25/01/2021

Faux selfies, vrais artistes

Ça se faisait au pinceau, devant un chevalet surmonté d’un miroir, et ça prenait plus de temps qu’un clic-clac numérique. Par caprice ou amusette, de grands peintres ont fait leur autoportrait, le dissimulant dans un groupe de personnages ou derrière une colonne. Expert en ces jeux de «cache-cache pictural», l’historien d’art Pascal Bonafoux*  ne compare pas ces insertions discrètes aux selfies que tout quidam dissémine dans les réseaux sociaux. Ces clichés à l’arrache sont généralement des réflexes de vanité, alors que pour un Rembrandt ou un Michel-Ange, enchâsser son propre visage dans un tableau relevait de l’étude, de la méditation. Le premier s’est pris pour modèle sur plusieurs peintures, dessins ou gravures: en jeune Batave échevelé, en sage rasséréné, en vieillard buriné par la désillusion - une sorte de journal intime évoluant au jeu de la lumière et du clair-obscur. Quant au second, il aurait voulu expier son péché d’orgueil en incarnant saint Barthélémy l’écorché en sa fresque du Jugement dernier de la Sixtine. Mais si Albrecht Dürer, qui fut le contemporain allemand de Michel-Ange, se peignit en 1511 dans le retable de l’Adoration de la Sainte-Trinité, c’était, lui, pour aguicher le mécène…

 

Au début du XXe siècle, Alfred Hitchcock joua souvent à ce jeu-là, en glissant furtivement sa silhouette bedonnante dans une scène de ses films. «C’était utilitaire expliquera-t-il; il fallait meubler l’écran!» Un de ces «caméos» le fait croiser dans une rue les acteurs vedettes des Trente-neuf marches, paru en 1935. On sait combien ce cinéaste prisait le futurisme, or cette même année, à Lausanne, c’est à l’artiste futuriste Gino Severini (1883-1966) que fut commandée la fresque ornant l’abside de l’église du Valentin, édifiée un siècle auparavant par Henri Perregaux. 

Actuellement en voie de restauration, elle couvre un espace de 200 m2, au coeur duquel se tient debout une Vierge à l’Enfant. A ses pieds se profilent des Evangélistes, l’évêque de Lausanne, une soeur clarisse de Vevey. A l'arrière-plan, notre cathédrale, mais aussi la tour Bel-Air! Dans les bras de sa sainte mère, le petit Jésus n’a pas les traits d’un nourrisson, mais des amis du peintre ont reconnu ceux de son fils Jacques Severini, mort-né dix ans plus tôt.

 

Autoportraits cachés, Ed. du Seuil.

Les commentaires sont fermés.