01/07/2015

Tout l’univers dans une piscine

Dans une récente chronique, on a voulu dépeindre les habitudes de l’estivalier vaudois ordinaire, amateur du camping sur les plages de son canton. Aujourd’hui, on rappelle qu’il devient de plus en plus citadin (en 2050, prédisent les démographes, 75% des Terriens le seront), et que c’est à la piscine municipale qu’il va patauger. Y exhiber son profil sinusoïdal de sexagénaire à bedaine, avec des hanches trop gélatineuses à son goût; aussi plissées que son front et son cou «reptilien». Sa tortue de jardin s’est mise à lui ressembler, et c’est vice versa.

Pourquoi s’y rend-il plutôt qu’au lac? A cause de puces de canard qui infesteraient les baignades de Préverenges, et même dans la crique familiale de Rivaz, où aucune brise ne circule plus en raison de la canicule qu’il fait ces jours-ci. A la piscine de son quartier, l’eau est, artificiellement, plus fraîche. On peut s’y convaincre qu’elle est un ersatz de Léman. En beaucoup plus petit, moins graphiquement réussi, trop rectangulaire, sans Alpes autour. Sans couchers de soleils époustouflants sur les filaments vert et or de l’embouchure de la Dranse. Mais l’imagination peut y suppléer.

En ce bassin de béton peint en bleu et remplie d’eau chlorée, on nage en sécurité. Aucun tsunami asiatique ne nous menace. Il n’y affleure jamais, comme en Méditerranée, des cadavres de cachalots ou d’oiseaux, voire d’humanoïdes miséreux fuyant un Proche-Orient en guerre, une Afrique misérable. Et dont l’embarcation de fortune avait la coque trouée.

Autant de misères mondiales que l’habitué masculin des bains de Bellerive, parcourt d’un air distrait dans les journaux. Il n’aime pas trop l’eau, s’étant contenté d’en évaluer la température en n’y trempant qu’un orteil. Et il s’est lourdement rencogné dans un siège en plastique. Il ne lève plus souvent les yeux que pour mater un défilé de silhouettes féminines presque nues. Il est frappé par leur ressemblance, leur stéréotypie. Dans les années 50 Alexandre Vialatte faisait de même, mais avec poésie, à la piscine parisienne flottante de Deligny qui coula dans la Seine en 1993. Il les compara à des clefs de sol, à «plusieurs en forme de presqu’île, de poire William ou de bahut breton, de Danemark et même de Bretagne.»

Commentaires

"Il ne lève plus souvent les yeux que pour mater un défilé de silhouettes féminines presque nues" C'est beau comme du Roland Jaccard, et je ne parle pas du spécialiste du terrorisme islamiste...
Et la grande question quasi-philosophique : les gens font-ils pipi dans la piscine ? Les sportifs de haut niveau, oui. En tout cas en France...
Et son corollaire : le produit révélateur d'urine par coloration est-il une légende urbaine ?

Écrit par : Géo | 02/07/2015

Comme le bromure dans la gamelle des recrues ?

Jaccard, c'est le touriste Suisse disparu en Argentine ? Cela dit, je vous fais volontiers cadeau d'une tranche de Pessoa, aussi fraîche qu'une pastèque dans la touffeur des nuits chinoises: "Les gens du peuple ne sont jamais humanitaires. L'élément fondamental chez eux est l'attention rigoureuse qu'ils portent à leurs intérêts, et leur exclusion non moins rigoureuse, dans la mesure du possible, des intérêts d'autrui".

Écrit par : rabbit | 02/07/2015

"Jaccard, c'est le touriste Suisse disparu en Argentine ?" Non, c'est le vieux beau amateur de lolitas des piscines parisiennes (vu le sujet...) :
http://www.hebdo.ch/hebdo/culture/detail/litt%C3%A9rature-mister-jaccard-miss-lolita

Écrit par : Géo | 03/07/2015

Je ne vous reconnais plus, Géo: gâcher votre talent à compiler des gossips de gazettes indigènes. Mondialisez-vous !
Pourquoi de l'intérêt pour un individu que la planète ignore (combien de "like", combien de "tweets") ? Dans quel but relever l'ombre de son inexistence ? Pour évoquer une éventuelle et "insatiable recherche d'une âme à travers les reflets délicats qu'elle a laissés sur d'autre âmes", comme dit Jorge Luis Borges ? Que dale !
Par contre, s'agissant de Lolitas, j'avoue rencontrer une attention certaine pour ma personne, en Chine et en Namibie. Phénomène que je me force d'attribuer à l'effet "banquier suisse", pour éviter toute intoxication aux narcisses.
Et puis, imaginez un instant la publication, dans le Quotidien du Peuple, d'une photo de moi entouré de gamines court-vêtues... je me couvre la tête de cendres à cette idée. Une réputation bâtie jour après jour depuis trois ans au sein d'une civilisation qui ne m'a pas attendu depuis plus de trois mille pour exister ? Faut jouer serré, je vous le dis.
Même chose avec l'Allgemeine Zeitung de Windhoek: mais eux, ce sont des Prussiens. Vous vous souvenez des Hussards de la Mort dont on parlait récemment, ici-même ? Il y a de quoi frissonner malgré la canicule.
Comme j'envie votre solitude méditative auprès de vos chères roses de Berne, ô Géo. Puissiez-vous, comme Lao-Tseu, devenir plusieurs fois centenaire et laisser une même empreinte sur la blogosphère.
On se fait une petite bouffe un de ces jours ?

Écrit par : rabbit | 03/07/2015

«Cas d'encule»... pardon, canicule...

Quelques News édifiantes de la presse unique:

«La panne des CFF pourrait durer jusqu'à 18 heures...»

puis:

«Pollution à l'ozone... il est conseillé d'emprunter les transports publics...»

et la cerise...:

«Le patron des CFF a gagné plus d'un million en 2014...»


Après on s'étonne qu'il y en a qui pètent un câble !

Écrit par : petard | 03/07/2015

"Pourquoi de l'intérêt pour un individu que la planète ignore" Une très légère ironie quant à la prose du Maître de céans. Mea maxima culpa, j'aurais pas du.
Une petite bouffe ? Malheureux, je suis au pain sec et à l'eau jusqu'à fin 2015 et vous allez me parler de blanquette de veau ? Vade retro, satanas...

petard@ Et ce n'est que le début de la Grande Tornade en formation, comme disait le vieux biscuit prussien. Attends qu'on arrive à 9 milliards, dont douze millions en Suisse...

Écrit par : Géo | 03/07/2015

Non, je pensais plutôt à une salade grecque.

Écrit par : rabbit | 06/07/2015

Là, on est déjà dans la sérieuse indigestion. Nein danke...

Écrit par : Géo | 06/07/2015

Et pendant ce temps, en Espagne, les méchants financiers courent derrière les braves citoyens dans les rues de Pamplona...
http://www.eitb.eus/es/noticias/sociedad/videos/detalle/3343118/video-encierro-7-julio-sanfermines-pamplona/
Eh oui, les sanfermines ont commencé. tous les matins jusqu'au 14 sur TVE à 8h pétantes, et quand je dis pétantes...

Écrit par : Géo | 07/07/2015

Monsieur Gilbert a raison, et rares sont les occasions où vous avez pu le prendre en défaut, reconnaissez-le, Géo.

Par exemple, 50% de la population chinoise est désormais citadine (imaginez une ville de 650'000'000 habitants). Qu'en sera-t-il en 2050 ? L'espérance d'atteindre un objectif mondial de 75% paraît être de nature déterministe.

Mais, vous pouvez toujours lui objecter qu'une petite erreur, sur la connaissance initiale d'un système chaotique, peut croître de façon exponentielle. La Peste Noire refait son apparition au Cameroun, la BNS rachète les milliards d'Euros qu'imprime la BCE, un tunnel clandestin est en construction entre la Lybie et l'Italie, un dépôt de munitions de l'armée vient d'être pillé dans les Bouches-du-Rhône, la Grèce retrouve sa place dans la liste des pays émergeants, qui sont les suivants ? etc, etc. Moi, le chaos ça me met K.O.

Si Satan conduit le bal et que le bouzouki, c'est fini, il est temps de se mettre au vert (comme le billet). J'ai besoin de votre collaboration pour vendre quelques îles des Cyclades à des investisseurs du Shanxi (ne pas confondre avec le Shaanxi). Je suis en train de bricoler de faux titres de propriété à partir d'anciennes éditions des pièces d'Eschyle, et vous vous débrouillez mieux que moi dans cet idiome.

Bonjour chez vous.

Écrit par : rabbit | 07/07/2015

Les îles des Cyclades, paradis des passeurs de réfugiés ? Mauvaise pioche. Quant la Grèce va plonger, ce qui ne saurait tarder, ce seront des endroits de non-droit, et c'est un eugraphisme...
Et la langue d'Homère n'a pas grand-chose avec celle de Grecs actuels. Heureusement, dirons-nous...

Écrit par : Géo | 07/07/2015

Les sanfermines, en effet, parlons-en: commenté par une spectatrice chinoise, l'événement devient un voyage dans le temps, un retour vers l'aube de l'humanité. Est-ce cela ? Si vous avez une réponse, nous évoquerons ensuite le Palio, à Sienne. Sinon, il faudra demander son avis à Luc Boltanski, voire même à BHL.

Conservation.

Écrit par : rabbit | 07/07/2015

"un retour vers l'aube de l'humanité." C'est une grande question. Je me demande si plus jeune, j'aurais été assez con pour courir avec les toros...
Hemingway l'a fait, ce qui fait qu'il y a une tradition américaine de venir participer. Le problème, c'est la forte tendance à l'éthylisme des boys. Vous avez vu "city slickers", aimable plaisanterie sur les bobos new-yorkais ?

Écrit par : Géo | 08/07/2015

Bon, ce matin, l'encierro a été muy limpio...
N'empêche, la vision de la manade qui fonce dans la foule me fait toujours plus plaisir. Ils sont fous, ces Espagnols. Fous mais géniaux...
V

Écrit par : Géo | 08/07/2015

Bon, ce matin, l'encierro a été muy limpio...
N'empêche, la vision de la manade qui fonce dans la foule me fait toujours plus plaisir. Ils sont fous, ces Espagnols. Fous mais géniaux...
Vous avez vu qu'il y a eu deux morts chez les base jumpers en CH ce week-end ? Un rocher à 200 km/h pardonne moins qu'un coup de corne, semble-t-il...

Écrit par : Géo | 08/07/2015

Mourir si près de chez soi, est-ce vraiment la grande aventure ? Erreur de casting ou de metteur en scène ?
Pour revenir à votre antépénultième billet, vous avez voulu m'orienter sur les Chicagos Boys et vous avez raison. Il n'y a qu'eux pour remonter une Grèce dans la même situation que le Chili en 1973.
Dans la page Wiki en français consacrée à "City Slickers", on évoque Kierkegaard. C'est normal ?
Les bobos new yorkais font plutôt référence à Noam Chomsky.
Vous mettez de l'eau dans votre ouzo ?

Écrit par : rabbit | 08/07/2015

La Grèce serait-elle l'arbre qui cache la forêt chinoise ? Bon, au moins. les Chinois n'ont pas Tsipras à leur tête...
Ce qu'il y a de bicolet tout plein, ce sont les tours de passe-passe de ses sympathisants de par chez nous et en France sur le sujet...

Écrit par : Géo | 08/07/2015

Quand la Chine va, tout va.
Il n'y a que les 20'000'000 de retraités boursicoteurs qui font souci sur les marchés boursiers. Raison pour laquelle Jack Ma (马云) a fait son IPO à NYC.
Je suis précisément en train d'étudier la question des mondes parallèles, du réalisme modal et de la quatrième dimension. Ce que vous me dites de la politique quantique ambiante ne m'étonne donc pas.
Il suffit d'être prêt à prendre la poudre d'escampette à tout instant. L'essentiel se trouve dans mes deux valises.

Écrit par : rabbit | 08/07/2015

"L'essentiel se trouve dans mes deux valises." Y compris votre fortune en lingots d'or ? Vous vous déplacez avec un diable ? (et je pèse mes mots...)

Écrit par : Géo | 09/07/2015

Mais non, aujourd'hui tout est numérisé, digitalisé, dématérialisé, comme mes mots. Tout le reste de ma petite personne se trouvant actuellement dans les Pyrénées orientales, subissant la canicule que vous évoquiez tout à l'heure et qui n'est pas, hélas, dématérialisable.

Écrit par : Inma Abbet | 09/07/2015

"aujourd'hui tout est numérisé, digitalisé, dématérialisé, comme mes mots." Hmmm, hmmm. Et le jour où vous aurez besoin de votre or immatériel et que votre banque vous dira que y a pu ? Comme à Chypre et bientôt en Grèce ?
C'est justement là le problème et c'est de cela que nous parlions...

Écrit par : Géo | 09/07/2015

Fichtre ! En qualité d'orientaliste déjanté, je connais très bien lesdites Pyrénées. Mon fils a été conçu dans cette région et il s'en porte très bien. Posez-lui la question. Le magret de canard de La Ballete à Collioure, ainsi que le Banyuls qouleyant et ambré, sont les autres à-côtés mémorables d'un séjour sportif sous l'oeil du Canigou ronronnant.

Monsieur Géo, quand vous saurez que le Yuan a désormais cours à Piogre, vous comprendrez le sens du mot globalisation. What else ?

Écrit par : rabbit | 09/07/2015

Comme vous faites encore le malin - avec ou sans diable - , on en déduira que vous ne faites pas partie des 200'000 boursicoteurs touchés par les légers problèmes de la bourse chinoise...
Vous parlez le catalan, dans les Pyrénées orientales ?

Écrit par : Géo | 09/07/2015

Le chiffre de vingt millions est donné par un économiste crédible au cours d'une émission les plus pertinentes du PAF. Le surlendemain, le concept de papys agioteurs est repris au journal télévisé, mais leur nombre passe à cent millions. C'est encore un ordre de grandeur réaliste en Chine: celui, à quelques unités près, des personnes portant le patronyme Zhu ou des habitants de la province du Sichuan.

A l'angle de Pudong Dadaoe et de Pudong Nan Lu, vous avez l'immeuble de la Bourse de Shanghai, depuis peu mariée à celle de Shenzhen. Juste en face, vous voyez un siège de la Bank of China, à l'emplacement précis où se trouvait la maison des parents de ma compagne dans les années 1960. De nombreux bâtiments alentour atteignent 30 étages.

En descendant Pudong Nan Lu vers le sud - d'où son nom -, on arrive après 5 kilomètres à mon ancien chez moi. Toute cette partie de la ville à l'est du Huang Pu - d'où son nom -, autrefois zone agricole et industrielle parsemée de hameaux d'habitations, a vu sa population croître de 5 millions d'individus au cours des vingt dernières années.

Vous connaissez sans doute tout le monde dans votre coin de pays, Géo, raison pour laquelle vous avez de la peine à décoller. C'est ça ? Entouré de vingt-trois millions de voisins ne parlant pas votre langue, vous vous sentiriez plus libre.

Écrit par : rabbit | 10/07/2015

Je meure d'envie de me sentir libre de cette manière...
Quant à mon décollage, c'est plutôt une affaire de pot-au-noir que d'envie. Quoique. Ces dernières chaleurs m'ont fait me souvenir de mes fantasmes au Burkina en mars : je rêvais de vacances en Suisse que j'aurais passées dans la caverne de glace du glacier du Rhône sur un transat...
C'est assez marrant : hier j'étais très content de moi sur le plan vélocipèdiste, en rentrant d'une balade de 1300 m de dénivel jusqu'à Bretaye 1806m, retour par le lac des Chavonnes et la Forclaz, ce bled qui ignore l'heure d'été par respect pour ses vaches et à la maison, la Une de 24 heures : le cuisinier Rochat est mort à cause d'un malaise à vélo, à 61 ans. Ce qui, horribile dictu, est deux ans plus jeune que moi. Depuis, je regarde mon vélo un peu différemment...

Écrit par : Géo | 10/07/2015

Une caméra de surveillance vous aurait surpris en train de monter dans la cabine du Roc d'Orsay avec votre bécane. Depuis là-haut, il n'y a que de la descente jusque chez vous. Ce qui fait que votre performance ne peut être homologuée, à moins du témoignage d'une marmotte assermentée.

Écrit par : rabbit | 10/07/2015

J'ai le témoignage de trois camionneurs que j'ai croisés entre Plambuit et les Tailles. Et je vous promets qu'ils s'en souviennent : il n'y a de la place que pour leur camion sur cette route. Je m'en souviens encore mieux. Collé dans le fossé, les trois roues de l'un sont passé à quelques centimètres de mon pied coincé sur la pédale...
L'un d'eux s'est arrêté pour plaisanter avec moi, le dernier. C'était juste avant Berboleuse. Eh oui, c'est sûrement la même étymologie, avec juste une lettre de différence à quelques milliers de mètres à vol d'oiseau...
J'ajouterais que mon problème aujourd'hui, ce n'est plus la montée mais la descente. Syndrome de Rainaud, connaissez ? ça, c'est pour le vélo. A pied, c'est les genoux. Les télécabines pour moi, c'est pour la descente.

Écrit par : Géo | 10/07/2015

Géo, c'est bien ce que vous faites. Vous disséquez les fibres qui tissent votre microcosme pour en extraire la moelle. De la veine d'écrivain ou je ne m'y connais pas. Mais, reprenons les faits si vous le voulez bien.

Dans cette histoire de camions, quelle est la part de fiction et de réalité ? Je connais très bien l'endroit pour l'avoir visité en rêve: même un Haflinger n'y risquerait pas un pneu. Si faire du vélo par 39° à l'ombre a été fatal au regretté Monsieur Rochat, il n'est pas impossible que vous ayez été sujet à des hallucinations. Voire même victime d'un envoûtement: la société régresse en temps de crise à des états insoupçonnés, vous avez été le premier à le signaler.

Elevez des chiens, des enfants ou des vers à soie. Collectionnez les points COOP, les contraventions ou les lingots par kilos, mais de grâce, cessez ce combat inutile avec l'ange. Jetez votre vélo dans le Rhône, Géo, car vous avez aussi le devoir sacré de protéger le site de Gilbert d'une invasion rabbitienne. Si ce n'est pas trop tard...

Écrit par : rabbit | 11/07/2015

"Mais, reprenons les faits si vous le voulez bien."
Histoire de camions : c'est bien ce qui m'a choqué. Ces gens défoncent la route en se disant que cela leur fera du boulot quand ils auront fini ce qu'ils sont en train de faire...C'était l'objet de mes échanges avec le dernier camionneur.
2. "même un Haflinger n'y risquerait pas un pneu" Je pense que vous ne voyez pas de quelle route il s'agit. Et d'ailleurs, ce serait une autoroute pour un Haflinger.
3. "Si faire du vélo par 39° à l'ombre a été fatal au regretté Monsieur Rochat"
Je me suis fait surprendre par le froid. D'où mes problèmes aux mains. Le gradient est de 6° par 1000 m en conditions normales. Il faisait frais le matin en plaine et donc...
4. "cessez ce combat inutile avec l'ange" Il n'y a que des combats inutiles, genre courir avec les toros et j'ai déjà essayé la dolce vita. Cela s'est terminé par une crise de goutte...
5. "le devoir sacré de protéger le site de Gilbert d'une invasion rabbitienne. Si ce n'est pas trop tard..." Vraiment ?

Le sujet du commentaire était plutôt Berboleuse / Barboleuse, mais cela n'a pas l'air de vous inspirer...

Écrit par : Géo | 11/07/2015

L'onomastique des lieux n'est pas extensible à l'infini. En Chine on est vite coincé. Mais dans le cas qui vous occupe, on est dans l'espace linguistique franco-provençal ou de l'Arpitan. A l'intérieur du triangle Dauphiné - Franche-Comté - Piémont, on trouve les mêmes noms à quelques variantes près.
Vous pensez à une ancienne colonie Berbère? A une résidence secondaire de Barbie? Dites-moi tout.

Écrit par : rabbit | 11/07/2015

"on trouve les mêmes noms à quelques variantes près" Précisément. Sur ma carte au 1:25'000, il y a 15 cm entre les deux points, soit moins que 4 km...
A l'échelle du triangle Dauphiné - Franche-Comté - Piémont, cela donne une variabilité assez étonnante. Le localisme vaudois, c'est quelque chose...
Autre remarque : les altitudes indiquées sur les panneaux jaunes du tourisme pédestre vaudois sont complétement fantaisistes. Si vous allez au fonds du Vallon de Nant, après vous être émerveillé des falaises poétiques du Grand Muveran et fortement énervé par les tripodes abominables sensés expliquer au touriste ignare les merveilles qu'il côtoie genre l'orogenèse alpine en deux phrases, vous débouchez sur deux panneaux indiquant la même altitude alors que le second est 25 m plus haut...
Des exemples comme ça, il y en a partout. Pratiquement pas une altitude qui soit fiable sur ces maudits panneaux. Les Vaudois sont des rigolos. Des rigolos qui posent des panneaux didactiques partout, c'est la mode. Plus un arbre qui ne soit affligé d'un tazibao sur la faune et la flore, le transport du sel ou la récolte du caoutchouc dans les hévéas alpins...

Rhaaaa, je me sens beaucoup mieux. Bonne soirée...

Écrit par : Géo | 11/07/2015

Les commentaires sont fermés.