27/12/2014

Le selfie au secours de la chirurgie faciale

 

Depuis qu'on a pris goût de se photographier soi-même avec son ordi de poche, l'antique démon du narcissisme nous reprend partout dans le monde. Ces clichés à la sauvage ont l'inconvénient de nous présenter au naturel: nez non poudré, sourires spontanés dévoilant des dents creuses, calvitie naissante mal camouflée. Et parfois une mâchoire qu'on ne savait pas si chevaline. Selon le site d'information étasunien Quartz , les praticiens de cette nation spécialisés en chirurgie maxillo-faciale seraient assiégés par des «patients mécontents de l'image qu'ils présentent sur les réseaux sociaux».

Dans la mythologie poétique d'Ovide, le beau chasseur Narcisse se contentait, lui, de s'admirer tel quel dans le reflet d'une mare. Aujourd'hui, ses émules – surtout les moches – veulent y apporter des corrections, pour le plus grand enchantement financier des «Léonards de Vinci de la chirurgie esthétique moderne». Loin de s'en glorifier, ces lointains disciples d'Hippocrate ont le toupet de geindre encore: ces gens «arrivent avec des selfies qu'ils montrent au médecin pour montrer ce qu'ils veulent améliorer».

A une aune différente, la France elle-même ne supporterait plus de se regarder dans une glace – cela via des selfies sondagiers virant à une obsession compulsive. Dans un entretien accordé avant Noël à notre confrère parisien Libération, la très parisienne psychanalyste Cynthia Fleury traduit ce désamour des Français pour eux-mêmes comme un «narcissisme déçu, une passion pour soi qui ne s'assume pas». Comment dès lors guérir nos chers voisins d'outre-Jura que nous aimons tant (hypocritement parfois) de ce mal bénin? En leur suggérant de cacher leurs laideurs par du fard, au pire par une burka. Ou par l'idée simple et originale de la cuisinière d'une patricienne de la Riviera vaudoise, une précieuse de chez nous, et du temps où l'on donnait des ordres aux domestiques. Chargée de rapporter du marché de Vevey «une belle volaille» pour quelque réveillon, la pauvre Sabine n'y trouva qu'une pintade maigre et pouette, mais aussi des mots pour se défendre. «Madame, vos convives n'y verront rien. Je la rendrai appétissante en l'ornant de beaux légumes. Exactement comme vous le faites chaque matin sur votre visage en vous maquillant.»

 

 

 

 

Commentaires

Tiens, cela existe encore, "Libération" ? Curieux, ce besoin chez les banquiers de gaspiller leur fortune pour des danseuses bancales...
Du temps de "Nana", on devait se sentir plus valorisé, non ? S'il faut soigner son ego, ce n'est pas en suivant les Guignols de l'info que cela va le faire. Les Français ont viré masochistes, voilà ce qu'il y a. Ils n'aimaient pas Sarko ? Ils ont voté Hollande...
Que dire de plus ?

Écrit par : Géo | 27/12/2014

Il me semble que le titre va disparaître l'année prochaine :-)))

Le problème avec les selfies est qu'ils offrent souvent une image légèrement convexe, ce qui se traduit par un gros nez, des yeux globuleux et un menton fuyant, un peu comme quand, enfant, on s'amusait à se regarder dans le dos d'une cuillère. C'est un peu exagéré, mais il y a quand même une petite déformation, alors prendre ce genre d'images comme support pour savoir ce qu'on veut améliorer...

Écrit par : Inma Abbet | 28/12/2014

> Yes ! certainement un objectif inférieur à 50 mm, qui correspond à la vision de l'oeil. Il faut donc prendre la photo à une distance adéquate, hélas plus grande que celle d'un bras humain. Ce qui devrait être une bonne raison d'arrêter ces clowneries, trouvez pas ?

> Oui, Géo. Mais entre deux parties de polo, ce devait être jouissif de pouvoir de virer Serge July, non ?

Écrit par : Rabbit | 28/12/2014

Je n'ai fait qu'un seul "selfie" avec mon appareil de photo à bout de bras (pas mon portable) depuis que cela existe, cet été, près d'une belle sculpture. Waouh! La photo est terrible... de vérité, les chirurgiens auraient du boulot : botox, lifting... Je me suis fait peur, le gros plan ne pardonne rien. J'ai eu l'audace de l'envoyer à un ami... que je ne cherche pas à séduire puisque c'est vraiment un ami. Il ne m'en a rien dit [Rires], seulement : belle sculpture;-)
J'ai beau "orner mon visage chaque matin" avec "de beaux légumes"... euh! avec des crèmes aux plantes, il n'est guère plus "appétissant".

Autoportrait récent (mais pas "selfie", donc plus flatteur).

http://4.bp.blogspot.com/-Zb7J7thiYF4/VDBiL31jxrI/AAAAAAAAJTc/1XvbldELVzU/s1600/DSC00479%2Bcopie.jpg

L'autoportrait - en plus d'être narcissique - est le comble de la solitude. L'autoportrait n'a rien à voir avec le "selfie".

Le "selfie", à plusieurs, entre amies est, lui, plus joyeux et, partagé. C'est amusant (pour la jeunesse); dommage si - pour quelques-uns - ça débouche sur "un désamour d'eux-mêmes".

" [...] nos chers voisins d'outre-Jura que nous aimons tant (hypocritement parfois)..." Vraiment? Hum! Hi!

Écrit par : Ambre | 28/12/2014

"ce devait être jouissif de pouvoir de virer Serge July, non ?"
Franchement, vu le nom du banquier, il eût été préférable de s'occuper de moutons...

Écrit par : Géo | 28/12/2014

C'est Philippine qui garde le chai (on dirait une définition de mot croisé du Figaro).

Écrit par : Rabbit | 28/12/2014

Cela tombe bien, elle a un prénom de bergère XVIIème...

Écrit par : Géo | 29/12/2014

Celle de Lescare Paulette ?

Mais, ce qui est consternant, c'est d'apprendre son décès en août dernier alors que je venais de débarquer aux Colonies. Qui va s'occuper de notre pinard, Géo ? Il y a des choses dignes de respect, même dans un monde en putréfaction.

Écrit par : rabbit | 29/12/2014

C'est à vérifier, mais j'ai fortement l'impression que la production ovine avec petits rubans a continué au Trianon après le décès malheureux de cette chère Marie-Antoinette...

Écrit par : Géo | 29/12/2014

Un décès ? Un crime abominable commis par une bande de serial killers dégénérés, oui !
Je viens de relire le livre de Stefan Zweig consacré à la chère disparue. Notez que depuis cette époque, là bas, les mauvaises manières perdurent. Les Chinois ont longtemps idéalisé la France comme parangon du pays romantique. Je les ai avertis qu'un pays où l'on coupe la tête d'un roi et d'une reine ne pouvait en aucun cas être romantique. Les événements autour des Jeux de 2008 ont achevé de les convaincre.
Des ovins dans la ferme à côté de Trianon-des-Bois ? C'est bien possible, pour le méchoui.
Autre chose à votre service ?

Écrit par : Rabbit | 29/12/2014

"un pays où l'on coupe la tête d'un roi et d'une reine ne pouvait en aucun cas être romantique" Cela dépend où on place le romantisme, notion assez vague...

"...Siéyès, Brissot, Camille-Desmoulins et Danton qui, selon l'auteur américain Alan Stang, auraient appartenu aux Illuminés bavarois*. Comme aussi Marat, qui retrouvait Robespierre et Mirabeau au Comité secret des Amis Réunis.
(...) D'autre part, on remarquera qu'au Couvent de Wilhelmsbad, en 1782, Weishaupt avait assuré sa mainmise sur la Maçonnerie allemande; et..."les confidences du F..comte de Virieu sur le congrès de Wilhelmsbad ne peuvent laisser de doutes sur les projets de destruction des monarchies catholiques par les Illuminés d'Allemagne"...
Et M.Ch.Fronsac fait remarquer que c'est à ce dernier congrès que les Francs-Maçons français et anglais y arrêtèrent leurs plans et que le roi de France fut condamné à mort".

En me renseignant sur Siéyès, je tombe sur ceci :
"Ernest Seillière relève chez Sieyès une exhortation à l'opposition entre le tiers état, vu comme d'origine gallo-romaine, contre l'aristocratie, décrite comme étant d'ascendance germanique[2] (franque); Sieyès proposait de "renvoyer dans les forêts de la Franconie toutes ces familles (nobles) qui conservaient la folle prétention d'être issues de la race des conquérants et de succéder à leurs droits"[3]."

Je m'étais demandé depuis longtemps ce qu'il était advenu des relations entre Francs et Gaulois...

* A ne pas confondre avec l'Illuminé lausannois qui persiflote sur ce site...

Écrit par : Géo | 29/12/2014

C'est juste, pour la bande de serial killers dégénérés... Justement, j'ai lu il y a peu une autre biographie de Stefan Zweig ("Fouché") qui décrit le même processus, cette fois du point de vue de ladite bande.

Écrit par : Inma Abbet | 29/12/2014

Lisez le texte de Jung que j'ai posté chez David Laufer; il vaut son pesant de couleuvres à avaler pour les idéologues d'aujourd'hui...

Écrit par : Géo | 29/12/2014

Gentile Signor Géo ou GSG*

"À ne pas confondre avec l'Illuminé lausannois qui persiflote sur ce site..."

Ben dites donc, Messire Géo!... C'est trop d'honneur!
Me traiter d'Illuminé et avec Majuscule!... Est-ce la magie de Noël qui vous transforme en bonhomme de pain d'épice aussi urbain?
J'espère que cette gentillesse vous quitte bien vite. Vos commentaires acrimonieux finiraient par me manquer sérieusement.
C'est pour la même raison que je vous conseille de faire très attention au froid. Couvrez-vous chaudement ces prochains jours, le froid c'est installé durablement par chez nous. Perdre un "ennemi" aussi sympathique pour un simple mais vilain refroidissement!... Quel gâchis!
Je vous souhaite donc une belle année 2015, la santé et surtout que votre gentillesse soit fugasse, que vous retrouviz votre magnifique hargne d'antan.
S'il est vrai que certains vieillards deviennent de moins en moins méchants avec l'âge... Pas vous, j'espère!
Que ferais-je d'un GG (Gentil Géo) ou encore d'un GSG*

* GSG = Géo Sans Gégène.

Écrit par : Père Siffleur | 29/12/2014

" - En effet, nous vieillissons tout doucement, dit le général. Tout d'abord, c'est notre joie de vivre et de voir nos semblables qui s'émousse. Peu à peu, le sens de la réalité prédomine en nous. Nous pénétrons mieux le sens des choses et nous assistons avec ennui à la succession d'événements qui se répètent. Le noter est déjà un signe de vieillesse. Quand nous avons bien compris par exemple qu'une coupe n'est qu'une coupe et que les pauvres humains - quoi qu'ils fassent - ne sont que des créatures éphémères, c'est que nous sommes alors vraiment bien vieux. "

Sandor Marai, Les Braises

Écrit par : Géo | 29/12/2014

Non seulement j'ai lu le texte de Jung mais j'en ai fait profiter quelques amis ;-)

Écrit par : Inma Abbet | 29/12/2014

Bonne question, Géo, que sont les Francs devenus ?

"Il n'a a pas lieu de parler d'une conquête ni d'un asservissement de la Gaule par les Francs, mais plutôt d'une protection et d'une alliance, suivies d'une fusion rapide. La manière même dont les choses s'étaient passées, (…), montre que l'élément gallo-romain avait appelé l'autorité de Clovis et que Clovis, de son côté, avait très bien vu que ce peuple désemparé, craignant le pire, désirait une autorité forte." Jacques Bainville, "Histoire de France".

L'administration sur place est restée romaine, avec son organisation est ses lois auxquelles les Francs ont dû s'habituer (ils étaient plutôt Rock'n'Roll, souvenez-vous du vase de Soisson).

Écrit par : rabbit | 30/12/2014

Et connaissiez-vous cette influence franc-maçonne si forte sur la révolution française en particulier et sur les élites européennes en général ?
Je dois absolument lire Stefan Zweig, merci de me le rappeler...
PS. Vous avez vu, il est bon d'agiter le barbon : cela lui donne de la distraction...

Écrit par : Géo | 30/12/2014

Souvenez-vous du vase de Soissons... Je confirme, je suis en train de lire une biographie (c'est plutôt un roman) de Frédégonde. Drôle d'époque...
S'il y a eu influence franc-maçonne sur la révolution française, c'est parce que toute la panoplie symbolique s'est développée à cette époque-là (voir "La flûte enchantée") pour dégénérer assez vite au XIXe siècle en trivialités mondaines.

Écrit par : Inma Abbet | 31/12/2014

Barbon: terme vachement fin XVIIe. C'est bien de sortir ces mots des archives alors que notre vocabulaire s'appauvrit. Salomon Reinach, dans son "Manuel de Philologie classique", en 1880, larmoyait déjà sur le fait que le français devenait progressivement une langue monosyllabique, comme l'anglais. Qu'en est-il today ?

Frédégonde: c'est elle, ou Brunehaut, qui a connu une fin tragique à Orbe ? Epoque épique s'il en est. Entre les années 400 et 800, c'est le trou noir. Sans les Romains, plus rien. Heureusement qu'il y a eu les moines irlandais pour venir refaire une vertu au continent et le Grand Charles (le premier) pour avoir une vision politique globale.

Écrit par : rabbit | 31/12/2014

"S'il y a eu influence franc-maçonne sur la révolution française, c'est parce que toute la panoplie symbolique s'est développée à cette époque-là"
Je ne crois pas. La franc-maçonnerie, à l'époque, C'EST la révolution française. C'est justement ce que je suis en train de découvrir et que j'ignorais...

"Sans les Romains, plus rien" Ce sont les invasions barbares. Il faut que les choses se mettent en place, les rapports de force se stabilisent.

"le Grand Charles (le premier)" Un peu un grand écart. Le premier parlait allemand, ce que beaucoup de monde a tendance à oublier...

Barbon : J'aurais du écrire "agacer le barbon" mais je n'y ai pensé que trop tard...

Écrit par : Géo | 31/12/2014

Karolus M.: on devait être polyglotte dans la famille et même maîtriser le latin de cuisine. Pépin de Herstal, Charles Martel, Pépin le Bref et lui sont tous nés dans l'Est de la Belgique actuelle. Et le francique est une langue qui ressemble à quelque chose entre le Néerlandais, le Luxembourgeois, le Lorrain et L'Alsacien. Pas 100% hochdeutsch.

Charles de G.: sa famille s'est fait connaitre au Parlement de Bourgogne au XVIe s. Origine Franc-Comtoise, région qui fut longtemps disputée entre le Duché de Bourgogne et le Saint-Empire Romain Germanique.

Méfiez-vous: cette histoire d'Illumaniti et de Francs-Maçons (Bavarois et Américains) mêlés aux Révolutions est évoquée chaque fois qu'on ressort la théorie du complot. Pourquoi pas encore les Rose-Croix, Renne-le-Château et le trésor des Wisigoth ? Continuez à fouiller la colline de Saint-Triphon, c'est plus concret.

Écrit par : Rabbit | 31/12/2014

Précisèment, cela semble bien documenté, cette histoire de Francs-maçons devenus carbonari ou Illuminés.
Et de toute façon, pour faire la révolution, il faut obligatoirement passer par la phase complot...

Écrit par : Géo | 31/12/2014

Anagramme ou les agassement du barbon!

Si seul, vous traverser l’Atlantique
Sur un léger canot pneumatique,
Mieux vaut-il être fervent Catholique
Ou n’être qu’un vilain Hérétique ?
Qu’importe, jamais ne serez «Bombard» !
Par contre, tout barbant cornard
Pourra vous affubler de doux noms
Dont celui, joli et désuet, de «barbon».
Ou, tout aussi bien, celui de birbe.
Oui, mais où trouver une rime en …irbe ?

Écrit par : Père Siffleur | 31/12/2014

Du moment que tout le monde peut lire votre blog, en particulier son dernier billet, je m'abstiendrais à votre place de traiter qui que ce soit de "barbant cornard"...

Écrit par : Géo | 31/12/2014

Messire Géo,
Vous qui aimez à corriger mes fautes d'orthographe! Je me permets de vous signaler que "précisément" s'écrit avec deux accents aigus.
Et le jour où vous aurez les "couilles" (vous savez, ces trucs que les vrais hommes ont entre les jambes) de réaliser votre propre blog et qu'il mes sera possible d'en lire vos propres billets, nous reparlerons du reste.

Je réitère (ici, il y a effectivement un accent aigu et un grave!)mes voeux pour 2015... À tous d'abord, à vous ensuite ainsi qu'aux autres barbants cornards indispensables à ce site.

Écrit par : Père Siffleur | 31/12/2014

Vous savez comme moi que ces amis de la liberté d'expression m'ont supprimé mon blog, et donc...
Quant à vos billets et à propos de couilles, il serait bon que vous utilisiez aussi ce qu'il y a entre vos deux oreilles pour les écrire...
Est-ce qu'au moins vous êtes conscient que vous faites au bon Dr Haury exactement ce que vous lui reprochez d'avoir fait il y a 32 ans ? Je n'en suis même pas sûr...

Écrit par : Géo | 01/01/2015

Rabbit@ vous aviez raison pour les Rose-Croix:

"Les sociétés secrètes sont à l'origine de la première grande vague d'agitation contre le Congrès de Vienne en Europe au début des années 1820. En raison de la répression, ces sociétés, comme les Carbonari ou la Charbonnerie, constituaient alors le seul moyen d'expression politique.

Le phénomène politique et insurrectionnel de la Charbonnerie fut d'abord italien, avant de connaître par la suite des ramifications en France. C'est le révolutionnaire français Pierre-Joseph Briot, lui-même franc-maçon du rite de Misraïm et « Bon cousin charbonnier » du rite du Grand Alexandre de la confiance, qui importa ce rite à Naples, fin 1809. Il participa sans doute à l'unification secrète des divers groupes italiens sous l'égide de la Carbonaria.

La figure de l'Italien Buonarotti, héritier lui aussi de l'illuminisme émancipateur du christianisme ésotérique du XVIIIe siècle (avec des sources rosicruciennes) doit être soulignée: Il fut l'âme, avec Briot, des insurrections en France et en Italie, en Belgique et jusqu'en Pologne, à la tête de la Haute Vente.

L'inquiétude du pouvoir vis-à-vis de ce mouvement transparaît dans plusieurs passages de Lucien Leuwen de Stendhal. À la revendication d'une monarchie constitutionnelle libérale venait s'ajouter la volonté d'unité et d'indépendance nationale." (Wikipedia)

Écrit par : Géo | 01/01/2015

Les commentaires sont fermés.