10/02/2017

Insultes et médisance à la vaudoise

Tout ce qui se lit dans les journaux n’est pas authentique. Cette appréciation qu’un nouveau président américain blond pipi croit avoir inventée, convainc Josette Compondu. Une hygiéniste dentaire à denture impeccable mais au timbre stridulant. En vous ratissant les gencives avec ses instruments de torture, elle profite de votre incapacité de rétorquer pour asséner des vérités. «Vous les journalistes, vous aimez atteindre à l’honneur des gens.» Comment diable répondre à Josette? S’il est vrai que ternir le blason de probité des notables est une tradition de méchanceté appréciée par les Français, en Suisse romande, ça choque. Toute insulte y est punie par la loi: une peine pécuniaire de 90 jours-amende…

Pourtant, une matoiserie toute vaudoise permet de dire le plus de mal possible d’autrui sans avoir l’air d’y toucher. 

Anecdote: un malotru d’Auboranges ayant traité sa voisine de «vache», il se vit condamner à une amende.

- Si j’ai bien compris, fit-il en présence de sa victime, il est interdit de traiter une dame de vache. Mais est-ce illégal de saluer une vache en lui disant «Madame»?

- Bien sûr que non, concéda le juge d’Oron-la-Ville.

- Alors, au-revoir Madame ma voisine!

Le magistrat ne s’accommoda pas de l’entourloupette :

- Monsieur, vous jouez avec les mots. La plaignante est en droit de porter plainte derechef.

- Je ne le ferai pas Monsieur le juge, fit l’insultée. Car ça devient rigolo.

Chez les Vaudois, d’autres procès en diffamation ou pour calomnie se soldent avec moins de bonhomie. Mais l’art de l’euphémisme est inscrit dans leurs gènes.

Le grand Jacques Mercanton (1910-1996) disait d’un prof d’uni acharné à régenter ses droits d’auteur: «C’est un brave garçon, mais il n’est pas exagérément intelligent.» A un client mafflu du Café Romand qui savourait une tête de veau le chroniqueur Christophe Gallaz souffla: «On est bien dans son assiette aujourd’hui!»

Cette cruauté verbale masquée et impunie n’est pas l’apanage de nos intellectuels. Aux marchés de Vevey, d’Yverdon, ou à la Riponne, maraîchers et bouchers ne sont pas en reste: «Le mari de Jenny Chocraud n’est pas moche, surtout quand il ne sourit pas.» «Le Roland a bien fait de passer enfin chez le coiffeur, même si ça lui fait une tête de Playmobil.» «Le piercing nasal du petit Firmin de Thierrens lui va comme une sonnette à un cochon.»

 

Commentaires

On ne s'ennuie pas sur vos marchés! Et ce sont souvent les moins bien lotis qui se moquent méchamment de la tête, l'allure des autres.

Écrit par : Ambre | 11/02/2017

Charmes de la double négation, qui peut être employée magistralement pour produire des doubles sens :-) Merci pour l'évocation de Jacques Mercanton. Je garde un très bon souvenir de la lecture de L'Eté des Sept-Dormants.

Écrit par : inma abbet | 11/02/2017

Certes, mais cette double négation ne serait-elle pas la manifestation d'un problème de communication, proche de la notion de “double contrainte“ mise en valeur à Palo Alto dans le cadre de la recherche sur les causes de la schizophrénie ? Ce serait préjudiciable au charme de la poésie avec accent du terroir, hélas.

Écrit par : rabbit | 11/02/2017

"le chroniqueur Christophe Gallaz souffla: «On est bien dans son assiette aujourd’hui!»"
Dommage qu'il réserve son esprit pour le cercle privé. Parce que ses chroniques fumeuses du dimanche matin. Bref.
Je suis retombé sur "les histoires de Gilles". Je les trouvais plus drôles il y a quelques dizaines d'années. L'humour vieillit aussi...

Écrit par : Géo | 11/02/2017

Dans la collection d'une antique parente, j'ai trouvé un 78 T pour gramophone d'un humoriste nommé “Le Redzipet“ et étiqueté Vaudoiseries“. Mais il s'est cassé en plusieurs morceaux quand j'ai voulu le sortir de sa fourre. On ne saura donc jamais ce qu'était une vaudoiserie il y a près d'un siècle. Géo connait l'expression “redzipéter“; pour Ambre, voici la traduction : rapporter, dénoncer, répéter une indiscrétion, etc. C'est “cancaner“ version Ramuz.

Écrit par : rabbit | 11/02/2017

Les cancans me donnent de l'urticaire; je fuis les "redzipéteurs" (0_0)!

Bon, l'année prochaine vous allez donc - Rabbit - devoir mettre la main à la poche... pour fêter les 30 ans de votre fiston!

Écrit par : Ambre | 11/02/2017

"fêter les 30 ans de votre fiston!" Que le Grand cric me croque si ça, ce n'est pas précisément un cancan ! Vous avez le sens de l'à-propos, Ambre...

Écrit par : Géo | 12/02/2017

A 30 ans, il devrait normalement se marier, selon ce qui est écrit dans le Grand Livre depuis 4'000 ans. On pourrait organiser ça à Pékin, qu'en pensez-vous?

Écrit par : rabbit | 12/02/2017

Pas de précipitation pour le mariage!!!
Contentez-vous de lui offrir une pékinoise (^_^)

"Le pékinois1 était le chien de compagnie préféré de la cour impériale chinoise à la Cité interdite, particulièrement sous la dynastie des Tsing (ou Qing) entre 1644 et 1912."

"Comportement et caractère

Le Pékinois est un petit chien de compagnie intelligent et loyal. De bonne nature, têtu, agressif, intelligent, affectueux, têtu! Très attaché à son maître, il se montre beaucoup plus distant avec les étrangers. Ne vous fiez pas à sa petite taille : le Pékinois est extrêmement vaillant et courageux. Il demeure un très bon chien d'alarme qui aboiera énergiquement à la moindre intrusion. L'obéissance n'est pas son fort, mais cet aspect peut être compensé par une bonne éducation."

Éducation...
Le Pékinois ayant un caractère très affirmé, son éducation doit être ferme, mais sans rapport de force. Il est essentiel de bien lui montrer que vous êtes le maître et qu'il ne doit pas contester ce statut. On peut facilement être tenté de le gâter, car il sait très bien user de son charme pour réclamer plus de friandises. Le Pékinois doit cependant être remis à sa place assez tôt pour éviter ces désagréments."

(Il faudra la faire marcher à la baguette sinon la pékinoise va chercher des noises à son maître (=_=).

Écrit par : Ambre | 12/02/2017

Geeezes ! Les Qing sont des envahisseurs mandchous venus des steppes désertiques. Leurs moeurs barbares se sont raffinées en Chine, mais ils ont bloqué l'évolution du pays pendant 300 ans. A la place du petit monstre, je suggérerais le mastiff tibétain, c'est plus viril. (https://www.gralon.net/articles/sante-et-beaute/sante-animal/article-le-mastiff-tibetain---le-chien-le-plus-cher-du-monde-8056.htm)

Écrit par : rabbit | 12/02/2017

Quand je vous dis que vous allez devoir vous ruiner dans un an...
Mais c'est certain qu'il en impose ce "lion" tibétain.

Écrit par : Ambre | 12/02/2017

Merci pour cette partie de jambes en l'air, pardon, de french cancan, mais si vous passiez à des choses moins sérieuses ?
Revenons un peu à nos moutons à double négation et arbre à cames en tête, par exemple...

Écrit par : Géo | 12/02/2017

Comme vous voudrez, illustrissime Géo. Donc, Palo Alto est en Californie, une Californie qui fut le nombril du monde pour les gens de ma génération (à voir les récents soubresauts de Monsieur Jenni chez Rémi le Magicien, il n'en est pas revenu intact). Vous allez trouver les informations de base sur ce site: https://fr.wikipedia.org/wiki/École_de_Palo_Alto et je me fais fort d'éclairer votre lanterne sur ce que l'on peut lire entre les lignes. Contrairement à ce que mes commentaires pourraient vous faire croire, c'est grâce à Paul Watzlawick que j'ai commencé à m'intéresser à la réalité de la réalité. Et on en est loin, croyez-moi...

Écrit par : rabbit | 12/02/2017

La réalité de la réalité, c'est que le canton de Vaud a accepté la RIE III mais qu'on est un peu seuls...
Assez bizarre, n'est-il pas ? Les Vaudois plus suisses que les Suisses...

Écrit par : Géo | 12/02/2017

Yes! Mais si vous multipliez le pourcentage de "non" par le pourcentage de participation, ce n'est pas la victoire populaire annoncée par Monsieur Levrat. En fait, c'est celle d'une minorité agissante. Les perdants se recrutent aussi parmi ceux qui n'ont rien compris et se sont abstenus. J'apprécie de plus en plus la politique chinoise...

Écrit par : rabbit | 12/02/2017

"Ces deux dernières années, j'ai parlé allemand en Namibie et en Chine."Si vous le permettez, nous allons poursuivre sur un blog plus libertaire - même si Montabert se réclame du libertarianisme, il ne pratique pas ça chez lui...-. Le problème pour nous poor lonesome Suisses romands, c'est que nous avons à faire avec des Suisses allemands qui parlent le schwiizertütsch. Et on dira ce qu'on voudra, ce n'est pas vraiment pareil. La seule chose que je sais dire en suisse-allemand, bien qu'ayant vécu treize ans avec une fille de Davos qui a gagné la Parsenn à 18 ans, c'est :
"Häsch dini Ovo hüüte scho ga ?", comme à peu près tout le monde en Suisse, sauf les Suisses qui sont en fait Français, Italiens, Portugais, Kosovars, etc, etc..., c'est-à-dire le 50% de la population aujourd'hui.
Le problème de l'allemand et du grec, c'est qu'ils ne sont pas les langues de la philosophie par hasard. Les deux demandent beaucoup de précision et d'attention.
Quand on reste dans le domaine de la poésie et du j'menfoutisme, on peut ne pas trop s'inquiéter. Quand on parle phynance et droit à la retraite, mieux vaut être plus attentif...
Ceci explique aussi le succès de l'anglais, beaucoup plus aisé dans les termes techniques. Pour moi en tout cas et sûrement pour beaucoup comme moi...

Écrit par : Géo | 13/02/2017

Marshall McLuhuan, un avant-gardiste du siècle dernier négligé de nous jours, distinguait les médias chauds des médias froids: froids, parce qu'ils demandent un plus grand effort d'attention de la part du public que les autres, et c'est important pour la pub (en priorité, parce que pour le reste on s'en tape, les médias traditionnels sont condamnés à disparaître). C'est un peu l'objet d'une récente et courte intervention de ma part chez M. Schopfer à propos du chinois. Pour rappel, si pour désigner une dorade on traduit par “poisson plat de la mer du nord“, il y a un vide culturel énorme à combler par celui qui reçoit l'information: plus il est cultivé et plus précise sera l'information, moins il l'est et bête il restera. Parce qu'il faut déjà en connaître un bout sur les variétés de poissons existantes et sur les caractéristiques de ceux qui vivent en eaux froides ou chaudes. Plat ou pas, c'est le jocker pour vous mettre sur la bonne piste...

(https://fr.wikipedia.org/wiki/Marshall_McLuhan)

Écrit par : rosset | 13/02/2017

Votre commentaire contient tous les reproches que l'on peut faire à la presse mainstream que l'on croit naïvement simplement alignée sur des maîtres penseurs politiquement correct. En fait, ses rédacteurs ont la culture - le manque de culture serait une façon plus appropriée d'en parler - de l'air du temps et semblent incapables d'en sortir. Poutine a tort en Syrie parce qu'il n'accorde pas aux homosexuels la place qu'ils méritent à Moscou, c'est un peu “poisson plat de la mer du nord“ pour dorade.

Écrit par : Géo | 13/02/2017

Il me semble qu'elle est de Xavier Emmanuelli, la formule entendue sur France Culture lors d'une émission sur le devoir d'ingérence: "La chute du Mur de Berlin a réduit les communistes au chômage, ils sont recyclés dans les ONG". Ceux qui, depuis 1968, n'étaient pas déjà dans l'enseignement et le journalisme, là où le recrutement se fait par cooptation. Ce qui explique le privilège monopolistique de ces secteurs et l'uniformité de doctrine, devenue le politiquement correct actuel: socle marxiste surmonté de romantisme révolutionnaire et coiffé de guimauve populaire. Avec les lendemains qui chantent et les forces de progrès: c'est vrai que le souffle poétique a des relents de choux mal digérés.

Écrit par : rabbit | 13/02/2017

« Poutine a tort en Syrie parce qu'il n'accorde pas aux homosexuels la place qu'ils méritent à Moscou »

...tort aussi en Ukraine en Crimée pour raisons semblables ou à cause de l'affaire des Pussy Riot (*) en 2011.

La chasse aux sorcières des Occidentaux a commencé durant la préparation des Jeux de Sotchi. Par la suite, les médias et les pays occidentaux de l'OTAN ont volontairement pourri les Jeux de Poutine. Et c'est juste après, qu'ils ont mis la triple couche à Kiev.


---------------
(*) À la suite d'une exhibition jugée profanatoire (« prière punk ») dans une église orthodoxe, trois d'entre elles sont condamnées le 17 août 2012 à deux ans d'emprisonnement en camp de travail pour vandalisme et incitation à la haine religieuse.

Écrit par : petard | 14/02/2017

Mon exemple a un peu dévié le sens de ce que je voulais dire. Il y a derrière l'Ukraine, les printemps arabes, la Syrie, une volonté très claire des USA d'améliorer sa position dominante relativement à la Russie. Il y a gros à parier que les bâtiments de guerre américains s'apprêtaient à accoster à Sébastopol et qu'ils ont été pris de vitesse par les hommes verts de Poutine...
On croyait que la guerre en Angola était un simple affrontement entre impérialisme américain et impérialisme soviétique, la guerre a continué sans la moindre différence après le départ des Cubains, entre tribus rivales et ennemies (celles de l'intérieur ayant systématiquement fait l'objet de rezzous esclavagistes de la part des tribus des bords de mer, en contact avec les navigateurs européens, phénomène qui s'est passé tout autour de l'Afrique). On peut imaginer que la vieille haine des Angles et des Saxons contre les Slaves continue malgré la chute du communisme...

Écrit par : Géo | 14/02/2017

Dévier, c'est ce que l'on dit lorsque un missile frappe accidentellement un avion de ligne en Ukraine, Monsieur Géo. Si Monsieur Poutine venait incidemment à prendre connaissance de vos propos, quel serait alors votre chance d'échapper au tir ? Vous vivez encore plus dangereusement qu'en Angola. Cela dit, vous avez raison sur un point: le tribal qui est en nous n'est pas prêt d'évoluer. C'est aussi le point de vue de Gustave Le Bon, que les sociologues structuralistes on tôt fait de reléguer aux Enfers des bibliothèques de la bienpensance : «Aujourd'hui les revendications des foules deviennent de plus en plus nettes, et ne vont pas à moins qu'à détruire de fond en comble la société actuelle, pour la ramener à ce communisme primitif qui fut l'état normal de tous les groupes humains avant l'aurore de la civilisation. Limitation des heures de travail, expropriation des mines, des chemins de fer, des usines et du sol ; partage égal de tous les produits, élimination de toutes les classes supérieures au profit des classes populaires, etc. Telles sont ces revendications. Peu aptes au raisonnement, les foules sont au contraire très aptes à l'action. Par leur organisation actuelle, leur force est devenue immense. Les dogmes que nous voyons naître auront bientôt la puissance des vieux dogmes c'est-à-dire, la force tyrannique et souveraine qui met à l'abri de la discussion. Le droit divin des foules va remplacer le droit divin des rois.» ("Psychologie des Foules", 1895)

Écrit par : rabbit | 14/02/2017

"Monsieur Poutine venait incidemment à prendre connaissance de vos propos, quel serait alors votre chance d'échapper au tir"
Vous vouliez probablement parler de monsieur Obama : je vous rappelle qu'il n'est plus au pouvoir.

Écrit par : Géo | 15/02/2017

Aucune importance, c'est blanc bonnet et bonnet noir. Et puisque Gustave Le Bon vous a plu, je vous verse une ration d'Anselme Bellegarrigue, anarchiste du XIXe siècle. On dit qu'il aurait rencontré Henry David Thoreau aux USA (entre 1846 et 1848) et que celui-ci lui aurait inspiré cette vision de la liberté.
«La société a toute sa raison d'être dans une vaste combinaison d'intérêts matériels et privés; l'intérêt collectif ou d'Etat, en considération duquel le dogme, la philosophie et la politique réunis ont jusqu'à ce jour réclamé l'abnégation intégrale ou partielle des individus et de leur avoir, est une fiction pure, dont l'invention théocratique a servi de base à la fortune de tous les clergés, depuis Aaron jusqu'à M. Bonaparte. Cet intérêt n'existe pas en tant que législativement appréhensible.
Il n'a jamais été vrai, il ne sera jamais vrai, il ne peut pas être vrai qu'il y ait sur la terre un intérêt supérieur au mien, un intérêt auquel je doive le sacrifice, même partiel, de mon intérêt, il n'y a sur la terre que des hommes, je suis homme, mon intérêt est égal à celui de qui que ce soit; je ne puis devoir que ce qui m'est dû; on ne peut me rendre qu'en proportion de ce que je donne, mais je ne dois rien à qui ne me donne rien; donc, je ne dois rien à la raison collective, soit le gouvernement, car le gouvernement ne me donne rien, et il peut d'autant moins me donner qu'il n'a que ce qu'il me prend. En tout cas, le meilleur juge que je connaisse de l'opportunité des avances que je dois faire et de la probabilité de leur rentrée, c'est moi; je n'ai, à cet égard, ni conseil, ni leçon, ni surtout d'ordre à recevoir de personne. Ce raisonnement, il est non seulement du droit, mais il est encore du devoir de chacun de se l'appliquer ou de le tenir. Voilà le fondement vrai, intuitif, incontestable et indestructible du seul intérêt humain dont il faille tenir compte: de l'intérêt privé, de la prérogative individuelle.» (“Manifeste de l'anarchie“, avril 1850)

Écrit par : rabbit | 15/02/2017

Ah que... vive l'anarchisme ! et la liberté.
Et mort aux vaches (*_*)! Non mais !

Écrit par : Ambre | 15/02/2017

Nous avons rarement été aussi d'accord, maître rabbit. J'ai 65 balais aujourd'hui et je rentre dans le monde d'après le productivisme. On va laisser nos charmants trentenaires se débrouiller avec les questions bassement matérielles. Maintenant, il va falloir envisager autre chose de plus rigolo. Je propose un grand pow-wow entre grands sages de ce blog au café romand un de ces quatre pour parler de nos avenirs. Petard a beaucoup parlé de Portugal, vous nous tartinez beaucoup sur la Chine, Ambre est à Quimper et monsieur Loyal toujours avenida de la estacion 33 mais ce n'est plus pour longtemps.
S'il nous rejoint, ce sera par amour des cervelles au beurre noir avec un demi de Calamin et c'est déjà ça.
Qu'en dites-vous ?
PS. Ambre : en CH, les vaches sont sacrées, comme chez les Peuhls. Ne recommencez plus jamais ça, svp.

Écrit par : Géo | 15/02/2017

Vous ne croyez pas si bien dire, ô Ambronette. Le taux de CO2 émis par les voitures est règlementé et contrôlé, alors que les bovins produisent en toute impunité 30% du gaz à effet de serre. Par conséquent: soit on les génocidie, soit on les taxe au mètre cube produit, soit on les oblige à porter un pot catalytique où je pense. Mais il faut sans délai organiser un référendum à ce sujet, sinon l'eau du lac de Bret va engloutir la Tour de Gourze.

Écrit par : rabbit | 15/02/2017

Je vois que vous ne connaissez pas l'expression "mort aux vaches" qui ne s'adresse pas particulièrement aux vaches, du moins dans le contexte de mon commentaire.

Écrit par : Ambre | 15/02/2017

Si, si. Mais dans le contexte du trou de balle de M.Théo, figurez-vous que cela nous paraît mal venu. A moins que vous ne vouliez absolument la guerre chez vous, qui sait ?

Écrit par : Géo | 15/02/2017

Nous la savons, Ambre. En fait, nous savons tellement de choses, qu'en faire le catalogue serait une entreprise de l'envergure de l'Encyclopedia Britannica. Et l'on ne parle que d'un catalogue...
En attendant, faites la bise à Géo dont c'est l'anniversaire et tirez-lui son horoscope: il arrive à une époque charnière et ça grince. En ce qui concerne Rabbit, il négocie une nouveau contrat pour la Chine et espère se casser le plus vite possible: l'Europe actuelle ne répond plus à ses attentes, même les plus modestes. Par contre, il prend bonne note de la proposition de Géo et le contactera sous peu.
Veuillez agréer.. (etc).

Écrit par : rabbit | 15/02/2017

Géo cherche toujours le grosse bête avec moi. Ça m'épuise.
Bonne soirée. Je vais voir ailleurs si l'herbe est plus verte.
ET MORT AUX VACHES (cette fois je parle de certains hommes. Ciao.

Écrit par : Ambre | 15/02/2017

Hé, hé, pour ceux qui veulent comprendre comment la Marine va arriver au pouvoir, l'explication n'est pas loin : une capacité à l'irrationalisme total sans limites chez le citoyen français. Que l'on sache, Mediapart ou le canard enchaîné ne sont pas de gauche, mais si le FN arrive au pouvoir, c'est grâce à eux...

Écrit par : Géo | 15/02/2017

Remarque judicieuse, Géo: Edwy Plenel est royaliste et le Canard est l'organe du Bloc Identitaire.
Et comme en France, tout finit par de chansons, chantons!

«C'est nous les gars de la Marine,
Quand on est dans les Cols Bleus,
On a jamais froid aux yeux.
Partout, du Chili jusqu'en Chine
On les reçoit à bras ouverts
Ces vieux loups de mer.»

Écrit par : rabbit | 15/02/2017

Les commentaires sont fermés.