06/05/2017

A Montriond, les brises jouent du Mozart

Elle ne surplombe le parc de Milan que de 37 mètres et n’est pas vraiment une colline. Plutôt un tertre, une grosse motte, mais des cadastres médiévaux la désignent comme une montagne (Mons rotundo), probablement en raison de sa rondeur pâtissière. En l’an 1037, notre évêque Hugues de Bourgogne y fit une procession ascensionnelle, suivi de barons et de prélats, pour convenir d’une «Trêve de Dieu». Une paix éphémère entre de rustauds guerroyeurs fut ainsi signée au sommet de ce crêt, entre Saint-François et les rives du lac, qui porte désormais le nom de Montriond.
Ecimé en plateforme, il est devenu un lieu de promenade délicieux, hélas rarement recommandé par les guides touristiques. Un belvédère où l’on accède après avoir foulé un sentier moussu en colimaçon, et d’où, par temps clair - matinal ou vespéral - tout observateur érudit, ou simplement amoureux de son pays, distingue à sa gauche la Dent-de-Jaman, le Merdasson (pardon!), les Rochers-de-Naye.  A sa droite, les deux Tours-d'Aï vireront plus tard au mauve crépusculaire, puis au brou de noix. Quant au Léman, il devient prune pour se dilater encore, telle une mer vue d’avion. La nuit ne l’éteindra pas.
Ces ciels picturaux et leurs dégradés auraient-ils inspiré, il y a 250 ans, un certain Wolfgang Amadeus, qui n’avait que dix ans lors d’une tournée européenne sous l’égide de son terrible mentor de papa, Léopold Mozart? Lors d’une escale lausannoise, ils furent accueillis, en septembre 1766, par le prince Louis de Wurtemberg en sa résidence du Grand-Montriond, située peu ou prou sur la même esplanade. Le jeune prodige, dressé par son père en ouistiti de fête foraine, y donna successivement deux récitals dans un pavillon vitré depuis disparu, mais où le ciel lémanique devait «traluire" (devenir translucide, expression vigneronne vaudoise) avec les mêmes irisations qu’aujourd’hui.
 Je me plais à imaginer qu’il y joua au piano une de ses propres compositions enfantines. Soit la Sonate en fa majeur. Sinon, celle en si bémol , qui est un chouia plus vibrillonnante, plus aérienne. Et quand, aujourd’hui, les vents du lac viennent froisser la frondaison des arbres plus anciens du crêt de Montriond, ils font réentendre ces mélodies créées par un sacré diable de marmot.

Commentaires

Joie de vous lire... enfin (*_*)
Pour fêter ça, Mozart by Lang Lang (=_=)
https://youtu.be/dbAF0tWX53Q

Écrit par : Ambre | 06/05/2017

"la somptueuse demeure du Grand-Montriond, chez le prince de Wurtemberg, frère du duc régnant Charles-Eugène..."

Qu'est-il advenu de cette "somptueuse demeure " ?

Écrit par : Géo | 07/05/2017

J'ai cherché en vain la date de sa démolition, mais il n'en reste aucun vestige.

Écrit par : gilbert | 07/05/2017

Oui, c'est pour cela que je pose la question. Que s'est-il passé ? On compte sur la culture aristocratico - lausannoise de rabbit...

Écrit par : Géo | 07/05/2017

Je ne suis pas rabbit, mais... il semblerait que la date soit 1959.
C'est le Docteur Tissot qui m'a dirigé vers ces informations.
***


La demeure du Grand-Montriond, qui portait le no 11, bâtie au milieu des vignes et des prés au XVIIIe siècle, a en effet abrité Voltaire lors de ses séjours à Lausanne entre 1755 et 1757 venu trouver le célèbre médecin Samuel Auguste Tissot pour soigner ses maux d'estomac. Louis-Eugène de Wurtemberg, qui deviendra plus tard duc de Wurtemberg, l'a également louée et y a reçu Mozart et sa famille. Le docteur Tissot, célèbre pour ses travaux consacrés à l'onanisme et à l'épilepsie, a acheté cette demeure par la suite pour y passer les mois d'été. L'arche dans l'immeuble des numéros 9, 13, 15 de l'avenue Dapples, construit vers 1924, avait été conçue pour laisser le passage au no 11 démoli vers 1959. En 2014, un nouveau bâtiment renaît sur les cendres du Grand-Montriond, mais avec accès sur la rue... Voltaire.


***

The house of Grand-Montriond, house number 11, built in the middle of vineyards and fields in the XVIIIth century, was indeed home to Voltaire during his stays in Lausanne when he came to find, between 1755 and 1757, the famous doctor Samuel Auguste Tissot to cure his stomach ache. Louis-Eugène de Wurtemberg, future duke of Wurtemberg, rented it as well and welcomed Mozart and his family. Doctor Tissot, known for his work about omanism and epilepsy, then bought this house to spend his summer. The arch in the building housing numbers 9, 13 and 15 of Avenue Dapples, built around 1924, was meant to open a path towards the number 11, which was then destroyed in 1959. In 2014, a new building rises from the ashes of Grand-Montriond, but with access on... Voltaire street.


***

Pour en savoir plus • Louis Polla, Rues de Lausanne, Lausanne, éditions 24 heures, 1981 • Samuel Auguste Tissot (http://fr.wikipedia.org/wiki/Samuel_Auguste_Tissot) • Le voyage en Suisse de la famille de Mozart, St-Maurice, 1956 (http://www.digi-archives.org/pages/echos/ESM054059.pdf) • Voltaire à Lausanne (http://www2.lausanne.ch/view.asp?docId=22756&domId=63038&language=F) • Voltaire à Lausanne (auf Deutsch - http://www.correspondance-voltaire.de/html/orte-lausanneleben.html)

Écrit par : Ambre | 07/05/2017

Bien joué. Et donc cette somptueuse demeure n'occupait pas le sommet de la petite colline(un drumlin ?)de Montriond...

Écrit par : Géo | 07/05/2017

Je passe la parole à Rabbit qui est peut-être enseveli sous le sable du désert de Gobi dont les retombées inquiètent les Pékinois. Bientôt ils vont pouvoir faire des pâtés (nems)... de sable.

Écrit par : Ambre | 07/05/2017

Et voilà, après un suspense interminable, le résultat est tombé : c'est Tzigane qui a gagné la finale à Aproz...

Écrit par : Géo | 07/05/2017

Zinedine Tzigane ?

Écrit par : rabbit | 07/05/2017

Il s'agit en effet de coups de boule, mais avec des cornes. Vous n'avez pas intérêt à dire cela à Zinedine, un footballeur italien peut en témoigner...

Écrit par : Géo | 08/05/2017

Les sables, qu'ils proviennent du Gansu, du Shaanxi ou du Gobi, descendent maintenant jusqu'à Shanghai, ô Ambre. Qu'allons-nous devenir ? " Montriond, morne plaine ! ", aurait dit Victor Hugo. La controverse sur la date de 1037 ou 1041, sur l'identité de l'évêque (Bourgogne ou Lenzbourg ?) et encore la santé mentale de Conon d'Estavayer qui avait raconté toute l'histoire, avait failli créer une guerre de sécession au siècle dernier. Car, comme vous le savez, les Bernois avaient volé toutes les archives et ne voulaient plus les lâcher. Ceci explique l'état de sous-développement culturel dans lequel Géo er ses concitoyens vivent encore aujourd'hui. Les malheurs des Bretons et des Vendéens à la Révolution et sous l'Empire ne sont rien à côté de ce que subissent encore les Vaudois. On en connaît qui ont dû se réfugier en Chine...

Écrit par : rabbit | 08/05/2017

"Ceci explique l'état de sous-développement culturel dans lequel Géo et ses concitoyens vivent encore aujourd'hui."
Ce n'est malheureusement que trop vrai. "On en connaît qui ont dû se réfugier en Chine..." C'est le nouveau nom de Piogre ?

Écrit par : Géo | 08/05/2017

Le commandant Rabbit et son équipage vous souhaitent bienvenue à bord. Piogre est l'antichambre du monde, Monsieur Géo: il y règne la même ambiance que dans la zone de transit de l'aéroport d'Abu Dhabi. Les langues que j'entends le plus parler au quotidien, sont l'anglais international, le français de France et le dialecte de Shanghai. Et mon fils m'envoie des mails en néerlandais. A par monter dans un avion, je ne peux rêver de conditions de vie plus stimulante. « Please make sure your seat belts are fastened and your seat back and tray tables are in their full upright positions, and discontinue the use of any electronic devices you may have brought on board ».

Écrit par : rabbit | 08/05/2017

Revenons un peu à nos rustauds - selon M.Gilbert - et racontez-nous ce que vous savez d'eux. Joli nom pour un film américain, Conon. Conon le barbon ? Cela change de Conard le Barbant...

Écrit par : Géo | 08/05/2017

C'est très compliqué, Géo. Connaissant votre tempérament, il vaut mieux que vous ne vous en mêliez pas ou ça risque de dégénérer en guerre mondiale. Pour résumer, il s'agit des conflits ayant suivi la mort, en 1032, de Rodolphe III de Bourgogne, fils de Conrad III roi d'Arles ou des Deux Bourgognes.

Écrit par : rabbit | 08/05/2017

Rabbit : vous avez tout ce que vous écrivez dans votre mémoire ou vous piochez dans Wiki ou ailleurs. Et Géo n'est pas en reste non plus. Moi, il me faut de longues minutes voire des heures pour pondre quelque chose d'intéressant ou d'original. J'ai abandonné.
(Hier soir j'ai mangé du Tataki de thon, vous connaissez ? Le thon est grillé rapidement et l'intérieur reste presque cru , avec des grains de sésame. Délicieux... si on aime le thon.)

Écrit par : Ambre | 08/05/2017

Ambronette : mes connaissances ne vont pas dans de tels détails, mais je fais un raccourci pour Géo après une lecture en diagonale de Wiki. Il aime ça, mais il n'a aucune idée de ce que sont les Bosonides et le Royaume d'Arles, et il n'en a rien à cirer.
Et, si par votre explication vous désignez de la nourriture japonaise, sachez qu'elle m'est interdite par les Chinois : il me surveillent et il ne faut pas les chatouiller avec des rappels historiques aussi funestes.

Écrit par : rabbit | 08/05/2017

Ambronette bis : regardez ce soir “La 317e section“ sur France 5 pour nous rappeler notre jeunesse.

Écrit par : rabbit | 08/05/2017

Ah, vous avez aussi regardé la 317ème section, rabbit ? En fait, un docu-fiction sur les derniers jours de l'armée française en Indochine. On sent que c'est du vécu...

"et il n'en a rien à cirer." C'est vrai qu'on peut se perdre dans les détails en étudiant l'Histoire. J'ai bien aimé réaliser cependant que le royaume de Sigismond, roi de Bourgogne, allait de Saint-Maurice (qu'il a créé en 515)jusque dans la région de Clermont-Ferrand...

Écrit par : Géo | 09/05/2017

Où j'ai le plus apprécié de regarder ce film, c'était au Sénégal, dans un cinéma en plein air et en compagnie d'un ex-sergent de la Légion, ayant fait l'Indochine et l'Algérie. Le film s'est poursuivi tard dans la nuit avec les confessions du sergent: ancien des Chemises Noires italiennes, il était en contact avec le quarteron de fascistes réfugiés en Espagne et il avait un plan pour exfiltrer un copain à lui d'Espagne en Afrique. De nos jours, en Afrique, on ne rencontre plus que des évangélistes et des chômeurs recyclés dans les ONG. Les gens de la Coopération, ceux qui cassaient le prix des salaires des expats, ont enfin disparu avec la fin de la conscription en France.

Écrit par : rabbit | 09/05/2017

Un peu plus tard, à Tombouctou, il y avait deux Français qui avaient monté une boîte pour faire de la géophysique au Nord de Tombouctou. Pour l'eau, disaient-ils...
C'est grâce ou à cause d'eux que j'ai fait le 3ème cycle en hydrogéologie. Et longtemps plus tard, puisque j'étais entré dans le milieu, j'ai appris que l'un d'eux avait fait le mercenaire lors de la guerre du Biafra. Comme vous le dites, les french n'étaient pas que doctor à cette époque...

Écrit par : Géo | 09/05/2017

Quelques Belges aussi, nés au Congo et scotchés pour toujours au continent. En ex-AOF, la composition de la société est simple, alors qu'en Namibie, on rencontre une biosphère étrange. Du côté autochtone, il y a la même diversité ethnique qu'ailleurs, avec les difficultés de cohabitation qu'elles engendrent. Chez les toubabs, ce sont des gens d'origine allemande, hollandaise et anglaise, qui se sont combattus autrefois, mais désormais répartis en deux nationalités différentes (ZA et Namibie), sachant que l'un des pays fut la colonie de l'autre jusqu'en 1990. En résumé, des strates qui se croisent ou se chevauchent d'une façon incertaine, voire flottante. Et tout ça dans un paysage lunaire où il semble que rien ne puisse se maintenir de façon pérenne. Un fantasme de patrie...

Écrit par : rabbit | 09/05/2017

Ah, à propos de mercenaires...
Syngenta / Chemchina, c'est vous ?

Écrit par : Géo | 10/05/2017

Hélas, M. Géo, un trop gros morceau pour moi. Par contre, maintenant que l'usage est entré dans les moeurs, on va pouvoir dépecer le reste du tissu économique par morceaux plus facile à avaler. Vous pensez que le climat politique du moment est propice à la vente des centrales nucléaires suisse à China General Nuclear Power Corporation ? Des gens charmants, j'ai travaillé avec eux en 2014.

Écrit par : rabbit | 10/05/2017

Mozart y joua-t-il piano ou clavecin?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 10/05/2017

Les oeuvres de Mozart ont été écrites pour piano forte.

Écrit par : rabbit | 10/05/2017

Une raffinerie en bon état, cela ne vous tenterait pas, par hasard ? Cela m'arrangerait personnellement, en plus...

Écrit par : Géo | 10/05/2017

rabbit,

Il y a des sonates de Mozart écrites pour clavecin, or, pour suivre attentivement l'article de Gilbert Salem, Mozart enfant, contraint par son père, n'était pas è ce piano forte menant au romantisme mais au clavecin

cet enfant prodige petit phénomène qui demandait à certaines nobles dames: "M'aimez-vous?"

Au fond, entendons: "Qui aimez-vous"?
le petit phénomène fils de son père... ou le gamin qui aimerait bien mieux aller jouer avec ses copains au lieu d'être sans arrêt empoisonné, empêché de vivre par son père?

Je rencontrai une personne un peu contrainte de même manière qui au lieu de vivre son adolescence à l'âge habituel, après traitement psy, par ailleurs mariée et mère de famille, débuta le "vivre" de l'âge ado en question.

Fin de vie de Mozart, souffrances un peu comme un naufrage, pourquoi?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 10/05/2017

Géo pourra répondre: il est aussi passé par là et ses errances africaines en sont le contrecoup.
Quand j'étais ado, je passais mes vacances dans une maison où se trouvait un piano forte auquel manquaient trois cordes (un Erard du début du XIXe siècle). J'ai composé des sonates franchement misérables et cela, c'est déprimant à cet âge.

Écrit par : rabbit | 10/05/2017

Il y aurait beaucoup à dire sur les méfaits du piano dans la petite enfance. Pour ma part, j'interprétais les sonates des autres de façon franchement misérable, alors que la petite fille à côté est devenue une virtuose...
Le piano a commencé à me plaire quand j'ai pu jouer des boogie woogie, mais ce n'était plaisant que pour moi, alors...

Écrit par : Géo | 11/05/2017

Oui, je me souviens de la tragédie. « La Feuille d'Avis de Lausanne » en a régulièrement fait sa “une“ entre janvier et mars 1962. Trois mois après sa disparition, le corps sans vie de la fillette était retrouvé bâillonné et ligoté sous le couvercle du piano à queue (un Steinway, si je ne m'abuse). A l'époque, des migrants ont été accusés du crime ; c'était alors pratique de les avoir sous la main, mais la position des autorités à leur sujet a radicalement changé depuis. Vous aviez tout juste 10 ans et, par une coïncidence apparemment fortuite, vos parents décident soudain de vous envoyer en pension dans une colonie allemande en Argentine. Ces faits ont probablement été occultés de votre mémoire, mais vous connaissez maintenant mon goût pour les vérités improbables.

Écrit par : rabbit | 11/05/2017

@ Géo : se faire plaisir c'est une raison de poursuivre.
La petite fille devenue virtuose a-t-elle un petit chien ?

Écrit par : Ambre | 11/05/2017

"La petite fille devenue virtuose a-t-elle un petit chien ?"
Ch'sais pas. Elle est devenue virtuose professionnelle, c-à-d prof de piano. Franchement, je ne l'envie pas et vous me connaissez suffisamment pour que je n'aie pas besoin de vous expliquer. Je l'ai croisée il y a quelques temps dans la salle d'attente d'un médecin. On a fait attention de bien ne pas se reconnaître...
Elle portait des vêtements visiblement faits de rideaux. Luxueux, les rideaux...

Écrit par : Géo | 11/05/2017

Dites, rabbit, vous ne seriez pas en train d'oublier ma raffinerie ? Il y aurait un deal possible avec C.Constantin, vous savez ce type qui se prend pour Napoléon à Martigny...

Écrit par : Géo | 11/05/2017

Oui, je vois : un type avec un accent bizarre. Un élément du problème à considérer avec attention, est le fait que cette raffinerie se trouve dans un rayon de 3,55 km de votre habitation: on ne peut donc prendre le risque de l'atomiser par un missile lancé en Corée du Nord. D'autre part, il faut tenir compte d'un argument qui vaut son pesant de fromage à raclette : si M. Hubert n'a encore rien investi dans ce site, c'est qu'il n'y a pas un sou à en tirer. Alors que faire ? Aux USA et en Angleterre, les touristes visitent les friches industrielles ou elles sont transformées en lieux de culture alternative. Si vos voisins de l'autre rive sont orientés culture, les choses devraient s'arranger dans un siècle ou deux.

Écrit par : rabbit | 11/05/2017

Perdu dans votre galaxie du milieu, vous négligez un petit détail qui vaut son pesant (ou son besant, je n'ai jamais su...) de beurre de cacahuètes : le dit Napoléon qui se prend pour le Christ veut transformer le site en village olympique. Si vos amis chinois s'y mettent (en aidant à ce que la Suisse obtienne les Jeux), ils pourraient transformer ça en village de retraite pour cadres du Parti. Ils aiment le chasselas et la fondue, les vieux cadres du Parti ?

Écrit par : Géo | 11/05/2017

Écoutez, cher ami, la Chine est sur point d'organiser les jeux olympiques d'hiver. Je ne sais plus quand, mais ça les accapare beaucoup. Deux jeux, c'est assez pour une même génération (même spontanée...). Pour le reste, les Chinois trouvent l'odeur du fromage répugnante (vous pouvez essayer avec les Mongols, ils ont quelque chose qui y ressemble) et ce qu'ils boivent au cours des banquets doit dépasser les 50 degrés. Désolé d'être aussi franc, mais vous devez revoir votre business plan pour cette maudite raffinerie. Vous pourriez proposer à M. Macron de transformer le site en base de lancement pour ses fusées, la Suisse est plus sûre que la Guyane sur le plan social. Mais vous n'aimez pas les fusées, peut-être...

Écrit par : rabbit | 11/05/2017

Je me contenterais de militer pour les J.O en Valais et le village olympique à la place des raffineries. Mais c'est dommage, parce qu'à y bien réfléchir, on est déjà en plein domaine chinois : Syngenta, ou en tout cas sa principale usine de production, est encore beaucoup plus proche des raffineries que ma maison...
Sans compter le domaine des Barges, les meilleurs terres agricoles de Suisse, de l'autre côté, qui appartiennent aussi à Syngenta. Donc aux Chinois.

Dites, vous qui êtes un capitalisse, ils vont en faire quoi des 43 milliards de francs suisses, les propriétaires de Syngenta ? Racheter Monsanto ? C'est vachement intellectuel, le Monopoly...

Écrit par : Géo | 11/05/2017

@ Géo : "la petite fille à côté. .." J'ai traduit "à côté" par "voisine" d'où ma question "chien". Hum !
J'espère que ce n'était pas des rideaux de scène en velours rouge pour sa robe (0_0).
(Franchement, je ne pense pas vous "connaître suffisamment" pour deviner vos non-dits. Je crois que je pourrais encore me tromper, à votre sujet;-)).

Écrit par : Ambre | 11/05/2017

#1: Géo, les actionnaires de Syngenta recevront des actions de Chemchina.
#2: Ambronette, nous ne pouvons comprendre les non-dits de Géo, puisqu'il prévient à chaque fois en disant: «je dis ça, je dis rien».

Écrit par : rabbit | 11/05/2017

Rabbit : vous oubliez les traits d'union de cette expression, importants.
Que seraient le "je-ne-sais-quoi" et le "presque-rien" sans trait d'union ? Une Méconnaissance, un Malentendu.
Hi (=_=)

Écrit par : Ambre | 11/05/2017

Je ne fais que recopier les sentences de Géo, ô Ambre. Moi, j'ai les miennes... Une petite dernière pour la route ? «La déliquescence des cultures précède la disparition des sociétés» (Paul Watzlawick).

Écrit par : rabbit | 12/05/2017

"Géo, les actionnaires de Syngenta recevront des actions de Chemchina."
Très intéressant. Et elles représenteront quel pourcentage du capital de Chemchina, ces actions ?
En d'autres termes, les entreprises chinoises s'ouvrent aux investisseurs étrangers ?

Écrit par : Géo | 12/05/2017

Et j'oubliais : vous nous avez raconté que vous ne pouviez sortir de Chine vos gains en tant que conseiller. Qu'en sera-t-il des dividendes de ces actions ? Devront-ils obligatoirement être réinvestis en Chine ?

Écrit par : Géo | 12/05/2017

Procédons par ordre, c'est extrêmement compliqué.
La stratégie définitive sera fonction du pourcentage des droits de vote qui pourrons être acquis par Chemchina (entre 90 et 98% si tout va bien). Ensuite l'Etat chinois scrute de très près les opérations, parce que Chemchina est endetté à près de 180% et le bon peuple prendrait très mal le fait que tout ce pognon s'évapore dans des opérations douteuses à l'étranger. Un scénario qui à l'air de prendre est celui du rachat, pour le compte de Chemchina et par des sociétés de droit européen, des actions de Syngenta. Un société basée à Amsterdam (ce n'est pas mon fils) proposait, jusqu'au 4 mai dernier, le rachat de 82% de ces droits de vote, représentant un peu plus de 76 millions d'actions.
Si jusque-là ça va, on peut maintenant parler de mes éconocroques. Le fruit de mon dur labeur est en Chine, certes: je l'y laisse, parce que j'ai l'intention d'y retourner et d'y séjourner 6 mois par année (sauf l'été et l'hiver qui sont insupportables). Mais pour cela, je dois absolument obtenir la “green card", chose qui avait failli lors de mes précédentes aventures, et raison pour laquelle je drague en ce moment dans les annexes du pouvoir.
Et chez vous tout va bien ?

Écrit par : rabbit | 12/05/2017

Chez moi ? Dans trois semaines, je vais commencer ma mue en cyborg du côté de la hanche droite. Je me réjouis comme un petit fou, comme vous pouvez l'imaginer. Ce qui m'ennuie un peu, si je survis à l'opération, c'est que je devrais assez rapidement compléter ma transformation en robot du côté gauche. A moins que tout aille mieux dès lors que la droite est remise en état...

A part ça, tout va très bien, monsieur le marquis.

Écrit par : Géo | 12/05/2017

De mon côté, mon corps est devenu une source inépuisable de douleurs.
Bon courage Géo...

Écrit par : Ambre | 12/05/2017

Bon courage pour vous, Ambre. Pour ma part, j'ai toujours l'espoir que cela va aller mieux après...
rabbit@ Votre construction financière sino-néerlandaise est presque aussi compliquée que "mes" raffineries libyennes gérées par une société qui appartient à on ne sait qui mais basée aux Pays-Bas. Votre fils ???

Écrit par : Géo | 12/05/2017

Vous ne voulez pas essayer la médecine traditionnelle chinoise ?
Cela dit, Dr Géo, lorsque je me couche sur le côté droit, je sens une douleur près du col du fémur: vous pensez que je vais aussi passer en salle d'op ? «Heureux les affligés, car ils seront consolés »
Pour ce qui concerne Rabbit Junior, ce garçon a toujours été impressionné par la vie aventureuse de son père, mais il a su en extraire les éléments les plus positifs pour réussir une carrière rapide et lucrative. Je dois être passé à côté de quelque chose, mais quoi ?

Écrit par : rabbit | 12/05/2017

Vous êtes un exemple pour lui, voilà tout. De ce qu'il ne faut pas faire. C'est assez courant entre père et fils...

Écrit par : Géo | 12/05/2017

Fichtre ! Comme vous y allez...
A propos de mon passé sulfureux & controversé (comme on dit à la RTS), est-ce que vous vous souvenez de cette chanson: http://www.youtube.com/watch?v=YTD5_FwdiBU
J'en ai encore 200 comme ça à vous faire entendre quand vous serez en convalescence.

Écrit par : rabbit | 12/05/2017

@ Rabbit "je sens une douleur près du col du fémur". Faites comme moi, dormez sur le dos. Vous me faites rire avec vos liens.
Géo, vous avez raison de faire cette operation, ceux qui l'ont faite s'en portent mieux. Mes toubibs trouvent mes radios normales et ne préconisent pas d'opérations. Pfff ! A moi de faire avec... mon arthrose (généralisée ).

Allez, have a good night ... sur le dos Rabbit. Proposer à Madame Rabbit des boules Quies. Hi ! Je-dis-ça-je-dis-rien.

Écrit par : Ambre | 12/05/2017

Dormir sur le dos, c'est très adulte; mais parfois, on a besoin de régresser et se mettre en position de fœtus pour oublier le monde...

Écrit par : rabbit | 13/05/2017

"sur le dos Rabbit. Proposer à Madame Rabbit des boules Quies" Ronfler, c'est le premier pas vers les apnées, les apnées se multiplient, fatigue cardiaque, très grosse fatigue cardiaque, couic...
Ne jamais dormir sur le dos...

Écrit par : Géo | 13/05/2017

Debout sur une jambe, comme les cigognes ? Tant qu'il n'y a pas de vent, c'est envisageable.

Écrit par : rabbit | 13/05/2017

Ou alors, pendu par les jambes, tête en bas comme les chauve-souris ? En tout cas, je me suis installé un hamac dans mon salon. Et plongé dans l'eau hyper-salée d'un caisson à isolation sensorielle ? Vous y avez pensé ? Cela doit avoir quelques effets secondaires sur la peau. Après quelques semaines, des écailles commencent à apparaître...

Écrit par : Géo | 13/05/2017

Alors, vous aussi vous avez l'impression de muter en quelque chose à la fois d'étrange et inquiétant ? Comme F. Kafka dans "La Métamorphose" ?

Écrit par : rabbit | 13/05/2017

D'autres parlent de "naufrage". Et pendant ce temps, l'orchestre continue de jouer. Heureusement, parce que cela prend du temps...

Écrit par : Géo | 13/05/2017

Je vois la scène ! En aucun cas il ne faut quitter votre smoking, finir en beauté est notre devise et les dames apprécieront à titre posthume. A ce propos, savez-vous que ma grand-mère a fait la même traversée, 10 mois avant le Titanic ? Dans la roulette de la vie, il y a quand même des gens qui ont de la chance, sinon le casino n'existerait pas. Vous croyez que ça s'hérite ?

Écrit par : rabbit | 13/05/2017

Le caisson d'eau hyper salée, vous avez intérêt à vous hydrater après.
Vous avez ça chez vous Géo ? Faites gaffe sur le hamac avec votre hanche de ne pas vous casser la binette. Jamais vu un hamac dans un salon. Vous avez aussi un palmier ? Mmm !

Rabbit, donnez-moi un exemple pour "finir en beauté" for me (au figuré bien sûr, parce que pour la beauté hein, c'est déjà "râpé"). (J'ai déjà le smoking (*_*))

Écrit par : Ambre | 13/05/2017

Finir en beauté ? Charger sabre au clair sur un beau cheval noir contre les mitrailleuses de Daesh ? Apprendre le b-a ba du pilotage et précipiter votre avion sur l'objectif de votre choix ? Monter dans un ballon à hélium plus haut que l'Autrichien qui a sauté en parachute, mais sans masque à oxygène et sans parachute ? Passager clandestin dans la prochaine sonde pour Mars ?
Tout cela prend trop de temps. Plus c'est rapide, mieux cela vaut. Vous avez un pistolet, un cigare et un verre de cognac ?

Écrit par : Géo | 13/05/2017

Le cigare du capitaine Langlois ou un Montecristo n° 4 ? « Viva la muerte ! »

Écrit par : rabbit | 13/05/2017

Le cigare et un verre de malt, possible mais pas d'arme.
Je veux une mort douce pour "finir en beauté".

Il n'aurait fallu
Qu'un moment de plus
Pour que la mort vienne
Mais une main nue
Alors est venue
Qui a pris la mienne

Qui donc a rendu
Leurs couleurs perdues
Aux jours aux semaines
Sa réalité
A l'immensité
Des choses humaines

Moi qui frémissais
Toujours je ne sais
De quelle colère
Deux bras ont suffi
Pour faire à ma vie
Un grand collier d'air

Rien qu'un mouvement
Ce geste en dormant
Léger qui me frôle
Un souffle posé
Moins une rosée
Contre mon épaule

Un front qui s'appuie
A moi dans la nuit
Deux grands yeux ouverts
Et tout m'a semblé
Comme un champ de blé
Dans cet univers

Un tendre jardin
Dans l'herbe où soudain
La verveine pousse
Et mon cœur défunt
Renaît au parfum
Qui fait l'ombre douce

Louis Aragon : Le Roman Inachevé (1956)

Écrit par : Ambre | 13/05/2017

Un tendre jardin... Vous vous souvenez de ce merveilleux petit livre de Michel Quint, publié en 2000, et intitulé «Effroyables Jardins» ?

Écrit par : rabbit | 14/05/2017

"Je veux une mort douce pour "finir en beauté"." Oui, c'est pour cela qu'il y a beaucoup plus de femmes qui s'inscrivent à "Exit" que d'hommes. Mais cela m'étonnerait que les personnes venues vous aider à préparer votre potion de pento-barbital de sodium supportent l'odeur de la fumée du Montecristo n°4...

Écrit par : Géo | 14/05/2017

C'est toujours mieux que gaz sarin, pourtant inodore...

Écrit par : rabbit | 14/05/2017

Et voilà qu'on apprend le suicide de Olivier Guéniat, chef de la PJ neuchâteloise, grand spécialiste des drogues et de leur trafic. 50 ans, carrière brillante.
J'avais eu de la peine à comprendre le suicide du brillantissime Benoît Violier, et voilà un autre cas du même tonneau.
Autant c'est compréhensible de vouloir partir avant que le sort ne s'acharne sur votre vieille carcasse, autant j'ai de la peine à comprendre ces cas-là. Le premier qui m'avait choqué : Patrick Dewaere...

Écrit par : Géo | 15/05/2017

Comme dit Laozi: « nul ne connaît l'utilité de l'inutile ». Quand tout est inutile, que faire alors d'utile ?

Écrit par : rabbit | 15/05/2017

http://www.deslettres.fr/lettre-de-gerard-depardieu-a-patrick-dewaere-trouvais-belle-mort/
Ça peut être une réponse à votre perplexité Géo.

Écrit par : Ambre | 15/05/2017

On n'est pas du tout dans le même registre pour les deux autres. Pour Violier, je m'étais souvenu de l'attitude de Jean-Claude Killy après ses mythiques trois médailles d'or aux JO d'Albertville. Il avait 24 ou 25 ans, ne pouvait aller plus haut et était passé à autre chose. Violier lui devait remettre en jeu ses médailles d'or tous les jours, il y a de quoi devenir fou. C'est bien beau, l'excellence, mais il n'y a pas que ça dans la vie...
Guéniat était devenu policier parce que ses copains dans sa petite ville du Jura étaient morts de la drogue. Il avait une très grande réputation et pas seulement sur le plan strictement professionnel. Quels que soient les éventuels problèmes qu'il a dû affronter sur le plan individuel, je n'arrive pas à m'imaginer que lui n'a trouvé que le suicide comme solution. Cela ne colle pas. Un crime masqué en suicide ?

Écrit par : Géo | 16/05/2017

Oui on n'est pas dans le même registre.
On ne peut juger ni tenter d'expliquer un suicide.

Écrit par : Ambre | 16/05/2017

Certainement, mais le fait d'avoir un enfant est un facteur limitant le risque de passage l'acte. Et s'il ne devait en rester qu'un après avoir tout laissé, c'est encore le meilleur.

Écrit par : rabbit | 16/05/2017

Je ne pense pas que le fait d'avoir un enfant empêchera celui qui a décidé de partir de le faire.
J'imagine (je ne peux qu'imaginer) que la douleur de vivre du suicidé dépassait toute considération (et tout entendement).

Écrit par : Ambre | 16/05/2017

Il faut être père pour le savoir, ô Ambre...

Écrit par : rabbit | 17/05/2017

Il y a justement le contre-exemple de Benoît Violier.Il doit donc bien s'agir de qqch comme le décrit Ambre : " la douleur de vivre du suicidé dépassait toute considération (et tout entendement)". Ce qu'il y a d'incroyable, c'est le nombre de gens capables de survivre à des conditions particulièrement atroces alors que eux devraient penser chaque seconde à l'idée de s'échapper par la mort...

Écrit par : Géo | 17/05/2017

"alors que eux devraient penser chaque seconde à l'idée de s'échapper par la mort..."
Eh bien, justement, ceux-là on envie de se battre peut-être, garde l'espoir de jours meilleurs. Quand aux autres, qui l'ont fait, ne dit-on pas - pour quelques un(e)s d'entre eux - : il avait pourtant tout pour être heureux ? (C'est ce que croient les philosophes de comptoir).
Le suicide dont vous parlez (Violier) me fait penser à celui de Bernard Loiseau : http://www.lepoint.fr/gastronomie/exclusif-dominique-loiseau-les-vraies-raisons-du-suicide-de-mon-mari-07-03-2013-1637073_82.php
Oui, la course à l'excellence est un puits sans fond.

Parenthèse : "Du rêve à la réalité, quelle différence?" sujet de Bac philo. J'écoutais ça ce matin :
https://www.franceculture.fr/emissions/les-chemins-de-la-philosophie/bac-philo-2eme-session-34-explication-de-texte-pascal-les

Géo, Rabbit : avez-vous déjà rêvé de moi (*_*)? [RIRES]
Penser également que "la réalité est un songe"!

Écrit par : Ambre | 17/05/2017

"(C'est ce que croient les philosophes de comptoir)" Merci pour le qualificatif, mais ne croyez pas que venant de vous je me sente touché en quoi que ce soit...
Pour ma part, je ne pense pas qu'il y a d'un côté les philosophes, certifiés par la parisianerie*, et les gens, qui seraient cons par définition puisqu'ils ne sont pas parisiens et donc désignés sous l'épithète de "comptoir". Vous devriez dire de zinc, comme l'idiot Renaud Séchan, d'ailleurs, pour faire parisien jusqu'au bout.
Parce que oui, la question est bien là : "il avait pourtant tout pour être heureux ?" est très loin d'être une question stupide. Nous sommes tous, et vous aussi, vous en avez parlé, confronté à l'idée d'en finir, A PARTIR DU MOMENT OU ON A COMPRIS QU'ON ABORDE LA PENTE DESCENDANTE. Nous savons tous que la vie est faite d'épreuves, et que la sensation fugace de bonheur est ressentie lorsque nous avons l'impression d'en avoir surmonté une. J'ai fortement l'impression que cette connaissance-là est partagée par la quasi-totalité du genre humain.
Alors oui, la question que je me posais est bien celle-là : pourquoi EUX ? Comment des gens qui savent surmonter autant de difficultés, qui savent comment fonctionne le monde, décident-ils de tout laisser en plan ? Cela me sidère...

* Rencontré un arrogant à dents longues qui se prétendait philosophe parce qu'il avait suivi une année de cours de philosophie à la Sorbonne. Lorsque j'ai éclaté de rire devant cette assertion, il a affirmé que c'était précisément son prof de philo qui recommandait cette pratique...

Écrit par : Géo | 17/05/2017

Chacun doit trouver sa méthode philosophique. Vous avez suivi la mienne, pas vrai ? 15 jours après ma mise à la retraite, j'étais en Chine. Ensuite, je me suis retrouvé au fond d'un désert africain. Depuis, il court, il court, le rabbit ; le rabbit du bois, Mesdames. Il court, il court, le rabbit ; le rabbit du bois joli. Il est passé par ici, il repassera par là ; le rabbit du bois, Mesdames, le rabbit du bois joli. Je cours depuis bientôt 5 ans : si j'arrête, je meurs... Citation du jour: « Il y a trois sortes d'hommes: les vivants, les morts, et ceux qui vont sur la mer » (Aristote).

Écrit par : rabbit | 17/05/2017

Je ne sais pas ce que vous avez fait avant votre retraite, mais personnellement j'ai travaillé principalement en Afrique : Mali, Angola, Burkina, Guinée, Mozambique et Mauritanie. Et un peu dans le proche et moyen Orient : Jordanie, Arabie, Iran, ainsi qu'un petit pas en Asie, Timor-Est. Le tournant de l'islamisme m'a raté de peu en Mauritanie. J'étais à peine parti que cinq Français se faisaient rafaler par un de ces tarés, sur la route de l'Espoir, que j'empruntais tous les quinze jours. Je n'avais aucun problème avec l'islam et ceux qui pratiquent cette religion avant ça. Même si je trouvais que ces vieux Arabo-berbères me regardaient d'une drôle de manière à Kaédi. On sentait que je n'étais pas vraiment chez moi, pour être gentil...

Je suis très conscient de cette idée qu'on est mort dans sa tête avant de mourir physiquement. J'en étais arrivé à la conclusion qu'il me fallait retrouver les paradis de l'Archipel des Quirimbas avant qu'il ne soit trop tard, mais cette histoire de hanche(s) m'oblige à me centrer sur ma région. Pour le moment, je m'applique à rendre mon habitat handicapé-compatible. Surélever mon lit et d'autres choses...
Si Aristote avait su qu'on peut voler, aurait-il mis sur le même plan la mer et les airs ? Cela vous dit, l'apprentissage de l'ULM électrique à LSGB ? Les initiateurs parle de "déambulateur aérien", un truc pour les vieux qui auraient encore envie de s'amuser dans les airs.

Écrit par : Géo | 17/05/2017

A Géo . Bizarre, mais franchement je ne pensais à personne ici comme "philosophe de comptoir" .
Pour le reste "venant de moi", il y a longtemps que je l'ai compris.

Écrit par : Ambre | 17/05/2017

GEO : LSGB, c'est la nouvelle imposture morale des théoriciens du Tiers-Etat ?
AMBRE : est-ce que tout va bien ? Vous nous le diriez, n'est-ce pas...

Écrit par : rabbit | 17/05/2017

Ambre@ Cela fait dix ans que rabbit et moi pratiquons de la philosophie de comptoir.
LSGB ? Il suffit de taper cela sur Google...
http://www.aerobex.ch/

Écrit par : Géo | 17/05/2017

Philosophie de comptoir ?
Alors que j'ai essayé, pour votre bien, de vous sortir du structuralisme et de toutes les impostures des réducteurs de têtes de l'après-guerre à nos jours. Et tout ce que vous trouvez à faire, c'est de torturer Ambre, dans l'état où elle est. Maintenant, vous pouvez expliquer à nos lecteurs pourquoi, tous les pays qui figurent sur votre liste ont été agités de soubresauts révolutionnaires peu après votre passage ? Timor-Est est le révélateur, je n'aurais jamais fait le rapprochement, si vous n'en aviez cité le nom. Si je suis un manipulateur et un illusionniste, j'opère toujours sans violence: il est hors de question que je tape sur Google ou qui que ce soit ! Il y a longtemps que je n'ai plus de lit à moi: je dors dans celui des autres, je mange à leur table et pique dans leur assiette. Mon smoking dans une valise et mes cigares dans l'autre, je pince les cordes des méridiens comme ceux d'une harpe céleste.... Je chante la face du monde sous les lumières du cosmos.
Est-ce que cela vous a plu, Ambre ?

Écrit par : rabbit | 17/05/2017

ouiiiiii ! mais allez faire un tour de l'autre côté.
Bonne nuit les Dupontd !

Écrit par : Ambre | 17/05/2017

rabbit@ Oui, je considère ce blog comme un bistrot céleste au zinc duquel nous discourons de choses et d'autres. M.Gilbert est un spécialiste des bistrots lausannois, de la pinte Besson en particulier, et il a écrit un livre sur ce sujet. Du coup, il a ouvert ce troquet virtuel où nous sommes à peu près comme deux vieux habitués qui regardons d'un drôle d'air les nouveaux. Vous avez l'attitude de celui qui flaire dans chaque nouvel arrivant l'occasion de se faire payer une tournée (ce que démontre une fois de plus le commentaire ci-dessus), je suis nettement plus méfiant...
Et il y a Ambre qui essaye de s'accrocher. Il lui faut beaucoup de courage, reconnaissons-le...

Écrit par : Géo | 18/05/2017

Jack Kerouac => “Les Clochards Célestes“ => Pinte Besson => Gilbert Salem : la thèse reste à écrire, le lien direct à démontrer, la filiation à établir. Grâce à vous, Géo, Ambre va mettre tout ça sur papier. Elle n'attendait qu'un bon sujet pour se lancer enfin dans l'écriture. J'espère qu'elle ne va pas ajouter des LSGB aux personnages du scénario initial, c'est déjà assez nauséeux comme ça.

Pour en revenir à votre opération, et avant de signer toute décharge de responsabilité juridique, je vous suggère de faire un saut avec moi à Shanghai, pour en parler avec le Dr Li. C'est un copain, il est un peu bizarre, mais sa réputation de neurochirurgien est sans tache (enfin, jusque-là).

Et quand vous parlez de faire payer tout nouvel arrivant, j'ai plutôt le sentiment qu'on a fait le vide. Non? Tabula rasa...

Écrit par : rabbit | 18/05/2017

ON a fait le vide ? Si vous voulez, je vous signe une décharge...
Mais tabula rasa, non : comme je le disais, il y a encore Ambre qui s'accroche...
Mais ne faisons pas trop les malins : quand M.Gilbert fermera son blog, cela va être assez dur de trouver à le remplacer. Vous avez vu comment on s'est fait jeter par Montabert...
C'est comme cela. Un beau jour, il n'y aura plus de blog et ce n'est pas notre genre que d'aller se fondre dans la masse FB.

"J'espère qu'elle ne va pas ajouter des LSGB aux personnages du scénario initial, c'est déjà assez nauséeux comme ça." Geeeezes, mais qu'avez-vous donc compris ?

Écrit par : Géo | 18/05/2017

C'est du 2e degré, par le fait que Géo attire l'attention sur quelque chose que je n'ai jamais dite, tout en attendant qu'elle soit comprise de la façon que j'espérais. Mais, ça, Géo l'avait aussi compris, tout en faisant semblant de débarquer d'une autre planète. On frise le 3e, Ambre...
Santé ! Conservation !

Écrit par : rabbit | 18/05/2017

Les commentaires sont fermés.