01/01/2017

Marcher dans le froid rend philosophe

L’an 2017 a-t-il déjà une odeur particulière, moins soufrée et tragique que les deux précédents? Il suffit d’ouvrir les fenêtres pour le flairer, même si le vent est glacé et que la grippe vous a enchifrené. Les rhumes les plus carabinés, dit-on, empêchent de faire la distinction entre la suavité d’une fleur et le graillon d’un fond de casserole. Or l’oxygène d’un an tout neuf est mieux qu’odorant: il désobstrue nos narines, plus des canalisations insoupçonnées du cerveau – du côté de l’épiphyse, soit la glande pinéale chère à Descartes qui la tenait pour le siège de l’âme. L’air de janvier a beau transir les ravins et mamelons broyards qui entourent sa ferme familiale, il ne décourage pas le jeune Firmin Tienleloup, de Combremont-le-Petit. Le génie du froid l'aiguillonne et l’appelle. Il s’habille chaudement pour le braver en marchant, d’abord jusqu’à Combremont-le-Grand. Après quoi, il met le cap sur Molondin, puis Avenches, Romanshorn, Cracovie, Krasnoïarsk...

Toutes les destinations sont envisageables, l’important est de fouler l’herbe gelée et la neige. D’y laisser la marque de ses semelles entre les pas du chat haret, les brisées du sanglier, les traces étoilées d’échassiers qui nous reviennent de Suède, et quelques crottes de renard. A son tour, on se délecte de devenir fier et sauvage: une espèce de loup-garou hantant les forêts du Pays de Vaud et d’ailleurs.

Si Firmin se désoriente, tant mieux:il aura l’émotion libératrice, un peu foldingue, de ne plus être un simple rouage de la «communauté humaine» L’écrivain Paul Morand, qui vécut de 1948 à 1976 à Vevey, lui soufflera à l’oreille cette méditation nuée de mythologie latine: «Flâner n’est pas perdre son temps, les dieux veillent; les Anciens priaient volontiers Vibilie, déesse des égarés.» Il entendra, qui sait? une voix plus antique, plus puissante et lapidaire:  «L’exercice de la pensée est un chemin ; personne ne peut marcher ni penser à votre place.» C’est signé Platon.

Tous les médecins conviennent que se déplacer au rythme de ses pas, au moins trente minutes par jour est un exercice nécessaire à la santé: ça remuscle les jambes et les bras, renforce le système immunitaire, et diminue l’anxiété en produisant ces hormones du bonheur qu’on appelle endorphines. Bref, ça rend philosophe comme Rousseau.



Commentaires

Philosophe, certes, mais ses déambulations solitaires ont débilité l'imagination de J.-J. Rousseau à un point tel, qu'il était près de conclure un pacte avec le Diable (les citoyens doivent céder tous leurs droits naturels au profit de l'Etat). Camus ne s'y est pas trompé: «L'excès de la jouissance débilite l'imagination» ("La Chute", 1956).

Écrit par : rabbit | 01/01/2017

Marcher dans le froid est agréable et vivifiant quand on ne vit pas dans le froid, enfin, je traverse des couloirs et escaliers glaciaux dès que je quitte mon bureau-atelier. Malheureusement, malgré cela, il n'y a pas de neige cette année dans ma montagne. Je profite de passer comme une bise gelée pour vous souhaiter une belle et lumineuse année. Et pour vous montrer une partie de ce que je fais quand je ne blogue pas (et il m'arrive de bloguer encore mais, mon dernier billet étant en Espagnol, je n'ai pas fait le lien par ici). Bonne et créative année à tous.
https://www.bagsoflove.co.uk/stores/iriseedeco

Écrit par : inma abbet | 01/01/2017

Muy bonito, sigue así ! Y 新年快乐 a todos...

Écrit par : rabbit | 01/01/2017

Gracias ! 新年快乐

Écrit par : inma abbet | 01/01/2017

Je ne parle ni le Chinois, ni l'Espagnol, ni le Breton, mon Français manque de vocabulaire (et la lecture de ce billet m'enchante).
Mes meilleurs voeux à Inma, Rabbit, Géo, Pétard, Red Baron;-) et à Gilbert...
(Trop mignons vos Bunnies Mug Inma)

Écrit par : Ambre | 01/01/2017

Joyeuses Pâques, bande de cloches, disait un copain quand nous étions potaches et détestions déjà cette horreur des échanges de voeux au Nouvel-An...
Marcher dans le froid rend philosophe ? Marcher rend philosophe et le froid rend la marche plus confortable. Surtout à la montée...

Écrit par : Géo | 02/01/2017

Ce n'est pas fini, Géo. Le 28 janvier, le Nouvel An chinois va vous sauter à la figure sous forme d'un coq de feu. On remet ça le 27, préparez-vous.

Et à propos du dernier opus de Monsieur Montabert: qu'est-ce qui vous paraît le plus accessible intellectuellement, la physique quantique ou la politique politicienne helvétique ?

Écrit par : rabbit | 02/01/2017

Les échanges de voeux c'est devenu une dictature avec les SMS. Horrible et tellement impersonnel.
Allons-y pour les montées mais pour les descentes faudra venir me chercher, même en pente douce, j'ai un genou qui "est en crise".

Et le "coq en feu" aura-t-il une poule pour éteindre les flammes (^_*)?
(Bon, OK, c'est nul).

Écrit par : Ambre | 02/01/2017

"la physique quantique ou la politique politicienne helvétique ?" J'ai déjà répondu sur son blog, d'une manière qui je l'espère vous siéra. En tout cas, cela m'a remis le nez dans ce livre que j'avais trop négligé.
Le monde actuel me fait aimer l'absence totale d'humanisme chez les Chinois qui doit être aussi une de vos raisons de vous sentir à l'aise dans leur monde...
J'ai beaucoup aimé la réponse de l'ambassadeur russe à Mère Teresa Power, aussi...

Écrit par : Géo | 02/01/2017

Tout est question de paradigme ou de posture, comme on dit dans les milieux branchés. Vous vous délectez de la terminologie montanbertienne comme vous savourez le discours amsteinien, alors que c'est une friche dense, voire impénétrable, pour l'amateur de métaphrastique taoïste que je suis. J'espère repartir dès que le Coq de Feu aura pondu un oeuf. Dans une ville où les habitants se comptent en dizaines de millions, on préfère les algorithmes courts et les graphes simples. Et quand la langue reste incompréhensible, c'est encore mieux pour lisser les valeurs.

Écrit par : rabbit | 03/01/2017

'Marcher dans le froid rend philosophe".
Je note, températures de cette nuit :
Quimper - 1°
Genève - 5°
Martigny - 9°
Saint Moritz -19°

Peut-on encore PENSER quand on gèle ? Nietzsche préférait marcher dans les Grisons au mois d'août. Et passer l'hiver à Nice (=_=)
Et les lapins de Inma doivent rester au chaud dans le Valais!

Écrit par : Ambre | 07/01/2017

Mais l'avantage de ces températures, ô Ambronette, c'est que les rues sont dégagées de leur excédent humain. C'est ce que je pensais tôt ce matin, en allant faire mes courses par -6°. Si Géo vit encore, il devrait apprécier cette sentence de la vie ordinaire.

Écrit par : rabbit | 07/01/2017

Ah Mais! Vous, Rabbit, supportiez (mon petit doigt me l'a dit) des températures extrêmes - glaciales ou torrides - en Chine et vous deviez faire vos courses en sifflotant ce matin!
Les canards font du patin sur le Léman ?

Écrit par : Ambre | 07/01/2017

Bonne question, je vous remercie de me l'avoir posée. Mais que vais-je encore inventer ?
La Chine, c'est grand. En haut, fait très froid et en bas, fait très chaud. Au milieu, c'est moyen.
Sur le Léman, non. Il faut attendre un -10° pendant une semaine. C'est déjà arrivé dans le passé, mais c'est fini grâce au nouveau cycle de climat qui réjouit tout le monde. En effet, personne n'aimerait revivre les famines du XVIIIe siècle ou, plus près, l'épisode désastreux des vignes gelées de 1956.
Siffloter par -6°, ça ne fonctionne pas. Les notes gèlent instantanément et se brisent comme du verre au sol.

Écrit par : rabbit | 07/01/2017

"Si Géo vit encore, il devrait apprécier cette sentence de la vie ordinaire."
Le petit chien et moi apprécions beaucoup la neige froide, et il est parfaitement exact que j'ai beaucoup de peine à le siffler quand cet infâme cabot décide d'aller importuner le gibier. Personnellement, je pense mieux que par grosse chaleur...

Écrit par : Géo | 07/01/2017

La question qui dérange: «Le cerveau peut-il geler ?».

Écrit par : rosset | 07/01/2017

En tout cas, le froid semble favoriser le triplement de personnalité, Rabbit, rabbit, rosset...

Écrit par : Géo | 07/01/2017

L'être suprême en trois personnes participant d'une même essence et pourtant fondamentalement distincts, transcendant, universel, doté d'une perfection absolue, constituant le principe de salut pour l'humanité et qui se révèle dans le déroulement de l'histoire...

Écrit par : rabbit | 07/01/2017

"Le petit chien apprécie la neige froide" (*_*)
Ma curiosité m'a poussée à taper sur Google : la neige peut-elle être chaude.
Et parmi les liens proposés, celui-ci a à nouveau attisé ma curiosité puisqu'il parlait des "Philosophes de la Triade ou l'Histoire de la structure ternaire" et que vous veniez de parler de "triplement de personnalité" et de "l'être suprême en trois personnes"... et on y parle de "neige chaude" C'est fou comme on peut rebondir par la plus grande des coïncidences sur des lectures correspondant pile sur quelque sujet dont on parle et ce, sans les chercher.

https://books.google.fr/books?id=Zd89uw4iw70C&pg=PA64&lpg=PA64&dq=la+neige+peut-elle+etre+chaude&source=bl&ots=B29UICReeS&sig=jCPe0y-_KQeIUhrZU6JzKOf-79Q&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjb2ZSK-LDRAhUFExoKHYJIC8QQ6AEITjAH#v=onepage&q=la%20neige%20peut-elle%20etre%20chaude&f=false

Mais je vous laisse avec "le Froid et le Chaud", le yin et le yang, Aristote, Platon, Plotin, Socrate, LA ROUE DES ETATS CONTRAIRES, LE PHEDON ET LA PENSEE ASIATIQUE (=_=).

Écrit par : Ambre | 07/01/2017

Gardez la tête froide, Ambre, ce ne sont qu'élucubrations rabbitiennes. Concentrez-vous plutôt sur une information qui donne matière à interprétation: Géo, le petit chien et leurs promenades bucoliques. Connaissant la biographie du premier, j'ai peine à croire à l'ensemble. La combinaison manque de liant pour la rendre vraisemblable. Je propose donc de rétablir, en texte clair, ce qu'il veut bien nous fait savoir de manière codée à propos de ses activités: « Dans un coin isolé de la campagne, Géo dresse des molosses pour la traque aux malfaisants de tous bords ». Avouez, que ça prend soudain une autre allure...

Écrit par : rabbit | 08/01/2017

Le petit chien serait très flatté qu'on le prenne pour un molosse et vous remercie de l'intention. L'autre jour, il a fait la promenade en compagnie de la femelle bichon d'une amie, et il s'est enfui lorsqu'elle est venue à sa rencontre.
Question molosse, il a encore du chemin à parcourir. En forêt, il fait curieusement plus le malin, mais à courir les traces il est tombé une fois sur une renarde qui l'a engueulé de sorte. Il est revenu ventre à terre mais n'a visiblement pas compris la leçon. Les jeunes chiens ne sont pas plus intelligents que les jeunes hommes...

Écrit par : Géo | 08/01/2017

Rabbit : "l'exercice de la pensée est un chemin" ! Platon, cité dans ce billet par Maître Gilbert. Et je garde toujours la tête froide même quand le reste bouillonne.
Pas besoin de me concentrer pour lire le conte du marcheur qui promène le petit chien... qui ne tient pas à être bichonné par une femelle. Il semblerait que le petit chien soit au diapason de son maître (même si Géo n'est pas son maître - il n'est pas loin de le devenir ) . J'adore les promenades de Géo, j'en redemande ! Elles sont charmantes et imagées. J'attends la prochaine ! Quotidienne? Hebdomadaire?
Je vais m'endormir là-dessus et peut-être rêver de chien s'ébrouant dans la neige...

Écrit par : Ambre | 08/01/2017

(même si Géo n'est pas son maître - il n'est pas loin de le devenir )
Ne me dites pas ça, sa maîtresse n'est pas loin de me faire une scène de jalousie. Un peu comme ces femmes d'expatrié qui sont très contentes de trouver des nounous très sympas en Afrique, mais qui tirent une drôle de tête quand elles voient leurs enfants se montrer tout sourire avec la nounou et le visage fermé avec elles...

Écrit par : Géo | 09/01/2017

... et si vous approchez de trop près la maîtresse, c'est le chien qui va être jaloux (♡_°).

Écrit par : Ambre | 09/01/2017

Une maîtresse femme qui a du chien ?

Écrit par : rabbit | 09/01/2017

« (même si Géo n'est pas son maître - il n'est pas loin de le devenir ) »

S'il envisage la maîtrise de la maîtresse, il est sur le bon chemin... ça risque de se ressentir sur la fréquence de ses promenades dans les bois... et les blogs, surtout.

Les histoires qui commencent avec un petit ou un gros chien, c'est du genre classique... autant en ville qu'à la campagne. Ce qui l'est moins, c'est chez les sexagénaires.

Écrit par : petard | 09/01/2017

Ne comptez pas sur moi pour satisfaire vos fantasmes de vieux frustrés. Je n'ai aucun point commun avec Macron, et surtout pas le goût des vieilles.

Écrit par : Géo | 09/01/2017

Nostalgique du flou hamiltonien, Géo ? (O tempora, o mores...) alors que les statistiques montrent des signes de flaccidité à propos de la fécondité et de la lubricité des Milleniums (génération Y). Souvenez-vous du dicton à propos des vieilles marmites...

Écrit par : rabbit | 09/01/2017

Le dicton original Rabbit parle de vieux pots! Et pas de vieilles... marmites !
Mmm!

Écrit par : Ambre | 09/01/2017

Vous ne confondez pas avec "La laitière et le pot à lait", Ambronette légère et court-vêtue ?

Écrit par : rabbit | 10/01/2017

"Légère et court vêtue". Mmm! Avec une doudoune, un collant de laine et des bottes doublées en laine de mouton (☆_*).
Et vous ? Du duvet dans vos vêtements ? Vos pieds dans du cashmere ?

Écrit par : Ambre | 13/01/2017

Houhou ! Des chaussettes en cachemire (capra hircus de Mongolie), vigogne ou alpaca ? Vous allez finir par me donner des goûts de luxe, ô Ambre.

Écrit par : rabbit | 14/01/2017

Rabbit, : cachemire or cashmere, vigogne ou alpaca, je vous conseille la plus solide des trois... les orteils ayant tendance au "craquage" de chaussettes. Mais si vous êtes courageux et habile pour les repriser prenez les plus douces. Vous pouvez aussi en tricoter... avec des baguettes (^_^).
... Et, vous n'avez besoin de personne pour "vous donner le goût du luxe" (=_=).

Écrit par : Ambre | 14/01/2017

Désolé, Ambre, c'est dans les gènes. Si vous cherchez un cadeau pour mon anniversaire, voici de quoi vous inspirer: http://www.gqmagazine.fr/mode/news/articles/falke-devoile-une-paire-de-chaussettes-en-vigogne-a-plus-de-600eur/16345

Écrit par : rabbit | 14/01/2017

Un grand merci cher Rabbit pour ce lien qui m'a fait rire aux éclats, c'est ce qu'il pouvait m''arriver de mieux à cette heure.
Et, apparemment, il y a des clients pour des chaussettes à 1125 € la paire... à Londres. Indécent tout de même. Je veux bien les repriser si on me les offre, pour regarder la télé les doigts de pieds en éventail.

Écrit par : Ambre | 14/01/2017

Dire qu'en achetant 10 paires des ces chaussettes, avec les godasses et fringues qui vont avec, on arrive à se soustraire à l'impôt sur la fortune…

Écrit par : petard | 15/01/2017

Les commentaires sont fermés.