18/02/2017

Année du coq chinois et mélancolie fermière

Il est le plus royal, le plus empanaché des gallinacés. Une espèce d’Henri IV des bassecours de Navarre, de France, du Gros-de-Vaud et du Jorat. Pour avoir un peu observé le coq en chef de la ferme de la famille Champoux, à Correvon, près de Thierrens, je conviens qu’il sait se donner en spectacle. Sa démarche est saccadée, mais c’est pour mieux se cramponner à la certitude qu’on peut affirmer de la prestance tout en ayant ses ergots plongés dans de la m… Il s’agit d’une vieille raillerie belge sur un symbole cocoricant de la République française, qui amusa il y a 30 ans Coluche, et qui pourrait redevenir d’actualité.

Mais foin d’ingérences, et revenons à notre coq correvonais, dont la crête écarlate, dentelée en feuilles de chêne, est gluante, peu appétissante. (Elle a pourtant des saveurs insoupçonnées que le très chevronné rôtisseur provençal

Auguste Escoffier a réveillées dans ses casseroles au cours des années trente.) Sous cet appendice charnu, hérité dit-on de monstres préhistoriques plus cruels, le regard du coq de ferme, si on le cherche bien, a quelque chose de mélancolique. Les Chinois, qui vont l’honorer cette année 2017 comme un symbole de feu doué de loyauté, de courage et d’énergie, admettent, comme moi, qu’il est capable de chagrin. Celui, qu’à Jérusalem, son chant a transmis à un apôtre Pierre reniant trois fois le Christ. Ou celui qui, un peu plus tôt, rongea le charpentier Joseph, le père attitré de Notre Seigneur.  Pareillement, votre coq de village, qui passe injustement pour un idiot, s’inquiète de doutes sur la légitimité de sa paternité: n’est-t-il pas l’époux virtuel de la poule mythique qui a fait l’œuf,  et dont l’œuf a fait la poule – toute seule, sans lui? L’oiseau est en proie à autant de contradictions psychologiques qui vous attendrissent jusqu’aux larmes, jusqu’à ce que vous lui tordiez le cou. Cela à la satisfaction hautaine, peu charitable, de voisins d’origine citadine, déjà regimbés contre des cloches d’églises, ou même celle de votre vache, dont ils apprécient pourtant  le bon lait. Chantecler ne les réveillera plus aux aurores.

Commentaires

En Chine, par hasard, les galinacés ne jouissent pas de la même affection de leur clientèle potentielle, que celle observée à Correvon par M. Gilbert. Les belettes mise à part, selon un proverbe nécessairement chinois. Ils doivent chercher eux-mêmes leur nourriture. Sort funeste que partagent les bovidés, astreints au travail avant toute considération gastronomique. Non, du Sichuan au Zhejiang, les vedettes de la scène rurale sont les canards et les cochons, qui reçoivent chaque jour leur ration de riz sans fournir le moindre effort en contrepartie: ils feraient bien de se renseigner sur l'histoire des cygnes noirs. S'ils nous lisent, cet avertissement est pour eux: 关注黑天鹅 !

Écrit par : rabbit | 18/02/2017

A Léo, petite bourgade du sud du Burkina où j'ai vécu deux ans, les coqs ont des droits. Mais pas celui d'aller piquer les salades du voisin. En tout cas, si le voisin, c'est moi. Je venais d'acheter un arc et des flèches à un naturel de la brousse profonde lorsque ce stupide volatil mâle, qui donc ne donne pas d'oeufs, a atterri dans mon potager. Ma flèche tirée de 20 m s'est plantée à quelques centimètres de lui. J'aurais tellement aimé le passer directement de la flèche à la broche...
Dans mon bled du Chablais vaudois, on sent une tendance à vouloir nous imposer à nouveau l'abominable cri du symbole gaulois. J'ai deux poulaillers à quelques mètres de chez moi. Le jour où le propriétaire des poules voudra y mettre un coq, je pense qu'il faudra malheureusement redevenir méchant. C'est la vie...

Mais il y a longtemps, il y avait par ici deux soeurs, dont l'une a maintes fois servi de modèle à un peintre du lieu que rabbit connaît bien. L'autre était infirmière et l'avait été sur le front en 14-18, côté français évidemment. Les deux étaient vieilles filles. Mais l'infirmière proclamait haut et fort qu'un coq était indispensable à chaque basse-cour...

Écrit par : Géo | 18/02/2017

Effectivement M. Géo: toutes les fiches vous concernant ont été numérisées et stockées en lieu sûr, mais...
Sans songer un instant à déprécier vos mérites, il nous semble que vous fûtes assez proche - géographiquement du moins - de personnages tels que Thomas Sankara et Jonas Sawinbi, à une époque “tremendous“ comme dirait Monsieur Trump. Et le gibier à plumes (nous ne parlons pas ici de la gent journalistique mise sur la sellette pour de vils motifs politiques) n'était pas l'unique raison de vos escapades zafricaines, non ? Si j'ai chassé le canard en Afrique, le seul journal disponible dans le coin était “Le Monde“ vieux d'une semaine, mais c'était avant le temps du trotskiste Edwy Plenel (ce qui peut se concevoir comme une forme rétroactive de consolation).

Écrit par : rabbit | 18/02/2017

Sankara avait déjà été cadavré par son petit camarade de classe Compaoré quand j'étais par là-bas. Les seules sources d'information étaient le Monde hebdomadaire - qui n'existe pas en Suisse - et RFI sur 9790, 15300 et 17620. Avec cette petite musique pour nous signaler qu'on était sur la bonne longueur d'onde, quelques minutes avant l'heure sacrée des infos, pendant lesquelles tout le monde avait drôlement intérêt à se la fermer très sérieusement...
Vingt ans après, je me souviens de ces chiffres qui se sont imprimés dans mon ADN. Il y avait aussi une radio internationale suisse, en trois langues, une fois par jour et à peine audible, et il fallait être drôlement fûté pour savoir à quelle heure allait s'intercaler le petit 1/4 heure en français. Avec des nouvelles généralement sans le moindre intérêt...
Vos insinuations ne sont pas sans fondement. Le premier hydrogéologue que j'ai rencontré sur le terrain, à Tombouctou, avait un passé de mercenaire au Biafra. Mais je ne l'ai appris que bien plus tard...
Je me suis contenté d'implanter des forages. 300 dans la Sissili, 200 dans le Bam. Pour ce qui est du Burkina...

Écrit par : Géo | 18/02/2017

Ben, figurez vous que dans mon exil sahélien à moi, Radio Canada Intl passait mieux que Radio Suisse Intl. J'ai pu suivre la “Superfrancofête“ devenue légendaire sur mon Grundig. Et quand la météo signalait un mètre de neige dans les rues de Montréal, je me prenais à phosphorer sur la relativité de l'espace et du temps. Creuser des puits, c'est bien, mais que sont-ils devenus ? Vous n'avez pas oublié de leur faire signer un contrat de maintenance perpétuel, histoire d'assurer vos vieux jour? C'est là qu'est le problème avec les idéaliste dans votre genre...

Écrit par : rabbit | 18/02/2017

Ah, ah, la maintenance des points d'eau... Depuis trente ans, les Suisses n'engagent plus que des socio-machins et des psycho-trucs pour former des formateurs de formateurs de formateurs de comités de points d'eau. Et moi je ne suis ni sociologue, ni banquier et de plus je suis Suisse. Donc inemployable sur les fonds européens de développement. En Mauritanie, je bossais pour les Français. Je ne me souviens plus comment cela s'est passé, d'ailleurs, pour mon recrutement.
Ils n'avaient trouvé personne pour aller s'enterrer à Kaédi et ses 18 mosquées à double minarets avec haut-parleurs sur-multipliés ? C'est fort possible...
Sur la maintenance, je ne vous raconte pas les séminaires sur les pièces détachées des pompes manuelles, les formations de mécaniciens (qui finissent par partir, vu qu'au début il n'y a pas de pannes...)et toutes ces sortes de choses. Je hais la sociologie...

Écrit par : Géo | 18/02/2017

Depuis Luc Boltanski, le milieu est plus sain. Mais l'ombre de Bourdieu couvre toujours la nécropole marxiste. Avez-vous pensé à vous faire sponsoriser par les grandes fortunes du pays ou leurs fondations ? C'est beaucoup plus efficace que de s'en remettre à l'état et ses parasites.

Écrit par : rabbit | 18/02/2017

J'ai cherché des fonds à la Fondation Aga Khan, au WWF, pour un projet de recyclage au Mozambique d'un vieux sous-marin d'un vieux monsieur, pourtant membre fondateur du WWF, sans succès.

Pas pour l'eau : n'importe quelle ONG de village a son projet de puits en Afrique et j'ai assez pesté contre ces amateurs pour ne pas vouloir en faire partie. Il faut dire que cette obsession de la maintenance ne vient pas de nulle part : vous connaissez l'Afrique...

Écrit par : Géo | 19/02/2017

...et je connais aussi les Chinois: ceux-ci ont depuis révisé leur approche décoloniale de l'Afrique. Ils ont aussi appris la valeur du retour sur investissement. A propos, avez-vous suivi le discours-fleuve de D. Trump sur CNN? Mme Rabbit était impressionnée: "plus fort que les discours du président Mao au début de la Révolution Culturelle", qu'elle a dit. Dans la même veine, je vous livre un proverbe chinois que je viens de découvrir: "tuer les poulets pour faire peur aux singes". Il ne reste plus qu'à l'interpréter...

Écrit par : rabbit | 19/02/2017

Ciel, j'ai raté le discours fleuve de Trump sur CNN ! je ne sais pas si je vais m'en remettre...
Et il a dit quoi, Donald ? Coin-coin ? Si c'est plus fort que Mao, c'est couic-couic ? 80 millions de morts, tout de même, le Mao. Dites-le nous, rabbit, ce n'est pas dans le Semeur vaudois que je vais le découvrir...

Écrit par : Géo | 19/02/2017

Et ne comptez pas sur les commissaires politiques de la petite lucarne régionale pour vous le commenter. D'ailleurs, le fond était moins important que la forme. Souvenez-vous de McLuhan: “Le média est le message“ soit, que le canal de communication utilisé aura été dans ce cas le véritable message. Pour cette raison, c'est une véritable révolution culturelle qui commence aux USA.

Écrit par : rabbit | 19/02/2017

« le Monde hebdomadaire - qui n'existe pas en Suisse »

...perdez rien pour attendre...

"Châques" Pilet et son compère Frank A. Meyer de "Rinchier", planchent p'têtre sur un "Monde" "CH-coeur de l'Europe"... pour remplacer Le Temps... avec les sous de tonton Berger...

ps
Certaines nuits je fais des cauchemars...

Écrit par : petard | 19/02/2017

Pourquoi ? CNN est devenu pro-chinois ? Expliquez-nous ça, spin rabbit...

Écrit par : Géo | 19/02/2017

Nous ne sommes pas paranos, Géo et moi, au sujet du seul “quotidien de référence“ en langue hexagonale : en 1976, Michel Legris publie “Le Monde, tel qu’il est“ dans lequel il dénonce le fait que « … le journal, derrière son apparente objectivité, applique de multiples procédés de désinformation au service d'une ligne éditoriale gauchisante. Celle-ci est portée notamment par de jeunes journalistes militants recrutés après 1968. Le journal vise non seulement à favoriser l'élection d'une majorité socialiste autour de François Mitterrand, mais aussi à promouvoir les convictions de l'intelligentsia de gauche ou d'extrême-gauche. » (Wiki dixit). Par contre, ce qui nous avait échappé, moi et Géo, c’est que “Le Monde est interdit d'accès en Chine, y compris dans sa version numérique“ (Wiki dixit bis). Tout comme le “New York Times“ d’ailleurs, mais on s’en bat les flancs puisque nous lisons le “Shanghai Daily“ : Géo pour les mots-croisés et moi pour les bandes dessinées. Mais au train où vont les choses, tout ceci est à considérer comme un ultime exercice de style dans un monde en décomposition.

Écrit par : rabbit | 19/02/2017

Pour faire suite aux récentes déclarations de Brutus Macron à “l'étranger“, il faut honnêtement signaler quelques divergences sur le sujet depuis 1962: http://www.alger26mars1962.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=326:3-4-temoignages-des-algeriens&catid=102&Itemid=197

Écrit par : rabbit | 19/02/2017

Le site que vous donnez en lien est bloqué chez moi comme site dangereux. On me surveille de près et on m'empêche de faire des bêtises...
Macron s'est vraiment planté la dague dans la cuisse ce jour-là. Mais bon, quoi qu'il en soit, il n'aurait jamais eu la moindre chance au 2ème tour, contre qui que ce soit.
Tiens, c'est marrant. Macron fait le même cri qu'un coq qui s'égosille...et quand il croit ouvrir ses bras, son ombre est celle d'un épouvantail. (Aragon) (enfin , pas tout...).

Écrit par : Géo | 19/02/2017

« Le site que vous donnez en lien est bloqué chez moi comme site dangereux. »

Très dangereux pour les cerveaux lobotomisés à la repentanceuse... Mais c'est comme "la Bleue", un jour viendra...

Alors, voici:

Boualem Sansal:
«En un siècle, à force de bras, les colons ont, d’un marécage infernal, mitonné un paradis lumineux. Seul l’amour pouvait oser pareil défi. Quarante ans est un temps honnête, ce nous semble, pour reconnaître que ces foutus colons ont plus chéri cette terre que nous, qui sommes ses enfants. (2002)

C’est également lui qui a écrit:



«Trente ans après l’indépendance, nous voilà ruinés, avec plus de nostalgiques que le pays comptait d’habitants et plus de rapetoux qu’il n’abritait de colons. Beaucoup d’Algériens regrettent le départ des Pieds Noirs. S’ils étaient restés, nous aurions peut-être évité cette tragédie.» (1992)
 

La journaliste Malika Boussouf:
«Si les Pieds Noirs n'étaient pas partis en masse, l'Algérie ne serait peut-être pas dans l'état désastreux dans lequel elle se trouve …»

Abderrahmane Fares:

«S’il est en Algérie, un domaine où l'effort de la France ne se discute pas, c'est bien celui de l'enseignement.».

«On doit dire que l'école a été un succès certain. Les vieux maîtres, les premiers instituteurs, ont apporté toute leur foi pédagogique, sans arrière-pensée, et leur influence a été extrêmement heureuse».
 
Ferhat Abbas, (ex-leader du FLN) Président de la république algérienne, du temps du G.P.R.A:

«La France n’a pas colonisé l’Algérie. Elle l’a fondée.»
 Il ajoute :

«La France a commis un crime: elle a livré le peuple algérien aux tueurs et aux assassins !»

«L’œuvre française, fut entièrement construite, pierre par pierre dans le sang et la sueur, par nos ancêtres. La France n'a pas colonisé l'Algérie, elle l'a construite».

Augustin Belkacem Ibazizen:
«La scolarisation française en Algérie a fait faire aux Arabes un bond de mille ans». 



Bachir Ben Yahmed - Directeur de "Jeune Afrique":
«A son indépendance, nul pays extérieur au monde occidental, Japon et Afrique du Sud exceptés, ne disposait d'une infrastructure aussi développée que celle de l'Algérie»



Hocine Aït Ahmed: 
«Chasser les Pieds-Noirs a été plus qu'un crime, une faute»

Un homme qui reconnait le rôle positif de la colonisation, c'est Hocine Aït Ahmed, l'un des chefs historiques du F.L.N., réfugié en Suisse. Il déclare dans le numéro 248 de juin 2005 de la revue "Ensemble" (organe de l'Association culturelle d’Éducation Populaire):

"Oui je dis bien, une tragédie humaine et pour reprendre le mot de Talleyrand (Chasser les Pieds-noirs a été) plus qu'un crime, une faute ! Une faute terrible car notre chère patrie a perdu son identité sociale". Il ajoute: "N'oublions pas que les religions et les cultures juive et chrétienne se trouvaient en Afrique du Nord bien avant les arabo-musulmans, eux aussi colonisateurs, aujourd'hui hégémonistes [...] Avec les Pieds-Noirs et leur dynamisme - je dis bien les Pieds-Noirs et non les Français -, l'Algérie serait aujourd'hui une grande puissance Africaine, Méditerranéenne. Hélas! Je reconnais que nous avons commis des erreurs politiques et stratégiques. Il y a eu envers les Pieds-Noirs des fautes inadmissibles, des crimes de guerre envers des civils innocents et dont l'Algérie devra répondre au même titre que la Turquie envers les Arméniens". 


«Du temps de la France l'Algérie c'était le Paradis» !

Écrit par : petard | 19/02/2017

Petard a des cauchemars, Géo est parano: seul rabbit cogite.

Écrit par : rabbit | 19/02/2017

Ce n'est pas moi qui suis parano, c'est F-secure qui gère la sécurité de mon ordi. Merci donc à pétard de prendre des risques pour nous...
Cela dit, j'ai déjà parlé du livre de Jacques Demougin, "les mensonges de la guerre d'Algérie" qui est très éclairant non seulement sur les relations politiques d'alors mais aussi sur les implications actuelles pour qui sait...cogiter.
Par exemple, la terreur que le FLN a du faire régner contre son propre peuple a déjà ses sources dans l'opposition socialisme - islamisme. Le FLN a eu du succès dans les campagnes uniquement quand il a brandi l'étendard de l'islam contre les chrétiens - Français & Pieds noirs....

Écrit par : Géo | 20/02/2017

Dans toutes les anciennes colonies que j'ai visitées (et il n'y a pratiquement que ça sur cette planète), on perçoit un conflit larvé entre le rêve et la réalité. A commencer par les USA. Et en Chine? allez vous me rétorquer: la Chine, je ne sais pas, c'est une autre planète...

Écrit par : rabbit | 20/02/2017

Sans vouloir faire de l'anthropomorphisme ou pécher par égocentrisme, je plaide coupable. Sur tous les points.
Né un 20 juin 1957, je fête mon animal chinois sans conviction.
Mais, rien qu'à voir ma gueule qui passerait aisément pour un Woody Wood Pecker, et mes mains qui ressemblent curieusement à des pattes de poulet, je me sens une affinité.
Je mérite la flèche de Géo car moi aussi je milite pour l'abandon de l'usage des cloches du village pour sonner chaque quart d'heure et celles des vaches à qui on a rien demandé et qui doivent se coltiner ce poids et ce raffut de la naissance à la mort.
Oui je plaide coupable. Avec fierté. Celle du coq.

Écrit par : Pierre Jenni | 20/02/2017

Un soir, une nuit plutôt, j'ai tout de suite compris qu'il se passait quelque chose de spécial, d'apaisé, de merveilleux : les cloches ne sonnaient plus. Et cela s'est répété la nuit suivante mais j'ai appris que des gens faisaient circuler une pétition pour que les cloches sonnent à nouveau. En fait, ils souffraient aussi des cloches - pas tous, certains signataires habitaient assez loin...- mais surtout, ils trouvaient inadmissible que la Municipalité ait décidé sans les consulter.
A partir de là, je n'ai pas essayé de militer contre les cloches. J'en ai parlé au syndic, lui disant qu'après tout ce n'était que 150 personnes mais rien n'y a fait. Syndic échaudé craint l'eau froide. D'ailleurs, il a perdu sa place aux dernières élections...
Vous comprenez que parfois, même souvent, je n'ai pas trop de sympathie pour le genre humain ? Cela dit, ne vous en faites pas : quand ces abrutis auront fait venir suffisamment de leurs chers frères musulmans, ce n'est plus aux cloches que vous aurez droit...

Écrit par : Géo | 20/02/2017

Abstraction faite de l'image véhiculée qui, comme toute religion représente à mes yeux un archaïsme coupable, j'ai toujours trouvé que les mosquées étaient des très beaux monument architecturaux.
Mais je suis terrifié à l'idée de devoir subir les cinq appels à la prière dès 05.00.
Je dois être un peu sensible. Mais, en visite chez ma tante de Turgovie, je n'ai pas pu fermer l'oeil de la nuit en raison du clocher.
Mais il parait qu'on s'habitue à tout. C'est vrai que je n'entendais plus les avions atterrir et décoller cinq mois après avoir emménagé dans mon premier appart' à Meyrin. Je n'ai pas pensé demander à mon cerveau ce qu'il en pensait...

Écrit par : Pierre Jenni | 20/02/2017

Oui Géo, je comprends.
Mais...
Je réalise gentiment que nous faisons tous, tant que nous sommes, du mieux que nous pouvons.
A un point tel que ça en devient touchant.
Alors je relativise.
Et je commence à apprendre à aimer.
Mieux vaut tard que jamais.

Écrit par : Pierre Jenni | 20/02/2017

Oui, oui, moi aussi je suis bienveillant. Très bienveillant. Visiblement, cela a quelque chose à voir avec l'âge...

Écrit par : Géo | 20/02/2017

En effet, c'est inquiétant.

Écrit par : rabbit | 20/02/2017

« cela a quelque chose à voir avec l'âge.. »

Ce qu'il y a d'inquiétant avec l'âge, c'est qu'on ne se rend pas compte quand on devient vieux.

Écrit par : petard | 21/02/2017

Il y a bien assez d'indicateurs qui ne trompent pas, me semble-t-il...

Écrit par : Géo | 21/02/2017

C'est comme avec l'au-delà...

Vaut mieux se faire à l'idée qu'il n'y a rien. Comme-ça on est pas déçu... en mal

Écrit par : petard | 21/02/2017

Les gens peu cultivés ont tendance à confondre ancien et vieux.

Écrit par : rabbit | 21/02/2017

C'est à propos de la vidéo de Jenni que vous dites ça ? On me demande de m'inscrire à Google et à choisir un mot de passe pour ça, donc je ne l'ai pas ouverte. Il s'agit de quoi ?

Écrit par : Géo | 21/02/2017

Je n'en sais pas plus que vous, j'ai trouvé porte close moi aussi. Nous avons peut-être échappé à un piège mortel. Le monde de Google est de plus en plus miné.
Par contre, j'ai trouvé qui est l'auteur du célèbre solo de clarinette de “High Society“: ce n'est pas Johnny Dodds, mais Alphonse Picou. J'ai tenté de le reproduire il y a 50 ans, tout comme celui de "Weary Blues", mais cet échec a mis fin à ma carrière musicale. Avouez que ça vous en bouche un coin. Si cela vous tente, j'ai également découvert une thèse de doctorat sur le style de Johnny Dodds. Le monde n'est pas si mauvais, quoi que vous en disiez. Heureusement qu'il y a la musique.

Écrit par : rabbit | 21/02/2017

« On me demande de m'inscrire à Google et à choisir un mot de passe pour ça, donc je ne l'ai pas ouverte.»

« Je n'en sais pas plus que vous, j'ai trouvé porte close moi aussi.»


Tssst… mais non, mais non…
C'est juste que le lien est mal foutu et qu’il faut le transformer de

https://www.youtube.com/edit?o=U&video_id=MVyq0kLeHZ8

en

https://www.youtube.com/watch?v=MVyq0kLeHZ8

Mon dieu, mon dieu !
Faut quand-même dire que ça fait - grave - chanteur de chez Astérix… !!!!

Écrit par : petard | 21/02/2017

"Le monde n'est pas si mauvais, quoi que vous en disiez." Le monde est très bien. Mais mal habité. Enfin, trop habité, plutôt...
La musique ? C'est un exhausteur de sentiments. Certains pensent qu'il n'y aurait plus de guerre si elle n'existait pas. Partir sous la mitraille avec l'Ode à la joie...ou survoler un village vietnamien, le cul assis sur son casque retourné avec les Walkyries qui hurlent plus fort que le rotor...

Écrit par : Géo | 21/02/2017

Comme autre option dans le genre musical où Youtube range Monsieur Jenni, la succursale de Google propose Brian Eno, qui est une référence dans le rock expérimental depuis 1971. Laissons agir les algorithmes et “Rolling Stone Magazine“ titrera d'ici peu: “a scintillating star is born in the firmament of pop music“. Yeah !

Écrit par : rabbit | 21/02/2017

A propos des minarets...
Je vous l'avais déjà balancée celle-ci, mais j'aime enfoncer le clou.
https://www.youtube.com/watch?v=DewQTM8V6EM&t=207s

Écrit par : Pierre Jenni | 22/02/2017

Nous ne sommes qu'à 51 jours du vendredi-saint et vous commencez déjà à enfoncer des clous ? Ce n'est pas chrétien...

Écrit par : rabbit | 22/02/2017

Jenni@ Je vous somme de cesser de nous infliger vos oeuvres, littéraires ou musicales ou quoi que ce soit d'autre. C'est contraire à toute éthique. Merde, quoi ! Vous vous croyez chez Facebook ?

Écrit par : Géo | 22/02/2017

Attendez ! Il fait peut-être aussi de la peinture ou de la sculpture.

Écrit par : rabbit | 22/02/2017

C'est bien ce qui me fait peur...

Écrit par : Géo | 23/02/2017

L'échange me rappelle cette scène de "Frankenstein junior", quand l'ermite essaie de faire revenir le Monstre, après lui avoir brûlé les doigts en allumant son cigare et d'autres du genre et qu'il lui crie : "Attendez, j'allais vous faire un café..."

Écrit par : Géo | 26/02/2017

J'aime beaucoup vos références underground. Vous ne laissez pas de m'étonner.

Écrit par : rabbit | 26/02/2017

Vous avez vu "Frankenstein junior" ? Je crois que je m'effondre de rire rien que de m'en souvenir...
La scène où Marty Feldmann s'aperçoit que de dire "Frau Blücher" fait hennir les chevaux...

Écrit par : Géo | 26/02/2017

Dans le genre burlesque déjanté, n'oublions pas “1941“. C'est la première fois que j'ai vu détruire une maison pour le fun: dans les films américains, on se contentait jusque-là de démolir des voitures. Voir le script sous https://fr.wikipedia.org/wiki/1941_(film). En 1941, tout par hasard, il y eu Hellzapoppin': un grand moment de délire.

Écrit par : rabbit | 26/02/2017

Et comme ça, le lien fonctionne ? http://fr.wikipedia.org/wiki/1941_(film)

Écrit par : rabbit | 26/02/2017

Les commentaires sont fermés.