murmurant "que ça marche"!
Et puis finalement vous devriez laisser les gosses tranquilles, il ne vous ont rien fait, et mérite qu'on leur foutent un peu la paix, pour le temps que votre monde leur laisse à vivre...
Pour le Trio-Octet Infernal

Écrit par : Doug Destroy | 09/06/2014

J'attends la crue, et je les bouffe tout crus, en prenant mon temps, oui.

Écrit par : Jack Leblanc-Profession alligator | 09/06/2014

Shit ! Le Nevrotic Bureau est de service pendant les jours de repos des travailleurs.

Écrit par : Rabbit | 09/06/2014

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pentec%C3%B4te#mediaviewer/Fichier:La_Pentec%C3%B4te.jpg

Que le Saint-Esprit descende sur nos têtes et que la Paix soit avec vous tous!
Amen. (~_~)

(Cependant, vous me faites bien rire:-))

Écrit par : Ambre | 09/06/2014

Hélas, Ambronette, le bande à Ziegler ne connaît pas le repos de la Knee & Pray Co. Ltd.
Grosses bises à tous.

Écrit par : Rabbit | 09/06/2014

La bande à qui? Tout passe, cela vaut aussi pour les médiocres et les ratés dont la seule occupation est d'accuser le reste du monde de leurs propres échecs. Ceux qui braillent sous pseudonyme leur indignation de pacotille. Ceux qui donnent des leçons de morale mais n'en ont aucune. Ceux qui haïssent la liberté au nom de l'égalité etc. Quels adjectifs peut-on leur appliquer? Minables? Stupides? Privilégiés d'un système qu'ils souhaitent voir disparaître? Leur discours incohérent est le signe de leur pensée incohérente... Les poubelles de l'histoire devraient déborder.

Écrit par : Inma Abbet | 09/06/2014

La "toxicidad del Estado de bienestar" dont parle Géo ?

Écrit par : Rabbit | 09/06/2014

@ Inma : je trouve qu'il est inutile d'être aussi péremptoire. Et, que connaissez-vous (que connaissons-nous) vraiment des êtres qui se cachent sous un pseudonyme? "presque-rien". Idem d'ailleurs pour ceux qui surfent avec leur patronyme.
"médiocres, ratés, minables, stupides... poubelle". Bigre, ce n'est pas cela qui va apaiser les tensions.
"Ceux qui donnent des leçons de morale...". Euh! N'est-ce pas ce que vous faites là?

Je crois que je vais demander à Jack l'alligator de nous avaler tous tout crus ainsi nous serons obligés de nous taire (0_0). Mais puisque "nul n'est méchant volontairement", soyons rassurés.

http://www.franceculture.fr/emission-les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance-la-mechancete-14-socrate-nul-n-est-mechant-volontai

Écrit par : Ambre | 09/06/2014

Faut-il appliquer les idées avancées par Schumpeter dans "Capitalisme, socialisme et démocratie" pour expliquer cette décadence? Probablement...

Écrit par : Inma Abbet | 09/06/2014

Péremptoire? Celle-là est bonne! Je n'ai rien contre la folie, mais pourquoi serais-je complaisante envers la malveillance d'un raté qui n'a rien de mieux à faire de ses jours et de ses nuits que d'insulter des gens qu'il ne connaît pas?

Non, se défendre d'une agression, verbale ou autre n'est pas "donner des leçons de morale". Ou alors ce que je n'ai jamais réellement appris la soumission.

Il n'y a pas des "tensions à apaiser". Les gens doivent apprendre à être responsables de ce qu'ils écrivent. S'ils ne sont pas capables de l'assumer sous leur propre nom, qu'ils se taisent, c'est la seule option honnête.

Écrit par : Inma Abbet | 09/06/2014

"Les poubelles de l'histoire devraient déborder." Précisément, elles débordent. Les dernières commémorations du 6 Juin montrent à quel point l'Histoire n'est pas digérée. Il y a néanmoins un facteur dont personne, de gauche ou de droite, ne veut parler : il y a débordement de tout et surtout d'êtres humains. Et cela ne peut pas bien finir. La courbe a largement dépassé le point de bascule et cela va devenir rapidement très visible. Et il y en aura toujours pour ricaner que c'est du vent et qu'on ne risque rien.

Il paraît que quelques minutes avant que Adolf Hitler se loge une balle dans la tête, ses plus proches partisans qui ne s'étaient pas déjà suicidé pensaient que leur dieu, le Führer, allait sauver l'Allemagne avec ses bandes de gamins de 12 ans face à l'Armée rouge...

C'est d'ailleurs cela qui est le plus fascinant, chez les êtres humains. Cette faculté de se fermer les yeux devant la réalité. Les Juifs ne pouvaient croire que les Allemands étaient aussi immondes que tout l'indiquait depuis de nombreuses années. Les nuits de cristal, les pogroms, les meurtres incessants de 33 à 39...Alors la majorité des Juifs a tranquillement obéi à l'Autorité qui les menait à l'abattoir...
La très grande majorité d'entre nous se comporterait (et se comporte...) de la même manière. Nous sommes en surnombre en Suisse mais nos pseudo-élites PS/PLR passent leur temps à dégueuler sur la majorité qui a voté OUI le 9 février...

Écrit par : Géo | 09/06/2014

"La "toxicidad del Estado de bienestar" dont parle Géo ?"
Vous pourriez développer un peu, por favor, Rabbit ?

Écrit par : Géo | 09/06/2014

Et maintenant, allongez-vous sur votre canapé, fermez les yeux, bonne sieste :

http://youtu.be/9iSJhxvYIKc

Écrit par : Ambre | 09/06/2014

A Géo, avec un "G" qui précède le "H" de Héro: rien du tout, c'était juste une phrase rafistolée pour vous faire sortir de votre solitude méditative. J'ai une théorie basée sur le principe économique qu'il faut inonder le marché intellectuel de phrases creuses, pour faire baisser la valeur de celles qui y ont déjà cours.

En guise de réponse à Inma sur l'étalon de pensée des galopins à qui elle vient de mettre une torgnole, qu'elle se réfère à cet illusionniste de Hegel, dont le savoir absolu savait se dispenser de préciser la nature de ce qu'il savait.

A propos de l'intérêt d'Ambre pour l'actualité de Schumpeter: oui et non, comme ça je ne peux pas me tromper. Mais encore, le capitalisme ne peut avoir de fin puisqu'il n'existe pas sans chausser des lunettes marxistes. Et sa vision du rôle économique de l'entrepreneur a été pertinente jusqu'au moment où les financiers se sont mis à influencer la partie.

C'est bientôt l'heure du thé chez vous ?

Écrit par : Rabbit | 09/06/2014

@ Rabbit : L'heure du thé? Pour le moment je nettoie mes pinceaux! (Comprenne qui peut).
"mettre une torgnole" (*_*) : j'adore cette expression, il y a longtemps que je ne l'avais pas entendue (ou lue).
Je pense qu'elle doit être plus usitée chez les "Groseille"" que chez les "Le Quesnoy".

Écrit par : Ambre | 09/06/2014

Les commentaires sont fermés.