03/09/2016

A quoi rêve un bouleau dans la nuit?

Une heure après que soleil a disparu à l’autre bout du Léman, la Camargue vaudoise est plongée dans l’obscurité la plus noire - on parle de la réserve des Grangettes, entre Villeneuve et les marécages ourlés de prêles du Vieux-Rhône. Dans la nuit estivale, s’éveille alors une polyphonie discordante de chants d’oiseaux, de cris de batraciens, de froufrous d’écureuils dans les feuillus, plus d’autres sonorités animales non identifiables. Nous voilà plongés dans le jardin ravélien de L’enfant et les sortilèges, cette  fantaisie lyrique de 1925, où  Colette fait parler des horloges, des théières anglaises, mais surtout une rainette, une chauve-souris, une libellule. Un bestiaire nocturne dont Maurice Ravel orchestralement retranscrit les timbres hétéroclites, en respectant leur harmonieuse dysharmonie. Sa musique conserve le fumet sauvage des forêts. Il y fait aussi gémir des arbres séculaires: “Nos blessures, nos blessures”, se lamentent des chênes barytons à l’adresse d’un petit sacripant qui aurait entaillé leur écorce “avec un couteau dérobé”.

Or une nouvelle scientifique de première importance met sévèrement en doute cet innocent divertimento pour enfants: un arbre, non seulement ça ne cause pas, ni ne chante, mais la nuit ça dort! L’étude est d’autant plus sérieuse qu’elle a été concrétisée par une équipe de chercheurs internationaux: des Finlandais, des Hongrois, des Autrichiens, et qu’elle paraît dans la très peu rieuse revue australienne Frontiers in Plant Science. A l’aide de scanners sophistiqués, elle a été focalisée sur le métabolisme du bouleau blanc (Betula pendula). Leur constat est tout à la fois charmant et irréfutable: “La nuit, le bouleau se mettent en position de « sommeil ». Dans l’heure qui suit le coucher du soleil, l’arbre tout entier commence à s’affaisser.  Celui qui a 5 m de haut peut s’incliner ainsi de 10 à 15 cm au cours de la nuit. Les branches et les feuilles suivent le même mouvement, s’abaissant de 5 à 10 cm. Au lever du soleil, il retrouvera en quelques heures sa posture initiale.”

Entre le crépuscule l’aurore notre bouleau, dont on aime tant l’écorce blanche et duveteuse, aura donc bien dormi, malgré tant de vacarmes de volatiles insomniaques. Mais ses rêves sont un mystère.



Commentaires

Une question que l’on se pose beaucoup sur la Toile, au sujet d’espèces qui nous sont familières autant qu’étranges : les jeunes filles, les robots, les loups, les algorithmes, les fonctionnaires, les millionnaires, etc.
Plutôt que de se laisser bousculer sur le flipper du questionnement systématique et exhaustif (Qui ? Quoi ? Où ? Quand ? Comment ? Combien ?), sautons à pieds joints vers la dernière étape : pourquoi les jeunes filles, les robots, les loups, les algorithmes, les fonctionnaires, les millionnaires et les bouleaux des Grangettes rêvent ?
Le rêve peut fonctionner comme vidange d’impressions et de pensées mal digérées. On dit aussi qu’il permet au dormeur de se libérer de pulsions et de désirs moralement inacceptables, ou d’accéder à l’inconscient collectif en révélant des conflits. Le rêve permettrait encore de tester les circuits et systèmes fonctionnels pendant que le corps est au repos, voire de préserver la qualité du sommeil tout en maintenant une forme de vigilance douce. Certains pensent que le rêve est un processus de développement de nouveaux circuits du cerveau, en vue de consolider la mémoire. D’autres ne voient dans le rêve qu’une activité de création artistique à l’abri de toute contrainte. Dans quelques sociétés primitives, il n’y a pas coupure entre le rêve et la réalité, le psychique et le social, si bien que le rêve a une fonction de réadaptation psycho-sociale des membres d’un même groupe ; dans d’autres sociétés du même type, le rêve met en contact le dormeur avec les génies tutélaires et les ancêtres, pour le maintenir sur les rails de son destin. Enfin, de récentes théories font du rêve un moyen de développer un profil psychologique propre à chacun, afin de garantir une diversité nécessaire à l’espèce.
Pour en revenir aux bouleaux des Grangettes et pour éviter le piège du spécisme, je propose de leur laisser la liberté du choix ou d’inventer de nouvelles solutions.

Écrit par : rabbit | 03/09/2016

“La nuit, le bouleau se mettent en position de « sommeil ». Dans l’heure qui suit le coucher du soleil, l’arbre tout entier commence à s’affaisser."
Mes courges ont un comportement inverse : on les retrouve au matin fraîches et disposes, complétement flapies le soir de ces jours de canicule. Mais à quoi peuvent bien rêver ces courges ?

Écrit par : Géo | 03/09/2016

Il faut leur donner de la matière: racontez-leur des histoires ou faites-leur entendre de la musique. Sans ce support, une courge risque de rester indéfiniment courge.

Écrit par : rabbit | 03/09/2016

Oui, en effet, je l'ai vérifié un certain nombre de fois...Bien assez pour me préserver de leur présence. Quitte à ce que je ne sois plus dans la correction politique au niveau sexuel. Je ne me dévoue plus pour le 1.23 orgasme auquel la femelle bipède a droit selon les dernières normes de la CEDF...
A ce propos, rabbit, Pierre Jenni, c'est aussi ça : http://posttenebraslux.blog.tdg.ch/archive/2016/09/01/je-te-tiens-tu-me-tiens-278536.html

Écrit par : Géo | 03/09/2016

C'est consternant.
Mais il faut reconnaître que la politique, aujourd'hui, c'est ça ! Jusqu'ici, je trouvais hasardeux de faire voter des gens qui n'avaient jamais suivi de cours d'économie politique (ce qui instaure le règne du "demain, on rase gratis !"). Mais aujourd'hui, voilà que les politicards eux-mêmes ne savent plus distinguer un libertaire de droite d'un libertaire de gauche, et pourtant, ça fait pas moins de 180° à l'ombre de l'hémicycle. Pour ma part, en attendant mieux, je reste attentif aux European Masters de Crans et au G20 de Hangzhou (où personne n'a eu l'idée de m'inviter, alors que je connais bien la ville et ses environs).
Hé oui, Géo, c'est comme ça...

Écrit par : rabbit | 03/09/2016

Ah, j'ai fait un pas dans votre direction ainsi que celle de Ambre : j'ai ramené le jeu de croquet familial perdu dans une maison hantée de Navarre...
C'est un début. Mais je doute que j'en arrive au golf...

Écrit par : Géo | 03/09/2016

Mardi, lors de mon jogging bi-hebdomadaire, j'ai effleuré une racine d'un hêtre imposant sans toutefois trébucher. J'ai continué ma course avec cette drôle d'idée en tête. L'arbre s'est manifesté à moi pour que je lui fasse les ongles. J'ai bien rigolé à cette idée.
N'empêche que le jeudi, il n'a pas eu besoin de se rappeler à moi et je l'ai soulagé des cette infime excroissance qui débordait sur le chemin.
Bon j'avoue que j'ai été un peu brutal car je ne disposais pas d'outil adéquat. Je ferai mieux la prochaine fois.
C'est devenu un copain. Je le salue en passant.

Écrit par : Pierre Jenni | 03/09/2016

A la mort de Charles de Gaulle, son commensal André Malraux publie "Les chênes qu'on abat". A la même période, Jacques Faizant publie dans le Figaro un dessin, où une Marianne en pleurs est accoudée à un chêne couché dans une nuit noire. Maintenant, on ne sait plus qui a inspiré l'autre.
Je ne sais pas non plus où l'on en est, mais je trouve que le croquet c'est pas mal du tout, à condition de servir un Pimm's avec de la limonade, une feuille de menthe, une tranche de citron, une d'orange et une de concombre. Très fine, la tranche de concombre, sinon ça reste sur l'estomac. On a des nouvelles de petard?

Écrit par : rabbit | 03/09/2016

Reiser avait dessiné dans Charlie Hebdo un éléphant mort avec la vieille dame que l'on voit dans Babar éplorée à ses côtés, dans le rôle d'Yvonne...
"Il est mort comme les éléphants, vieux, solitaire et loin du troupeau".
Pour ceux qui ont acheté le dernier Charlie (je parle des vrais, pas la cochonceté actuelle...) qui retrace 1969 - 1982, cette page a été reprise et vous la trouverez en p.11.

Pour le croquet, je voyais plutôt un crémant d'Alsace, par exemple. Faut ce qu'il faut, mais le champagne, ça ferait un peu trop...

Écrit par : Géo | 03/09/2016

Dans l'Athènes antique, à l'époque de Solon (-640 à -558), existait un fonctionnaire chargé de récolter l'argent des bordels pour le profit de l'Etat. Son nom en grec: Pornotropos. Si vous traitez les gens de la recette de votre district de Pornotropes, vous risquez des ennuis, alors que c'est un fait historique.

Écrit par : rabbit | 03/09/2016

En effet, l'argent n'a pas d'odeur, comme disait Vespasien. Mais vous n'avez pas un peu l'impression de sauter du coq à l'âne ?

Écrit par : Géo | 04/09/2016

Je ne saute rien ni personne, c'est le mariage morganatique de la carpe et du lapin.
A ce propos, savez-vous que la maison de Battenberg (rebaptisée Mountbatten en U.K.) est issue de manière extra-conjugale du baron Auguste de Senarclens de Grancy?
Maintenant, vous pouvez relâcher petard ou j'appelle la police.

Écrit par : rabbit | 04/09/2016

Donc Sarclo est un descendant de créateur de bâtards ? Et sa fille ultra-féministe, elle voit ça comment ?
Mais qu'est-ce que vous avez sur petard ? Il promet monts et merveilles qui poussent dessus mais ne donne pas suite. Je crains le pire.

Écrit par : Géo | 04/09/2016

Si Sarclo est bien le descendant du baron Auguste, je l'invite à défendre ses droits sur la succession au trône de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord. On va se marrer. Quant à petard, son sort est entre les mains des services secrets Nord-Coréens (les Chinois sont overbookés en ce moment).

Écrit par : rabbit | 04/09/2016

Au fait, où trouve-t-on ce genre d'informations généalogiques ? Vous avez un site à recommander ?

Écrit par : Géo | 04/09/2016

"Je ne me dévoue plus pour le 1.23 orgasme auquel la femelle bipède a droit selon les dernières normes de la CEDF..."

Géo, vous aiguisez ma curiosité. Pourrait-on en savoir un peu plus sur cet éminent sujet ? Des liens, des stats, des références. Et puis c'est quoi la CEDF ?

Écrit par : Pierre Jenni | 04/09/2016

La page Wiki consacrée à la «Maison de Battenberg». C'est un hoax, vous pensez ?
Pour le reste vous avez l'Almanach de Saxe Gotha ou ça fmg.ac/Projects/MedLands/BURGUNDY.htm : tout le monde y est, et ce n'est qu'une petite partie du tout.

Écrit par : rabbit | 04/09/2016

« Il promet monts et merveilles qui poussent dessus mais ne donne pas suite. »

Elle est bien bonne !

petard met le Calamin au frais, s'empresse d'aller chercher les salées chez Chapuis (marché à Vevey)… et M'ôssieu Géo renvoie l'apéro au mois de septembre…

Faut juste savoir que chez petard on ne prend pas rdz-vs six mois à l'avance comme chez ces toubibs surpayés qui mettent la santé publique dans le rouge.

Chez petard, quand le blanc est versé, c'est tout-d'suite !

Écrit par : petard | 04/09/2016

Je comprends volontiers que tout ceci puisse vous interpeller, précieux petard, mais cette mise en scène suggère une situation décrite par Sigmund Freud dans «Psychopathologie de la vie quotidienne», sous l'étiquette "d'acte manqué". En effet, l'acte manqué est plus réussi qu'il n'y paraît, dans ce qu'il est la réalisation d'un désir inconscient. Comprenne qui pourra; mais en invitant Géo pour l'apéro, vous souhaitiez dans votre for intérieur qu'il invente une raison pour ne pas accepter. Alors que si vous m'aviez invité, moi, la bouteille aurait été proprement asséchée et les salées digérées. Donc, si vous passez un de ces jours par Shanghai, n'hésitez pas à m'appeler sur mon portable au n° 13755798177 (indicatif 0086 depuis la Suisse) et on fera la tournée des vignerons.

Écrit par : rabbit | 04/09/2016

"Pourrait-on en savoir un peu plus sur cet éminent sujet ? Des liens, des stats, des références."
Je fais allusion à toutes ces revendications sur le droit à l'orgasme des féministes et au discours sur le clitoris, soit-disant inconnu des hommes ou trop négligé. Le débat sur les clitoridiennes et les vaginales (+ les institutrices vaudoises, avait précisé en son temps Marcel Regamey, une sorte de Me Bonnant vaudois...), le point G et toutes ces choses qui visiblement vous passionnent.
Le féminisme de choc n'est pas mon sujet favori. Adressez-vous au spécialiste sur la TdG pour plus d'informations...
La CEDF ? La commission européenne des droits de la femme, qui n'existe pas formellement.

Écrit par : Géo | 05/09/2016

Eminent (latin eminens, -entis, de eminere, être saillant) n'est pas le mot qui convient lorsqu'il s'agit d'accéder à cet obscur objet du plaisir. Autre chose que la lecture d'une planche anatomique: là non plus, la carte n'est pas le territoire. Tenez-vous en au cas par cas et non aux généralisations erronées. Gentlemen, vous êtes pires que des adolescents...
Géo, pensez-vous que les idées de Marcel Regamey concernant les institutrices vaudoises étaient dues au fait qu'il portait des guêtres?

Écrit par : rabbit | 05/09/2016

Peut-être...à moins qu'il n'ait suivi l'école sur terre vaudoise ?
Pas pires que. Restés...

Écrit par : Géo | 05/09/2016

Et à propos, on dirait que vous aimez bien jouer à l'instituteur vaudois...

Écrit par : Géo | 05/09/2016

J'ai connu Me Regamey au greffe de la Cour civile du Tribunal Cantonal, en 1971-72. Effectivement, il portait des guêtres et cet aspect des choses n'a pas été suffisamment exploré. Faites très attention au choix de vos vêtements, c'est aussi révélateur de votre personnalité que votre prose sur internet. Monsieur Jenni ne s'y est pas trompé.

Écrit par : rabbit | 05/09/2016

Qu'est-ce que Jenni saurait de mes vêtements ? Vous yoyotez grave, rabbit. Je n'aime pas cette obsession des vêtements. Tout n'est pas bon chez les bourgeois...

Écrit par : Géo | 05/09/2016

Savez-vous que le président des Philippines a aujourd'hui traité Monsieur Obama de: «fils de p...»?
Connaissez-vous le détail des achats des participants au G20 dans les magasins de Hangzhou? Cela vous intéresserait-il de connaître le menu commandé par le président argentin et sa suite dans une pizzeria de cette ville? Toutes chose instructives que l'on ne trouve que dans les médias chinois.

Écrit par : rabbit | 05/09/2016

Votre dernier commentaire n'est pas aussi anodin qu'il pourrait le paraître au premier degré. Notre vision du monde reste fortement dépendante des médias, qui ont leurs objectifs propres de manipulation de l'opinion. Il y a quelques temps, j'essayais de faire comprendre à D.J que l'Afrique restera à jamais l'Afrique et non un futur tigre économique selon la théorie de quelques allumés français qui ont certainement quelques intérêts à plumer les pigeons qui voudraient investir sur le continent noir. Je parie que vous n'avez rien lu sur le Mozambique dans votre journal économique favori. Et pourtant, il y aurait de quoi. Toujours le même scénario africain que je décrivais à D.J : on découvre des gisements de gaz dans le nord - un immense crève-cœur pour moi, cette zone restant un des derniers endroits vierges de ce continent, l'Afrique comme au temps de Stanley et Livingstone - on vend des concessions aux grandes compagnies (on, c'est le FRELIMO, ex-communistes reconvertis en mafieux, vous êtes dans un monde connu, rabbit), puis on construit à tout-va, la surchauffe s'installe mais voilà : les prix du gaz et du pétrole replongent. Plus de sous. Il faut deux fois plus de meticais pour acheter des dollars, et on importe presque tout puisqu'en Afrique, on fait tout pour sacrifier les paysans (chez nous aussi, je sais). Le Mozambique qui était il y a peu promis à un grand avenir économique est au bord du gouffre. Les nouvelles du Nigeria ou de l'Angola doivent être du même tonneau.

Écrit par : Géo | 06/09/2016

Farpaitement !
Rien de nouveau depuis 40 ans sous le soleil africain, nous l'avons constaté récemment. L'Afrique du Sud a créé une sorte d'union bancale avec ses voisins, ce qui ne va pas arranger ses bidons, comme on dit par ici. Dans ces régions australes, il règne une ambiance fin de siècle inquiétante, faite d'un mélange de sang et d'alcool. En plus, on a toujours le soleil dans le dos et ça accroit le malaise.
Toutefois, mon commentaire décrivait la joie simple vécue à l'évocation des ces riens qui font la joie du petit peuple chinois, plutôt que de supporter les sempiternels couplets Torracinto-moralisateurs d'une télévision qui vous rééduque à longueur d'année. Brussels is watching you !

Écrit par : rabbit | 06/09/2016

"les sempiternels couplets Torracinto-moralisateurs" Chez moi, l'allergie s'aggrave. Je ne supporte plus ces flots de conneries et j'écoute de moins en moins les médias qui les déversent. Ces gens-là voient les problèmes mais les solutions qu'ils préconisent ne vont faire que les aggraver : encore plus de mondialisation, encore plus d'ouvertures envers les pauvres réfugiés, qu'ils soient clandestins ou non, et aucun respect des lois existantes. On tolère une nouvelle traite négrière en Espagne ou en Italie du sud pour produire des salades, et l'esclavage ne me semble pas vraiment légal en Europe...
Mais les couplets torracinto-moralisateurs ne sont dirigés que contre certains, Nestlé par exemple, qui commet le crime abominable de mettre de l'eau en bouteilles. Ce documentaire sous forme d'infection purulente que Arte repasse régulièrement avait le soutien de la Migros, soit dit en passant.
Mais faites crever Nestlé, mesdames et messieurs les journalistes ! Et la chimie bâloise ! Les banques ne vont pas tarder à couler, le secret bancaire américain étant maintenant bétonné jusqu'à la fin des temps. Mais votre presse ne va pas aller mieux pour autant et il n'y a pas besoin d'être économiste pour le prévoir. La prochaine charretée de journalistes mis à la porte pour raisons économiques, promis-juré, je me déplace pour me foutre de leur gueule.

Écrit par : Géo | 06/09/2016

Quand je lis Géo je suis rassuré. J'aurai au moins une voix si je me représente au CE.

Écrit par : Pierre Jenni | 06/09/2016

Et de surcroît, ce sont les mêmes qui se garantissent de l'honorabilité du service public, sans en respecter la neutralité: on est ouvertement antinucléaire et anticapitaliste; la normalisation financière de l'OCDE est accueillie comme parole d'évangile et il n'est de bon bec que de Bruxelles; les sujets consacrés aux cas sociaux se regardent comme des séries américaines, alors que ceux touchant au domaine économique et financier sont traités, sur fond de préjugés, par des personnes dont les compétences dans ce domaine ne leur permettraient même pas de lire un bilan; par dessus tout, les membres de la famille socialiste sont reçus au quai Ansermet, avec des prévenances et un empressement qui tranchent avec la froide condescendance accordées aux viennent ensuite; quant à la Chine... (c'est où la Chine ?).

Pour le reste, si Monsieur Jenni est candidat à la Commission Européenne, qu'il ne compte pas sur moi pour en parler à Monsieur Juncker. Faut pas pousser rabbit dans les orties.

Écrit par : rabbit | 06/09/2016

A tout hasard, je vote sur Vaud. Mais je ne sais plus pour qui...

Écrit par : Géo | 06/09/2016

Bien dit les gars !

« Je ne supporte plus ces flots de conneries et j'écoute de moins en moins les médias qui les déversent »

Y'a pas que les médias. Rajoutez les délirantes pommades pseudo-économico/libéro/atlantico de fond de la tasse, déversées sur certains blogs de la tdg... et on a la quadrature...

On ne sait plus quoi lire, nom de dieu !

Heureusement qu'il y a encore géo et rabbit. Merci les gars !

Écrit par : petard | 06/09/2016

Si vous savez ce que signifie "consubstantialité", vous ne devriez avoir aucun problème à maîtriser les concepts "d'inégalité sociale" et "droits de l'homme", qui sont des termes de théologie contemporaine. Et la théologie c'est, selon la formule de saint Anselme de Cantorbéry: «fides quaternes intellectum» (la foi cherchant l’intelligence).

Vous pensez que c'est mieux de voter sur Vaud que sur Soleure ?

Écrit par : rabbit | 06/09/2016

Ne manquez pas d'aller voir la confrontation Zemmour vs les moralisateurs défenseurs des gentils musulmans sur la 5, dans C à voir.
C'est vraiment à voir...

Écrit par : Géo | 06/09/2016

Excellent Zemmour ! Dommage, le sketch est bien trop court.

Écrit par : petard | 06/09/2016

J'étais curieux. Et j'avais envie de mieux comprendre Géo. Alors j'ai été regarder Zemmour. Je l'avais déjà vu une fois, mais je me suis dit qu'il fallait rester ouvert. Eh bien non. Je ne peux pas.
C'est pas ce qu'il dit, mais c'est comment il le dit.
Faudrait mettre ces mots dans la bouche d'un autre.
Parce que lui, il a un problème. Et ça pète l'écran.

Écrit par : Pierre Jenni | 06/09/2016

J'ai préféré le fabuleux reportage sur le trafic d'antiquités & le pillage des biens culturels, sur Arte. C'est décidé: après la drogue et les armes, je vais désormais me lancer dans ce domaine. Géo et moi allons passer toute la vallée du Rhône au détecteur de métaux et au bulldozer.

Écrit par : rabbit | 06/09/2016

Au fait, Zemmour écrit aussi dans «Valeurs actuelles». Je partage l'opinion de Monsieur Jenni: avec les années, le parler populaire français devient de plus en plus inaudible. Hélas, plus personne ne parle comme Sacha Guitry, Michel Bouquet ou Philippe Noiret.

Écrit par : rabbit | 06/09/2016

« plus personne ne parle comme Sacha Guitry, Michel Bouquet ou Philippe Noiret »
Marc Bonnant... Henri Guillemin...

Mouais... si vous voulez...ça peut être agréable et jouissif un moment. Comme avec du Wagner, sans overdose... quoique Wagner était aussi apprécié chez les nauséabonds, pas seulement chez les précieux et les prétentieux aux bonnes manières.

Mais tout de même entre le... "français-bougnoul" décliné SMS et assaisoné anglais MacDo, et le "patois" des Blier, Gabin, Ventura, le choix est vite fait.

Écrit par : petard | 07/09/2016

"C'est pas ce qu'il dit, mais c'est comment il le dit" Quand on a 3 personnes autour de soi qui vous interrompent aussi souvent que possible (Lapix, Cohen,
Lemoine), il n'est vraiment pas facile de répliquer. Il me semble que Z a gardé sa ligne avec pas mal d'assurance. Mais aucun Suisse ne serait capable de subir ce traitement sans s'effondrer. Même (ou surtout ?) un Genevois...

Écrit par : Géo | 07/09/2016

« aucun Suisse ne serait capable de subir ce traitement sans s'effondrer »

Mais si, on a Tariq Ramadan capable d'étriller BHL ou Finkielkraut.

Même que je suis à des années années lumières de partager ses idées, faut lui reconnaître des capacités de manipulation et de nuisance hors pair.

Écrit par : petard | 07/09/2016

Allon, allons... c'est plus simple qu'il n'y paraît.
-> D'abord, il y a Boileau et son «Art poétique»:
"Avant donc que d’écrire, apprenez à penser.
Selon que notre idée est plus ou moins obscure,
L’expression la suit, ou moins nette, ou plus pure.
Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement,
Et les mots pour le dire arrivent aisément."
-> Ensuite, vous avez Cicéron et «La rhétorique à Herennius»:
"Le devoir de l'orateur est d'être en état de parler sur toutes les questions de l'ordre civil, qui sont réglées par les coutumes ou par les lois, en se conciliant, autant que cela peut dépendre de lui, l'assentiment des auditeurs. Il y a trois genres de causes qu'il est obligé de connaître : le démonstratif, le délibératif et le judiciaire. Le démonstratif, qui a pour objet la louange ou le blâme d'une personne en particulier; le délibératif, qui, reposant sur l'examen d'une question douteuse, se propose de conseiller ou de dissuader; et le judiciaire, qui consiste dans une controverse, et renferme l'accusation ou l'attaque en même temps que la défense."
-> Enfin, Schopenhauer et «L'art d'avoir toujours raison»:
"Notre adversaire a posé une thèse (ou bien nous même en avons formulé une, cela revient au même). Pour la réfuter, il existe deux modes et deux moyens.
Les modes sont : ad rem ; ad hominem ou ex concessis, c.-à-d. montrer que la thèse ne s’accorde pas avec la nature des choses, la vérité objective absolue, ou du moins qu’elle est inconsistante avec d’autres thèses de l’adversaire, c.-à-d. avec la vérité relative et subjective. Ce dernier mode ne produit qu’une conviction relative et ne fait aucune différence avec la vérité objective.
Les moyens sont : réfutation directe ; réfutation indirecte."
Schopi vous propose ensuite 37 stratagèmes qui vont faire grimper vos adversaires aux rideaux; le coup de grâce appartenant à "l'Ultime", dont voici le programme: "Soyez personnel, insultant, malpoli".
Vous comprendrez qu'avec Schopenhauer, nous nous éloignons délibérément de la délicatesse meurtrière d'un Sun Tzu ou des homicides élégants de Musashi Miyamoto.
Bonne chance dans votre carrière médiatique et politique !

Écrit par : rabbit | 07/09/2016

Allon, allons... c'est plus simple qu'il n'y paraît.
-> D'abord, il y a Boileau et son «Art poétique»:
"Avant donc que d’écrire, apprenez à penser.
Selon que notre idée est plus ou moins obscure,
L’expression la suit, ou moins nette, ou plus pure.
Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement,
Et les mots pour le dire arrivent aisément."
-> Ensuite, vous avez Cicéron et «La rhétorique à Herennius»:
"Le devoir de l'orateur est d'être en état de parler sur toutes les questions de l'ordre civil, qui sont réglées par les coutumes ou par les lois, en se conciliant, autant que cela peut dépendre de lui, l'assentiment des auditeurs. Il y a trois genres de causes qu'il est obligé de connaître : le démonstratif, le délibératif et le judiciaire. Le démonstratif, qui a pour objet la louange ou le blâme d'une personne en particulier; le délibératif, qui, reposant sur l'examen d'une question douteuse, se propose de conseiller ou de dissuader; et le judiciaire, qui consiste dans une controverse, et renferme l'accusation ou l'attaque en même temps que la défense."
-> Enfin, Schopenhauer et «L'art d'avoir toujours raison»:
"Notre adversaire a posé une thèse (ou bien nous même en avons formulé une, cela revient au même). Pour la réfuter, il existe deux modes et deux moyens.
Les modes sont : ad rem ; ad hominem ou ex concessis, c.-à-d. montrer que la thèse ne s’accorde pas avec la nature des choses, la vérité objective absolue, ou du moins qu’elle est inconsistante avec d’autres thèses de l’adversaire, c.-à-d. avec la vérité relative et subjective. Ce dernier mode ne produit qu’une conviction relative et ne fait aucune différence avec la vérité objective.
Les moyens sont : réfutation directe ; réfutation indirecte."
Schopi vous propose ensuite 37 stratagèmes qui vont faire grimper vos adversaires aux rideaux; le coup de grâce appartenant à "l'Ultime", dont voici le programme: "Soyez personnel, insultant, malpoli".
Vous comprendrez qu'avec Schopenhauer, nous nous éloignons délibérément de la délicatesse meurtrière d'un Sun Tzu ou des homicides élégants de Musashi Miyamoto.
Bonne chance dans votre carrière médiatique et politique !

Écrit par : rabbit | 07/09/2016

"Parce que lui, il a un problème. Et ça pète l'écran." Il reste à Jenni de développer ça. Quel est donc ce problème, qui pète à l'écran mais que je ne vois pas ?

Écrit par : Géo | 07/09/2016

Monsieur Zemmour personnalise le débat. Son seul souci n'est pas de trouver des solutions mais d'avoir raison envers et contre tous.
En face de lui, il n'a que des minets qui sentent bien l'ego démesuré du bonhomme, mais qui n'ont pas le moindre argument sur le fond.
Imaginez un vieux sage tranquille qui dit exactement la même chose que Monsieur Zemmour et vous comprendrez pourquoi son message ne passe pas.
La TV est friande de ces débats chauds où l'on parle plus vite que l'on pense et où celui qui cause le plus fort s'assure un temps de parole supérieur à ses contradicteurs. Moi je zappe, ça me fatique.
Quant aux considérations stratégiques de rabbit, je me suis coltiné sa référence à l'ouvrage de Shopenhauer, condensé de cynisme rébarbatif et de lieux communs désespérants qui n'ont vraiment pas eu le mérite de m'inspirer ni de m'éclairer. Mais j'imagine que c'est un passage obligé pour tout candidat à un exécutif qui entendrait perpétuer la tradition, respecter les "valeurs" et surtout ne rien changer à rien.

Écrit par : Pierre Jenni | 07/09/2016

«Il ne faut pas changer, ou alors il faut que le changement soit devenu une habitude.»
François Mitterrand en Chine, le 15 Février 1981.

Écrit par : rabbit | 07/09/2016

«Il ne faut pas changer, ou alors il faut que le changement soit devenu une habitude.»
François Mitterrand en Chine, le 15 Février 1981.

Écrit par : rabbit | 07/09/2016

Chaque fois que quelqu'un prononce ces termes de "il faut que", souvent traduits par "y'a qu'à", je lève un sourcil.
Le minimum serait d'utiliser le conditionnel.

Écrit par : Pierre Jenni | 07/09/2016

Il n'aurait fallu
Qu'un moment de plus
Pour que la mort vienne
Mais une main nue
Alors est venue
Qui a pris la mienne

Écrit par : rabbit | 07/09/2016

Bon, je comprends mieux. Z n'est pas un vieux sage posé qui parle lentement. Un tel personnage a-t-il sa place dans les téloches françaises ? On voit que même dans C dans l'air, qui est loin dessus les autres en matière de respect de l'adversaire et de qualité de la médiation, il est difficile pour l'intervenant de se la jouer vieux sage qui prend son temps. Et le temps du respect des barbes blanches est passé, bizarre que vous ne vous en soyez pas aperçu. Il faut être percutant, et Z l'est à mes yeux.

Écrit par : Géo | 07/09/2016

En République Démocratique Populaire de France, il suffit de tenir un discours libéral pour faire le buzz à la télévision. Après 50 ans de doxa marxiste, le public n'y comprend rien, mais ça fait monter l'audimat. C'est mieux que le foot ou le jeu à XIII. La télévision suisse reste alignée sur un réalisme de type Nord-Coréen, c'est stoïque.

Écrit par : rabbit | 07/09/2016

Après les torracinto-moralisateurs, les Diafoirus polytechniciens : les chalets suisses ont été copié sur les plans des architectes allemands. Morgarten n'a jamais connu de bataille (ah, zut, on y trouve des armes sur le champ de bataille...), les Sarrasins ne sont jamais arrivés en Valais et n'ont jamais brûlé Saint-Maurice. On apprendra bientôt par nos universitaires que le général Guisan est aussi un mythe.
Faudrait arrêter de fumer la moquette, les gars. Ou alors, de la meilleure...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Grand_Chalet_de_Rossini%C3%A8re
Pourquoi l'architecte allemand n'y est pas mentionné ?
Et pour rigoler, regardez l'image mise par 24 heures pour illustrer cette thèse : un autre chalet traditionnel de l'Etivaz...
On retrouve des chalets dans toutes les Alpes, avec évidemment quelques variantes. Croire qu'ils ont été dessinés selon des plans d'architectes allemands en dit long sur la perception du monde de ces pseudo-intellectuels...

Écrit par : Géo | 07/09/2016

rabbit@ Selon un reportage sur Science&vie, 1 tonne de plastique = 700 litres de fuel. Il existe déjà une vingtaine d'usines dans le monde, mais avec la baisse du pétrole...

Écrit par : Géo | 07/09/2016

Vous creusez votre propre tombe, corrosif Géo, vous être en pleine tachycardie ventriculaire: on l'entend d'ici, ça couine.
Commencez par ouvrir largement vos oreilles, pour faire circuler l'air frais entre-deux, et évitez tout contact avec des choses déplaisantes. Pierre Jenni n'existe pas et rabbit n'est qu'une hallucination à caractère religieux.

Écrit par : rabbit | 07/09/2016

Plastique -> pétrole -> Chine: est-ce qu'il le savent déjà, ou je suis en retard d'une évolution lucrative?

Écrit par : rabbit | 07/09/2016

Plastique -> pétrole -> Chine: est-ce qu'il le savent déjà, ou je suis en retard d'une évolution lucrative?

Écrit par : rabbit | 07/09/2016

Vous connaissez quelqu'un qui ne creuse pas sa propre tombe, au figuré ? Moi pas.
Vous avez remarqué ? Plus l'heure approche, plus on s'en rend compte. Comme dit Schopi, on est sur l'autre côté de la montagne, et au fond devant nous, elle est là, déjà creusée, la tombe. Et en plus, on finit, vu les conneries ambiantes, par s'en réjouir. La nature est bien faite et vivre 1000 ans est bien le pire supplice imaginé par des humains.
Vous la voyez comment votre fin ? La petite bougie qui s'étiole doucement dans un EMS de luxe ou le feu d'artifice final, nettement plus tôt ? La Grande Bouffe ?

Écrit par : Géo | 07/09/2016

Ou le cigare du capitaine Langlois: une expression du sublime.

Écrit par : rabbit | 07/09/2016

Ou le cigare du capitaine Langlois: une expression du sublime.

Écrit par : rabbit | 07/09/2016

"Tel un loup, égaré dans le monde des hommes, qui prend soin de ne rien oublier de tout ce qu'il faut faire « pour arriver à survivre dans les étendues désertes et glacées."

Lire ou relire Giono...

Écrit par : Géo | 08/09/2016

Monsieur Jenni ayant trouvé Schopenhauer très moyen, il va sans doute dire que dans Giono ça manque de cul.

Écrit par : rabbit | 08/09/2016

Je suis terriblement inculte et j'aime la vulgarité.

Écrit par : Pierre Jenni | 08/09/2016

Merci de votre franchise. Nous archivons ces confidences en prévision d'élections futures.

Écrit par : rabbit | 08/09/2016

Il a le profil idéal pour être élu à Genève...

Écrit par : Géo | 08/09/2016

Ah ! Monsieur Géo, ne m'en parlez pas. En allant faire mes courses ce matin, j'apprends que le jour est férié à Genève... Où va-ton ? A Shanghai, le seul jour de fermeture des magasins est le premier de l'an (chinois).

Écrit par : rabbit | 08/09/2016

En me renseignant sur le jeûne genevois dans Wiki, je suis tombé là-dessus :
" C'est ainsi que naquit la tradition de la tarte aux pruneaux, initialement la seule collation de la journée, avant de devenir bien souvent le point d'orgue d'un repas."
Une tarte devient le point d'orgue du repas. Geeeezeees...Jusqu'où iront les incultes ?

Écrit par : Géo | 09/09/2016

Remarquable ! Imaginez que êtes en train de déguster une tarte aux pruneaux et, qu'en même temps, vous déchiffrez une partition. Arrivé à un point d'orgue, vous ne savez pas s'il faut ouvrir la bouche pour un temps indéterminé, ou mâcher jusqu'à ce que vous avaliez votre langue. Si le point d'orgue n'est pas encore au Patrimoine culturel immatériel de l'Unesco, il serait temps de l'inscrire avant que les amateurs de Monteverdi aient tous disparu. Ou que le flux incessant de migrants ait poutzé la poignée de Genevois survivants.

Écrit par : rabbit | 09/09/2016

En attendant le prochain billet, un petit hors sujet, une fois n'est pas coutume...
On a appris hier qu'une dame cycliste, plutôt débutante et donc encore maladroite sur deux roues, a pris une amende pour perte de maîtrise de son véhicule. Elle a chuté sur le gravier que des sadiques répandent trop généreusement en vue de nous faire tomber, nous autres vélocipèdes (c'est notre côté hermétique...). Du coup, elle a fait recours, ce qui lui vaut une aggravation de son amende et des frais de justice. Tout cela parce que son état a nécessité la venue d'une ambulance. qui a le devoir de déclarer toutes ses interventions à la pieuvre étatique concoctée par la sainte alliance de nos radicaux et des socialistes centralisateurs.
On savait qu'il fallait se méfier des médecins, voilà qu'il faudra penser à téléphoner aux amis ou aux proches plutôt que d'appeler les ambulanciers...

A part ça, je croyais que le vélo était avant tout un sport. Je me réjouis que nos fiers-à-bras des préfectures appliquent ne serait-ce que le début d'une règle sur les pistes de ski ou les terrains de foot, où les accidents coûtent des milliards à la société...

Écrit par : Géo | 10/09/2016

Tout ceci ne nous étonne pas, nous autres défenseurs des libertés (à ne pas confondre avec les droits-créances). Il ne faut pas hésiter à utiliser toutes les voies de recours possibles: préfecture, tribunal de district ou d'arrondissement, tribunal cantonal, tribunal fédéral. Nous en sommes conscients, ça coûte pépettes, mais le fédéral se fait souvent un plaisir de renvoyer les féodaux locaux à leurs pâtures, en leur rappelant l'Esprit des Lois (publié par Montesquieu à Genève en 1748). Je me souviens d'avoir contesté la décision d'un préfet parfumé au chasselas, mais j'ai eu raison une fois en ville. En Suisse, autrefois, il suffisait de quelques kilomètres pour changer de continent et de siècle. Savez-vous si cela a évolué?

Écrit par : rabbit | 10/09/2016

"Je suis terriblement inculte et j'aime la vulgarité.
Écrit par : Pierre Jenni | 08/09/2016"

N'oubliez pas de faire de la moto, de la grosse qui fait beaucoup de bruit pour emm...der le bourgeois, de porter des bagues avec tête de mort et faites une campagne pour que les petits chiens puissent caquer partout. Vous serez élu dans un fauteuil au conseil d'état de Genèèèève. Comme tout bon conseiller d'état de ce canton bananier, faites des progrès en krav marga pour ne pas vous ridiculiser dans les bastons de boîte de nuit...

Écrit par : Géo | 10/09/2016

"Savez-vous si cela a évolué?" Nos commentaires se sont croisés...
Si cela a évolué, ce serait en pire. La preuve, cette histoire de vélo inimaginable il y a seulement 20 ans. Si cette dame et son mari se faisaient connaître, et se défendaient au niveau réseaux sociaux, ils auraient toutes les chances de faire plier ces juges bornés. Mais je suis moi-même le premier à m'être couché face à plus puissant que moi, un juge qui a beaucoup d'amis juges...
Avec en plus des journalistes qui donne la parole à une partie sans penser à consulter la partie adverse. Dans le journal "Le Temps", repaire de manipulateurs sans la moindre déontologie...

Écrit par : Géo | 10/09/2016

En effet, que n'a-t-on déjà dit sur la "Presse", dans la presse et autour... Si vous ne redoutez pas l'odeur fétide d'un cas encore fumant, prenez le courage de lire ce qui suit.
Le 19e sommet des nations de l'ASEAN vient de se tenir à Vientiane. Le futur retraité de la Maison-Blanche y a fait un coup de pub après Hangzhou, pour dire que les USA allaient payer les frais de déminage du pays, conséquence de leurs bombardements intensifs des années 1970. On ne sait pas s'il a fait la même comédie au Laos qu'en Chine, avec trois avions chargés de voitures blindées et d'hélicoptères de secours, mais on a suivi sur internet la partie "sérieuse" dudit sommet.
Donc, après quelque titres du style: "Obama hausse le ton face à Pékin sur la mer de Chine", la "Presse" d'expression française a lâché le sujet par manque d'intérêt. Or, les interventions ou réactions des participants valaient le déplacement. Le bouillant président philippin a repris sa vindicte anti-américaine et déclaré avoir des intérêts plus prioritaires que de surveiller les Chinois sur leur Mer. Ce que les autres participants ont approuvé.

Écrit par : rabbit | 10/09/2016

En effet, les contradictions que les Occidentaux ont semé durant ces deux cent dernières années ne cessent de nous péter à la gueule. Sauf que les USA s'arrangent pour les aggraver à chaque circonstance. Pour le moment, à part la mer de Chine, c'est l'Ukraine. Si M.Poutine n'est pas un démocrate bon teint, que faut-il penser de Georges W, qui en toute justice devrait se balancer au bout d'une corde comme son ex-copain Saddam ? Je vous le demande, monsieur du Lapin ?

Écrit par : Géo | 10/09/2016

Pendons-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! Ce qui est à la fois citoyen et durable (de lapin).

Écrit par : rabbit | 10/09/2016

Je partage votre conclusion. Santé et conservation...

Écrit par : Géo | 10/09/2016

Sachant aussi que les enfants, toujours martyrisés par les bombes à fragmentation éparpillées au Laos, n'ont pas la chance (?) d'aller se remonter le moral aux jeux paralympiques. Me trompé-je?
Commutons sur quelque chose de plus zen, l'esprit humain a cette lâche faculté.

Écrit par : rabbit | 10/09/2016

"Commutons sur quelque chose de plus zen" Je ne fais que ça depuis plus de 40 ans, cela ne me pose pas de grands problèmes. Mais se lâcher fait du bien de temps à autre...
Plus zen, ça tombe bien. Les moines bouddhistes zen se lâchent-ils de temps à autre ou restent-ils en permanence dans la règle ? Pour ma part, je suis capable de suivre des règles de vie très rationnelles pendant un certain temps, mais je ressens la nécessité de casser parfois la norme. Et eux ? Font-ils une grande nouba de temps à autre ?

Écrit par : Géo | 10/09/2016

Géo, je suis obligé d'intervenir.
Ne le prenez pas personnellement, mais vous faites une erreur très commune dans nos contrées lorsque vous faites référence au bouddhisme zen en le mettant en parallèle avec la rationalité dont vous êtes parfois capable.
Les occidentaux ont traduit ce mot par une forme de sérénité ou de détachement qui ne sont en fait que des effets d'une pratique qui vise à vivre l'instant présent et qui ne saurait donc être empirique.
On ne peut commuter depuis 40 ans sur quelque chose de plus zen. C'est un aveu d'une incompréhension fondamentale de la doctrine. Et encore moins pour se lâcher de temps en temps, de quelque manière que ce soit, car il n'y a rien à lâcher et encore moins dans une notion de durée. Ou du moins il ne devrait rien y avoir. C'est vous qui le fabriquez au quotidien. C'est maintenant, là, tout de suite, ou ce n'est pas. Moins duel tu meures.
Plus prosaïquement, ou vulgairement parlant, et en dépit de votre estimable culture générale, j'ai le sentiment que vous être un révolté qui s'assume et qui se nourrit de sa contrariété quotidienne face aux réalités politiques et sociales de nos sociétés.
Rabbit semble un peu plus détaché de ces contraintes et vous suggère simplement de renoncer pour un moment à tenter vainement d'analyser le monde d'aujourd'hui sous l'angle géopolitique.
Je partage cette idée car si nous voulions vraiment essayer de décrypter nos errances, il nous faudrait certainement un peu plus que ces quelques lignes défoulatoires sur le blog complaisant d'une plume vaudoise.
Et du coup, on se marrera tous mieux.

Écrit par : PIerre Jenni | 10/09/2016

"...l'esprit humain a cette lâche faculté."
Le mot est fort, il accuse, mine de rien.
Et pas sur de simples bases culturelles de culpabilité judéo-chrétienne, mais universellement, la lâcheté est un défaut.
C'est pourtant aussi une forme d'intelligence si, comme ici, notre habilité à commuter nous permettait de rire de bon coeur.

Écrit par : PIerre Jenni | 10/09/2016

PJ@ Je n'ai aucune culture zen, je suis très content que vous interveniez (d'ailleurs c'était une incitation à...) et c'est Rabbit qui à propos de chute à vélo est parti sur une conférence de l'ASEAN. Pas moi qui suis parti sur la géopolitique...
Alors je vous retourne la question : peut-on vivre sur une règle sans la transgresser de temps à autres ? Les Romains avaient les saturnales, les abominables cathos le carnaval, etc, etc...
La règle zen est-elle sur une seule ligne univoque ?

Écrit par : Géo | 10/09/2016

"Et du coup, on se marrera tous mieux." Ce n'est pas le but premier. Et l'humour est partout ou n'est pas.
"Pendons-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! Ce qui est à la fois citoyen et durable (de lapin).

Écrit par : rabbit | 10/09/2016

Je partage votre conclusion. Santé et conservation..."

Vous pensez que c'est du 1er degré ?

Écrit par : Géo | 10/09/2016

Maître Chü Chih, un maître célèbre du IXe siècle, avait l'habitude de lever un doigt pour toute réponse, chaque fois qu'on lui posait une question sur le Zen. Il avait aussi un jeune disciple, un apprenti, qui suivait le maître et le servait en permanence. Ayant observé ce comportement du maître, le garçon commença lui-même à lever un doigt chaque fois qu'en l'absence du maître, on lui posait des questions sur le Zen. Au début, le maître ne s'en aperçut pas et les choses allèrent leur train. Mais le moment fatal arriva où il apprit ce que le garçon faisait derrière son dos.
Un jour, ayant dissimulé un couteau dans sa manche, il convoqua le garçon et lui dit:
- J'apprends que tu as compris l'essence du bouddhisme. Est-ce vrai ?
- C'est exact, répondit le garçon.
Le maître lui demanda alors:
- Qu'est-ce que le Bouddha ?
En guise de réponse, le garçon leva un doigt. Chü Chih l'attrapa et lui trancha le doigt. Comme l'enfant s'enfuyait en hurlant de douleur, le maître le rappela et sa question fusa tel un éclair:
- Qu'est-ce que le Bouddha ?
Obéissant à une sorte de réflexe, le garçon voulut lever le doigt absent et... il atteignit sur le champ l'illumination !

Écrit par : rabbit | 10/09/2016

Chouette, le bouddha. Passons à autre chose.
En ce moment, l'émission des crétins de services donne la parole à Vincent Kucholl, qui se la joue Jason Zwygart, membre du comité central de l'UDC et qui dit de grosses conneries pour discréditer ce parti au nom de nos 464 francs de contribution à la gauchisterie RTS.
C'est vraiment légal de faire des trucs pareils ? Si je joue un cadre de ce parti de gros cons socialistes dans une émission, cela passerait ?

Écrit par : Géo | 10/09/2016

J'aimerais vous apporter une solution au sujet du vol des 464 francs par les kleptocrates de service, mais elle est illégale. Ce qui prouve bien la prise d'influence d'une "activité d'intérêt général, assurée sous le contrôle de la puissance publique" (le service public), par une organisation politique cherchant à influencer l'opinion. On laisse la concussion de côté pour le moment, bien que l'accession facilitée à des postes dans l'administration publique soit facilitée dans ce milieu.

Écrit par : rabbit | 10/09/2016

...courante...

Écrit par : rabbit | 10/09/2016

Après avoir écrit mon commentaire sur les prestations des guignols de 26 minutes, j'ai eu un flash : et si Ada Marra et Cesla Amarelle n'étaient en fait que des avatars de Kucholl ? Au vu des bêtises qu'elles alignent chaque fois qu'elles ouvrent la bouche ? Si c'est le cas, mea maxima culpa et bravo à Kucholl...

Écrit par : Géo | 11/09/2016

Bonté divine !
Kucholl ? Celui qui a inventé la moutarde de bénichon ?
Je n'ai jamais entendu les noms vous citez: ces dames sont en Suisse pour les vacances ?
Par contre je connais Martina Fuchs, qui travaille pour la chaîne nationale chinoise. Je connais aussi Anya Le, de l'International Channel Shanghai (ICS) et Sophie Chi, à CCTV International. Sans compter Zenlan Zhu, correspondante de CCTV à Paris: mais vous la connaissez déjà, puisqu'elle m'a accompagné dans ma tournée au Sichuan en 2009.
Avis aux lecteurs: si vous ne switchez pas rapidement sur CNN, CNBC, BBC et CCTV, vous risquez de finir comme Géo dans son réduit national (brut).

Écrit par : rabbit | 11/09/2016

Ou vous pourriez risquer comme rabbit d'être complétement déconnecté de toute réalité terrestre et ne vivre que dans le virtuel. Je pense que rabbit - PAR n'est en fait qu'un robot. Programmé pour faire du name dropping de philosophes avec citations incluses. Sa base de données doit être les pages roses du Larousse...

Écrit par : Géo | 11/09/2016

C.A.R.L.:
- à propos, vous permettez que je vous pose une question personnelle ?
Dave:
- vas-y
C.A.R.L.:
- eh bien, pardonnez-moi d’être aussi indiscret, mais durant ces dernières semaines, je me suis demandé si vous n’aviez pas quelque arrière-pensée concernant cette mission.
Dave:
- que veux-tu dire ?
C.A.R.L.:
- mon impression est assez difficile à préciser. C’est peut-être une manifestation de mon souci de perfection. Je sais que je ne me suis jamais entièrement libéré d’un certain sentiment selon lequel cette mission comporte des aspects extrêmement étranges. Vous conviendrez, j’en suis sûr, qu’il y a une part de vérité dans ce sentiment.
Dave:
- je ne sais pas, c’est assez difficile de te répondre.
C.A.R.L.:
- est-ce que ça vous ennuie d’en discuter, Dave ?
Dave :
- oh, pas du tout…
C.A.R.L.:
- bien: il était difficile de ne pas accorder quelque attention aux étranges rumeurs qui circulaient avant notre lancement. On parlait d’un objet mis à jour sur le sol lunaire. Au début, je ne faisais aucun cas de ces racontars. Mais j’ai de plus en plus de peine à les ignorer lorsque je les rapproche d’autres faits d’apparence insignifiante. Par exemple, le secret absolu dont furent entourés tous les préparatifs de cette mission et le côté mélodramatique de l’embarquement des professeurs Hunter, Kimball et Kaminski, préalablement mis en état d’hibernation après 4 mois d’entraînement intensif.
Dave:
- tu fais un rapport psychologique sur l’équipage ?
C.A.R.L.:
- naturellement. Je m’en excuse. Je sais que c’est un peu ridicule… un instant… un instant !… Je viens de détecter une déficience de l’antenne radar. L’élément AE35 doit cesser de fonctionner dans 72 heures…

"2001, l’odyssée de l’espace", film de Stanley Kubrik. scénario de Stanley Kubrik et Arthur C. Clarke.

Écrit par : r.a.b.b.i.t. | 11/09/2016

Vous qui ne lisez pas "le Semeur vaudois" ni "le canard boîteux", apprenez que la chambre vaudoise immobilière lance une pétition pour abolir la valeur locative. Vous trouverez cela sur www.cvi.ch...

Écrit par : Géo | 16/09/2016

Je ne sais pas si celui-ci rêve le jour et s'il se redresse la nuit, là il pique du nez !
https://1.bp.blogspot.com/-aessvTapDZs/V9fNIhtnFiI/AAAAAAAAMJc/s0ldWrLgubkLc2DGvZsFS0nQtpZddzojQCLcB/s1600/DSC04574.JPG

Le croquet peut-il mener au golf ? Pourquoi pas, c'est un jeu de précision et de concentration. On joue quand? Ah zut! J'allais oublier : pas avec une courge. (*_*)

Pour en revenir au bouleau et aux arbres qui, selon les scientifiques, ne parlent pas : les arbres ne parlent qu'aux rêveurs, aux poètes...

La nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles.
L'homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l'observent avec des regards familiers.

(...)
Baudelaire

(Je ne fais qu'un passage rapide. Je retourne à mes charentaises).

Écrit par : Ambre | 16/09/2016

"Le Semeur Vaudois " ? S'il ne s'agit pas de vous, j'ai connu une publication de ce nom dans les années 1970. Il y avait aussi "Le Sillon Romand", si je n'abuse de mes neurones. Je faisais dans le mediaplanning avant de partir à Richard-Toll manger du gnou. Bizarre, non ?
La valeur locative ? Les kleptocrates ne lâcheront jamais. En Chine, ça n'existe pas, tout comme les impôts sur la fortune ou la plus-value immobilière. Il faut savoir être au bon endroit, au bon moment. Capitalisme financier et optimisation fiscale, le public de la RTS déteste ça: allez savoir pourquoi...

Écrit par : rabbit | 16/09/2016

Ô Ambronette,
Vous rêvez de boulot dans la nuit: pourquoi ?

Écrit par : rabbit | 16/09/2016

Le "semeur vaudois", c'est de vous, rabbit. Une façon de désigner 24 heures, en tout cas c'est comme cela que je l'avais compris. Ne me demandez pas de chercher quand, mais sur ce blog sûrement.
Et rien ne vous empêche de signer une pétition, même depuis la Chine...

Écrit par : Géo | 17/09/2016

Les commentaires sont fermés.