21/05/2022

Doudous textiles et zoothérapie

Les galetas recèlent des trésors inestimables: entre une toupie sifflante et la machine Singer à pédale d’une aïeule surgit le doudou de Papy Firmin: un ourson qui a perdu ses derniers poils gris et une des escarboucles qui lui servaient d’yeux. Celle qui lui reste vous observe avec une tendresse à l’ancienne. Il a été précieusement conservé et remisé au grenier en raison de sa valeur symbolique, toute sacrée, et est immémoriale: dans l’Egypte antique, les enfants jouaient avec des éléphants en terre cuite Au milan du XVIIIe siècle, des chevaux à bascule bercèrent de futurs généraux napoléoniens. Quant à l’invention du nounours, elle ne date que du début du XXème. 

Au reste le succès de ce Teddy Bear étasunien est toujours d’actualité: nombreux sont les adolescents et adolescentes avouant sans honte qu’ils dorment encore avec ce substitut parental, témoin de premières solitudes. On ne renie plus ce compagnon de jeu en textile soyeux (plus caressant qu’une coque de smartphone…), qui servit aussi de punching-ball, d’exutoire à une agressivité naissante. A tant de pulsions prépubères.

Une étude new-yorkaise de 2018 enchérit: 40% d’adultes psychotiques feraient pareil, sur le conseil de leur psychothérapeute, et des peluches zoomorphes sont confectionnées spécialement pour résorber leurs anxiétés. Toutefois, l’original étant préférable à la copie, l’arrivée dans un foyer d’un chien réel, d’un chaton tout en fourrure, vibrisses et griffes (rentrées) change la donne. A 6 mois, l’enfant découvre que cette présence affectueuse qui lui lèche le front, ou qui ronronne et miaule, et qui respire comme lui, n’est pas un joujou flexible à merci, mais un être vivant respectable. Un tuteur qui aiguisera sa curiosité envers le monde extérieur et lui enseignera la délectation de la caresse pudique. Une leçon qu’il n’oubliera jamais: «Nous ne caressons pas en permanence nos proches comme nous caressons nos chats et nos chiens» écrit l’éthologue Jeffrey J. Masson dans une étude intitulée Ces animaux qu’on aime tant et qui partent avant nous*. Aux adultes atteints d’un handicap physique ou mental, il recommande de troquer leur doudou de vieillesse contre des séances de zoothérapie auprès d’une chèvre, d’un lapin, d’un cheval. Il en est une où intervient une tourterelle apprivoisée: quelle émotion revigorante lorsqu’elle se juche toute confiante sur votre main!

* Ed Albin Michel, 2022 

Les commentaires sont fermés.