30/08/2014

Guérir par des ventouses

Plus la médecine officielle multiplie ses miracles par une dynamique scientifique incontestée (notamment en cette autre cathédrale protectrice de Lausanne qu’on appelle le CHUV), plus on se fait du succès en la contestant. En encourageant par exemple de grands malades, voire des gens simplement grippés, à lui préférer des traitements dits «traditionnels». Si ceux de l’acupuncture chinoise ont des résultats remarquables,  approuvés depuis vingt ans par nos offices de la Santé, d’autres semblent moins sérieux. Je pense à des thérapeutiques européennes, qui avaient fait des ravages au Moyen âge, et furent pratiquées encore à la fin du XIXsiècle pour y inspirer des caricatures drolatiques sur ceux qu’on appelait alors les «médicastres». Soit des charlatans se réclamant d’Hippocrate mais dont les seringues géantes ressemblaient à des propulseurs de neige carbonique et le stéthoscope à un tuyau de soufflerie de forge.

 

De cet attirail devenu obsolète, leurs émules actuels retiennent encore de petits récipients en forme de cloche appelés ventouses. Issue d’un mot latin signifiant «courge vide et pleine de vent», la ventouse médicale dont je parle – rien à voir avec l’ustensile à manche de bois qui débouche les WC - est effectivement une demi-sphère en verre que l’on appliquait, depuis des siècles, sur la peau humaine pour en retirer le «mauvais sang». Plus précisément pour y induire une révulsion par effet de succion, et en dilater  les pores et les vaisseaux superficiels. Ce traitement, que d’aucuns remettent aujourd’hui à la mode, cette fois avec des ventouses faites de silicone, serait souverain contre les maux de dos, les migraines, les tendinites.

 

Des grands-mères broyardes frémissent encore au souvenir de leur vieux pépé Nathan, de Morrevon-sur-Mérine, quand, dans les années trente, on lui fit subir ce supplice «qui ne lui ferait que du bien et ne durerait pas plus de 20 minutes». Le majestueux patriarche se vit couvrir la bedaine dénudée d’une forêt d’ampoules irisées, jointes les unes aux autres et tintant ensemble à cause de sa respiration inquiète. «Il y eut une odeur d’enfer, car pour faire le vide dans les ventouses, on y brûlait de la filasse imbibée d’alcool.»

 Diable!

 

 

Commentaires

Ventouse!
Selon l'étymologie latine de ce vocable, il serait facile d'imaginer qu'il s'agisse de certains politiciens. Ceux qui, en plus d'"aspirer" les voix des électeurs, sont également de réelles ventouses. Eh oui!... Puisque ce nom signifierait "courge vide et pleines de vent"

Et si parmi la totalité des politiciens, il en est qui ne se reconnaissent point dans la définition de la ventouse, c'est qu'ils ne sont que des sangsues!

Écrit par : Père Siffleur | 31/08/2014

Notre Père (qui est odieux), si jamais les courges pensantes vous font des misères, n'hésitez pas à me contacter. Je connais une filière pour vous faire évader de ce pays où vous êtes continuellement persécuté. Vers des pays où il pleut rarement, ça vous changerait, non ?

Écrit par : Rabbit | 03/09/2014

On pourrait l'envoyer se faire soigner sa courge hypertrophiée chez ses amis multiculturels si sympathiques de l'Etat islamique, cela lui ferait le plus grand bien. Mais je le connais, il ne voudra rien savoir. Forte tête. Même un banlieusard expérimenté de Londres devrait se fatiguer plus que de raison pour la décoller et cela gâcherait la vidéo...

Écrit par : Géo | 05/09/2014

Avant d'en arriver là, vous pourriez me l'envoyer un mois ou deux en convalescence dans le désert namibien. L'air est sain et le spectacle grandiose incite à la méditation. Et puis, en compagnie de mes complices chinois et des cow-boys sud-africains, il retrouverait vite la joie de vivre. Le voyage n'est pas donné, mais devrait être pris en charge par sa complémentaire.

Écrit par : Rabbit | 06/09/2014

Tiens! Voilà Géo et Rabbit qui se mettent à jouer à l'agence de voyage!

Une agence spécialisée dans les voyages initiatiques ou de soins psychologiques...

... ça doit valoir le détour! Pour Géo c'est même un voyage tellement formidable que j'en perdrais la tête... ça doit donc valoir le détour! Soit par un État islamique en compagnie d'un banlieusard londonien selon Géo ou par le désert namibien avec des Chinois et des Sud-Africain, seon Rabbit.

Pour Rabbit je ne sais pas. Mais Géo se fait vraiment vieux!
Il y a quelques années encore, il voulait m'occire lui-même à l'aide d'un FASS 57 ou 90. Maintenant il est encore devenu plus lâche, il veut faire faire la besogne par un Londonien de banlieue... Le pauvre n'est plus qu'un petit chiard à grande gueule!

Écrit par : Père Siffleur | 06/09/2014

C'est vrai que cela fait des années que l'on vous supporte (mal...) et que vous sévissez sous vos nombreux pseudos, de Baptiste Kapp à Père Iskop en passant par père siffleur. C'est une des grandes leçons de la vie : quel que soit le groupe, il y aura toujours un vrai con, un type insupportable pour gâcher l'ambiance du groupe. Vous êtes le maudit de service, PS. Vous supprimez serait vous faire un trop grand cadeau. Continuez de souffrir, cela vous fera le plus grand bien...

Écrit par : Géo | 06/09/2014

Sire Géo,

Je le pressentais! Vous allez réellement de mal en pis. Dans l'énumération de mes pseudos, vous avez oublié "Anar de droite". Ce pseudo supplémentaire je l'ai abandonné ainsi que les autres parce que certains membres du groupe dont vous faites partie, n'en comprenaient pas le sens.
Il en est même un que vous connaissez bien qui pensait que j'avais été le capitaine du Mésoscaphe d'Expo 64 en raison de "Père Iscop"...
C'est dire s'il est facile de gâcher l'ambiance du groupe de bras cassés dont vous parlez.

Avec mes salutations et tous mes souhaits de prompt rétablissement.

Père Siffleur, Baptiste Kapp, Anar de droite, Père Iskop et... JCB

Écrit par : Père Siffleur | 07/09/2014

No problemo, JCB.
Géo vient de me rejoindre pour suivre une thérapie avec un groupe de meerkats.
Je vous le renvoie dès qu'il sera à nouveau en état de vous affronter.
Quelle planète !

Écrit par : Rabbit | 07/09/2014

Et vous allez jouer au Yams avec les têtes de meerkats pendant la thérapie je suppose (0_0)!

http://1.bp.blogspot.com/-9UydAEutsSA/Txc1D5U7lmI/AAAAAAAAJjM/kKzufexLYXE/s1600/meerkats.png

Écrit par : Ambre | 07/09/2014

«un type insupportable pour gâcher l'ambiance» «Vous êtes le maudit de service»

@géo
... me semble quand-même que les DJ, Corto et ça bande de crétins raccourcis du pistil, c'est de loin le sommet du sommet de l'échelle de la connerie universelle... et le kachamaniaque n'en parlons pas.

Écrit par : petard | 07/09/2014

"c'est de loin le sommet du sommet de l'échelle de la connerie universelle" Sauf qu'ici, on est chez G.Salem, lieu jusqu'ici préservé des malotrus en tous genres et des pères odieux...

Écrit par : Géo | 08/09/2014

"lieu jusqu'ici préservé des malotrus en tous genres et des pères odieux..."

C'est un comble! "Père odieux" dixit Rabbit et repris avec jubilation par Géo. Vos propos Géo sont innommables. Berk! Vous avez dit "malotrus", c'est de vous qu'il s'agit je suppose.

Et grosse bise à Prsflr/JCB.

Écrit par : Ambre | 08/09/2014

Vous vous souvenez certainement de l'encyclique "Pacem in Terris", de 1963. C'est le moment de passer à l'action ou vous passerez l'éternité couverts de ventouses.

Écrit par : Rabbit | 08/09/2014

" Sauf qu'ici, on est chez G.Salem, lieu jusqu'ici préservé des malotrus en tous genres et des pères odieux..." Pas toujours, pas toujours, mais l'avantage des malotrus est qu'ils sont en général monomaniaques, c'est-à-dire qu'ils ont tendance à disparaître dès que leur unique sujet de discussion sort du débat. Sinon, je préfère de loin la thérapie douce du docteur Rabbit, dans le désert entouré de ravissants meerkats, que le traitement invasif qui consiste à être ravi et étêté par des abrutis malodorants ayant 100 mots de vocabulaire, dont 50 gros mots, et qui rêvent d'un monde où tous seraient comme eux, démunis de la tête.

Écrit par : Inma Abbet | 08/09/2014

@ Rabbit : je n'ai pas fait de latin vous vous en doutez, ce n'était pas intégré dans mes études primaires, secondaires, techniques. Et ma foi, je me demande si j'atteins les 100 mots de vocabulaire dont parle Inma. Pas sûr, c'est même certain.
@ Inma : C'est sûr que les "abrutis malodorants" n'ont pas votre langage d'universitaire Inma. Je m'intègre évidemment avec force dans les "abrutis" mais je sens bon, ma toubib - sans m'embrasser (0_0) - a même trouvé le nom de mon parfum;
Je pense que les "malotrus" dont vous parlez disparaissent, non parce qu'ils n'ont rien à dire mais que vos sujets de les intéresse pas.
Je n'imaginais qu'un jour j'oserai vous dire ce que je pense. Mais je ne vais pas m'attarder non plus et peut-être disparaître.
Je ne tiens pas à faire de votre trio un quartet.

Passez une bonne soirée virtuelle, entres gens civilisés.

Écrit par : Ambre | 08/09/2014

Voyons, je faisais allusions à ceux dont la seule activité consiste à couper la tête, non pas de leurs opposants, mais des membres de minorités ethniques et religieuses, de journalistes, de et autres civils... Toutes les insultes que l'on pourrait adresser aux individus se livrant à cette barbarie sont en-deçà de la réalité. Et ce ne sont pas des pauvres déshérités, mais des jeunes éduqués dans des pays occidentaux, ayant profité d'avantages dont leurs grands-parents n'auraient même pas pu rêver, et qui choisissent sciemment le mal absolu : aller faire la guerre dans un pays étranger pour défendre la plus sotte, la plus malsaine et la plus dégénérée des utopies. Si "abrutis malodorants" n'est pas une expression précise, on peut essayer psychopathes, criminels irrécupérables, lie de l'humanité etc. Les mots ne tuent pas, leur idéologie oui.

Écrit par : Inma Abbet | 08/09/2014

"Les mots ne tuent pas, leur idéologie oui." Les mots tuent, parce qu'il n'y a pas d'idéologie sans mots...
C'est ce qui sous-tend probablement le débat sur la "reductio ad hitlerum", les points godwin et tout ça. Derrière nous, il y a des millénaires de massacres avec des millions de massacrés...
Il n'empêche que nous avons atteint et dépassé le point d'inflexion de la courbe de la tolérance au "vivre-ensemble" en Suisse. C'est un des premiers effets de la surpopulation et cela ne va pas s'arranger. Cela se voit par mille douze détails. Les gens marchent au milieu de la route, parce que cela embête les gens en voiture, et qu'il y a trop de voitures. D'une manière générale, ils prennent de plus en plus de place, "parce qu'ils le valent bien". La radio et la télévision nous bombardent de raisons de détester notre société. Rendez-vous compte du scandale, Nestlé met de l'eau en bouteilles. Horreur et damnation ! C'est un documentaire qui passe partout et qui est financé entre autres par Migros, la lucidité n'étant pas la première qualité des gens de la phynance...
Les jeunes crédules ont pour certains toutes raisons de partir chez les ennemis déclarés de cette société, ce sont les gens qui s'occupent de la décrire qui les leur donnent ! Et qui se font décoller en premier, soyons juste, mais tous ne vont pas là-bas...

Écrit par : Géo | 08/09/2014

L'Afrique est en première ligne face à la surpopulation. Aucune organisation, pas d'état mais une mafia d'obédience népotique et tribale partout; les seuls gens riches, ce sont les douaniers et les commerçants libanais à l'Ouest, Indiens à l'Est, mais ceux-ci sont sur le fil qui sert à couper les têtes. Alors massacres tribaux, famines, épidémies vont pleuvoir.
On va voir comment ils maîtrisent Ebola. Et Boko Haram. Si cela se trouve, les Africains y découvriront peut-être leur salut. Peut-être que les grandes pestes ont fait progresser l'intellect des Européens. Espérons donc que les french doctors cessent de se substituer aux autochtones et de freiner leur développement...

Écrit par : Géo | 08/09/2014

Madame Abbet,

Je préfère encore faire partie des pères odieux que des gentils suricates! Il est certain que le monde dans lequel je vis ne doit pas être le même que celui qui vous entoure et qui ne doit être peuplé que de «meerkats» ravissants… Ou plutôt de «suricates» en français !
Oui, «suricate» est un des 100 mots du vocabulaire que je connais dans ma propre langue... Ou alors, la Grande Littérature assimilerait-elle ce vocable à un des 50 gros mots que vous imaginez que je dois connaître?... Là, Madame, sauf tout l'immence respect dque je vous dois, laissez-moi vous dire que vous vous gourez grave !
Ne lisant que San-Antonio -et encore, uniquement les passages scabreux- il est évident que je connais un nombre beaucoup plus important que les 50 gros mots que vous me prêtez! Ils sont accompagnés d’autres mots, argotiques ceux là et tels ceux tirés du grand roman de mon seul auteur, «Certaines l’aime chauve». Vous y trouverez une prose qui parle beaucoup de proses et aussi ce morceau choisi pour de chastes oreilles et de jolis yeux:
« Mec ? J’sus t’à l’hôtel… Les deux Ricains sont arrivés d’hier, en providence des Zuhessas… Y s’habitaient dans le canton du Nez-Braquemard, dans le centre des Zétasunis, près de Lincon qu’est la capitale. Leur plantation de bœuf s’appelle Red Ox Farm. À cause du décalement horaire… »
Tout en espérant que cet «outrage» au «Beau-Parlé Écrit» n’aura pas été par trop atrocement odieux pour votre sensibilité, je vous présente mes adieux… J’ai compris que je ne méritais point de rester en ces lieux, là où vous préférez voir les Petites Filles Modèles de Sophie Rostopchine, Comtesse de Ségur, à ce gros et malotrus de Bérurier, homme que vous ne pouvez en aucun cas connaître… Il n’est pas plus suricate que je ne le suis !

Signé : Père Siffleur, père odieux qui dit adieux aux dieux de la bien-pensance.

Écrit par : Père Siffleur | 08/09/2014

Père Siffleur, vous me prêtez de drôles d'idées, alors que je vous encourage davantage à accepter la proposition de Rabbit au lieu de celle de Géo, et les abrutis ne comptant que 50 gros mots de vocabulaire sont ceux qui voudraient vous étêter, vous, moi et le reste du monde...

Écrit par : Inma Abbet | 08/09/2014

Madame Abbet,

Lisez ou relisez tous les commentaires les uns après les autres dans l'ordre, les vôtre également et dans ces derniers , peut-être comprendrez-vous mon propos... Ou alors avec la frilosité de quelques uns qui disent ce qu'ils pensent à d'autres sans oser les nommer, la cible n'est pas détectable. Allez! Un peu de courage dites-nous exactement à qui s'adresse vos commentaires!... Lorsque vous aurez l'"audace" de dire que c'est Sire Géo qui voulais m'étêté, par exemple, alors, peut-être, éviterez-vous que je vous prête de drôles d'idées. Votre première intervention est si vague, si bizarre qu'elle en est sybilline.

Et en relisant le tout, vous constaterez que je ne suis pas seul à vous avoir prêté de drôles d'idées.

Bonne journée et bonnes lectures.

Écrit par : Père Siffleur | 09/09/2014

On est en plein dans dans le paris pascalien et sa multiplicité d'existences possibles. C'est très cocasse cette façon d'excuser les choix, volontaires ou non. Par contre, je doute de l'authenticité de quelques signatures.

Écrit par : Rabbit | 09/09/2014

"Sinon, je préfère de loin la thérapie douce du docteur Rabbit, dans le désert entouré de ravissants meerkats, que le traitement invasif qui consiste à être ravi et étêté par des abrutis malodorants ayant 100 mots de vocabulaire, dont 50 gros mots, et qui rêvent d'un monde où tous seraient comme eux, démunis de la tête."

Sans faire des ennuyeuses explications de texte, sans peser et analyser chaque mot (je laisse cela aux adeptes de la pensée unique). Il n'y a jamais eu d'ambiguïté dans mon commentaire (à moins d'être affublé d'une excessive susceptibilité et de chercher midi à quatorze heures). Si j'ai fait ce commentaire, c'est parce que j'ai trouvé amusante l'idée de deux retraites "thérapeutiques" dans des déserts différents aux résultats totalement différents, (humour basé sur l'exagération) ni plus ni moins. Quant aux abrutis en question, je faisais allusion uniquement (c'est la troisième fois que je le répète, mais bon) aux barbares de l'EI, dont les médias nous font part régulièrement des exploits. La référence aux monomaniaques était plus personnelle et dépasse largement le contexte de ce blog. J'évoquais des discussions interminables sur d'autres réseaux sociaux qui se terminent 1) Par des insultes ; 2) Par le point Godwin ; 3) Par le blocage d'un seul clic, ce qui permet de faire dorénavant comme si l'interlocuteur n'existait pas. Je préfère de loin la troisième solution, et je l'applique même quand il n'y a pas de possibilité de blocage.

Écrit par : Inma Abbet | 09/09/2014

Mais, avouez qu'en référence à la dynamique de groupe, c'est intéressant à analyser.
J'ai observé des cycles et aussi d'importantes différences de syntaxe dans les commentaires écrits sous un même pseudo. Raison pour laquelle j'ai souvent proposé de ne jamais tenir compte de la signature, mais uniquement du contenu du message.
Allez, que l'expérience continue !

Écrit par : Rabbit | 09/09/2014

Oui, les deux derniers commentaires signés Père Siffleur me semblent apocryphes...

Écrit par : Inma Abbet | 09/09/2014

Apo... Quoi?
Apocryphe... De toute manière, il a toujours été douteux!
Apo-griffes... Les sort-il aussi souvent que certains l'imagine?
Apo-litique... Vraiment?
Appo-linaire... Alcool ou Chanson du mal-aimé?
Appo-lo... Serait-il dans la Lune?
Apo-stase... Aurait-il abandonné toute doctrine?
Apo-stille... Quoi! Il demanderait un cachet?... En plus il serait vénal!
Apo-strophe... Les stophes où il apostrophe sont-elles bien de sa "plume"?
Apo-calyptique... Son style, peut-être?
Apo-rie... L'impasse entre "vrai" et "faux"
Apo-dictique... C'est évident, nous y sommes dans l'impasse!... Il va être très difficile de prouver quoi que ce soit!...

Si le "vrai" dit qu'il est le "vrai" et que c'est bien lui qui s'est exprimé plus haut, comment pourra-t-il réellement prouver qu'il est réellement le "vrai"?
Si c'est le "faux" qui dit être le "vrai" et qui raconte que c'est son double qui s'est exprimé comment fera-t-il réellement croire qu'il n'est pas le "faux", l'avatar?
Si le "vrai" dit qu'il était le "faux", on ne devrait pas le croire!... Et là, on serait dans le vrai!
Si le "faux" dit qu'il était le "faux", là il sera dans le vrai?... Pour autant que le *faux" le soit vraiment!

Faut pas vous en faire! Si "faux" il y a, il en est deux qui sont en mesure de démêler le "vrai" du "faux".
Si le "vrai" est sans "faux", peut sans faut qu'il soit seul à savoir qu'il est le "vrai"!
Pour le Père Siffleur et son avatar éventuel l'histoire est encore gérable. Mais imaginons que le pseudo ait été "Dufaux", comme le cycliste suisse qui pédale sur un vélo tandis que le "vrai" et le "faux" pédalent dans la choucroute, eux!... Oui, et là, comment aurait-on alors trié le vrai Dufaux?
Mais, ouf! Heureusement, le "vrai" et le "faux", pour autant que le second existe, signent tous deux du pseudonyme de "Père Siffleur".

Écrit par : Père Siffleur | 10/09/2014

Eh! Oh!... Faut pas pousser!
Je fais des fautes d'ortographe, plus souvent qu'à mon tour!
Mais j'imagine que j'aurais écrit:

"Apo-griffes... Les sort-il aussi souvent que certains l'imagineNT?"

Écrit par : Père Siffleur | 10/09/2014

Oh ! Que nous aimons quand les Pères Noël paraphrasent Zhuangzi !

"Lorsque nous argumentons,
si tu gagnes et si je ne gagne pas, as-tu raison et ai-je tort?
Si je gagne et si tu ne gagnes pas, ai-je raison et as-tu tort?
Avons-nous raison? Avons-nous tort?
Puisque nous ne pouvons savoir qui de nous a raison, un tiers sera sans doute plongé dans les ténèbres.
Qui donnerait un avis juste?
Une personne de ton avis ne peut, de ce fait donner un avis juste.
Une personne de mon avis ne peut, de ce fait donner un avis juste.
Une personne d'un troisième avis ne peut, de ce fait, donner un avis juste.
C'est ainsi que ni toi, ni moi, ni un tiers ne peut savoir qui de nous a raison.
Allons-nous faire appel à quelqu'un d'autre?"

Écrit par : Rabbit | 10/09/2014

Le Père Siffleur se dédouble, se multiplie... Géo va être content :-)))))

C'est exact, sage Rabbit, cela pose les questions de la neutralité et du point de vue. Il n'est pas de point de vue neutre, car il n'est pas de point de vue omniscient et global. Les jugements, et la valeur qu'on attribue à quelque chose est déterminée par la connaissance qu'on possède ou qu'on croit posséder.

Écrit par : Inma Abbet | 10/09/2014

"sont déterminés" :-D

Écrit par : Inma Abbet | 10/09/2014

La projection de sa Weltanschauung, comme dit Géo. Il a finalement raison, celui-là.

Écrit par : Rabbit | 10/09/2014

Les commentaires sont fermés.