14/02/2019

Flânerie, jogging et poudre d’escampette

Qu’il neige, pleuve, vente ou fasse soleil, le soussigné est un marcheur forcené, dont un des parcours préférés s’étire des bosquets de Vidy jusqu’aux guérites de Morges. Le dimanche matin, il salue des cormorans juchés sur des pieux d’amarrage. Ils lui répondent en se déployant en éventails chinois. Puis des cygnes wagnériens voguant en couple, des mouettes et des goélands s’égosillant en cadence, des corbeaux freux en assemblées hitchcokiennes. Rarement un autre flâneur qui se contente comme lui d’inhaler les embruns du lac pour jauger leurs effets sur l’évolution saisonnière.Plus nombreuses sont des silhouettes marathoniennes courant si vite qu’en les croisant, on ne retient que des grimaces crispées, dues à l’effort, à l’euphorie sportive. En éclaireuse, voilà une fulgurante jogueuse à tresse virevoltante et blonde; loin derrière trois papys en training et à barbe flottante. Ces humanoïdes à semelles de vent rêvent de s’envoler, s’affranchir d’une «tyrannie de l’immédiateté» imposée par des routines professionnelles. Ou par le carillon d’un ordi de poche, qu’ils ont éteint pour renouer avec une salutaire solitude mentale. Leur vélocité dominicale a le mérite de leur rendre un souffle naturel, «anténumérique», donc antédiluvien…

Il existe hélas des gens moins inoffensifs que ces hygiénistes dominicaux. Plus pressés, car soupçonnés d’un délit pénal, ils sont en fuite, en cavale. En Romandie, comme dans d’autres contrées francophones, on presse le pas, on a feu au derrière, le diable à ses trousses, on prend ses jambes à son cou, on galope comme un dératé. Chez les Gruériens, on court plus originalement «à sauts de porc», chez les Genevois d’Hermance «comme un chat maigre», chez les Valaisans de Vollèges «comme une poule chassée de son nid», en Ajoie jurassienne « aussi vite qu’un crapaud montant à l’écuelle.»

Toute une singulière métaphorisation animalière à laquelle la tradition vaudoise ne déroge pas: d’un malfrat qui a pris la poudre d’escampette sans les avertir, de vieux Leysenouds disent qu’il ne s’est «pas inquiété du prix de l’aune». Comprenez que même ses soucis d’argent ne l’ont pas retenu. A Penthalaz, dans le Gros-de-Vaud, on dira qu’il s’en va au cul du chien (en patois aou ku aou tsin), soit à l’autre bout du monde. 

- C’est où, en Australie?

- Qu’il se rende déjà au bout du lac. Genève, c’est déjà si loin!

 

 

Commentaires

Il nous arrive, le camarade chien et moi-même, d'être dépassé par un coup de vent identifié comme la super-woman locale, locale façon de parler parce qu'elle a gagné le marathon de Zurich et Morat-Fribourg. Jusque là, hein, pas de problème, c'est dans l'ordre des choses. Mais madame ne s'en tient pas là.
A l'endroit où la pente est la plus rude, voilà qu'elle redescend à toute bombe. Et devinez qui nous re-dépasse quand nous arrivons enfin au sommet de la pente, pour filer on ne sait vers on ne sait quel espace lointain, mais en hauteur...
Bon, elle est passée pro et le camarade chien et moi-même, nous courons dans la catégorie "pères peinards", peinards et sans soucis.

Le cadavre de cerf au flanc défoncé par un congénère est réapparu deux kilomètres plus loin, un mois après. Il restait la tête aux yeux cavés par les corbeaux, le museau rongé par les renards, la colonne vertébrale et une jambe, enfin la dernière partie, immangeable visiblement. Une vision d'horreur en travers du chemin, sur la neige...
Voilà pourquoi je me suis acheté un smartphone géolocalisable et géolocalisé. Au cas où, pour ne pas finir comme le camarade cerf...

Écrit par : Géo | 14/02/2019

Par les moustaches du Grenadier ! Avant de partir explorer les berges du Huang Pu, j'ai fait si souvent cette même promenade que je puis en décrire chaque détail de terrain. La section entre l'église et la plage de Saint-Sulpice avait ma préférence en été, en raison d'une affinité rêvée avec le sentier du littoral à Saint-Tropez. Par contre, à 350 mètres à l'ouest du Restaurant de la Plage, de Préverenges, il fallait franchir au bon moment un passage étroit balayé par les vagues en hiver. Le reste n'était que rêverie solitaire et il en reste encore des traces.

Écrit par : rabbit | 14/02/2019

"Rarement un autre flâneur qui se contente comme lui d’inhaler les embruns du lac..."
... et pas un.e. joggueur.se. ne saurait comme ce flâneur évoquer si merveilleusement ce que son regard de poète nous offre en lecture.
Et surgissent mes souvenirs empreints de nostalgie :

https://2.bp.blogspot.com/-n5z1w7_yc3c/T9s_2Qo0i2I/AAAAAAAADfg/J-RRxrkF8Dk/s1600/DSC06275+copie.jpg

https://3.bp.blogspot.com/-xUoI0t1l3as/T9s_lhYPWRI/AAAAAAAADfY/4NMvvJ8w9Os/s1600/DSC06442+copie.jpg

https://3.bp.blogspot.com/-35ibqnKQySQ/T8-zqRhtbCI/AAAAAAAADbc/l5vHKLYIBf8/s1600/DSC06200+copie.jpg

https://2.bp.blogspot.com/--GYzPDw4Ux8/TgJOlMLB8zI/AAAAAAAACMY/TEaRuCZbRZo/s1600/DSC03628.JPG

Aujourd'hui plus question de "prendre la poudre d'escampette" pour revoir ces rivages; restent les images et les plus belles n'ont pas été photographiées.

Écrit par : Ambre | 18/02/2019

Un marcheur forcené grand poète également ce Gilbert Salem…

Marcher n'a pas qu'un sens gober également avaler n'importe quoi.
La tâche exaltée est une expression propre au philosophe et psy Paul Diel.

Ainsi, en ces temps de montée de l'islam il faut que le monde chrétien se ressaisisse non en resassant les éternelles mêmes paraboles mais en allant au plus profond… par volonté d'évoluer, "tâche essentielle" selon Paul Diel.

Un jeune garçon insulté traité de bâtard fils d'impure, comprendre qu'il s'agit historiquement de Jésus et qui, par blessure ou offense, se sent "appelé" à devenir sauveur du monde exemple type, selon Paul Diel (mais lui sans nommer Jésus) de la "tâche exaltée" par une fausse motivation due à la souffrance, à la honte: être traité de bâtard fils d'impure.
On connaît la suite vu d'un point de vue humain lucide, l'échec.

Mais quelle extraordinaire leçon pour nous tous qui souffrons de déficiences variées avec cette tendance à la fausse motivation histoire de se rehisser à plein niveau puis dépassement pourquoi pas de tous, des autres... avec, pour ces fausse motivations, des justifications se répandant jusqu'à l'infini.

Pour Jésus ce dit "bâtard fils d'impure" qui s'invente ou se croit ou s'imagine de par la volonté divine sauveur du monde comme… pour Mahomet, pourquoi pas... orphelin pauvre ne possédant rien par le fait se voulant grand conquérant maître non seulement de lui-même ("grande guerre") mais du monde entier ("petite guerre")!

Merci, Gilbert Salem, pour votre magnifique envol littéraire.
J'ai bien connu quelqu'un qui à l'époque déjà croyait en votre don.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 18/02/2019

Entre Myriam Belakovsky et Ambre, mon coeur balance. Vers laquelle tourner cette tourelle ?
https://fr.wikipedia.org/wiki/Artillerie_navale#/media/File:Iowa_16_inch_Gun-FR.svg

Écrit par : Géo | 19/02/2019

MB@ "Jung, hélas, était antisémite." Vous avez écrit ça sur le blog de Vincent Schmid, sur la plateforme TdG, qui a coupé les commentaires après vous. Et cette affirmation est tout simplement scandaleuse. Je n'ai pas de mots assez durs pour qualifier qqn qui écrit de telles ignominies. Les lecteurs avertis trouveront dans la Préface du Dr Cahen-Salabelle à "Aspects du drame contemporain" de C-G Jung, 1948, Ed. Librairie de l'Université, Georg et Cie, Genève toute la démonstration de la fausseté de cette accusation.

Écrit par : Géo | 19/02/2019

On a dit les mêmes clowneries à propos de Nietzsche. Il faut plutôt voir du côté de sa soeur (Elisabeth Förster-Nietzsche, 1846-1935) qui a épousé en 1885 un admirateur des futurs Gilets Noirs. L'une de meilleures biographies de Nietzsche a été écrite par Daniel Halévy, avec commentaires de Georges-Arthur Goldschmidt. Ce qui devrait l'exempter des foudres de Madame Belakovsky, qui ferait mieux de se consacrer au tricot. Par contre, Ambre en connaît un bout sur le sujet : elle nous fera connaître son point de vue dans un prochain épisode.

Écrit par : rabbit | 19/02/2019

Il faut parfois répéter, dans les blogs. Lisez attentivement ce texte...

C.G Jung, 1945, Aspects du drame contemporain
(Article paru dans la « Neue Schweizer Rundschau »)

« Les événements qui se sont déroulés en Allemagne et la dévastation morale de toute une génération d’un peuple qui compte 80 millions d’habitants constituent pour tout Européen un rude coup. On pouvait jadis reléguer de telles horreurs dans la lointaine Asie… Qu’un membre de la famille culturelle européenne ait pu en arriver aux camps de concentration, jette sur tous les autres une lumière troublante. Car enfin, qui sommes –nous pour nous imaginer qu’une chose pareille soit absolument impossible chez nous ? Multiplions pour un instant la population suisse par vingt, et nous voilà 80 millions d’âmes. Du même coup, l’intelligence de notre opinion publique et notre morale civique s’en trouveraient divisées d’autant, en raison de l’influence catastrophique qu’a, au point de vue spirituel et moral, toute accumulation grégaire, toute agglutination en masses.

Cela est la base même des crimes collectifs, et il ne faut rien moins qu'un miracle qu'il ne s'en produise point. Croyons-nous sérieusement que nous en aurions été préservés, nous qui avons parmi nous bon nombre de traîtres et de psychopathes politiques ?
Avec horreur nous avons pris conscience de tout ce dont l'homme est capable et de ce dont nous aurions été capables aussi. Depuis lors, un affreux doute en l'humanité nous tenaille, en cette humanité dont nous sommes faits et dont nous sommes une parcelle. Certes pareille dégénérescence suppose la réalisation de certaines conditions préalables, dont la principale est l'accumulation de masses citadines, industrialisées, c'est-à-dire occupées à des travaux spécialisés et monotones, masses humaines déracinées qui ont perdu les instincts les plus sains, jusqu'à l'instinct de conservation.

En effet, dans la mesure où l'on attend de l'Etat protection et sollicitude, l'instinct de conservation se perd, ce qui est un symptôme alarmant. Tout attendre de l’Etat, cela signifie qu’on attend tout des « autres » au lieu de compter sur soi. Chacun s’appuie sur l’autre, dans un faux sentiment de sécurité. Car pour être dix mille à s’accrocher les uns aux autres, on n’en est pas moins suspendu dans les airs, avec la seule différence que l’on ne ressent plus l’insécurité qui vous entoure. Compter toujours davantage sur la protection de l’Etat n’est pas de bon augure, car cela signifie que le peuple est en train de se transformer en un troupeau de moutons, qui escomptent toujours que les bergers les conduiront sur de gras pâturages. Mais bientôt la houlette devient règle de fer et les bergers se changent en loups. Ce fut un spectacle pénible que d’assister au soupir de soulagement que poussa l’Allemagne tout entière lorsqu’un psychopathe atteint de la folie des grandeurs lui déclara : « Je prends sur moi l’entière responsabilité ». Quiconque a encore en apanage un instinct de conservation intact sent parfaitement que seul un imposteur peut prétendre vouloir le soulager de toute sa responsabilité. Un homme sain d’esprit songera-t-il à prendre la responsabilité de l’existence d’autrui ? Quiconque promet tout ne tiendra rien, et quiconque promet trop court le danger d’en venir aux expédients pour tenir ses promesses, ce qui le met sur la pente de la catastrophe. L’extension continuelle de la prévoyance étatisante est, certes, en un sens très belle, mais elle donne d’autre part fort à penser, car elle escamote la responsabilité individuelle et produit des caractères infantiles et moutonniers. Elle s’accompagne en outre du danger que les gens irresponsables n’exploitent finalement les hommes capables, comme cela s’est produit en Allemagne sur une vaste échelle. Il faut veiller, coûte que coûte, à ce que soit préservé l’instinct de conservation du citoyen ; car l’homme privé des racines nourricières de ses instincts devient la proie des vents. Il n’est plus qu’un animal malade, démoralisé et dégénéré, et ce n’est qu’à travers une catastrophe qu’il a une chance de recouvrer la santé.

Écrit par : Géo | 19/02/2019

Euh, désolé de venir en opportuniste, mais j'aurais besoin des lumières de rabbit sur des chinoiseries dans le dernier commentaire de Jean qui nous donne ce lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Probl%C3%A8me_%C3%A0_trois_corps

Merci rabbit de venir nous éclairer de votre incommensurable connaissance et sagesse.
http://heytaxi.blog.tdg.ch/archive/2019/02/16/guerre-des-transports-297352.html

Écrit par : Pierre Jenni | 19/02/2019

Mais, sans leader et sans état, le phénomène « gilet jaune » tendrait à démontrer le contraire. Ce qui n’exclut pas que si le mouvement se développe, on aura à nouveau des Bolcheviks ou des Chemises brunes. Ensuite supplantés par des plus moches et méchants. Le temps de redécouvrir « La psychologie des foules », qui avait été mis jusque-là à l’index par la sociologie marxiste.

Écrit par : rabbit | 19/02/2019

Dr Jenni, il s'agit avant tout d'une question de mécanique orbitale: dans tout le reste, je ne vois que des chinoiserie courantes de la vie quotidienne. Si la fiction n'a pas beaucoup changé là-bas depuis 4'000 ans, la science y fait des pas de géant : sachez qu'ils disposent maintenant de satellites de communication quantique. Comme vous le savez, la physique quantiques s'occupe de choses qui peuvent être ou ne pas être au même moment (comme le chat de Schrödinger). Voilà qui devrait singulièrement impacter mon prochain séjour, comme on dit dans les médias mainstream.

Écrit par : rabbit | 19/02/2019

"La chose la plus importante que vous devriez savoir sur moi, c'est que tout ce que vous ont dit les autres n'est pas nécessairement vrai."
Karl Lagerfeld le Grand.
CQFD de l'antisémitisme... de ce cher Nietzsche.

@ Géo : votre coeur balance entre.... Choisissez le camarade chien ! Vous ne risquez pas d'être mordu. Hi !

Écrit par : Ambre | 19/02/2019

« Chose étrange ! Contre la morsure des serpents, les mortels ont des remèdes inventés par l'un des dieux, et contre un être pire que la vipère et le feu, une femme méchante, personne n'a encore rien trouvé. » Euripide, "Andromaque".

Écrit par : rabbit | 19/02/2019

Il y a une "femme méchante" ici ? >_< !

https://i.pinimg.com/originals/42/76/07/4276079fa029ce9c78bba4a4638529a4.jpg

Écrit par : Ambre | 19/02/2019

Une chose est sûre : celui qui a posé ce panneau n'a pas de femme à la maison...

Écrit par : Géo | 20/02/2019

Espérons-le ;-))

Écrit par : Ambre | 20/02/2019

Géo en voit partout. La situation s'est encore péjorée depuis qu'une femme est devenue pilote militaire en Suisse : il s'attend maintenant à être bombardé à tout moment. Nous devons l'exfiltrer de toute urgence. Vous pensez qu'il pourrait passer incognito en Bretagne ? Il refuse d'aller en Chine en raison de la nourriture.

Écrit par : rabbit | 20/02/2019

Géo, avant d'insulter informez-vous.

Freud, lui-même, a taxé Jung d'antisémitisme mais j'ai fait référence à quelques lignes de Jung.

Détestant laisser sécher mes bouquins sur des rayons je ne possède plus les ouvrages en question.

Un parent de notre hôte serait bien mieux que moi en mesure de vous éclairer à ce sujet.

Freud voyait de l'antisémitisme dans les objections que Jung lui présentaient.

Lisez la correspondance de Jung.

Ce que j'ai écrit a été reconnu et veuillez croire qu'admirant Jung comme je l'ai non seulement ressenti mais activement vécu je n'aurais jamais écrit ces lignes sans en être certaine.

Freud, autre info, demanda à Jung d'être son héritier spirituel ce que Jung refusa.

Le milieu très protestant de Jung d'alors était connu pour une sorte de judéophobie religieuse les Juifs ne s'"étant pas converti à Christ"! ce que Freud, évidemment, ne pouvait ignorer.

Un jour, Géo, votre malveillance vous jouera un vilain tour.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 20/02/2019

"Freud voyait de l'antisémitisme dans les objections que Jung lui présentaient." Freud et tous les Juifs voyaient de l'antisémitisme partout après 1945. Il a suffi à Jung de faire quelques objections à Freud pour évidemment être taxé d'antisémitisme. Mettez-vous au tricot, comme vous l'a conseillé rabbit.
Mais lisez d'abord la préface du Dr Cahen-Salabelle, c'est tout de même la moindre des choses que vous pourriez faire avant de proférer des horreurs et des insanités.
Votre malveillance vous a déjà depuis longtemps joué de vilains tours. Mais vous ne le voyez pas.

Écrit par : Géo | 20/02/2019

Je préfère raconter qq chose de bien différent à Gilbert Salem.

Comment Jung, plus de ce monde, sans le vouloir se porta au secours d'une fille de père juif.

Souffrant il y a une vingtaine d'années de brûlures d'estomac j'étais à la Coop et j'avais acheté des yoghourts aux fruits. Je vois soudain juste après moi, à la caisse, un homme véritable sosie de Jung… Je ne puis m'empêcher de lui dire mentalement que s'il était Jung je lui demanderai le pourquoi de mon, voire de mes problèmes.
A ce moment l'homme regarde mes yoghourts, les siens, puis à nouveau les miens puis me regarde à la fois discrètement mais en profondeur.
Je regarde ses yoghourts qui sont nature tout en ressentant comme une sorte de "débarbouillage" en moi.

Je prends la décision dès la prochaine fois d'acheter toujours des yoghourts nature et…
depuis lors je n'ai plus jamais connu de brûlures d'estomac.
Cet homme par sa qualité de présence ayant en moi suscité une sorte de réconciliation avec… l'homme... en tant que tel, avec... les hommes.

Jung me faisait également, par ses photos, penser à BP le fondateur du scoutisme.

Je me traitais un peu de déraillante

Toutefois je lus plus tard qu'à partir d'un certain moment Jung avait la manie… de parler… en anglais.

Les personnes selon leurs études et recherches hors conventions sont généralement fort mal vue de leur vivant, Géo.

J'ai tort ou j'ai raison, Géo, mais au moins je n'insulte jamais tout en disant les choses en face.

En précisant toujours que, comme il arrive, il s'agit d'impression ne connaissant pas personnellement ou intimement la ou les personnes.

Sortons de platitude, sortons de banalisation.
Banalisation, voir Paul Diel, Psychologie de la motivation, ce mal du siècle rendu sur actif pas la dite loi du marché à la compétition sans éthique.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 20/02/2019

"J'ai tort ou j'ai raison, Géo, mais au moins je n'insulte jamais tout en disant les choses en face."
Dites ce que vous voulez sur vous mais ne prétendez pas insulter impunément des gens très respectables, comme C-G Jung. Vous n'avez pas l'air de réaliser à quel point "antisémite" est une insulte très grave pour les gens de bien.
Au moins, avez-vous pris la peine de lire ce texte de 1945 ci-dessus ? Pensez-vous que l'auteur de ce texte pourrait être antisémite ?

Écrit par : Géo | 20/02/2019

À ce stade de l’enquête, il serait judicieux d’interroger Alfred Adler, l’autre disciple de Sigmund Freud.

Écrit par : rabbit | 20/02/2019

Eh bien, allez-y, ne vous gênez pas, dites-nous ce qu'en pense Adler et dites-nous surtout pourquoi on devrait lui faire confiance, à lui...

Écrit par : Géo | 20/02/2019

@ Rabbit : le beau visage de cette jeune pilote de chasse Suisse a capté mon regard ce matin. Elle a un port de tête altier. Admiration pour son parcours.

Écrit par : Ambre | 20/02/2019

D'autant plus que sur la question du confort, le cockpit de ce type d'avion n'a rien de comparable avec la cabine d'un jet privé. Elle a du mérite, en effet.

Pour Madame Belakovsky, il vaudrait mieux évoquer Ernest Dichter, élève de Freud et pionnier de l'application des théories psychanalytiques au marketing (motivations et comportements du consommateur). Théories qui se refont une virginité dans la sphère politique, alors qu'après plus de 60 ans de bons et discrets services, elles suscitent la méfiance des consommateurs et de leurs gourous.

Écrit par : rabbit | 20/02/2019

Ambre@ "le beau visage de cette jeune pilote de chasse Suisse a capté mon regard ce matin" Mouais.
Il faut se faire à cette idée. Cela fait déjà un certain temps que les filles ne comptent plus sur leur physique pour réussir leur vie. Cela dit, il y a en France de nombreuses pilotes de chasse depuis une vingtaine d'années, dont l'une a dirigé la Patrouille de France...
https://www.youtube.com/watch?v=BTPkKCKu9oA

Écrit par : Géo | 21/02/2019

C'est une première en Suisse! Normal qu'on en parle.
Jacqueline Auriol en France fut aussi une belle pilote d'essai.

Écrit par : Ambre | 21/02/2019

En fait, la liste des aviatrices est assez longue. C'est assez normal, les qualités requises pour piloter n'ont rien de spécifiquement masculin. Jacqueline Auriol avait une rivale américaine qui se prénommait aussi Jacqueline...
https://www.lemonde.fr/archives/article/1980/08/12/mort-de-l-aviatrice-americaine-jacqueline-cochran_2798134_1819218.html
Mais il y en a d'autres, cette Américaine disparue en mer, par exemple...
http://memoireairfrance.canalblog.com/archives/2007/11/04/6775918.html

Tout cela pour dire que hommes ou femmes, hein. Et donc que le grand jour sera arrivé quand plus personne ne relèvera que Fanny Chollet est une femme, et surtout, surtout, qu'elle est belle. (elle doit l'entendre 100 fois par jour, cf le blog des gros lourds qui aime parler détails techniques de l'aviation, dans le blog d'à côté...)
Sur ce point-là, je comprends vraiment les femmes...

Écrit par : Géo | 21/02/2019

"le grand jour sera arrivé quand plus personne ne relèvera que Fanny Chollet est une femme".
Oui... peut-être... sera-ce un grand jour. Je ne sais pas. Je l'espère mais j'espère aussi qu'on distinguera toujours s'il s'agit d'une femme ou d'un homme (0_0) physiquement.
Deviendrai-je une vieille c... en disant cela ? En tout cas, c'est sûr je prends un coup de vieux en ce moment.

Écrit par : Ambre | 21/02/2019

Nous sommes tous très vieux, Ambre, mais il faut plutôt voir la chose sous un angle baroque, dans sa dimension absurde, voire un éclairage psychédélique...

Écrit par : rabbit | 21/02/2019

je crois en la vie qui nous enseigne et pensai que, quoi que l'on pense, quand on est Jung, on ne doit pas écrire quoi que ce soit de nuisible concernant en l'occurrence les juifs.

Mais le témoignage apporté plus haut, à propos des yoghourts aux fruits ou nature mérite un approfondissement.
La rencontre avec cet homme fut étrange

être ange en l'occurrence comme infirmier brulures d'estomac ange infirmier ange gardien

selon le judaïsme un ange peut être un rêve une pensée une rencontre

donc tout ne serait pas forcément faux ou mensonge dans ce qui nous fut comme fourré dans la tête

or nous sommes dans une impasse effarante: soit nous continuons dans la prolifération des besoins artificiels ravageant la planète soit nous nous retournons vers les valeurs réelles à commencer par celles de la véracité, de l'authenticité au service de la loi de l'harmonie universelle.

Massacres, ravages, souffrances, animales aux écorchages…"religieux"

Lire Paul Diel, l'ensemble de ses ouvrages

fut suggéré

sans vos accusations d'ignominies, Géo.
.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 21/02/2019

A propos d'aviateur, en ce moment, je me vois dans mon Spitfire et j'ai réussi à me placer derrière ma vieille ennemie, la baronne rouge MB dans son Me-109 et je fais enfin feu de toutes mes armes, les deux canons de 20 mmm et les quatre mitrailleuses de 7.7 et ça y est, le Me-109 prend feu, part en torche et s'explose dans une grande colonne de flammes...
Et je me réveille, ce n'était qu'un beau rêve...
Je me rendors et cette fois, je suis dans un avion à côté d'un jeune homme avec une drôle de mèche. Je me suis pris deux ou trois whiskies pour éteindre mon angoisse de voler dans ce coucou du Paléocène inférieur et tout d'un coup, je me retrouve avec un sparadrap collé au doigt et je n'arrive pas à m'en débarrasser...

Écrit par : Géo | 21/02/2019

Vous avez fumé la moquette Géo ou quoi ?
A propos de baronne rouge, que devient notre Red Baron ? C'était une autre époque... J'espère qu'il va bien. La mort de Karl m'a fait penser à Barbie ou le Comte de Monte-Cristo, allez savoir pourquoi. Elle était fan de Karl... mais encore plus de Louis II de Bavière. Je l'aimais bien notre Barbie gothique.

Écrit par : Ambre | 21/02/2019

Baroque, absurde, psychédélique... oui, c'est bien à ça que je pensais.
Pour clarifier les propos de Géo, voilà de quoi il en retourne : Tournesol a été enlevé par les Bordures alors qu'il se rendait à Nyon, chez le professeur Topolino. En passant par le lac, Tintin et Géo abordent subrepticement l'ambassade bordure, à Rolle, où ils pensent trouver Tournesol. Mais les Syldaves l'ont déjà enlevé à leurs ennemis au cours d'une attaque surprise. Alors que Tintin et Géo sont déterminés à gagner Klow pour suivre la piste syldave, c'est dans un avion à destination de Szohôd qu'il se retrouvent, à la suite d'un étonnant concours de circonstances. On en est là pour le moment, suite au prochain numéro.

Écrit par : rabbit | 21/02/2019

"Je l'aimais bien notre Barbie gothique" Oui, oui, sauf qu'elle avait clairement envie de me faire la peau, la Veuve Noire...
En fait, je crois que MB est un mix des deux, RB et Barbie. Tout cela va mal finir...

Écrit par : Géo | 21/02/2019

Il m'arrive aussi d'avoir envie de "Vous faire la peau". Hugh !
(>_

Écrit par : Ambre | 21/02/2019

Il manque un morceau de mon commentaire : la suite :
(>_

Écrit par : Ambre | 21/02/2019

Tiens, c'est bizarre. Ils ne veulent pas de mon commentaire complet.
. Sans mon émoticon(e) la suite était donc (3e essai) :
Je disais : c'est de bonne guerre.

Écrit par : Ambre | 21/02/2019

Et je rajoutai en Nota Bene : mais qui donc est MB ?
Bon, c'est pas très clair ce que j'écris, c'est digne d'une Bécassine.

Écrit par : Ambre | 21/02/2019

Ah zut ! Je viens de comprendre qui est MB. Moi c'est MCB.

Écrit par : Ambre | 21/02/2019

Jusque-là, nous avons dû apprendre à vivre avec LGBT. Mais si vous voulez y ajouter MCB, je crains que la pression ne soit humainement trop forte...

Écrit par : rabbit | 22/02/2019

On n'en est plus à quelques lettres près.
Selon Wiki : Le sigle LGBT est parfois complété d'autres lettres pour inclure d'autres variantes de genre, de sexe biologique, ou d'orientation sexuelle : I pour les personnes intersexes, A pour les asexuels, Q pour le genre queer ou en questionnement, ou encore P pour les personnes pansexuelles : LGBTI, LGBTA, LGBTQ ou LGBTP, LGBTQI… Les termes « allosexuel » ou « altersexuel » sont également utilisés.

Écrit par : Pierre Jenni | 22/02/2019

Ach, Jenni. Toujours aussi pertinent...
On s'en fout, des LGBT. Enfin non, justement...

Écrit par : Géo | 22/02/2019

Eh Jenni, t'as vu ? A cause de ton blog, ils ont modifié la présentation des commentaires. Corto ne sera plus la vedette n°1 de la TdG...
On parie que ce fléau va rabouler tout de suite par ici ?

PS. "c'est digne d'une Bécassine." Oui, en effet, cela devient tragique. Mais bon, vous avez des admirateurs. Jenni, par exemple...

Écrit par : Géo | 22/02/2019

À l’horizon d’une génération, on peut se réjouir que la création de nouvelles niches de comportements sexuels vienne enrichir la société en diversifiant les plaisirs. Alors qu’à l’échelle de l’évolution humaine, on puisse sincèrement regretter le bourgeonnement de rameaux inaptes à la procréation. Par contre, les amateurs de science-fiction s’enthousiasmeront à l’ouverture d’un champ infini d’expériences scientifiques et de manipulations génétiques.

Écrit par : rabbit | 22/02/2019

Et surtout, ils peuvent se réjouir de la création d'androïdes parfaits sachant tout faire...et lorsque cela arrivera, plus personne ne se souciera des comportements sexuels des autres et cerise sur le gâteau, cela va fortement diminuer la pullulation de l'espèce. Je n'y crois pas du tout, bien sûr.

Écrit par : Géo | 23/02/2019

Plus la technologie nous offrira d'alternatives, aussi performantes soient-elles, plus nous réaliserons la beauté de l'imperfection humaine.
C'est assez marrant de découvrir que c'est notre médiocrité qui risque bien de devenir la valeur suprême. La perfection c'est la mort.
L'imperfection fait partie de la perfection de la création à laquelle elle donne le mouvement. (HJ)

Écrit par : Pierre Jenni | 23/02/2019

"plus nous réaliserons la beauté de l'imperfection humaine." Humaine, Jenni, humaine ! La question ne se posera plus avec des androïdes. Les humains trop beaux sont généralement des individus imbuvables et antipathiques au delà de toute expression, parce qu'ils sont gonflés comme des poux. Mais les androïdes ne sont pas des humains, justement...

Écrit par : Géo | 23/02/2019

Je ne suis pas certain que ceux qui sont, ou qui se considèrent comme beaux soient si gonflés que ça. Je les vois très fragiles et souvent seuls.
Cela dit, mon propos consiste justement à faire l'éloge de l'imperfection et donc de l'humanité qui en est son meilleur représentant.

Écrit par : Pierre Jenni | 23/02/2019

"Je les vois très fragiles et souvent seuls." Ils se sont enfermés eux-mêmes dans leur rôle de "trop beau". Combien d'heures par jour devant sa glace pour cette fille pour apparaître de la sorte ? Quel est l'intérêt pour les autres d'une personne qui passe des heures devant sa glace ? Poser la question, c'est y répondre. L'intérêt des androïdes sexuels, c'est de ramener la sexualité à sa juste place : une sorte de névrose qui sème la discorde entre les hommes et les femmes. Hommes qui veulent bien aimer pour baiser, femmes qui acceptent de se faire sauter pour être aimées. Avec un androïde, la question ne se pose pas.
Nota bene : pour être aimées. Il n'est jamais question dans eros, pour elles, d'aimer les hommes. Dans philia, certes, on a un peu plus de chances...

Écrit par : Géo | 23/02/2019

Je rebondis aussi sur les réflexions de rabbit qui m'interpellent. Certes ce ne sont que des spéculations mentales qui agitent mon cerveau et qui n'engagent que moi dans toute son imperfection.

J'ai le sentiment que la prolifération des formes d'activités sexuelles et des genres est le résultat d'une tentative plus ou moins désespérée de redonner de l'envie pour une des plus belles formes de jouissance et de satisfaction ici-bas alors qu'elle n'a plus de sens dans un monde en surpopulation.
Nous assistons donc peut-être à la fin de la libido et de la sexualité tels que nous les avons connus jusqu'alors et certains sont même prêts à transgresser certains tabous comme la mal nommée pédophilie qui est en fait de la pédérastie car il n'y a rien de mal à aimer les enfants, ou l'inceste qui se banalise lorsque la reproduction n'est plus en jeu, pour garder sous perfusion ce dernier bastion de plaisir dans nos vies.
Et je rejoins ici Géo sur le potentiel de guérison des dérives sociétales liées au sexe que pourraient nous offrir les poupées gonflables des temps modernes. Nous pourrons ainsi calmer nos pulsions et envisager enfin une certaine forme d'égalité entre les sexes qui auront cessé le rapport de force.
Ceci en attendant la mutation de l'espèce chère à Nietsche, Jung, Aurobindo and Co qui attendaient tous l'Ubermensch.

Écrit par : Pierre Jenni | 23/02/2019

Si j'ai bien compris Henri Bergson et son «Évolution créatrice»: l'évolution ne produit que de l'entropie, c'est pourquoi il faut sans cesse innover pour tout remplacer. Dans cette logique, les partisans de la croissance zéro et de l'écosocialisme ne prônent que la fossilisation de l'humanité.

Écrit par : rabbit | 23/02/2019

Les commentaires sont fermés.