11/10/2015

La zénitude de «Popof» chien de jazzman

S'adressant le 18 septembre passé à des lecteurs du Parisien, l'ancien président français Nicolas Sarkozy affirma qu'il s'était enfin affranchi de ses légendaires impétuosités. Et fit une remarque qui rend perplexe, une curieuse allégorie canine: «Vous avez vu comme je suis calme maintenant? Un vrai toutou…» Pourtant, le canis lupus familiaris, depuis 30 000 ans qu'il est le meilleur ami de l'homo sapiens, est plutôt apprécié pour son tempérament dynamique - voire agressif - de chasseur de lièvre, d'attrapeur de rats, de chien policier, de chien de garde, de mordeurs de mollets.

Bref, un agité indéfectible, mais dont l'énergie peut procurer à son maître des vertus thérapeutiques que l'on ne soupçonnait pas. Selon une étude récente de l'American Heart Association, sise à Dallas, la compagnie d'un chien réduit le stress, encourage les relations sociales, promeut l'exercice, réduit les maladies cardiaques et accroît la longévité des gens qui ont plus de 65 ans. Tout simplement parce qu'au bout de sa laisse c'est lui qui les promène et qui commande. Contrairement à M, qui se prétend désormais calme, le chien, par son tonus hyperactif est un éveilleur de forces physiques et mentales. Un élixir de jouvence.

.

 

Cela dit, au mitan des années septante, j'en ai admiré un dans le quartier de la Palud, qui arpentait seul le pavé de la Mercerie avec une majestueuse zénitude. Il vagabondait, tandis que son propriétaire, peu soucieux de lui, était affairé sur son piano, rue Madeleine 4. Le chien lui revenait de lui-même pour se blottir sous un Steinway où les notes de jazz commençaient à l'emporter sur celles de Schubert ou Debussy. «Popof» qu'il s'appelait. Il devait avoir une dizaine d'années. Il ressemblait au fox-terrier de la firme Pathé-Marconi, la fameuse mascotte qui tend l'oreille vers le pavillon d'un tourne-disque. C'était un toutou zen, que la musique de l'homme qu'il admirait avait rendu intelligent. Il n'aboyait jamais comme un vulgaire cerbère ou un politicien, il écoutait affectueusement les variations musicales de cet élégant moustachu qui l'avait adopté en 1971, et qui devait, 11 ans après l'enterrer après avec beaucoup de chagrin. «Popof» avait été le chien fétiche de François Lindemann, le grand maestro lausannois.

Commentaires

Le fox-terrier est un chien génial et... il n'aboie pas ou très rarement, une grande qualité chez ce chien extraordinaire.
Rien à ajouter, si : je confirme et signe que Gilbert Salem a de l'humour, le sien, subtil, fin et qui ne représente que le sien bien évidemment et pas celui de la Suisse entière. Et ses chroniques sont aussi "un bain de jouvence".

Écrit par : Ambre | 11/10/2015

Madeleine quatre, fichtre !
François et Popof sont partis à temps. J'ai lu dans un livre chinois sur la construction des tunnels, que le M2 passe à moins d'un mètre sous les fondations de l'immeuble. La voûte n'aurait pas supporté le poids du Steinway.

Écrit par : rabbit | 11/10/2015

"canis lupus est plutôt apprécié pour son tempérament dynamique - voire agressif - de chasseur de lièvre, d'attrapeur de rats, de chien policier, de chien de garde, de mordeurs de mollets."
C'est oublier le succès du golden retriever, chien doux, ultra-pacifique, qui ne ferait pas de mal à une mouche... (et con comme un balai, mais ça c'est une autre histoire...). Un chien canada dry, en quelque sorte. Cela dit, la population suisse vieillissante va t-elle adopter encore plus de chiens ? Encore plus de sachets de crotte jetés négligemment dans la propriété du voisin ? Mais quel bonheur !

Écrit par : Géo | 11/10/2015

Voilà qui est bien envoyé.
Mais, si vous êtes comme moi passé cette année par la rue de Bourg, vous aurez remarqué qu'il n'est plus nécessaire de slalomer entre le étrons pour rester présentable, comme c'était encore le cas il y a vingt ans. N'en déplaise aux Khmers verts qui occupent la ville, ce changement n'est pas imputable à une soumission des Lausannois à leur dogme, mais aux ravages de la crise: les chiens ont tous été mangés (j'insiste sur le participe passé, les Vaudois ont une orthographe de plus en plus déplorable).
Pour en revenir à Nicolas, Madeleine, François et Popof, je doute qu'en onze ans de vie commune le canis lupus musicalis ne soit parvenu à lire une partition et interpréter correctement, ne serait-ce que la Sonate au Clair de Lune. S'il avait vécu dix ans de plus, on l'aurait applaudi dans Brahms.

Écrit par : rabbit | 11/10/2015

Il est vrai que la blonde lausannoise qui autrefois se baladait avec un petit chien blanc se promène aujourd'hui aux bras d'un amant noir. C'est nettement plus trendy et nettement moins salissant...
Je me pose la question : et si Ambre n'était pas la seule à ne pas saisir mon humour et que l'on me dépêchait la police de la pensée cantonale ? Amant noir, est-ce raciste aux yeux des services de l'Inquisition médiatique ? Pour ma défense, je m’appuierais sur un livre de V.S. Naipaul (je parie que comme moi vous seriez incapable de dire ce que recouvrent les lettres V.S...), Half a life, dans lequel un Noir explique que le caractère "noir" étant régressif, il milite pour le noyer dans le "blanc". Merci de ne pas me parler de Nadine M.

Écrit par : Géo | 11/10/2015

Votre mention de Madame Morano tombe à pic pour vous soumettre un texte qui n'attendait que ça. Il s'agit d'une réflexion de Charles De Gaulle, faite en privé en 1959 et rapportée par Alain Peyreffite ("C'était De Gaulle", Editions de Fallois, 1994).
«Il ne faut pas se payer de mots! C'est très bien qu'il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu'elle a une vocation universelle. Mais, à condition qu'ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même et avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne...».

Écrit par : rabbit | 11/10/2015

Well, vous n'êtes pas vraiment le premier à avoir ressorti cette citation. Le problème de Morano, c'est qu'elle n'est pas très douée en rhétorique. Or, en France, mieux vaut s'abstenir de faire de la politique si vous n'avez pas un minimum d'esprit (et la capacité de restituer correctement une citation). Mais surtout, surtout, que vont faire les politiciens dans ces galères pourries où sévissent de petits maîtres de la Pensée assistés de leurs sales petits roquets arrogants, s'ils n'ont pas la carrure de Michel Onfray ou Alain Finkielkraut ? Rendons hommage pour une fois à la RTS qui a supprimé son émission pourrie à elle, la Soupe devenue l'Agence, dont le seul rôle était d'attaquer l'UDC avec l'argent de ceux qui votent UDC. L'aspect peu démocratique de ce procédé est devenu par trop évident, même pour les apparatchiks obtus de la RSR...

Écrit par : Géo | 12/10/2015

Je ne sais pas, je ne suis qu'un des 746'000 Suisses de l'étranger (10% de la population nationale). Ceux que les banques et les politiciens ignorent. Est-ce que cette RTS dont vous parlez a quelque chose de commun avec le Temple Solaire de sinistre mémoire ? Par contre, sur CCTV 12 hier, j'ai vu un phénomène géologique étonnant dans une grotte du Jiangsu: des stalagmites ayant la forme et la couleur d'oeufs au plat.

Écrit par : rabbit | 12/10/2015

Je parlerais plutôt de phénomène minéralogique. Savez-vous pourquoi on parle de plaques minéralogiques ? Il semblerait que c'était l’École des Mines qui gérait le registre des véhicules. Vous y croyez, à cette hypothèse ?

Écrit par : Géo | 12/10/2015

C'est aussi ce que je me suis laissé dire. Il faut l'accepter comme un monde possible jusqu'à ce que cela se dissolve dans une autre réalité. Alors que si c'est un canular, il reste limité à l'Hexagone. Pas question que l'on se mette à creuser le sol à la Blécherette pour trouver de l'or, ça rapporte assez d'argent comme ça.
Dans l'histoire des oeufs au plat minéralogiques, le stalagmite progresse en hauteur avec une patience infinie sous l'effet des gouttes d'eau calcaire, lorsque du soufre (硫磺) vient se mêler au mélange. Sous l'effet d'une réaction acide, le stalagmite s'aplatit alors que son centre se colore de jaune. Voilà résumé pour vous, un phénomène qui prend plusieurs dizaines de milliers d'années. Merci Rabbit.

Écrit par : rabbit | 12/10/2015

Cela a l'air de beaucoup vous remuer, l'art culinaire rupestre. Qu'est-ce que cela va être quand vous découvrirez la dérive des continents...
J'ai sous les yeux un des rares échantillons de roche que je garde à portée.
Il s'agit de silice rubanée et plissée, avec alternance sombre et claire comme des varves, qui vient du Nord de l'Arabie. Or la silice n'est pas particulièrement soluble, il n'y a qu'à regarder les vitres de vos fenêtres. Peut-être en avez-vous observé dans le désert en Namibie ? On n'a pas encore d'explication de ce curieux phénomène. Il faut vraiment des acides très forts pour solubiliser la silice...Vous avez une idée ?

Écrit par : Géo | 12/10/2015

La dérive des continents ? Mais, je travaille là-dessus depuis le Crétacé supérieur: comment aurait-on pu empêcher l'Afrique et l'Inde de nous rentrer dedans, avec les conséquences que l'on sait ? Pour la silice, il me semble que les Phéniciens ont trouvé le truc; le mien, c'est de trouver des débouchés commerciaux. Vous parlez Phénicien ?

Écrit par : rabbit | 12/10/2015

Malheureusement non. Et ne me demandez pas d'apprendre. Je n'ai appris aucune des 1500 langues africaines durant ces années passées là-bas. Pas seulement par mauvaise volonté, d'ailleurs. Si vous apprenez la langue de ceux-ci et pas de ceux-là, vous allez avoir des problèmes. Situation qui a nettement favorisé ma tendance au moindre effort...

Écrit par : Géo | 12/10/2015

Nous avons revu le tatouage de Nabila ce soir et nous persistons dans notre affirmation: cela ne signifie pas "amour", mais "audacieux" écrit en caractères traditionnels. De façon paradoxale plus que contradictoire, et en accord avec une certaine forme de paresse que je partage avec vous, je refuse d'apprendre le Chinois.

Écrit par : rabbit | 12/10/2015

J'ai vu aussi. Laissons quelque chose à Nabilla : elle est vraiment très mignonne. C'est une idée de génie, le détatouage. 20 % des Américains se sont fait graver des horreurs débiles et très chères à enlever sur le corps. La bêtise humaine est vraiment une source infinie de richesse facile...

Écrit par : Géo | 12/10/2015

Il faudrait essayer d'arnaquer un Prix Nobel pour comparer, mais vous allez me répondre que ce n'est pas la référence absolue. Et à moi d'acquiescer. Je me demande parfois si nous ne devrions pas…

Écrit par : rabbit | 14/10/2015

Vous avez été censuré ?

Écrit par : Géo | 14/10/2015

Non, c'est juste pour relancer la tension narrative. Le public se relâche.

Écrit par : Rabbit | 14/10/2015

Arnaquer un Prix Nobel ? Un prix de quoi ? De la paix, de littérature ? Ces prix paraissent nettement plus politiques que quoi que ce soit d'autre...

Écrit par : Géo | 14/10/2015

C'est exactement ce qui vous rapproche de Spinoza, cette façon de concevoir une condition humaine implacable, prisonnière de l'ici et du maintenant, sans fuite possible par le haut.

Écrit par : rabbit | 14/10/2015

Cela vous dit quelque chose, l'Union Rationaliste ? Elle a organisé le 5 mai 1966 un débat autour du livre de Jean Piaget "Sagesse et illusion de la Philosophie" à la Sorbonne, avec la participation de Piaget, Ricoeur, Fraisse, Jeanson et un certain Galifret. Il s'agit de se friter entre philosophes et psychologues, bien évidemment. Le débat est transcrit dans un livre au titre qui va vous plaire.
"Psychologie et marxisme".
Je ne résiste pas au plaisir de vous faire connaître les propos de Galifret:

"Il me semble, mais là je suis naïf, je connais mal la philosophie, que scientifiques et philosophes n'ont pas la même méthode de travail. Le scientifique pose une hypothèse, fait des observations ou des expériences, arrive à des conclusions, formule de nouvelles hypothèses et , en quelque sorte, va toujours vers autre chose. (...)Le chercheur qui commence une expérience ignore où l'expérience le conduira, il espère vérifier son hypothèse mais en même temps, il souhaite l'inattendu, l'insolite*, germe d'une nouvelle hypothèse plus riche de valeur explicative (...)
Il me semble que les démarches du philosophe ont un tout autre caractère et que les processus sont quasi inversés. Bien souvent le philosophe donne l'impression de partir de la conclusion et de s'efforcer avec plus ou moins de virtuosité, de bonheur verbal, de la faire partager. Il ne s'agit pas de cheminer par approximations successives vers la vérité; une option ayant été prise il s'agit de la défendre, de convaincre."

Paul Ricoeur : "Vous avez lu quelque part un texte d'Aristote ou de Descartes ?

Yves Galifret : " Aristote ou Descartes ne sont pas pour moi des philosophes du type Victor Cousin ou Bergson, ils sont, chacun en leur temps, des savants qui font de la philosophie. (Rires, bruits divers, sifflets, applaudissements).
Reprenant le parallèle entre le chercheur et le philosophe et poussant le sacrilège à son comble je dirai que , dans le cas du philosophe, et c'est là la différence avec le scientifique, différence fondamentale, il est souvent très facile d'imaginer à l'avance quel sera le résultat de sa "recherche".(...)
En tout cas il est possible de prévoir sans prendre de gros risques les chemins que le philosophe à coup sûr ne prendra pas. Dans le cas d'un philosophe chrétien par exemple on sait avant même qu'il ait abordé son sujet que toute une série de conclusions n'ont aucune chance d'être les siennes. (Applaudissements).

Ce qui vous explique, mon bon, pourquoi je n'ai pas lu Spinoza...

* La découverte de la sérendipité n'est pas vraiment d'aujourd'hui. On s'en doutait un peu...

Écrit par : Géo | 14/10/2015

"pour relancer la tension narrative", j'écoutais ce matin une émission intéressante sur l'abeille (philosophe) :
http://www.rts.ch/espace-2/programmes/babylone/7121078-babylone-du-12-10-2015.html

On y parlait entre autre d'une exposition qui a eu lieu aux Jardins Botaniques à Lausanne et l'invité (philosophe) indiquait qu'il ne fallait pas rater un film dans l'expo sur la copulation - en plein vol - d'une reine par un faux-bourdon.

Ici c'est : quand le bourdon prend la mouche, ça turbine (*_*). Hallucinant avec le son (ce n'est pas du Korsakov;-))

https://youtu.be/gsfju0Mg2cU

Écrit par : Ambre | 14/10/2015

Non, je parlais de Spinoza à la suite d'un podcast de Michel Onfray, qui m'a encore une fois enthousiasmé. Par la filiation avec Nietszche et la démonstration que la vision marxiste ou structuraliste de l'existence est une forme de cécité volontaire. L'astuce de Spinoza pour éviter de passer pour un athée, c'est Dieu = Nature: il a de l'avenir dans les bosquets.
Une nature qui a créé l'abeille bretonnante: kenavo, Ambronette et degemer mat! On le sait, le bourdon bourdonne et une fois la cérémonie nuptiale achevée, et l'union consommée, il trépasse seul et abandonné de tous ceux qui étaient invités à la noce. C'est le sort que vous souhaitez à un genre déjà malmené, le nôtre ?

Écrit par : rabbit | 14/10/2015

"Dieu = Nature: il a de l'avenir dans les bosquets."
L'athéisme de Spinoza me convient.
Le bourdon trépasse en effet après consommation et pour moi c'est la reine qui semble malmenée. Mais je vous accorde que les hommes sont parfois malmenés.
Cet après-midi j'ai joué au golf avec un ami et un autre partenaire (ni ami, ni inconnu). Au trou du 1, la balle de ce "golfeur" est "topée"* au troisième coup et traverse le green. Il se dirige donc vers sa balle et que vois-je (0_0)? Il traverse le green d'un bout à l'autre avec son chariot trois roues. L'ami me regarde et ne dit rien (c'est son invité). Je ne vais pas crier : IL EST INTERDIT DE ROULER SUR LE GREEN AVEC SON CHARIOT, c'est tellement évident, même pour un golfeur qui ne connaît rien aux règles et à l'étiquette. Je lui lance lorsqu'il est arrivé à sa balle : en 30 ans de golf je n'ai jamais vu ça, c'est inadmissible... sur un ton dégoûté. Le type me nargue en riant. J'ai poursuivi le parcours (heureusement seulement 9 trous) avec eux pour ne pas contrarier l'ami mais ce fut neuf trous de calvaire, car il y eut bien d'autres règles bafouées.
Ai-je malmené un gros balourd?

*Quand vous effectuez un top, la tête de club va venir couper le haut de la balle et va l’envoyer raser le sol.

Écrit par : Ambre | 14/10/2015

Je comprends de mieux en mieux que vous ayez de la peine avec mon humour, Ambre...et je suis content de ne pas jouer au golf. A propos, comment fait-on pour le chariot ? On le porte ?

Écrit par : Géo | 14/10/2015

Je frémis d'indignation !
Ce qu'il méritait, c'est un coup de fer 5 dans les rotules, puis la pendaison par les pieds aux grand chêne sur le fairway du trou n° 3 (par 5 avec dogleg à gauche). Vous devenez trop indulgente, on vous a connue incorruptible & impitoyable.
Spinoza aurait aimé le golf.

Écrit par : rabbit | 14/10/2015

"comment fait-on pour le chariot ? On le porte ?"
(0_0).
On peut porter son sac (c'est plus sportif) mais pas son chariot. A la rigueur on le met dans une voiturette si on joue en voiture (mais c'est moins sportif)
Hi hi!
Non, lorsqu'on arrive au green, on arrête son chariot près du green, mais éloigné de celui-ci, pas sur les avant-greens, pas non plus en entrée de green ce qui oblige à revenir en arrière pour le prendre, fait perdre du temps surtout si une autre partie nous suit. Le mieux c'est déjà de le positionner vers le trou suivant. Le jeu lent est une calamité au golf.
Lire le dernier paragraphe : http://www.golf-sancerre.com/Golf/etiquette.php

Je pense en effet que nous ne pourrions pas jouer au golf (ou à autre chose) ensemble Géo. Je pourrais cependant - je crois - jouer au golf avec Rabbit (=_=).

Écrit par : Ambre | 14/10/2015

C'est vrai qu'il a ce côté masochiste...

Écrit par : Géo | 14/10/2015

Sur le green, de quoi avez-vous besoin à part un putter ? Pitching wedge ou fer 9 si vous tenez à impressionner vos partenaires. Ce qui signifie que vous faites le parcours avec un set complet et que cela implique le chariot, parce que vous êtes une faible femme et qu'il ne faut pas compter sur Géo pour porter votre sac.

Écrit par : rabbit | 15/10/2015

En effet. Déjà (trop) donné...
Je suis surpris que mon petit extrait de duel psychos vs philosophes vous laisse si indifférents. Je m'amuse beaucoup à la lecture de ce compte-rendu, l'auteur ayant noté les réactions du public (cela se passe à la Sorbonne) et les interventions jargonneuses de Ricoeur entre autres oscillant entre l'achilletalonnesque de haut niveau et l'ubuesque moyen (je suis un spécialiste. Auto-proclamé mais néanmoins). On sent tous ces intellectuels de haute volée prêts à s'entretuer et le ton monte à chaque intervention. Un suspense insoutenable, comme le disent les critiques de cinéma qui s'y connaissent, à force de visionner des navets...

Écrit par : Géo | 15/10/2015

"Bien souvent le philosophe donne l'impression de partir de la conclusion et de s'efforcer avec plus ou moins de virtuosité, de bonheur verbal, de la faire partager. Il ne s'agit pas de cheminer par approximations successives vers la vérité; une option ayant été prise il s'agit de la défendre, de convaincre.""

Je ne suis pas d'accord avec cela et, particulièrement, en ce qu'il s'agit "de bonheur verbal" ou "de convaincre". J'écoute (et lis parfois) des philosophes et ce que j'aime justement dans la philosophie (et donc chez QUELQUES philosophes) c'est qu'elle ne cherche pas à convaincre mais plutôt à aider - "celui qui cherche" - à comprendre la philosophie DE LA VIE et DE LA MORT, puis à la faire sienne.
(Ce n'est pas clair mais je me comprends).
Aujourd'hui je m'interroge sur nos philosophes du XXe siècles (et XXIe). Ont-ils vraiment quelque chose à voir avec les philosophes de l'antiquité?

Écrit par : Ambre | 15/10/2015

Paul Ricoeur : "Vous avez lu quelque part un texte d'Aristote ou de Descartes ?

Yves Galifret : " Aristote ou Descartes ne sont pas pour moi des philosophes du type Victor Cousin ou Bergson, ils sont, chacun en leur temps, des savants qui font de la philosophie. (Rires, bruits divers, sifflets, applaudissements).

Écrit par : Géo | 15/10/2015

Si nous ne laissons rien paraître de l'émotion qui fut la nôtre, Ambre et moi, à la parution de votre commentaire sur la querelle des Phi et des Psy, c'est que nous sommes vaccinés, immunisés, mithridatisés.
Rien de ce qui est bon pour la tête ne nous étranger: nous sommes abonnés aux podcasts des «Nouveaux Chemins de la Connaissance». Une assurance contre les illusions perdues et les faiblesses épistémologiques.
Le débat en question date de 1966, époque où les structuralistes préparent leur nuit de longs couteaux. Nous émergeons à peine des années de plomb qui suivirent cette folie collective. Heureusement, la vie est courte, et les pensées ne survivent pas à la pourriture des corps, surtout quand ceux-là furent structuralistes.
Ai-je bien répondu, Géo unique et préféré ?

Écrit par : rabbit | 15/10/2015

Ô Géo (comme dirait rabbit quand il vous aime + aujourd'hui Géo unique et préféré (0_0) : Si vous n'existiez pas, je vous inventerais car lorsque je vous lis, j'éclate de rire et ça me fait du bien! J'applaudis;-)

Ô rabbit unique et préféré : si vous n'existiez pas, je relirais Nietzsche, en boucle!

Hum!

Écrit par : Ambre | 15/10/2015

"Ai-je bien répondu, Géo unique et préféré ?" Cela va mieux, en effet. Mon prof de philo au gymnase se piquait de structuralisme, mais il nous a quitté assez rapidement. Celui de la classe d'à côté était par ailleurs un assistant de Sartre, même qu'on a fait grève - quasi contre sa volonté...- parce qu'on avait l'impression qu'il était licencié. Puisque vous le connaissez, j'ai rencontré dans les rues de Lausanne Giacomini (il ne devait pas y venir souvent...) et je me souviens de son regard quand je lui ai dit que nous étions en grève. Il n'était pas en colère mais disons que cela ne cadrait pas tout-à-fait avec sa vision du monde. Et qu'il avait l'humour mordant avec la bourgeoisie et ses fils...

Écrit par : Géo | 15/10/2015

Je n'ai rien contre la grève, seulement si c'est pour couler une entreprise concurrente. Par ce que c'est bien à ça que sert la grève, non ? Regardez le CAC 40...

Écrit par : rabbit | 15/10/2015

En l'occurrence, le pays du CAC 40 n'a pas besoin de ce prétexte pour pratiquer son sport favori.

Écrit par : Géo | 15/10/2015

Avec le remue-méninge quotidien qu'impose la TSR/RST/SSR (je crois être en retard d'un acronyme), j'ai rêvé la nuit dernière que vous étiez élu au Conseil fédéral.
«Un rêve prémonitoire ? D'un mot, Monsieur Géo, votre impression au seuil du scrutin...» (Darius the Walrus).

Écrit par : rabbit | 16/10/2015

Un rêve prémonitoire ? Un cauchemar qui au moins n'a pas de chance de se réaliser.
On se demande parfois où notre inconscient va chercher toutes les bêtises qu'il nous fait rêver de temps à autre. Et quand on voit à quoi ressemblent nos futurs conseillers fédéraux, j'espère n'avoir vraiment rien de commun avec ce genre de profil.

Écrit par : Géo | 16/10/2015

C'est rassurant de vous retrouver fiché au registre de la sédition et de l'anarchie. Si la tentation d'un coup d'Etat a pu vous frôler dans le passé, c'est le dernier moment avant les rhumatismes et la sciatique. Quoique, une fois la télévision sous contrôle, les gens de ce pays seront incapables de formuler la moindre pensée (voir Curzio Malaparte, "La Technique du coup d'Etat"). Si vous êtes libre jeudi prochain entre 9 et 11 heures, et s'il ne pleut pas, on pourrait commencer pas prendre le pouvoir. Ensuite, on verra.

Écrit par : Rabbit | 16/10/2015

Jeudi entre 9 et 11 ? Vous n'y pensez pas, c'est l'heure de mon vélo...
Prendre le pouvoir ? Mais on le mettra où ? On en fera quoi ? Vous avez envie de vous dévouer pour l'humanité, vous ? Vous avez envie d'être à la place d'Angela Merkel qui essaie de gérer les grosses bêtises qu'elle a lancées l'autre jour ?
Vous imaginez les millions de Suisses qui vous demandent de gérer les millions de réfugiés qui ont profité de l'aubaine d'une guerre chez eux pour venir enfin en Europe ? Ceux qui l'ont, le pouvoir, ont bien du courage, mon bon monsieur.

Écrit par : Géo | 16/10/2015

Revenons à la source du problème, voulez-vous?
Vous n'êtes pas arrivé à un âge aussi avancé sans avoir remarqué que tout est décadence, délabrement, décomposition, désagrégation, dissociation, ou même détérioration.
Travail, famille, patrie: tout casse, tout lasse... rien ne tient plus d'une génération.
Vous pensez que Pétard a trouvé son allumette ? A propos, vous vous souvenez du capitaine Langlois dans "Un roi sans divertissement" ?

Écrit par : rabbit | 17/10/2015

C'est vrai que c'est un pseudo assez dangereux si on ressemble à Langlois, ce qui n'est pas le cas de Pétard. Votre analyse est assez unilatérale. Si vous voulez être créatif aujourd'hui, vous devez faire partie du monde informatique. Tout le reste est en décomposition, bien d'accord avec vous. Et nous n'avons ni l'âge ni le goût ni les compétences pour se lancer dans ce genre d'activités. Il nous reste à cultiver tranquillou notre jardin sans se prendre la tête. Surtout pas à la dynamite, c'est sale et il faut penser au petit personnel.
Des activistes séparatistes jurassiens avaient kidnappé un caporal bernois qui faisait une course d'orientation. Ils l'avaient enfermé dans le coffre de leur voiture où il est mort étouffé. Ils ont maquillé l'accident en suicide en faisant exploser le corps avec une HG 43 de l'armée. Il y avait des bouts de cadavre partout sur les arbres alentour et nos forêts manquent de vautour pour résoudre le problème.
Bon dimanche.

Écrit par : Géo | 18/10/2015

En effet, les Rauraques ne sont pas des parents des Helvètes, d'où leur sauvagerie. Pourtant les deux peuples auraient pu vivre en paix du côté de Royan, si Jules César ne les avait pas bloqués près de la Saône dans leur migration vers l'Ouest (tout comme M. Orban bloque la frontière hongroise aux Syriens).

Écrit par : rabbit | 18/10/2015

Puisque vous abordez le sujet: mes souvenirs de De Bello Gallico sont assez vagues. Cela doit faire plus de 50 ans que je ne m'y suis plus plongé. Mais ce qui est assez frappant, c'est cette volonté des Helvètes de quitter la région lémanique qu'ils jugeaient vraisemblablement peu hospitalière (!). S'ils n'avaient pas pris une sérieuse branlée à Bibracte avec retour obligatoire à la maison pour les survivants, nous serions vraisemblablement français. Je ne sais pas si vous réalisez ce que l'on doit à Jules César ?
Cela dit, les 1500 ans de l'Abbaye de Saint-Maurice m'ont fait découvrir que le royaume du Burgonde Sigismond s'étendait à l'Est jusque dans la région de l'Abbaye et à l'Ouest jusque vers Clermont-Ferrand, ce que je me suis empressé d'apprendre à mes amis auvergnats.

Écrit par : Géo | 18/10/2015

En effet, les Burgondes sont plus qu'une équipe de joyeux drilles. Nous en parlions l'an dernier à propos de l'abbaye de Saint-Maurice. La troupe comptait des individus provenant de nombreuses peuplades ayant eu maille à partir avec les principaux acteurs des grandes invasions barbares. Dont des Huns, identifiés par leurs ossements dans les cimetières burgondes.

Écrit par : rabbit | 18/10/2015

A quoi reconnaît-on un os hun et qu'est-ce qui le distingue d'un (hautre... )os burgonde ?

Écrit par : Géo | 19/10/2015

Selon Wikipedia :
"Après avoir perdu sa dynastie royale, son encadrement et son armée lors de la sanglante défaite de 436-437, une partie des Burgondes de l'est du Rhin dut se soumettre aux Huns dont ils devinrent un peuple auxiliaire"
Vous n'avez jamais cette impression devant l'Histoire d'une montagne à déplacer avec une petite cuillère ?

Écrit par : Géo | 19/10/2015

Pas les os, un chien n'en voudrait pas, mais ce qu'il y a dedans. Depuis qu'ils ont découvert la génétique, les Mongols se font tous analyser pour vérifier s'ils sont bien les héritiers de Gengis Khan. Nonobstant, les Mongols ne sont pas définitivement identiques aux Huns, et les Huns ne sont pas à coup sûr des Xiongnu (匈奴). On peut à nouveau évoquer ces corps momifiés vieux de 3'000 ans retrouvés dans l'Est de la Chine (Gansu et bassin du Tarim), d'apparence 100% européenne et rangés dans la catégorie des Thokariens ou encore celle des petits Yuezhi: tous de braves gens en but à la méchanceté des Xiongnu, des Huns et des Mongols. On ne peut vivre en paix nulle part, Monsieur Géo. A quoi cela est-il dû ?

Écrit par : Rabbit | 20/10/2015

Disons qu'on peut vivre en paix si on a la sagesse de préparer la guerre. Ce que nos compatriotes plus jeunes s'efforcent à tout prix d'oublier. Il se pourrait qu'il leur en cuise. A ce propos, notre hôte a écrit samedi passé un excellent article sur Morgarten 1315 et les débats autour de la volonté de certains historiens de réduire à l'état de mythes l'histoire suisse.
"Morgarten champ de bataille, sept cents ans plus tard, des historiens" selon Olivier Meuwly.
Or un moine a décrit cette bataille dès 1315 et son manuscrit se trouvait dans un monastère de Prague. J'en avais entendu parler depuis quelques temps mais cela ressort aujourd'hui "officiellement" par l'entremise d'un prof d'uni neuchâtelois.

Écrit par : Géo | 20/10/2015

Il suffit de comparer la place des Habsbourg dans les livres d'Histoire et celle des indigènes d'Oberägeri, pour comprendre dans quoi vous êtes embarqué jusqu'à l'Armageddon. Puisque nous en sommes à la flagellation uchronique, nous pourrions aussi revenir sur le réalisme stratégique des batailles de Grandson et de Morat.

Écrit par : rabbit | 20/10/2015

"celle des indigènes d'Oberägeri"
"la bataille de Morgarten a bel et bien eu lieu le 15 avril 1315, à l'endroit précis où l'on continue de la commémorer. Il se fonde sur un document d'authenticité incontestable, retrouvé dans un monastère de Prague. Rédigé en latin par un moine cistercien, il date de 1315 et confirme sérieusement les descriptions les plus traditionnelles de cette tuerie qui allait devenir la genèse d'un pays neutre." C'est signé de l'auteur de ce blog...

"nous pourrions aussi revenir sur le réalisme stratégique des batailles de Grandson et de Morat." Volontiers. J'en étais resté au sang des Bourguignons qui m'empêchaient de me baigner dans ma gouille favorite cet été...

Écrit par : Géo | 20/10/2015

Lâchez tout Géo ! Je viens de voir sur CNN que 500'000 nouveaux migrants arrivent en Grèce. Sur la RTS on n'oserait jamais vous affronter à la réalité, que des édulcorants artificiels (du médical pour les baby boomers et du social pour la middle class). Il faut nous casser en vitesse, comme ce fut le cas pour les Huns. Aujourd'hui à Shanghai, ciel dégagé et 24°: je vous réserve un ticket ?

Écrit par : rabbit | 20/10/2015

Vous fuyez la foule en vous rendant à Shangaï ? C'est assez original. Et juste une question : "Shanghai, ciel dégagé", cela existe encore ?

Écrit par : Géo | 21/10/2015

En premier lieu, ce n'est pas la solitude qu'il faut chercher à Shanghai, mais passer inaperçu. Plus il y a de monde et plus c'est facile. Là-bas, on est gâté. Ensuite seulement, mais il ne faut pas précipiter les choses, l'oubli s'installe. Ce qui est le comble de la solitude, vous en conviendrez.
Et pour ce qui concerne le ciel, dégagé signifie l'absence de nuages au-dessus de la couche d'oxyde de carbone. C'est limpide, non ?

Écrit par : Rabbit | 21/10/2015

Très. Mais un grand blanc au milieu d'une foule de petits hommes jaunes, cela me rappelle quelques visites dans des villages africains entouré d'une nuée d'enfants plutôt qu'une cache dans la multitude. (Un jour quelque part, j'avais fait un geste du bras pour désigner la direction que devait prendre une conduite d'amenée d'eau et pfrrrrt, tous les enfants se sont envolé comme une nuée de moineaux. On est vite mal interprété...)

Écrit par : Géo | 21/10/2015

C'est paftement limpide.
Et on respire avec des bouteilles d'oxygène à Shanghai (=_=) ou avec un sac sur la tête;-)? Hi!
http://3.bp.blogspot.com/_8GKy_xdHuSE/S6sroKVVwRI/AAAAAAAAA-U/W9Cx2zvU0bI/s1600/b8a55217b42e4adc9acd5a2d15131689.jpg

Écrit par : Ambre | 21/10/2015

Non, Ambre, ça c'est l'équipement pour les tempêtes de sable du printemps, à Beijing. Toute ville a son cachet, sa spécificité fonctionnelle comme dit Lao-Tseu.

Écrit par : rabbit | 21/10/2015

Mais oui Rabbit, je sais que c'est pour les tempêtes de sable, c'était écrit en légende sous la photo:))
C'était un clin d'oeil - si j'ose dire.
A Shanghai on met des masques, et on joue au docteur et à l'infirmière (*_*).
Lao-Tseu me pardonnera.
J'en ai profité pour relire quelques-uns de vos haïkus "pessimistes" qui me vont très bien.

Écrit par : Ambre | 21/10/2015

J'avais écrit 130 haïkus, mais je suis incapable de mettre la main dessus. C'est le destin du Rabbit errant, il sème à tous vents comme Madame Larousse.
On pourrait faire le conseil à tous (avant de rejoindre le grand sommeil de leur existence) de jeter un oeil distrait sur «Le Songe de Kuniklos» (ça pourrait dégoupiller quelques méninges).
En dehors de ces considérations, la BBC m'informe que la BCE vient d'imprimer pour 1.1 trillion d'Euros. Dépensez vos économies avant qu'elle ne valent plus rien ! Autant finir dans l'excès que dans la disette, ô Ambronette.

Écrit par : rabbit | 22/10/2015

Un trillion! C'est un nouveau virus (0_0)?

Écrit par : Ambre | 22/10/2015

Les logiciens disent que si la pensée peut prendre certaines forme, c'est que ces formes sont déterminées par la structure de l'intelligence ou par les lois physiques de la matière grise. Moi je pense que si quelqu'un décide d'imprimer pour 1.1 trillion d'Euros de papier-monnaie, c'est qu'il a trouvé comment fonctionne la photocopieuse. Brillant, non ?

Écrit par : Rabbit | 22/10/2015

Les commentaires sont fermés.