07/10/2017

La mode nous remet de la couleur rouge

A l’approche de la quarantaine, Paulette Ponchonnet, surnommée la Pépée en raison de ses initiales, est restée coquette au plus grand plaisir de la clientèle masculine de son oncle Lucien Ponchonnet, aubergiste à Conflans-sur-Tille. De la gare de Vallorbe, cette célibataire endurcie prend chaque automne le  TGV pour revenir de Paris refardée et rhabillée dans une  couleur décrétée «à la mode» par des philosophes du vêtement et du maquillage. A 28 ans, elle avait réapparu grimée d’indigo et enharnachée de camaïeu de mauves, car c’était le violet qui alors faisait chez eux la loi. En octobre 2016, ce fut un bleu marine qui, à 37 ans, lui seyait encore - c’est la couleur de ses prunelles.
Cette année, la voilà perplexe, car c’est le rouge qui est de mise dans les défilés et les magazines du Faubourg Saint-Honoré. Le rouge avec toutes ses déclinaisons: le pivoine, le carmin, l’andrinople des peintres, la noble pourpre des évêques… Mais aussi l’incarnat qui n’est pas que floral, peut être sulfureusement charnel, voire sanguinolent comme dans les livres du marquis se Sade! Les habitués de l’établissement du tonton n’en étant pas de férus lecteurs, la Paulette se méfie de cette couleur trop criarde aux yeux de villageois, dont la plupart son protestants - la Réforme l’ayant jadis honnie, la qualifiant de vaniteuse…
«En France, dit-elle, le rouge est devenu le symbole d’une féminitude affirmée, d’une prise de pouvoir flamboyante mais pacifique. Les gens de ma commune sont trop Suisses pour le comprendre.»
Et si notre coquette Vaudoise s’enveloppait dans un drapeau à croix blanche sur fond écarlate? Ou jouer les travelos en se déguisant en armailli fribourgeois (sans barbe obligatoire), avec des edelweiss festonnant une tunique de la même teinte patriotique? S’habiller en mec est aussi devenu à la mode…
Tant qu’à faire, elle devrait s’accoutrer plus romantiquement en paysan vaudois du XIXe siècle, et en endossant un broussetou. Issu de l’allemand Brusttuch, ce terme désignait un ample gilet de laine rougeâtre pourvu de manches et de deux rangs de boutons.
On les fermait minutieusement à l’approche de l’hiver pour plus joyeusement les rouvrir au retour du printemps, dès que le ciel devenait vermillon sur l’échine noire du Jura.

Commentaires

Je ne vous vois pas un grand avenir dans la création philosophique de la mode. Mais ce sujet étant tellement irrationnel, presque par nature, que je me trompe peut-être...
Ma mère et la vendeuse de chez Schaefer sports, à Lausanne, voulant me faire accepter je ne sais quel truc, j'avais affirmé haut et fort que j'étais "un vieux Suisse" et que non. J'avais 4 ans et je me souviens encore du fou rire de la vendeuse...

Écrit par : Géo | 07/10/2017

Paulette a beau être la reine des paupiettes ("Les Charlots" dixit), ses gènes ne sont pas à 100% conflanais, contrairement à ceux de son pseudo-oncle Lucien, qui sont eux traçables jusqu'à Gontran, héritier du Royaume de Bourgogne à la mort de Clotaire Ier (en 561). En effet, le pli épicanthique de sa paupière supérieure est là pour rappeler que sa grand-mère est née au Shaanxi (à ne pas confondre avec le Shanxi) à l'époque de la Grande Marche, et qu'elle est parente avec Li Youyuan, le célèbre auteur des paroles de "L'Orient est Rouge", que l'on peut retrouver ici en choeur et en musique : http://chine.in/mandarin/vocabulaire/index.php?id=888

Écrit par : rabbit | 07/10/2017

"Longue Marche", problème de traduction du genevois en vaudois.

Écrit par : rabbit | 07/10/2017

Le rouge est ma couleur favorite. Plus jeune - euh ! beaucoup plus jeune - je portais des robes, des jupes rouges. Maintenant je me contente de pull rouge... assorti à mes joues (de paysanne - euh ! de golfeuse). En déco, des petites tâches de rouge un peu partout : bibelot, vase, coussin, éléphant (mais oui, merci C. Eames)... et une immense toile rouge au-dessus de ma cheminée.
J'aimerais compléter ma déco avec un petit meuble laqué rouge de Chine. Mmm! Les dons sont acceptés.

Écrit par : Ambre | 07/10/2017

Le rouge est ma couleur favorite. Plus jeune - euh ! beaucoup plus jeune - je portais des robes, des jupes rouges. Maintenant je me contente de pull rouge... assorti à mes joues (de paysanne - euh ! de golfeuse). En déco, des petites tâches de rouge un peu partout : bibelot, vase, coussin, éléphant (mais oui, merci C. Eames)... et une immense toile rouge au-dessus de ma cheminée.
J'aimerais compléter ma déco avec un petit meuble laqué rouge de Chine. Mmm! Les dons sont acceptés.

Écrit par : Ambre | 07/10/2017

Nous avons désormais affaire à deux Ambre et les choses risquent de se compliquer, même si, selon Platon (Phèdre), le double finit par effacer le modèle. Tant qu'elles tiennent toutes les deux le même langage, Géo et moi pouvons encore assumer l'Unheimlichkeit. Imaginons maintenant qu'elles se multiplient à l'infini, en s'accusant mutuellement, solidairement ou collectivement, de mentir et d'être des usurpatrices : là, le risque devient franchement planétaire et il ne nous restera plus qu'à fuir la Toile, sous le coup d'une malédiction d'Ötzi.

Écrit par : rabbit | 08/10/2017

"Et si notre coquette Vaudoise s’enveloppait dans un drapeau à croix blanche sur fond écarlate?"

Connaissiez-vous ce magnifique drapeau breton (de Brest) du xve siècle ?

https://commons.m.wikimedia.org/wiki/File:Banniel_Brest_(15vet_kantved).svg#mw-jump-to-license

Écrit par : Ambre | 08/10/2017

En complément

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Brest#H.C3.A9raldique_et_vexillologie

Écrit par : Ambre | 08/10/2017

Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là
Et tu marchais souriante
Épanouie ravie ruisselante
Sous la pluie
Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest
Et je t'ai croisée rue de Siam
Tu souriais
Et moi je souriais de même
Rappelle-toi Barbara
Toi que je ne connaissais pas
Toi qui ne me connaissais pas
Rappelle-toi
Rappelle-toi quand même ce jour-là
N'oublie pas
Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom
Barbara
Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante ravie épanouie
Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara
Et ne m'en veux pas si je te tutoie
Je dis tu à tous ceux que j'aime
Même si je ne les ai vus qu'une seule fois
Je dis tu à tous ceux qui s'aiment
Même si je ne les connais pas
Rappelle-toi Barbara
N'oublie pas
Cette pluie sage et heureuse
Sur ton visage heureux
Sur cette ville heureuse
Cette pluie sur la mer
Sur l'arsenal
Sur le bateau d'Ouessant
Oh Barbara
Quelle connerie la guerre
Qu'es-tu devenue maintenant
Sous cette pluie de fer
De feu d'acier de sang
Et celui qui te serrait dans ses bras
Amoureusement
Est-il mort disparu ou bien encore vivant
Oh Barbara
Il pleut sans cesse sur Brest
Comme il pleuvait avant
Mais ce n'est plus pareil et tout est abimé
C'est une pluie de deuil terrible et désolée
Ce n'est même plus l'orage
De fer d'acier de sang
Tout simplement des nuages
Qui crèvent comme des chiens
Des chiens qui disparaissent
Au fil de l'eau sur Brest
Et vont pourrir au loin
Au loin très loin de Brest
Dont il ne reste rien.

Jacques Prévert, "Paroles"

Écrit par : rabbit | 09/10/2017

"Et si notre coquette Vaudoise s’enveloppait dans un drapeau à croix blanche sur fond écarlate?"

Ce n'est pas trop la mentalité du pays. Certes on voit de ci, de là, quelques cabas ou T shirts qui annoncent la couleur, mais ce que j'ai trouvé de plus proche c'est ça : https://www.kostuemverleih-kaiser.ch/images/kostuem-ideen/kostuemverleih/Nikolaus-Kostuem-mieten.jpg

En revanche, d'autres cultures regorgent d'exemples qui passent presque inaperçus tant ils sont intégrés dans les moeurs depuis un demi-siècle :
https://www.google.ch/search?q=Habits+en+drapeau+anglais&client=firefox-b&dcr=0&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ved=0ahUKEwjvj6OjluPWAhVF1BoKHbU-D5kQsAQIJg&biw=2163&bih=1132

Écrit par : PIerre Jenni | 09/10/2017

Heidi se dévergonde...

Écrit par : Ambre | 09/10/2017

https://i.pinimg.com/736x/c1/f3/86/c1f386c8bbb65edf391f0126133c99c9--sexy-girls-bikini.jpg

Les couleurs du drapeau breton sont plus sobres. Je-dis-ça-je-dis-rien.

Écrit par : Ambre | 09/10/2017

Un patrimoine historique admirablement mis en relief...

Écrit par : rabbit | 09/10/2017

https://i2.cdscdn.com/pdt2/8/6/8/1/300x300/pla24868/rw/freegun-boxer-boyz-phare-breton.jpg
Hum ! Je me demande ce qu'en penserait "la Paulette" ?
Je recherchais la définition du "broussetou" et je tombe là-dessus :
http://salem.blog.24heures.ch/archive/2007/05/30/po%C3%A9sie-vestimentaire.html
Le monde est petit ;-))
... et Rabbit était déjà en train d'approfondir le sujet... Il y a dix ans !

Écrit par : Ambre | 09/10/2017

Vous croyez que c'est le même ? C'était avant son départ pour la Chine, où il a atteint l'éveil pur et parfait ; il y en a même qui disent qu'ils l'ont vu voler...

Écrit par : rabbit | 09/10/2017

Les commentaires sont fermés.