26/09/2015

L'ourson mité de grand-papa

Question récurrente d’adolescent: «Où se situe le siège de l’âme, pour autant qu’elle existe?» Réponse scientifique de Descartes: «Dans la glande pinéale», soit juste sous l’intersection de nos sourcils. Une zone du cerveau que la médecine moderne a rebaptisée épiphyse, qui se nicherait sous un vague bourrelet, lui-même coincé entre les quadrijumeaux antérieurs. L’âme serait-elle devenue anatomique, dont scannisable, et corrigible par le scalpel de praticiens plus opérants que le Bon Dieu? Débat trop vaste et compliqué, dont le jeune habitant de Domdidier pourra prosaïquement échapper en grimpant l’escalier qui mène au galetas de sa maison.

C’est là qu’elle gît, l’âme humaine, en un royaume poussiéreux, à fragrances de vieux vins, et où règnent le cheval à bascule, la poupée sans bras aux cheveux de laine jaune, de vieux quinquets à pétrole, un phonographe à aiguille métallique, des disques à 78 tours, des collections dépareillées de tasses de thé anglaises et la crotte de rat.

En fait, l’âme n’y «gît» pas, elle poudroie de mille feux sur ce capharnaüm qu’on a entassé sous les toits, car ses trésors sont devenus ringards donc «moches», ou, «tombés en obsolescence»… On les cache car ils nous démoderaient. Alors qu’ils résument, par leur incohérence, plusieurs décennies d’une saga familiale.

On y découvre la lourdaude et verdâtre machine à écrire Hermès de votre papa et ses rouleaux encrés. Mais aussi des jouets qui avaient enchanté son enfance: une toupie sifflante et lumineuse, un Monopoly des années soixante, et les lames métalliques perforées d’un Meccano hérité de son oncle Jérôme. Un jeu de construction auquel il affirma une nette préférence pour celui du Lego, qui n’est pas ferrugineux mais en acrylonitrile butanine styrène…

Plus émouvante est la machine Singer, à coudre et à pédale, de votre grand-mère Eulalie: à ses grincements semblaient répondre le cri rauque de corneilles broyardes survolant son poulailler. On peut lui préférer, comme moi, le doudou en peluche préféré de son époux. Car l’ourson de grand-papa Firmin a perdu ses derniers poils gris. Il est devenu borgne pour avoir perdu, il y a très longtemps, une des escarboucles qui lui servaient d’yeux.

Celle qui reste nous regarde encore.

Commentaires

Pas besoin de photos quand on lit les billets de Gilbert. Les mots suffisent ô combien pour que les images surgissent et nos souvenirs avec. Savoureux. Je crois comprendre que "galetas" est mon "grenier" breton?! Alors oui, les greniers/galetas ont une âme.
"...l’âme n’y «gît» pas, elle poudroie de mille feux sur ce capharnaüm qu’on a entassé sous les toits,..."

Écrit par : Ambre | 26/09/2015

Est-ce l'âme du galetas qui fait du cinéma dans l'esprit humain ou l'âme humaine qui campe dans un galetas ? Attention, Ambre, soyez précise: c'est ce genre de digression philosophique qui remplit les bibliothèques et déclenche les guerres saintes.

Écrit par : Rabbit | 26/09/2015

@ Rabbit : vous me perturbez là! Mais je penche pour votre première proposition, sans certitude. Hi!

Écrit par : Ambre | 26/09/2015

Soit ! J'espère que Gilbert sera d'accord avec vous, sinon il risque de se mettre en pétard.

Écrit par : rabbit | 27/09/2015

En effet, pour Gilbert "C’est là qu’elle gît, l’âme humaine, en un royaume poussiéreux,...". Alors c'est bien aussi dans les objets qu'est cette âme. Chaque objet de nos greniers (galetas) nous disent bien que leur âme pourtant impalpable et invisible est celle du frère avec qui je jouais au Meccano, ou celle de ma tante dans la machine Singer à pédale. L'âme de l'objet (l'objet a une âme) est celle que m'ont laissé mes souvenirs d'humain et dans ce qu'ils ont d'humain.
Bouh! Il est encore tôt pour que je sois précise.
Quand je regarde sur mes murs une oeuvre d'art, que le créateur soit mort ou vivant, que vois-je : l'artiste/l'homme ET son âme!

Écrit par : Ambre | 27/09/2015

Vous avez raison: Kant et Platon ne méritent que des claques pour avoir nié le droit à l'expérience esthétique dans les greniers.

Écrit par : rabbit | 27/09/2015

Merci d'avoir ainsi précisé que je faisais ÉVIDEMMENT (hum!)référence au "droit à l'expérience esthétique" hi!
Je me demande tout de même si c'était le sens de mon commentaire. "L'expérience esthétique" fait-elle référence à l'âme? N'avez-vous pas extrapolé (*,,*) hi!?

Écrit par : Ambre | 27/09/2015

Du tout, du tout, ô Ambronette.
Votre post s'achevant sur le triptyque *art/oeuvre/artiste*, j'ai su que vous vous engagiez délibérément sur les sentes zembaumées du pragmatisme américain, à la suite d'Emerson, Thoreau, Dewey et Cavell.
A la page 31 de "L'Art comme expérience" (John Dewey) vous trouverez: "De l'avis de tous, le Parthénon est une grande oeuvre d'art. Il ne prend toutefois le statut esthétique que lorsqu'il devient objet d'expérience pour un être humain". Un façon de parler de l'âme sans jamais en voir la queue.
Bonne fête de la Lune.

Écrit par : rabbit | 27/09/2015

"je suis un petit thoreau
mais mois c'est pas pareil..."
La queue de l'âme, nous ne la verrons jamais, sauf si "l'ourson de grand-papa Firmin a une queue et que vous accordez (comme moi) à cet objet inanimé un âme.
Fête de la Lune! Je viens de regarder le ciel étoilé, pas un nuage dans la nuit et je cherche la lune et ne la vois pas. C'est d'ailleurs bizarre, habituellement elle est toujours là. Où est-elle passée? En Chine... pour faire la fête (^_^)!

Écrit par : Ambre | 27/09/2015

euh "mais moi(s) c'est pas pareil"
Je ne mets jamais mon moi au pluriel. Il est unique. Non mais!

Écrit par : Ambre | 27/09/2015

Recette des gâteaux de lune (月饼)
*****************************************
Enveloppez les jaunes d’oeuf salé dans un papier d’aluminium huilé. Faites les cuire au four pendant 20 min, thermostat 3, 90°.
Coupez la pâte de graine de lotus en 10, faites un creux au centre de chaque bloc et, placez-y un jaune d’oeuf salé. Roulez-les pour en faire une boule.
Tamisez la farine et mélangez avec le sucre, le thé, la levure et l’huile. Laissez reposer la pâte sous une serviette mouillée pendant 4 heures.
Coupez en 10. Enveloppez chaque boule de pâte de graines de lotus avec la pâte de farine et mettez-la dans un moule à gâteau de lune.
Aplatissez bien, puis retirez du moule et, placez les gâteaux sur un plateau huilé.
Faites cuire au four à 200ºC, thermostat 6, pendant 15 min. Puis, enlevez les gâteaux et arrosez les d’eau.
Faites cuire encore à 180ºC, thermostat 6, pendant 5 min.
Sortez et dorez les gâteaux avec l’oeuf battu, le sucre et l’eau.
Faites cuire encore 10 min jusqu’à ce que les gâteaux prennent une belle couleur dorée.

Écrit par : rabbit | 27/09/2015

Il est 8 heures! Et là je la vois : pleine, lumineuse, magique, elle commence sa descente et va se cacher derrière la forêt de Penhars avant de disparaître. Elle m'a fait la fête ce matin!
Vive la lune, avec ou sans gâteau.

Écrit par : Ambre | 28/09/2015

Y a-t-il de l'âme humaine sur la lune quand personne n'est là pour le constater ?

Écrit par : rabbit | 28/09/2015

Les Chinois qui fêtent la Lune ont-ils vu hier l'éclipse de lune et la lune rouge à Shanghai (=_=)?

Écrit par : Ambre | 28/09/2015

Prochaines dates de la fête de la Lune

2015: 27 septembre
2016: 15 septembre
2017: 4 octobre
2018: 24 septembre
2019: 13 septembre
2020: 1er octobre

2017 (*_*)

Écrit par : Ambre | 28/09/2015

Non, chère Madame, l'éclipse de lune n'était pas visible à Shanghai. Par contre, celle de septembre 2016 le sera. Qui sait où nous serons ce jour-là, l'incertitude me tue… Quant à la lune rouge, elle est visible tous les jours depuis le Lotus Bleu.

Écrit par : rabbit | 29/09/2015

Incertitude...
Vivons le moment présent!
Hors sujet mais, aimé ce matin cette phrase entendue dans Babylone :
"Nous vivons au-dessus de nos moyens psychiques" (Daniel Cohen).

Écrit par : Ambre | 29/09/2015

Oh ! que oui…
Mais ne serait-il pas judicieux de réactiver cet étonnant opus de Johan Paul Friedrich Richter intitulé "Le Songe", qui gardait l'entrée ce merveilleux blog que je tins jadis avant de disperser mon âme sur toute la planète ? C'est l'oeil de l'ourson du grand-papa de Gilbert qui a fait remonter ce texte dans ma mémoire vive. Lisez voir:
***
J'ai parcouru les mondes, je suis monté dans les soleils et j'ai volé avec les
voies lactées à travers les solitudes célestes ; mais il n'y a point de Dieu.
Je suis redescendu aussi loin que l'être jette son ombre, j'ai regardé dans
l'abîme et j'ai crié «Père, où es-tu ?», mais je n'ai entendu que l'éternelle
tempête que nul ne gouverne; l'arc-en-ciel éclatant des êtres était là sans
soleil aucun qui le créât, et s'y écoulait goutte à goutte.
Lorsque je levai mon regard sur le monde immense, y cherchant l'oeil divin,
l'univers fixa sur moi une orbite caverneuse, vide, sans fond; l'Eternité était
sur le chaos et le rongeait et se dévorait elle-même.
***

Écrit par : rabbit | 29/09/2015

Ah "Le Songe"... magnifique blog...

"Lorsque je levai mon regard sur le monde immense, y cherchant l'oeil divin,
l'univers fixa sur moi une orbite caverneuse, vide, sans fond; l'Eternité était
sur le chaos et le rongeait et se dévorait elle-même."
Votre texte et notamment cet extrait me fait penser au chaos de "La Route" de Cormac McCarthy (l’apocalypse a eu lieu):

"Sur cette route il n'y a pas d'hommes du Verbe. Ils sont partis et m'ont laissé seul. ils ont emporté le monde avec eux. Question : quelle différence y a-t-il entre ne sera jamais et n'a jamais été?

L'obscurité de la lune invisible. Les nuits à peine un peu moins noires à présent. Le jour le soleil banni tourne autour de la terre comme une mère en deuil tenant une lampe."

Sur ce bonne nuit cauchemardesque (0_^)

Écrit par : Ambre | 29/09/2015

Et si l'ourson mité, c'était moi ?

Écrit par : rabbit | 30/09/2015

Dans le cas contraire, un grand merci à Inma pour avoir suggéré Ad Block. En effet, 12 pub bloquées sur un célèbre quotidien anglais rose saumon et 36 sur un magazine économique également insulaire, voilà du temps de chargement gagné de façon responsable.

Écrit par : Rabbit | 30/09/2015

L'âme située dans le cerveau à l'endroit, pour donner l'autre nom de la glande endocrine, de la "pinéale", parce que en forme de petite pomme de pin ou plus exactement ce lieu le "siège de l'âme" yoga parlant est connu sous le nom de lotus aux mille pétales ou, en sanskrit, SAHASRARA.
En se concentrant sur ce chakra on développe la capacité de l'empathie qui vient compléter les capacités du chakra également dans le cerveau placé où se trouve l'hypophyse, AJNA: clairvoyance, intuition, prémonition et télépathie. La tête représente le ciel avec, entre les deux hémisphères cérébraux, le corps calleux: la voie lactée de notre galaxie.
De Gaïa les éléments, depuis le début de la colonne vertébrale en montant:
terre eau feu air éther.
L'ensemble de ces centres nerveux et de conscience, les sept Ajna et Sahasrara compris: la gamme et les couleurs.
Depuis le bas: odorat goût vue toucher (tact, doigté, délicatesse, courtoisie puisqu'il s'agit du chakra du cœur, des sentiments "Avoir un coeur tout blanc, blanc comme neige"! parole de soufi) l'ouïe.

Les deux chakras dans le cerveau, lui siège de l'intelligence, puis le dernier, Sahasrara, le "corps causal" concerné par la réincarnation soit, pour nous, l'âme.

Les Anciens, certains, situaient l'âme aux pieds.
Il est intéressant que Jésus souhaitant purifier ses disciples leur ait lavé les pieds.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 02/10/2015

P.S.

A propos des couleurs, précision:

Rouge, point de départ de la colonne vertébrale, périnée: sécurité
Orange, abdomen: sexualité
Jaune, plexus scolaire: "mental" (ensemble des fonctions psychiques)
Vert, là où nous tapotons en disant "moi" ou "pas moi"! pour le cœur

Bleu, appareil phonatoire
Indigo, entre les sourcils, cerveau Ajna
Violet, Sahasrara: violet couleur dite mystique un brin mélancolique

A propos de l'âme qui se situerait aux pieds on dit de faire attention "là où tu mets les pieds"!

Eurydice, mythologie, se fait piquer aux pieds et "meurt" mais pour le judaïsme la mort peut être spirituelle en conséquence d'une sorte de divorce avec le Divin qui provoquerait un état singulier dépressif.

Le serpent peut être signe de sexualité (comme de sagesse) mal maîtrisée mais pour le psy Paul Diel, pour l'analyse des rêves le symbolisme: le serpent devient signe de vanité.

Evangiles: "Tout est vanité!"

Écrit par : Myriam Belakovsky | 02/10/2015

« Sahasrara, le "corps causal" concerné par la réincarnation soit, pour nous, l'âme. » Dans ce cas, est-ce que l'âme est transférée vers la nouvelle incarnation, ou une nouvelle âme est créée ?

Écrit par : rabbit | 02/10/2015

Il s'agirait de la même âme entrant dans un nouveau corps comme nous dans un autre habit raison pour laquelle l'Inde représente nos vies successives par des robes.

Intéressant de noter que du vivant de Jésus, en son pays, un groupe mystique juif enseignait la réincarnation.

"C'est maintenant que vous croyez que vous êtes vivants que vous êtes morts et quand vous serez morts que vous serez vivants!" Paul

Le judaïsme, Zohar, Livre des splendeurs, donne toutes les informations sur la réincarnation qui intervient tant, le nombre de fois qu'il faut, que la personne en cours de vie n'a pas suffisamment évolué. Pour l'Inde, il faut avoir réalisé, priorités de vie, y compris... que la VIE est au delà du cycle des naissances et des morts (samsara).

Écrit par : Myriam Belakovsky | 02/10/2015

Donc, l'âme est éternelle. Mais, est-elle commune à tous ou a-t-on chacun la sienne, indépendante et privée ?

Écrit par : rabbit | 02/10/2015

Je crois qu'il faut chercher par soi-même.
Donc, en Inde, on compare une robe à un corps que l'âme viendrait enfiler c'est-à-dire habiter, animer.
Pourquoi pas un homme (ou une femme) un passager (nous ne sommes qu'en transit) dans sa voiture?
Dans sa voiture cet homme est-il "libre"?
Portes fermées, vitres?

Bien attentif à sa journée mettant le moteur marche ou regardant autour de lui quel effet fait-il/elle? Qui le/la regarde, de quoi a-t-il/elle l'air?

Sa voiture fait-elle riche, puissant, pouilleux?

Dés lors, cet homme (ou femme) est-il "libre"?

Une institutrice Dr es sciences naturelles cheftaine d'éclaireuses en camp regardait les filles nues à la douche: regard innocent.

Petites éclaireuses cadettes suisses à l'époque juste après-guerre "Petites Ailes".

Aile, vol, envol... prend de la hauteur.

"Hauteur"! non une "tête" toisant ou narguant autrui, comparant... mais s'élevant en évoluant comme attirée par un aimant.

En nous une parcelle divine, parcelle divine de quoi?

En nous une parcelle divine "goutte de noblesse" d'intelligence pure?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 03/10/2015

On avance ! Une fois que nous en aurons terminé avec l'âme, nous nous attaquerons au cas "Dieu". Poursuivons.
Je crains que certains esprits moins affutés associent "âme" et "conscience". Mais on dit que ce qui fait la différence entre l'humain et l'animal, c'est la conscience: or, si les animaux n'en ont pas, peut-on dire qu'ils n'ont pas d'âme ?

Écrit par : rabbit | 03/10/2015

Rabbit,

La conscience, selon le Dalaï Lama, "ne naît ni ne meurt".

Dieu.

On dit qu'on ne voit bien qu'avec le cœur.

Une question: Jésus connaissait-il tout de la Loi ou... pas forcément (les gens de Galilée étaient connus pour ne pas avoir inventé la poudre... sans parler de leur accent qui provoquaient l'hilarité des gens des villes ou du monde).

"Je vous apporte un commandement nouveau(...) se trouve en fait au livre du Lévitique.

Le Notre Père, en son début est une prière, le Kaddish, appartenant au judaïsme.

Incontournable, aujourd'hui Jésus appelé "bâtard fils d'impure" n'était pas heureux en famille.

Imaginons un jeune garçon souffrant de son manque de père, son géniteur, en cet état.

Qui jurerait qu'en un jour de peine Dieu étant appelé "créateur" Jésus ait ressenti en son âme et conscience qu'ainsi créateur Dieu est notre "papa" (abba) à tous y compris à lui-même?

S'est-il dit lui-même "fils unique de Dieu"?

La parole à lui attribuée selon laquelle il est plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille qu'à un riche d'entrer dans le Royaume des Cieux est due à des moines copistes du Moyen-Age, en réalité: "Il est plus facile à un chameau d'entrer par une porte de Jérusalem appelée le trou d'une aiguille un jour de marché qu'à un riche d'entrer au Royaume des Cieux!)

Dieu est énergie, dit-on.

Cette énergie, enseigne l'Inde, est PRANA.

AKASHA EST également de L'énergie mais un peu plus condensée.

Lorsque PRANA vient "frapper" sur AKASHA cette AKASHA devient apte à matricier une manifestation (pour nous, création du monde).

Si bien que, si l'on veut, PRANA et AKASHA appréhendés de cette façon seraient les parents premiers, nos parents premiers, donc, de chaque nouvelle création du monde ou, comme écrit plus haut, manifestation.

Simple partage, un instant, rabbit.

Non, Dieu m'en garde, "enseignement"!

Laïcité saine et sauve.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 03/10/2015

C'est du joli ! On voit que je me suis absenté quelques temps...

Écrit par : Géo | 03/10/2015

Ô my God!
It, missa est...

Écrit par : Ambre | 03/10/2015

J'entends Géo qui revient de Guinée-Bissao: fuyez Madame, avant qu'il vous blâme !

Écrit par : rabbit | 03/10/2015

Rabbit,


Merci.

Prudente, j'avais indiqué partage.

A Géo son droit à la liberté d'expression.

Ambre devrait lire plus attentivement.

Bon dimanche.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 03/10/2015

Ambre lit en diagonale. Inma lit de façon stochastique. Géo lit de façon systémique. Et moi de façon cybernétique. « Le message, c'est le médium.»

Écrit par : rabbit | 03/10/2015

@ Rabbit En laissant Géo chercher et accumuler... afin d'éviter de chicaner... je précise que si la citation à propos du trou d'une aiguille est éventuellement un peu floue il s'agissait de passer non par le trou d'une aiguille mais par une porte de Jérusalem comme celle dite Porte des Brebis.

Duquesne a écrit un très fouillé Jésus
Carsten Peter Thiede et Matthew D'Ancona: Témoin de Jésus.

Daniel Marguerat, L'homme qui venait de Nazareth.

Renan, en son Jésus, brode, prend un peu son plaisir mais respecte la vérité historique en l'occurrence modeste.

Jésus et Israël, par Jules Isaac, est au plus proche avec toutes les références historiques possibles.

Escamoté par l'Eglise de Rome L'Evangile essénien de Jésus (travaux d'Edmond Bordeaux Szekely, document authentifié avec "complicité interne")!

Mais il faut redire que tels que présentés les évangiles sont une semence.

Or ce que vous semez, comme le contenu d'un sachet, ne ressemble pas aux petites fleurs qui sortiront de terre quelques temps plus tard. Il faut donc laisser travailler en soi.

Laisser travailler en son propre terrain.

Avec les enfants 12-14 ans, assez embêtant la catéchèse surtout s'il y a plutôt "leçon de catéchèse" que dialogue.

Zachée, pour un exemple.

zachée est un homme de petite taille connu pour être un percepteur malhonnête volant les gens monte dans un arbre pour voir passer Jésus lequel l'aperçoit. Il lui demande de descendre de l'arbre parce que "ce soir, Zachée, je viens manger chez toi."!

Aux catéchumènes: "Qui pourrait donner une information sur Zachée?"

A priori personne.
"Relisez bien" (pourrait s'adresser à @ Ambre par la même occasion).

Aux catéchumènes: "Que dit-on précisément de Zachée?"
"Qu'il est petit!"

"Comment est-on parfois avec quelqu'un que l'on trouve trop grand ou trop petit?"
"On se moque de lui!" (Les enfants commencent à s'animer)

Zachée est donc un voleur, un percepteur qui n'est pas honnête.

Aux catéchumènes: "Quel rapport verriez-vous entre le fait que Zachée, de petite taille et dont on se serait moqué volait?"
Les enfants, en chœur: "Pour se venger:"

Aux catéchumènes: "Jésus disait-il qu'il faut se venger ou qu'il faut pardonner?"
"Pardonner!"

Aux catéchumènes: "Alors, au repas, en faisant allusion à la taille de Zachée et au fait qu'il volait pour se venger que pourrait lui avoir dit Jésus en commençant par la petite taille de Zachée: "Tu vois, Zachée, tu es un homme de petite taille, tu n'y peux rien mais si tu es mesquin, c'est-à- dire une autre manière d'être "petit"! si, cette fois, Zachée, tu "choisis" d'être mesquin, "petit", combien de fois en tout es-tu petit?"

Les enfants: "deux fois"!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 04/10/2015

Ne nous emballons pas.
Deux cents ans avant Zachée et consorts (soit à l'époque dite des "royaumes combattants"), voici ce qu'écrivait He Guanzi (鶡冠子), du royaume de Chu (dont Nanchang fait partie):

Croissance et déclin, vie et mort,
qui sait quand adviendront ?
Imposant et mystérieux,
qui peut mesurer sa perfection ?
Malheur sur bonheur prend appui,
bonheur du malheur surgit.
Malheur et bonheur
brins de fils entrecroisés,
confus et emmêlés,
en une pelote compacte,
tantôt unis, tantôt dissociés,
quel est le principe qui les meut ?
Vagues et brumeux,
seul le saint en déchiffre le sens.
Coulant, se mouvant, se déplaçant,
glissant sans repos ni trêve,
chaque fin est un début,
qui peut en connaître le terme ?

Renversant de Taoïsme, quoi….

Écrit par : rabbit | 04/10/2015

Les commentaires sont fermés.