01/11/2014

Une radio visuelle, une télé acoustique

Il y eut une ère antédiluvienne où des sauriens infestaient l’arc lémanique, alors cerclé de moraines glaciaires qui frigorifiaient les pieds des gens. Vos aïeux réchauffaient les leurs devant un poêle en fonte en écoutant Radio Sottens et le «Disque préféré de l’auditeur» de Mlle Golay. Le museau proéminent d’un brontosaure se frottait à leurs fenêtres - après avoir ingurgité deux plants de pétunias, trois bacs de géraniums et d’autres vivaces de balcon. Cela ne distrayait pas leur concentration, car dans les années trente Angèle Golay était une «speakerine» très appréciée, une vedette romande radiogénique. Elle se laissait appeler familièrement Hortense. De même, son son collègue Marcel Suès (1899-1989), qui fut un roi des premiers reportages sportifs – et un commentateur politique au bagout vif et onctueux - s’était affublé du sobriquet drolatique de Squibbs. D’un mot anglais signifiant magicien.

 
En ce temps-là, la radio, c’était un florilège de timbres féminins ou virils reconnaissables entre vingt et cent. Des récits et commentaires tissés par des voix qui nous devenaient familières, sans que nous éprouvions forcément l’envie de leur mettre des visages. Ou alors, on les imaginait.
Il y avait une espèce féerie, qui vient de s’étioler en ce début du XXIsiècle où la prédominance du génie internautique révolutionne images et sons chaque matin (au profit d’une technologie mobile de smartphones ou d’autres robots de poche), quitte à tout enchevêtrer. L’avènement en France, donc demain en Suisse, d’émissions «radiofilmées» nous dévoile déjà sur une chaîne publique des chemises mal repassées, sans cravate. Des fronts de journalistes et animateurs suants sous les néons du studio, et pas poudrés par quelque maquilleuse. Les voici pris en flagrant délit d’attitude naturelle. Quelle horreur! Mais un de leurs PDG épris de modernité affirme qu’«aujourd’hui on doit pouvoir regarder la radio». Tôt ou tard, ses subalternes devront se farder et s’attifer comme des gens de télé. Un média respectable, mais que mon voisin Jeannot T. ne regarde plus depuis 30 ans. Il ne l’allume que dans des hôtels à l’étranger. Et encore, c’est pour créer dans sa chambre un fond sonore qui bercera son sommeil.

 

 

 

Commentaires

"c’est pour créer dans sa chambre un fond sonore qui bercera son sommeil." Oui, c'est à peu près à ce moment-là que Ambre a écrit sur votre blog: "Y a Rabbit sur la 3"...
Après les gens que vous avez cités, il y a eu la célébrissime Colette. Qui engueulait les malheureux qui avaient eu l'audace de l'appeler pour le disque de l'auditeur. Cela faisait hurler de rire mon amie belge qui est devenu ma femme...
Et il y avait Georges Hardy, à la téloche. On a déjà abordé la question "des noires et des blanches", avec l'aimable participation du Père Siffleur quand il n'était pas encore complétement givré...
Maintenant, il y a une autre histoire de Win-Win qui me paraît incontournable:
Oualatipa que le jeune Bolomey, en jouant aux billes et en suivant une particulièrement douée, découvre une grotte immense à Bottoflens (les idiots géologues qui relèveront que cela se trouve dans la molasse voudront bien aller se faire voir ailleurs...). Et dans la grotte, un dinosaure parfaitement bien conservé. Le froid (il y a de la glace au fond de la grotte)et l'absence d'oxygène. Atmosphère de CH4...
Redoutant, déjà à l'époque (1960 et quelques...), les dégâts que les journalistes pourraient commettre en se mêlant trop tôt de c'te histoire, la Municipalité, dirigée par le valeureux M.Milliquet, décide que les citoyens vont garder la grotte. C'est le tour de Oin-Oin, de nuit. Mais, horreur et damnation, il entend le dinosaure se réveiller. Ben oui, l'oxygène... Et donc, la nuit suivante, il convoque M.Milliquet pour ne pas se sentir trop seul.
Et le dinosaure se réveille vraiment. Et il tourne sa tête un peu endormie vers les deux terrorisés :
"Excusez-moi, mes braves, c'est toujours Georges Hardy qui présente "A vos lettres" ?
J'ai failli faire revivre cette histoire à propos de l'abominable "aquaconcert" des abominables Simon et Lapp. Dieu merci, la RTS a réussi à éjecter ces deux crampons après des efforts inimaginables mais dignes d'éloge.

Écrit par : Géo | 01/11/2014

Ce n'est pas pour jeter un froid, mais le givré tiens à faire savoir qu'en Suisse, demain a commencé depuis un bon moment déjà.
La phrase «L’avènement en France, donc demain en Suisse…» lisible dans le billet ci-dessus est donc totalement obsolète.

Pour s’en convaincre il suffit par exemple d’aller faire un tour là : http://www.rts.ch/couleur3/programmes/120-secondes/

Écrit par : Père Siffleur | 02/11/2014

"mais le givré tiens à faire savoir"
Mais non, voyons, "mais le givré tient z-à faire savoir"...

Écrit par : Géo | 02/11/2014

C'est lorsqu'on est près de l'autre bout qu'on comprend enfin ce qu'est la vie, M'sieu Géo. C'est dommage qu'on ait pas droit à un deuxième tour, parce qu'on pourrait faire les choses un peu mieux. A l'école de la vie, on ne redouble jamais ! Retenez bien ça et faites une bise à PS, c'est son anniversaire.

Écrit par : Rabbit | 03/11/2014

Merci au correcteur!...
Formidable! La presse électronique mieux lotie que la presse papier!
Pour la dernière, n'existent plus que le correcteur-machine que certains désignent par intelligence-artificielle. Pourtant, la pauvre bécane ne comprend même pas ce qu'elle «lit». Et elle en souffre!... L' «algo» rythme sa pauvre «vie». Une vie qui se terminera par l’euthanasie ou obsolescence programmée.
Heureusement le vrai corrrecteur qui nous reste est bien en vie. Il est même possible qu'il trouve également des fautes ici. Mais pour «rythme», je lui demande de bien vouloir accepter le "y" et ce même si algorithme ne s'écrit qu'avec un "i".... Merci à l'avance!
Et surtout, qu'il continue son travail de salubrité orthographique: une tâche de Titan sur ce site. Une tâche quasi infinie sur la totalité de la Toile, même si l'on ne tient compte que des sites francophones!
J'y ai même lu "Oin-Oin" écrit "Win-Win"... Oui, c'est vrai! Peut-être était-ce voulu! Mais dommage que l'auteur n'ait pas pris la peine d'expliquer pourquoi. bon, celui qui a écrit cela me rétorquera probablement que je suis seul à ne pas avoir compris et que, de plus, ça ne l'étonne guère, vu l'épaisseur de mon givrage.


À Monsieur le Lapin,

Vous avez presque raison! Le 3 novembre est officiellement le jour du topinambour dans le calendrier républicain français. Aujourd’hui c’est donc ma fête et non pas mon anniversaire!... Mais de là à ce que le Correcteur me fasse la bise sur la truffe**?
**La truffe du Canada étant un ancien nom du topinambour

Écrit par : Père Siffleur | 03/11/2014

"celui qui a écrit cela me rétorquera probablement que je suis seul à ne pas avoir compris et que, de plus, ça ne l'étonne guère, vu l'épaisseur de mon givrage."
Je ne saurais mieux dire.
"A l'école de la vie, on ne redouble jamais ! Retenez bien ça et faites...."
Petite forme, Rabbit. Indigestion de pâtisseries allemandes ? Comment on dit "c'est le palu, pat'on" en namibien ?

Écrit par : Géo | 03/11/2014

Allons Géo! Expliquez-nous!... Pardon! Expliquez-moi! Ayez pitié d'un givré, livrez-lui le fin mot de "Win-Win"!
Ou alors, le pauvre hère que je suis vous laisserait-il de glace? Ce qui serait étonnant pour un type complètement allumé!

Écrit par : Père Siffleur | 03/11/2014

Maître Gilbert nous offre des billets de plus en plus amusants.
Mon Dieu préservez-nous des émissions radiophoniques en images. Gardons la magie de la radio; c'est d'ailleurs pour cela (contrairement à ce que pense Géo) que je l'écoute bien plus que je ne regarde la télévision. Il y a une voix que j'aime beaucoup chez vous et que j'écoute très régulièrement, celle de Charles Sigel dans "L'humeur vagabonde". A propos de Colette j'ai également entendu sa voix il y a quelques jours dans "Babylone" :
http://www.rts.ch/espace-2/programmes/babylone/6198911-babylone-du-20-10-2014.html

Eh oui! Je suis branchée également sur la radio suisse!

Écrit par : Ambre | 03/11/2014

Allons Géo! Expliquez-nous!... Pardon! Expliquez-moi! Ayez pitié d'un givré, livrez-lui le fin mot de "Win-Win"!
Ben oui, l'utilisation excessive de la formule win-win par les branchés m'a fait faire l'analogie avec oin-oin. Vous l'aviez compris, tout le monde l'avait compris, et une fois qu'un gag est analysé, il devient nécessairement nul. C'était votre but?
Et pour parodier Thierry Meury, qui n'a certainement pas trouvé la formule par hasard : "je ne vous aime pas, PS"...

"A propos de Colette j'ai également entendu sa voix il y a quelques jours dans "Babylone".
Bravo, c'est bien elle. J'étais sûr que vous pensiez à l'écrivain. Rien que la petite musiquette me fait froid dans le dos ! Ah l'abominable harpie ! Et dire qu'elle vit paisiblement dans un home quelque part, au lieu de brûler dans un enfer bien équipé en instruments aussi pyrotechniques que contondants. Il y a de quoi avoir des doutes sur l'existence de Notre Père tout puissant...
Encore un peu et les socialistes vont arriver au pouvoir en France, je vous le dis.
Tiens allez, une petite pour la route. Mais je crois que je l'ai déjà racontée, il y a quelques lustres.
C'est la mère de Brejnev qui vient trouver son fils à Moscou. Elle le fait tous les dix ans, depuis son kolkhoze dans les confins de l'Oural. Leonid lui fait visiter les ors du Kremlin, la place Rouge qu'était vide, le café Pouchkine et surtout, ses immenses et très belles datchas. Mais rien n'y fait, maman Brejnev ne se déride pas. A bout, Leonid lui demande pourquoi elle fait cette tête.
-Da, da, Leonid, tout cela est très beau. Mais...mais si les Rouges revenaient ?

Écrit par : Géo | 03/11/2014

"Et pour parodier Thierry Meury, qui n'a certainement pas trouvé la formule par hasard : "je ne vous aime pas, PS"..."
Ah ah!

http://youtu.be/-CE0mvOG6f0

Écrit par : Ambre | 03/11/2014

Tiens ! En plus de ses innombrables talents, Géo «entrave» la langue d’Oscar Wilde.
Pourtant, je me permets une remarque: «Win-Win» se prononce un peu comme «Ouine-Ouine»! Dès lors peut-on dire qu’il s’agisse d’un «Ouin-Ouin» féminin ?... Ses calembours et jeux de mots sont très, très rares et celui-ci n’est qu’un «à-peu-près» à peu près drôle !
Et moi qui étais persuadé qu’il exécrait ce genre de prose. Je suis fort aise de m’être trompé!... Tout n’est pas perdu, il lui reste un léger fond d’humour.
Mais il me semble que mon erreur soit explicable, puisqu'un jour, Géo a même cité Victor Hugo et son «Le calembour est la fiente de l'esprit qui vole»… Donc, ne m’en ayant point averti, je ne pouvais imaginer qu'il ait pu faire une telle volte-face !

Et de plus, il doit être encore plus allumé que je ne l'imaginais: il cite Thierry Meury pour conforter ses propos et pourtant, il exècre encore plus cet amuseur qu'il exécrait les calambours... En fait, il déteste probablement tout le monde, sauf lui-même, bien entendu!

Écrit par : Père Siffleur | 04/11/2014

"De tous ceux qui n'ont rien à dire, les plus agréables sont ceux qui se taisent."
Coluche
Cela vous dérangerait beaucoup de rester dans votre niche, PS ?
Cela ne vous dérange vraiment pas de polluer ainsi les blogs de braves gens pour ne rien dire du tout ? Allez, à la niche, vieux bouc.

Écrit par : Géo | 04/11/2014

"Il n'est pas besoin de descendre jusqu'aux êtres primitifs pour voir la complète impuissance des raisonnements quand ils ont à lutter contre des sentiments".
Gustave Le Bon, "Psychologie des Foules", 1895.

Écrit par : Rabbit | 05/11/2014

J'ai un peu de la peine à déceler la moindre pertinence dans votre commentaire, Rabbit. Probablement l'air de l'Afrique a bien commencé à travailler vos neurones.
Quels raisonnements ? Quels sentiments ? Quelle foule ?
Il y a simplement PS qui ne peut pas saquer Géo et Géo qui ne peut pas saquer PS, et cela fait huit ans que cela dure et cela durera jusqu'à la mort de l'un des protagonistes. Et quelque part, c'est très rassurant d'avoir trouvé qqn de franchement détestable à détester. Et pour être détestable, le PS est parfait dans le rôle. Relisez ses commentaires...

Écrit par : Géo | 05/11/2014

Rabbit@ J'oubliais : il y a quelques mois, je vous citais Frédéric Pajak, Lea Pool et Alexandre Mayenfisch. Vous étiez très fier de n'en connaître aucun : voici des nouvelles de l'un d'entre eux :
http://jmolivier.blog.tdg.ch/archive/2014/11/05/pour-saluer-frederic-pajak-prix-medicis-de-l-essai-2014-261448.html
La principale qualité de Frédéric Pajak est de se fâcher avec tout le monde, surtout ses meilleurs amis, et donc il n'en a plus.

Écrit par : Géo | 05/11/2014

Peut-on dire que c'est la même chose, entre vous et lui, qu'entre Achille Talon et Lefuneste ? Cela permettrait de cerner la problématique, comme on dit en Namibie.

Bien que personne n'ait jusqu'ici pu prouver l'existence de l'un ou l'autre protagoniste. Il n'y a rien de plus schizoïde que la blogosphère, où tout le monde se côtoie, mais où personne se rencontre. On peut aussi imaginer une double personnalité, chez l'un ou l'autre, engagée depuis 8 ans (il exagère) dans la résolution d'un conflit avec lui-même dans l'autre. Une sorte de lutte de Jacob avec l'Ange (de Dieu ou de Satan ?), quoi...

Dans la campagne profonde, il y en a même qui pensent que je ne suis qu'une invention de journaliste, et que mes aventures en Chine ou en Afrique, c'est du bidon. On prépare même des bûchers au cas où j'apparaîtrais. Les exorcistes répètent leur texte.

On a des nouvelles de Calu Schwab ?

Écrit par : Rabbit | 05/11/2014

M'enfin, puisque je vous dit que j'ai vécu un total de 62 ans en Suisse, dont 58 à Lausanne, et que je n'ai jamais entendu parler de ces oiseaux. C'est certainement une chance que de vivre depuis toujours dans un milieu international.
Il y a deux jours, on caillait. Aujourd'hui il fait 35° à l'ombre. Je ne sais pas si j'en reviendrai vivant, alors bien des choses à JCB.

Écrit par : Rabbit | 05/11/2014

"On a des nouvelles de Calu Schwab ?" Jamais entendu parler. Qui c'est ?...

Écrit par : Géo | 05/11/2014

"une chance que de vivre depuis toujours dans un milieu international." Oui, enfin pas tout-à-fait : Pajak est parisien, Pool est québécoise et Mayenfisch est lausannois depuis 58 ans...

Écrit par : Géo | 05/11/2014

Géo a une grosse tête mais la mémoire courte.

http://salem.blog.24heures.ch/archive/2010/12/04/la-papesse-jeanne.html


"Calu@ Je ne suis pas votre ami!

Écrit par : Géo | 15/12/2010

Personne ne songe à lui donner son médicament ? Il va être odieux toute la journée.

Merci Calu. Nous bouclons les valises et nous arrivons. Mais, le temps de trouver un établissement psychogériatrique où placer Géo.

Écrit par : Rabbit | 15/12/2010"

Hi hi!


Calu Schwab : Aux dernières nouvelles il va plutôt bien.

https://jcschwab.files.wordpress.com/2014/08/110.jpg

Il a même entraîné une meute pour choper Rabbit (0_0)!

http://youtu.be/uGfY4EAAET8

Écrit par : Ambre | 05/11/2014

Au fait, c'était la Saint-Hubert il y a 2 jours.
Je vais faire résonner les trompes dans le désert pour affoler les meerkats.
Celui dont on parle, c'est bien un Calu, mais de la paix.
Si vous voyez le raide Baron, dites-lui qu'une rue de Swakopmund porte son nom.

Écrit par : Rabbit | 05/11/2014

"dites-lui qu'une rue de Swakopmund porte son nom." Mais pas son successeur, tout de même ?
A part ça, on parle beaucoup de ce successeur dans les romans de Philip Kerr, et bien sûr à propos de la succession Gurlitt...

Bon, mais qui était Calu, au fait ?

Écrit par : Géo | 05/11/2014

En effet, et il n'y a pas que des rues Richthofen à Swakopmund, il y a des hôtels et plein d'autres références au Red Baron!
S'il passe par ici (mais ça m'étonnerait) : groBe Küsse et avec l'accent s'il vous plaît (*_*)
https://translate.google.fr/?ie=UTF-8&hl=fr&client=tw-ob#auto/de/grosses%20bises

Écrit par : Ambre | 05/11/2014

groBe Küsse ? große, c'est-à-dire grosse. Grosse tête, mais bien faite. Ce qui vaut mieux que petite tête mal faite. A mon avis.

Écrit par : Géo | 05/11/2014

Teufel! Danke fur die grossen kussen, Ambre, Haben-sie sehen la TdlNM&M assombriten de plus en plusse le Himmelkreutzsakamain?
Gloubi-Boulga unt globli glob làà, ja!
Teufelerei...
=@rb=(+)
Ps: Ja che fais ke passer, manchmal, unt l'envie de rafalen les tranchées mit atomik-mak démanche la démence,ja! So, ch'évite...
AH, ch'ai le Dr.Strangelove en visio konférenz mit Sigismund Freudenstin so che vous laisse Ambre
K&G Uniquedément pour Ambre, les anderen se rasent avant, ja!

Écrit par : Red Baron 'r konekt fur einmal | 06/11/2014

Il y a aussi un Teufelbach, mais pas une goutte dedans (d'où son nom): eins, zwei, g'suffa...

Écrit par : Rabbit von Hasenburg | 06/11/2014

Oh! Rer bi nous lit (*_*).
Arch,! Dur de dékryter zu pti dej..
En plus j'écoute Wagner sur France Musique.
Donkecheun hi hi pour les kussen re hihi.
Trtaduktionen Rabbit.

Écrit par : Ambre | 06/11/2014

Ouille fautes de frappe ou de frappée dues à tablette

Écrit par : Ambre | 06/11/2014

Ambronette ou sa tablette, c'est pas net !
On ne s'embrasse pas beaucoup chez Wagner, c'est ce que déplorait Nietzsche.

Du willst mich haben,
denn du findest mich schön,
ich muss sagen,
das kann ich gut versteh'n.
Du machst Geschenke,
und wäschst bei mir ab,
und ich denke,das ich's gut bei dir hab'.
Doch da gibt es noch eine Sache,
die ich gar nicht leiden kann,
kommen deine feuchten Lippenzu nah' an mich 'ran.

Küssen verboten, küssen verboten,
küssen verboten, streng verboten!
Keiner, der mich je gesehn' hat, hätte das geglaubt:
Küssen ist bei mir nicht erlaubt.

Écrit par : rabbit | 06/11/2014

Merci pour la traduction (0_0) Hum! Est-ce un opéra de Wagner? En fait ce matin j'écoutais l'ouverture de Tannhäuser.

Ça c'est la suite de votre Küssen verboten:

Schon in der Schule,ich war sieben Jahre alt,
da war die Julein mich total verknallt.
Ging ich nach Hause, kam sie mir hinterher
und in der Pausewollte sie noch viel mehr.
Sie dachte, dass sie mich mit Käsebrötchen kaufen kann
und dann kamen ihre feuchten Lippen an mich ran.

Küssen verboten, küssen verboten,
küssen verboten, streng verboten!
Keiner der mich je geseh'n hat,hätte das geglaubt:
Küssen ist bei mir nicht erlaubt.

Und letzte Nacht im Traum
Tobias kam zur Türe herein,
ich sah grosse feuchte Lippen
und ich konnte nur noch schrei'n:
Küssen verboten, küssen verboten,
küssen verboten, streng verboten!
Keiner, der mich je geseh'n hat,
hätte das geglaubt: Küssen ist bei mir nicht erlaubt.
Küssen verboten, küssen verboten,
küssen verboten, streng verboten!
Keiner, der mich je geseh'n hat,
hätte das geglaubt: Küssen ist bei mir nicht erlaubt.
Keiner, der mich je geseh'n hat,
hätte das geglaubt: Küssen ist bei mir nicht erlaubt.

Hum! Apparemment ça n'a rien à voir avec Wagner :

http://youtu.be/i5Ackbtn5bU

Mais ça ne me dit toujours pas ce que ça raconte! Ça me semble moins intéressant que Docteur Folamour!

Écrit par : Ambre | 06/11/2014

Revenons au sujet, Ambre, nous sommes là pour ça. Et comme dans les ouvertures on ne chante pas, ce sont les meilleurs moments de ces opéras.

Jeannot T. et moi avons les mêmes habitudes: si le programme de la télé est dans une langue inconnue (ce qui devient rare avec l'âge), va pour la télé. Sinon, c'est le climatiseur qui rend le même service en couvrant les bruits extérieurs. Et s'il n'y a ni télé, ni climatiseur, c'est qu'on est en vacances en Suisse. Alors, s'il n'y a ni vaches, ni torrent, ni fontaine, la nuit sera bonne.

Écrit par : Rabbit | 06/11/2014

"Sinon, c'est le climatiseur qui rend le même service en couvrant les bruits extérieurs." C'est vrai qu'il y a de plus en plus de gens de la ville qui ne supportent plus le silence total. Bizarre, à part ça, d'aimer le bruit du climatiseur et pas celui de la fontaine ou du torrent...
Et pour la Suisse, vous oubliez les cloches de l'église toutes les 15 minutes, un solide sujet de discorde dans les villages...

Écrit par : Géo | 06/11/2014

Oui, revenons au sujet "radiogénique". Mademoiselle Golay l'était si je crois Maître Gilbert, mais était-elle (ou aurait-elle été - je ne sais pas si elle est encore vivante) assez bien "gaulée" (0_~) pour être télégénique? C'est le hic!

Jeannot T. c'était donc Rabbit : "Jeannot T. ne regarde plus (la télé) depuis 30 ans. Il ne l’allume que dans des hôtels à l’étranger."

Et, savez-vous pourquoi les gens de la ville - ou d'ailleurs - ne supportent plus le silence total? Parce qu'ils en ont peur! Peur de se retrouver face à eux-mêmes, à leur intériorité, à leurs pensées (quand ils en ont, Tsss) voire à leur nullité et que la plupart sont incapables de prendre un bouquin et de se plonger dedans, dans le silence, chez eux ou dans la nature! Ils ne savent même plus ce qu'est un livre, une fleur sauvage au pied d'un arbre, un papillon qui vole, un nuage qui vous sourit dans le ciel, le soleil qui vous fait un clin d'oeil quand il apparaît et s'ils passent près d'une rivière ils n'entendent même pas le doux bruit de l'eau qui coule et qui lèche les herbes folles dans son lit.

Il faut dire qu'on fait tout pour nous empêcher d'apprécier le silence : de la musique partout pour nous casser les oreilles, dans les cafés, les restaurants, les boutiques, les salles d'attente et quand vous leur demandez (au restaurant, dans un café, dans un magasin) si c'est possible de baisser le son un tout petit peu (minimoume syndical quoi), ils vous regardent comme si vous étiez un extraterrestre : non madame, ce n'est pas possible, notre clientèle apprécie ce fond sonore. Arch! si c'était vraiment un fond sonore ça m'irait très bien. Le grand silence n'existe plus pour moi, j'ai des grillons dans les oreilles en permanence. Coup de vieux sur la tête. Snif!

Le Red Baron est au calme la nuit dans son navion? M'étonnerait, ce n'est pas un planeur son DRH... euh DR1.

(Suffite! Bonne soirée. Je retourne à ma lecture...)

Écrit par : Ambre | 06/11/2014

Achteufel, Ambre! Vous connaissez Piano T. ? Mpfr! @B;=%puf.puff... Unt nein kein kalme dans la Ténèbres de la Nuit Mondiale et Mondialisée (TdlNMM), ja glossaire che faire)... Pon che me kasse car sinon on va croire à ein comeback, unt en temps que membre à part entière -enfin "disons ce qu'il en reste" wieso Dutronc chante en fin de "l'hymne à l'amour*" de Gainsbarren, en tant qu'Àne Abrutis du TO-I à temps partiel skryptais-che, che sais wir machen satisfaktionen par absence chez les gros et grossen späck unt späckerine** satisfaiten de la situationen*** sociale*... Unt ils ne mériten même pas ce que Dante se voit conseiller par Virgile à la porte des Enfers!
Ambre K&G
*L'hymne à l'amour -moil'noeud- ist der choristen wagnérien à lui, ja-
** Ch'ose même pas skrypté ici le titre de la rubrique B.D de Charlie mensuel qui portait enfoui dans son intérieur, gleich vorname de la späckerinen "kulturelle"...
***Il y a un ignoranten sur la TdG, qui parle de "situationnisme", telledéement ignoranten, qu'ils sait même que les situationnisTes déclaraient que quiconque utilisait le terme en isme, était ein adversaire déklaré du "mouvement"
Ps: Voilà des choses que l'on a jamais, et quon ne risque jamais d'entendre à la télé ou de voir à la radio! Ah, Teufel! Peut-être ist tante Mieuxe?

Écrit par : Red Baron 'r konekt fur einmal | 06/11/2014

Ah,ja Teufel, Ambre, ch'oubliais, ja, che suis konnekté uniquedément parce que se michote des joses zérieuzes! Aber ein klein légèretés de blogage, si légers qu'on douteraient presk de leur existence en physique comparée, ja!

Écrit par : Red Baron 'r konekt fur einmal | 06/11/2014

R’n’B@ "Ja che fais ke passer, manchmal, unt l'envie de rafalen les tranchées mit atomik-mak démanche la démence,ja! So, ch'évite..."
Ach, vous avez de la chance vous autres aviateurs. à frimer dans vos machins bruyants. Mais soit dit en passant, rafaler les tranchées serait juste gaspiller de la munition. On est en novembre, il neige et dans les tranchées, et cela dure depuis longtemps, la seule chose qui monte, c'est la boue. On comprend que c'était le but de ceux qui ont organisé le champ de bataille, et qu'ils ont gagné. Les lignes sont figées, plus personne ne bouge ou presque.
A part ça, admiration pour "Himmelkreutzsakamain?" et "L'hymne à l'amour -moil'noeud- "...

Regardez-les passer ! Eux, ce sont les sauvages.
Ils vont où leur désir le veut, par-dessus monts,
Et bois, et mers, et vents, et loin des esclavages.
L'air qu'ils boivent ferait éclater vos poumons.

Celui que vous respirez là-haut vous fait trouver des trucs plutôt rigolos...

Écrit par : Géo | 06/11/2014

LES POLLUEURS

Ici, il en est plus qu’ailleurs !
Et parmi eux, un vrai brailleur.
Le gars, véritable brétailleur,
Bien que fort piteux ferrailleur,
Reste un formidable pinailleur.
Le grincheux rêve être le fossoyeur
De tous les persifleurs ou railleurs
Ainsi que de tous les chats rieurs.
Faites gaffe, greffiers gouailleurs
Il est taxidermiste ou empailleur,
Oui, même de mouches, d’ailleurs,
Et d’elles, en est même l’enculailleur.

Écrit par : Père Siffleur | 07/11/2014

Rimailleur ! Qui a dit rimailleur ?

Écrit par : Géo | 07/11/2014

Monsieur le fonctionnaire, j'ai oublié ceci, que Richepin semble avoir écrit tout exprès pour vous :

"Et tous sont ainsi faits ! Vivre la même vie
Toujours pour ces gens-là cela n'est point hideux
Ce canard n'a qu'un bec, et n'eut jamais envie
Ou de n'en plus avoir ou bien d'en avoir deux.

Aussi, comme leur vie est douce, bonne et grasse !
Qu'ils sont patriarcaux, béats, vermillonnés,
Cinq pour cent ! Quel bonheur de dormir dans sa crasse,
De ne pas voir plus loin que le bout de son nez !

N'avoir aucun besoin de baiser sur les lèvres,
Et, loin des songes vains, loin des soucis cuisants,
Posséder pour tout cœur un viscère sans fièvres,
Un coucou régulier et garanti dix ans !

Oh ! les gens bienheureux !... Tout à coup, dans l'espace,
Si haut qu'il semble aller lentement, un grand vol
En forme de triangle arrive, plane et passe.
Où vont-ils ? Qui sont-ils ? Comme ils sont loin du sol !"


"Quel bonheur de dormir dans sa crasse,
De ne pas voir plus loin que le bout de son nez !"
C'est tout vous, ça, ou je me trompe ?

Écrit par : Géo | 07/11/2014

Et quand on lit ça, "LES POLLUEURS", on voit bien ce que signifie "L'air qu'ils boivent ferait éclater vos poumons."
Pas que les poumons, à vrai dire.
Bonne soirée, fonctionnaire.

Écrit par : Géo | 07/11/2014

Et celle-là, vous la trouvez comment ?

Au milieu des dollars, lorgnons et dentelles,
Trône une gamelle infestée de cafards.
Veuillez, cher Edward, la mettre à la poubelle,
Elle est comme un rappel de notre désespoir.
Hier soir, le chat s'est fait sauter la cervelle.
Nous étions au bordel, accoudés au bar;
On y jouait Mozart, quand une donzelle
Dans le plus simple appareil, nue et sans fards,
Vint l'air hagard, annoncer cette nouvelle.
La panique fut telle qu'un prélat en calebar,
S'enfuit au hasard agitant son missel.
J'ai encore à l'oreille l'affreux tintamarre
Qui tint tout Colmar dans une nuit sans sommeil.

Écrit par : Rabbit | 08/11/2014

Le fonctionnaire rimailleur.
N'est pas parmi les meilleurs,
Mais pourtant point resquilleur.
C’est Géo, ce vilain pilleur
Qui pique les rimes ailleurs !

Écrit par : Père Siffleur | 08/11/2014

Les commentaires sont fermés.