08/08/2015

Cou de cygne avec GPS

 

Les mers de notre planète s'acidifient, les océans s'engluent, les eaux douces seraient elles aussi menacées de miasmes divers. Tout riverain lémanique est en droit de s'inquiéter du sort de la truite arc-en-ciel, du brochet, de la perche, bien sûr. Mais aussi de la gent ailée qui y barbote. A commencer par le volatile qui confère à notre Léman son romantisme wagnérien (Lohengrin) et un glissando de violoncelle rêvé par Saint-Saëns: j'ai nommé Sa Majesté le cygne tuberculé, un des plus prestigieux ornements de nos cartes postales. S'il s'est exemplairement inscrit dans le paysage, il n'a été introduit qu'au cours du XIXe siècle. Lorsque, en 1837, la Ville de Genève en fit venir de Paris (et en diligence!) un mâle et une femelle. Vingt-cinq mois plus tard, deux autres couples de cygneaux, offerts par le prince de Fürstenberg, les rejoignirent dans la rade.

Depuis, l'oiseau emblématique de Virgile, de Fénelon et de Louis II de Bavière n'a cessé de prospérer entre les Eaux-Vives et Le Bouveret – en passant par Saint-Sulpice, Vidy et Clarens. Aujourd'hui sa descendance est évaluée à plus de 600 spécimens, les uns plus gracieux, indolents et hiératiques, que les autres.

Place de la Navigation, à Ouchy, ils viendraient saisir un bout de pain jusque dans votre main, en ondulant leur cou blanc et couleuvrin qui inspira Modigliani. Petit conseil aux séducteurs: faire remarquer à une dame qu'elle a un cou de cygne est un éloge ordinaire, un lieu commun vaguement acceptable. Lui dire qu'elle à un col de cygne serait une insulte, car c'est un terme de ferblantier désignant un tuyau recourbé de WC! Une vidange urbaine qui contribue à la corruption des eaux, dont dépend la santé de la faune aviaire.

On vient d’apprendre que des savants de Singapour ont créé un robot testeur d'eaux polluées qui sillonne le canal Alexandra, dans leur quartier populeux de Queenstown. Ils l'ont greffé d'un programme de géolocalisation GPS qui serait infaillible. Pourquoi lui ont-ils donné la silhouette du cygne tuberculé? «Parce que copier la nature permet de développer des robots plus économiques énergétiquement». Comme quoi, la beauté peut être aussi productive et bio.

 

 

Commentaires

"Une vidange urbaine qui contribue à la corruption des eaux" En attendant, j'ai lu quelque part, probablement dans votre quotidien, que les pêcheurs se plaignaient de la trop grande propreté du Léman, qui fait que les poissons ne trouvent plus assez de nourriture.
Entre nous soit dit, ils ne pulluleraient pas un tant soit peu, ces cygnes ? Bon, ils ne sont pas les seuls. Les chats, les chiens, les cygnes...
Yaka éliminer la faune locale. 50'000 renards par an, que je sache...

Écrit par : Géo | 08/08/2015

Nassim Nicholas Taleb écrit au sujet des dindes, des cygnes noirs et, par analogie, sur le sort des êtres humains. Les dindes vivent en parfaite harmonie avec les humains, qui les nourrissent et les soignent avec dévotion. Jusqu'aux dates fatidiques de Thanksgiving ou de Noël, où tout s'effondre en un instant: un cygne noir est passé. Les dindes pouvaient-elles prévoir ce qui allait leur arriver ?
Un sort non moins cruel arrive parfois aux humains (ce qui ne les exonère toutefois pas des crimes commis sur les dindes), mais ils commencent à prendre conscience de l'existence des cygnes noirs. Ils savent qu'un événement totalement inattendu peut leur arriver, que son impact sur leur existence va être gigantesque et, qu'ensuite, ils vont devoir trouver des raisons logiques à ce qui leur est arrivé pour ne pas devenir zinzin. Voilà pourquoi ils sont de plus en plus méfiants vis-à-vis des statisticiens, des prévisionnistes, des futurologues et des gourous.
Même si Gilbert compte 600 cygnes blancs dans le Léman, l'incertitude est un principe dur, mais combien rassurant.

Écrit par : rabbit | 08/08/2015

Nassim Nicholas Taleb a travaillé dans l'analyse de risque pour la finance. Vu de loin, on a un peu l'impression que le cygne noir est quelque peu parachuté. Des prétextes pour faire plonger les Bourses, il semble y en avoir quasiment tous les jours. Il en résulte que si elles chutent, c'est que certains se sont mis d'accord sur un prétexte quelconque pour que cela se passe. Quand on sait que les indices ont assez monté, on vend et on dit que cela va s'effondrer, et surtout on s'arrange entre acteurs pour que cela se concrétise. Et on rachète peu après au plus bas ce qu'on a vendu au plus haut.
Je me trompe ?
Sinon, cela donne une drôle de couleur à votre assertion : "l'incertitude est un principe dur, mais combien rassurant." Surtout rassurant pour ceux qui le manipulent...

Écrit par : Géo | 09/08/2015

Là, on n'est plus dans l'ECONOMIE, M'sieur Géo. On est sur le terrain de la SOCIOLOGIE: la théorie du complot, la paranoïa des exclus de la croissance, le ressentiment des subalternes. Pis que ça, j'y vois même l'influence de la métaphysique POLITIQUE du XXe siècle: la grand capital, la lutte des classes, l'aliénation de l'individu. Sur quelle réalité voulez-vous qu'on s'empoigne ? Vous ne voudriez pas gaspiller vos octets, tout de même...

Écrit par : rabbit | 09/08/2015

Ni les vôtres, d'ailleurs. Et votre réponse est pour le moins très claire et très significative...

Écrit par : Géo | 09/08/2015

John Steed:
- Dans une situation comme celle-ci, il n'y a qu'un seul recours, aller voir Mère-Grand.
(Chapeau melon & Bottes de cuir, 1967, épisode: "Ne m'oubliez pas")

Écrit par : rabbit | 09/08/2015

Ah, cher Rabbit, heureuse de retrouver dans vos lignes le principe d'incertitude tant malmené par les théoriciens (qui ne sont jamais praticiens, on se demande pourquoi) du complot... Je crois que pour avoir une vue plus nette, il faudrait ajouter au principe d'incertitude celui d'inertie. Combien de non-choix par défauts au cours d'une journée? Si je reviens commenter dans ce blog seulement maintenant, c'est parce que je me suis enfin décidée à installer adblock. Autrefois, le blog de Gilbert Salem m'était, trop souvent, inaccessible. Je n'ai rien contre la pub, mais tout contre les blocages, les plantages et le ralentissement en général. Mais je me demande, pourquoi ne pas l'avoir installé plus tôt? Mystère.

Écrit par : Inma Abbet | 09/08/2015

Cela dit, je ne fais nullement allusion à Géo en parlant de théorie du complot, mais à d'autres olibrius croisés dans des "réseaux sociaux" qui ont du mal à utiliser leur cerveau... S'ils en ont un, ce qui reste à prouver.

Écrit par : Inma Abbet | 09/08/2015

Qui a dit de ne pas gaspilller les octets? AHah, c'est le lapin chinois rescapé du maoïsme... MAIS...Grâce à Géo, nous avons la preuve qu'il y a des talebans dans l'économie ce qui est loin de nous étonner....
Nous ne somme pas complotisteurage, mais quand on lit madame Abbet, on aurait tendance à lui demander une radiographie ou scanner (IRM, pas ceux qui servent à scanner n'importe quelle facture) de sa tête, qu'elle nous prouve par un signe!
Et enfin grâce à Monsieur Salem, qui sait faire preuve de poésie, par rapport au commentaires comptables qui suivent directement son texte, nous savons maintenant, car nous ne faisons pas semlant de TOUT savoir, qu'il ne sont pas arrivés dans la région à tire d'ailes...
Une question nous hantent.. Et les cygnes des autres lacs, eux? Se sont-ils exportés -pour reprendre le charabia du lapin- tous seuls ou ont-ils aussi été importés -pour reprendre...-?

Écrit par : Trio-Octet de l'enfer | 10/08/2015

"Et les cygnes des autres lacs, eux? " Ceux du mien, de lac, - ou plutôt gouille...- ont tendance à se reproduire avec beaucoup de succès. Trop de succès.
Chaque année, le couple résident donne vie à cinq ou six vilains petits canards qui iront coloniser d'autres lacs...

Écrit par : Géo | 10/08/2015

Peut-on les manger? peut-on les vendre? voilà des questions qu'elles sont pragmatiques...

Écrit par : rabbit | 10/08/2015

Peut-on les manger? Les Romains les mangeaient dans l'antiquité; et l'époque médiévale considérait aussi le cygne comme un mets délicat, mais je pense que c'était surtout l'apparence qui enchantait les convives, et pas le goût. En Angleterre, on ne peut ni les manger, ni les vendre, enfin, au moins de faire partie de la famille royale, car les cygnes appartiennent à la Couronne.
http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/angleterre-l-affaire-du-cygne-au-barbecue-indigne-les-defenseurs-des-oiseaux_1274986.html

Écrit par : Inma Abbet | 10/08/2015

"c'était surtout l'apparence qui enchantait les convives, et pas le goût." En effet, cela a le goût de vase. Un ornithologue m'en a fait goûter...

Écrit par : Géo | 10/08/2015

Une centaine de cygnes ont été victimes du H5N1 l'hiver dernier, dans les réserves de Sanmenxia et de Pinglu bordant le Fleuve Jaune. Une centaine, parmi les dix mille qui viennent chaque année y passer l'hiver depuis la Sibérie, c'est déjà une hécatombe. Pas encore l'extermination, mais le virus voyage facilement et peut s'abattre sur les cygnes du Léman dès l'automne prochain. Si nous voulons déguster un magret de cygne au foie gras avant que l'épidémie ne vienne gâter la sauce, il serait bon que Géo se mette à l'affût dès demain. Nous discuterons de la recette plus tard.

Écrit par : rabbit | 10/08/2015

"le virus voyage facilement et peut s'abattre sur les cygnes du Léman dès l'automne prochain"
Si le virus voyage par avion par le vecteur d'un humain, comment envisager une transmission d'homme à cygne ? Par Zeus, je crains le pire...
Quant aux oiseaux malades, ils ne vont pas très loin.
Les berges des étendues d'eau de Suisse romande vont donc continuer à blanchir sous les chiures de ces bestioles...

Écrit par : Géo | 11/08/2015

Je comprends vos craintes: une Hellène et un Pollux, tous deux d'origine chinoise. C'est ça ? Il y a du Kung-Fu dans l'air, avec Jet Li et Zhang Ziyi sur fond de Château de Chillon. Ils veulent le changement, ils l'auront...

Écrit par : rabbit | 11/08/2015

Hellène et un Pollux ? Je voyais plutôt Léda...
Mais l'idée de siniser un peu ce canton n'en demeure pas moins excellente. Tous les vendeurs de montres l'ont déjà réalisée, par ailleurs...

Écrit par : Géo | 11/08/2015

H. & P. sont les enfants adultérins de L. & Z. Ils ont droit au respect de leur vie privée malgré les faits révoltants que tout le monde connaît.
Dans la ville de G., les vendeurs de montres parlent tous le 普通话: c'est inévitable. Par contre, le bon français est encore rare dans le canton de V. et leur faire apprendre une deuxième langue étrangère serait risqué.

Écrit par : rabbit | 11/08/2015

"le bon français est encore rare dans le canton de V."
Je ne peux que vous renvoyer à l'ouvrage de ce bon monsieur Perrochon, "le langage des V." déjà cité dans un billet précédent.
"Le Vaudois est. dit-on, un Savoyard ou un Bourguignon, mâtiné de Bernois, qui essaie de parler français. Il est l'homme, assurent certains, à qui Dieu a déclaré : "tu ne te débrouilleras jamais".
Si les gens de G. parlent chinois, ce n'est pas vraiment une surprise : ils sont nés en Chine. De même à Interlaken, Zurich ou Lugano. Partout où il y a des touristes chinois...

Écrit par : Géo | 12/08/2015

Cet excellent Monsieur Perrochon parle d'or. Mais, si les racines étaient bonnes, le greffage peut avoir diminué l'espèce. Je vais me pencher cet après-midi sur votre arbre généalogique pour un bilan.

Écrit par : rabbit | 12/08/2015

Dans ma recherche, je suis parti de l'an 800. Une bonne année pour l'Europe qui sort du chaos. La population repose alors sur un substrat de qualité, composé pour moitié de Francs et de Gallo-Romains. Un terreau fertile pour la croissance d'une lignée robuste autant que prolifique de Géos: les autres ne sont pas parvenus en d'aussi bonnes conditions jusqu'à notre époque, regardez autour de vous.
Un siècle succédant à l'autre, tout se présente bien jusqu'à la Première Croisade. Là, je tombe sur le chevalier Géo de la Roche-en-Montagne, qui a occis le cousin de صلاح الدين يوسف pour lui voler sa femme. Raoul de Caen rapporte que cela a fait pas mal de pétard à l'époque.
Si c'était dans le but de la manger, l'affaire en resterait là. Mais, si c'était avec une autre intention, il faut en chercher les conséquences et les conséquences des conséquences sur plus de 800 ans. Ce qui va prendre un certain temps.

Écrit par : Rabbit | 13/08/2015

Vous ne seriez pas en train de gaspiller vos octets,par hasard ? Mais allez, tant qu'à faire, parlons de ça :
"composé pour moitié de Francs et de Gallo-Romains" Mal vu. Les Francs et les Gallo-romains avaient des rôles bien partagés, et ce sont les Francs qui ont fait le partage. Eux ont gardé le pouvoir et ont constitué l'aristocratie alors que les Gallo-romains ont joué le rôle du petit peuple qui travaille. La révolution française se lit différemment vue sous cet angle, vous en conviendrez.

Écrit par : Géo | 13/08/2015

Mais c'est du Sièyes, ça ?! L'immonde vermine !
Apprenez que, même si je gaspille mes octets, mon capital neurones reste intact. Une raison pour laquelle, plus les années passent et plus je suis allergique au mot "République" et à tous ces fantômes qui parcourent l'Europe.
En ce qui concerne l'Histoire de l'ancien royaume qui est à 10 minutes en bus d'ici, voyez plutôt chez Régine Pernoud, Grégoire de Tours, Jacques Bainville, Fernand Braudel, Georges Duby, Marc Bloch, et Jacques Le Goff. C'est du sérieux, pas de passé recomposé pour annoncer des lendemains Rock'n'Roll.
Serviteur, Monsieur Géo.

Écrit par : rabbit | 13/08/2015

Vous pouvez détester Sièyes tant que vous voulez, peu me chaut. L'analyse continue de me paraître pertinente. Et expliquerait cette vieille haine des Français contre les Allemands, puisque vécue de l'intérieur...
Wiki : "Sieyès proposait de "renvoyer dans les forêts de la Franconie toutes ces familles (nobles) qui conservaient la folle prétention d'être issues de la race des conquérants et de succéder à leurs droits"[4]. Il faut cependant voir qu'il prenait en cela au mot les prétentions de théoriciens des droits de la noblesse comme Sainte-Pallaye, qui ont promu à la fin de l'ancien régime une vision de plus en plus essentialiste de l'origine du second ordre"

Vous connaissiez Jean-Baptiste de La Curne de Sainte-Palaye ?

Écrit par : Géo | 13/08/2015

C'est déjà assez pénible comme ça: nous venons juste de passer l'épreuve de la Nuit du 4 août 1789 et celle de la journée du 10 août 1792 (aux Tuileries), alors n'en rajoutez pas ou je retourne en Chine...
Non, je ne connais pas ce Jean-Baptiste-là, mais "de La Curne" figure dans mon exemplaire de l'Indicateur nobiliaire d'Hozier.
Vous préparez une Jacquerie, ou bien quoi ?

Écrit par : rabbit | 13/08/2015

Je suis une jacquerie à moi tout seul, au cas où vous ne l'auriez pas remarqué.
Et cela fait neuf ans que nous faisons le jacques ensemble ici, sauf erreur. Ce qui est assez incongru pour un sang bleu tel que vous, soit dit en passant. Votre maman sait-elle que vous vous compromettez avec le bas peuple ?

Écrit par : Géo | 13/08/2015

Un "anarchiste en escarpins": jusque-là, je pensais que cette formule était due au Colonel Passy (chef des services secrets de la France libre) pour qualifier l'allure et le style d'Emmanuel d'Astier de La Vigerie (aventurier et résistant). Or, la maternité de l'expression en revient à Madame Blanche, mère du peintre Jacques-Emile Blanche (dont on connaît l'unique portrait de Marcel Proust) à propos de Maurice Barrès. La phrase exacte est celle-ci:"un anarchiste aux escarpins vernis", il fallait le dire. Pour le reste, Tianjin se prononce "Tientsin".

Écrit par : rabbit | 13/08/2015

C'est bien un peu comme cela que je vous imagine. Pour ma part, il m'arrive encore régulièrement de chausser mes souliers à clous, à la chasse aux chanterelles dans les forêts très pentues, quand je n'abats pas quelques dizaines de sapins juste pour le fun...
Et que savez-vous de plus de "Tientsin" ?

Écrit par : Géo | 14/08/2015

Que vous dire d'autre que des banalités sur Tianjin ? Essayons voir.
Le climat est agréable et les saisons marquées, contrairement à Shanghai où l'on plonge sans précaution de l'été à l'hiver. Arrivé en automne 2013 pour une exposition où nous avions un stand, je me souviens de cette lumière ineffable jouant à pile ou face avec le vent sur les feuilles écarlates des prunus japonicus le long d'avenues sans fin où courent les noires limousines. Les soirées se passaient en festins, où l'originalité rivalisait d'audace avec le raffinement. A l'expo, j'ai rencontré une japonaise envoûtante à l'accent américain, en charge des relations publiques d'une compagnie aurifère australienne. Au stand de Starbucks, nous évoquions la vie lausannoise en buvant des caramel macchiato, puisqu'elle avait séjourné dans la capitale vaudoise (sic) à de nombreuses reprises et qu'elle y connaissait tout le monde (ce qui est assez vite fait, vous en conviendrez...). A part ça, nous avons vendu le plus grand concasseur à cône jamais fabriqué en Chine pour un montant d'un million de dollars US.
Je vous avais prévenu: même si les deux villes sont proches, l'automne à Tianjin de Rabbit n'a rien de commun avec l'automne à Pékin, vu par Boris Vian. Par manque d'imagination.

Écrit par : rabbit | 14/08/2015

Les commentaires sont fermés.