29/06/2020

Requiem pour le sens du toucher

Effleurer une joue, ou pire une épaule, a longtemps été jugé aussi jouissif  et immoral que savourer une poire fondante un jour de carême! Au tournant du XVIe siècle, Léonard de Vinci constatait que de nos cinq sens, «l’ouïe et l'odorat connaissent moins d'interdits que le toucher et le goût». Plus tard, son lointain avatar gastronomique Paul Bocuse avouait sans honte aucune qu’il assaisonnait ses plats avec ses doigts: «C’est le geste capital, la signature du plat. Le toucher est fondamental.» 

Or il a suffi de quelques semaines de marasme sanitaire pour que ce 5e sens (le tout premier chez un nourrisson) redevienne, sinon réprouvé comme jadis, du moins en perte d’usage. 

 

On ne serre plus des mains, on empoigne encore moins une baguette de pain ou l’os d’un gigot. On préfère communiquer à distance en frappant sur un clavier d’ordinateur. Et des spécialistes de la «technologie créative» de nous annoncer des lendemains encore plus cosy, car de plus en plus dématérialisés: on n’y aura plus besoin de toucher qui que ce soit pour se réinventer un destin aseptisé de misanthrope. Nous vivrons tous d’amours cathodiques et virtuelles.

 

C’est à devenir déjà nostalgique de la texture si disparate des peaux humaines: il y en avait d’aussi douces que le parchemin, ou ce carré chamoisé qui désembue nos lunettes. D’autres qui furent reptiliennes, abrasives comme du papier émeri, ou moites, galeuses, voire purulentes…

Mais revenons au mot toucher. Comme ceux de tact et contact, il proviendrait de son homonyme latin tangere, sinon de toccare, heurter.  Il a généré en français des synonymes les uns plus sensuels que les autres: frôler, palper, tripoter,  attendrir. Parfois heurter, blesser, ébranler. En nous reliant directement à notre environnement, par des récepteurs situés sous la peau des doigts,  le toucher réagit à la chaleur, au froid, à la douleur. A certaines irritations à la fois épidermiques et acoustiques: le crissement d’une craie blanche sous mes ongles au tableau noir de mon école enfantine de Montchoisi; le couinement d’une boîte en sagex que l’on triture,  le grincement des dents nocturne d’une personne qui partage notre oreiller et dont on se croyait éperdument amoureux…

Mais c’est sans bruit qu’un aveugle peut reconnaître le visage d’un enfant aimé en y apposant en creuset de sculpteur ses mains jointes.

Les commentaires sont fermés.