13/06/2018

Une maniclette au coeur des tournesols

L’été peu à peu s’installe avec ses orages, ses tiédeurs moites et des floraisons jaunes à la Van Gogh. Un maraîcher édenté de  Peyres-Possens  se félicite de la précocité de ses tournesols qui poussent plus vite qu’autrefois: «Les  tsercots des revire-sèlâo  tsampent et vouètsent» mâchouille-t-il en un patois oublié. D’autres fermiers concèdent qu’en juillet, leurs tiges auront jusqu’à 12 pieds de hauteur. On verra alors dans nos prés s’allumer une myriade de corolles de l’helianthus annuus - l’appellation scientifique de la fleur. Plus picturalement, on dira qu’elles saupoudreront comme autant de petits soleils les alentours de Thierrens, les amonts labourés de Moudon. Et jusqu’aux pénéplaines mamelonnées de la contrée d’Oron.
Une fois épanoui, le tournesol ne ressemble pas au savant éponyme des albums de Tintin, dont le profil se résume génialement à des bésicles rondes et un parapluie. Il devient la plus solaire des fleurs estivales. Le velours brun de son calice s’ourle de sépales verts et de pétales blonds, afin de capturer la lumière du jour la plus pure et s’en gorger comme d’un vin de messe. Aussi s’applique-il à suivre la course du soleil depuis son lever sur les Alpes bernoises jusqu’à son couchant sur l’échine mauve du Jura. La nuit venue, il redirige son efflorescence vers l’Est alpin pour appeler d’autres aurores.
Ce pivotement cervical évoque la nuque grasse d’un modzon de la Broye regardant passer les trains entre Lyss et Payerne. Plus élégamment, le cou cygnesque d’une Lady anglaise assistant à un tournoi de de Wimbledon…
En 2016, un chercheur californien baptisa «héliotropisme» ce miracle botanique, qui avait inspiré tant d’allégories littéraires, et engendré des mythologies de l’Antiquité, pour l’analyser plus prosaïquement. Ligotant des tournesols à un tuteur qui empêchait leur rotation habituelle, il repéra au coeur de leur complexion végétale une «horloge interne» dont le balancier est lié à la maturité des graines. Une espèce de compteur électrique naturel. Une énigmatique maniclette qui, au défi de toute entrave, déclenche leur volte-face vers l’Est encore et toujours, même quand le soleil n’y brille pas.
Car leur perméabilité florale s’étant suffisamment chargée de la chaleur du jour précédent, les tournesols seraient capables d’appâter par eux-mêmes des abeilles, des bourdons et d’autres bestioles pollinisatrices, si utiles à l’humanité.

Commentaires

"D’autres fermiers concèdent qu’en juillet, leurs tiges auront jusqu’à 12 pieds de hauteur." A propos de fermiers et de Thierrens, mes ancêtres lointains possédaient la ferme des petit-Champs, à la sortie direction Moudon...

Parlons de "pied" :
"[Unité de mesure] Unité de mesure (de longueur, surface, volume) usitée autrefois en France avant l'adoption du système métrique, qui était divisée en douze pouces et valait 0,324 m.

Mesure anglaise, américaine (foot) ou canadienne encore en usage (notamment dans l'aviation, la navigation en mer ou sous mer) et valant 0,3048 m."

Donc, 12 x 0,324 = 3.88 m ou 12 x 0,3048 = 3.65 m ?
Cela me paraît assez long, pour des tournesols...

"En 2016, un chercheur californien baptisa «héliotropisme» ce miracle botanique"
Et pour ma part, il me semble avoir entendu ce mot depuis bien plus longtemps...

Écrit par : Géo | 14/06/2018

Soit les populations grandissent au fil du temps, soit c'est une question d'inflation. Prenez la mesure impériale chinoise de base, le chi, qui était égal à 0.1675 cm à la dynastie Shang (1500 av. JC), pour atteindre 0.3352 cm à l'avènement de la dynastie Qing (XVIIIe siècle). Imaginez un peu, presque 100% en 3200 ans ! Connaissant les phénomènes spatiotemporels dont Peyres-Possens est l'épicentre, c'est probablement ce qu'il faut conclure de cette bizarrerie.

Écrit par : rabbit | 15/06/2018

Peyres-Possens était surtout le haut lieu spirituel des aventures imaginaires d'un journaliste retraité du nom de Yves Lassueur, qui signait Nagolet. Il y a peut-être un lien avec notre hôte, notez. YL et son compère photographe J-L P sévissaient dans cette région. Thierrens est devenu Montanaire, Mont Noir. Pas besoin de vous faire un dessin.
Ces histoires de mesure m'ont toujours fait marrer, de Brennus et sa lourde épée à cet épisode de la conquête spatiale où un programmeur a confondu des pouces avec des centimètres pour une balade martienne. Une petite erreur à un milliard de dollars...

Écrit par : Géo | 15/06/2018

Aujourd'hui, le Semeur vaudois nous sort l'artillerie de marine, ce qui est un exploit, vous me l'accorderez, venant de Lausanne, petit village de pêcheurs, pour nous critiquer dans le peu d'enthousiasme que nous avons d'accueillir les jeunes escrocs à l'humanitaire ex-Afrique et la bonne bourgeoisie riche ex-Syrie, médecins, enseignants, ingénieurs qui seraient si utiles à leur peuple dans les camps - ces populations n'auraient-elles pas besoin de "médecins, enseignants, ingénieurs" que Manon Schick nous garantit si compétents ? - selon le rédac'chef qui doit provenir en ligne directe de "La Brèche" et selon Frédéric Maire, patron de la Cinémathèque de l'extrême-gauche suisse...
C'est un festival de poncifs qui nous ressort "la barque est pleine" (aurions-nous pu laisser venir les six millions de Juifs massacrés par les Allemands ???) et toutes les autres tartes à la crème larmoyante. Le but étant semble-t-il de nous faire haïr définitivement toute idée d'accueil de qui que ce soit. Comme en Italie.
Si 24 heures continue de se la jouer crypto-Brèche, son avenir est sombre. Les gens d'ici ne vont pas payer quatre francs/jour pour se faire continuellement insulter...

Écrit par : Géo | 16/06/2018

Quatre Francs Suisses, pu..... ! Pour ce prix-là en Chine, vous remplissez votre panier de fruits et de légumes. C’est bien mieux pour la santé. Vous avez aussi droit à une consultation médicale à l’hôpital régional ou une carte libre parcours pour retraité sur les transports publics (à vie ou ce qui en reste). Et j’arrête là l’inventaire pour ne pas vous donner la désagréable impression de vous faire arnaquer pour des impostures intellectuelles. Courage !

Écrit par : rabbit | 17/06/2018

«Si 24 heures continue de se la jouer crypto-Brèche, son avenir est sombre»

Les dés sont jetés... Les militants de la bonne cause savent que c'est bientôt la fin des haricots.

Ils profitent de tirer leurs dernières grosses salves de bien-pensance.

L'édito de ce jour de C. Ansermoz: "Quand Macron tourne en rond dans l’Aquarius" en est la parfaite illustration.

Écrit par : petard | 17/06/2018

Comme on dit au pied de la Montagne Pourpre (紫金山) : « Une pseudo-représentation de la réalité ne peut générer que de pseudo-problèmes et faire passer des contingences pour une nécessité ».

Écrit par : rabbit | 17/06/2018

La nomination par Tamedia d'un rédac'chef d'extrême-gauche ne serait-elle pas une stratégie pour en arriver à la fermeture du journal ? On peut se poser la question...

Écrit par : Géo | 17/06/2018

Pourquoi les médias chinois sont-ils moins teintés de marxisme-léninisme que ceux de Suisse romande ? Paradoxe, contradiction ou adolescence difficile ?

Écrit par : rabbit | 17/06/2018

Fin de civilisation, chez nous. C'est tellement évident pour notre génération et tellement inconscient chez nos trentenaires. A propos de Papy Karl, de charmantes dames très jeunes nous abreuvent de philosophie sur notre chaîne nationale. Mais ont-elles lu " Philosophie de la misère/Misère de la philosophie" du même ?
J'en doute fort...

Écrit par : Géo | 17/06/2018

Pour vous réconforter, je viens de lire dans le bulletin du World Economic Forum, que des scientifiques ont réussi à créer une Intelligence Artificielle psychopathe. Les tests psychologiques réalisés ont montré une dangerosité certaine...

Écrit par : rabbit | 18/06/2018

... espérons que ces applications ne seront pas liées à l'informatique dédiée au pilotage automatique de cars scolaires et de vaisseaux spatiaux.

Écrit par : rabbit | 18/06/2018

En effet, on a déjà assez de psychopathes dangereux et suicidaires aux commandes des avions, des cars voire des gouvernements...

Écrit par : Géo | 18/06/2018

Lu en une ce matin:


«Le Conseil fédéral tranchera sur les zones pour le deal»

«Drogues Faut-il instaurer un périmètre de tolérance au trafic? L’idée fait son chemin à Berne.»


Si on en est là, je m'emgage à ne plus payer un centime d'impôt fédéral à ce pays… de merde !!!

De toute façon d'ici là, j'aurais mis les voiles. Finalement c'est la bonne décision.

Écrit par : petard | 20/06/2018

Partir, c'est aussi une façon de voter avec ses pieds. En Suisse ou ailleurs, nous n'avons rien d'autre à faire que poursuivre “ la création continue de notre propre existence “ (Bergson). Alors, autant créer une oeuvre qui nous ressemble.

Écrit par : rabbit | 20/06/2018

"Si on en est là, je m'engage à ne plus payer un centime d'impôt fédéral à ce pays… de merde !!!"
Petit problème : je ne suis pas sûr de l'existence d'un pays qui ne soit pas de m...
Là où se trouve des humains, on n'est jamais déçu. Et le premier qui en prend plein la gueule, c'est évidemment l'étranger. Chez les Zoulous, vous ne trouverez pas de Manon Schick de service pour vous défendre...

Cela dit, c'est tout tranché sur les zones de deal : niet, évidemment. Juste de la couille de journaliste...

Écrit par : Géo | 20/06/2018

Ou alors, soyons libertariens jusqu'au bout : si on légalise le deal, il faut aussi légaliser le trafic. Dans ce cas, on se lance dans le commerce des stups pour payer l'assurance-maladie et améliorer les retraites. Quels sont les produits qui marchent le mieux en ce moment ? Le rapport qualité/prix des drogues de synthèse est certainement performant, mais on devrait recentrer l'image de la défonce sur les produits de Mère-Nature (ce vieux concept marche toujours). Comme je suis en Chine de façon presque permanente, une tournée de prospection le long de la frontière sud-ouest permettrait d'établir un business plan crédible auprès des banques parallèles. Il ne faut pas sombrer dans le pessimisme à la moindre contrariété, Géo.

Écrit par : rabbit | 20/06/2018

Ouais, bonne idée. Devenir des caïds du trafic de drogue à notre âge respectable...C'est ce qui s'appelle du développement durable...
Petit mais honnête, rabbit. Et non-violent, pour autant que la société privée qui me doit des rentes pour un bon bout de temps me les paie...

Écrit par : Géo | 20/06/2018

« Petit problème : je ne suis pas sûr de l'existence d'un pays qui ne soit pas de m... »

C'est vrai, mais je ne pense pas qu'ici (ci-dessous) les vendeurs de schnouffe font la loi.

https://www.google.ch/maps/place/Ponta+Delgada,+Portugal/@37.7402257,-25.662277,453m/data=!3m1!1e3!4m5!3m4!1s0xb432acc76b00e97:0x765580f24e6fc416!8m2!3d37.7428301!4d-25.6805868

... c'est encore préservé de bien des calamités, pour combien de temps ? Suffisamment pour ce qui nous reste au compteur, me semble-t-il.

Écrit par : petard | 20/06/2018

Gestion du risque et autonomie: votre rente va bientôt être détournée pour couvrir les besoins financiers d’une immigration africaine toujours croissante. Autant assurer par des moyens classiques: dope, prostitution, racket, extorsion, chantage et toutes ces bonnes idées que l’on trouve dans le code pénal. Vous finirez sur la paille pour ne pas avoir su anticiper l’évolution des marchés et les tsunamis politiques. L’honnêteté paie de plus en plus mal, il faut vous ressaisir.

Écrit par : rabbit | 20/06/2018

Il y a déjà ma voisine qui trouvait que je devrais ouvrir un bordel dans ma maison trop grande pour moi. C'est un complot ?
J'ai bien aimé "Fantasia chez les ploucs", j'adorerais tourner la police en bourrique mais c'est contraire à ma ligne de vie. Redescendre la colline est déjà suffisamment difficile comme ça...

Écrit par : Géo | 21/06/2018

J'estime beaucoup votre voisine, qui est une femme de tête, mais nos mobiles ne sont pas les mêmes. C'est bien ce que je pensais: si vous avez tellement de place, je vais pouvoir caser une dizaine de Chinois chez vous pour faire tourner un atelier clandestin 24/24. S'ils font trop de bruit, vous pouvez aller dormir chez cette dame (à qui je fais livrer de suite un bouquet de 24 roses, accompagné d'une carte à votre nom).

Écrit par : rabbit | 21/06/2018

Ecoutez-moi bien, rabbit. Je gaspille beaucoup d'énergie à distribuer des coups de chicotte aux femelles qui cherchent à m'envahir. Alors mieux vaut s'abstenir d'envoyer des roses à ma voisine, sous mon nom. A priori, je suis gentil, trop même, mais finir en beauté en passant tout le monde au lance-flammes, cela pourrait être cool, non ?

Écrit par : Géo | 21/06/2018

Génial ! Prévenez-moi assez tôt pour réunir l'équipe de tournage. Un clip qui va faire une audience record sur Youtube et Vimeo. Avant, on pourrait glisser une pub pour des barbecues...

Écrit par : rabbit | 21/06/2018

Voilà une idée qu'elle est bonne : mourrez utile. Disons que quelques dirigeants du 20ème siècle l'ont un peu trop bien exploitée...
Et n'oubliez pas que les barbecues sont très mauvais pour la santé...

Écrit par : Géo | 22/06/2018

«Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant

D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime,

Et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même

Ni tout à fait une autre, et m'aime et me comprend.» (*)

Rêver souvent n’est pas mon fort, puisque ce n’est que le deuxième cette année. Mais pour l’étrange et le pénétrant, on ne peut rêver mieux. Donc, je me retrouve par magie à Ouchy et j’aperçois une jeune femme en train de se faire un bouquet des iris du parterre d’un hôtel. C’est la saison des iris, donc la logique tient bon. Je m’approche d’elle pour lui expliquer ma façon de considérer son acte, avec tact et courtoisie (pas comme Géo). Une longue conversation s’engage sur un ton neutre, pour s’achever sur une véritable complicité. Elle me propose ensuite de la retrouver au même endroit, samedi prochain, le soir vers 9 heures. Côté logique, sa tient toujours, puisque je serai en Suisse samedi prochain et qu’il me sera facile d’être à Ouchy à l’heure convenue. Reste pourtant la question suivante : est-ce qu’un rêve fait en Chine peut se réaliser en Suisse ? Jouit-il de la même validité dans les deux pays ?

(*) Paul Verlaine, «Poèmes saturniens».

Écrit par : rabbit | 24/06/2018

"avec tact et courtoisie (pas comme Géo)" ? Ne confondez pas la vie des blogs, envahis par les psy-machins et les cocio-trucs avec la vie réelle...
Vous rencontrerez votre Anima aussi bien en Chine qu'en Suisse. Et je suis d'accord avec vous, c'est certainement la rencontre la plus agréable qui soit...

Écrit par : Géo | 24/06/2018

Les cocio-trucs ? Ma vue baisse...socio-trucs, bien sûr.

Écrit par : Géo | 24/06/2018

Que le rêve puisse prendre un forme réelle ou pas, comment expliquer à Mme Rabbit que je dois aller à Lausanne, pour voir une personne avec qui j'ai pris rendez-vous dans un rêve? Elle va me renvoyer immédiatement en Chine pour quelques mois de rééducation.

Écrit par : rabbit | 24/06/2018

Faites-lui lire du Jung, elle finira par comprendre. Sinon, faites comme moi, larguez-la. Elle vous en sera reconnaissante, vous verrez...
Je suis en train d'écouter "Les beaux parleurs" et les horreurs débiles de la fille à Sarclo. Honte à Jonas Sneiter de faire représenter les femmes par cette débile tarée dans son émission...

Écrit par : Géo | 24/06/2018

Ce que vous me dites là, don Géo, ne m'incite pas à retourner dans un pays qui cumule autant de ratés de l'évolution sur une aussi petite surface. Mais mon tour est venu de protéger Mme Rabbit des zombies helvétiques, tout comme elle le fait pour moi des zombies chinois quand je suis dans sa zone d'influence. C'est une collaboration Win-Win, comme on disait dans les cours de management des années 80 (ce qui commence à faire vintage). Vous aimez le management et la gestion d'entreprise ?

Écrit par : rabbit | 24/06/2018

"Honte à Jonas Sneiter de faire représenter les femmes par cette débile tarée dans son émission.."

Visiblement Jonas Schneiter ne craint ni les fautes de goût ni les entorses à l’éthique.
Avec une douce ironie le thème de l’émission du jour s'intitule « Où est le respect ?». On se souvient bien des caméras cachées de Schneiter aux scénarios élaborés: faux-vrais entretiens d'embauche dans lesquels il humiliait des chômeurs en les faisant se mettre à quatre pattes ou debout sur une chaise -c'est trop drôle-, prêts à relever n'importe quelle ineptie dans le but de décrocher le job. Et la fin souriez vous êtes filmés. Quel talent !

Écrit par : M. Porot | 24/06/2018

"(ce qui commence à faire vintage)", vous voulez dire wintage...
C'est la stratégie Oin-Oin, par ici...
Si j'aime le management et la gestion d'entreprise ? Ce n'est plus mon problème, à vrai dire. Mais c'est évidemment un domaine aussi passionnant que stressant. Cela dit, je n'ai fonctionné que dans la coopération au développement, où les échecs font partie de la culture d'entreprise, si vous voyez ce que je veux dire...

M. Porot @ J'aimais beaucoup "les Beaux Parleurs", du temps de Zenda. Le vieux savait gérer sa troupe et rabattre les caquets un peu trop cacophoniques. Mais Sneiter ne fait pas le poids, pas de doute...

Écrit par : Géo | 24/06/2018

Les commentaires sont fermés.