08/11/2014

Défier la pluie la tête haute

Les publications scientifiques sont de plus en plus fascinantes. Il en est une qui nous arrive du Canada pour révéler qu’il y aurait corrélation entre le mauvais temps et la mauvaise humeur! La grisaille pluvieuse de novembre, ses bises violentes qui retroussent les pébroques comme on écorche un lapin de boucherie, et l’inondation d’une cave vigneronne après des orages sur le Chablais rendraient maussades leurs propriétaires. Une vue de l’esprit! Tout comme celle qui prétend que le sourire du randonneur lui revient quand il apprend que demain il fera soleil sur les Aiguilles de Baulmes, qu’il envisage d’arpenter en zigzags jusqu’à la descente abrupte vers Lignerolle.

 

Or on n’est jamais assez précis, même quand il s’agit de démontrer des évidences: nos savants d’outre-Atlantique ont identifié entre mille une hormone appelée cortisol. Une qui nous ferait nettement préférer des vacances prolongées sur quelque plage d’outre-mer à un dimanche de cramine chez tante Gladys, en une soupente de son chalet décrépit des Ormonts, dont l’unique fenêtre a un carreau cassé.

Ce cortisol agirait par capillarité sournoise et insidieuse dans le corps d’un Vaudois ordinaire. Y déclenchant un stress qui oscille selon la variation des températures et impliquant la régulation des humeurs. Selon aussi des imprévisions météorologiques: «Les gens doivent accepter le fait de n’avoir pas le contrôle sur les caprices de la nature, précise un psychologue associé à l’étude, et trouver des alternatives aux activités prévues en cas de pluie.»

Selon une autre expertise, elle aussi «scientifique» - cette fois soutenue par des universitaires hongrois, l’être humain deviendrait dépressif sous la pluie et les foucades venteuses de novembre, parce qu’il y avance «à petits pas, les épaules projetées en avant et la tête penchée». Une théorie, approuvée par des savants québécois, qui nous encouragent tous à défier les averses de pluie en avançant droit dans ses bottes, l’échine dorsale verticale, le front offert à tous les ruissellements, aux intempéries les plus tempétueuses.

Et en soufflant du chaud dans ses paumes gelées tout en citant du Sénèque: «La vie n’est pas d’attendre que l’orage passe, mais d’apprendre à danser sous la pluie.»

 

 

 

 

Commentaires

Ah si vous entendiez mon rire éclatant de bonheur en lisant votre texte, vous me demanderiez une rémunération cher Gilbert!
Vous me donnez envie de "singing'in the rain";).. et là, je vous assure j'ai ce qu'il faut pour ouvrir le pébroque!

Écrit par : Ambre | 08/11/2014

@Gilbert Salem ,ouf un moment de détente merci pour ce texte rempli de bonne humeur

Écrit par : lovsmeralda | 08/11/2014

Les savants étrangers sont étranges: tous les Vaudois sentent les effets des changements de pression atmosphérique sur l'acouet, sans avoir à se référer à l'ADN ou au DSM-IV.

Écrit par : rabbit | 08/11/2014

Mais c'est beau, novembre! Avec ou sans pluie.
Je ne sais pas si les conclusions des savants sont valables en Afrique. Au Sahel, la pluie est une fête.

Écrit par : hommelibre | 08/11/2014

"Mais c'est beau, novembre! Avec ou sans pluie." Bon, je n'osais pas le dire mais je pense la même chose. Novembre est le mois de notre mousson qui s'appelle foehn. Qui donne une ambiance de fou en montagne. J'ai terminé mon travail de diplôme dans les contreforts des Diablerets en dessus de Solalex avec ce vent, j'en garde un souvenir inoubliable. La Croix des Chaux me servait à étalonner mon altimètre tous les jours à 2013.5 m. De retour de la crête qui mène vers les Rochers du Van (où je tenais le rôle de grain de blé...), je m'accroche à cette croix pour ne pas être emporté. Je retourne au chalet en marchant à 45°, avec des cailloux qui me passent à côté à l'horizontale. Nuit d'enfer, avec l'impression tous les cinq minutes que la Pacific 231 emboutit le chalet. Et le matin, plus de croix des Chaux. Une poutre de 50cm sur 20 cassée comme une allumette...
Ou alors les premières neiges qui dévoilent des structures parfaitement insoupçonnées jusqu'ici.
La montagne pour soi tout seul, tous les idiots de Lausanne restent au chaud...
En fait, j'adore novembre...

Écrit par : Géo | 08/11/2014

Géo, la Pacific 231...
Une merveille.

hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2014/03/18/pacific-231.html

Écrit par : hommelibre | 09/11/2014

En ce mois de novembre, en Afrique australe, on installe les décorations de Noël dans les rues alors que les premières fraises font leur apparition sur les tables. Comme on est à un mois et demi de l'été, il devrait y avoir moins de brouillard le matin. Parce que, jusque là, ça ressemblait à la Barboleuse lors d'un été pourri, mais sans pluie. Je ne sais pas si je suis clair.

Écrit par : rabbit | 09/11/2014

Au fait, "avoir le dernier mot" n'est ni un crime, ni une immoralité, ni une faute.
:-)

Écrit par : hommelibre | 09/11/2014

Erreur de billet, ne pas tenir compte de mon post précédent...

Écrit par : hommelibre | 09/11/2014

@ Rabbit : les fraises de Namibie ne valent sûrement pas celles de Plougastel;-)

@ H.L. Bel article et Sarah toujours fidèle... elle aime "les tunnels" (*_*). Ça pourrait s'intégrer dans une chanson : les tunnels c'est sensuel!

@ Géo : "Je retourne au chalet en marchant à 45°, avec des cailloux qui me passent à côté à l'horizontale." Très imagé, ça me rappelle un paysan (quand j'habitais à la campagne) passant devant ma fenêtre un jour de tempête, il devait être lui à 90°; moi je venais de me prendre un volet en pleine "poire" (0_0) et j'étais sonnée.
Je ne connaissais pas ce Pacific 231, merci à H.L. pour l'info.

Écrit par : Ambre | 09/11/2014

"il devait être lui à 90°", donc droit comme un "i". Il y a aussi pas mal de gens qui pensent être complétement contraires à d'autres, à 180° et qui écrivent 360°.
Ceux qui pensent qu'une pente de 100%, c'est la verticale et ceux qui applaudissent des deux mains...
J'espère que ce volet ne vous a pas fait trop de mal...

Écrit par : Géo | 09/11/2014

@ Géo : MDR! Je n'étais pas sûre du tout de moi en écrivant à 90°. Je vais vous dire pourquoi :
Je suis sujette aux vertiges. Lorsque je fais une crise, mon ORL m'a donné des indications à suivre :
"Pendant la nuit : pendant 48 heures, dormez dans une position avec la tête très relevée, à 45°. Pour vous caler, il faut utiliser soit un cale-dos, soit plusieurs oreillers, soit des cales sous les pieds de la tête de lit. Mettre votre minerve".
J'ai toujours cru que les 45° qu'il m'indiquait correspondait à une positon "semi-assise" et là, vous m'apprenez que non? Cela dit, je suis presque assise quand je suis en crise. Donc je me suis dit - ignare que je suis - Géo était à 45° (semi penché en avant) donc mon paysan était à 90° (plié en deux contre le vent). Ah ah! je suis nulle en chiffres, je n'ai aucun sens de l'orientation, alors
Pas besoin de cale dos, j'ai réglé le problème en investissant dans un sommier articulé électrique. MDR bis!
Plus sérieusement, la maladie de Menière est un enfer.
Signé Ambre : Journal intime. Tsss!

Si, le volet m'avait fait très mal, mais ce jour-là la tempête était tellement puissante que je ne pensais qu'à ma toiture.

Re re MDR : je viens de chercher sur Google : Position 90° et je tombe sur ces propositions :

https://www.google.fr/#q=position+90%C2%B0

En revanche, il me semble que j'ai raison avec mes 45° :

https://www.google.fr/search?q=assis+%C3%A0+45%C2%B0&biw=1366&bih=605&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ei=y-VfVP6zCYKQPYeWgfAK&ved=0CCAQsAQ#tbm=isch&q=angle+%C3%A0+45%C2%B0

et finalement je n'ai pas tort avec mes 90°:

https://www.google.fr/search?q=assis+%C3%A0+45%C2%B0&biw=1366&bih=605&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ei=y-VfVP6zCYKQPYeWgfAK&ved=0CCAQsAQ#tbm=isch&q=angle+%C3%A0+90%C2%B0

Dans les deux cas, je renverse "l'équerre". Je me comprends;-)

Je vous laisse le choix (0_0). Après ça je peux aller me coucher... à 45°!

Écrit par : Ambre | 09/11/2014

Instruction militaire et degré d'instruction

Le lieutenant: - À quelle température l'eau se met-elle à bouillir!
La recrue: - Sergent! Recrue Binggeli!... L'eau bout à 90°
Le lieutenant: - Faux! C'est l'angle droit qui bout à 90°

Remarque: La réponse de la recrue est correcte pour autant que l'ébullition soit effectuée à l'altitude de 3000 mètres environ.

Écrit par : Père Siffleur | 10/11/2014

"et finalement je n'ai pas tort avec mes 90°:"
Si, vous avez tout de même "tort" (alles ist relativ!), d'ailleurs la 3ème image l'indique...
Parce qu'en l'occurrence, on parle de degré par rapport à l'horizontale. Une pente de 30°, vous imaginez bien qu'on ne la calacule pas depuis la verticale...
Par contre, le zéro d'une boussole est au N (le 360 aussi !!!), ce qui a peut-être induit cette confusion entre nous...
Pour les 45°, vous ne pouvez qu'avoir raison, le résultat étant le même quelque soit l'origine de la mesure...
"la maladie de Menière est un enfer" Je me suis réveillé un matin il y a une dizaine d'années avec un vertige effrayant, incompréhensible et très angoissant. Heureusement, cela a passé très vite et j'ai téléphoné à mon médecin, à l'époque mon frère, ce qui a des côtés très pratiques. Il m'a pris tout de suite en consultation. M'a fait asseoir sur le rebord de ce meuble sur lequel on s'allonge. Face à moi, il m'a pris par les épaules et m'a balancé sans ménagements d'un côté jusqu'à me faire toucher le meuble avec l'épaule, et tout de suite, tout aussi fort, de l'autre côté. Guéri. Cela décolle la petite pierre collée à l'intérieur de l'oreille interne...
Je vous donne des liens si j'en trouve, je dois boucler ce message pour le faire...

Écrit par : Géo | 10/11/2014

La bière fait autour de 3°, le vin 12°. Ensuite on saute à 30°, 40°, puis 50° (comme en Chine). Est-ce que des scientifiques, ou des militaires, ont fait des tests pour vérifier s'il y avait corrélation entre le degré d'alcool et l'angle d'une individu avec le sol ? Il y aurait de quoi remplir une thèse. Mais de façon empirique, on peut prévoir qu'au dessus de 30°, la force de gravitation est la plus forte. Qu'en pense notre grenadier ?

Écrit par : rabbit | 10/11/2014

Père siffleur@ Vous allez dire que je suis décidément très chiant, donc je ne dis rien. Mais relisez votre histoire...
Ah mais j'ai compris ! C'était pour se moquer de cet idiot de Binggeli qui confond un sergent avec un lieutenant...

Écrit par : Géo | 10/11/2014

Ambre@
http://sante-medecine.commentcamarche.net/forum/affich-517596-vertiges-des-cristaux-dans-l-oreille-interne
Votre médecin a t-il déjà essayé de vous bousculer ?

Écrit par : Géo | 10/11/2014

@ Geo . Inutile de m envoyer des liens. Depuis un an je suis tellement renseignéesur cette maladie que je donne meme des infos à mon specialiste qui a bien diagnostiqué Meniere et pas seulemnt vertiges positionnels benins. Mais il me fait zussi les manip dont vous parlez. Merci a vous.
Pour les 45 ou 90* vous avez rzison mais je pensais equerre a la verticale et non a l horizontale.

Écrit par : Ambre | 10/11/2014

@ Rabbit . Trop tordant votre degré d 'alcool et .l angle d'un individu au sol:-)

Écrit par : Ambre | 10/11/2014

Rabbit@ Méfiez-vous de vos données. Les bières, c'est plutôt entre 5 et 6°. Sans parler des bières belges...
Et il y a de plus en plus de vins à 13° ici en Suisse. Preuve du réchauffement climatique ou succès commerciaux de la sucrerie d'Aarberg ?
"s'il y avait corrélation entre le degré d'alcool et l'angle d'une individu avec le sol ?" Je vous rappelle que l'individu alcoolisé sérieusement se déplace à 4 pattes...
Après avoir aidé un vigneron de la région à tourner son pressoir, le patron du manège dans lequel je travaillais pendant mes loisirs d'écolier est remonté à 4 pattes et est parti sans moi dans sa voiture. J'étais à vrai dire assez content qu'il m'ait oublié, bien qu'en fait, si j'étais encore sur mes deux jambes, je n'étais pas dans un état très différent...
Les vignerons n'aiment pas faire la vaisselle. Il n'y avait qu'un seul verre et il était assez mal vu de le monopoliser. Ce qu'il y a de sûr, c'est qu'après ça, je m'étais promis de ne jamais plus toucher une goutte d'alcool...

Écrit par : Géo | 10/11/2014

Le vin + le manège : il y a de quoi avoir le tournis et de se retrouver à quatre pattes avec la nausée (exactement les symptômes de vertiges).
Les explications les plus pointues sur Menière je les ai trouvées ici :

http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4770758

Si vous n'avez pas le courage de tout écouter (une heure tout de même) allez directement à la 46e minute pour ce qui me concerne). Une solution radicale existe mais trop peur...

Et Géo 360° vous connaissez (sur Arte)...

Écrit par : Ambre | 10/11/2014

"Une solution radicale existe mais trop peur..." Si j'ai bien compris et si vous avez eu plusieurs crises, mieux vaudrait avoir le courage de se lancer. Mais évidemment avec les bonnes personnes, et si vous connaissez le chirurgien, n'oubliez pas de vous renseigner sur l'anesthésiste (conseil d'une amie infirmière, aussi française...).

Écrit par : Géo | 10/11/2014

Géo, vous avez tout compris!
Sergent? Lieutenant?...
Je me souviens que pendant les premières semaines de l'ER, se souvenir des grades était le plus gros effort intellectuel qui m’a été demandé.
Et ainsi que vous savez et ne manquez jamais de me rappeler, tout ce qui est intellectuel me passe très haut par-dessus la tête... Je pourrais avoir été Binggeli!... J’étais Binggeli.

Et si, 50 ans plus tard, je ne fais toujours pas la différence entre un sergent et un lieutenant... Surtout qu’en plus, j'ai appris que les huiles de notre armée avaient inventé une nouvelle dénomination pour les différents échelons de la hiérarchie, afin d’être en mesure de démontrer que l’Armée n'est pas figée, mais qu'elle évolue.
Évolution qui n’est qu’un tout petit pas pour le bidasse de base, mais un pas de géant pour l'Armée suisse qui est ainsi devenue "le meilleure de la Monde" selon un certain Ueli.

Écrit par : Père Siffleur | 10/11/2014

"Je pourrais avoir été Binggeli!... J’étais Binggeli." A part ça, on rigole, mais on est vraiment des salauds. Les patronymes suisse-allemands traités comme des synonymes de débiles, je me demande si cela ne heurte pas un peu l'idéologie officielle de la radio la plus correctement politique du monde, celle de nos amis français qui causent dans le poste de la RTS, vous savez, ceux qui disent LE CFF parce qu'ils ne savent même pas ce que c'est...
C'est vrai que pour les Genevois et les Français, être haineux envers les Germains, c'est une seconde nature. Dommage qu'ils aient oublié que les Francs l'étaient aussi, germains...

Écrit par : Géo | 10/11/2014

À Géo,

C'est rare, je sais, mais là, vous avez plutôt tort!
En Suisse-Allemande on dit de quelqu'un qui est très pointilleux, pinailleur et pas très fûté...:
Jo, das isch ächt an Binggeli! (Oui, c'est réellement un pinailleur!)

Si vous aviez raison, les "PW" d'outre-Sarine (PW = Pas Welsch) seraient donc des salauds, eux aux aussi. Pire que nous! Se gausser de leurs propres patronymes!

Écrit par : Père Siffleur | 10/11/2014

Y a pire, je m'en souviens maintenant. J'ai eu un collègue qui s'appelait Bünzli...
Sauf erreur, c'est devenu le synonyme de petit fonctionnaire avec protège-manche, complétement borné. Vous confirmez ?

Écrit par : Géo | 10/11/2014

Différence entre sergent et lieutenant ? La solde et le confort à bord. Là est la question, le reste n'est que broutille. A début des années 70, l'armée suisse avait encore un look prussien et élitiste.

100% dans votre camp Chéo: même mâtinés de Gallo-Romains, Francs nous restons (mais, Saliens de préférence). Et faites lire la "Généalogie de la Morale", de Nietzsche, à votre aimable correspondant: tout ce que vous voulez lui exprimer est dedans. C'est un gain de temps et d'énergie

Écrit par : Rabbit | 11/11/2014

Ambre, Inma, Géo, Prsflr, Rabbit seraient dans le même bateau. Combien de mort(s) à l'arrivée (0_0) :

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/b2f1a3f6-6908-11e4-9336-64010dd617df/En_voiture_Simone_Albert_et_les_autres

Écrit par : Ambre | 11/11/2014

Tous, hélas, la vie est une histoire qui finit toujours mal.

Écrit par : rabbit | 11/11/2014

Tous, hélas ? Imaginons un seul instant que l'un d'entre nous soit immortel, le Prsflr, par exemple au hasard...

Écrit par : Géo | 11/11/2014

... alors le Prsflr ira siffler une bouteille de Single Malt dans un "Café mortel" (spécialité suisse (0_0)) pour fêter sa victoire!

Et si c'est vous Géo qui seriez immortel? What would you do?

Écrit par : Ambre | 11/11/2014

Si Prsflr était immortel, je l'aurais rencontré à la première Croisade ou au Grand Siège de Malte. Etre immortel rend la gestion de ses souvenirs difficile, il faut faire des choix. Demandez à Géo où il était la nuit du 4 août 1789. Moi je sais, mais lui l'a certainement occulté de sa mémoire. Rien n'est simple.

Écrit par : rabbit | 11/11/2014

"Et si c'est vous Géo qui seriez immortel?" Horreur, enfer et damnation ! Merci, ça va, j'ai eu ma dose d'humanité et l'immortalité - ou ne serait-ce qu'une simple prolongation de vie - me parait la chose la moins souhaitable du monde. Il ne vous a probablement pas échappé que je ressens quelques impatiences vis-à-vis de mes contemporains...
Quant à me regarder vieillir sur une île déserte...

Écrit par : Géo | 11/11/2014

@ Géo : Je suis dans le même état d'esprit que vous sur ce sujet.
Je m'inquiète sérieusement : ça fait deux fois que je suis d'accord avec vous. Mmm! Mais bon, deux fois pour mille désaccords, hein! Pas de quoi s'affoler non plus;-)

Ce soir j'ai vu un cycliste en ville avec un gyrophare bleu sur le casque et un autre, jaune, dans le c... euh non pardon, un autre ceinturé sur ses reins. Étrange mais efficace pour être vu. C'est sur les routes de campagnes non éclairées que tous les cyclistes devraient s'équiper comme ça; en voiture on ne les voit pas suffisamment la nuit; sont fous, ils prennent des risques, de se retrouver à 180° (allongé c'est 180°? Hum!) sur le sol (0_0).

Écrit par : Ambre | 11/11/2014

"Je m'inquiète sérieusement : ça fait deux fois que je suis d'accord avec vous."
Oui ben c'est réciproque. Il doit y avoir qqch qui cloche là-dedans, j'y retourne immédiatement...
(Oui, oui, vieille baderne, c'est du Vian....)

Écrit par : Géo | 11/11/2014

Normale la réciproque.
Qu'est-ce qui est du Vian? Ça : "Il doit y avoir qqch qui cloche là-dedans, j'y retourne immédiatement..." (0_0)

ou ça :

"Se souvenir de ne jamais devenir une vieille baderne muette
à fort pouvoir d’espérance de vie
blasée"

(on commence à radoter là. C'est grave. Réveillons-nous :

http://youtu.be/kwIH_VZMsp8

Écrit par : Ambre | 11/11/2014

Vous ne connaissez pas la java des bombes atomiques ?
https://www.youtube.com/watch?v=g74JowOzqLY&list=PL459C6A00EA8A0D5F&index=7

Ce monsieur Radulovic est certes un virtuose, mais il devrait mettre un bandeau pour jouer. On attend le moment où son archet va se prendre dans sa chevelure...

Écrit par : Géo | 12/11/2014

Oui, c'est un fait, surtout s'il porte une perruque, mais méfions nous quand même de Sénèque, de Socrate, de Platon, d'Aristote et d'Augustin d'Hippone: ils n'étaient pas en phase avec la réalité.

Écrit par : rabbit | 12/11/2014

"Se souvenir de ne jamais devenir une vieille baderne muette
à fort pouvoir d’espérance de vie blasée"
C'est bien le problème. Tout le monde n'a pas la chance de mourir d'une crise cardiaque à 59 ans.

Écrit par : Géo | 12/11/2014

Oui, je connais la chanson de Boris Vian, chantée par Philippe Clay.

Radulovic : c'est sa superbe crinière qui rajoute à la virtuosité et... ce n'est pas une perruque!

"... ils n'étaient pas en phase avec la réalité."

"Tout le monde n'a pas la chance de mourir d'une crise cardiaque à 59 ans."
Arrêtez de me plagier Géo [Rires].
C'est seulement dur pour ceux qui restent (mon père est mort d'une crise cardiaque à 58).
59 ans : j'ai le même point de vue que vous, depuis des années et voyez j'aurai 69 (dans un mois et demi, j'assume) et je suis encore en vie. Shit!

Écrit par : Ambre | 12/11/2014

"... Ils n'étaient pas en phase avec la réalité."
J'ai laissé un blanc...
Je me demandais si, à l'heure actuelle, nous pouvions être en phase avec la réalité. En France en ce moment ça va tellement mal, qu'il vaut mieux occulter la réalité (0_0).

Écrit par : Ambre | 12/11/2014

"En France en ce moment ça va tellement mal, qu'il vaut mieux occulter la réalité"
Question entre nous : effectivement, les lignes politiques suivies par les dirigeants de votre pays semblent assez désastreuses, qu'il s'agisse de Sarkozy ou de Hollande. Quoique depuis Valls, on est sur le bon chemin, mais quel temps perdu pour en arriver là. Si DSK n'avait pas eu ces quelques dysfonctionnements libidineux, il aurait superbement ignoré ces bellâtres d'extrême-gauche qui ont plombé le gouvernement Ayrault.
Mais pour le reste, quand on se balade dans la France profonde, la crise, la crise...elle est surtout dans la tête des journalistes qui s'ingénient à en donner l'illusion, en montant en épingle des situations particulières difficiles.
Les populations européennes sont devenues des enfants gâtés. Après les horreurs du XXème siècle, c'est peut-être compréhensible; mais ces populations devraient peut-être se souvenir de ce que cela signifiait être français entre 1914 et 1945...

Écrit par : Géo | 12/11/2014

"Mais pour le reste, quand on se balade dans la France profonde, la crise, la crise...elle est surtout dans la tête des journalistes qui s'ingénient à en donner l'illusion, en montant en épingle des situations particulières difficiles."
Ah mais Géo! kèskisspass? Je suis d'accord pour... la troisième fois avec vous;-) (Mais je sais que ça ne va pas durer et que, sans doute, plus dure sera la chute (@_°).

Pour mes souvenirs de ce "que signifiait être français entre 1914 et 1945", ils sont un peu dans les limbes. En revanche, je me souviens quelques années après 45 de voir ma mère fabriquer de la lessive : dans une bouteille dans laquelle elle mettait de l'eau et rajoutait des morceaux de savon arrivés en bout de course. J'ai gardé pour pas mal de choses son sens de l'économie et j'ai horreur du gaspillage. Un jour j'ai entendu Claude Chabrol qui racontait avec humour qu'il adorait user ses savonnettes jusqu'au bout et que le morceau restant il le collait sur la nouvelle savonnette. Je fais pareil depuis toujours : MDR! Oui, je sais, aujourd'hui on utilise plutôt des savons-gels que des savonnettes, mais bon... je fais les deux.

Je déconn...ecte, je file voir une expo, il pleut :

http://www.mbaq.fr/expositions/en-cours/article/de-gainsborough-a-turner/backto/expositions/

Fait quel temps en Namibie?

Écrit par : Ambre | 12/11/2014

Bon, j'ai raté la pluie, je crois que j'arrive pour le beau temps, surtout que cela me permet de faire une pause dans un dessin qui me pose pas mal de soucis techniques. Sur le thème de l'immortalité, voir un conte de Borges qui exprime la lassitude d'être toujours au cœur de l'Histoire. Cette réflexion sur le temps s'applique à ceux dont la vie a été riche en expériences et autres péripéties. L'intensité fait ressentir la brièveté du présent et l'éloignement du passé. C'est ainsi que certains d'entre nous (et je crois que cela s'applique à ceux qui fréquentent ce fil de discussion) avons l'impression que le présent file à toute allure et que le passé est bien long. Cette impression arrive tout naturellement quand vous croisez quelqu'un que vous avez connu pendant votre enfance et adolescence, et que vous apprenez qu'il vit au même endroit qu'autrefois et fréquente plus ou moins les mêmes personnes qu'autrefois... Alors que vous vous souvenez de cette époque comme d'un vieux film.

Écrit par : Inma Abbet | 12/11/2014

Oui: le temps est asymétrique et le monde pluriel. La mécanique quantique nous propose ce genre de réflexion à l'heure inactuelle, alors que les Chinois ont eu jusqu'ici une conception très différente de la nôtre du temps et de l'espace. Conclusion: la science-fiction est un genre à remettre au goût du jour, parce qu'on est en plein dedans sans le savoir.

En Namibie, ce n'est ni tout à fait l'hiver, ni tout à fait l'été.

Écrit par : rabbit | 13/11/2014

"un dessin qui me pose pas mal de soucis techniques"
Hier, je me suis attardée sur cette oeuvre (mais sur beaucoup d'autres également).

http://www.pleasart.com/r/en/work/2175/raeburn_sir_henry/petite_fille_tenant_des_fleurs_dit_aussi_innocence_portrait_de_nancy_graham/!/

Je trouvais très moderne les cheveux courts de cette petite fille qui contrastait avec les chevelures bouclées des petites filles de cette époque. J'aime le romantisme de sa robe, des fleurs mais surtout le visage de "petite garçonne" à qui siérait aussi la tenue du tableau ci-dessous.
En revenant de l'exposition, j'ai fait quelques recherches sur le peintre et j'ai trouvé cette charmante peinture, très réaliste, qui ne devrait pas laisser indifférents Inma et Rabbit;-)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Henry_Raeburn#mediaviewer/File:Sir_Henry_Raeburn_-_Boy_and_Rabbit.jpg

Ce serait une belle reproduction à mettre en oeuvre pour Inma!

En faisant des recherches donc, au retour, sur des tableaux que j'ai aimé contempler et détailler de cette expo, j'ai pris conscience à quel point voir des peintures sur son écran était sans comparaison avec l'oeuvre de visu, j'allais dire : en chair et en os! Des tableaux qui m'avaient procuré une émotion (des portraits qui étaient animés (anima = souffle, vie) au Musée m'ont laissé déçue en les voyant sur mon écran.

Bon, je n'ai pas vos talents pour décrire tout ce ressenti (0_0)!

.../...
Donc, en Namibie, "le temps serait asymétrique" et peut-être, comme en Chine, il n'existe pas. A vrai dire, je ne comprends pas ce que cela veut dire "temps asymétrique".

Écrit par : Ambre | 13/11/2014

"je ne comprends pas ce que cela veut dire "temps asymétrique"" Rabbit adore ce qui est abscons ou abstrus. Depuis qu'il se prend pour le comte de St-Germain, Monsieur du Lapin de Garenne se complait dans le germanopratisme...

Écrit par : Géo | 13/11/2014

@ Géo : "Rabbit adore ce qui est abscons ou abstrus." Oserais-je dire que je suis d'accord avec vous? Rabbit adore les pirouettes! Pour les galipettes, je n'en sais rien;-)

Écrit par : Ambre | 13/11/2014

Un germanopratisme hyérosolomitain ? C'est plus une contradiction qu'un paradoxe, non ?

Écrit par : rabbit | 13/11/2014

hyéro avec y ? kekseksa ? Moi y en a pas très doué en linguistique, mais je ne dois pas être le seul à être perdu. Qui expliquera cette erreur ? Et que vient faire Jérusalem sur ce coup-là, accessoirement ? Rabbit, l'air austral est en train de ravager les quelques neurones qui vous restent, il est temps de revenir à des latitudes moins nocives...

Écrit par : Géo | 13/11/2014

Dont't panic ! Je pense être libéré prochainement sur l'influence des autruches. Les babouins et les meerkats sont optimistes sur mon cas.

Mais, pour ce qui concerne les régions australes, Calu Schwab a certainement raison. J'avais remarqué une lumière crue dans les reportages tournés dans le sud du Chili et de l'Argentine. Selon Calu, ce phénomène est dû à la disparition progressive de la couche d'ozone sur l'Antarctique. Ici, sous le tropique du Capricorne, la lumière est TRES agressive. Plus qu'en Chine, sous le tropique du Cancer.

A moins que ce ne soit à nouveau sous l'effet de mon imagination déliquescente.

Écrit par : rabbit | 14/11/2014

L'émission de la 3 que nous a signalé Ambre et dans laquelle nous avons eu l'occasion de visiter votre Bäckerei/Konditorei abordait la qualité de l'air pour voir les étoiles.
http://www.tivoli-astrofarm.de/e_tivoli_astrofarm.htm
Cela ne peut qu'avoir des incidences sur la manière dont nous voyons la nôtre...
Le ciel de Tombouctou est très bien aussi, mais trop de vents de poussière ou de sable. J'y ai admiré depuis mon lit sur le toit le passage de la comète de Haley...

Écrit par : Géo | 14/11/2014

En effet, la nuit le ciel brillait de milliers d'étoiles!

"Célèbre pour ses déserts, sa savane et sa faune, la Namibie peut se targuer d’un des plus beaux ciels de la planète. Les astronomes du monde entier rêvent d’y contempler nébuleuses, étoiles, galaxies et régions de la Voie Lactée, invisibles depuis l’hémisphère Nord. Mais le ciel namibien pourrait révéler d’autres secrets. Sur le plateau du Gamsberg, les cinq antennes de l’observatoire international HESS traquent les turbulences et les déchaînements les plus violents de l’univers."

Écrit par : Ambre | 14/11/2014

Fichtre ! moi qui pensait que ce pays était l'anus mundi.
Et qui paie pour toutes ces excentricités astronomiques: encore les Chinois (中国人) ?
La comète, je l'ai vue depuis ma fenêtre, à Lausanne, et j'attends les 10 prochains passages. Géo, on fera le bilan des observations après.
Emission, émission: je n'ai pas vu la télé depuis 3 mois. Je pense qu'on peut s'en passer, bien que ce soit une addiction forte pour ceux qui sont persuadés d'y voir la vraie réalité.

Écrit par : rabbit | 14/11/2014

La télé, on s'en passe très bien. Mais c'était rigolo de voir la Namibie et Swakopmund et ses boules de Berlin. Merci Ambre. Mais le reste du temps, il n'y a rien d'intéressant. Plus on a de chaînes, moins ça l'est. C'est assez logique, d'ailleurs. Ils se copient tous en se vautrant dans le vulgaire...

Il y a dix minutes, j'ai bloqué les freins devant un chevreuil peu respectueux des usages de la circulation. Il lui restait après encore une route à traverser avant de rejoindre sa forêt, j'espère que ça s'est bien passé pour lui. Sinon, je n'aurais pas dû freiner. Mais parer une bête au bord de la route, cela doit être assez mal vu des minettes qui nous servent de policiers aujourd'hui. Mais cela vaut une autruche ou un singe...

Écrit par : Géo | 14/11/2014

Oui, je le dis aussi : la télé on s'en passe fort bien! Je ne suis pas sûre que j'aurai regardé l'émission sur la Namibie et sur Swakopmund en particulier si vous n'y étiez point en résidence Rabbit.

La télévision c'est comme pour Internet, il faut être très sélectif.
J'aime beaucoup les émissions "animalières" et hier soir par exemple, j'ai vu des images belles et cruelles (mais j'accepte la cruauté des fauves, indispensable à leur survie); là c'était particulièrement cruel : des lions et leurs petits qui, d'habitude font leur choux gras des buffles, attaquaient des éléphanteaux et leur "peau" était si dure à mordre qu'ils mangeaient l'éléphanteau encore vivant. On entendait celui-ci gémir de douleur. C'était terrible mais les images étaient extraordinaires.
Les éléphanteaux pourtant me font craquer.

On peut les revoir ici :
http://www.arte.tv/guide/fr/048067-000/l-instinct-de-survie-des-lions-de-xakanaxa

Écrit par : Ambre | 14/11/2014

Eh bien, eh bien, voilà des aspects de votre personnalité que nous ne soupçonnions pas, Ambre...
Cela me rappelle la femme d'un ami, très choquée par le spectacle du viol d'un jeune éléphant de mer par un mâle qui venait de perdre le combat final pour se reproduire et qui s'est dit qu'après tout, ce petit jeune qui a l'air de ricaner...
Les animaux sont aussi pires que les humains, pour parler djeune. Je me demande si c'est bien de laisser ces choses à la vue de tout le monde...

Écrit par : Géo | 14/11/2014

En effet, ça va inciter les innocents à l'action. Du bon ou du mauvais côté, cela ne nous regarde pas. Chacun pour soi. Rien n'a changé depuis 50'000 ans que notre cerveau a atteint sa forme définitive. Et les métaphysiciens, avec leur poudres de perlimpinpin, ont gâché de la matière grise pour rien. Oui, Ambre cumule plusieurs personnalités: c'est un cas très intéressant. Si vous avez failli écharper un chevreuil, c'est que vous descendiez de Villars ou de Panex. Rien ne nous échappe, nous contrôlons déjà une grande partie de votre planète. La guerre des mondes a commencé…

Écrit par : rabbit | 14/11/2014

"c'est que vous descendiez de Villars ou de Panex" Mais non, cet idiot venait de la plaine et voulait rejoindre la forêt qui recouvre la colline de Plantour.
recherchez "Plantour et les Alpes vaudoises - 1902 - Huile sur toile (33 x 56 cm)
sur le site .
http://www.frederic-rouge-peintre.ch/Peintures/Paysages2.htm

Écrit par : Géo | 14/11/2014

Bon, le paysage a un peu changé depuis 1902...

Écrit par : Géo | 14/11/2014

Et ce soir, le combat se passait entre les hyènes et les vautours (et les chacals). Des images sublimes au ralenti.

Nous avons tous des personnalités multiples non? Le contraire serait bien fade. Peut-être bien que je suis "un cas", intéressant, j'en suis persuadée [Rires]; mon manque de modestie m'a toujours nui (0_0). Mais sachez que cette personnalité ne s'exprime sans complexe que par écrit. Oralement je suis frappée de mutisme, de trac, de timidité, je ne sais pas m'exprimer, je bafouille, je deviens d'une banalité affligeante. Lorsque je passais des examens, je prenais des bêta-bloquants pour me désinhiber (ça marchait bien). C'est pourquoi je mène une vie de solitaire et quand je suis capable de parler sans complexe, avec des partenaires de golf par exemple, les sujets ne m'intéressent pas. Alors oui, je suis un cas et quand on veut ironiser sur mon cas, d'aucuns disent que je suis une incomprise.

En revanche il m'arrive tout de même - dans des moments que je qualifierais de miraculeux - d'être capable de m'exprimer, quand je sens une empathie (réciproque) et là, justement, l'oral devient superflu et le silence même, remplace avantageusement la parole et tout ce blablabla qui est encore plus vide que le vide qu'il tente de remplir.

Hier j'ai fait un truc dingue (pour mon âge et pas du tout féminin) : j'ai shooté dans une canette vide qui se trouvait sur mon chemin (0_0)! avec un plaisir jouissif et qui a laissé pantois des ados qui me regardaient.

Bon, après cette séance sur le divan, je peux aller me reposer... avant qu'on m'interne.

Ce que j'aime dans la vie : le rire, et le silence. Rencontrer un chevreuil sur ma route me ravirait. Le petit cri des pipistrelles et le hululement des chouettes la nuit me manquent. A la campagne je restais éveillée pour les écouter. Mais ne me demandez pas de me lever à l'aube pour aller observer le brame des cerfs en Sologne, le matin je suis au radar... pendant quelques heures.

Allo? Y a-t-il un fou qui voudrait vivre avec moi? Hi! Bon, de toute façon, il est trop tard.

Écrit par : Ambre | 14/11/2014

"Bon, le paysage a un peu changé depuis 1902..."
Mais les montagnes (magiques)sont toujours là.

Écrit par : Ambre | 14/11/2014

"C'est pourquoi je mène une vie de solitaire et quand je suis capable de parler sans complexe,(...) les sujets ne m'intéressent pas."
Ce doit être la caractéristique principale de ceux qui se retrouvent sur des blogs...
"j'ai shooté dans une canette vide qui se trouvait sur mon chemin" Tout ce qui déstabilise l'image que les ados se font de ceux qui se trouvent sur Terre depuis plus longtemps qu'eux a du bon en ce sens qu'ils se gavent de stéréotypes et que ce n'est pas bon pour leur santé...Y a pas que le coca qui est nuisible.
"Mais les montagnes (magiques)sont toujours là." Malgré la volonté de certains de les raser pour voir la mer...

Écrit par : Géo | 15/11/2014

"Allo? Y a-t-il un fou qui voudrait vivre avec moi?" La question est plutôt de savoir si vous avez réellement envie de vivre avec un fou...

Écrit par : Géo | 15/11/2014

Oui, je situe très bien l'endroit, même à 12'000 km. Nous maîtrisons l'espace aussi bien que le temps. Mais pour monter jusque-là en 1902, il fallait de bons mollets, non ? En 1902 ma grand-mère était préceptrice en Silésie et n'avait pas encore rencontré mon grand-père. Donc, à cette époque, je n'étais encore qu'une hypothèse dans l'infini. Il va faire chaud aujourd'hui, je le sens.

Écrit par : rabbit | 15/11/2014

"En 1902 ma grand-mère était préceptrice en Silésie" La mère de mon grand'père en Russie; décidément les Vaudoises (et les Vaudois, bien sûr : Frédéric-César de la Harpe, Jomini...) avaient la cote par là-bas...
"il fallait de bons mollets, non ?" Le chevreuil est bien équipé pour, en tout cas. Le pavillon de Plantour, que l'on devine de la plaine, est un peu plus accessible que le refuge Vallot...

"Il va faire chaud aujourd'hui, je le sens." Ici, les merveilleuses montagnes sont perdues dans les nuages et il tombe une pluie froide. Un temps idéal pour se mettre à ces tâches qu'on néglige en raison du trop beau temps et aux questions philosophiques du genre : "Est-il temps de mettre les pneus neige à ma voiture ?"

Écrit par : Géo | 15/11/2014

La question est d'actualité en haut de la boule, mais chez vous, novembre est souvent piégeur. Il peut neiger dans la première moitié du mois, puis plus rien jusqu'en fin février. C'est à vous de trouver le break even de ce passionnant problème économique.
Vous pouvez commencer par un simple tableau des "pour" et des "contre", puis sommer le tout en pondérant ou pas. Ou carrément vous lancer dans un diagramme KJ, ou même celui d'Ishikawa si la question devient cruciale. Le tout est d'arriver à un résultat interprétable avant Pâques.
Mais si vous préférer aborder le sujet par une réflexion philosophique, il est préférable de laisser votre voiture au garage un an ou deux.

Écrit par : rabbit | 15/11/2014

Je réponds dans le désordre.
"La question est plutôt de savoir si vous avez réellement envie de vivre avec un fou..."
Ma seule expérience de vie en couple fut avec un artiste et, la plupart sont fous et il l'était. Il me serait après cette expérience, difficile (j'imagine) de vivre avec un homme normal. Cela dit, je suis (j'en suis sûre) invivable et, justement, il faudrait être fou... d'amour (*_*) pour vivre avec moi.
Pourtant, vieillir seule... quelle angoisse. Hum!
.../...
Je n'ai aucuns souvenirs de mes grands-mères...
.../...
"Il va faire chaud aujourd'hui, je le sens."
Ah oui! Vérifié : près de l'océan 26°, dans le désert 38°. Le ciel cette nuit va être plein de constellations.
Finistère, ciel bleu, un peu frisquet. Temps revigorant.

"le break even" un terme utilisé en économie. On s'instruit via les blogs. Mais celui là j'aurai du mal à le replacer dans mes réunions de famille!
"Break-even (or break even) is the point of balance between making either a profit or a loss."

Écrit par : Ambre | 15/11/2014

"the point of balance between making either a profit or a loss."
Vous savez, quand concrètement, vos prix de production sont supérieurs à vos prix de vente, vous n'avez pas besoin de faire un doctorat d'économie pour comprendre que vous avez un problème...
Idem pour "vieillir seule" : suivez les recettes du bon Dr Rabbit. Un bon vieux tableau des avantages et inconvénients.
Positif : Vous n'êtes plus seule...
Négatif : Oui, et alors ? On meurt seul, de toute façon...
Positif : Vous vous endormez avec qqn dans votre lit...
Négatif : Oui, qui pète, rote, tourne ses 95 kg de gauche et de droite toute la nuit...et qui ronfle, j'oubliais. Et qui vous prend pour une infirmière le cas échéant.
Positif : Il fait le café le matin et va chercher des croissants...
Négatif : Vous n'avez pas le courage de dire à ce gros idiot que vous n'aimez ni le café ni les croissants...
Je peux continuer comme ça pour toutes les heures de la journée...
Ah, et puis vous pourriez imaginer faire l'amour ! C'est très recommandé par toutes les sexologues des magazines féminins, toutes des femmes, vous avez remarqué ? C'est-à-dire qu'elles n'ont aucune idée comment fonctionnent les hommes, et c'est assez évident, croyez-moi.
Alors n'oubliez pas de dire à votre nouveau partenaire, ce grand fou, d'aller faire un ECG avant d'utiliser du Viagra. Et allez-vous utiliser un préservatif ? Et si oui, vous aimez les longues fellations ? Cela ne vous fait pas mal à la mâchoire ? Et vous-même, avez-vous pensé à vos éventuels problèmes de sécheresse vaginale ?
Bref, autant je conçois que les vieux couples qui se sont supporté durant 40 ans trouvent du plaisir à l'acte sexuel, parce qu'ils se connaissent à la perfection, autant imaginer une nouvelle relation à partir d'un certain âge relève de la galère pure et simple.
Alors oui, si jamais, il faut admirer et remercier les dames qui sont d'accord de faire commerce de leur corps. Il paraît que cela existe pour les dames aussi, même si la plupart du temps cela passe par un voyage à l'étranger.
Il paraît qu'en France, on punit les clients des prostituées ? Punit-on les charters féminins vers le Sénégal, le Kenya ou la Tunisie ?

Écrit par : Géo | 15/11/2014

@ Géo : Berk berk berk! Vite passons sur ce que vous venez d'écrire. Vous confondez amour et sexe, à la soixantaine (bien entamée) laissez tomber l'un et pensez à LA TENDRESSE BORDEL! Tsss! Et, chacun dans sa chambre.
Mais ça, c'est pour les vieux/vieilles SEUL(E)S qui ENVISAGERAIENT de trouver un fou ou une folle pour finir leurs vieux jours.
CE QUI N'EST PAS MON CAS car, comme vous, je pense que : "imaginer une nouvelle relation à partir d'un certain âge relève de la galère pure et simple." Je dirai même plus : relève de l'absurdité voire de la démence. Oui, carrément!

"Je peux continuer comme ça pour toutes les heures de la journée..."
Ah non merci, pitié! Pas besoin de ces détails glauques.

Bonne journée

Écrit par : Ambre | 15/11/2014

Tiens, comme par hasard, nous sommes encore une fois d'accord. Cela devient de plus en plus inquiétant...

Écrit par : Géo | 15/11/2014

Cela dit, on assiste de-ci de-là à la naissance de communautés de personnes qui ne veulent pas rester seules la retraite venue. Mais c'est plutôt des communautés de femmes. Il y en a à Zurich, mais je crois en France aussi. Très franchement, je n'en ai pas envie pour moi, à moins que les possibilités de s'isoler soient suffisantes. Encore que...
On imagine le tintouin des tâches communes, la tyrannie à la cuisine (ah mais non, on ne fait pas ceci comme cela à cause de parce que...Rien qu'en couple, hein...).
J'ai vécu en communauté quand j'étais un jeune crétin gauchiste. C'est vrai qu'il y avait des côtés très sympas, et que personne ne se souciait beaucoup de la propreté des escaliers. Mais quand on est tous devenus plus ou moins des vieux cons (les pires étant ceux qui ne le savent pas...), je crains le pire...

Écrit par : Géo | 15/11/2014

"J'ai vécu en communauté quand j'étais un jeune crétin gauchiste."
Minute, je me pince. Non, c'est pas vrai. Crétin je veux bien le croire (aïe! pas la tête) mais gauchiste (rires de baleine). Géo gauchiste quand il était" djeune". Ô-mon-Dieu-maman; je ne le crois pas! (*_~)

La nuit je mens...
http://youtu.be/qAfmdtS7QHo

Écrit par : Ambre | 15/11/2014

"Géo gauchiste quand il était" djeune"" Il n'y a pas pire que les fumeurs repentis pour l'intolérance envers ceux qui fument encore, phénomène bien connu. Et les ayant bien connus de l'intérieur, on observe les mêmes jeux de pouvoir que partout. Et la mauvaise foi et le parti pris dans tous les arguments. Etc, etc...
Quant à "crétin", j'assume...
Mais plutôt que vieux con, je reviendrais plutôt sur votre citation de Vian : "Se souvenir de ne jamais devenir une vieille baderne muette à fort pouvoir d’espérance de vie blasée" Entre moi et cette définition, il n'y a que le mot "muette" qui ne colle pas. Maintenant, reste à définir ce qu'est une vieille baderne ? Quelqu'un qui n'aime pas les émissions de téloche (cf.plus haut) ?

Écrit par : Géo | 16/11/2014

J'aurai dû rajouter à "ce que j'aime dans la vie :le rire, le silence" et l'humour.
C'est vous Géo qui avait utilisé le premier l'expression de "vieille baderne" vous devez donc avoir votre propre définition.
L'officielle :
1. homme usé, gâteux
2. militaire âgé et borné

"Vieux con" : j'ai le sentiment qu'il y a toujours un côté vieux con à un moment ou à un autre quand on est vieux (et vieille) même chez les vieux les plus brillants, les plus passionnants. Et ça, c'est un truc sur lequel nous devons veiller constamment pour ne pas l'être, car saisir ce moment où on risque de le devenir permet peut-être d'y échapper.
... Mais il y aussi des jeunes cons!

Écrit par : Ambre | 16/11/2014

Zut : c'est vous... qui avEZ

Écrit par : Ambre | 16/11/2014

"Et ça, c'est un truc sur lequel nous devons veiller constamment pour ne pas l'être" Ouais, sauf qu'à l'autre bout il y a ceux qui veulent ressembler aux djeunes à tout prix. Il est évident qu'arrivé à un certain âge, on voit bien que les valeurs ont beaucoup changé autour de nous. A cela s'ajoute la situation de la Suisse au milieu d'un système totalitaire et impérial qui s'appelle l'Europe. Cet empire a de plus en plus de peine à supporter ce "petit village gaulois" au milieu de son territoire. Beaucoup de Gallo-romains sont totalement vendus aux Romains, pardon aux Européens. Pour le fric à court terme. Ils sont organisé en partis, le parti-libéral radical (parti des affairistes) et le parti socialiste (parti des fonctionnaires ultra-privilégiés), l'UMPS chez vous. Quand on défend l'indépendance de la Suisse par rapport à ces pourris, on est immédiatement traité de vieux con.
Vous voyez la problématique...

Écrit par : Géo | 16/11/2014

Sur le plan de l'insociable sociabilité, je suis d'accord pour relever avec vous que le seul problème des hommes de notre âge reste la libido des femmes après la ménopause, mais pour ce qui est de de l'Europe, je ne saisis pas en quoi la Suisse fait exception avec le reste du continent (qui se prolonge jusqu'en Chine, heureusement pour ceux qui veulent prendre du recul).

Écrit par : rabbit | 17/11/2014

"en quoi la Suisse fait exception avec le reste du continent" Principalement la non-appartenance à la zone euro. Des conditions-cadre pour le moment encore nettement préférables, mais cela se gâte de jour en jour. La démocratie directe et non cette ambiance "c'est Bxl qui décide de tout...", la mise à la norme européenne de tout...
On a les yeux un peu trop fixés sur la France, sur ses impôts confiscatoires, son code du travail de 3000 pages, son armada de fonctionnaires. Mais il y a l'Italie qui depuis la fin de la guerre vit dans une économie parallèle à cause de la force de ses syndicats, la Grèce et sûrement quelques aimables contrées aux habitants très doués dans l'art de recevoir des subsides européens, genre Corse...
Mais la Suisse s'européanise très vite, vous avez raison. Curieux du 30 novembre...
Et quant à parler de continuum du Cabo de Roca jusqu'à la Chine, disons que je suis assez peu convaincu de cette réalité. Ou alors en niant les humains ?

Écrit par : Géo | 17/11/2014

C'est ça, Géo, les humains, la multiplicité des existences possibles comme autant d'expériences de la réalité. Un fois les humains replacés dans leur contexte, le néant où ils vont et viennent, la nature reprend ses droits et les choses deviennent simples. Très simples.

Bon, je vous laisse. Je dois faire un saut à Swakopmund pour acheter le machin qui est au bout des tuyaux lorsqu'on veut couper du métal avec de l'oxygène et de l'acétylène. Ils ont cassé celui qu'ils ont amené de Chine. Très simples, disais-je.

Écrit par : rabbit | 18/11/2014

Ah, rien de tel que de goûter aux joies de la logistique en Afrique pour se dire qu'après tout, novembre en Suisse peut bien être froid ou triste ou ennuyeux ou je ne sais trop quoi, y a pire...
On finira tous en enfer africain : un jour il n'y a plus d'allumettes, l'autre jour plus de fioul...

Écrit par : Géo | 18/11/2014

«le seul problème des hommes de notre âge reste la libido des femmes après la ménopause»

Hum...! Disons (aussi) que... les femmes après la ménopause (dans le plus simple appareil)... ça coupe le peu de libido qu'il reste aux hommes de notre âge...

Écrit par : petard | 19/11/2014

@Pétard c'est la raison pour laquelle Tino Rossi chantait la vie commence à 40 ans mais c'était surtout pour les femmes qui dès la quarantaine après l'ablation de leur pouponnière ambulante /matrice / retrouvaient leurs forces de jeunes gazelles
Il n'y avait rien de tel pour redonner une seconde jeunesse au couple surtout que très souvent les jeunes femmes n'épousaient que des hommes mûrs et bien dans leur tête ,sortis de leurs éternelles crises d'adolescents
Et c'était l'époque ou les associations et ONG avaient d'autres chats à fouetter que d'émettre des préjugés et autres a priori dans la vie du couple qui restait libre dans sa tête, dans son corps et son esprit

Écrit par : lovsmeralda | 19/11/2014

Version Business School: une fois l'usine à bébés délocalisée, l'ancienne stratégie marketing n'a plus aucune raison d'être.

Écrit par : rabbit | 19/11/2014

"ça coupe le peu de libido qu'il reste aux hommes de notre âge..."
A mon avis - et je vais me faire lyncher par Homme Libre -, c'est réciproque.
D'où l'idée que je comprends les vieux couples qui continuent tranquillement leurs activités horizontales (d'autant plus facile à parler d'"horizontales" que porter sa partenaire, à partir d'un certain âge...), mais que si madame a décidé à 60 ans qu'elle allait jouir d'une retraite bien méritée, donc toute seule, il ne reste à monsieur que la fréquentation des gentes dames du trottoir. Sauf que ce n'est guère satisfaisant et que c'est à l'amour ce que le gros rouge est au romanée-conti. Voilà une comparaison qui doit parler à petard, soit dit en passant...

Écrit par : Géo | 19/11/2014

il fut un temps où même les dames du trottoir... c'était pas si simple, ça devait se mériter, se conquérir... il arrivait même parfois, cerise sur le gâteau, que ça pouvait être gratuit, ou pas trop dispendieux. Evidemment, c'est fini tout ça avec Schengen !

Écrit par : petard | 19/11/2014

Ah bon ? En Afrique, vous vous faites draguer par des créatures de rêve quel que soit votre âge ou votre physique et cela peut être gratuit...à condition de ne pas tomber dans le mariage...et de ne pas vraiment compter. Mais ce n'est pas commercial comme en Europe. Je serais un brin cynique, je dirais que c'est comme le mariage en Europe, vous voyez ?

Écrit par : Géo | 19/11/2014

comme dirait une grand- maman malheureusement décédée ,mon dieu que de drames pour un petit bout de viande qui pendouille la plupart du temps
on est bien obligée de rire en vous lisant tous

Écrit par : lovsmeralda | 19/11/2014

"mon dieu que de drames pour un petit bout de viande qui pendouille la plupart du temps" Ah ça, il y a longtemps qu'on a compris que les femmes n'en ont rien à fiche mais qu'elles ont compris tous les avantages qu'elles pouvaient en retirer financièrement parlant. Avec ou sans mariage...

Écrit par : Géo | 19/11/2014

Et la tendresse, bordel !
Quoi qu'il en soit, personne n'est innocent dans ce marché de dupes, foi de Rabbit.

Écrit par : rabbit | 20/11/2014

Les commentaires sont fermés.