22/08/2015

La noire de Crimée, la rose de Berne

 

 

 

 

 

Aux marchés du mercredi et du samedi, elles embaument le raidillon lausannois de Saint-Laurent, autant que les melons de Cavaillon ou ces agrumes mordorés importés de Sicile. Mais c'est par leur gamme chromatique, plus vive à l'œil du chaland, qu'elles triomphent: il est question bien sûr de tomates. Ces fruits (non, ce ne sont pas des légumes!) exhalent au fil des étals un camaïeu lumineux, un nuancier de rouges allant du vermillon au carmin, en passant par le ponceau, l'incarnat, le rose-thé, ou l’ingénue fraîcheur de joues adolescentes. Pareillement joufflue, sinon oblongue et pointue, pour singer les piments d'Espelette, la tomate est polymorphe et polychrome. Mais là, on parle de la traditionnelle.

 

 

Car aujourd'hui, dans les «supermarkets», elle a été réduite à un comestible si ordinaire qu'on en oublie qu'elle peut avoir plus d'un millier de galbes, de tendretés sous la dent, de saveurs aux papilles. Et, surtout qu'elle nous est venue des Amériques, au mitan du XVIe siècle, après les conquêtes espagnoles du Pérou et du Mexique. A Tenochtitlan, la capitale des Aztèques, elle aurait été plus souvent verte, et cultivée pour des vertus médicinales.  En nahuatl, la langue qui y était vernaculaire, elle avait pour nom tomatl. Parvenue en Europe, on la baptisa tomate, ou pomme d'or, et on la considéra longtemps comme une plante «utile en médecine, plaisante à flairer, mais pas bonne à manger.» Car toxique, trop cousine de la mandragore des sorcières…

 

.

 

Depuis, la plupart des gens la savourent, mais en la découpant banalement en quartiers dans une salade. On peut la préfère toute seule, débitée transversalement sur une plat où elle s'étoilerait en carpaccio, et ne serait assaisonéée que d'un zeste d'huile d'olive pressée à froid, ragaillardie de quelques grains sel de céleri. Sans vinaigre, ni citron! Car une de ses vertus est d'être naturellement acide.

 

Ce n'est pas le cas de la tomate noire de Crimée, dont l'aspect peut intimider par ses boursouflures brunâtres, évoquant quelque phlébite veineuse. Plus élégamment – si on la dispose en lamelles fines sur fond de porcelaine blanc - à une sanguine picturale de la Renaissance. Ses délicates «noirceurs» se mangent alors comme une mangue, se boivent comme un vin.

 

 

Enfin, il y en a une de tomate qui est rose, plus comme une pivoine qu'une rose, et qui est pépins. J'ai nommé la rose de Berne, la préférée de tant de gastrosophes du monde entier, qui souvent ignorent le nom de la capitale de la Suisse. Qui l’eût cru?, il n’y a rien de plus helvétique qu’elle… Ne pas la choisir trop ferme: c’est quand sa chair est fendillée qu’elle désaltère le mieux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

Quand j'étais enfant, avec mes parents nous pique-niquions en été sur les dunes de la côte, à l'ombre des pins. Ma mère avait rôti au four la veille, un poulet qu'elle mettait - encore tiède (ainsi il restait très tendre dans son jus - dans un tupperware. Elle avait également cuit des haricots verts frais, pour accompagner le poulet, avec une vinaigrette pour les haricots verts. En entrée, un souvenir délicieux dans la bouche : tomate à la croque au sel. A cette époque-là, les tomates avaient du goût. Croquer dedans avec une pointe de sel, je crois que c'est le meilleur assaisonnement de la tomate, quand la tomate est savoureuse.
Je me souviens aussi de piques-niques dans la campagne,nous roulions en voiture et mon père attendait l'instant où sur la route il dénichait un chemin qui nous mènerait vers un endroit frais, près d'une rivière. Indispensable pour lui la rivière. Il y déposait avec précaution un bouteille de vin qui devait se boire frais et, notre limonade; puis nous nous installions, les parents et mes frère et soeurs sur une grande couverture et salivions déjà à l'idée du pâté Hénaff que nous allions tartiner sur notre pain avant d'attaquer les tomates, à la croque au sel.
Etait-ce la tomate au sel qui me laisse ce souvenir délicieux ou le pique-nique, champêtre ou sur les dunes? Nous embellissons les souvenirs, un peu, sans doute. En tout cas, là, je revois le sourire de mon père et sa jubilation.

Écrit par : Ambre | 22/08/2015

La rose de Berne ne serait donc qu'un légume ? Et Géo qui nous berne depuis des lustres avec sa culture fétiche ! Je le voyais, papillonnant avec légèreté autour de ses roses sur les pelouses brodées de buis d'un jardin à la française, des ciseaux d'argent en main... Je ne m'en remettrai jamais.
Ô Ambre, il n'y avait pas parfois du sable dans les tartines ? C'est parfois le cas lorsqu'on pique-nique sur les dunes. Réfléchissez bien.

Écrit par : rabbit | 22/08/2015

@ Rabbit : les piques-niques étaient très élaborés et délicats avec de vraies assiettes et de vrais verres (pas de carton)! Ni sable ni herbe sauvage dans le pâté, seulement de la gélatine et surtout de la graisse de porc qui le rendait moelleux à s'en lécher les babines.
Il paraît qu'on en trouve même à Saigon (=_=)
Et si un jour vous deviez acheter du pâté Hénaff, ne vous laissez pas "berner" par les produits qu'ils ont diversifiés. Seule la boîte bleue a un goût à nul autre pareil!

Le sable il y en avait peut-être dans le maillot de bain, mais c'est une autre histoire...

Pics et brochettes de crudités

Pour 4 pers.

1 boîte de pâté hénaff de 260 gr.
1 radis noir
olives
1 concombre
1 carotte
quelques tomates cerise
céleri branche

Coupez le pâté Hénaff en petits cubes de 10 mm. Découpez le radis noir et le concombre en fines tranches et le céleri branche et la carotte en bâtonnets.
Confectionnez des pics avec olives, tomates cerise et pâté, ou radis noir, concombre et pâté, céleri branche, carottes et pâté, etc...
Servez avec une vinaigrette à l’huile d’olive et vinaigre balsamique.

BON APPETIT!

Écrit par : Ambre | 22/08/2015

Et pour le vin, le Muscadet s'impose ?

Écrit par : rabbit | 22/08/2015

Aujourd'hui c'est la fête de la Rose en Berne. Ah ah!
https://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%AAte_de_la_rose_de_Frangy-en-Bresse

Écrit par : Ambre | 23/08/2015

...la Frangy panne, quoi……...

Écrit par : rabbit | 23/08/2015

Ainsi donc, rabbit, vous pensiez que je parlais de fleurs ? Vous ne connaissiez donc pas les roses de Berne ? Celles de mon jardin ici n'ont rien donné de très convainquant, celles qui surplombent l'Allier encore moins. Et là-bas, aussi sûrement que le Figaro ignore avec constance le SMI malgré les quelques Français ayant des intérêts en Suisse, on y parle de tomates roses même si on n'hésite pas à évoquer la Crimée pour les noires...
L'avantage d'un séjour en France, c'est que vous n'y aurez jamais la moindre nouvelle de votre pays, ni dans les médias audio-visuels, ni dans la presse écrite. Après tout, mieux vaut cela que le délire habituel. "Le consistoire helvétique s'est réuni dans la capitale suisse, Genève..."
Il n'en reste pas moins que les produits français, hormis le fait qu'ils sont quatre fois moins chers, sont souvent deux fois meilleurs que les suisses. Y en a point comme nous, mais je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée...

Écrit par : Géo | 25/08/2015

Ambre@ Vos parents avaient une haute idée du pique-nique et ils avaient bien raison. J'ai entendu certaines personnes fantasmer sur les pique-niques à l'anglaise en Afrique au XIXème, avec smokings et chandeliers en argent sous tentes dignes du Drap d'Or (Là-bas...), mais je ne les suivrai pas sur ce terrain. Enfin, pas si loin...
Stanley, plusieurs centaines de porteurs au départ, un ou deux survivants à l'arrivée...

Écrit par : Géo | 25/08/2015

Ils ont mangé les porteurs ? C'est assez rationnel sur le plan économique, quand on y pense, parce que ça évite d'avoir à emmener une trop grande réserve de nourriture, et donc d'avoir plus de porteurs à payer.
Entièrement d'accord avec vous pour les produits français, mais je constate à l'usage que l'offre a tendance à se réduire au niveau de l'assortiment (largeur de gamme), faute à la crise. Il y a plus de choix pour les Munster dans le Haut-Rhin que dans l'Ain: on pouvait s'y attendre, mais quand tout va bien on fait dans l'exotique pour affrioler le chaland.
L'"Exception française" c'est bien ça: autour, tout n'est que désert. Terra incognita. Un peu comme l'Empire du Milieu avant que j'y débarque avec mes porteurs.
Pour conclure et pour son charme désuet et woodyallenien, je vous recommande la Rose pourpre du Caire.

Écrit par : rabbit | 25/08/2015

Ce matin en faisant mes courses dans un supermarché discount (ouin!) eh bien j'ai pensé à ce billet de Gilbert!
A mon étonnement, je ne m'attendais vraiment pas dans ce genre de magasin à voir un superbe plateau rempli de tomates de toutes les couleurs (sauf une noire, dommage) et de différentes formes (pas toute rondes comme ces tomates insipides qu'on trouve habituellement) : jaune clair, jaune foncé, verte, rose (oui rose), rouge, et il y en avait une très bizarre de forme, couleur rouge et forme oblongue; elle ressemblait à ce qu'aurait pu être un énorme piment d’Espelette. Ce devait être une tomate des Andes d'après mes recherches :
http://www.plantes-et-jardins.com/p/8648-tomate-cornue-des-andes

Il y avait aussi une tomate coeur de boeuf de la taille d'un potiron (0_0).

C'est étrange tout de même de faire son marché en pensant à maître Gilbert et ses acolytes!

@ Géo : moi j'ai des nouvelles de la Suisse, j'écoute le matin la RTSss!

Écrit par : Ambre | 25/08/2015

"que l'offre a tendance à se réduire au niveau de l'assortiment (largeur de gamme)" Je me faisais plutôt l'idée inverse du petit super-U où je vais d'habitude. Il y a une telle diversité que je suis forcé de me poser des questions sur le renouvellement suffisant du stock. Sauf au rayon "Viognier d'Ardèche" que je dévalise régulièrement, malgré le fait que je me suis interdit tout alcool en 2015...
Nous devrions nous associer pour lancer une OPA sur coop et migros, et changer tout ça. Ce n'est plus possible de continuer comme cela, et un million de Suisses vont faire des courses à l'étranger chaque semaine, ce n'est pas tout-à-fait par hasard. Rasons ces montagnes et instaurons une culture de la bouffe décente dans ce pays. Bon marché et passable, ou cher et très bon, mais plus de cher et très médiocre, l'ordinaire helvétique...

Écrit par : Géo | 25/08/2015

Il y a des Super U en Suisse? Je fais aussi mes courses dans un petit Super U dit express en bas de chez moi, enfin au Cap Horn, je n'ai que la passerelle à traverser à pied.
Mais les belles tomates c'est dans un supermarché genre Lidl que je les aie vues ce matin.
Il m'est arrivé de commander par Internet des produits Migros, un peu par nostalgie, en quittant la Suisse. Leurs tisanes sont excellentes. Hi!

Écrit par : Ambre | 25/08/2015

@ Rabbit : au fait, j'adore la frangipane et, particulièrement, les financiers;-)

Écrit par : Ambre | 25/08/2015

Je décèle une ambiguïté que je vous prierais de lever : si vous êtes parti en Allier, c'était pour une cure à Vichy, non ? Nous n'oserions évoquer un pèlerinage à l'Hôtel du Parc... Dans cette logique, le Viognier devait servir d'antigel pour votre voiture, pas vrai ?
Autre chose: OK pour l'OPA, mais faudra lever des fonds en Chine, le total du bilan de Migros dépasse déjà les 21 milliards de francs helvètes. Pour les montagnes, je peux vous fournir des concasseurs à prix d'ami. En ce qui concerne la bouffe, je vous conseille de relire Brillat-Savarin avant de passer aux fourneaux.
Ambronette: la RTS, c'est bien la Radio Télévision Sénégalaise, présentement ?

Écrit par : rabbit | 25/08/2015

Waaw, présentement et avec l'accent.

Présentement, je dors. Oui, déjà.

Écrit par : Ambre | 25/08/2015

L'Allier n'est pas en Suisse et non, il n'y a pas de Super-U en CH...
Vous n'aimez pas le : http://chateau-grillet.com/fr/les%20vins/chateau%20grillet
mister rabbit ?

Écrit par : Géo | 26/08/2015

François Pinault => LVMH => pour déguster => c'est quand vous voulez.

Je profite de votre présence pour une expérience de voyage dans le temps. Nous sommes en 1968. Les infiniment regrettés Jean Yanne et Gérard Sire réalisent une interview de Roland Moreno. Déjà affûté par le delirium des Shadoks, vous grimpez aux rideaux en voyant le résultat sur la première chaîne de l'ORTF.

Sur l'écran en noir et blanc, un Roland Moreno, Gauloise au bec, manipule un bidule indéterminé tout en égrenant des paroles stupéfiantes: "J'ai inventé un oiseau. Il y a des gens qui aiment le chant des oiseaux, mais qui ne supportent pas les inconvénients des oiseaux... c'est à dire que c'est sale... il faut les nourrir... puis ils risquent de s'envoler... et toutes sortes d'inconvénients... mais qui aimeraient avoir chez eux le chant d'un oiseau. Alors, j'ai inventé... donc... cet oiseau, qui est très propre, qui est réglable... comme ça (le bidule fait "piep" "piep" "piep" sur un ton régulier). Certain avantage aussi, c'est que le bruit est toujours le même... en fait, on peut le changer... alors donc à terme, ça devient un bruit familier, qui s'inscrit dans le cadre domestique et, par conséquent, ça devient un peu un animal domestique... toujours le même, quoi, c'est le sien."

Entre autres bidules, Roland Moreno invente la carte à puce en 1974, invention qui va lui rapporter l'équivalent de 150 millions d'Euros. Par contre, on ne possède aucune information sur les bénéfices engrangés avec l'oiseau qui ne salit pas, qui ne mange pas, qui ne s'envole pas et qui chante sur mesure.

Écrit par : rabbit | 26/08/2015

François Pinault => LVMH => pour déguster => c'est quand vous voulez.

Je profite de votre présence pour une expérience de voyage dans le temps. Nous sommes en 1968. Les infiniment regrettés Jean Yanne et Gérard Sire réalisent une interview de Roland Moreno. Déjà affûté par le delirium des Shadoks, vous grimpez aux rideaux en voyant le résultat sur la première chaîne de l'ORTF.

Sur l'écran en noir et blanc, un Roland Moreno, Gauloise au bec, manipule un bidule indéterminé tout en égrenant des paroles stupéfiantes: "J'ai inventé un oiseau. Il y a des gens qui aiment le chant des oiseaux, mais qui ne supportent pas les inconvénients des oiseaux... c'est à dire que c'est sale... il faut les nourrir... puis ils risquent de s'envoler... et toutes sortes d'inconvénients... mais qui aimeraient avoir chez eux le chant d'un oiseau. Alors, j'ai inventé... donc... cet oiseau, qui est très propre, qui est réglable... comme ça (le bidule fait "piep" "piep" "piep" sur un ton régulier). Certain avantage aussi, c'est que le bruit est toujours le même... en fait, on peut le changer... alors donc à terme, ça devient un bruit familier, qui s'inscrit dans le cadre domestique et, par conséquent, ça devient un peu un animal domestique... toujours le même, quoi, c'est le sien."

Entre autres bidules, Roland Moreno invente la carte à puce en 1974, invention qui va lui rapporter l'équivalent de 150 millions d'Euros. Par contre, on ne possède aucune information sur les bénéfices engrangés avec l'oiseau qui ne salit pas, qui ne mange pas, qui ne s'envole pas et qui chante sur mesure.

Écrit par : rabbit | 26/08/2015

"François Pinault => LVMH => pour déguster => c'est quand vous voulez."
Mais c'est du viognier, à tout hasard et même si ces maudits Français ne mentionnent que rarement les plants dont sont fait leurs vins...
Et que vouliez-vous nous démontrer avec votre oiseau à puces, mon bon lapin ?

Écrit par : Géo | 26/08/2015

Ne me dites pas que vous ne vous souvenez plus de cette séquence, elle ne date que de 1968 ! Elle provoque le même effet sur moi qu'une madeleine chez le petit Marcel. Je vais essayer autrement… Regardez ça https://www.youtube.com/watch?v=Xorn9OgLZ04 et s'il n'y a pas plus de résultat, vous devriez songer à un démaraboutage.

Écrit par : rabbit | 26/08/2015

A chacun ses madeleines, mon bon lapin. Vous voulez du Marc Ogeret ?

https://www.youtube.com/watch?v=ufOnZkNLmOo

Écrit par : Géo | 26/08/2015

La véritable madeleine de Commercy

Ingrédients:
- 200g de farine
- 125g de sucre
- 2 gros oeufs ou 3 petits
- 125g de beurre fondu
- 1 pincée de sel
- 1/2 sachet de levure chimique.

Préparation:
1. Séparer les blancs des jaunes.
2. Mélanger la farine, le sucre, la levure, les jaunes d'oeufs et le beurre fondu.
3. Battez les oeufs en neige avec une pincée de sel et rajouter à la préparation précédente.
4. Mettre au four 10 minutes environ à 220°C et démouler chaud dans un tupperware.

Écrit par : rabbit | 26/08/2015

Excellente cette séquence de "l'oiseau". je l'avais oubliée dans "Les chose de la vie".
Géo avec sa madeleine est très étonnant! Une sensibilité à la poésie qu'on n'imaginerait pas toujours. Bravo!

Mes madeleines de vacances...
http://1.bp.blogspot.com/-igUjVV-KPVY/Vbj6mYTucXI/AAAAAAAAKH8/jg4zFariMJg/s1600/DSC01830%2Bcopie.jpg

http://4.bp.blogspot.com/-SbZ-uqz1Fpg/VaqIdePzhqI/AAAAAAAAKEw/VrP0bTyfMXI/s1600/DSC01782%2Bcopie.jpg

Écrit par : Ambre | 26/08/2015

Pas de pâte pour 2015. Ni de viande ou de sucre ou de graisse animale ou d'alcool. 26 kg en 7 mois. Je ne me reconnais plus dans la glace et je disparais lentement mais sûrement de la surface terrestre. C'est assez rigolo et très efficace à la montée à vélo...

Écrit par : Géo | 26/08/2015

Regardez-le marcher ; ce visage si grave,
Dont le rare savoir tient la nature esclave,
N’a sauvé toutefois des ravages du temps
Qu’un peu d’os et de nerfs qu’ont décharnés cent ans,
Son corps, malgré son âge, a les forces robustes,
Le mouvement facile, et les démarches justes :
Des ressorts inconnus agitent le vieillard,
Et font de tous ses pas des miracles de l’art.

Écrit par : Pierre Corneille | 26/08/2015

A cause de son âge il se croit tout permis;
Il se rend familier avec tous mes amis,
Mêle partout son mot, et jamais, quoi qu'on die,
Pour donner son avis il n'attend qu'on l'en prie :
Souvent il importune, et quelquefois il plaît.

Écrit par : Dorante | 27/08/2015

Curieux, mon commentaire précédent n'a pas passé. Il disait, avant Dorante :
" Je voyais plutôt Cervantes que Corneille, et plutôt don Quijote que Sancho Pança..."

Écrit par : Géo | 27/08/2015

C'est très possible avec toutes ces choses étranges qui se passent dans l'underground du Web et de l'Histoire. Savez-vous qui a été le premier à traduire Cervantes en français ? C'est une hypothèse plausible.

Écrit par : rabbit | 27/08/2015

"Savez-vous qui a été le premier à traduire Cervantes en français ? C'est une hypothèse plausible." Dites-nous tout...

Écrit par : Géo | 27/08/2015

Souhaitez-vous aussi que je beurre vos biscottes ?
Après avoir perdu 26 kg, il est temps de vérifier le contenu de votre boîte crânienne. Faites chauffer Google à bon escient.
Pour clore le chapitre, j'ouvre un instant la boîte magique pour vous offrir cette perle taoïste:

"Où, devant moi, sont les âges du passé ?
Et où, derrière moi, sont les générations futures ?
Je pense au Ciel et à la Terre, sans limites, sans fin,
Et je suis seul et mes larmes coulent."
-> 陈子昂 Chen Ziang (661-702)

Écrit par : rabbit | 27/08/2015

"que je beurre vos biscottes ?" Pas de beurre, pas de pâte. J'ai cherché sans trouver et pensais naïvement que vous aviez quelque chose à transmettre. Je me suis trompé une fois de plus...

"Je pense au Ciel et à la Terre, sans limites, sans fin,
Et je suis seul et mes larmes coulent."
Cela fait longtemps que je n'en pleure plus mais m'en réjouis. Suis-plus sage que
陈子昂 Chen Ziang (661-702) ?

Écrit par : Géo | 28/08/2015

Allons, allons, Monsieur Géo, ne faites pas la mauvaise tête dès potron-minet. Ambre va vous aider à découvrir le nom du premier traducteur de Cervantes: quand elle ne martyrise pas les greens, elle passe ses journées sur la toile. N'est-ce pas, Ambre ?
Un tuyau: écrivain à succès né dans la deuxième moitié du XVIIe s. en Provence. La famille serait venue de Suisse au XIVe s.

Écrit par : rabbit | 28/08/2015

"On a trouvé la pierre philosophale là, non ?
Écrit par : rabbit | 16/08/2015"
J'ai raté cela quand j'étais dans mes salades avec vue sur l'Allier. Dommage, j'aimais bien le sujet. Autant que je me contrefous de votre traducteur...

Écrit par : Géo | 29/08/2015

Vous devriez prendre un peu de magnésium en complément. Pour en revenir au traducteur (il faut en passer par là, c'est contrapuntique), je vous propose en dernier recours de revenir à un billet datant de 2008 d'un blog d'Inma, où elle révèle l'identité de l'individu en question. Vous vous souviendrez certainement qu'on avait parlé des Wisigoths dans le fil de la même conversation. A part ça, heureusement qu'il y a Zorro pour occuper nos soirées du samedi à la télévision.

Écrit par : rabbit | 29/08/2015

Oui, le Mg. Savez-vous que ces pastilles effervescentes font monter la pression artérielle ? Bien sûr, pour le jeune homme que vous êtes, c'est sans importance.
Et il y a suffisamment de Mg dans l'avoine, qui constitue l'essentiel de mon alimentation. Ah moi je trouve ça bon (de cheval)...
Pourquoi ne pas simplement donner le lien sur le blog d'Inma, comme le ferait n'importe quel internaute sans prétention ?
Et pourquoi faut-il un mot de passe pour les archives de ce blog-ci ? (je recherchais un billet excellent sur les définitions de mots croisés les plus subtiles...)?
J'ai déjà tout essayé, le vin l'amour les cartes - pas les baffes, suis pas maso...- mais pas encore Zorro. J'essayerais si ce n'est pas trop tard pour moi.
J'ai un poulailler sous mes fenêtres et je fixe mon horaire sur mes voisines à plumes...

Écrit par : Géo | 30/08/2015

Et à propos de Zorro, vous avez vu qu'il y a "Casablanca" sur arte, ce soir ?

Écrit par : Géo | 30/08/2015

Le poulettes, c'est chouette, mais restez masqué: le H5N1 est près de débarquer sous vos fenêtres. N'hésitez pas à les gazer si elles présentent le moindre rhume.
Oui, Inma se fait rare sur nos ondes. Les blogs ont autant de difficulté à pénétrer en Valais qu'en Chine populaire, dit-elle. Nous allons donc nous tourner vers Ambre, pour savoir qui a été le premier à traduite Cervantes en français. Toc, toc, Ambre ! Ya kekun ?

Écrit par : rabbit | 30/08/2015

@ Rabbit : suis en crise de... et je veux bien qu'on "me gaze" comme une poulette malade pour en finir.
Donc pour aller vite je me joins à Géo :
"... je me contrefous de votre traducteur..."
Avec mes excuses pour l'impolitesse.

Écrit par : Dorante | 30/08/2015

Sorry pour Dorante.
It's me (^_^)

Écrit par : Ambre | 30/08/2015

J'ai reconnu votre écriture, quelle espiègle !
Donc, on va pouvoir remettre le sujet du traducteur sur le tapis. Je m'en félicite. Si le sujet vous passionne, c'est heureux. Dans le cas contraire, je laisse la parole au docteur Paupol et sa panacée: https://www.youtube.com/watch?v=bfukcKYjNGs

Écrit par : rabbit | 31/08/2015

Et qui donc se cache derrière Pierre Corneille?

Écrit par : Ambre | 31/08/2015

L'auteur de "l'Illusion Comique", sa première pièce et ça se sent. Vous pouvez vérifier: les alexandrins y sont, avec césure bien à sa place, mais la musique manque de fluidité.
Pour en revenir au traducteur, vous aviez aussi laissé un commentaire sur le fameux sujet datant de 2008. Vous voyez de quoi je cause séant ?

Écrit par : rabbit | 31/08/2015

Je demandais "qui se cache derrière Pierre Corneille" (le pseudo) et pas de quelle pièce il s'agit!
Concernant le commentaire et le "fameux sujet", non je ne vois pas de quoi vous causez séant! De plus, ça m'étonnerait que j'aie pu laisser un commentaire en 2008, je ne connaissais pas encore le "clan" suisse (0_0).

Écrit par : Ambre | 01/09/2015

Géo, regardez ce que je trouve séant dans le journal saumon:
"Shares of Smith & Wesson advanced on Friday after it lifted its full-year forecast and reported better than expected first-quarter results. The gun manufacturer expects full-year fiscal 2016 earnings in the range of $1.14 to $1.19 a share, compared with its previous projection of $1.02-$1.07 and topping estimates for $1.06 a share."
Plus besoin de faire des analyses statistiques tordues sur le cours des actions US pour prédire ce résultat; c'est maintenant remplacé par une discipline appelée "behavioral finance" et il suffit de regarder les infos à la télévision.

Écrit par : rabbit | 02/09/2015

Cela paraît aussi fiable que la prévision du climat à la fin du 21ème siècle...
Avec les traders dans le rôle du papillon qui bat des ailes en Extrême-Orient...

Écrit par : Géo | 02/09/2015

Raison pour laquelle vous n'avez rien organisé pour le 300e anniversaire de la mort de Louis XIV, si je comprends bien ?

Écrit par : rabbit | 02/09/2015

Oui, c'est bizarre cette commémoration, non ? Que faudrait-il célébrer, à votre sens ?

Écrit par : Géo | 02/09/2015

Après les deux derniers locataires du 55, rue du Faubourg-Saint-Honoré, la France regrette ses rois. Ils étaient dispendieux, certes, mais quel panache ! Et lorsqu'il n'y a plus rien à inventer, autant se remettre à l'artisanat XVIIIe: les Chinois vont acheter pour meubler leurs châteaux construits sur le modèle de Vaux-le-Vicomte. Mais le paradoxe, c'est que je viens de passer en revue tous les titres du Dow Jones et du Nasdaq, et les effets du lundi noir chinois (21 août) sont dévastateurs.
Qu'allons-nous devenir ?

Écrit par : rabbit | 02/09/2015

Faire comme les idiots actuels : compter sur l'Afrique pour devenir le nouveau tigre économique qui va sauver le monde...
Décidément, le cynisme absolu me guette aussi sûrement que l'addiction au vélo et à l'endorphine. Les délires sur le développement de l'Afrique commencent à me faire vraiment rigoler, ce qui est loin d'être désagréable au petit matin. Je vais aller méditer ça sur ma bicyclette préférée...

Écrit par : Géo | 03/09/2015

"Après les deux derniers locataires du 55, rue du Faubourg-Saint-Honoré"
J'ai bossé au 65 pendant six ans (0_0) au service marketing d'un parfum dont je détestais la fragrance.

Écrit par : Ambre | 03/09/2015

Géo,
Avez-vous donné un prénom africain à votre bicyclette au look de gazelle ? Je propose Aminata.

Ambre,
C'est le phénomène de "double contrainte": connu depuis Antigone et remis dans le circuit à Palo Alto. Personne n'en sort complètement indemne… En 6 ans vous avez dû amasser beaucoup d'informations sur les secrets du 55. Si ce n'était pour le parfum, c'est que vous prépariez un coup d'Etat ?

Les deux,
Vous pensez émigrer bientôt ?

Écrit par : rabbit | 03/09/2015

Je pensais rejoindre pétard au Portugal, mais il est fâché avec moi depuis que je me suis mis au régime...
Mais bon, les qualités du Portugal restent évidentes : les Portugais sont tous en Suisse, donc il y a beaucoup de villages vides...
Donner un nom à sa bicyclette...Elle fait partie de mon corps, vous appelez vos pieds par leurs prénoms ou vous les vouvoyer ?

Écrit par : Géo | 03/09/2015

Rabbit,
Ce ne sont pas durant ces six années que j'ai amassé des informations, c'est plus tard, pendant dix ans, j'étais en relation permanente avec le QG du 55.
Oui, je pense émigrer très bientôt... au paradis ou en enfer. Je pense qu'on doit mieux s'amuser en enfer, en tout cas, moins s'ennuyer.

Écrit par : Ambre | 03/09/2015

Profitons alors de l'audience internationale qui nous est offerte, pour demander à nos fidèles lecteurs de nous faire des offres de logement au Portugal.
Géo, vous êtes plutôt Lisbonne ou Porto ? Maison ou appartement ? Avec chauffage ou avec chauffage (j'ai eu assez froid en Chine et en Namibie pour passer de nouveaux hivers sans chauffage) ?
Merci à tous et grosses bises.

Écrit par : rabbit | 03/09/2015

J'imagine plutôt un voyage de prospection. Rien ne vaut le terrain. Cela dit, je connais bien Lisbonne et j'aime beaucoup cette ville. Mais je ne suis pas le seul à l'aimer et j'apprécie modérément les afflux de touristes...
Très juste, la remarque sur le chauffage. Ma première nuit en Afrique, c'était à Bamako en février. Juste un drap...
Le lendemain, je m'achète une couverture. En laine, très piquante, et surtout en laine de chèvre. Avoir froid ou supporter l'odeur ? C'est l'Afrique, pat'on...

Écrit par : Géo | 03/09/2015

Les commentaires sont fermés.