30/05/2015

Les pouvoirs cachés d’une main

Chez d’aucuns, cette extrémité corporelle s’arrondit en poing pour fracasser une tronche qui ne leur revient pas. Chez d’autres, la manoille, comme disent les Vaudois (du latin manicula, «petite main») s’ouvre en étoile pour apprendre à compter aux enfants. Ou pour qu’une Gitane y déchiffre des lignes de bonne ou mauvaise fortune. Si le destin se révèle néfaste, et que la pythie des rues réclame des sous pour tromper sa faim, la manoille se referme en manoillon. En une petite main. Un moignon qui ne cogne pas, ne fait pas des poches bleuâtres aux mirettes d’un adversaire, mais rempoche des centimes.

Pourtant, c’est quand elles sont éployées que nos mains rayonnent d’humanité. Et pas seulement au regard khôlé d’une chiromancienne qui prierait Lucifer. Au catéchisme de Pully, quand j’avais 6 ans, un pieux paroissien m’avait appris à m’en servir pour dénombrer les apôtres de Jésus. Aux dix doigts, je devais en ajouter deux, en en repliant trois de ma gauche: un cauchemar de comptable pour moi, déjà un zéro en calcul: j’y mélangeais mes phalangines et phalangettes.

Depuis la révolution numérique (ou digitale), il m’a bien fallu les discipliner la moindre. Afin de m’exprimer sans étourderie sur le clavier d’un PC, ou d’un téléphone mobile, quand bien même n’y contribuent que mes index: deux pour l’ordi, un seul pour les textos.

 

Et voilà que des génies informaticiens de l’Université du Sussex, au Royaume-Uni, annoncent des interactivités qui seront à sensorialité diffluente - se développant en plusieurs directions. Leur programme, baptisé UltraHaptic, renverra à l’ère du myocène nos prouesses digitales, en préconisant des pouvoirs communicatifs cette fois non plus seulement à portée de doigts, mais à celle d’une main entière. Douée d’une variété infinie de nervures secrètes et intelligentes, qu’elle ignore elle-même, elle serait capable de transmettre le sens du toucher. A partir d’un clavier quelconque, nous échangerions, vous et moi, mieux que des SMS, mieux que des mots: des émotions à fleur de peau. Des caresses tactiles quasi téléportées, des images virtuelles dont on sentira le grain à distance. Une victoire pour les informaticiens du futur, qui veulent formater non seulement nos cerveaux mais nos âmes. Une défaite, peut-être, pour ceux qui préfèrent la désinvolture, plus créatrice, de l’imagination.

Commentaires

"c’est quand elles sont éployées que nos mains rayonnent d’humanité"
Vraiment?
Les mains, miroir de l'â...ge.
http://2.bp.blogspot.com/-rYzpVYEh-8M/VWDa3WvOMYI/AAAAAAAAJ-g/TUczBLDRbA0/s1600/DSC01536%2Bcopie%2BNB.jpg

Écrit par : Ambre | 30/05/2015

Oui, à moins de posséder le talent d'Hildegard von Bingen pour la création d'images virtuelles interactives, sensorielles et diffluentes:
"Je vis comme une grande montagne couleur de fer, et sur elle quelqu'un était assis, resplendissant d'un tel éclat, que sa lumière offusquait ma vue ; et de chaque côté, le voilant d'une ombre douce, une aile, merveilleuse de largeur et de longueur, s'étendait. Et devant lui, au pied de la montagne, une figure toute pleine d'yeux se tenait, de laquelle je ne pouvais distinguer nulle forme humaine, à cause de la multitude d'yeux ; et devant elle, était une autre figure d'enfant, sombrement vêtue, mais chaussée de blanc, sur la tête de laquelle descendit une telle clarté, rayonnant de celui qui était assis sur la montagne, que je ne pouvais plus regarder sa face. Mais de celui-là même qui était assis sur la montagne, une infinité d'étincelles vivantes s'échappaient, qui enveloppaient ces figures, d'une grande suavité." (à suivre)

Écrit par : rabbit | 01/06/2015

Oh! Rabbit! Vous n'êtes pas en Chine (^_^)?
(Bouh! Il n'est pas un peu emphatique ce texte de Hildegard von Bingen? Cela dit sans vous offusquer). Mais peut-être est-il trop poétique pour ma cervelle.
Elles sont où ces "mains qui rayonnent d'humanité" dans le texte (0_0)?
Je sens que Géo va sortir de son terrier si son copain le lapin a montré ses oreilles.

Écrit par : Ambre | 01/06/2015

"Je sens que Géo va sortir de son terrier si son copain le lapin a montré ses oreilles." Ahem, terrier...
Rabbit est visiblement encore en Chine dans sa tête. On verra la suite...

Écrit par : Géo | 01/06/2015

Li Hejun a perdu 13 milliards d'Euros en 23 minutes. Et vous, ça va ?

Écrit par : rabbit | 02/06/2015

C'est encore un trader qui a cliqué un peu trop rapidement ? Bah, de toute façon, il ne mettra pas beaucoup plus de temps à les récupérer...
Il paraît que le monde est submergé par les milliards de dollars, d'euros et autres dont on ne sait plus trop quoi faire. Alors 13 milliards de plus, 13 de moins...Ce que je vois, c'est que ces abrutis d'économistes fous vont bien réussir à me ruiner moi d'une façon ou d'une autre. Je songe à changer de planète pendant qu'il est encore temps. N'importe où, pourvu qu'il n'y ait pas de bipèdes de l'espèce que l'on sait...

Écrit par : Géo | 02/06/2015

S'il est possible d'échapper au traders en cachant vos pièces d'or sous une pile de draps, les agents du fisc sont beaucoup plus rusés. Je vous conseille de vous renseigner sur les conventions de double imposition conclues dans la galaxie avant de changer de planète. La lecture en est ardue, mais vos éconocroques le valent bien.

Écrit par : rabbit | 02/06/2015

Des pièces d'or pour le plaisir de les garder... Un plaisir que je ne peux pas me permettre.
Sinon, la Chine vaut bien d'autres contrées. Pour moi, ce n'est pas trop important, pour autant que je profite du silence et d'une connexion internet rapide.

Écrit par : Inma Abbet | 05/06/2015

Oui, certes, mais, en Chine comme en Afrique ou dans le Chablais, c'est partout pareil. Plus on se déplace sur cette maudite planète et plus les humains se ressemblent. Vous avez raison: rien de tel que le silence branché à une connexion rapide, que se soit à Swakopmund ou à Nanchang.

Écrit par : rabbit | 05/06/2015

Le problème de l'or - ou des diamants -, c'est que son prix est un peu trop aléatoire. J'ai travaillé à la mine de Kalana alors que l'once était à 200 dollars et que ces idiots de Suisses bradaient l'or de la BNS pour des clopinettes, probablement pour casser les reins de ces Maliens qui risquaient de devenir trop riches avec leurs mines...
L'once est montée à plus de 1600 USD et aujourd'hui, elle est retombée à 1183. On peut très bien imaginer que ça retombe à 200 USD.
Le prix du diamant pourrait aussi connaître de fâcheuses surprises si les Russes mettaient sur le marché les quantités énormes dont ils disposent. De plus, le diamant, cela peut se synthétiser. Sous 150 kilobars de pression. Une presse a explosé en Australie, elle est quasiment partie en orbite...
Non, rien de tel que le marché de l'art. Je propose que nous montions une agence de communication artistique pour promouvoir cette jeune artiste de talent qui signe le commentaire ci-dessus...

Écrit par : Géo | 05/06/2015

Chustement !

Si le prix de l'or baisse, c'est le moment d'être attentif au moment oÙ la tendance va s'inverser. Regardez l'historique des cours, c'est comme une respiration liée à l'incertitude de notre putain de vie. Demandez à Warren Buffet, il ne s'exprime pas autrement.

Le marché de l'art est spéculatif, je ne vous apprend rien. Donc, le prix et la valeur n'ont rien de synonymique dans ce business. Raison pour laquelle Warren Buffet ne s'y frotte pas, et qu'Inma ne se résout pas à dessiner des petits Mickeys ou à bricoler des déchets ménagers et des rebuts mécaniques.

Par contre, Ai Weiwei a parfaitement saisi les avantages financiers et politiques liés aux ressorts capitalistiques du phénomène. Il a vendu à temps des trucs et des machins copiés aux modèles des catalogues d'art contemporain occidentaux, puis a investi le bénéfice dans la spéculation immobilière, alors galopante, en omettant de payer les impôts. Ce qui l'a rapproché de l'art brut des geôles pékinoises et lui a permis de s'initier aux graffitis intra-muros.

Que faire ?

Écrit par : rabbit | 05/06/2015

Si Inma peint des petits mickeys, vous pourriez profiter de vos relations chinoises haut placées pour les leur vendre des fortunes. Après tout, peut-être qu'ils les valent ? Pourquoi van Gogh et pas Inma ? C'est mon rôle à moi que je ne vois pas très bien...
A propos de valeur et de Swakopmund, on a beaucoup parlé d'Areva et de Uramine, ces temps. Le goût de François Mitterrand pour les jeunes et jolies femmes aura décidément coûté assez cher aux Français...

Écrit par : Géo | 05/06/2015

Areva, pour moi c'est deux mines d'uranium en moins: de quoi faire monter les cours, soyons réalistes. L'an dernier, j'avais calculé la facture qu'Ambre aura a payer pour cette péripétie hexagonale (oublions tous en coeur, tous en coeur...).

Cela dit, si vous n'êtes pas personnellement impliqué dans la filière du nucléaire (comme on dit dans les médias hexagonaux), je vous rappelle que la Schwarzwälder Torte de Swakopmund vaut réellement le déplacement. Dites-leur que vous venez de ma part.

Avec le Dr Li, j'avais visité le musée d'art contemporain de Shanghai, installé dans une usine électrique désafectée. Désorientés par l'enveloppe, le bric à brac régnant à l'intérieur créait un climat digne du salon du bricolage ou du chantier abandonné. Quel effet a eu sur le Dr Li cette confrontation hard avec l'art contemporain ?

L'avenir en a-t-il encore un ?

Écrit par : rabbit | 05/06/2015

"L'avenir en a-t-il encore un ?" Ce qui me rassure, c'est que le soleil va imploser d'ici cinq milliards d'années...
Notez que l'humanité devra affronter la prochaine glaciation dans quelques milliers d'années seulement. Cela va être assez sportif, à mon avis. Enfin, s'il reste une humanité d'ici-là...
Vous reprendrez bien un peu de champagne ?

Écrit par : Géo | 05/06/2015

Volontiers ! Entre Southampton et New York, il n'y a rien de mieux que le bar du Titanic...

Écrit par : rabbit | 05/06/2015

Le bar du Titanic, pourquoi pas? J'ai lu plusieurs livres sur les naufrages de toute sorte, mais en cas de glaciation, les bateaux ne pourront même pas naviguer (il n'y aura plus de bateaux, de toutes façons).
En attendant la prochaine ère glaciaire, je pars quelques jours à Paris, cela me changera de ma paisible campagne.

Écrit par : Inma Abbet | 05/06/2015

Les commentaires sont fermés.