03/06/2020

Le Léman mordoré du peintre Turner

En 1904, sous les pinceaux du Bernois Ferdinand Hodler, notre lac s’est arrondi en miroir pour se faire bleu lacté comme son ciel alpin. Soixante ans plus tôt, le Londonien William Turner (1775-1851) l’avait mordoré d’une nacre évoquant les écrins à bijoux de l’ère victorienne. Ou, moins prosaïquement, la robe «couleur du Temps» de Peau d’Âne, l’héroïne du conte de Perrault: un déshabillé rose thé, comme la reine des fleurs de Regent’s Park, et sur les froufrous duquel défilaient les nuages. Intitulée Le lac Léman avec la Dent d’Oche au dessus de Lausanne, cette oeuvre de graphite et d’aquarelle figure dans les collections turrnériennes de la Tate, le prestigieux musée de la rive gauche de la Tamise. La voici exposée parmi quelques autres au Musée Jacquemart-André, sur la rive droite de la Seine*. En 2012, une autre aquarelle de Turner où, cette fois, notre cité épiscopale est peinte depuis quelque hauteur occidentale (Montbenon?), fut mise aux enchères chez Sotheby’s à Londres. Dans ce «Lausanne from the West» réalisé en 1841, on distingue, dans un poudroiement lilial, le château Saint-Maire et la cathédrale surplombant un Grand-Pont venant d’être édifié.

Cet alchimiste des pigments voyageait beaucoup: en son Angleterre natale - il vagabonda jusqu’aux plaines maritimes du Northumberland; puis sur les côtes de Bretagne et de Normandie. Il remonta les rivières allemandes, et revisita à sa manière diaprée l’Italie romantique: vues de Rome, de Venise… En Suisse, où il se rendit six fois entre 1802 et 1844, il posa aussi son chevalet à Lucerne, Bellinzone, en aval des chutes du Rhin. De chaque séjour, il rapportait des croquis qu’il retravaillait à l’aquarelle mais aussi à l’huile. Deux techniques qu’il explorait sur un pied d’égalité, pour y déployer une gamme toute personnelle de couleurs dénichées chez des épiciers pour le jaune de chrome, chez les bouchers de Smithfield pour l’orange rouille, ou pour les pourpres et carmins. 

 

Mais ce bougon savait modérer ses ardeurs (il aimait les chats): jamais rien de trop cru dans ses décompositions du prisme solaire, mais des demi-teintes puissantes imitant certains demi-tons musicaux. Un peu comme dans le répertoire de Bach, le clavier pictural du peintre Turner était bien tempéré.

Du 13 mars au 11 janvier 2021.

www.musee-jacquemart-andre.com › turner

Les commentaires sont fermés.