23/04/2016

Gifles et claques ont traversé les âges

 

Elle a été initialement un châtiment corporel infligé à de diablotins turbulents, mais elle a fait d’autres ravages. La gifle, un mot picard “kiff”, ou “kiffl”, qui désigne la joue humaine, où étymologiquement elle s’applique - a été aussi un délit d’humiliation entre adultes, pas du tout consentants. Un affront cornélien, qui, encore à la fin du XIXe siècle, se soldait par des *rendez-vous sur le pré”, avec des jeux de fleurets. Ou une seule cartouche, comme celle que Pouchkine reçut en plein ventre, un 10 février 1837, à Saint-Pétersbourg.

Aujourd’hui, ce déshonneur se “répare”, sans romantisme expéditif, par des procès qui ont le désavantage de traîner en longueur. Et au bout desquels la victime se sent un peu coupable et son gifleur un modèle d’innocence. Car lui-même aurait subi, en sa petite enfance, des claques flétrissantes de son père qui, parallèlement, battait sa femme comme plâtre à cause d’un ragoût peu épicé.

Claque est un mot qui sonne aux oreilles encore plus violemment que gifle. Dans la mémoire affective des enfants qui en ont subi de leurs parents, ou, tout aussi révoltant, d’un maître d’école, ça claque et cliquette comme une ritournelle de piano mécanique, une sale rengaine pluvieuse.

Je me souviens d’une râclée phénoménale, plus cinglante que sanglante, qu’un prof de géographie administra en plein cours, dans un collège de Pully, à Jeremy Dowland, un écolier britannique très assimilé. Le petit Londonien  osa prétendre en savoir davantage que notre maître sur le cours de l’Orénoque. Celui-ci fut moins agacé par l’érudition précoce de mon camarade que par son oeil effronté. Du haut de ses 12 ans,il se laissa souffleter sans déploration ni panique. Avec le sourire exaspérant de ces rebelles qu’aucun sévice ne pourrait effacer, et qui prétendent mépriser la mort elle-même...

La gifle a des synonymes autrement plus pittoresques, presque drôles: outre la raclée ou la taloche, on peut se flanquer une mornifle, une beigne, un horion, une rossée, une dérouillée (terme d’assonance vaudoise). Ou, plus poétiquement, un ramponneau - qui désigne aussi un marteau de tapissier! Mais j’apprends qu’une pétition visant à interdire les punitions corporelles à l’encontre des enfants vient d’être rejetée à Berne. Et ça, c’est moins drôle.



Commentaires

Oh mais que cela tombe bien ! J'avais justement une envie féroce de distribuer des claques...
Vous avez écrit un billet sur Corinne de Desarzens. Il se trouve qu'elle a causé dans le poste il y a peu à propos de Nuit debout et de groupes de femmes désirant se réunir sans mâle présence. Elle a de l'argument, la dame. Entre autres, ras-le-bol de devoir à tout instant défendre le fait que le harcèlement sexuel, ça existe, n'en déplaise au super-machiste qui sévit sur TdG. Pour appuyer les dires de Corinne de Desarzens, écoutez l'émission du samedi à 11h (maintenant...) animée par le pire pithécanthrope de la RTS. Le rire le plus stupide de la planète. Interview d'une petite fille : "Tu veux faire quoi quand tu seras grande ?" "Ingénieure en électronique", dit la fillette. Probablement parce que papa ou maman ou quelqu'un d'important dans son entourage l'est. Alors rires gras de l'animateur encore plus gras de la tête. "Ingénieure ! Alors si jamais je m'attendais à ça !". Il s'est retenu avant de dire "de la part d'une fille" mais tout le monde l'a compris. On a quand même senti un froid dans l'assemblée...

Voilà, c'est ça la connerie suisse dans toute sa splendeur. Ce type sévit et sévira encore longtemps sur les ondes, avec nos redevances et son rire gras et bête à en crever. Et pendant ce temps, les autres procèdent au remplacement...

Écrit par : Géo | 23/04/2016

Il a bien résumé, rien à ajouter. Mais qu'il ne vienne plus faire de réflexion sur mon exil en Chine...

Écrit par : rabbit | 23/04/2016

Elles peuvent se réunir seules, avec leurs copines, avec des hommes, sans hommes, avec leur teckel... Pour parler de leurs poils, des méchanzommes ou de leur étrange haine de la couleur rose. Je m'en fiche éperdument. Tant qu'elles blablateront entre elles, tant qu'elles n'auront pas la prétention de représenter toutes les femmes. Car elles ne me représentent pas, et ne me représenteront jamais. Si j'avais des claques en libre service, je crois que je commencerais bien par ces idiotes inutiles, massacreuses de la langue française avec leurs tirets et points suivis de "e" qui rendent tout texte illisible, avec leurs expressions banlieusardes postiches pour faire "mauvais genre", avec leurs discussions oiseuses sur le sexe des anges et les "trigger warning".

Écrit par : Inma Abbet | 23/04/2016

En effet, il y a de quoi hésiter avant de changer de sexe.

Écrit par : rabbit | 23/04/2016

Excellent :-)))) Je ne vois pas pourquoi les gens ne pourraient pas se réunir s'ils le veulent en excluant d'autres d'après leur sexe, leur apparence ou leur appartenance politique ou leur absence d'invitation pour la soirée, mais alors il faut arrêter les salades égalitaristes.

Écrit par : Inma Abbet | 24/04/2016

Berne ne peut accepter de mettre à l'index ce qui se pratique couramment en politique et ce qui se dit souvent par devant les enfants
Comme par exemple la célèbre phrase quand les politiciens déraillent complètement ,y'a vraiment des paires de claques qui se perdent
Ou un bon coup de pied à quelque part pour remettre les bobos sur les rails
Il vaut mieux recevoir une gifle qu'un rousseau de clé en pleine figure ce qui était la particularité d'un instit et la vie elle même n'est qu'afflictions suivies de coups de pieds invisibles pour ne pas se laisser emporter dans la spirale du mouroir collectif et de ses nombreux harponneurs
très belle journée

Écrit par : lovejoie | 24/04/2016

Ce qu'il y a de particulièrement gênant, c'est qu'il existe encore des hommes prêts à donner raison aux féministes d'exister...
Et encore, s'ils le faisaient en privé ou dans l'animation d'une soirée villageoise, cela n'aurait rien de dérangeant. Mais le faire à la radio nationale...

Écrit par : Géo | 24/04/2016

De la même manière qu'il est gênant, pour le moins, (je trouve cela inacceptable) d'entendre chez des femmes occupant des postes importants qu'il y a "trop d'hommes blancs à la télévision et qu'il faut que cela change" ou qu'il y a trop de "mâles blancs" dans les grandes entreprises... Et encore, si elles le faisaient en privé dans l'une de leurs réunions d'ivrognes non-mixtes, cela n'aurait rien de dérangeant. Mais le faire dans des conférences de presse... Cela ne justifie pas le machisme, cela justifie l'éviction de toutes les buses incompétentes qui ont été placées à des postes dirigeants pour des raisons de népotisme, ou toute autre "discrimination positive" (indépendamment de leur sexe).

Écrit par : Inma Abbet | 24/04/2016

Entendu un économiste, a fortiori de droite, dire: «Les Français jeunes et bien formés votent avec leurs pieds: ils quittent le pays». S'il avait été d'extrême-droite, il aurait ajouté: «Pour laisser la place à des étrangers sans qualification professionnelle».

Écrit par : rabbit | 24/04/2016

Beaucoup vont en Chine, et en général dans des pays où l'on valorise les compétences chez les étrangers (même si partout, il y a des postes réservés à des "fils et filles de", et "concubines de", il ne faut pas non plus que cette habitude devienne suicidaire). Par ailleurs, plus l'égalitarisme fait partie du discours officiel, plus le népotisme est pratiqué, parfois ouvertement. Il faut croire que ceux qui défendent la "discrimination positive" défendent également leur propre position obtenue de manière pour le moins opaque.

Écrit par : Inma Abbet | 24/04/2016

Beaucoup vont en Chine ? Beaucoup viennent en Suisse. De France en Romandie, d'Allemagne en Suisse orientale. Et maintenant, nouvelle vague d'Italiens. Qui n'ont rien à voir avec les maçons d'antan. Les Suisses ? Il restera bien quelques places à la voirie ou dans l'agriculture. Ou alors l'expatriation. En Chine...

Écrit par : Géo | 24/04/2016

"Un affront cornélien, qui, encore à la fin du XIXe siècle, se soldait par des *rendez-vous sur le pré”, avec des jeux de fleurets."

Wikipedia : "le fleuret est une arme d’estoc de convention avec la caractéristique d’une lame à base carrée, utilisée dans la pratique de l’escrime.
À ses origines, fin du XVIIIe siècle, le fleuret était une arme d’entraînement et d’étude de l’escrime. Contrairement au sabre et à l’épée, le fleuret n’a jamais quitté le milieu fermé de la salle d’armes : il ne fut utilisé ni sur les champs de bataille ni dans les duels."

"Ou une seule cartouche, comme celle que Pouchkine reçut en plein ventre "
La cartouche est l'ensemble de la douille, de la poudre et de la balle. C'est la balle que l'on reçoit...

Tout cela nous fait une belle jambe, bien sûr.

Écrit par : Géo | 24/04/2016

Au lieu de macérer dans les humeurs délétères, M'sieur Géo, organisez donc un coup d'Etat: ça vous distraira et c'est pas plus compliqué qu'une OPA.

Écrit par : rabbit | 24/04/2016

Délétère, mon humeur ? Parfaitement zen, mon bon monsieur. Par contre, imaginer un coup d’État en Suisse me paraît peu réaliste. Il faut de la centralisation, pour ça. En Corée du nord ou en France, je dis pas...

Écrit par : Géo | 24/04/2016

De la centralisation et une habitude de l'arbitraire, et de résoudre les problèmes en prenant (ou plutôt en bloquant) les rues... Les crasseux de la place de la République ne tiendront pas jusqu'au mois de juin (et l'Euro de foot); ils iront étaler sur les plages leur culture alternative (alternance de bière et fumette), tandis que leurs grosses commissions, mixtes et non-mixtes, finiront dans les égouts. Solution pacifique donc, et les médias pourront se concentrer à nouveau sur les régimes de l'été.

Écrit par : Inma Abbet | 24/04/2016

Mais qu'est-ce qu'Alain Finkielkraut est allé faire dans cette galère ? Le Diario de Navarra n'en parlait pas...

Écrit par : Géo | 24/04/2016

Je viens d'entendre dans l'émission "scientifique" de la radio nationale que ma zénitude ne serait pas seulement due aux endorphines mais aux endo-cannabinoïdes, suite à mes 800 m de dénivellation quotidiens...
(cela me fait un point commun avec les idiots de Nuit debout et les jeunes Espagnols...)

Écrit par : Géo | 24/04/2016

Oui, certains se le demandaient, en se disant qu'il ne fallait pas leur faire davantage de pub, mais sa visite a eu la vertu de révéler le côté totalitaire de ces grosses taches, leur haine de la liberté d'expression (et leur antisémitisme aussi), et cela après des semaines de caresses dans le sens du poil de la part des médias d'Etat. Mais si je n'ai aucun respect pour eux ni pour leurs utopies, ce n'est pas en raison de leur vulgarité, de leur imposture de bobos déguisés en racaille pour faire "peuple" : c'est parce que leurs utopies relèvent simplement de dictatures de sinistre mémoire, avec leurs petites commissions que personne n'a élues, leurs petites expérimentations mortifères et leurs petites polices que personne ne contrôle. Pour le moment, ils pratiquent le terrorisme intellectuel (peut-être en attendant le terrorisme physique), mais le fait qu'ils soient -pour certains- jeunes ou idéalistes ne les rend pas pour autant respectables. Leurs idées sont merdiques, irresponsables et dangereuses. Quelques-unes de leurs propositions (lues dans différents médias) :

" — Embauche des 6 millions de chômeurs

— Semaine des 25 heures

— Embauche des 6 millions de chômeurs

— Augmentation du salaire minimum à 1 500 euros net avec retraite, salaire étudiant et revenu d’existence à 1 200 euros

— Égalité des salaires hommes/femmes

— Plafonnement des revenus à 4 fois le revenu minimum

— Gratuité de la santé, de l’instruction et des transports

— Abolition des loyers et réquisition des logements vides

— Expropriation des grandes fortunes et abolition de la propriété privée des moyens de production et d’échange"

"Abolition de la propriété privée" Sauf la leur, bien entendu...
"Embauche des 6 millions de chômeurs" Dans quoi, par qui ?
"Augmentation du salaire minimum à 1 500 euros net avec retraite, salaire étudiant et revenu d’existence à 1 200 euros" Donc le salaire pour un vrai travail reviendrait à 300 euros, donc 100 heures de travail mensuel seraient payées 3 euros de l'heure... vachement social comme mesure et vive la misère pour tous, sauf pour les dirigeants qui vivraient dans le luxe et ceux qui parviendraient à s'échapper à l'étranger... Et là, j'arrête. Soit ils sont parfaitement crétins et parfaitement incultes (et n'ont pas lu l'histoire des pays communistes) soit ils ont des projets criminels...

NB Je fais 500 m de dénivellation quotidiens, je ne savais pas que cela avait ce genre d'effets :-o

NB (bis) Je croyais que les jeunes Espagnols s'adonnaient davantage à l'alcoolisme festif, pour des raisons de prix notamment, mais dans ce domaine aussi les choses ont évolué (le marché, la mode etc.)

Écrit par : Inma Abbet | 24/04/2016

Pour ceux qui étaient déjà sur cette planète à l'époque, toute cette chienlit nous rappelle furieusement mai 1968. Si c'est cyclique, il vaut mieux laisser courir, parce que nous savons ce qui vient après. Dans le cas contraire, laissons pourrir et changeons de planète, quitte à revenir visiter les ruines dans quelques années.

Écrit par : rabbit | 24/04/2016

Oui, c'est cyclique, comme certaines épidémies... Vivement dans un mois, il ne sera plus question que de foot :-) Bon, dans une autre planète, j'y suis déjà, mais je vais parfois dan la capitale de mai 68, pour différentes raisons. La dernière fois, c'était à la mi-novembre de l'année dernière, je n'ai pas pu annuler le voyage. Ambiance sinistre à souhait, et la certitude que d'autres pays européens qui n'ont rien demandé paieront, en raison de la porosité des frontières, les lointaines conséquences des utopies et du clientélisme qui a longtemps sévi dans certaines banlieues (et qui y sévit toujours). C'est un peu comme le nuage de Tchernobyl.

Écrit par : Inma Abbet | 24/04/2016

Pour le myosotis, tout est bien qui finit bien... J'ai déplacé toutes les plantes, qui se portent bien désormais. C'est peut-être un problème lié aux racines des orties encore présentes dans le sol (?) Bon, au moins je peux encore cultiver mon jardin...

Écrit par : Inma Abbet | 24/04/2016

On dit la décoction d'orties efficace contre les pucerons. Géo doit pouvoir vous le confirmer pour les roses de Berne. Si le nuage de Tchernobyl ne s'est pas arrêté à la frontière, à quoi sert une frontière à part prélever des taxes? Pensez-vous que le département de la Seine-Saint-Denis va officialiser son indépendance?

Écrit par : rabbit | 25/04/2016

Mes plantules de roses de Berne ont d'autres problèmes aujourd'hui : il neige dessus...ainsi que sur ce qui reste des fleurs de mon pommier. Pour "Monsieur Jardinier", il faut attendre dimanche prochain; qu'allons-nous devenir ?

Je pense que vous faites trop grand cas des glandeurs nocturnes français. En mai 68, il s'est passé ce que je décrivais il y a quelque temps à la Palud. Sans les gaz de M.Chevallaz, rien ne se serait passé. A Paris en 68, le fait d'envoyer les CRS, à peu près tous des anciens paras frais émoulus de la guerre d'Algérie, pour expliquer gentiment aux contestataires les vertus de la République a dû jouer le même rôle de comburant. Les leaders gauchistes l'ont d'ailleurs directement compris en multipliant les provocations pour créer le Graal pour eux : la répression.
Vous avez vu comment l'incident du coup de poing à un lycéen déjà arrêté a été monté en épingle par les médias français, visiblement complices des opposants à la loi El Khomry.
C'est à cela et uniquement à cela que jouent les black block. C'est leur rôle : provoquer une répression qui va mobiliser encore plus...
En ce sens, ils sont visiblement aussi profondément liés aux manifestants que les islamistes le sont aux peuples musulmans. Comme des poissons dans l'eau...
Les gens en charge du maintien de l'ordre ont fini visiblement par le comprendre. Il faut maîtriser les casseurs sans toucher aux minettes et minets de la manif et les laisser nager dans leur jus jusqu'à épuisement. Ce qui ne va pas tarder.
Cela va être plus chaud pour l'aéroport d'Ayraut...

Écrit par : Géo | 25/04/2016

En mon nom personnel et au nom de la délégation chinoise que je conduis à cette conférence, je souhaite à vos pommiers une prompte guérison et une prolifique descendance. Quant au reste, les arguments des uns et des autres sur la situation en Europe, marquée par l'effondrement des valeurs et la décomposition de la société, nous incite à un repli géostratégique, en espérant toutefois que ce pourrissement général puisse, dans quelques années, donner naissance à un terreau fertile.

Écrit par : rabbit | 25/04/2016

Séance du comité directeur: « 好了 兄弟们 我们走吧 ! » (Allez les gars, on se casse !)

Écrit par : rabbit | 25/04/2016

Ah. Et donc, de Chine, on n'aura plus de vos nouvelles ? Ou le réseau s'est quelque peu libéralisé ?

Écrit par : Géo | 25/04/2016

Avant de partir, je ne résiste pas au plaisir de vous faire part de ce titre de billet sur TdG, au cas où il vous aurait échappé. C'est de l'humour africain. Volontaire ou non, je ne saurais trancher...
"Aujourd'hui ! Table ronde publique « Comment prévenir les génocides et la violence de masse? » suivie d'un Apéritif."
Espérons qu'ils ne serviront pas du blanc genevois. Vous savez pourquoi Hitler ne buvait jamais de blanc ? Cela le rendait méchant...

Écrit par : Géo | 25/04/2016

Attendez ! Stop ! Rembobinez !
Je n'ai pas encore fait mes malles, ni le tour de tous les paradis fiscaux potentiellement éligibles.
GE: il y a un excellent vin blanc liquoreux à Sézenove, comme le Muscat de Beaumes-de-Venise.
Pour ce qui est du ci-devant Hitler, ce n'est pas avec lui que j'irais prendre l'apéritif: un type pingre et coincé, un profil de serial killer potentiel si on persiste à le frustrer (si on le laisse faire, c'est pire encore). Vous vous souvenez de « M le Maudit », de Fritz Lang ? « Toujours, je dois aller par les rues, et toujours je sens qu'il y a quelqu'un derrière moi. Et c'est moi-même ! […] quelquefois c'est pour moi comme si je courais moi-même derrière moi ! Je veux me fuir moi-même mais je n'y arrive pas ! Je ne peux pas m'échapper ! […] quand je fais ça, je ne sais plus rien… Ensuite je me retrouve devant une affiche et je lis ce que j'ai fait, et je lis. J'ai fait cela ? ». A.H. aurait normalement dû finir comme ça...

Écrit par : rabbit | 25/04/2016

« Comment prévenir les génocides et la violence de masse? » suivie d'un Apéritif." Excellent :-DDDDD Ils pourraient tout aussi bien commencer par l'apéritif...

Oui, on peut utiliser, depuis la Chine, les rezosociaux, ainsi que les blogs. Du moins, c'est ce que je vois à quelques octets d'ici. Certains rêvent pourtant de zones totalement paumées, par peur des "ondes" (mais bon, ce sont les mêmes qui ont peur des traînées de vapeur laissées par les avions et qui croient aux complots mondiaux).

Écrit par : Inma Abbet | 26/04/2016

Il n'y a plus de barrières à l'internet chinois ? Je suis un peu étonné de n'en avoir pas entendu parler. Cela montrerait une fois de plus à quel point nos journaux ne nous informent que de ce qui les intéresse...

La phobie des traînées de vapeur est née d'une théorie mise au point par des ingénieurs américains : il fallait lutter contre le réchauffement climatique en augmentant l'albedo, en mettant un produit dans le carburant des avions pour couvrir le ciel de brouillards. Cela dit, selon les conditions de température, de pression et de vents, notre ciel ici est couvert par ces nuages artificiels, avec ou sans adjuvants...

Écrit par : Géo | 27/04/2016

Précision d'un résident temporaire en RPC: mi-2012 à mi-2014, de très nombreux blogs occidentaux étaient inaccessibles. Lesquels? Ceux de la technologie Google ou proches de quotidiens "sensibles": par exemple, le blog de «24 Heures» (allez savoir pourquoi...) ou le «New York Times (ce qui est compréhensible). Tout ce qui reste accessible est immensément vaste, suffisant pour occuper plusieurs vies. Et puis, échapper à l'endoctrinement social-démocrate, Europhile, Onusien et Océdéiste de la RTS constitue déjà un soulagement. Ai-je bien précisé?

Écrit par : rabbit | 27/04/2016

L'activité facebookienne de mes amis continue de plus belle lorsqu'ils voyagent en Chine... Ils ne sont nullement empêchés de poster des photos et des messages. Bien sûr, pour ce qui est des blogs ou d'autres sites de journaux, il peut y avoir des interruptions ponctuelles ou temporaires du service. Mais cela va dans le sens, il me semble, d'une protection contre l'espionnage, les virus ou des intrusions de toute sorte. lus le réseau est vaste (et il doit y avoir quelques centaines de millions de connectés en Chine) plus il y a de vulnérabilités, c'est donc normal de trouver en réponse une protection parfois excessive.

Écrit par : Inma Abbet | 27/04/2016

Tous les réseaux connus sous nos latitudes ont leur équivalent chinois et ils fonctionnent même en Suisse. A condition de pouvoir lire les instructions en VO pour certains, mais la version anglaise progresse en même temps que leur diffusion. Nous testons actuellement WeChat (ou weixin), qui affiche 600 millions de membres dans le monde. Une alternative à Skype et elle donne de meilleurs résultats sur une si longue distance.

Écrit par : rabbit | 27/04/2016

"La gifle a des synonymes autrement plus pittoresques, presque drôles: outre la raclée ou la taloche, on peut se flanquer une mornifle, une beigne, un horion, une rossée, une dérouillée"
"Raclée, rossée et dérouillée" ne sont pas des synonymes de gifle. On est dans le stade supérieur. Les équivalents sont "tabassage ou passage à tabac, cassée de gueule". On passe de la punition du petit dernier au règlement de comptes chez les voyous.
Ah, grandir dans la BSL vous protège de bien des choses, y compris des armes et des réalités physiques de la baffe...

Écrit par : Géo | 27/04/2016

Et le premier qui me parle d'humeur délétère, hein...

Écrit par : Géo | 27/04/2016

Mais qu'il est irascible ! Vains dieux… A propos de gueules, une petite énigme qui va chasser vos idées noires: «de gueules à trois bandes d'argent chargées de trois roses de gueules posées en barre». A qui c'est ?
Savez-vous que Madame Chyba a dit aux vêpres, que si l'on ne pense pas comme la RTS nous recommande de le faire, il y a des questions à se poser sur notre sociabilité ? Ce qui fait remonter en surface cette courte phrase lue dans "1984": «Peut-être un fou n'était-il qu'une minorité réduite à l'unité». Vous n'allez pas me laisser tomber, quand même...

Écrit par : rabbit | 27/04/2016

Pas trouvé votre énigme héraldique. "De gueules à trois bandes d'argent chargées de trois roses de gueules posées en barre" est inconnu dans de nombreux sites...
A propos d'irascibilité, vous ne devriez pas vous infliger la RTS, c'est très mauvais pour la santé...

Écrit par : Géo | 28/04/2016

Tout ça n'est rien: il ne vous a pas échappé que lundi dernier, Madame Pernoud était au bord de la crise de nerfs parce qu'un élu de droite ne voulait pas cautionner une loi liberticide de plus. Dans les coins de Chine où j'ai séjourné, on capte en général une centaine de chaînes de télévision, dont une douzaine font partie du réseau public CCTV (bien qu'il y en ait 45 au total). Mais aucune ne fait autant de battage que la RTS autour de son politiquement correct auto-proclamé.

Écrit par : rabbit | 28/04/2016

Madame Chyba a dit hier soir qu'on allait non seulement plus manger de viande le vendredi, mais que ça allait le devenir tous les jours...

Perso, je prédis que nos proches descendants seront d'abord contraints à ne plus manger de jambon, de saucisson et de saucisse aux choux.

Madame Chyba risque fort de déchanter lorsque elle aura à négocier avec le chef de la mosquée de Renens.

Écrit par : petard | 28/04/2016

Aha? Vous êtes témoin ? Tout a commencé pendant l'absence de Géo, quand Darius the Walrus a mentionné le séjour de Paul Morand à Vevey. Allait-il causer enfin littérature? Mentionner le groupe des Hussards et leur héritage ? Des clous, Monsieur petard ! Juste lâcher un soupçon, relever une controverse au sujet de Vichy. Pour faire cultivé devant sa marraine Micheline, vous croyez ? Vous connaissez Shanghai, Monsieur petard ? Faudra venir me voir avec Géo...

Écrit par : rabbit | 28/04/2016

Monsieur Salem n'a pas fait de nouveau billet. Il faudra s'y faire, la retraite approche et bientôt on va tous se retrouver le bec dans l'eau. On se consolera le bec au chasselas ?

Écrit par : Géo | 05/05/2016

J'ais mis à profit ce mou dans la trame de l'espace-temps pour réfléchir à votre phobie de ce que vous nommez "la bonne société lausannoise". Reportons-nous environ 45 ans en arrière, à l'époque où vous débarquez à la Faculté de Droit. Sans brandir le carton rouge de l'élitisme, il faut reconnaître que le public y était de qualité. En deuxième année, je vois la princesse Catherine Napoléon (sa soeur Laure est en Sciences Politiques). En troisième année, Jacques de Watteville (j'ai dû attendre qu'il devienne ambassadeur en Chine pour le rencontrer là-bas). Pierre Lamunière devait encore traîner à la bibliothèque, si proche du XIIIe siècle. Et comme il y avait des cours communs Droit et HEC en première année, vous ne pouviez manquer de sympathiser avec Bernard Nicod. Mais ce dernier avait passé tellement de temps sous les drapeaux, qu'il n'était déjà plus dans la Zeitgeist de 1971 pour aller narguer les fonctionnaires de police à la Palud.

Écrit par : rabbit | 05/05/2016

Ce n'était vraiment pas mon monde et je me demandais bien ce que j'étais venu faire dans cette galère...
Savez-vous que je n'ai jamais évoqué ma période "droit à Lausanne" ? Vous enquêtez sur moi, rabbit ?

Écrit par : Géo | 05/05/2016

Comme je ne savais pas que faire pendant ce long silence, j'ai piraté l'Unil. Plus sérieusement, je cherchais la trace de Jean-Luc Mergozzi, un type très sympathique qui s'est tué en avion quelques années plus tard. Il s'était aussi inscrit au semestre d'hiver 1971.

Écrit par : rabbit | 05/05/2016

Le droit mène à tout, à condition d'en sortir. Encore un qui s'est tué dans les brouillards jurassiens ?

Écrit par : Géo | 05/05/2016

Faut-il déduire de votre silence que vous n'avez jamais mis les pieds aux cours ? Sinon vous l'auriez rencontré et il vous aurait proposé de suivre des cours de pilotage avec lui, au lieu d'apprendre le Code Civil. Vous avez déjà approché le droit de succession ? Si oui, je comprends votre transition de carrière.

Écrit par : rabbit | 05/05/2016

Détrompez-vous, je me souviens très bien de certains cours, en particulier celui où l'ineffable Schaller avait déclaré de sa voix tonitruante que le dollar ne baisserait JAMAIS en dessous de 3.80 CHF...
A propos d'aviation et de pilotes amateurs, souvenez-vous de ce que je vous ai déjà dit : ne jamais accepter d'aller voler avec eux...
45 heures pour un brevet amateur, 1000 heures pour un professionnel. Les pilotes amateurs sont des pilotes de beau temps. S'il se passe qqch...

Écrit par : Géo | 05/05/2016

Aberteufel, Géo? Vous montez?... Du Droit? Heureusedément vous avez choisi de casser unt étudier les cailloux que ce soit à Cayenne -fur les casser- qu'ailleurs pour les étudiationner... Ach, mein kommentatur me pose eine kestion à moi moi-même, aber peut-être pourrez-vous antwörten,waroume "casser des cailloux à Cayenne"? Spécialité de cailloux jungle/mangrove?
Zab'

Écrit par : Redbaron 'r röten Decke | 06/05/2016

Was? Pourquoi diable, Teufel,heureusedément du choix? Das Justiz, oder das juristiz... Pires vampires ya pas. Des prokurateurs de Rome oder de l'inkisition, -y c. modernen "Rome" unt inkisition d'épok- aux juristen incorporés direktement avec grades dans la SS de Himmler (c.f "Les bienveillantes"), on ne trouve pas besser référenz, ja!
Z'arriveraient à donner (unt c'est là seule chose qu'ils donnent) idéen de suicide même et surtout à ein innocent...
Remember An-a!

Écrit par : Redbaron 'r rötenschwartze | 06/05/2016

Le droit mène à tout, à condition d'en sortir, je viens de l'écrire. Mais défendre la veuve et l'orphelin n'était pas dans mes cordes...
De même la formation d'artificier chez les grenadiers ne m'a mené qu'au déclenchement des avalanches et non à la destruction de ponts au passage de juges italiens...
"waroume "casser des cailloux à Cayenne"? Spécialité de cailloux jungle/mangrove?"
Peut-être parce qu'il faut bien occuper les bagnards à quelque chose ? L'oisiveté est la mère de tous les vices, vous le savez comme moi...

Écrit par : Géo | 06/05/2016

N'êtes-vous pas plutôt l'amer de tous les fils ?

Écrit par : rabbit | 06/05/2016

Pas l'amer, le dernier. Destin tout tracé à l'avance : guignol, révolutionnaire, raté, drogué. Alors géologue, hein ? C'est pas la sécurité de l'emploi mais au moins, cela fait voyager...
Selon la jeune dame en charge de mon projet à l'ambassade de France, il faut une forte vie intérieure pour survivre à Kaédi. C'était de l'ironie, cela reste un très bon certificat.
Je suis en train de finir "Katiba" de Rufin et je me retrouve en Mauritanie à la même époque...

Écrit par : Géo | 06/05/2016

Kaédi ou Richard-Toll, même combat: c'est ce qui nous a réuni à l'origine de ces débloguages.

Écrit par : rabbit | 06/05/2016

Sauf qu'à Kaédi, il n'y avait pas d'autres expats, sauf des djeunes volontaires après une année. Ces blogs m'ont rendu un fichu service, disons-le.

Écrit par : Géo | 06/05/2016

Vous étiez dès lors condamné à la chaise numérique, c'est ça ?

Écrit par : rabbit | 07/05/2016

Les commentaires sont fermés.