28/03/2015

Le lait ne nourrit plus son héros

 

Depuis une quinzaine d’années, une mauvaise réputation est faite aux produits lactés. Pour quelques nutritionnistes, le lait, les yoghourts et les fromages provoquent des embarras digestifs ou articulatoires. Pire: ils font tousser autant que le tabac! Ils leur substituent de faux laitages à base d’un brouet non animal, où l’on a trempé, dépelliculé et broyé des graines de soja cuites avec de l’eau. Et cet ersatz affriande de plus en plus d’adeptes. A leurs adversaires, qui soutiennent que le lait (de vache, de chèvre, de brebis, de femme aussi…) est indispensable à la santé humaine depuis des millénaires, ils opposent des arguments modernes irréfutables – testés en laboratoire: carence d’oméga 3 dans le contenu industriel des berlingots des supermarchés. Traces résiduelles de pesticides et d’antibiotiques que l’herbivore aurait mâchouillées et ingurgitées en son innocente et misérable inconscience.

 

 

 

Pour scientifiques qu’elles soient, ces vérités choquent vivement mon amie chablaisienne Sylvette Pouchon, fromagère de mère en fille près de Corbeyrier: «Nos vaches sont plus intelligentes que ces savants des villes qui n’en ont jamais trait aucune. Elles trient ce qu’elles mangent, et le lait qu’elles nous donnent est depuis toujours une offrande du Bon Dieu. Elles ne sont pas idiotes, moi non plus d’ailleurs. Si je suis en bonne santé, c’est pour avoir bu le lait de ma maman. C’était du lait, pas du soja! Et si mon fils cadet Jordan n’avait pas été nourri au mien, il ne serait pas devenu en 2013 champion suisse junior à la culotte à Berthoud!»

 

 

 

C’est dire si le lait bovin – tout comme l’humain – a pu ragaillardir de grands héros. Contester cette vérité offense, au passage, des siècles de splendeurs picturales qui représentent, depuis la Renaissance italienne, le sein de la femme comme une source de spiritualité plus qu’un symbole érotique. Ce serait insulter les Trois Grâces de Rubens, les Grandes Baigneuses de Cézanne, les mamelues Tahitiennes de Gauguin, la Vénus endormie de Giorgione qui se trouve au Musée de Dresde. Une galerie ininterrompue de poitrines nues ou «pigeonnantes» qui ont traversé l’Histoire du monde sans nous y faire perdre le goût doux et sacré du lait.

 

 

 

 

 

Commentaires

Il y a une bonne trentaine d'années (et quelques), une gauchiste française de bonne famille, de ma connaissance mais de votre connaissance aussi soit dit en passant, m'a balancé que "le bon sens, c'était réactionnaire". La francophilie exacerbée a depuis longtemps gagné les esprits de nos zélites romandes et journaleuses; les Français exècrent le compromis, le consensus et le bon sens et donc le bon sens est très mal vu dans les rédactions, principalement sur les sujets de société. Et on découvre de plus en plus qu'en fait, il suffit de ne pas abuser du lait, de la viande ou de l'alcool ou de tout ce que vous voulez pour que tout aille pour le mieux. On sait cela depuis Aristote, sauf erreur. Ou était-ce Hippocrate ?

Écrit par : Géo | 28/03/2015

Ah ces modes alimentaires pour faire vendre un produit plutôt qu'un autre
Les Américains et leurs sectes alimentaires qui font mourir du cancer leurs citoyens sensés guérir après avoir ingurgité leurs produits soi-disant naturels
C'est fou ce que les rumeurs font courir les gens .On l'a constaté dès 1980 ou de nombreux petits commerces ont dû vendre des gammes de produits vantant tous les avantages des petites graines .
Ce qui a fait bondir de nombreux hommes peu désireux d'être transformés en ruminants surtout avec des céréales en provenance de Tchernobyl ce que tout le monde appris par la suite
Mais ce qu'il fallait surtout ne pas oublier de dire c'est qu'en mangeant ces repas préparés avec les graines il faut absorber beaucoup de liquide et aucun délégué commercial le spécifia ce qui en a conduit beaucoup chez les spécialistes des voies digestives.
Ce qui est frappant c'est de voir le nombre de gens qui changent toute leur alimentation du jour au lendemain.
Les incompatibilités entre aliments existant autant manger ce qu'on a mangé depuis l'enfance pour autant qu'on ait pas déjà cherché à nous embrouiller l'esprit par des théories de généticiens qui ont toujours été fortiches à ce petit jeu
Ces modes intéressent souvent des personnes plus toutes jeunes et déjà fragilisées dans leur santé et qui vont se retrouver avec des cancers du colons .Le simple fait d'avoir tout changé aura réveillé des cellules qui ne demandaient qu'à rester endormies
Quand au lait de Soja si vanté pour faire baisser le cholestérol il n'est pas toléré par tout le monde surtout si on a les intestins fragiles car on sait que tout ce qui est légumes secs doit être proscrit sinon bonjour pour l'usine à gaz humaine avec colites spastiques
Géo a entièrement raison ! il faut manger de tout un peu et avec plaisir sans se laisser influencer par les médias et on ne change pas son mode d'alimentation quand on a déjà le tube digestif à la peine
Ce d'autant que tout le monde ne doit pas manger comme le voisin .On est tous unique et devons apprendre à protéger notre santé en évitant de vouloir par force en imiter d'autres
Très belle soirée pour Vous Monsieur Salem

Écrit par : loevejoie | 28/03/2015

Et quand on lit sur le site notre-planète-info que la culture biologique actuelle peut développer des mycotoxines nous voici diablement et durablement rassurés
Nos anciens utilisaient des produits homologués ce qui n'est pas et de très loin le cas pour toutes ces nouveautés qui font courir certains consommateurs car beaucoup ne croyant plus aux couleuvre Vertes et de toutes les formes qu'on essaye de leur faire avaler
Le consommateur vit d'après son porte-monnaie et non pour faire plaisir aux publicités et on est étonnés de voir à quel point de nombreux jeunes ont compris qu'ils devaient apprendre à ne plus se laisser manipuler par des bonimenteurs en tous genres

Écrit par : lovejoie | 28/03/2015

Les scientifiques nous imposent leurs normes de laboratoire. Ils nous dictent ce que nous devons manger, à quoi nous devons faire attention. Dans les cuisines, les cuisiniers doivent chasser les bactéries sinon gare à l'amende voir pire, la fermeture du restaurant. Tout ça c'est très bien. Mais un corps qui ne lutte pas contre les bactéries, qui ne fait plus ses anticorps, qui mange des produits transformés par l'agroalimentaire et qui ne mange plus sainement comme on disait jadis, comment fait-il pour rester en bonne santé?

Les rats de laboratoire nous pourchassent au coeur de notre job, nous disent si nous fautons dans nos cuisines même si aucun malade ne s'est déclaré. Avec notre expérience et notre savoir sur la conservation des aliments, nous jugeons à l'odeur, à l'oeil, au toucher, à la date de fabrication, à la température des frigos, d'un produit bon ou avarié. Cela reste de l'ordre de l'humain. Alors que le laboratoire a tous les appareils pour traquer la bactérie et le seuil de tolérance admise dans la loi. Les agriculteurs et artisans des produits laitiers sont confrontés aux mêmes problèmes.

Conclusion. Mangeons au naturel sans trop se prendre la tête avec les scientifiques et leur savoir qui annoncent cancers, problèmes cardio-vasculaires, décalcification des os, et autres apocalypses si nous ne nous référons pas à toutes leurs analyses.

Écrit par : pachakmac | 31/03/2015

Oh miracle des miracles de la saine alimentation.Une méthode sûre pour rester en bonne santé consiste à boire l'eau de cuisson des légumes mais faites gaffe car l'eau ayant cuit les pommes de terre est un excellent anti mousse pour les dalles en bétons et si vous voulez gardez votre flore intestinale en bon état conservez là plutôt pour un autre domaine que celui de votre santé

Écrit par : lovejoie | 01/04/2015

Les commentaires sont fermés.