29/04/2018

Ces mots inélégants qui nous échappent

Involontaires et volatiles, tels ces calembours que Victor Hugo assimilait aux fientes de l’esprit, des expressions disgracieuses, parfois franchement cracras,  s’échappent souvent de notre bouche et nous font détester notre propre voix s’il nous arrive de la réentendre. Ce ne sont que des «pas de souci», des «tu vois», des «j’avoue», des «j’allais le dire» et des «j’entends bien». Tout un carillon discordant de bévues verbales, de tics qui emaillent le langage ordinaire sans y être d’aucune utilité. Les lexicographes y voient des effets de mode ou de mimétisme, relayés par les médias et qui se propagent dans les réseaux sociaux. Dans un essai paru en octobre dernier*, l’avocat parisien Bertrand Périer, expert en art oratoire, ne sous-estime pas ces mots parasites, même s’il ne veulent plus rien dire à force d’être utilisés à tort et à travers. Le locuteur y a recours pour combler un silence qui, s’il est «habité », devrait faire partie de la conversation, comme une «pensée muette ». Or la gent papotière a horreur du silence, même s’il est éloquent.

Le phénomène se vérifie avec une certaine modernité via les smartphones, quand par exemple votre nièce Britney Décosterd se contente, sans plus hurler dans le sien, de susurrer un «aha ma jolie, compte sur ma discrétion». Puis soudain se met à minauder en soprano coloratur: «Mais oui, je suis toujours-là!», quitte à irriter les autres passagers du LEB entre Bercher et Cheseaux… Cette obsession de ponctuer toute pause verbale par des interjections superflues porte le nom scientifique de fonction phatique. Un mot issu du grec ancien phatikós (« discursif »), et qui me renvoie à mes anciennes lectures universitaires. Selon le grand linguiste russe Roman Jakobson, cette fonction du langage ne sert qu’à établir, prolonger ou interrompre la communication. «A vérifier si le circuit fonctionne: «allo, vous m’entendez?». A attirer l'attention de l'interlocuteur ou à s'assurer qu'elle ne se relâche pas». Et à l’autre bout du fil, ce ne sont que des «hm-hm»…
Depuis l’avènement de la téléphonie sans fil, on n’entend plus des « Allo, j’écoute » mais des «Salut, t’es où?». Plus un joyeux assortiment de «Jte jure! de «Vas-y wesh!», et de «Putain, c’est ok ma caille! »

*La parole est un sport de combat, Ed. Lattès, 220 p.

Commentaires

C'est un combat perdu d'avance. Et après tout, ces déviances ont du bon. On sait immédiatement qu'on a à faire à un crétin quand celui-ci nous utilise des "pas de soucis" ou autres.
PS. J'en profite pour féliciter rabbit pour sa malhonnêteté intellectuelle dans son dernier commentaire...
J'avais déjà vu ça dans le milieu professionnel, mais pas dans l'entertainment...

Écrit par : Géo | 29/04/2018

Aha ? Le rubbish rabbit étant englué sur les rives du Mékong, on en profite pour se gausser ? Attendez son retour au milieu de l’empire pour en subir les conséquences. Cela dit, j’ai trouvé le job qui va sortir Géo du marasme : un hôtel à vendre au centre historique de Vientiane. Pour avoir lu quelques romans dont l’action se déroule dans l’ancienne Indochine, les hôtels y sont le cadre de nombreux drames et de tous les trafics. Surtout quand leur gestion est confiée à des Chinois. En ce qui concerne ces derniers, leur communauté du Laos me tient en grande estime grâce à l’aura distante, mais efficace, de Mme Rabbit. Le vieux colonial qui sommeille en Géo ne devrait pas laisser échapper une occasion pareille. Je vais commencer les négociations, ce que j’ai raconté à son sujet semble avoir éveillé leur attention...

Écrit par : rabbit | 30/04/2018

Dans votre rue, Géo, vous allez prochainement remarquer une limousine, dont les occupants de type asiatique ont l’air d’attendre quelque chose. “Quelque chose, mais quoi ?”, comme disait le professeur Borschberg. Leur apparente impassibilité cache une détermination farouche. Plus vite vous aurez signé les papiers pour l’hôtel, et l’argent en leur possession, plus vite ils disparaîtront de votre vue. Mais pas de votre vie ; ça, il faut le savoir...

Écrit par : rabbit | 30/04/2018

J'ai goûté aux joies asiatiques quand j'ai travaillé à Timor-Est sous domination indonésienne. Vous me direz que si le touriste ordinaire se fait une vision du pays à travers ceux qui se font du blé en accueillant le touriste, le travailleur CICR de base se forge une opinion au contact des militaires en place pour brimer ceux qu'il est censé défendre. Assez subjectif, je le concède.
L'occasion pour moi de vous narrer l'anecdote la plus navrante de ma carrière dite humanitaire. Je sors le soir de mon restaurant préféré (chinois...) à Dili et je m'aperçois que la montagne est en feu. Comme en Corse, le feu de forêts est là-bas le sport national n°1. Je prends mon appareil de photo pour essayer de fixer ça sur la pellicule, toujours la tête en l'air. Un type casqué et masqué, en civil mais matraque en main fonce sur moi et me braille dessus : "no picture, no picture !" Et je m'aperçois que lui et ses comparses mène un groupe de personnes les mains liées derrière le dos vers je ne sais que trop quel destin...
Une mission à Timor était à cette époque une bonne occasion de se rendre compte à quel point les voies de l'Orient sont impénétrables. J'ai été invité par le frère de José-Ramos Horta, (prix Nobel de la Paix et dirigeant de Timor après l'Indépendance), figure de l'indépendantisme. Sauf que ce frère, Arsenio, était lui très pro-indonésien...

Mais comment s'appelait cet écrivain français qui a pas mal écrit sur l'Indochine et les prémices de la guerre ?

Écrit par : Géo | 01/05/2018

Jean Hougron. http://www.souvenirfrancais-issy.com/2016/08/les-ecrivains-d-indochine-1-les-romanciers.html
Vous connaissez ?

Écrit par : Géo | 01/05/2018

Tout lu avec passion il y a plus de 40 ans. Des récits qui ont précédé ma propre expérience de la vie d’expat dans les pays exotiques. Je pensais encore hier à Hougron, en voyant plusieurs hommes européens et leurs compagnes au look laotien, thaïl ou cambodgien, le soir aux terrasses des restaurants. Tout se transforme et rien ne change. Que va dire Madame Rabbit à ce sujet ?

Écrit par : rabbit | 02/05/2018

Un pote m'a envoyé cet extrait qui semble en dire long sur les préoccupations de l'écrivain avec les mots :

« Les mots que nous employons ne correspondent plus au monde. Lorsque les choses avaient leur intégrité, nous ne doutions pas que nos mots puissent les exprimer. Mais petit à petit, ces choses se sont cassées, fragmentées, elles ont sombré dans le chaos. Et malgré cela nos mots sont restés les mêmes. Ils ne se sont pas adaptés à la nouvelle réalité. Par conséquent, chaque fois que nous essayons de parler de ce que nous voyons, nous parlons à faux, nous déformons cela même que nous voulons représenter. Ce qui a fait un gâchis terrible. Mais les mots admettent le changement. Le problème c’est comment le prouver.»

Auster Paul, Trilogie new-yorkaise,cité de verre

Je me réjouis de vos commentaires.

Écrit par : PIerre Jenni | 02/05/2018

Et pour rabbit, j'ai beaucoup pensé à lui en visionnant "The China hustle" sur Netflix. Un documentaire qui en dit long sur la suite des subprimes. Mais j'imagine que rabbit n'a pas d'abonnement Netflix. Dommage.

Écrit par : PIerre Jenni | 02/05/2018

"Les mots que nous employons ne correspondent plus au monde" Cela commence très mal. Le problème, c'est le "nous". Les gens en charge de nous faire part de la réalité environnante s'efforcent de modifier notre vision. Les véganes n'auraient aucune existence sans les médias actuels, presse écrite ou audio-visuelle, par exemple. Il s'agit d'une secte de cinglés et la seule chose qui intéresse les journalistes - les gens en charge de nous faire part de la réalité environnante...- , c'est de faire du bruit. Non pas pour vendre, les journalistes pensent que leurs patrons sont des sales capitalistes et donc..., mais pour se faire un nom. Le 99.99% des journalistes sont des pervers narcissiques - tous sauf Gilbert Salem, si vous voulez...- et au fond d'eux-mêmes, ils se réjouissent de la faillite de l'entreprise capitaliste qu'est un journal. Et ils pensent tous qu'ils s'en tireront tous très bien en devenant écrivain. Ils s'apercevront que les gens ne lisent plus, ils écrivent...

Aujourd'hui en Suisse, ouverture d'un procès à Fribourg qui met en jeu la BERD et quelques oligarques russes. La salle du tribunal n'est pas assez grande pour tous les avocats et sent la beuze et le vieux lait. On est à Fribourg. Et en Suisse. Les Suisses et les Fribourgeois sont de braves gens, certes. Mais sans plus.
On a un bien beau pays, avec un ministre des Affaires étrangères fribourgeois dont la femme, Babette, claque une bise à l'Impératrice du Japon, déesse vivante. Il n'y a qu'une Fribourgeoise pour faire un truc pareil. Tellement plouc que finalement, les Japonais ont renoncé à désintégrer Joseph Deiss et sa moitié fondue.
J'ai entendu Pascal Corminboeuf raconter l'histoire du Conseil d’État fribourgeois invitant l'ambassadeur de l'UK et chanter à la fin du banquet :
https://www.youtube.com/watch?v=TwroDoviojs
M'étonnerait que cela ait amélioré les relations entre la Suisse et l'Angleterre...
Mais les Suisses aiment persévérer dans l'erreur et ils ont nommé un Fribourgeois n°2 du département. Heureusement aujourd'hui relégué dans un placard, après moult conneries.

Écrit par : Géo | 02/05/2018

Et quel placard ! Il va se la prendre violent avec ses avions. Déjà que Maurer n'avait pas fait fort. https://www.letemps.ch/monde/suede-un-accord-historique-contre-lextreme-droite

Écrit par : PIerre Jenni | 02/05/2018

Oups, je confonds Fribourg et Vaud. Que voulez-vous, Genf c'est loin de tout...

Écrit par : PIerre Jenni | 02/05/2018

Pour en revenir à Auster et son souci des mots, voici ce que j'ai répondu à mon pote :

Je suis un fan de Paul Auster.
Mais sur ce coup je ne suis pas en phase.
Les choses n'ont pas d'intégrité, seule la définition qu'on en donne leur permet d'être habillés d'une caractéristique. Le chaos ne provient pas de l'inadéquation des mots avec le monde mais de notre conception du monde qui évolue et qui ne trouve plus les mots pour le dire. Lorsque nous essayons de décrire le monde tel que nous le voyons, nous parlons toujours à faux car nous ne détenons qu'une part des informations qui l'expliquent. Avec le temps nous en prenons conscience et nous découvrons la limite des mots. Je dirais donc que celui qui aime les mots devrait commencer à envisager le silence. Leur faire hommage sans les utiliser à tire larigot ou alors sans la prétention d'expliquer mais juste d'échanger sans rien attendre. Seulement voilà, c'est le seul outil dont nous disposons pour tenter d'expliquer les questions existentielles fondamentales. Vouloir prouver quoi que ce soit c'est encore avoir besoin de se rassurer, de donner du sens et de le communiquer. Je défie Auster d'inventer des mots qui décriraient plus et mieux la réalité indicible.

J'imagine sans autre la frustration que doit éprouver un écrivain qui ne trouve plus les mots.
J'ai commencé à réaliser l'ampleur de son malaise avec son ouvrage "Chronique d'hiver" où il discute avec un pote.
Je me suis dit, tiens, il n'a plus rien à dire.
En fait, je pense qu'il arrive à un point bascule où il réalise à quel point il a beaucoup bavardé. Son besoin d'authenticité presque pathologique l'oblige à remettre en question la matière même qui lui a permis de vivre.
Je trouve cela admirable car peu ont ce courage. Mais c'est aussi un forme de narcissisme que de mettre en scène ses interrogations profondes. La solitude provient très certainement de cette manière autocentrée qui empêche le recul.
Je ne lui jette évidemment pas la pierre, mais je dois avouer que je suis sous le charme de ceux qui savent disparaitre de l'équation comme Gilbert Salem avec ses écrits sur le terroir, empreint d'humanisme basique et surtout d'un émerveillement permanent pour tout, sans jugement. Il observe le monde depuis nulle part et n'en attend rien.
http://salem.blog.24heures.ch/

Écrit par : PIerre Jenni | 02/05/2018

Lorsque rabbit a l’occasion de voir un film, événement assez rare, ce sont toujours les mêmes mais avec un regard différent. Même rabbit et même film, où est la différence ? C’est la question du temps, à mettre en parallèle avec votre problème de signe et de concept, de signifiant et de signifié. Or le temps n’existe pas, ce n’est qu’une mesure comparative. Tout comme la réalité, qui n’est qu’une valeur ajoutée au temps. Bien! À Vientiane, il pleut encore : dure réalité ! Comment passer son temps ? En regardant un film dont je peux comprendre la langue, c’est une occasion à saisir.

Écrit par : rabbit | 03/05/2018

"Le chaos ne provient pas de l'inadéquation des mots avec le monde mais de notre conception du monde qui évolue et qui ne trouve plus les mots pour le dire."
On a l'impression que vous n'avez jamais entendu parler de la "novlangue", prédiction d'Orwell qui se réalise sous nos yeux. Les idéologies ont une langue et l'idéologie mainstream actuelle de notre monde suisse aussi. Par exemple,les journalistes suisses qui parlent d'extrême-droite à propos de l'UDC sont-ils de simples menteurs ou des manipulateurs ? Le choix de cette qualification est évidemment d'influencer le public le plus fragile et le plus influençable.
On a toujours les mots pour dire le monde, encore faut-il le vouloir...

Écrit par : Géo | 03/05/2018

rabbit@ Et c'était quoi le film ? Visionner un film dans un pays exotique est une expérience assez enrichissante. Au Burkina, à Léo plus précisément, celui que le réalisateur du film voulait présenter comme un héros était vu par la salle comme le dernier des salopards. Il voulait dénoncer ses copains GI au Vietnam qui avaient violé et tué une fille (et une partie du village...) pour venger la mort d'un des leurs...

Écrit par : Géo | 03/05/2018

Je me souviens de « La 317e section », film vu en compagnie d’un ancien légionnaire d’Indochine et d’Algérie, au cinéma en plein air de Richard Toll. Comme l’endroit est situé au bord du fleuve, il m’avait prévenu : « il y aura des moustiques, faudra mettre votre tenue de combat ». Ambiance très dextrisante, comme on aime à les retrouver parfois pour un bref flashback.

Écrit par : rabbit | 03/05/2018

Au fait, je viens de manger chez un Alsacien de Vientiane, qui me rappelait le sergent du film. Ambiance 100% rétro.

Écrit par : rabbit | 03/05/2018

Une choucroute avec des nems à la place de schubligs ?

Écrit par : Géo | 03/05/2018

Non, mais le riesling était allemand, donc trop sucré...

Écrit par : rabbit | 04/05/2018

Ah oui, le vin allemand est sucré. Découverte lors d'une excursion au Nördlinger Ries...
Heureusement qu'ils ont de très bonnes bières...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Astrobl%C3%A8me_du_N%C3%B6rdlinger_Ries

https://fr.wikipedia.org/wiki/Reinheitsgebot

Écrit par : Géo | 04/05/2018

A propos des tics de langage évoqués par Gilbert, avez-vous lu le dernier billet de l'ultramarxiste-léniniste du Lavaux? Il est à la macroéconomie ce que McDonald est à la gastronomie.

Écrit par : rabbit | 04/05/2018

Faudra un jour remettre à jour vos références rabbit. Ce que vous appelez macro-économie n'existe plus. Thaleb and Co sont dépassés par les évènements.
Plus personne n'est aujourd'hui capable d'expliquer les mécanismes, la roue s'est emballée, l'axe va péter.

Écrit par : PIerre Jenni | 04/05/2018

Moi, je vous recommande le café des hauts-plateaux du Laos : force et équilibre. Un vrai plaisir avec un Montecristo.

Écrit par : rabbit | 04/05/2018

« Les idéologies ont une langue et l'idéologie mainstream actuelle de notre monde suisse aussi. Par exemple,les journalistes suisses qui parlent d'extrême-droite à propos de l'UDC sont-ils de simples menteurs ou des manipulateurs ? Le choix de cette qualification est […] »

Perso, j'aime bien me poser en observateur: comparer et disséquer les certitudes des idéologues de camps opposés. Si chacun, qu'il défende le lard ou le cochon, a sa "novlangue" bien a lui, la manière de faire passer le message, offre parfois une vision éclairante sur l'honnêteté de l'auteur et la véracité du message.

Mais ça se complique lorsque un camp emprunte la novlangue de l'autre pour brouiller les pistes…

Par exemple, aujourd'hui sur le blog de Montabert, difficile de savoir si c'est Corto ou Montabert qui a pondu le billet.

Écrit par : petard | 04/05/2018

C'est Montabert, et curieusement il n'a pas publié mon commentaire qui le félicitait de son analyse, qu'on n'est pas près de voir dans la presse romande pro-"marxiste" "palestinien" (en réalité facho - arabe...).

Écrit par : Géo | 04/05/2018

On trouve des Montecristo à Vientiane ? Des restes de l'aide internationaliste du Lider maximo que l'on ne connaissait pas ? Ce serait une découverte archéologique extraordinaire...

Écrit par : Géo | 04/05/2018

Amusant de voir tous ceux qui ont retourné leur veste par rapport à Trump depuis qu'il fait ami-ami avec les néoconservateurs et autres faucons.

Et quand on lit le billet précédent de Montabert où il dresse le portrait de l'ex-chef du FBI, on voit quand-même à quel point les Américains sont capables de tous les coups tordus. Ça en dit long sur l'honnêteté des uns et des autres.

Désolé, mais le dernier post de Montabert pue l'enfumage plein nez. Il n'a amené aucune preuve de ce qu'il avance. Aucune.

Écrit par : petard | 04/05/2018

« Je passe rapidement sur les nombreux éléments allogènes de nos sociétés qui attendent "l'incident nucléaire" avec impatience pour pouvoir faire la fête avec force klaxons et youyous dans les rues, façon but en finale de Coupe du Monde de football.»

Il a notamment écrit ça Montabert... je savais pas qu'il buvait !

Écrit par : petard | 04/05/2018

On retrouve ces caractéristiques chez les gens qui cherchent de nouveaux débouchés en politique, parce que leur carrière professionnelle est décevante. Et ils sont nombreux dans ces blogs 24H./TdG. Malheureusement, ça ne s’improvise : il faut un “certain” bagage pour être crédible. Ou alors, c’est la langue de bois coco/facho ou la démagogie populacière. Même avec un bon plan marketing et une stratégie publicitaire coûteuse. Pour convaincre, il faut savoir rédiger avec philosophie et psychologie. Si l’on a ces qualités-là, il vaut mieux en faire profession: la politique, c’est n’est ni une occupation sérieuse, ni une activité honorable.

Écrit par : rabbit | 05/05/2018

Sauf qu'il faudrait essayer d'éviter de noyer le poisson. A l'époque de la signature de ce traité avec les Iraniens, nous étions nombreux à avoir des doutes sur la capacité de ces derniers à en respecter les termes. Et à penser que leur volonté d'acquérir la bombe atomique n'avait pas varié d'un iota malgré leurs dires. Est-il souhaitable pour l'équilibre des forces actuel que l'Iran possède cette arme ? Je ne le pense pas, pour ma part. Mais comme d'habitude, mon opinion et celles de l'immense majorité des citoyens de cette planète n'a strictement aucune importance. On sent une volonté farouche de la part de certains de relancer une guerre, d'abord contre les intérêts russes mais aussi contre les ennemis d'Israël. A cause de la guerre en Syrie, les Israéliens ont maintenant les Iraniens à leur frontière. Et ils ne vont pas éternellement être en mesure de détruire les convois d'armes à destination du Hezbollah.
Et jusqu'à preuve du contraire, le but premier des Iraniens est de détruire Israël. Même s'ils n'ont plus un président maladroit qui le proclamait urbi et orbi...Et de réduire l'influence des puissances sunnites de la région. Ces conflits durent depuis des millénaires, merci de ne pas l'oublier...
Cela posé, la guerre là-bas semble inévitable. Cela n'aura aucune incidence sur la vie quotidienne des Américains, comme d'habitude, mais cela va faire mal en Europe. Alors, il n'y aura peut-être pas des youyous dans les rues. Peut-être pas, peut-être pire...

Écrit par : Géo | 05/05/2018

Merci pour ce petit éclairage en diagonale...

Mais il y a des éléments qui ne collent pas et c'est déroutant:

- Sur le plateau de ce "théâtre", les Russes sont alliés avec les Iraniens. Les Iraniens ont besoin des Russes pour toute leur technologie guerrière et pour tout le reste, puisque sanctions occidentales.
Pourquoi les Iraniens se casseraient-ils la tête à vouloir fabriquer une bombe atomique, puisque de facto ils bénéficient de la protection des Russes et à la rigueur les Russes pourraient aussi leur livrer "par dessous la table" un peu de leur "surplus".

- Les Russes ne veulent pas la radiation d'Israel, et ils ne permettraient pas à leur "alliés" ce genre d'aventure.

- Les ennemis régionaux d'Israël ne veulent pas qu'Israël s'agrandisse en débordant sur ce qu'ils considèrent comme leurs territoires. Aussi, Israël a en première ligne dans le viseur, ses ennemis provenant du camp chïte et non du sunnite.

- Dès lors, Israel n'en a rien à battre de l'EI, Daech et Al Quaida.

- Les musulmans terroristes, ennemis de la population occidentale, sont des sous-chapelles du camp sunnite... Bizarrement, ils sont aussi les ennemis des ennemis d'israel.

C'est vraiment le vrai bordel !

Écrit par : petard | 05/05/2018

Aujourd'hui, j'ai fait deux heures et demie d'avion et une heure quinze de métro. Ce fut une journée bien remplie. Pourquoi vous prendre la tête a spéculer sur l'issue de faux problèmes qui peuvent se dégonfler d'eux-mêmes, comme ce fut le cas avec le petit Kim : le monde était un instant au bord du gouffre, puis on passe à autre chose pour terroriser le bourgeois.

Écrit par : rabbit | 05/05/2018

"C'est vraiment le vrai bordel !" Voilà au moins un point où nous sommes d'accord...
Maintenant que rabbit s'est planqué en Chine, on voit qu'il n'a plus peur de se prendre dix millions de réfugiés supplémentaires sur la tronche...

Écrit par : Géo | 05/05/2018

Il y a une semaine, mes amis et moi avions convenu de nous retrouver à une station de métro peu fréquentée, pour être sûrs de ne pas nous manquer. J’arrive donc à la station Huashenmiao : personne sur les quais. Une station bien tranquille, en effet, ce qui est rarissime en Chine. Par contre, le son de l’un de mes concertos préférés pour piano de Mozart sortait des hauts-parleurs. Il est des lieux où règne l’esprit, selon Barrès. Ou alors, l’Intelligence Artificielle qui voit tout et contrôle tout a voulu m’envoyer un signe... Mais comment l’interpréter?

Écrit par : rabbit | 06/05/2018

Dans les forêts que je fréquente, certains oiseaux semblent s'inspirer des sonneries de téléphone portable. Est-ce aussi la faute de l'IA ? L'autre jour, un ami qui possède deux chevaux se balade en forêt avec sa fille. C'est lui qui a remarqué qu'ils ont croisé au moins trois caméras cachées dans les arbres. Tout va bien...

Écrit par : Géo | 06/05/2018

Depuis un mois, j’ai été photographié avec la caméra qui permet d’identifier quelqu’un dans la foule, mes empreintes digitales circulent dans tout l’empire, ma biographie est sur les réseaux et j’ai sans doute été scanné à mon insu, pour savoir combien d’années il reste à mon compteur.

Écrit par : rabbit | 06/05/2018

L'autre jour à la télé, j'ai vu la présentation d'un genre de tablette produite à partir d'un matériau recyclable et qui n'avait pas besoin d'accu ou de pile pour fonctionner.

Curieusement, l'objet comprenait de multiples écrans tactiles pliables très très minces empilés les uns sur les autres que l'on pouvait glisser avec le doigt pour passer de l'un à l'autre.

Le modèle présenté permettait de lire du texte et des graphiques en noir sur fond blanc. Des modèles avec texete et images en couleur existent aussi, mais c'est plus cher. On arrête pas le progrès !

Écrit par : petard | 06/05/2018

Bon, très bien. Et alors ?

Écrit par : Géo | 06/05/2018

« Et alors ? »

Et alors quoi... Et alors, t'a pas de "tablettes" bien jaunies et écornées, plein les étagères...

Écrit par : petard | 06/05/2018

En Chine, on fabrique des écrans que l'on peut plier, rouler et tordre. Mais pourquoi bon Dieu ?

Écrit par : rabbit | 06/05/2018

« certains oiseaux semblent s'inspirer des sonneries de téléphone portable »

Vraiment pas cons les oiseaux de nos jours… C'est comme ce visionnaire de Mozart qui s'est inspiré du message d'alerte facebook du smartphone de Britney Décosterd…

Écrit par : petard | 06/05/2018

Ne vous moquez pas de Mozart, il ne postait pas des commentaires sans queue ni tête dans les blogs, lui...

Écrit par : Géo | 06/05/2018

Cela dit, juste quelques points qu'il n'est pas bon de laisser passer .
"- Sur le plateau de ce "théâtre", les Russes sont alliés avec les Iraniens."
Alliés de circonstance, comme entre la Turquie. Mais ennemis de toujours...
Les Iraniens ne peuvent compter sur l'aide des Russes que dans la mesure où les intérêts de ces derniers sont concernés. Dans l'affaire de la bombe atomique iranienne, ce n'est pas le cas.

"- Les Russes ne veulent pas la radiation d'Israel, et ils ne permettraient pas à leur "alliés" ce genre d'aventure."
Les Iraniens n'ont rien à battre de l'avis des Russes sur cette question.

"- Les musulmans terroristes, ennemis de la population occidentale, sont des sous-chapelles du camp sunnite... Bizarrement, ils sont aussi les ennemis des ennemis d'israel."
Ceux-là n'entrent pas dans l'équation. Cela dit, Israël ne craint pas Daech, parce que ce pays est organisé contre le terrorisme.

Écrit par : Géo | 06/05/2018

« ennemis de toujours... [...] les Iraniens ne peuvent compter sur l'aide des Russes que dans la mesure où les intérêts de ces derniers sont concernés. Dans l'affaire de la bombe atomique iranienne, ce n'est pas le cas. »

Parce que les Iraniens auraient réinventé tout seuls de A à Z toute la technologie nécessaire au développement d'une bombe atomique ? Ils n'auraient été aidés par personne ? Juste par Allah...

Même pas nous, suisses avec tous nos super docteurs EPFZ /EPFL on en serait pas capable sans l'aide des Français ou des Américains.

N'importe quoi !

Radiation d'Israël - « Les Iraniens n'ont rien à battre de l'avis des Russes sur cette question »

Non mais, je rêve... Si les Iraniens frappaient Israël, ils se prendraient quelques ogives en retour sur la tronche... et à côté, à quelques épaisseurs de papier à cigarettes, il y a la Russie... Je ne pense pas que les Russes apprécieraient la partouze.

Mozart - « il ne postait pas des commentaires sans queue ni tête dans les blogs »

Ok, on a pas le même humour, c'est pas grave. Mais je suis curieux de connaître le tien.

Écrit par : petard | 06/05/2018

Calmez-vous les jeunes ! Je viens de trouver le centre commercial ***** de vos rêves. On y trouve des yoghourts Emmi, des biscuits Kambly, de la confiture Hero, de l’eau minérale des îles Fidji ou d’Islande, des voitures Tesla, et vous pourrez offrir à vos fiancées un petit quelque chose de chez Cartier pour la fête des mères (ce qui n’est plus incompatible de nos jours, vu l’évolution des mœurs). En Chine, vous allez retrouver le vrai plaisir du shopping. On dit: « merci rabbit ! »

Écrit par : rabbit | 07/05/2018

Y'a du Cenovis ?

Écrit par : petard | 07/05/2018

Et du coeur de filet de la boucherie Stuby à Vevey ?

Écrit par : commentaire sans queue ni tête | 07/05/2018

"Même pas nous, suisses avec tous nos super docteurs EPFZ /EPFL on en serait pas capable sans l'aide des Français ou des Américains."
Comme tu dis, n'importe quoi...
A l'heure actuelle, on tremble de peur qu'un groupe terroriste construise sa propre bombe atomique. Et quand le Conseil Fédéral suit les directives des Américains et détruit les plans des espions suisses qui les ont fourni aux Pakistanais, tout ce que la Suisse fait de plus stupide en matière de politiciens et de journalistes leur tombe dessus...

"Non mais, je rêve... Si les Iraniens frappaient Israël, ils se prendraient quelques ogives en retour sur la tronche... et à côté, à quelques épaisseurs de papier à cigarettes, il y a la Russie... Je ne pense pas que les Russes apprécieraient la partouze."
Cela n'empêche pas que les Iraniens n'ont strictement rien à fiche de l'avis des Russes. Et quand je dis Iraniens, je pense mollahs, bien sûr.

"Mais je suis curieux de connaître le tien" : "certains oiseaux semblent s'inspirer des sonneries de téléphone portable."

Écrit par : Géo | 07/05/2018

Le Cenovis est dans le portefeuille d'un consortium Russo-Qatari et les actifs de la boucherie Stuby sont détenus par le fils du président de la Guinée Equatoriale, en délicatesse avec la justice française. Au lieu de voir nos trésors nationaux partir en miettes pour des clopinettes, je conseillerais de vendre la Suisse d'un bloc à la Chine. Je peux m'en occuper si vous le voulez, c'est dans l'ordre de mes compétences...

Écrit par : rabbit | 07/05/2018

« et détruit les plans des espions suisses qui les ont fourni aux Pakistanais, »

Suffit pas d'avoir les plans...
Moi j'ai des copies de plans de la Tour Effeil, qu'est-ce que je peux foutre avec ???

1. Cela dit, je PERSISTE à dire que faute de moyens techniques et scientifiques, on serait dans ce pays dans l'impossibilité de fabriquer une bombe atomique.

2. Même en matière de nucléaire civil on est largué. Ce n'est plus enseigné dans les unis suisses,

Renseignes-toi Nom de dieu !

(Jean-François Dupont, ingénieur physicien EPFL) j'avais à l'époque son No de tél, je l'ai plus, regardes si tu trouves sur internet.

« A l'heure actuelle, on tremble de peur qu'un groupe terroriste construise sa propre bombe atomique »

Ça c'et dans les films...... américains !

« Cela n'empêche pas que les Iraniens n'ont strictement rien à fiche de l'avis des Russes »

C'est peut-être ton opinion, mais comment peux-tu prouver cela ?

Moi je ne sais pas s'ils en ont à fiche ou pas... Mais LOGIQUEMENT ce point de vue ne tient pas. La Russie est à 2 mètres !

"certains oiseaux semblent s'inspirer des sonneries de téléphone portable."

oui, c'est pour ça que j'ai parlé de la "tablette" vue à la télé... ça te fait pas rigoler, ok, ben ris pas !!!

Écrit par : petard | 07/05/2018

« Au lieu de voir nos trésors nationaux partir en miettes pour des clopinettes, je conseillerais de vendre la Suisse d'un bloc à la Chine.»

Je suis pas sûr qu'en "paquet global" ce soit le plus rentable...

J'ai un pote spécialisé dans le "négoce" de vieilles voitures de collection qui n'arrivait plus à vendre ses vieilles guimbardes au "juste prix"... il a eu l'idée de les vendre par pièces détachées et ça fait un carton... Pour le Cenovis, c'est vrai qu'il faut le pain et le beurre qui vont avec...

Écrit par : petard | 07/05/2018

"Mais LOGIQUEMENT ce point de vue ne tient pas. La Russie est à 2 mètres !"
Je ne voudrais pas manquer de respect à la sublime religion du sublime prophète, mais disons que la LOGIQUE OCCIDENTALE n'est peut-être pas sa préoccupation première.
(La Russie a retardé pendant des mois la livraison de l'uranium pour la centrale de Bouchehr, prétextant un différend financier, alors qu'il s'agissait, en accord avec les États-Unis et les Européens, de faire pression sur Téhéran qui refusait d'interrompre ses opérations d'enrichissement, cf Le Figaro 6 février 2009)

"Suffit pas d'avoir les plans...
Moi j'ai des copies de plans de la Tour Effeil, qu'est-ce que je peux foutre avec ???"
A la fin de l'URSS, les stocks de matière première idoine étaient en vente libre. La seule chose qui manquait, c'étaient les plans. Les Pakistanais y sont arrivé...
"Même en matière de nucléaire civil on est largué. Ce n'est plus enseigné dans les unis suisses," Entre le CERN et les EPF, il doit rester quelques compétences...

rabbit@ "je conseillerais de vendre la Suisse d'un bloc à la Chine."
Laissez-nous digérer les 40 milliards de Syngenta...
En fait, les Suisses sont en train de se rendre compte que laisser les ploutocrates tout bouffer a quelques inconvénients. Voir ce qui s'est passé à Crans-Montana. Après ça, il devient difficile de parler de la bienveillance des grands manitous qui mangent tout. A votre avis, les Chinois vont-ils racheter Air France, qui va partir en quenouille d'ici peu ?

Écrit par : Géo | 07/05/2018

On ne va pas non plus faire dans les centimes (ni le sentiment) : on travaille au forfait, ça endort le client. Pour la Suisse, ils voudront valoriser le deal d'après le montant du PIB annuel, qui est inférieur au Revenu National Brut. Avec une commission de 15%, ça nous laisse tout de même quelque chose comme 99 milliards de CHF. Ce n'est pas négligeable par les temps qui courent. Somme avec laquelle on peut s'offrir le Sri Lanka, l'Equateur ou la Slovaquie. À vous de voir. Un pays où l'on pourrait nommer Géo: "Maréchal-Président à vie". Avec son expérience de l'Afrique, il devrait pouvoir faire l'affaire.

Écrit par : rabbit | 07/05/2018

KLM s'est déjà fait avoir dans le passé, et il y a tellement de compagnies aériennes en Chine qu'il leur suffit d'étendre leur réseau à l'ouest. C'est même déjà en cours, à ce que j'ai constaté récemment.

Écrit par : rabbit | 07/05/2018

« disons que la LOGIQUE OCCIDENTALE n'est peut-être pas sa préoccupation première »

Sur la sublime religion du sublime prophète, je pense que nous partageons les mêmes sentiments... mais ça ne veut pas dire qu'ils sont complètement neuneu.

Sur les préceptes du sublime prophète, il y a entre EUX eu NOUS un fossé de douze milles océans... mais n'allons pas croire qu'ils ne comprennent pas les concepts marketing des biscuiteries occidentales... pour becqueter des pétrodollars c'est jamais ramadan.

Écrit par : petard | 07/05/2018

"Sur la sublime religion du sublime prophète, je pense que nous partageons les mêmes sentiments... mais ça ne veut pas dire qu'ils sont complètement neuneu."
Les théocrates au pouvoir à Téhéran veulent la bombe pour bien faire comprendre à leurs voisins qu'ils sont une grande puissance, pas pour l'utiliser. Ce truc de la bombe est le même partout, pas de quoi fouetter un Shah...
Pour ce qu'il en est des relations entre la Russie et l'Iran, il y a tout ce qu'il faut sur Wikipedia. On y rappelle qu'au 19ème, l'Angleterre et la Russie se partageaient ce pays. Aujourd'hui, vu l'attitude de l'Occident envers la Russie, il y a rapprochement sur certains intérêts communs et cela s'arrête là.

rabbit @ De "Maréchal-Président à vie", je n'ai que les moustaches. Encore sont-elles assez peu convaincantes. Vous avez vu que Philip Kerr est mort, d'un cancer à 62 ans ? Très ennuyeux. Moi qui me réjouissais de chaque sortie du roublard Bernie Günther. Vous avez lu le dernier avec Somerset Maughan ?
Maurane aussi, adios, 57 ans. Caramba, la Camarde se rapproche...

Écrit par : Géo | 08/05/2018

Que faire en Chine, quand on a du temps devant soi ? Aller voir quelque spécialiste reconnu en médecine traditionnelle chinoise pour un diagnostic. Voilà pourquoi sur le coup de 14 heures, j'arrive devant l'hôpital provincial de Nanjing : le CHUV fait modeste à côté. Et comme la province compte 79 millions d'habitants, la foule de gens venus en consultation est à l'échelle. Je vous passe les formalités administratives, que j'ai dû déléguer en raison de mes faiblesse en 中文. Grâce à un piston, j'ai rendez-vous et passe immédiatement en consultation. La spécialiste est charmante et parle bien anglais. Elle palpe longuement mon pouls, puis plonge ses grands yeux noirs dans les miens. Mon réflexe, à ce moment, serait normalement de l'embrasser, mais le gentleman parvient à prendre le pas sur l'aventurier et on en revient au sujet. Je n'allais pas sacrifier les 20 mois déjà passés à essayer de m'intégrer dans ce pays, juste pour suivre mon tempérament artiste et me faire expulser. Bon, alors pour le reste : je reçois demain à domicile les sept différentes herbes préparées par la pharmacie de l'hôpital et je commence la cure. Ensuite on fait le point et on adapte la thérapie. De toutes façons, j'ai le temps et il vaut mieux mourir en bonne santé.

Écrit par : rabbit | 08/05/2018

Vous n'avez pas compris un truc important, rabbit. Je sais cela parce que je l'ai vécu hier même, à deux reprises très rapprochées. La charmante spécialiste a plongé ses grands yeux noirs dans les vôtres parce qu'elle a immédiatement compris que vous étiez passé d'âge, inoffensif, périmé. Elle a reconnu un vieillard qui n'entre plus dans la catégorie "mâles dont il faut se méfier et prendre des distances".
Hier dans les recoins les plus sauvages de ma cambrousse, j'ai été reçu chaleureusement par successivement deux dames absolument charmantes. Eh oui, les zones les plus désertes de nos Alpes sont peuplées de fées, c'est bien connu. Et vu l'accueil, je parais aussi inoffensif que vous.

Écrit par : Géo | 09/05/2018

petard@ Dans C dans l'air d'aujourd'hui, sur l'Iran évidemment : "la Russie n'a que deux alliés : le gaz et le pétrole..."

Écrit par : Géo | 09/05/2018

Ce que vous me dites là, Géo, me rassure dans un sens. J’avais tout à craindre d’un intérêt motivé par des signes extérieurs de richesse. Je peux donc continuer à fantasmer en paix dans les hôpitaux chinois. Vous saviez que ma première femme était infirmière, quand je l’ai rencontrée?

Écrit par : rabbit | 10/05/2018

Je n'ai fait qu'un séjour à l'hôpital, pour une opération de la hanche. Depuis, je considère les infirmières comme les Nymphes, des êtres entre divinité et humanité.
Mais que les matérialistes se rassurent : je trouve aussi qu'elles devraient être mieux payées...

Écrit par : Géo | 10/05/2018

« Dans C dans l'air d'aujourd'hui, sur l'Iran évidemment »

Je vais voir QUI sont les invités... mais je pense qu'il n'y a pas de miracle, toujours les mêmes.

Écrit par : petard | 10/05/2018

En effet, même en France, on ne trouve pas sous les sabots des chevaux des gens capables de dire des choses intelligentes sur des sujets pareils. Il m'arrive d'être déçu et c'est en général quand il est question de la Russie. Il y a alignement des vieilles ganaches françouaises sur les intérêts américains sans trop d'esprit critique.
On verra ce soir, ce sera intéressant. C'est devenu un jeu avec une amie française : prévoir le sujet du jour. Aujourd'hui, ce n'est effectivement pas difficile...

Écrit par : Géo | 10/05/2018

Aujourd'hui, "ce n'est effectivement pas difficile" : en effet, ils parlent du cas Naomi et non de l'affrontement Israël - Iran...

Écrit par : Géo | 10/05/2018

C'était donc pour aujourd'hui. Très intéressant. J'espère que tu n'as pas manqué ça, petard. En particulier sur la question de la nature des relations entre Iran et Russie...

Écrit par : Géo | 11/05/2018

« J'espère que tu n'as pas manqué ça, petard »

J'en ai plus rien à foutre de ces conneries. Je ne crois plus que ce qui est binairement vrai ou digitale ment palpable (au toucher).

Tes potes du 51e Etat US sur leur confetti, auront fini par m'écoeurer définitivement. Allez tous vous faire voir avec vos Trump et idées à la con. Rideau !

Écrit par : petard | 11/05/2018

Montaient avait raison, c'est comme au foot: il y en a qui sont pour le Real, d'autres pour l'OM ou Benfica...

Moi pour personne, je déteste le foot !

Pour la guerre c'est pareil: Je déteste ceux qui la provoque, alors qu'ils fassent leurs besoins dans leur coin ou leur froc ! Salopards !

Écrit par : petard | 11/05/2018

Encore cet ulcère de l'estomac qui vous gâche le plaisir d'être au monde, si gai et si beau? Ou alors une surcharge de testostérone qu'il s'agirait d'évacuer avant de commettre un meurtre par procuration? Moi, je continue de découvrir des choses à la fois souterraines et fascinantes : hier, dans la station de métro Sanshanjie, j'ai entendu le premier mouvement du concerto pour clarinette en la majeur, de Mozart évidemment. Je vous plains de vivre dans un pays aussi sombre et brutal.

Écrit par : rabbit | 12/05/2018

Surcharge de testostérone sûrement pas... là-bas c'est férié pas que pour l'Ascension...

Je vais faire comme vous, réécouter Mozart, Ferré et Brassens... me replonger dans quelque livre de Louis-Ferdinand... de Camus... Je sens que je vais les aimer encore davantage...

Vous avez raison, il y a tellement de bonnes et belles choses pour s'échapper... pourquoi se pourrir la vie avec les turpitudes des tous ces enc... marchands de fausses vérités ?

Écrit par : petard | 12/05/2018

"J'en ai plus rien à foutre de ces conneries. Je ne crois plus que ce qui est binairement vrai ou digitale ment palpable (au toucher)."
Si on remonte le fil de ce billet, on voit que c'est un certain petard qui est venu avec le sujet de l'Iran tiré d'un billet de Montabert. Bref...

rabbit@ "Je vous plains de vivre dans un pays aussi sombre et brutal."
Sous quelle mauvaise influence poussez-vous le bouchon aussi loin ?

Écrit par : Géo | 12/05/2018

À vous lire, le ton est au pessimisme jubilatoire sur votre petit bout de planète : « Je viens, je ne sais d'où. Je suis, je ne sais qui. Je meurs, je ne sais quand. Je vais, je ne sais où. Je m'étonne d'être aussi joyeux. » Moi, je me sens bien, ce n'est pas normal : je devrais vérifier quelles herbes ils ont mis dans ma potion de médecine traditionnelle chinoise.

Écrit par : rabbit | 12/05/2018

La confiance dans l'indigénat devrait avoir ses limites pour l'honnête homme. Ingénieur chargé des questions hydrauliques au Quiqre en Angola, je me souviens d'une visite de source dans un bled pourri du sertão. Que nous étions censés aménager avec chambre de captation et tout ça. On tombe sur une équipe locale de spécialistes de la distillation de cachaça. Dans ce domaine, comme par hasard, pas besoin d'assistance technique. Étonnant, non ?

Assez rustique, l'alambique, mais fonctionnel. A la sortie, c'est bien de l'alcool qui sort, que nos spécialistes goûtent chaud, et ils sont très motivés à bien faire leur travail, à voir la rougeur de leurs yeux...
Tout cela a l'air presque sympathique jusqu'au moment où ils m'avouent améliorer leur produit en cassant des piles et mélanger leur jus avec le distillat...

Écrit par : Géo | 12/05/2018

Les commentaires sont fermés.