14/02/2015

Sagesses piquantes d’une dent-de-lion

Il ne faudrait la manger qu’à l’orée du printemps. Désormais, on la cultive pour la faire figurer dès Noël sur la carte des restaurants. Il y a 30 ans, les cuisines émaillées de bleu et blanc du Café Romand, alors sous le règne de la famille Péclat, ne servaient que de la dent-de-lion «sauvage». La précieuse denrée leur était rituellement fournie par un couple de vieillards, chenus comme neige mais aux jambes alertes et chaudement chaussés. A la mi-février, ces Philémon et Baucis vaudois arpentaient à la fraîche nos tertres et collines pour la cueillir au naturel dans des orées secrètes, aussi mystérieuses que des «coins à bolets». Là où la dicotylédone anémochore (son nom scientifique) montre dans le froid le bout de son nez, avant d’éployer ses languettes effilées et ses nageoires végétales. C’est parce qu’elles sont dentelées en crocs de fauve, découpées aux ciseaux de quelque décoratrice de théâtre d’ombres, qu’on a appelé la plante entière comme ça.

 

Mais pour qu’elles ne piquent point la langue et trouvent une pleine saveur, il faut les réduire davantage, les hacher le plus finement possible, au point qu’elles se passeraient de tout assaisonnement. La dent-de-lion en devient elle-même un condiment; pourquoi lui ajouter du sel et du poivre? Une larme d’huile, deux lardons, plus une émiettée d’œuf dur et de câpres italiennes suffiront pour ériger cette gentille salade de saison en plat royal.

 

Dent-de-lion, convenons-le, est un romandisme dont d’assonance est nettement plus appétissante que son synonyme parisien pissenlit. Etymologiquement trop diurétique quand on se met à table. Et désagréablement associé à une locution populaire qui voudrait faire de sa racine un repas post mortem. Or elle peut être dégustée aussi par les vivants, s’ils la montent par exemple en purée crémeuse parsemée de cerfeuil. De ses fleurs, quand elles sont bien épanouies et jaunes, on fait des biscuits, du miel, des confitures.

 

Par courtoisie poétique, épargnez en une. Qu’elle ait le temps de flétrir, et de se coiffer d’un pompon gazeux et argentée d’akènes. Vous savez, ces petites graines du savoir que le souffle de la Dame du Larousse (dessinée par le Lausannois Eugène Grasset en 1890) sème à tous les vents, pour piquer l’esprit universel.

Commentaires

La dent-de-lion, certes, exactement comme décrit ci-dessus. Rien à ajouter.
Mais ne pas négliger la doucette qui ne saurait tarder. Plante pionnière, on la trouve sur les talus des chemins entretenus. En espérant que ceux qui les entretiennent n'utilisent pas de produits chimiques. On en trouve beaucoup dans les vignes, mais là, on est sûr qu'on trouve beaucoup de métaux lourds, le Cuivre en particulier. Et probablement pas mal de pesticides divers plus ou moins dégradés. Mais bon, beaucoup de gens boivent le vin de ces vignes et les vignerons continuent de ne pas mettre de masque quand ils les traitent. Et l'hélico interdit en France continue de faire des pirouettes et des démonstrations aérodynamiques chez nous...

Écrit par : Géo | 14/02/2015

Quittez ce pays pendant qu'il est encore temps, Géo… Il n'est plus, ni le rêve, ni l'impression de lui-même. Je vais acheter un terrain à Shanghai et nous recréerons une Suisse plus vraie que l'orignal; ça plaira beaucoup au Chinois.

Écrit par : rabbit | 14/02/2015

Alors ça, Géo, il faut absolument que je vous envoie la photo. La mère de Max possède une maison à Haarlem, à quelques mètres du départ du chemin de Saint-Jacques pour les Pays-Bas. Il y a une ligne tracées sur les pavés et des coquilles en relief sur les maisons adjacentes. A peine 900 km de plus que pour la Suisse, mais quel trip !

Écrit par : rabbit | 14/02/2015

Je le fais avec vous à vélo depuis les Pays-bas quand vous voulez. Une fois arrivé à la frontière espagnole, je connais quelques bons plans...

"Il n'est plus, ni le rêve, ni l'impression de lui-même." Oui, c'est assez l'impression qu'il me donne. Nulle génération dans l'histoire de l'humanité n'aura assisté à un tel changement de culture et d'environnement en dehors des cas de guerre...

Écrit par : Géo | 15/02/2015

La Dent-de-lion et la "doucette" : Gilbert est un poète et Géo serait-il un bon cuistot? Ma mère faisait des salades de pissenlit, j'ai un souvenir assez flou de sa saveur, un peu amère non la dent-de-lion?
Jamais mangé de biscuit à la fleur de pissenlit mais je me mettrai ceux-là sous mes dents de lionne, là, avec mon café (pas suisse).
http://p2.storage.canalblog.com/28/34/659070/85890492_o.jpg

Z'ont l'air bons!

Alors, vous partez quand à St Jacques à vélo tous les deux? Avec un tandem?
.../...
Et la mère de Max, elle chante du Gospel (^_^)? Hi!

Écrit par : Ambre | 15/02/2015

Thank you dear Gilbert
Quel delicioso texte.
Nous nous réjouissons de cueillir des dents -de -lion après "l'hiver c'est mon Canada" (G Vigneau)en mai prochain☺
Cette recette est une merveille Vaudoise.
Bon appétit
Carpe diem
Clavecine

Écrit par : clavecine | 15/02/2015

Haambre: Haarlem avec deux "aaaaaaaaaaaaaaaaaaa".

En vélo depuis Haarlem, c'est bien pour amasser de l'expérience. Ensuite on pourrait créer un nouvel intinéraire entre Shanghai et Compostelle, en passant pas Benarès et La Mecque pour attirer une maximum de clients.

Écrit par : rabbit | 15/02/2015

"vous partez quand à St Jacques à vélo tous les deux? Avec un tandem?"
Ouah le tandem ! L'horreur ! Vous sentez des torsions bizarres dans le cadre et vous vous demandez quand il va exploser et vous propulser sur le goudron ou le granit du trottoir...
Cela dit, Amsterdam - St Jean Pied de Porc (sauce madère), cela passe par Quimper. On espère que vous, vous sachiez cuisiner et que vous aurez mis le champ' au frais...
"un nouvel intinéraire entre Shanghai et Compostelle, en passant pas Benarès"
Vous rigolez, mais il y a quelques années, la fille d'un ami et son copain sont rentrés tranquillement du Pakistan à vélo. 11'000 km en six mois...

Écrit par : Géo | 15/02/2015

@ Rabbit : le Gospel c'était un "joke". Je sais bien que le Haarlem de Hollande n'est pas celui de Louis Armstrong. J'ai des petits pois dans la tête mais tout de même

Écrit par : Ambre | 15/02/2015

Bizarre, mon commentaire a été coupé (0_0)

Je disais donc, après "tout de même" (petit effort de mémoire) mais tout de même &&&& ùùùù tttuuuutttuuutt (c'est la sonnette de mon vélo : garez-vous, je vous double parce que le tandem ça rame).

@ Géo : pour le champ' pas de problème! Pour la cuisine ce sera langoustines du Guilvinec à gogo avec du pain et du beurre breton à la fleur de sel!

C'est quand vous voulez... les cyclistes. (Ça je viens de le rajouter)

Écrit par : Ambre | 15/02/2015

A part ces considérations cyclothymiques, j'ai fait quelques pas sur les pavés nocturnes de Haarlem, pour humer l'atmosphère de la ville en cas d'une éventuelle "relocation".
De la vie et de l'animation partout dans les cafés et restaurants. Même chose en Amsterdam aujourd'hui. Le moral du pays n'a pas flanché depuis l'Age d'Or, malgré une économie flaccide et une européenne désunion. En plus, Vermeer, Rembrandt et Van Gogh sont toujours votre disposition.
Et Genève ?

Écrit par : rabbit | 15/02/2015

Ah pour moi, ce sera le Portugal. J'ai horreur de payer des impôts. Je parle portugais. J'aime de moins en moins le froid. J'habiterai pas loin de petard, histoire de se balancer des vannes de temps à autre...
Et j'adore le fado, la voix mais aussi la guitare (à 12 cordes ?) et la viole :
https://www.youtube.com/watch?v=1YriVM8sC7M

Écrit par : Géo | 15/02/2015

Pour moi : la Catalogne (côté espagnol), le lac de Garde, Florence, les Cornouailles peut-être... Monsieur n'aimant que les villes, il faudra trouver un terrain d'entente, mais si Rabbit se re-acclimate à la douceur de vivre des Pays-Bas, nous irons lui rendre visite. :-)

Écrit par : Inma Abbet | 16/02/2015

Chez nous, personne ne mange de la dent-de-lion, sauf Fibo et Lièvre. En revanche, on aime bien la doucette, la roquette et le cresson.

Écrit par : Inma Abbet | 16/02/2015

C'est le moment d'essayer. Il faut la cueillir toute jeune et suivre la recette de G.Salem...

Écrit par : Géo | 16/02/2015

Dans le Jura suisse, les dents-de-lion sont nommées cramias et cramaillots en Franche-Comtée.
Recette de salade de cramaillots:
http://toutlemondeatabl.canalblog.com/archives/2010/04/06/17472448.html

L'art de toute bonne salade de dents-de-lion, c'est le lard!... Bon appétit!

Écrit par : Père Siffleur | 16/02/2015

@ Géo : c'est sûr, il faut toujours cueillir les "douce"(ttes) toutes jeunes (0_~)

@ Prsflr : exact pour la salade de pissenlit ou une frisée : rajouter lard et oeuf poché, recette à la lyonnaise.

Écrit par : Ambre | 16/02/2015

P.S.- (0_0) euh! Prsflr : dans la recette du cramaillot je viens de voir qu'il y a aussi un oeuf, mais là il est dur, or à Lyon, il est poché, servi tiède, évidemment. Bon, il faut savoir faire des oeufs pochés hein! C'est délicat.

Écrit par : Ambre | 16/02/2015

"douce"(ttes) toutes jeunes
On parlait de dents-de-lion, Ambre...

Écrit par : Géo | 16/02/2015

@ Géo : euh j'avais compris. Décidément, ni vous ni Rabbit ne comprenez rien à mon humour. Pfff!
(Je retourne à ma lecture)

Écrit par : Ambre | 16/02/2015

@Ambre, partez-pas, il y a un problème, c'est que l'auteur écrit "à l'orée du printemps"... Comme "à l'orée de la forêt", voui! La seconde proposition serait plus simple, vu que c'est le printemps toute l'année! Des "dents-de lion" herbeuses, nous en avons vu au mois de décembre aux environs de notre Bunker, nom d'un pissenlit!
C'est joli comme nom pissenlit, ça fleure bon la petite enfance, dont peu sortent, hi,hi!
Bon ceci écrit, même pour les forêts faut se grouiller, hein?
Z'avez lu -ou vu- "La route" de Cormac Mc Carthy? Esprit sensible s'abstenir... Rigolons aussi en pensant à l'ex épouse de Cormac, qui s'était planqué un flingue dans son intimité pour descendre son nouveau mari.
Bien à vous
Nous brisons là (glace?) >;-)

Écrit par : Trio d'Octet 4 inferno à l'octave | 17/02/2015

"ne comprenez rien à mon humour" Disons que dans la culture suisse, se faire traiter plus ou moins de pédophile (en bon français pédéraste) reste une insulte. Nous sommes encore de grands enfants, par ici...

Écrit par : Géo | 17/02/2015

À Ambre

Que les recettes soient de Lyon ou de Franche-Comtée, souvent les cramaillots arrivent de culture bretonne. Par exemple, il en est qui sont cultivés près de Haute-Goulaine, chez Mochinaud. Même ici, en Suisse, les cramias de culture sont souvent également de Bretagne.

Écrit par : Père Siffleur | 17/02/2015

Franche-Comté, PS, on dit "la Comté" comme "la Bourgogne-Duché".
Sur ce, quelques remarques importantes sur l'oeuvre de Vermeer van Delft, pour ceux qui n'ont jamais vu les tableaux au naturel et à qui des questions seront posées le jour du Jugement Dernier, pour décider s'ils iront au Paradis ou en Enfer.
1. La Jeune Fille à la Perle: l'artiste a créé une impression de flou très étrange et on a beau mettre ou enlever ses lunettes (coller le nez au tableau est mal vu), il faut se satisfaire d'une mise au point improbable. Ensuite le bleu de son bandeau est très différent de celui que l'on a sur les reproductions.
2. Vue de Delft: les nuages occupent la moitié de la surface du tableau et le rendu des volumes sur les reproductions est trompeur, parce qu'il est impossible de les séparer les uns des autres en réalité.
J'espère avoir été clair et utile. Maintenant que j'ai enfin vu les plus beaux tableaux du monde, je peux mourir en paix. Adieu.

Écrit par : rabbit | 17/02/2015

@ Trio inferno octet octavio (0_0) : nom d'une Dent-de-lion! Vous ici? Je veux bien faire un tour dans votre bunker si c'est le printemps en décembre;-)
"la petite enfance dont peu sortent" et vous n'aviez pas encore lu le commentaire de Géo en écrivant cela. Lui le "grand enfant" avec un fusil entre les dents.
Non, pas lu "La route" de Cormac Mac Carthy. Je suis une faible femme forte extrêmement sensible. Euh! Ouille! Aïe! Ça doit faire mal.
Vraiment contente d'avoir de vos nouvelles T o 4 i o.
Ah non! Ne brisons pas là... La glace?
Bien à vous.

@ Géo : "Disons que dans la culture suisse, se faire traiter plus ou moins de pédophile (en bon français pédéraste) reste une insulte."
Je ne vois pas le rapport avec mon humour.

@ Prsflr : je ne connaissais même pas la Haute-Goulaine en Loire Atlantique. Le Muscadet doit y être goulayant;-). Je vous signale tout de même que le rattachement des Pays de la Loire à la Bretagne n'est pas encore fait. Les Bretons sont têtus comme des mules.
http://www.liberation.fr/politiques/2014/07/17/bretagne-centre-pays-de-la-loire-le-mariage-introuvable_1065880

Chez MEchinaud les salades sont variées en effet :
http://www.mechinaud-saveurs.com/php/produit_famille.php?id_fam=2
Mais, comment vous savez tout ça Prsflr? Vous séjournez dans la région nantaise parfois pour connaître Mechinaud?

@ Rabbit : et Rembrandt? Vous n'êtes pas allé voir ses autoportraits de près à Amsterdam? Si vous n'êtes pas mort, allez-y!

Écrit par : Ambre | 17/02/2015

Ambre: je les ai vus l'année dernière, raison pour laquelle j'ai dû ensuite passer 5 mois de convalescence dans le désert. Si je trouve le courage, je ferai un jour un commentaire sur traitement à la dynamite du costume dans les tableaux de Rembrandt. Il y a des personnages et il y a des costumes, mais les deux ne sont pas dans la même dimension. Vous voyez ce que je veux dire ?

Écrit par : rabbit | 17/02/2015

@ Rabbit : l'année dernière, vous n'avez pas tout vu de Rembrandt.
"Pour la première fois en 20 ans, le musée Rijksmuseum présente un grand aperçu des toutes dernières œuvres de Rembrandt van Rijn."
http://www.holland.com/fr/tourisme/article/-rembrandt-les-annees-de-plenitude-.htm

"Il y a des personnages et il y a des costumes, mais les deux ne sont pas dans la même dimension. Vous voyez ce que je veux dire ?"
Évidemment que... je ne vois pas ce que vous voulez dire. Hi!

Écrit par : Ambre | 17/02/2015

Je me souviens d'avoir vu un Vermeer à Vienne, "L'Art de la peinture". En regardant des images sur google, je vois en effet une grande différence dans les couleurs d'une reproduction à l'autre, mais je me demande si cela ne dépend aussi des conditions d'éclairage. Le Printemps et La Naissance de Vénus de Botticelli m'ont toujours semblé avoir une coloration bleutée / verdâtre en vrai... Peut-être que cette couleur vient des lumières assez tamisées de la salle.

Écrit par : Inma Abbet | 17/02/2015

Certes. Avec toutes ces fumées délétères qui s'échappent des coffee shops, on finit par ne plus savoir ce qui est du rêve et de la réalité. Par contre, il n'est pas nécessaire d'avoir vu tous les portraits pour saisir la tragédie exprimée par quelques uns. Les autoportraits sans arrangement avec la réalité parlent pour le reste de l'humanité. Soi-même comme un autre, pour parler comme Paul Ricoeur.
Mais, revenons plutôt à nos costumes. Il y a des personnages, ou plutôt des ombres, qui évoluent dans un brouillard diffus sur lequel tombe une lumière crue, faisant scintiller les ors brodés sur les costumes, de telle sorte que les ornements forment un tout superposé à ces personnages. Mieux, les personnages et les décors de leurs costumes sont sur deux plans différents. Ils semblent appartenir à deux mondes différents.
C'est OK ?

Écrit par : Rabbit | 17/02/2015

Ah ben voilà! Voyez que quand vous voulez, Rabbit, vous devenez compréhensible (=_=) Merci pour cette leçon d'observation, pas mal sentie;-)

Écrit par : Ambre | 17/02/2015

Regardez plutôt ce qui suit et tout deviendra limpide. Il y a des créatures bizarres au fond des mers et des galaxies lointaines qui sont l'image de ce que j'exprime de façon rabbitienne.
http://www.buzzly.fr/14-creatures-extraordinaires-du-fin-fond-des-abysses.html

Écrit par : rabbit | 17/02/2015

(0_0) : Le dumbo Octopus; Octopus ça me rappelle quelque chose. Mmmm! Je dois confondre avec l'octuple noble sentier et la voie du milieu (^_^)

Écrit par : Ambre | 17/02/2015

@Ambre, bah, ça va pas tarder, du côté de chez vous... Le temps qu'ils aient déplacés l'archipel des Açores, pour ne pas faire mentir les cartes anticycloniques-tout-, et les pissenlits felurirot partout...
Vous connaissez l'expression "bouffer les pissenlits par la racines"? Curieusedément comme écrirait le rb scotomisée dans l'article et les comm's? Z'ont tous la trouille de ce qui se passe Réellement dans la Réalité Réelle et qu'ils se sont pour certains acharnés à construire, et pour d'autres ont feints d'ignorer...
Bon c'était juste pour qu'on regrette notre retour, ahah!
Une des choses innocentes dans le livre de Cormac Mc Carthy, c'est que les survivants, doivent éviter les chutes d'arbres et que pour rassurer son fils, le père lui dit "Bientôt ils seront tous tombés"... Citation approximative, mais nous sommes trop flemmards pour aller chercher le bouquin -que nous avons à double, façon de priver nos ennemis de la lecture de ce "chef d'oeuvre déèprimant" comme ironise An-artiste, dont une B.D traitait du même sujet... Pour la petite histoire -Non, nous ne sommes pas sur Tweeter, alors puisqu'on est là on s'incruste, on s'étale-, Cormac l'a écrit à 70 ans environ, et An-a l'a dessinée entre 18 &20 ans, et il dit "que la différence vient de là et uniquement de là"
Quoi d'autres? Nan, nous n'avions rien lu d'autres... l'espace était vierge en-dessous, avant que nous ne le salissions, car nous lisons dans les pensées de certains!
C'est peut-être pour ça qu'elle l'a sorti et en à fait usage, mais elle était trop bourrée pour atteindre la cible!
C'était une trop faible forte femme! Sacré Cormac! Imaginez! Sa femme!
Nous reviendrons!
Si, si, si on veut des glaçons pour les boissons!
Zab'
Nous ne passons pas le correcteur, c'est trop long! On assume ah! Comment il y ena qui écrivent sans faute? Nous les parfaits et les premiers de classe -au sens marxiste ou non- on a toujours trouvé qu'ils étaient chiants!
Bonne salades!

Écrit par : Trio-Octet de chez nous, de partout | 18/02/2015

Dans le livre "La route" il y a par exemple puisqu'il est fait état ici de recette de cuisine, mais qu'il n'y a plus rien à bouffer -dans l'histoire de Cormac- père et fils voient bein en-dessous d'eux une femme enceinte et deux hommes se glisser furtivement hors de vue... Puis une fumée s'élève! Père et fils prennent la direction, et... Que croyez-vous qu'ils aient rôti?
a) des lardons pour la salade de pissenlit
b)...
C'est la te''e p'omise vouii, Monsieu'-Madame

Écrit par : T'io-Octet de chez nous, de pa'tout | 18/02/2015

Inma@ "mais je me demande si cela ne dépend aussi des conditions d'éclairage."
Non, non. Il y a des différences incroyables entre imprimeurs...

Rabbit@ "Mais, revenons plutôt à nos costumes...de telle sorte que les ornements forment un tout superposé à ces personnages"
Oui mais Rembrandt ne peignait-il pas systématiquement les visages plus grands proportionnellement que les corps ?

T'io-Octet de chez nous, de pa'tout @ "C'est la te''e p'omise vouii, Monsieu'-Madame"
"A force de dire des choses horribles, elles finissent par arriver..."
Je vous envoie des photos prises ces jours à propos d'arbres qui tombent et de forêt protectrice bien de chez nous...

Écrit par : Géo | 18/02/2015

"puisqu'on est là on s'incruste, on s'étale"
Oh oui allez-y, restez-y zici Trio-Octet de chez nous, de partout et même T'io-Octet de chez nous, de pa'tout (je fais du copier/coller parce que hein, c'est compliqué et long à retranscrire. Ja!)
Effectivement La route de Cormac McC est certainement un livre passionnant mais j'ai tellement de livres en cours de lecture et d'autres sous le coude... Là j'ai presque terminé "Soumission". Aïe! Non, pas la tête siouplaît. Il me passionne moins que les autres Houellebecq mais j'aime le style houellebecquien; il sait être drôle avec des sujets sérieux. Ne me battez pas!
J'ai raté la sortie du film La Route, séquence "arbres":
http://youtu.be/drhCC3TnIrI
et ça me tente bien de le voir. Je vais certainement le trouver à la médiathèque en DVD.

@Géo : je n'ai pas cette impression que Rembrandt "peignait systématiquement des visages plus grands que les corps". Faites des recherches et vous verrez... Peut-être avez-vous cette impression parce que ce qu'on voit le plus souvent de Rembrandt ce sont ses (sublimes)autoportraits et que, donc, vous les prenez en pleine figure (0_0)?

("Nous ne passons pas le correcteur, c'est trop long!")

Écrit par : Ambre | 18/02/2015

恭祝大家羊年快乐, 喜气洋洋 ! Bonne année du mouton !

Écrit par : Rabbit | 19/02/2015

@Ambre,Vous avez raison, nous aussi nous aimons bien Houellbecq! Déjà rien quue parce qu'il en fait ch... plus d'un, et qu'il s'agit de telles têtes de noeuds, qu'on les sait déjà soumis! Et qu'ils adorent s'y vautrer! A eux aussi comme l'a écrit le redbaron, les fatwatistes conserveront leur tête, pour pouvoir la remettre et la recouper tous les jours, ajoutons nous pour le côté Dante Inferno!
Et puis nous ne savons pas, avec certitude ce que la "pornographie" fait aux dames, mais en plus d'être drôle, il est bandant, enfin pas lui, qu'on ne nous soupçonnent pas de...,les scènes érotiques qu'il écrit. "Vers chez les Blancs" (oui, un lieu près de Lausanne) de Philippe Djian, à ce niveau n'est pas mal non plus... Et même s'il nous énerve DanteC dans le genre provoc, si on oublie ces positions sur la Bosnie..
Le film est bien! La fin est plus "positive" que dans le livre, "Hollywood" oblige...
Voualà àkkkbar à café!

Écrit par : Trio357magnum-infernal | 19/02/2015

@Géo, Votre correspondant nous à transmis les photos, ainsi que sa réponse! Nous avons à peu de choses près le même avis que lui! Effectivement, et c'est dommage que les lecteurs/trices, et commentateurs/trices, ne puissent les voir, mais l'érosion des Préalpes, et sans doute des aAlpes vu a fonte des glaciers est visible, et nous serions les habitants de l'étage du dessous, nous recouvririons la partie habitable d'une épaisse couverture de bêton! Ou alors nous ccreuserions des tunnels partout! Comme le viet-cong, voui! (Mais alors nous devrions nous rebaptiser Taupes Abruties, attention ceci n'est pas en lien avec le viet-cong!)
Géo, rendez publics ces photos! Telle sera notre conclusion.
Merci pour votre envoi.

Écrit par : Trio357magnum-infernal | 19/02/2015

Comme nous sommes gentils, malgré nos airs peu avenirants, nous laissons isi un lien vers le film "La route" visible en entier!
https://www.youtube.com/watch?v=zcRWPkYfrKk
Attention, la bande annonce -qui est sur un autre lien- montre l'origine du cataclysme, ce qui n'est PAS dans le film, et qui est plus subtil... Et puis contrairement à ce qu'écrit le pirate fort aimable du lien, ce n'est pas un film "survivaliste"
Pour le livre, bèh (retenez ce moment Historique ou le Trio bêle!) y a pas de lien... :-( , en tout cas pas connu de nous qui avouons-le n'avons pas cherché

Écrit par : Trio357magnum-infernal | 19/02/2015

"Géo, rendez publics ces photos! Telle sera notre conclusion."
Chai plus de blog, ni sur 24 heures ni sur TdG. En plus, c'est vraiment chez moi. Et comme je vois comment certains défendent becs et ongles ces maudites raffineries qui nous polluent depuis 53 ans...
Qui vous polluent aussi, puisque selon l'ancien secrétaire du WWF (bien connu dans la région qui est touristique et où on aime bétonner les cimes...), ces raffineries rejettent tranquillement de l'arsenic dans le Rhône, que le Rhône se jette dans le Léman et que les Lausannois boivent l'eau du lac (j'avais un oncle qui bossait à la station de pompage de Lutry. La statue de la sirène m'impressionnait beaucoup quand j'étais haut comme trois grappes de raisin...)
Sur les conclusions de notre correspondant commun, je ne suis pas complétement d'accord. Non que je nie le réchauffement, ce n'est pas ici mon propos. Mais en l’occurrence, les forêts naissent, vivent et meurent. C'est le processus normal. Quelques fois, c'est très bien de laisser faire la nature, pour la biodiversité, c'est une banalité que de le dire.
Mais ici, il conviendrait de mesurer l'effet de protection de la forêt et d'en faire qqch, parce que non, dessous, il n'y a aucune protection construite. Et qu'il fallait être fou pour accorder certains permis de construire à mon avis. Mais bon, si grâce aux Mines et Salines de Bex, notre région, géologiquement une des plus compliquées du monde, a fait faire en son temps de très grands progrès à cette science (Maurice Lugeon, Héli Badoux entre autres), on peut y admirer des immeubles assez récemment construits sur des dolines pourtant signalées sur la carte géologique. Cela veut dire que l'architecte et l'ingénieur civil en charge n'ont même pas songé à l'ouvrir, cette carte. A quoi ça sert que les géologues y se décarcassent ?
Je venais de faire ces photos pour les montrer au forestier de la commune, soit dit en passant...

Écrit par : Géo | 19/02/2015

Bonne année à Rabbit et sa compagne (=_=)!
Et... ne soyons pas des moutons. Non mais!

Écrit par : Ambre | 19/02/2015

Oh! Merci Ambronette.
Chinchin, Kiki, Max, sa fiancée et moi, vous remercions de tout coeur pour vos bon voeux. Cela dit, il faut prendre "mouton" au sens large, puisque la langue chinoise ne fait pas de différence entre les bestioles d'une même espèce. Mouton ou chèvre, c'est kif-kif pouarotte et careau. Et je ne parle pas des bêtes à cornes qui crapahutent dans la montagne et que l'on pourrait ranger sous le même vocable.
C'est dans cette même montagne que Géo, à la réputation de climato-sceptique invétéré, se préoccupe de sauver les arbres. Je doute que ce soit dans un but écolo-mondialiste: le connaissant, je suis prêt à parier qu'il fait ça pour emmernuyer les fonctionnaires locaux préposés à la sauvegarde de l'environnement. Il ne défend rien ni personne, parce qu'une fois la situation devenue intolérable, il ira voir ailleurs si l'herbe est plus verte. C'est la sagesse pratique et immédiate du mouton, en accord au pragmatisme américain de John Dewey.
Grosses bises et à bientôt, we keep in touch.

Écrit par : Rabbit | 19/02/2015

Laissez tomber, Rabbit, on ne faisait que parler de ça :

"Une des choses innocentes dans le livre de Cormac Mc Carthy, c'est que les survivants, doivent éviter les chutes d'arbres et que pour rassurer son fils, le père lui dit "Bientôt ils seront tous tombés"..."

Sans emmernuyer quiconque. Que le ciel leur tombe sur la tête, moi, hein...

Écrit par : Géo | 19/02/2015

La question que je me pose, moi, c'est : "comment ont-ils pu s'acheter ce bouquin qui coûte un saladier en traduction française, par rapport au revenu minimum d'insertion ?". Ils l'ont volé, ce n'est pas concevable autrement. Car je ne pense pas qu'ils l'aient lu en V.O. C'est tout. Une Weltanschauung qui en vaut une autre.

Écrit par : Rabbit | 19/02/2015

Ah ouais, c'est vrai que vous ne vous aimez pas parmi. Alors pourquoi me demander de me réconcilier avec Béranger de la Cafetière siffloteuse ?

Écrit par : Géo | 19/02/2015

@ Rabbit : Je souhaitais une bonne année à vous et votre compagne chinoise (^_^) il fallait donc je rajoute "et à ceux qui vous sont chers"!
Pour avoir côtoyé de près les chèvres et les moutons Bêêêê^... je peux vous dire que ce n'est pas du tout le même animal.
"Alors, de quel animal parle-t-on, si l'on se réfère non pas au nom mais à l'apparence du quadrupède ?
La poste chinoise est en tout cas indécise, car elle émet des timbres représentant aussi bien des moutons que des chèvres." Si j'en crois cet article, y a de quoi en perdre son chinois.
http://tempsreel.nouvelobs.com/culture/20150216.AFP8971/pour-les-chinois-l-annee-de-la-chevre-est-aussi-celle-du-mouton.html

.../...
Ensuite : "comment ont-ils pu s'acheter ce bouquin qui coûte un saladier en traduction française, par rapport au revenu minimum d'insertion ?". Ils l'ont volé, ce n'est pas concevable autrement. Car je ne pense pas qu'ils l'aient lu en V.O." Je présume que le "ils" c'est le Trio o o o...? Si oui : Que savez-vous de ce Trio qui vous inspire tant de mépris? Si ce n'est pas du Trio que vous parlez, oubliez mon interrogation!

Je viens de faire 100 kms sous la pluie en écoutant la radio et j'entends parler de ce collectif, hi! dont vous ne faites sans doute pas partie, pensais-je (0_0)!
http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_%C3%A9conomistes_atterr%C3%A9s

"Emmernuyer" pas mal trouvé pour rester poli (sur un parcours de golf par exemple).

Écrit par : Ambre | 19/02/2015

C'est la sagesse piquante de Rabbit.

Écrit par : Rabbit | 19/02/2015

Oui, Ambre ?
La poste chinoise n'est pas indécise, parce que "la langue chinoise ne fait pas de différence entre les bestioles d'une même espèce: mouton ou chèvre, c'est kif-kif". Et je n'ai pas la moindre idée de qui sont ces anonymes qui dégueulent en trio sur ces pages.

Écrit par : Rabbit | 19/02/2015

@ Gentil Trio357magnum-infernal (0_~) : merci pour le lien film complet!
Vous êtes (chou)ette (voir le bel article de Olivier Schopfer).

Écrit par : Ambre | 19/02/2015

Outre le jeux de mots, rien à ajouter pour cette fois Rabbit, circulez, et gaffe aux chars d'assaut hein?

Écrit par : Le Trio des VOYANTS | 20/02/2015

Le Trio des VOYANTS & Ambre@ Qui a écrit un "roman" (?) qui commence par "Alain était quatre" ?

Écrit par : Géo | 20/02/2015

@ Géo : (0_0)! Je donne ma langue au Trio des VOYANTS plus "culturé(s)" que moi. "Alain était quatre" ça pourrait bien être eux? Puff puff;-)

Qui a "commencé" un ouvrage par cette phrase :
"Me voici donc seul sur la terre, n'ayant plus de frère, de prochain, d'ami, de société que moi-même."
(Trop facile)
Pour certains c'est leur futur, pour d'autres leur présent. Bonne journée.
Et bonne nuit au Trio-Octet de chez nous, de partout (*_*)

Écrit par : Ambre | 20/02/2015

"ça pourrait bien être eux? Puff puff;-)" D'où ma question...

Écrit par : Géo | 20/02/2015

@ Géo : eh oui! J'espère que le Trio va nous éclairer de ses "VOYANTS" lumineux.

@ Rabbit : connaissez-vous "la divine bao", brioche vapeur chinoise? Miam! Ça a l'air trop bon (^_^). Jamais vu ça dans les restaurants chinois ici.
http://misstamkitchenette.com/banh-bao-brioche-a-la-vapeur-farcie-au-porc-et-aux-champignons/#.VOdzkS4l3Yg
Avez-vous déjà goûté ces "brioches"?

Écrit par : Ambre | 20/02/2015

En effet. Si la langue chinoise ne se donne pas la peine de différencier les chèvres et les moutons, il n'en va pas de même pour tout ce qui concerne la bouffe: un bāo, c'est un 包 (bāo) et ça n'a rien à voir avec un ravioli ou un pain vapeur (farci ou non). Pour répondre plus précisément à votre question, les 小笼包 sont une spéclialité de Shanghai, mais difficiles à manger avec des baguettes sans en répandre le contenu (graisse de porc fondue) sur sa chemise. Du moins la première fois en ce qui me concerne. Je reste volontiers à votre disposition pour tout ce qui concerne la Chine et ses environs. Grosses bises à Géo.

Écrit par : Rabbit | 20/02/2015

Ce qui veut dire que vous partez pour la Chine, je suppose. Bon voyage et au plaisir, si les esprits du web le permettent...

Écrit par : Géo | 20/02/2015

Le jeu de mots.
"Alain était quatre"? Nous plaignons les gens qui n'ont qu'une facette à leur personnalité:
Les normopathes, qui par exemple peuvent écrire aussi bien sur les "bénéficiaires" des services sociaux ce qu'ils peuvent penser lorsqu'ils sont confrontés aux images des camps de concentration ou d'extermination "Z'avaient qu'à pas être juif/communistes/untermensch"
Ou encore "Alain était quatre" peut-être écrit par un physicien? Ou encore un schizo?
Il y a/avait sur la TdG un Van Helsing pour Schizo. Faites peut-être appel à lui?

Écrit par : Trio dévoyants | 20/02/2015

@Rabbit, Géo s'excuse presque de "causer" avec nous! Voilà qui doit satisfaire votre égo! Nous ne nous excusons de rien pas même d'exister! Et puis si tout le monde avait fait comme vous, vous auriez peut-être été sans emploi? Secondement, qui aurait fait le boulot? Celui qui paie peu voire pas du tout, mais qui rapporte aux seuls VRAIS parasites?
Voilà, bon voyage

Écrit par : Trio dévoyants | 20/02/2015

@Géo, bien sûr que les forêts vivent et meurent, la question en est la rapidité et la disparition d'un nombre tels qu'il rende la vie impossible... Là aussi on peut s'en foutre hein? Ca devient une question de sensibilité, savoir comment on aime vivre, et aussi, si l'on a des enfants, ce qui n'est le cas d'aucun Membre de notre "groupe", savoir qu'il vivront si possible mieux que nous? Ceci implique que dans la vie nous faisons parfois des choses qui protègent plus les enfants des autres, que ce que font ou pensent leurs propre parents.
Quant à la pollution, qui se mondialise aussi vite que l'économie, nul doute sur ce que vous dites!
Par contre, précisons que Lausanne s'approvisionne aussi au lac de Brêt -ce qui ne signifie RIEN au niveau de la qualité. Certaines plaques qui recouvrent les conduites d'eau le mentionne/nait?
Le pompage de l'eau du Léman à sans doute eut comme corrolaire l'augmentation de la population, et bien avant la ruée (vers quoi? finalement?) vers l'UEst

Écrit par : Trio dévoyants | 20/02/2015

Mon programme dit que je dois repartir début mars. Mais je ne sais pas si je passe en Chine d'abord, avant de retourner en Namibie pour donner une formation. J'attends la fin des vacances de printemps en Chine pour le savoir. Ce sera une année riche en voyages.

Écrit par : Rabbit | 20/02/2015

"Là aussi on peut s'en foutre hein? Ca devient une question de sensibilité, savoir comment on aime vivre"
Certes, certes, mais :
- Les carottes sont cuites. On est trop nombreux et que faire là contre ?
- En arrivant dans la pente descendante de la courbe de vie, on voit bien que cela ne sert plus à rien de s'exciter et que mieux vaut profiter tranquillement des années qui nous restent...

Alors bon courage, mes biquets (l'année de la chèvre...)...

Écrit par : Géo | 21/02/2015

"mieux vaut profiter tranquillement des années qui nous restent..."
Je retiens là le mot "profiter". Le problème du vieillissement c'est parfois (j'insiste, pas toujours) la solitude (c'est pourquoi je suis ici, pauvre pomme, à laisser des commentaires) : profit minable donc. Autre problème des "vieux" : c'est que bien souvent le vieux ne peut plus ce qu'il veut. "Il conçoit, il projette et, au moment d'exécuter, son organisme se dérobe; la fatigue casse ses élans; il cherche à se souvenir à travers des brumes; sa pensée se détourne de l'objet qu'il s'était fixé. La vieillesse est alors ressentie - même sans accident pathologique - comme une sorte de maladie mentale où l'on connaît l'angoisse de s'échapper à soi-même."

Alors "profiter" tranquillement des années qui VOUS restent, je vous le souhaite à tous; certains y parviennent. Mon pessimisme (ce n'est pas un scoop) voire ma lucidité, ne me permet pas de croire au "profit" de la vieillesse.

"Bon courage" à tous... Et puisque Prsflr est parti je vais tenter de "profiter" tranquillement de... je me le demande.

Écrit par : Ambre | 21/02/2015

"Mon pessimisme (ce n'est pas un scoop) voire ma lucidité, ne me permet pas de croire au "profit" de la vieillesse."
Profit de la vieillesse n'a rien à voir avec "profiter tranquillement des années qui nous restent..."
Et pour profiter des années de vieillesse, il ne faut pas avoir des projets de djeunes. Je viens de faire découvrir un nouveau coin exceptionnel à un de mes amis botanistes en partant à pied de chez moi (oui, les photos...). Quand j'étais jeune, le projet aurait eu lieu dans la région du Rovuma, là où l'Afrique semble dessinée par Edgar Rice Burroughs...

Écrit par : Géo | 21/02/2015

@Ambre, et pour ceux qui aimaient la solitude bien avant d'être "vieux"? Je ne crois pas que ce soit un problème d'âge. Je crois que certains (dont moi-même) aiment la solitude, et font tout pour avoir un espace personnel où personne d'autre n'est admis, même quand ils vivent en couple ou en famille. D'autres vivent très mal la solitude, surtout s'ils la ressentent comme un abandon. Pour combattre ce sentiment, j'en connais qui s'installent définitivement dans le passé (parlent souvent du passé, fréquentent des gens du même âge ou du même milieu qu'ils fréquentaient autrefois). Curieusement, cela ne les rend pas malheureux, parce qu'ils n'ont plus l'impression d'être largués dans un présent qui leur est étranger. Pour ce que je sais de vous, vous n'êtes pas un de ces habitants du passé, c'est peut-être ce qui vous fait percevoir les inconvénients de la solitude.

Écrit par : Inma Abbet | 21/02/2015

La solitude, c'est un challenge très intéressant. Durant toute sa vie, on a recherché la compagnie d'autrui et on s'est appuyé sur les autres. On s'est fui soi-même. On a aimé quelqu'un qui vous était plus cher que vous-même...
Et alors on se retrouve à devoir s'aimer un peu soi-même, ce qui demande de se connaître un peu mieux. Et on découvre la liberté. De lire le journal quand on veut lire le journal, de sortir quand on veut sortir, de manger, boire et dormir quand on veut...
L'autre jour, dans un magasin de quincaillerie en gros, une offre de haches chinoises mais très bien quand même à cent sous pièce. Moins cher que le prix normal du manche, et il me manquait des haches, justement. J'en prends une grande et une petite, et à côté de moi, un couple, 65-70 ans.
Lui : "On pourrait en prendre une ?
Le dragon : NON ! (en lâchant une grosse flamme)
Moi, au type : "Fallait pas demander...(avec un sourire narquois, évidemment)
Lui : "Mais c'est pas toi qui coupes le bois ?"
Le dragon : "NON ! (autre flamme...)

Ah, de charmantes rencontres comme ça vous font bénir votre solitude comme la bénédiction suprême...

Écrit par : Géo | 21/02/2015

Si je parle de solitude (je n'aspire absolument pas à une vie de couple puisqu'il ne m'a pas été donné de vieillir avec mon aimé), c'est de celle qui se fait plus prégnante en vieillissant et que donc Inma vous n'êtes pas encore dans ce "cadre-là"). Géo sait de quoi il parle.
Et ils me font bien rire ceux qui crient haut et fort qu'ils aiment la solitude quand ils vivent en couple ou entourés d'enfants.
Revivre en couple après avoir vécu seul, indépendant, libre de chaque instant comme dit Géo, est impensable. D'ailleurs je n'imagine aucun homme qui puisse avoir les mêmes centres d'intérêt que les miens. Ah ah! Je n'en ai vraiment aucune envie mais cela ne m'empêche pas d'avoir peur, très peur, très très peur, terriblement peur... de cette vieillesse solitaire qui est au pas de la porte.

Écrit par : Ambre | 21/02/2015

"De lire le journal quand on veut lire le journal, de sortir quand on veut sortir, de manger, boire et dormir quand on veut..." C'est ce que faisons mon mari et moi, dès le début, sans problèmes. ;-) Malgré mon plutôt mauvais caractère, je ne dois pas avoir l'étoffe d'un dragon...
Je lui avais fait écouter cela, pour notre septième anniversaire de mariage : https://www.youtube.com/watch?v=0NW7CZxOxhI

("Si je lui avais coupé les ailes, il serait resté auprès de moi, mais il l'aurait plus été un oiseau, et j'aimais l'oiseau...)

Écrit par : Inma Abbet | 21/02/2015

C'est marrant, en écrivant ici j'écoutais cette émission :
http://www.franceinter.fr/emission-la-prochaine-fois-je-vous-le-chanterai

et j'entendais ça :

https://soundcloud.com/user803861461/ignatus-et-les-freres-makouaya-vieux-vieux

Ça m'a donné envie de danser!

Et je n'ai pas encore déjeuné! Alors qui danse déjeune (0_0).

Écrit par : Ambre | 21/02/2015

"Ah ah! Je n'en ai vraiment aucune envie mais cela ne m'empêche pas d'avoir peur, très peur, très très peur, terriblement peur... de cette vieillesse solitaire qui est au pas de la porte."
C'est très exactement là le problème. Vous vous gâchez le présent au nom du futur.
(notre passé est terrifiant, notre présent sinistre: heureusement, nous n'avons aucun avenir...gag serbe). Carpe diem, cela veut dire justement éviter cette attitude.
Et relisez ce texte que j'avais mis en commentaire il y a quelque temps:

"Le sol nourricier de l’âme, c’est la vie naturelle. Celui qui ne tient pas compte de son cours reste en suspens et se fige. D’où la rigidité de tant d’hommes d’âge mûr ; ils regardent en arrière et s’accrochent au passé avec, dans le cœur, une secrète angoisse de mourir. Ils se dérobent au processus de vie, du moins psychologiquement, semblables à des statues de sel du souvenir, se rappelant intensément le temps de leur jeunesse, sans pouvoir établir quelque relation vivante avec le présent. A partir du milieu de l’existence, celui-là seul reste vivant qui veut mourir avec la vie. Car c’est à l’heure mystérieuse du midi de la vie que la parabole se retourne et que se produit la naissance de la mort. Dans sa deuxième moitié, la vie n’est pas montée, déploiement, multiplication, débordement ; elle est mort, car son but, c’est la fin. Ne-pas-vouloir-l’apogée-de-sa-vie et ne-pas-vouloir-sa-fin, c’est la même chose. L’un et l’autre signifie ne-pas-vouloir-vivre. Ne-pas-vouloir-vivre a le même sens que ne-pas-vouloir-mourir. Devenir et disparaître forment une même courbe.
Cette vérité absolument indubitable, la conscience fait tout ce qu’elle peut pour ne pas l’accepter. On est en général prisonnier de son passé et l’on demeure dans l’illusion de la juvénilité. Etre vieux est extrêmement impopulaire. On ne semble pas comprendre que ne-pas- vouloir-vieillir est aussi insensé que ne-pas-pouvoir-sortir-de-l’enfance. On doit certes déplorer qu’un homme de trente ans en soit resté au stade infantile ; mais un juvénile sexagénaire, n’est-ce pas charmant ? L’un et l’autre pourtant sont pervers, sans style, psychologiquement contre-nature. Un jeune qui ne lutte ni ne remporte de victoires a manqué le meilleur de sa jeunesse et le vieillard qui ne sait pas prêter l’oreille au secret des torrents qui bruissent en roulant du sommet des monts jusqu’aux vallées, est insensé, momie spirituelle, figée dans un passé révolu. Il est en dehors de sa propre vie, et se répète machinalement jusqu’au radotage. Que dire d’une culture qui a besoin de tels fantômes ?"

Tiré de « Ame et mort », dans « L’énergétique psychique », C.G. Jung 1956

Écrit par : Géo | 21/02/2015

Parlons peu, mais parlons bien, pour revenir à quelques fondamentaux : le Temps n’existe pas, l’Histoire n’a aucun sens et votre Réalité est la chose la moins bien partagée sur cette planète. Partant de cela, tout est normal et tout va bien. A part un peu d’Entropie ici et là, parce que tout n’est qu’éternel recommencement. Vous vous sentez déjà mieux, non ? Je sais trouver les mots qu'il faut pour rassurer.

Écrit par : Rabbit | 21/02/2015

@ Géo : "Vous vous gâchez le présent au nom du futur."
Je l'admets. (Et ce texte est intéressant).
J'ai peur de la vieillesse; je sais (depuis peu) que je suis dans la catégorie "personne âgée" (0_0), il suffit que je m'aperçoive dans le reflet d'une vitrine que je regarde; je ne me reconnais plus; c'est assez éprouvant comme sensation mais ce n'est pas cela qui me fait peur. Mes rides ne me font PLUS peur; mon corps vieillissant m'insupporte. Je ne suis pas encore arrivée à en rire mais je parie que ça viendra et puis non je ne parie pas; il est plus probable que je ne le regarderai plus, ainsi j'oublierai... d'en rire, ou d'en pleurer.
Ce manque de confiance en moi n'est pas nouveau, je l'ai toujours eu (dans la solitude avant de rencontrer, tard, celui qui allait me redonner confiance en moi). Adulte j'ai eu confiance en moi pendant dix ans (c'est peu, c'est le temps de ma vie avec lui); j'ai pu ainsi être efficace professionnellement. Puis il est mort, et j'ai à nouveau perdu confiance en moi (mais ça n'a pas dévalué ma vie professionnelle). C'est donc que j'étais faible penserez-vous. Oui, sûrement je l'étais; je suis, faible. Lui, disait que j'étais aussi forte que fragile.
Ma lucidité me perdra, c'est sûr.
Les hommes rencontrés ensuite, beaucoup plus tard, ne m'ont jamais redonné cette confiance, même si un seul a réussi à me faire dépasser des limites que je ne pensais pas pouvoir atteindre, sportivement! Hé hé, ne vous méprenez pas! J'ai découvert le vélo avec lui : le plaisir au-delà de la souffrance.

Quant à une "juvénile sexagénaire" ça peut réellement être charmant si c'est dans sa tête et pas dans son look vestimentaire. "C'est contre-nature" dit Jung. Pas pire que de se laisser aller sous prétexte qu'on a entre soixante et soixante-dix balais, à s'habiller comme une mémé. Tous les excès, dans un sens ou dans l'autre sont rédhibitoires.

@ Rabbit : c'est sûr. La pensée chinoise est sage. Nous devrions lire ou écouter François Cheng :
"Aimer c'est dire : tu ne mourras pas!" (F. Cheng)

http://www.franceculture.fr/emission-a-voix-nue-francois-cheng-15-2014-10-20

Écrit par : Ambre | 21/02/2015

J'avais écrit ça :
"Vous avez remarqué que le texte de Jung ne parlent que des hommes sensu strictu ?
Les femmes dans le domaine de l'aveuglement des années qui passent sont hors concours, semble-t-il. Je profite de l'absence de Ambre pour noter ça..."

Écrit par : Géo | 14/02/2015

Et vous ceci :
"C'est contre-nature" dit Jung. Pas pire que de se laisser aller sous prétexte qu'on a entre soixante et soixante-dix balais, à s'habiller comme une mémé.

Amusant, n'est-il pas ?

Vous devriez faire comme moi par rapport à vos craintes par ailleurs tout-à-fait justifiées : se demander comment on va sortir. Avoir un scénario et s'y préparer aide à vivre ce qui reste. Éviter les solutions irréalistes. J'avais accepté de procurer une arme à mon ex-femme qui me le demandait pour en finir quand son cancer lui deviendrait insupportable. Pour moi, c'était très théorique et je n'avais pas cherché à en discuter, c'était des années à l'avance...

Dans l'établissement spécialisé dans les soins palliatifs bien connu des Vaudois, quand elle a compris que "soins palliatifs" signifiait être bourré de benzodiazépines et de morphines en attendant que vous creviez le plus rapidement possible, elle m'a demandé cette arme...(elle avait déterminé que c'était la mort la plus rapide et la plus simple. Pour elle...). Puis elle a réalisé dans quelle situation elle me mettait...
En fait, ce n'est pas si simple. En Suisse, nous avons "Exit", mais de nombreuses personnes n'ont pas envie de prendre rdv avec la mort de cette façon. Il y faut une part de spontanéité...
Bon sujet de réflexion, non ?

Écrit par : Géo | 22/02/2015

Merci pour ce commentaire geo. Je viens de le lire. Suis couchee. Vertiges a nouveau. Reviendrai demain si je peux.
Lirai les autres plus tard.

Écrit par : Ambre | 22/02/2015

Oh ! Géo, vous n'y pensez pas ? Les armes à feu font des dégâts irréversibles. C'est leur but, hélas, mais le résultat n'est pas joli-joli-propre-en-ordre pour ceux qui restent.

Si vos horizons paraissent ternes ou menacent de transformer votre vie en aller simple pour certaine montagne du Sichuan à l'invitation de Yanluowang (*), je vous suggère la course du lièvre à travers les champs (ou plutôt celle du lapin sur les chemins de traverse, pour ce qui me concerne).

Cela consiste en une fuite éperdue en avant sur un terrain dangereux, en effectuant régulièrement des décrochements à droite et à gauche pour échapper aux plombs. Même si vous ne savez pas où votre course vous conduit, il est toujours plus prudent de continuer que de rester sur place.
______

(*) Yanluowang (阎罗王) est un ancien dieu chinois emprunté au bouddhisme, qui l'a récupéré de l'hindouisme où il est connu sous le nom de Yama: il a pour fonction redoutable d'être juge et gardien de l'enfer. Il tient surtout la liste des humains à convoquer au terme de leur existence et ceux-ci font tout pour échapper à son attention. Selon la tradition, l'enfer se cache sous une montagne, parfois appelée Fengdu (酆都) et parfois Mingshan (冥山), située au Sichuan dans la ville-préfecture de Ya'an.

Écrit par : Rabbit | 22/02/2015

La course du lièvre à travers champs, Rabbit, c'est ce qui vous permet d'ignorer le temps, et ce qui fait que vous soyez un modèle pour moi.

Écrit par : Inma Abbet | 22/02/2015

"Les armes à feu font des dégâts irréversibles. C'est leur but, hélas, mais le résultat n'est pas joli-joli-propre-en-ordre pour ceux qui restent."
Tout-à-fait. Le mari de Corinne Rey-Bellet a fait ça dans la nature - pas loin de chez moi - pour ces raisons. Mais il y a le risque de ne pas être découvert et d'être dévoré par les bêtes, ce qui doit donner un spectacle assez peu ragoûtant aussi...
C'est pour ça que j'ai écrit : "Avoir un scénario et s'y préparer aide à vivre ce qui reste. Éviter les solutions irréalistes."
Un Anglais m'a dit que la corde était assez efficace, à condition qu'elle ne casse pas : il faut une corde sans trop d'élasticité, donc susceptible de se rompre. Et si vous prévoyez une hauteur de chute trop importante, vous vous arrachez la tête : ce qui est arrivé à Ali le chimique, vous vous en souvenez sûrement. Pas joli-joli-propre-en-ordre pour ceux qui restent, comme vous dites.
Et si vous vous pendez haut et court, vous étouffez durant de très longues minutes. Pendre haut et court qqn , c'est vouloir le faire souffrir avant de mourir...
Se jeter d'un pont ? Un camarade de grimpe a vu les cadavres d'Italiens tombés de la Cima Grande di Lavaredo. La tête seule, un cercle rouge de 1 m de diamètre. Vous imaginez ce que fait le reste du corps...
Toujours pas joli-joli-propre-en-ordre pour ceux qui restent mais il y a pire: le train, qui va transporter votre cadavre transformé en viande hachée sur quelques centaines de mètres...
Le sac de plastique sur la tête ? Il y faut beaucoup de volonté...
Le poison ? Le pentobarbital n'est pas en vente libre et Exit veut s'appuyer sur l'avis de deux médecins certifiant que vous êtes au stade terminal d'une maladie inguérissable...Les autres poisons risquent de vous faire souffrir durant un bon moment de très grosse angoisse. Si ça se trouve, le pento-barbital aussi.

Alors vous voyez, une balle dans la tête avec une arme pas trop puissante...
Pas le 9 mm, d'ailleurs vous ne l'avez plus, mais peut-être un 22 (0.22 pouce). Un petit trou et la balle ne ressort pas de l'autre côté. En tout cas, vous n'avez pas le temps de souffrir. Ce n'est pas pour rien que mon ex y pensait. Je ne vous raconte pas sa mort. Des jours d'angoisse, toujours plus forte, malgré les doses massives de Tenesta. Soins palliatifs, qu'ils disent.

Écrit par : Géo | 22/02/2015

La course du lapin ? Je vous avais raconté que quelques mois après mon départ de Mauritanie, cinq Français qui s'étaient arrêtés vers le carrefour d'Alep sur la route de L'Espoir , que j'empruntais tous les 15 jours, se sont fait tirés comme des justement lapins. On n'est pas obligé d'aller se promener sur les champs de tir, en tout cas si on a envie de choisir l'heure. Le plus tard possible mais à temps...

Écrit par : Géo | 22/02/2015

J'avais oublié la noyade, on redécouvre ça :

Obligée de recourir à la morphine pour atténuer les douleurs de sa maladie elle décide, le 25 octobre de 1938, de mettre fin à ses jours. Avant de se noyer, ce soir là, dans les eaux froides du Mar del Plata, elle envoie au journal La Nacion son poème d’adieu « Voy a dormir».

Calu Schwab, Buenos-Aires

On parlait beaucoup du Rhône, autrefois...
Encore une fois, il y faut beaucoup de détermination et on doit vivre une très sale fin. Ne pas oublier que dans les rêves, la notion du temps n'existe pas. En une seconde, vous avez vécu des heures...

Écrit par : Géo | 23/02/2015

Les commentaires sont fermés.